petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MAITRE DU JEU
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



MessageSujet: GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)   Jeu 25 Aoû - 1:09


GROUPE.D
phase 3, jour 3 (obligatoire)


— PARTICIPANTS
Daisy Griffith (08), Eurydice Rowenark (07), Hedda Larson (02)

— ZONE
La zone E7, n'étant qu'une forêt dense.

— TEMPS
Le temps est clément. Le brouillard s'est dissipé, mais il fait frais, même si le soleil est encore présent, bien que faible. Les températures sont de 13°.

— MUTATIONS
Principalement des moufettes, mais également un cerf.

— CONTEXTE
Le sujet se déroule en milieu de soirée, dans la forêt dense et sombre de l'arène. Difficile de se repérer, quand tous les arbres se ressemblent. Les animaux n'aident pas non plus à se repérer, puisqu'on dénombre une grande quantité de moufettes qui occupent les lieux et qui n'apprécient pas que l'on vienne sur leur territoire. Celles-ci n'hésitent alors pas à laisser échapper un gaz aussi malodorant que toxique. Il ne faudrait pas que nos tributs le respirent trop longtemps si elles ne veulent pas souffrir de dégâts respiratoires permanents. Mais alors qu'elles s'échappent, c'est un cerf aux yeux rouges qui leur barre la route. Mais ses yeux ne sont pas le plus inquiétant, ce sont plutôt ses bois couverts de ronces et de barbelés dont elles devraient se méfier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mockingjay.forumgratuit.fr
avatar
DISTRICT 8
△ correspondances : 249
△ points : 0
△ à Panem depuis le : 26/05/2016
△ âge du personnage : Seize ans
△ occupation : Tribut


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)   Sam 27 Aoû - 19:54

La journée avait été relativement calme du côté de la tribut du Huit, un épais silence semblait l'entourer depuis la disparition de son ex-alliée. Son esprit ne faisait plus attention aux nombreux bruitages de la forêt et des animaux la peuplant, seul un coup de canon avait su perturber son existence, comme un ultime avertissement avant que ne se déclenche un piège destinée à la secouer un peu. Gênée par sa blessure à l'épaule gauche qui guérissait doucement et sans les paroles réconfortantes de Laona, l'adolescente n'avait pas eu le courage de reprendre son chemin tout de suite. Elle s'était libérée des bras de Morphée avec une lenteur affolante, offrant une opportunité parfaite de la tuer à quiconque passait dans le coin à ce moment-là. Finalement, le seul mort fût un écureuil attrapé grâce à un piège pourtant fait à la va-vite. Comme quoi, Daisy savait se débrouiller dans la nature plus qu'elle ne l'aurait cru. Certes, depuis le lancement des jeux l'eau lui manquait mais au moins, elle avait mangé. Pas un formidable repas comme ceux de ces derniers jours mais de quoi tenir de bout, marcher et persister dans l'objectif de survivre. Complètement seule, sans alliance en perspective, son espoir avait prit un sacré coup. Malgré tout, ses jambes l'avaient portés à travers les arbres, motivée par l'envie de revoir sa famille un jour et bien vivante. Elle avait aussi prié pour qu'un sponsor lui livre de l'eau mais après son comportement lâche de la veille, ce n'était pas étonnant qu'aucun parachute ne lui ait apporté de cadeau. Heureusement que sa randonnée hasardeuse l'avait conduite à un puis grâce auquel elle s'était ressourcée. Elle avait bu goulûment, s'était rincée le visage, les mains et tout ce qui pouvait l'être par dessus sa combinaison, puis avait remplit sa gourde à ras-bord. Tout ça, le plus rapidement possible. Trop tarder dans cet endroit aurait été dangereux, il suffisait que des tributs ayant repéré l'endroit débarquent et la situation serait devenue dangereuse. Comme à son habitude, elle avait préféré fuir, pas certaine pour autant de ne rencontrer personne. Elle n'avait pas plus de directives que la veille mais d'affronter l'épreuve toute seule rendait le temps horriblement long. Il lui tardait le soir pour savoir si le visage du carrière du Quatre allait apparaître. Elle le détestait tellement, lui qui lui avait enlevé un allié potentiel. Plus qu'un allié même, son sauveur. D'un coup de pied rageur, Daisy envoya bouler un caillou. Ce n'était que le troisième jour et déjà ses forces l'abandonnaient,  elle était à bout. La folie allait probablement bientôt prendre le contrôle de son âme...

Au milieu de cette forêt d'arbres morts, l'adolescente sentait son moral descendre progressivement, comme si quelque chose de néfaste, caché pas loin, essayait par tous les moyens de lui transmettre des ondes négatives. De peur que ce ne soit un coup tordu de la part des juges, elle pressa le pas. Bien que la nuit soit tombée depuis un moment, sa progression n'était pas difficile. Le brouillard s'était quelque peu dissipé – étonnement – elle avait eu la chance de bénéficier d'une longue pause et d'y survivre.  Après avoir repris des forces en buvant et mangeant des feuilles longuement examinées, Daisy s'était laissée surprendre par le sommeil. Une aubaine qu'aucun tribut ne se soit trouver dans les parages à ce moment-là, sinon jamais elle ne se serait réveillée. Elle s'était maudite, consciente du risque encourût, avant de relever, pressée. Son petit doigt lui avait conseillée de reprendre la route le plus rapidement possible et puis le rafraîchissement de l'air dû à la nuit augmentait l'humidité ambiante. Elle n'avait pas eu beaucoup de solutions pour éviter de mourir de froid. La marche réchauffait à peine son corps et ses muscles, sa combinaison ne protégeait d'absolument rien. On s'était bien foutu d'eux lors de la préparation. Le souvenir de la couverture de son ex-alliée la hantait, si elle avait au moins pu récupérer quelque chose dans ses affaires. Mais non, la rouquine avait tout emporté dans la mort, laissant Daisy totalement désoeuvrée. Ou presque. Une partie d'elle-même espérait tomber sur un tribut endormi, peu importe qui, du moment qu'elle puisse lui piquer des objets utiles tels qu'un sac, une meilleure arme ou bien cette fameuse couverture qui lui permettrait de se mettre à l'abri du froid. Et si il fallait tuer, alors elle se plierait à la cruelle volonté des jeux. C'était sans doute la seule manière de reconquérir le cœur des capitoliens et de peut-être avoir des cadeaux de la part des sponsors. Et que faisait le pacificateur qui lui avait garanti son soutient, pensait-il qu'elle se débrouillait suffisamment bien pour l'instant. La jeune femme n'en avait pourtant pas l'impression, du moment qu'elle cheminait de son côté sans rencontrer personne, ça irait mais la prochaine rencontre pourrait tout aussi bien lui être mortelle. Encombrée, encore blessée, sans plus personne à considérer comme allié, il y avait mieux comme situation. Et bien sûr, elle n'osait se séparer de rien du tout. Chacun de ses objets étaient d'une importance capitale pour sa survie. Personne pour lui envoyer un sac-à-dos ?

Sur ses gardes, Daisy vit tout de suite la petite bestiole qui l'observait de loin. A priori, un animal non dangereux mais dans l'arène, il fallait savoir se méfier de tout et n'importe quoi. Qui sait ce que les juges avaient encore concoctés pour les tributs cette année... Tordus et vicieux qu'ils étaient, tout pouvait arriver d'un instant à l'autre. Alertée par un bruit juste derrière, l'adolescente se détourna seulement quelques petites secondes mais ce fût largement suffisant pour que de nombreuses bestioles semblables à la première aient fait leur apparition. Seule, ça ne représentait pas de problème, en groupe par contre, ce n'était plus la même chose. A quoi bon se regrouper autant si ce n'était pour attaquer ? Daisy recula lentement d'un pas, puis d'un deuxième, rassurée de voir que pour le moment ces créatures ne faisaient que lui barrer la route. « Tout doux les petits... » En revenant sur ses pas, elle pourrait peut-être les contourner.

Spoiler:
 


EPHEMERAL EXISTENCE 
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DU JEU
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



MessageSujet: Re: GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)   Sam 27 Aoû - 19:54

Le membre 'Daisy B. Griffith' a effectué l'action suivante : ~ lancer de dés


'Phase 2 (79HG)' : 10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mockingjay.forumgratuit.fr
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 198
△ points : 0
△ multicomptes : thybalt, raven, gwendal (denahi)
△ à Panem depuis le : 05/06/2016
△ humeur : sanglotante
△ âge du personnage : dix-huit ans pour toujours
△ occupation : fantôme, ex-tribut, ex-ex-apprentie apothicaire


can you save me?
statut: appartient au plus offrant
relationships:


MessageSujet: Re: GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)   Dim 28 Aoû - 17:43

79th HUNGER GAMES, JOUR 03
FORÊT (NORD-EST - ZONE E7), 21h ~ DAISY & EURYDICE & HEDDA


La courte accalmie dont avait bénéficié l'angoisse d'Eurydice n'avait pas duré. Elle avait retrouvé Andro et cela restait le principal dans un sens, mais elle ne parvenait plus à se sortir de la tête ce coup de canon qui avait résonné quelques temps après qu'Ivory se soit séparé de leur trio momentané. Si l'absence d'Andro avait habité en la blonde la peur qu'il soit blessé doublé à celle qu'il l'air sciemment abandonnée, elle le caillou dans sa chaussure capable de fort peu de choses, elle ne s'était jamais inquiété un instant du sort d'Ivory. Car Ivory était un carrière, il savait se battre, il savait se défendre ... il savait tuer. Elle ne devait sa vie qu'au fait qu'il avait sciemment décidé de ne pas user de cette dernière capacité à son encontre, lorsqu'ils étaient tombés l'un sur l'autre, et par conséquent elle se l'imaginait invincible. Elle avait nettement revu sa position en le voyant débarquer au petit matin accompagné - soutenu - par Andro, tant et si bien qu'elle s'était retrouvée incapable de  contrôler ses émotions, la joie et le soulagement de retrouver son co-tribut se mêlant à l'horreur de découvrir dans quel état était Ivory. Ce même Ivory qui avait décidé, en milieu de journée, de continuer de son côté pour tenter à nouveau sa chance du côté de la corne d'abondance, et qu'Eurydice craignait maintenant de le jamais revoir, le coup de canon entendu en milieu d'après-midi enfonçant le clou.

Mais Andro avait raison, ils devaient continuer d'avancer, Ivory était un garçon intelligent et il prenait ses propres décisions. Économisant au maximum l'eau de la gourde d'Andro, remplie au puits à leurs retrouvailles, ils avaient mangé le reste des champignons ramassés par Eurydice la veille sans se priver, certains qu'ils en retrouveraient puisque naviguant toujours dans la même zone. Ils scrutaient le ciel avec angoisse, les cloques sur la peau d'Andro comme preuve que dans cette arène on ne pouvait se fier à rien, pas même à la pluie. La moiteur ambiante s'était un peu atténuée et on respirait mieux, une aubaine pour Eurydice que la tentative d'étranglement subie la veille peinait un peu à faire respirer. Ils marchaient depuis des heures et pourtant la nuit peinait à tomber ; Ils tournaient en rond, désireux de ne pas s'éloigner de cette zone qu'ils commençaient à connaître malgré les arbres qui se ressemblaient tous. Ils se ressemblaient trop, trop pour que ce soit naturel. Trouvant un endroit où passer la nuit, avec un arbre possédant suffisamment de prises pour pouvoir y grimper en cas de nécessité, Eurydice s'était éloignée un peu "mais pas trop" avait-elle promis, avouant timidement l'envie d'aller satisfaire un besoin naturel ... et espérant de toutes ses forces que le Capitole n'aurait pas l'idée de diffuser ces images.

Elle finissait tout juste de remonter la fermeture éclair de sa combinaison, prenant bien garde à ne pas coincer sa natte dedans, et s'apprêtait à faire demi-tour lorsqu'elle s'était retrouvée nez-à-nez - ou plutôt nez-à-truffe - avec ... « Oh non ... » Elle les connaissait bien ces petites bêtes, les forêts du district sept en étaient peuplées, mais elle connaissait aussi leur principal inconvénient. Faisant un pas en arrière, puis deux, un craquement sur sa droite l'avait fait sursauter et une silhouette élancée n'appartenant assurément pas à Andro s'était dessinée entre deux arbres. « Le bébé du district sept ... » Tenant son épée à deux mains, tel un glaive, la tribut du district deux avait découvert ses dents parfaitement blanches dans un sourire carnassier. La moufette devenant provisoirement le dernier de ses soucis, Eurydice songeait à prendre ses jambes à son cou, persuadée que même cette épée ne ferait pas le poids face à Andro et sa hache et que eut-être, à deux contre une, la jeune fille préfèrerait s'en aller plutôt que de s'attaquer à eux. « Je ne suis pas un bé- ... » s'apprêtait-elle malgré tout à protester d'un ton boudeur, l'arrivée de nouvelles mouffettes l'interrompant finalement tandis qu'une odeur nauséabonde s'élevait soudainement dans l'air « Bweeeeh ! » La gorge déjà irritée par l'attaque de Tom, la blonde s'était mise à tousser en affichant une grimace de dégoût, mais voyant en celui de l'autre tribut une occasion de prendre la fuite avant que la lame de son épée ne vienne s'approcher trop près d'elle.

Mais derrière Hedda, la silhouette qui se dressait désormais n'était pas celle d'Andro mais bien celle d'une autre tribut féminine. La fille du deux, sans le savoir, se retrouvait prise en tenaille ... Mais prise en tenaille entre deux tribut non-armées, et assurément bien moins entrainées qu'elle.



    - The birds move on so they survive, when snow so deep the bears all sleep to keep themselves alive. But where do I go from here ? So many voices ringing in my ear, which is the voice that I was meant to hear ? How will I know where do I go from here ? -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9409-beauty-and-the-tragedy-eurydice http://www.mockingjay-rpg.net/t9423-07-eurydice-reflection-of-a-lie-will-keep-me-waiting
avatar
MAITRE DU JEU
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



MessageSujet: Re: GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)   Dim 28 Aoû - 17:43

Le membre 'Eurydice Rowenark' a effectué l'action suivante : ~ lancer de dés


'Phase 2 (79HG)' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mockingjay.forumgratuit.fr
avatar
DISTRICT 8
△ correspondances : 249
△ points : 0
△ à Panem depuis le : 26/05/2016
△ âge du personnage : Seize ans
△ occupation : Tribut


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)   Jeu 1 Sep - 20:38

Le brouillard était moins épais depuis quelques heures, laissant traverser de faibles rayons lumineux de temps en temps, ce qui facilitait un peu la progression en forêt. Daisy avait adopté un nouveau rythme de marche, rapide, qui lui permettait de fuir le potentiel danger pressenti sur son dernier campement. A moins que son instinct ne se soit planté sur toute la ligne et ne l'ai précipité tout droit dans un piège. Elle regrettait presque que son champs de vision se soit légèrement élargi car à quelques mètres, tout un tas de bestioles qui la mettait mal à l'aise, lui barrait le chemin. Certes, le dicton voulait que les petites bêtes ne puissent pas manger la grosse mais dans un contexte comme celui-ci, rien n'était moins sûr. Leurs petits yeux, leurs petites pattes, tout était effrayant chez ces bêtes. Et dire que l'adolescente s'était imaginée que la tranquillité de cette journée était une compensation accordée par les juges dû aux nombreux rebondissements qui l'avait secoué la veille... Que dalle, ouais. Elle avait simplement eu beaucoup de chance de ne croiser personne depuis la perte de son unique alliée et derrière leurs écrans, les têtes pensantes des jeux n'appréciaient pas. On avait donc prit de court sa bonne étoile en lui imposant une épreuve. Elle n'était pas de taille. Si il n'avait été question que d'un animal, voire deux ou trois, Daisy aurait pu les éliminer mais face à tout un groupe, elle perdrait le dessus rapidement. Comme à son habitude, il ne lui restait que la fuite comme solution. Elle reculait en faisant des petits pas, pour espérer une retraite discrète mais ça ne fonctionnait pas. Impossible de creuser la distance, les bestioles avançaient au même rythme. A défaut d'avoir une meilleure stratégie pour le moment, l'adolescente continuait de reculer de peur que s'arrêter n'encourage pas les sortes de putois à faire de même. Ou pire encore, ne les poussent à se jeter sur elle. Elle ravala sa salive, terrorisée. Combien de temps ce cinéma pouvait-il durer ? Son rythme cardiaque subissait une énième accélération. Vu comme c'était parti, son cœur lâcherait avant qu'un autre tribut n'ait le temps de lui régler son compte. Le visage de Liddell se matérialisa alors dans son esprit, non, elle ne pouvait pas mourir avant lui. Ni avant personne d'autre d'ailleurs. Peu importe comment, elle se sortirait vivante de cette rencontre avec ces bestioles. Leur montrer le poignard ne suffisait pas à les effrayer, elles étaient déterminées à ne pas laisser la tribut s'échapper.

Une brindille craqua sous la chaussure droite de Daisy et le bruit sembla rendre les bestioles confuses. Comme si elles ne savaient pas comment l'interpréter. Trop heureuse d'apercevoir enfin une occasion de s'en débarrasser, la tribut laissa tomber toute discrétion et se mit à courir pour leur échapper. Heureusement que l'astre superficiel apportait un peu de lumière, ça lui permit notamment d'éviter de se prendre une grosse branche dans la figure et de trébucher sur une racine comme la veille. Il était hors de question de reproduire la même erreur. Transporter à bout de bras tous ses objets était toujours aussi peu pratique mais elle n'abandonna rien en chemin. Il lui fallait vraiment un sac, aucune âme charitable ne pouvait-elle lui en envoyer un ? C'était la seule chose qu'elle ne pouvait pas se procurer soit-même à moins de voler un tribut ou de repasser par la corne mais aucune des deux possibilités ne l'inspirait. Du reste, elle savait se débrouiller pour manger et avait trouvé un puits d'eau pour remplir sa gourde. Franchement, si se découvrir des ressources encore insoupçonnées et survivre jusqu'au troisième jour ne suffisait pas pour mériter un cadeau, elle ne savait plus quoi faire. Ou alors il lui faudrait anéantir tous ses poursuivants. En jetant un œil par-dessus son épaule, Daisy se rendit alors compte qu'ils n'étaient plus là. Peut-être avaient-ils atteint la limite d'une zone à ne pas franchir ? Peu importe, le plus important c'était d'être en sécurité. En apparence seulement car deux tributs discutaient sur la gauche. Au lieu de s'éloigner comme il aurait été logique qu'elle le fasse, Daisy s'approcha prudemment jusqu'à distinguer l'identité des deux tributs. La blonde écervelée du Sept et la carrière du Deux dont la note au passage devant les juges avait surpassé toutes les autres. L'issue du combat n'offrait aucun doute, seule la tribut du Huit pouvait changer quelque chose. Son naturel voulait la fuite, cependant adopter systématiquement cette technique ne lui apporterait aucun sponsor. Pire, en refusant de se prêter au principe des jeux, les juges pouvaient la condamner à une mort atroce. Elle résista férocement à l'envie de fuir pendant qu'il en était encore temps. Il fallait penser intelligemment. Quoi qu'elle décide de faire, il y aurait un tribut de moins en lice. Manquait plus qu'à savoir lequel. En se mêlant de cette histoire, elle risquait que le prochain coup de canon soit pour elle mais le jeu en valait la chandelle. L'occasion était superbe pour dire adieu à la carrière. La rencontre à un autre moment pouvait être fatal à Daisy. Tandis que la fille du Sept ne lui faisait pas peur. Autrement dit, mieux valait faire équipe avec la blonde temporairement et l'affronter une prochaine fois.

Daisy n'avait plus le droit à l'erreur. Elle déposa précieusement la gourde et la trousse de secours au coin d'un arbre et s'approcha sur la pointe des pieds. Son regard croisa celui de la blonde et elle lui fit signe de se taire en mettant un doigt devant sa bouche. Un instant, l'adolescente pensa que son plan allait capoter mais il n'en fit rien. Juste un petit changement de programme quand la carrière lança l'offensive, décidée à ne pas attendre que la mort lui tombe dessus sans rien faire. Oubliant toute discrétion, Daisy se jeta en avant pour la rattraper et donna un coup de poignard dans sa jambe droite. Le cri de la carrière déchira la nuit et son cœur. Elle avait délibérément blesser cette fois, avec l'envie de tuer. Elle devenait un monstre à son tour... Le coup de poing qu'elle évita de justesse la sortit de sa torpeur, l'adolescente se releva d'un bond et entraîna Eurydice un peu à l'écart. « A deux, on a une chance de la supprimer. C'est une tribut redoutable, pour toi comme pour moi ce sera un avantage de ne plus avoir à la craindre. Ensuite on repart chacune de son côté, ça te va ? » Daisy n'avait rien dit mais elle vivrait très mal de s'être mise en danger pour une réponse négative. Alors, elle ajouta : « On se partagera ses objets et si elle n'a pas de quoi te soigner, j'utiliserais ce qu'il y a dans ma trousse de secours. » Partager l'un de ses biens les plus précieux ne l'enchantait pas des masses mais si c'était le seul moyen pour s'assurer la coopération de la blonde, tant pis. De toute façon, ça ne ferait pas des miracles alors ce n'était pas vraiment comme si elle coopérait avec l'ennemi. Juste un poil, à cause de leur intérêt commun. Hedda ne s'avouait pas vaincu,e sa jambe blessée ne lui permettait pas de se déplacer rapidement mais restait son épée à la portée redoutable. Daisy aurait pu finir embrocher si elle n'avait pas reculer juste à temps. Même en étant deux, ça allait être une adversaire coriace. « Baisse-toi ! » cria t-elle à Eurydice. « Faut qu'on l'encercle, je vais sur la droite ! » Même en étant super entraînée, Hedda aurait dû mal à se défendre des deux côtés. « Essaye de l'immobiliser. » Profitant d'une seconde d'inattention, Daisy lui bloqua la main qui tenait l'épée et y planta son poignard. Le sang dégoulinait sur la lame, sur sa main et sur le sol. C'était le début d'une boucherie, ne pouvait-on pas tuer plus proprement ? Elle manqua de tomber à la renverse quand Hedda se dégagea enfin de son emprise. C'était un combat difficile mais pas impossible...



EPHEMERAL EXISTENCE 
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 198
△ points : 0
△ multicomptes : thybalt, raven, gwendal (denahi)
△ à Panem depuis le : 05/06/2016
△ humeur : sanglotante
△ âge du personnage : dix-huit ans pour toujours
△ occupation : fantôme, ex-tribut, ex-ex-apprentie apothicaire


can you save me?
statut: appartient au plus offrant
relationships:


MessageSujet: Re: GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)   Dim 4 Sep - 19:21

79th HUNGER GAMES, JOUR 03
FORÊT (NORD-EST - ZONE E7), 21h ~ DAISY & EURYDICE & HEDDA


Une partie d'Eurydice espérait qu'Andro rapplique dans la seconde pour lui prêter main forte, bien sûr, mais une autre partie plus inattendue espérait au contraire qu'il n'approche pas, qu'il ne la cherche pas, et qu'il  ne vienne pas lui non plus se confronter à la lame de l'épée de la carrière du deux. Elle souriait avec délectation, ses lèvres fines découvrant ses incisives, et sans que l'on sache si c'était volontaire ou non elle faisait luire la lame de son arme à la faible lueur de la lune factice qui les éclairait. Eurydice voulait fuir, elle n'avait pas l'âme d'une combattante, elle savait qu'elle ne pourrait y gagner qu'à y laisser la peau ... mais c'était comme si ses pieds, eux, en avaient décidé autrement. Ils restaient irrémédiablement vissés dans le sol, ignorant le coeur qui cognait dans sa poitrine, le nœud qui nouait son estomac, et la chair de poule qui parcourait ses bras sous sa combinaison. Ses pieds ne voulaient pas bouger, ses pieds voulaient qu'elle meurt, c'était la seule explication. Était-ce à cela que ça ressemblait, la proie terrorisée par son prédateur ? Mais chaque prédateur pouvait devenir proie à son tour, et trouver le chasseur qui le ferait vaciller ; N'était-ce pas ironique qu'avec son épée et son air carnassier, la carrière flanche face à des mouffettes pas plus hautes de de gros ratons-laveurs ?

Eurydice s'était mise à tousser, faisant machinalement un pas en arrière en tentant de retrouver son souffle. Quelque chose clochait, n collait pas ... L'odeur n'était pas juste dérangeante, elle était douloureuse. Elle brûlait sa trachée déjà endolorie, et rendait chaque bouffée d'oxygène à double-tranchant. Toute à ces difficultés respiratoires la surprise qui aurait pu se lire sur le visage de la blonde lorsqu'une autre silhouette s'était dressée derrière Hedda était passée totalement inaperçue. Et sans qu'elle ne le voit vraiment venir la carrière s'était soudainement retrouvée assaillie par la fille du huit, désormais suffisamment proche pour qu'Eurydice puisse l'identifier. La lame avait jailli, le cri d'Hedda également, et la seconde suivante Daisy avait saisi Eurydice par le bras pour l'entraîner à sa suite « Non, lâche-moi ! » avait protesté la blonde persuadée que le même sort qu'Hedda l'attendait également, son regard cherchant frénétiquement des yeux après la lame que Daisy tenait à la main. « A deux, on a une chance de la supprimer. C'est une tribut redoutable, pour toi comme pour moi ce sera un avantage de ne plus avoir à la craindre. Ensuite on repart chacune de son côté, ça te va ? » Eurydice était restée interdite. Il était question de tuer, pour de vrai, pas indirectement ou par défaut, mais par volonté pure ... Elle ne voulait pas faire ça. Elle ne pouvait pas faire ça. « On se partagera ses objets et si elle n'a pas de quoi te soigner, j'utiliserais ce qu'il y a dans ma trousse de secours. » Le ton de la brune était plus pressant, probablement parce qu'elle sentait l'hésitation d'Eurydice à accepter ce qui n'était rien de plus qu'une tentative de mise à mort. « Je ne sais pas je ... » Est-ce que c'était vraiment la solution ? Tuer ou être tué, elle avait entendu ce refrain tellement de fois concernant les jeux, mais il avait un autre goût maintenant qu'elle s'y retrouvait confrontée.

Comme pour la punir de son indécision, Hedda avait bondi à nouveau vers elles, s'attaquant contre toute attente à la blonde plutôt qu'à celle qui venait de la blesser. Le prédateur ne lâchait plus sa proie après l'avoir choisie. Daisy avait bien tenté de la prévenir en criant « Baisse-toi ! » mais Eurydice n'avait pas été suffisamment rapide, et la lame de l'épée était venue lacérer son flanc gauche. Pas suffisamment pour toucher un organe ou entailler un muscle, mais bien assez pour que sa combinaison s'imprègne de sans rougeâtre et qu'un cri ne lui échappe. Elle avait mal, mal comme jamais elle n'avait eu mal avant, suffisamment mal pour tomber à terre, la main crispée sur sa blessure et des larmes de douleur glissant silencieusement sur ses joues. « Faut qu'on l'encercle, je vais sur la droite ! Essaye de l'immobiliser. » Prise dans l'énergie du moment, Daisy n'avait semble-t-il rien remarqué ... Ou bien elle n'en avait que faire. La respiration saccadée, Eurydice avait crié à nouveau en roulant sur le côté pour échapper à un second coup d'épée qui, lui, aurait sans doute été fatal. « At-attention ! » Levant à nouveau son épée le regard d'Hedda s'était posé sur Daisy cette fois-ci, et sans trop savoir ce qu'elle espérait faire Eurydice avait saisi sa cheville et tiré pour tenter de la déséquilibrer. Une seconde d'inattention que la tribut du huit avait utilisé à bon escient, plantant à nouveau son poignard dans la chair de la carrière, lui arrachant un énième cri de rage.

La main toujours crispée contre son côté gauche, Eurydice s'était relevée en s'accrochant à l'arbre le plus proche. Trop peu rapide pour espérer se saisir de l'épée tombée au sol, la blonde avait presque par réflexe écrasé avec son pied les doigts d'Hedda tandis qu'elle cherchait à ramasser l'arme. Le craquement qui s'en était suivi assurait au moins aux jeunes femmes que la carrière ne pourrait plus utiliser l'épée de sa main droite. « Vous avez signé votre arrêt de mort ! Je laisserai pas deux petites greluches me voler MA victoire ! » Se saisissant de la cheville d'Eurydice à son tour, la brune l'avait fait tomber à la renverse, le sang coulant un peu plus lorsque la blonde avait du lâcher sa blessure pour tenter de se rattraper, s'écrasant malgré tout sur le sol boueux. Se débattant, agitant ses jambes pour tenter de faire lâcher prise à son assaillante, elle avait envoyé son talon dans le nez de cette dernière, le sang y coulant désormais aussi. « Vas-y ! » Le poignard toujours à la main, Daisy disposait d'une ouverture d'une seconde à peine, la nuque d'Hedda à la hauteur idéale pour que sa lame s'y engouffre en causant des dommages irréversibles. Au dernier moment, pourtant, la peur d'Eurydice s'était muée en horreur lorsque, face à elles et frappant du sabot contre le sol, un cerf gigantesque s'était avancé. La nuit n'empêchait pas de distinguer les épines et le barbelé enroulé autour de ses bois, de quoi déchiqueter la chair de la première dont il déciderait de s'approcher.

L'animal avait chargé, d'un seul coup. Fonçant droit sur elles, bois en avant, possédé par une rage que les concepteurs de l'arène avaient probablement exacerbée autant que faire se peut. Achever Hedda c'était prendre le risque de ne pas pouvoir échapper à l'animal ; Se défaire de sa trajectoire c'était prendre le risque de voir l'affrontement avec la carrière se prolonger encore un peu, avec peut-être une issue moins favorable pour les deux tributs moins expérimentées. Et c'était Daisy qui tenait la décision - et leur destin - entre ses mains.



    - The birds move on so they survive, when snow so deep the bears all sleep to keep themselves alive. But where do I go from here ? So many voices ringing in my ear, which is the voice that I was meant to hear ? How will I know where do I go from here ? -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9409-beauty-and-the-tragedy-eurydice http://www.mockingjay-rpg.net/t9423-07-eurydice-reflection-of-a-lie-will-keep-me-waiting
avatar
DISTRICT 8
△ correspondances : 249
△ points : 0
△ à Panem depuis le : 26/05/2016
△ âge du personnage : Seize ans
△ occupation : Tribut


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)   Ven 9 Sep - 18:33

Ce n'était pas une once de courage insoupçonnée et cachée au plus profond d'elle-même qui poussait Daisy à combattre mais l'énergie du désespoir. Tous ses plans, tous ses rêves de victoire étaient tombés à l'eau quand le visage de la rousse du Cinq avait brièvement éclairé le faux ciel de l'arène. Comment prétendre pouvoir gagner sans le moindre allié à ses côtés ? Toute la journée, l'adolescente s'était laissée guidée à travers la forêt par son instinct de survie, tout en se demandant si il ne valait mieux pas écourter son pénible séjour dans cet endroit lugubre. Trouver un puits et par conséquent de l'eau, lui avait un peu remonter le moral. Elle n'allait pas mourir bêtement de déshydratation, pas pendant un moment en tout cas. Un réconfort bien maigre face aux choses négatives dont la liste ne cessait de s'allonger dans sa tête. Même son co-tribut,  dernière personne vers laquelle elle aurait pu essayer de se tourner, n'était plus en vie. En puissant dans ses souvenirs, approximativement dix coups de canons – sûrement plus – s'étaient fait entendre au cours des presque soixante douze dernières heures. Autant de risques en moins de se faire tuer. C'était pas mal, bien sûr, mais pas suffisant. Il en restait tout autant, peut-être plus, prêts à l'évincer à la première occasion venue et ainsi se rapprocher davantage de la fin de cet enfer. De leur victoire. Daisy ne pouvait même pas les détester, pas tous en tout cas, parce que certains lui ressemblaient et se battaient avec la même maladresse, la même fébrilité dans leurs mouvements. Globalement, on trouvait deux sortes de tributs. Ceux qui étaient parfaitement taillés pour les jeux, que ce soit par leurs nombreuses années d'entraînements ou par leurs motivations personnelles, et ceux qui n'étaient absolument pas fait pour se salir les mains, trop faible mentalement ou physiquement, voire les deux en même temps. La jeune femme du Huit faisait incontestablement partie de la deuxième catégorie et elle était persuadée de ne pas pouvoir conclure d'alliance avec les tributs dans une situation semblable. En tant que dernière arrivée dans un groupe, elle serait probablement la première à être tuer en traître. C'était trop tard, elle était seule contre tout le monde. Y compris contre les animaux. Tout et n'importe quoi représentaient le danger, l'arène en entier était un piège. Allez savoir si la prochaine fois qu'elle sombrerait dans le sommeil, les arbres n'allaient pas tenter de l'étouffer avec leurs racines. Encore fallait-il survivre à cette nuit pour vérifier cette hypothèse.

Sans trop savoir comment, Daisy s'était retrouvée à faire un choix – qui n'en était pas vraiment un – entre les sortes de putois et deux autres tributs. L'opportunité de remonter la pente et de briller aux yeux d'un sponsor pour peut-être obtenir de l'aide avait été la plus forte.  Certes, à première vue la blonde du Sept ne paraissait pas être très dégourdie mais sa note de passage devant les juges laissait à penser que tout chez elle n'était pas à jeter. Pour le long terme aussi c'était plus avantageux de s'allier à elle temporairement et de tenter le tout pour le tout. Du deux contre un, c'était lâche comme technique d'approche mais il n'existait aucune règles là-dessus et que la force de la carrière valait deux tributs, Daisy n'éprouvait aucun remord. Dans les Hunger Games, la manière utilisée pour parvenir à ses fins n'importait pas, c'était gagner le plus important. L'effet de surprise combiné au coup de poignard dans la jambe était déjà une première victoire pour la jeune femme. « Non, lâche-moi ! » Par contre, coopérer avec Eurydice n'était pas gagner d'avance. Le cerveau de l'adolescente était en ébullition, elle cherchait les meilleurs arguments pour convaincre la fille de se ranger de son côté.  « Je ne sais pas je ... » L'incertitude de sa potentielle future alliée agaçait Daisy, au point qu'elle en oublia la présence de la carrière pendant quelques précieuses secondes. Elle ne parvint pas à la fois à esquiver et à prévenir la blonde. C'était curieux comme Hedda donnait l'impression de ne pas vouloir abandonner sa première proie. Une chance pour la tribut du Huit qui à défaut de réussir un nouveau coup porté à l'intention de son adversaire, s'éloigna sans dommage. Rien de de voir Eurydice dans cet état, même si elle ne l'avait jamais senti, lui donnait mal pour elle. L'heure n'était pourtant pas à la compassion, elles avaient une adversaire de taille à supprimer. « At-attention ! » Eurydice lui avait sauvé la mise. En attrapant la cheville de la carrière, elle avait permis à Daisy de ne pas se prendre un coup d'épée bien tranchante dans la figure et lui avait offerte une autre opportunité de la poignarder. Chaque nouveau cri redonnait de l'espoir à la tribut du Huit. Elle était en train de tuer quelqu'un à petit feu et ne se rendait pas compte de toute l'horreur de son geste. Le côté stratégie avait prit le dessus au moment où elle avait décidé de se mêler d'une affaire qui ne la regardait pas.

« Vous avez signé votre arrêt de mort ! Je laisserai pas deux petites greluches me voler MA victoire ! » Hedda était encore vivante mais à deux, elles la malmenaient sérieusement. Sa rencontre avec le carrière du Quatre aurait dû se passer de la même manière. C'était un peu lui que l'adolescente voyait en son adversaire du jour.  Dans l'idée d'obtenir la revanche d'Allen, elle prépara un coup puissant qui manqua de justesse de toucher sa nouvelle alliée. Eurydice était salement amochée, ce n'était franchement pas nécessaire d'en rajouter une couche.   « Vas-y ! »  Le temps que l'information monte au cerveau, un coup de poing au niveau des hanches fit tomber Daisy au sol. Ce qui eut pour effet de lui faire remarquer la présence d'un cerf aussi majestueux qu'effrayant. Elle n'osait plus bouger ni parler, terrifiée par les barbelés entourant ses bois. En s'approchant, il n'aurait aucun mal à embrocher les trois jeunes femmes en même temps. Et bien sûr, comme il n'était pas là en simple spectateur, le cerf chargea. « Pars ! » eut-elle le temps de crier à la blonde avant de faire une roulade maladroite sur le côté pour éviter de se faire piétiner. Tout se passa très vite. Un picotement désagréable parcourût son avant-bras, elle se retrouva pleine de terre, y compris sur le visage et dans la bouche, sa blessure à l'épaule la rappela à l'ordre mais elle était vivante. Incapable de se relever sur le moment, elle attendit que la sentence du cerf s'abatte sur elle. Contre toute attente, il ne se passa rien et quand elle releva la tête, Daisy découvrit avec horreur la carrière emprise avec les barbelés du cerf. Son corps se teintait de rouge, le sang coulait de multiples blessures, elle était en train de se faire réduire en charpie. Cette vision lui donnait la nausée, elle détourna les yeux et s'écarta discrètement. « Ne restons pas ici, on pourrait être ses prochaines cibles. » Elle ramassa son poignard qui lui avait glissé entre les mains pendant sa roulade et s'écarta. « En le contournant on arrivera à l'endroit où sont mes affaires et on essayera de te soigner. » Les dernières heures avaient été les plus épuisantes entre fuir l'invisible, les moufettes puis s'attaquer à une autre tribut. Plusieurs questions se multipliaient dans sa tête, sa famille était-elle fière de l'avoir vu tout donner pour revenir en vie ou dégoûtée parce qu'elle avait prit enfin part aux jeux ? Elle avait envie de s'allonger, de fermer les yeux et trouver refuge dans le sommeil mais les circonstances ne le lui permettaient pas. Les cauchemars prendraient sûrement la relève, il n'y avait pas d'échappatoire. Il n'y en aurait jamais...


EPHEMERAL EXISTENCE 
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)   

Revenir en haut Aller en bas
 

GROUPE.D – phase 3, jour 3 (obligatoire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 6 :: 79th HG :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.