petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 LES ANCIENNES RUINES DE MON ÊTRE (GAËLLE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
DISTRICT 13
△ correspondances : 92
△ points : 0
△ multicomptes : abigail e. huggins
△ à Panem depuis le : 22/05/2016
△ humeur : elle aspire au bonheur.
△ âge du personnage : vingt-deux ans.
△ occupation : soigner vos problèmes.



MessageSujet: LES ANCIENNES RUINES DE MON ÊTRE (GAËLLE)   Ven 25 Nov - 18:33


GAËLLE & CLARKE
les anciennes ruines de mon être

y a la pluie qui tombe comme une sentence, sur ses longs cheveux où règne la froideur, qui tombe et dégouline lentement, lentement, qui s'écrase au sol. elle ruisselle sur ses mains ouvertes, se trouve un chemin entre ses vêtements, se faufile entre yeux. qui se taille un sentier pour atteindre ses lèvres. parce qu'elle est là dehors, sous rien, à découvert, parce qu'elle est sous la pluie et que ça lui fait rien, et qu'elle pourrait parler on ne l'entendrait pas, qu'elle pourrait hurler on ne se retournerait pas, qu'il y aurait un hovercraft, il pourrait bien l'abattre qu'elle ne gémirait pas. elle ne se plaint jamais de toute manière. elle regarde une pauvre plante devant elle, une plante chétive aux feuilles malades, une plante qui n'a pas eu la meilleure idée de pousser au bout milieu des ruines du feu district 13 de l'air libre. elle la regarde, elle la regarde et s'identifie comme telle. clarke regarde ces ruines. elle apprend les aspérités de la pierre, elle les caresse, elle les éprouve. dans sa tête, une musique nostalgique, qui s'accorde aussi bien avec la grisaille du matin qu'avec ses pensées vagabondes. avec la boue, avec cette plante, avec le monde, avec panem. avec tout, avec rien. clarke pleure. clarke se sent faible. se sent si faible, si faible, elle n'a plus envie d'être forte. elle veut l'être. tombée au fond d'un gouffre qu'on ne peut pas remonter facilement, dira-t-on. tombée pour ne jamais revoir la surface, qu'on dira. oui, oui, dites dites. de toute manière, clarke, elle n'entend rien. en elle on retrouve une femme qui, jadis, avait voulu profiter de la vie, qui avait aimé, qui aime encore, qui avait voulu avoir un bonheur parfait, qui s'était réfugié au district treize avec l'espoir de s'y épanouir pour toujours. toujours, toujours, toujours, toujours. elle répète ces mots, elle les module, elle monte crescendo et n'ose pas redescendre, et puis, elle continue, elle pleure encore plus, elle ne dessert pas les dents, elle tend ses doigts, ses doigts vers son visage, attrape ses cheveux, toujours, toujours, toujours, et hurle, hurle dans la pluie TOUJOURS TOUJOURS TOUJOURS elle se laisse aller et elle pleure, pleure, sanglote, elle continue de dire toujours, et les mots se répercutent, résonnent et toujours toujours. puis ils se changent en mourir, et elle tombe à genoux, dans la boue, elle pleure sous la pluie, il pleut sur son cœur, et à la fin, elle dit simplement, dans ses sanglots, toujours mourir et se prosterne en larmes dans les ruines du district treize, et elle attend qu'on lui tende la main, qu'on lui touche l'épaule, qu'on lui chuchote des paroles de réconfort, mais rien ne vient, rien, et elle sent la pluie marteler son dos violemment. un aveu. je n'ai pas réussi. une vérité. je suis conne. une promesse. je mourrais.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DISTRICT 12
△ correspondances : 81
△ points : 70
△ multicomptes : aucun dédoublement connu à ce jour.
△ à Panem depuis le : 01/07/2016
△ âge du personnage : elle a fêté ses vingt-quatre ans quelques semaines auparavant, triste de ne pas avoir pu le passer avec les deux hommes de sa vie, noa et mylo, leur fils d'un an.
△ occupation : elle passe ses journées à s'entraîner avec les troupes rebelles pour vaincre le capitole.


can you save me?
statut: c'est compliqué - elle a quitté son petit-ami et son fils pour le district treize, afin d'assurer sa protection.
relationships:


MessageSujet: Re: LES ANCIENNES RUINES DE MON ÊTRE (GAËLLE)   Mar 13 Déc - 22:39


GAËLLE & CLARKE
les anciennes ruines de mon être

Elle ne remontait que rarement à la surface en dehors des missions, Gaëlle. Beaucoup de choses s'étaient produites depuis qu'elle avait rejoint le district treize un an auparavant, il était maintenant presque vide. Ils étaient partis dans l'espoir d'une vie meilleure. Espoir ironique pour des rebelles, certainement recherchés dans leur district natal pour rébellion et fuite. Elle aussi, elle se savait menacée si elle rentrait. Elle était toujours là, à déambuler dans les couloirs vides, les cheveux encore humides. Elle sortait de la douche, après un entrainement qu'elle s'évertuait à continuer ; elle ne pouvait pas abandonner si elle voulait que le monde soit libéré du capitole et des hunger games. Elle monte doucement, seul le bruit de ses pas résonne, vers la surface. Elle qui ne voit depuis des mois que les territoires désolés de ses missions, les vastes rues du capitole. Jessamine. Elle n'avait pas eu de ses nouvelles depuis un bout de temps, elle lui écrirait une lettre bientôt. Elle n'ose pas imaginer ce qui a pu arriver à cette jeune mère, cette femme qui lui ressemblait tant et qui l'avait sauvée, alors qu'elle aurait pu la donner aux pacificateurs. Son coeur se serre à cette pensée. Et si... Les battements de son coeur s'accélèrent. Un an qu'elle est partie. Que leur est-il arrivé à tous ? Sont-ils encore en vie ? Noa, Mylo, Prue, Gordan. Tous ces gens qu'elle a abandonné pour le district treize, son petit-ami, son fils, ses meilleurs amis. Sa force et sa faiblesse. Alors elle évite d'en parler, personne ne doit connaître son point faible, elle n'aime pas se sentir vulnérable, a essayé de ne plus jamais l'être depuis la mort de son frère. Elle a besoin d'air, ressent un urgent besoin de sortir, de sentir le vent fouetter son visage, lui remettre les idées en place. Les larmes manquent de franchir ses yeux, l'estomac au bord des lèvres. Quel monstre est-elle pour leur avoir infligé ça à tous ? Pour avoir fait promettre à Clarke, son amie, Sa Clarke, d'aller annoncer sa mort à Noa si cela devait arriver. Elle les avait tous fait souffrir. Par pure égoïsme, parce que tu as peur. Une litanie qui tourne dans son esprit. Elle secoue la tête, serre les poings et franchit la porte qui la retient. « JE NE SUIS PAS ÉGOÏSTE. » Elle crie au ciel, aux dieux, priant pour que cette petite voix s'en aille. Elle n'est pas folle, elle sait que ce sont des remords. Remords d'avoir abandonné ceux qu'elle aime. Force tirée de son espoir de leur offrir un meilleur monde. Elle inspire de grandes bouffées d'air, les yeux fermés en imaginant son district natal, ses forêts où elle a passé tellement de bons moments. Tout va bien. C'est la voix de Noa qu'elle entend, comme ce jour où elle lui a annoncé sa grossesse. Il a toujours su la réconforter, même dans les moments où c'était à elle de s'en occuper et qu'elle n'y arrivait plus. Elle n'était pas infaillible, elle le savait. Elle ouvre les yeux et son regard tombe sur une masse un peu plus loin, agenouillée : Clarke. Elle la reconnaîtrait entre mille, même de dos. Clarke était sa seule vraie amie du district treize. Elle s'approche doucement, entend des bribes de phrases portées par le vent. Elle n'a pas l'air bien, son amie. Elle s'arrête derrière elle, se fige en entendant sa dernière phrase et fixe la plante devant elles. « Il y a de l'espoir. » Elle murmure, la pluie coule le long de ses joues, comme des larmes. « Je suis là, je serai toujours là. » Elle s'agenouille aux côtés de son amie et la regarde, prend doucement sa main. « On est en vie, nous sommes des humains. On a nos faiblesses, nos forces. Mais on peut pas tout garder en soi tout le temps. » Elle sait ce que c'est de tout garder et de finir par exploser. Une bombe à retardement. C'est ce qu'elle a été, ce qu'elle est peut-être toujours. Et Clarke aussi.

Spoiler:
 


I have kissed honey lips, Felt the healing finger tips. It burn like a fire, This burning desire. I have spoke with tongue of angels, I have held the hand of the devil. It was warm in the night, I was cold as a stone. But I still haven't found what I'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9507-mon-nom-sur-tes-levres-me-fera-vivre-a-jamais-gaelle
avatar
DISTRICT 13
△ correspondances : 92
△ points : 0
△ multicomptes : abigail e. huggins
△ à Panem depuis le : 22/05/2016
△ humeur : elle aspire au bonheur.
△ âge du personnage : vingt-deux ans.
△ occupation : soigner vos problèmes.



MessageSujet: Re: LES ANCIENNES RUINES DE MON ÊTRE (GAËLLE)   Jeu 26 Jan - 17:41


GAËLLE & CLARKE
les anciennes ruines de mon être

maintenant, y a une main qui semble sortir de nulle part, un peu embrumée derrière des mots qui n'ont plus vraiment de sens, défigurés par les années. peut-être, pleut il juste pour laver les espèces de bêtises qui ont été faites. ou du moins, pour masquer les derniers espoirs qui, dans la tête des deux jeunes filles, sont enterrés à trois milles lieues. beaucoup trop loin pour être tirés vers le haut, c'est une évidence, pas besoin de le marquer. clarke entend des roues qui roulent sur les rails, un long sifflement ténu et têtu, qui gouverne bon lui semble. il entre par ses oreilles et transperce ce qu'il croise sur son chemin. elle a mal, beaucoup, elle ne serre pas les dents, parce que ça fera aussi mal, en fait. ses doigts agrippent ceux de gaëlle avec difficulté, ils n'arrivent pas à s'attraper, ils sont trop moites, trop mouillés. la jeune fille entend les paroles de noa, elle croit, du moins, partager des fragments de souvenirs, mais elle sait bien, c'est pas possible. ah, elle en a marre de virer à moitié folle, elle ne sait même plus tellement ce qu'il se passe, aujourd'hui. elle va se rattraper. elle le sait, parce qu'elle a toujours voulu le croire. puisque, désormais, elle a touché le fond, elle va bien remonter, un jour. et que ce jour paraît loin, il n'est pas proche du tout, au contraire, il a l'air de s'éloigner. clarke n'a plus la force de le rappeler. alors, elle parle à gaëlle. doucement, d'abord, parce qu'elle s'est vidé les poumons il y a peu. gaëlle ? tu es toujours là ? bien sûr, qu'elle est toujours là, elle lui a dit des mots. tu n'es pas partie, c'est déjà ça. puisqu'elle est là, et qu'elle sera toujours là. oh, comme elle voudrait y croire, tellement, quand elle la voit s'en aller chaque matin, à l'entraînement, ou même, pire, des fois, sur le terrain. elle voudrait courir jusqu'à elle, descendre si vite les escaliers, sentir le vent couler sur ses cheveux, se glisser comme les serpents. clarke courrait, si elle avait le droit, seulement si elle avait, vers gaëlle, toujours. non, nous ne sommes que des humains, après tout, comme tu l'as dit. des bois sauvages s'étendent jusque là bas, des bois si denses qu'on y plongerait volontiers. clarke regarde ces bois, ces faux bois, peut-être, car ne sont-ils pas un peu le fruit de son imagination ? gaëlle, il faut s'en aller, maintenant. vite. bien vite, avant qu'il ne leur arrive quelque chose.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: LES ANCIENNES RUINES DE MON ÊTRE (GAËLLE)   

Revenir en haut Aller en bas
 

LES ANCIENNES RUINES DE MON ÊTRE (GAËLLE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: District 13 :: Ruines-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.