petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 VI,2. Les derniers adieux (04)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MAITRE DU JEU
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



MessageSujet: VI,2. Les derniers adieux (04)   Dim 26 Juin - 20:30


79th Hunger Games
“Adieux ”


(c) mockingjaystaff

La Moisson vient tout juste de prendre fin dans tous les districts. Après avoir acclamé ou pleuré le tirage au sort des jeunes tributs, ces derniers sont emmenés dans l'hôtel de justice pour recevoir les dernières visites de leurs proches. Ceux-ci viendront pour quelques petites minutes pour soutenir une soeur, un fils, un cousin, une amie... Prendre dans ses bras l'être aimé que l'on ne reverra peut-être jamais, le revoir une dernière fois avant qu'il parte pour l'arène subir une fatale destinée. Ou peut-être lui donner les derniers conseils pour revenir à la maison à l'issue des jeux ?

les adieux
Le temps des adieux commence sur le forum. Pour ceux qui ne sauraient pas comment cela se passe par rapport aux livres/films, voici une petite description pour vous mettre dans l'ambiance. Chaque tribut est enfermé dans une salle de l'hôtel de justice. Il y attend ses proches, qui viennent chacun leur tour (par exemple la famille - parents, frère/soeur - puis les amis - qui peuvent venir séparément) et qui ne peuvent rester que cinq minutes. Quand tous les proches sont passés, il est temps de partir pour la gare et prendre le train pour le Capitole.

Ce sujet est mis à votre disposition pour poster seul (avec des PNJs) si vous n'avez pas d'autres membres avec qui rp. Sinon, vous êtes libres de créer vos sujets avec d'autres membres, merci d'indiquer tout de même dans le titre 'VI,2" pour que nous puissions différencier les rps 'simples' à ceux des adieux. Il vous sera aussi demandé de faire des rps courts, sachant que les visites ne durent que cinq minutes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mockingjay.forumgratuit.fr
avatar
DISTRICT 4
△ correspondances : 341
△ points : 2
△ multicomptes : ( dead : Heavin, Isralae) Le fou Rajaël
△ à Panem depuis le : 14/06/2016
△ humeur : Morte
△ âge du personnage : 16 piges
△ occupation : Pêcheur & tribut


can you save me?
statut: Bitch
relationships:


MessageSujet: Re: VI,2. Les derniers adieux (04)   Mer 29 Juin - 17:30


Les adieux







You know her since she was a girl. Now watch her become a woman.


La foule ovationne, glorifie ses deux futures dépouilles qui reviendront dans leur district à bord d'un train luxurieux. La foule t'applaudit, toi l'usurpatrice, et lui le carrière. Une suicidaire et un orgueilleux. Vous deux, sur l'estrade. Super, un super duo de choc.
L'histoire suit son cours. L'hôtesse vous relâche, les pacificateurs prennent le relais et t'enlèvent à ta terre natale pour t'isoler par la petite porte derrière l'estrade. Et tu te retrouves vite embastillée dans une pièce vide de l'hôtel de justice. Et toi t'as même pas le temps de jeter un dernier coup d'œil à la cohue. À ton cousin perdu de vue.
T'as cru être aguerrie à la solitude, et pourtant une sensation de manque inéprouvée te décime les entrailles. Une insoutenable privatisation par ta faute imposée, t'es soudainement esclave du supplice de Tantale. Et tu sais qu'on t'as déjà exterminée même avant ton entrée dans cette foutue arène malsaine et carnassière. T'es cloîtrée là. Tu fais les cent pas. Derrière la porte t'entends le timbre des voix qui discourent, qui jacassent. Et toi t'es là, plus abandonnée que jamais. Gosse répudiée, reniée ; gosse infâme, indigne. Ouais, au fond tu mérites que ça. La déréliction jusque dans le couloir de la mort. T'ignores vraiment si Gray va refaire surface, ou s'il t'as lâchement abandonnée dans cette masse humaine, là-bas devant l'estrade. T'ignores s'il s'est pas déjà évadé de la réalité ébréchante, avec une bouteille dans les reins ou en train de se tuer au boulot pour oublier que lui aussi va finir sa vie en solo désormais. Tu vous as condamnés tous les deux, et puis après ?
T'enrages d'entendre encore une seconde de plus ces saloperies de voix de l'autre côté de la cloison, à l'autre bout du bâtiment. T'as des larmes qui s'invitent dans tes orbes bleuâtres, et qui commencent à te picoter les narines. Tu t'autorises à péter les plombs, au moins une fois. Rien qu'une fois. Tu brailles de rage, de haine, un instant, tu trembles de tous tes membres. Tu supportes plus rien, rien du monde incommensurable qui t'emprisonne dans une cellule toujours plus précaire, aux barreaux toujours plus acérés. Ton poing vient s'abattre dans le mur. Et tes phalanges cèdent une à une, elles craquent. Quand tu écartes ta main tu t'aperçois qu'une crevasse s'est dessinée, aux contours de ton poing. T'es pas si faible que ça en fait. Tu colles ton dos au mur et tu te laisses glisser au sol. Tu te recroquevilles sur toi-même, sans aucun cocon autour de ton corps désarmé. Tes dents viennent mordre tes genoux nus sous ta coquette robe vermeille. Tu fermes tes deux grands yeux et tu laisses les larmes inonder ta chair d'albâtre, tes pommettes saillantes, ronger tes lèvres replètes.

— Si un jour on m'avait dit que je verrais l'insensible Siwan Joráh chialer comme un rejeton, je l'aurais pas cru. une voix railleuse. Tu tressailles, tu dégrafes tes deux perles luisantes. Il se tient plus loin, dans l'ombre d'un coin, le cul vissé sur un tabouret quelconque. T'essuies tes larmes sur le pan de tissu rubicond qui couvre ton épaule creuse, et puis tu reprends uniment ton air maussade. Celui que tu lui livres incessamment. Tu lui lances un regard bourré d'éclairs, et tu te pinces les lèvres. Tu pensais quand même pas que t'allais te débarrasser de moi ? il sourit, faiblement, mais il est sincère. Il t'as jamais parlé comme ça auparavant. Mais comme sur scène tout à l'heure, quelque chose de nouveau se produit. Il sait que tu vas y laisser ta peau. Toi tu le sais aussi. C'est une aubaine de pouvoir avouer tout ce qu'on pense à l'autre, alors que d'autres perdent leurs gosses ou leur ascendants sans crier garde. Sans mot de fin, pour clore l'histoire.
— J'ai failli attendre. tu lui lances, rauque. Mais tu peux empêcher un sourire naissant au coin des lèvres. Tu te lèves et fais trois pas dans sa direction, sans le lâcher de tes prunelles électriques. Les adieux ça dure que cinq minutes, et ta petite crise de nerfs t'as déjà fait perdre deux bonnes minutes, facile. T'as un truc à me dire ? tu lui demandes en sifflant. Mais ce moment, c'est le meilleur de ta vie. Ce moment, c'est celui où tu prends conscience qu'enfin t'as trouvé quelqu'un qui t'aime. Et plus que ça encore, t'as trouvé quelqu'un que tu aimes.
— À te donner, plutôt. il arque un sourcil, s'approche de toi, fourrageant le fond de la poche de son jean vétuste. Et il vient se poser juste derrière toi, si bien que tu sens son souffle voguer sur tes cheveux coupés droit au-dessus de ta nuque. Il les effleure du bout des doigts, délicat. Et il passe sa main tout autour de ton cou. Tu sens immédiatement quelque chose qui t'emprisonnes la gorge. Mais tu restes inerte. Il caresse tes cheveux une dernière fois, avant de revenir face à toi. C'est moi qui l'ai fait pour toi, pour que t'aies un souvenir de la maison et de la famille. « De moi » il aurait pu ajouter, car ta famille c'est lui, rien que lui. Tu passes tes cartilages osseux sur ton encolure, et tu sens un collier étroit qui te sers le col. C'est en filet de pêche du marché, je l'ai tressé là-bas pour toi. Et ça, ça explique une chose cruciale ; il savait que t'allais te porter volontaire. Tu demeures muette, tu sais pas vraiment quoi dire en fait. Et puis comme ça, tu m'en devras un à ton retour. il sourit une fois encore, des perles larmoyantes dans les yeux. Il vient de mentir, et tu le remarques aussitôt. Tu te rues vers lui, et il te porte dans ses bras, décollant tes pieds du sol, parce qu'à côté de lui t'es minuscule. Ton visage vient se lover dans son épaule râblée, chaude et réconfortante.
— Merci. tu souffles dans le lobe de son oreille. Tes larmes s'abattent sur son épiderme, imbibent sa manche décolorée. Ça c'est ton cadeau à toi, la dernière chose que tu lui laisses en retour. Tes larmes.

Et puis, les pacificateurs déclouent la porte dans un fracas. Un t'attrape sous le bras. L'autre t'arrache à ton cousin pour t'embarquer loin. Loin de tout, loin de ta maison, loin de ce que tu aimes, loin de la vie. Tes prunelles harponnent celles de Gray tant que tu le vois. Puis au tournant tu romps le contact. Tu gesticules, tu cognes contre le torse du pacificateur qui te relâche. Alors, tu marches à côté d'eux. Vers le train. Vers le Capitole. Vers la mort. Tu sèches tes larmes. Tu renifles sauvagement et tu lèves la tête, dédaigneuse. Faut que t'aies fière allure à la gare, devant toutes les caméras. Mais ton arrogance est feinte, parce qu'au fond de toi t'es bousillée.
Seulement c'est toi qui a choisi.
Rien que toi.
Le sacrifice.

HRP.

© Great Thief


(IN)ACHEVÉE
Que le pécheur pèche encore, et que l'homme souillé se souille encore. — apocalypse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9436-siwan-jorah-kill-or-be-killed
 

VI,2. Les derniers adieux (04)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 6 :: 79th HG-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.