petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 sujet commun (pacificateurs) ~ allies or enemies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MAITRE DU JEU
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



MessageSujet: sujet commun (pacificateurs) ~ allies or enemies   Sam 20 Fév - 20:45


“ allies or enemies ”
sujet commun pacificateurs


Qu’ils soient directement visés par une plainte, appelés comme témoin ou simplement spectateur des procès, tous les Pacificateurs sont directement concernés par ceux-ci, à des degrés différents. Il y a tout d’abord les malchanceux qui ont dû répondre de leurs actes, ils sont une bonne trentaine en tout, sur les milliers d’hommes qui composent les rangs des Pacificateurs. Une trentaine d’hommes qui peuvent salir une organisation bien huilée depuis maintenant plusieurs décennies, mettant définitivement à mal l’image de cette autorité déjà malmenée au fil des ans. Certes, certains Pacificateurs usent et abusent de leur pouvoir, mais il serait déplacé de tous les mettre dans le même panier, quand beaucoup se contentent d’effectuer leur travail dans le plus grand respect de leur formation. Ces Pacificateurs ont pour la plupart joué le rôle de témoin, souvent pour protéger leurs collègues, parfois pour les enfoncer, si la peur des représailles ne planait pas sur leur tête. Les derniers, enfin, qui n’ont pas été directement concernés par les procès, souffrent de la réputation qui est désormais la leur. Les verdicts ne sont pas encore tombés mais bien même si ceux-ci venaient à être favorables aux gardiens de la paix, leur réputation est désormais salie. Arriveront-ils seulement à la rattraper ? Seul l’avenir nous le dira. Dans le doute, une réunion de crise est organisée au district deux, là où la formation des autorités se déroule. Les hommes en blanc sont nombreux à avoir fait le déplacement. Seuls ceux qui se complaisent à se penser non-concernés par les procès et par l’image qu’ils renvoient de leur travail n’ont pas jugé utile de faire le déplacement.

La réunion va être houleuse, en vue des caractères parfois radicalement opposés des hommes que comptent les rangs des Pacificateurs. Des sadiques, des timides, des requins, des perdus, des indifférents. Certains n’auront aucune gêne à faire entendre leur avis et à l’imposer aux autres, quand d’autres se voudront plus silencieux, quitte à suivre des décisions qu’ils n’approuveront pas. Il y a beaucoup à discuter, mais une chose est certaine : la panique règne entre les murs de l’école des Pacificateurs, bien qu’en apparence les autorités soient toujours aussi intouchables. Parmi les Pacificateurs présents, certains craignent évidemment pour leur place, d’autres s’avèrent rassurés que des sanctions soient prises à l’encontre de leurs collègues ayant le fouet facile. Il y a ceux qui apprécient la mise en place d’un cadre pour défendre leur profession et, enfin, il y a quelques éléments qui savourent l’idée de ne plus être la risée de leurs camarades pour leur pacifisme, maintenant qu’il s’est avéré qu’il était préférable d’agir de la sorte. Quoi qu’il en soit, tous ont quelque chose à dire. Les heures passent. De l’avis général, il faut que les Pacificateurs fassent désormais profil bas et exercent leur métier sans basculer dans la violence. Une décision approuvée par la majorité, principalement par dépit de la part de ceux n’osant prendre la parole.

Et parmi ceux qui osent la prendre, citons tout d’abord le Général @Hunter Blackbird-Crowley, Pacificateur le plus puissant de Panem, mais aussi l’un de ceux ayant essuyé le plus d’accusations lors des procès. Il est peut-être mal placé pour donner son avis vu la situation qu’est la sienne, mais en tant que chef des Pacificateurs, il se doit de s’assurer de la continuité de cette organisation. Alors que certains veulent modérer les choses, il s’oppose à cette idée. Il peut compter sur le soutien d’@Adonis Nightsprings, le chef Pacificateur du district huit, qui se veut certes moins virulent que le Général, mais qui n’est pas pour autant d’accord de se laisser marcher sur les pieds, tout comme sa seconde, @Loreley S. O'Connor, fidèle alliée d’Adonis. Tous deux partagent la même incompréhension des procès et un certain scepticisme envers Ulysses Deverell. @Charlie T. Seearden, elle, se veut un peu plus souple concernant les procès des Pacificateurs, estimant que certains le méritaient. Évidemment, pour ceux visés par ces procès, cette révélation s’apparente à une trahison et ils se sentent concernés par les propos de la jeune femme qui, ne l’oublions pas, appartenait au district treize avant de rejoindre les rangs des Pacificateurs. Elle a su faire ses preuves, mais en ces temps de doute, la méfiance est plus présente que jamais. Peut-être que cette méfiance devrait être mieux dirigée, envers @Chaol Trajan, par exemple, nouvellement promu et dont l’âge laisse songeur certains Pacificateurs expérimentés. Trop lisse, trop parfait, son discours apparaît comme trop travaillé pour être sincère aux yeux de certains. L’ambiance de la pièce est pesante, chacun observant son voisin du coin de l’œil, la méfiance étant de rigueur. Qui sont mes alliés, mais surtout, qui sont mes ennemis ?  


~~~

✤ Le sujet commun des pacificateurs est désormais ouvert aux participants s'étant inscrits et ayant rempli le formulaire demandé par message privé. Nous vous rappelons qu'en vous inscrivant, vous vous êtes engagés à prendre part à ce sujet, sans quoi nous nous permettrons de décider des conséquences pour votre personnage. Merci donc de faire vivre ce sujet.
✤ Pour ce premier tour, il n'y a pas d'ordre imposé, mais une fois que chacun des participants aura répondu, l'ordre devra être respecté (ce sujet sera édité pour inscrire l'ordre). Si un membre met trop de temps à répondre, son tour sautera.
✤ Le contexte vous donne une indication des opinions de chacun de façon à distinguer vos alliés et vos adversaires, mais vos personnages ne le savent pas encore, le but étant justement que les opinions de chacun soient dévoilées pour mener une discussion.
✤ Nous vous rendons attentifs au fait que nous voulons des réponses rapides, ainsi il ne devra pas y avoir plus de sept jours (grand maximum) entre chacune des réponses. Pour cela, les réponses courtes sont à privilégier.
✤ Si la mise en situation ne correspond pas à l'un de vos personnages ou vous pose problème pour une quelconque raison, n'hésitez pas à envoyer un message privé à @Alexiane R. Hawthorne, de même si vous avez des questions sur ce sujet.
✤ Et le plus important, bon jeu à vous ! I love you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mockingjay.forumgratuit.fr
avatar
DISTRICT 8
△ correspondances : 2406
△ points : 12
△ multicomptes : Robin D. Bates / F. J. Kennedy
△ à Panem depuis le : 01/04/2012
△ humeur : Blasé.
△ âge du personnage : 35 ans
△ occupation : [i]Chef[/i] Pacificateur du D08


can you save me?
statut: Single.
relationships:


MessageSujet: Re: sujet commun (pacificateurs) ~ allies or enemies   Dim 21 Fév - 16:19

    Adonis n'avait pas dit un mot. Assis dans le train avec quelques pacificateurs de son District, notamment Loreley, il avait été incapable de dire quoi que ce soit. Il n'y avait rien à dire, de toute façon. Pour le moment. Il avait à la fois hâte de s'entretenir avec ses collègues et supérieurs tout en étant totalement terrifié à l'idée de ce qui en ressortirait. Les procès étaient devenus public, tout le monde savait ce qu'il s'était passé. Il voulait en terminer une bonne fois pour toute avec cette affaire, quitte à être jugé par ceux qu'il côtoyait. O'Connor ne l'avait pas jugé. Pourtant, il avait été incapable de la regarder dans les yeux depuis qu'ils étaient sortis du Capitole. Il se devrait de le faire. Elle était la seule personne en qui il avait véritablement confiance. Mais pour le moment, il profitait du trajet pour se permettre faiblesse et lâcheté.


    C'était assez intimidant de revenir au District 2. Il n'y avait pas remis les pieds depuis sa promotion. Deux ans, déjà. Il regarda tout autour de lui : rien avait changé. Il inspira profondément. Il n'y avait rien à craindre ici. Il était chez lui, il était un pacificateur chef du District 8 et certains de ses collègues avaient vécu, ces dernières semaines, les mêmes misères que lui. Il leva la tête en ajustant sa veste d'uniforme. Il était temps d'arranger les choses. Il prit une nouvelle inspiration, cette fois pour regarder Loreley. Un léger sourire se dessina. Il était sûr de vouloir arranger les choses. Pour ses alliés, pour ceux qui croyaient en lui. Il s'alluma une cigarette tout en marchant, rejoignant d'un pas léger les quartiers des pacificateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DISTRICT 1
△ correspondances : 700
△ points : 0
△ multicomptes : alexiane, pepper-swann (leevy)
△ à Panem depuis le : 13/07/2011
△ humeur : opportuniste
△ âge du personnage : trente-quatre ans
△ occupation : général et connard en chef de panem


can you save me?
statut: célibataire
relationships:


MessageSujet: Re: sujet commun (pacificateurs) ~ allies or enemies   Dim 13 Mar - 1:13

Depuis le discours d’Ulysses Deverell annonçant la tenue de procès visant les Pacificateurs, le climat tendu connu à Panem a fait place à une vague de soulagement, plus particulièrement dans les districts, probablement bien plus enjoués à cette idée qu’ils ne devraient réellement l’être. Je le reconnais ; sur le papier cette idée s’avère séduisante. Pour eux, évidemment, puisqu’à mes yeux elle m’apparait comme une grossière erreur susceptible de bousculer l’équilibre de tout un pays, déjà maintes fois égratignés. À la différence que cette fois-ci le responsable est le Président en personne. Deverell m’est toujours apparu comme un homme n’ayant pas les épaules assez larges pour porter un pays comme Panem sur ses épaules, et les multiples décisions prises au fil des semaines n’a fait que confirmer mon a priori. L’idée s’avère donc séduisante pour ces païens ; si on m’offrait la possibilité de me retourner contre ceux que je considère comme des ennemis, je ne manquerais pas de saisir l’opportunité, en omettant – bien évidemment – certains détails susceptibles de me faire passer du statut de victime à celui de responsable. Car responsables de leur sort, les citoyens des districts le sont. Aucune répression n’aurait lieu d’être s’ils parvenaient à rester à leur place et à filer droit, mais respecter les lois leur semble être un concept totalement inconnu, alors qu’à l’inverse, se faire passer pour une pauvre victime est un concept qu’ils maîtrisent à la perfection. Voler, mentir, couvrir les ennemis des autorités ou tout autre irrespect aux règles amène inévitablement à des conséquences, qu’il serait temps pour eux d’assumer plutôt que de constamment rejeter la faute sur ceux qui seraient prêts à donner leur vie pour protéger ce pays.

Ainsi, la décision prise lors de cette petite réunion de faire profil bas ne me convient guère. D’ailleurs, je ne comprends pas que la décision soit revenue à un représentant du Capitole et non à moi-même ; en tant que Général de Panem, Pacificateur le plus haut-gradé du pays, je suis à même de prendre les mesures qui s’imposent. Or, de mon point de vue, elles ne consistent pas à faire profil bas en attendant sagement que l’issue des procès soit décidée. Car il est tout bonnement impensable que les païens – ou pire, les rebelles – profitent de cette situation, profitent de la faiblesse qui nous est imposée pour tenter de semer – une nouvelle fois – le chaos à Panem. Je ne les laisserais pas faire. Je n’ai plus grand-chose à perdre après tout, étant moi-même visé par l’un des procès organisé par Deverell, ma place est déjà en danger. Quitte à perdre celle-ci – décision qui serait à ajouter à toutes les mauvaises imposées par le Président – autant la perdre en ayant tenté d’agir pour sauver ce pays, mon pays plutôt que de l’avoir regardé sombrer sans lui tendre la main.

La pièce se vide peu-à-peu suite à cette annonce avec laquelle je ne parviens pas à être d’accord, ce qui m’empêche de quitter les lieux l’esprit léger. Je reste sur place, je réfléchis, j’observe, et quand le comité n’est plus qu’intime, je concède à prendre la parole. C’est mon rôle après tout, guidé mes hommes et j’ose espérer qu’ils sauront accorder leur confiance à celui qui la mérite, à moi plutôt qu’à ce ministre qui prétend connaître notre métier mieux que nous-mêmes alors qu’il n’a jamais été confronté à la réalité du terrain et au vrai visage des citoyens. « Si vous estimez que la décision prise est la bonne, vous savez où se situe la porte. » C’est leur choix ; je le respecte bien que je ne le comprenne pas. Mais il est inutile pour eux de rester plus longtemps, la discussion qui va suivre risquant de leur déplaire. « Votre supérieur, ce n’est pas cet homme qui s’est pointé comme une fleur sans jamais avoir eu un aperçu de notre quotidien. Il est devant vous et en tant que supérieur je vous impose de ne pas faire profil bas. » Je lance, alors que je m’avance pour faire face aux Pacificateurs encore présents dans la pièce. « La situation actuelle est difficile pour beaucoup d’entre nous, je le conçois, et elle nous impose de réfléchir avant d’agir, d’évaluer chaque situation comme jamais auparavant et de remettre en question chacune de nos actions, alors qu'il est parfois nécessaire d'agir sans perdre de temps, pour le bien de tous, mais surtout pour la sécurité de notre pays. » J’essaie de rester impassible, pour autant la colère ne tarde pas à se frayer un chemin à mesure que j’évoque les contraintes liées à la décision prise quelques instants plus tôt. « Si nous devons faire preuve de souplesse dans les prochaines semaines, si nous devons tolérer des actes illégaux qui se déroulent sous nos yeux simplement parce que le contexte actuel ne nous permet pas d’exercer notre métier correctement, autant déposer nos insignes immédiatement. » Et, très honnêtement, ce n’est pas l’envie qui manque. J’aime mon métier comme personne, je me suis dévoué corps et âme depuis mes dix-huit ans pour être le meilleur dans mon domaine, je donnerais ma vie pour celui-ci. Mais dernièrement, avec l’arrivée de Deverell au pouvoir et ses décisions visant à instaurer une démocratie, je dois admettre que je me demande si le jeu en vaut réellement la chandelle. Mais à présent qu’il tente de m’ôter ce à quoi j’ai consacré ma vie, je ne compte pas lui accorder la victoire. « Nous ne ferons pas profil bas. Nous allons continuer de surveiller avec rigueur les districts auxquels nous sommes assignés et continuer de punir ceux qui le méritent en outrepassant les lois. La situation actuelle ne nous permet pas de faire profil bas, bien au contraire, nous ne pouvons pas nous permettre de faire preuve de souplesse maintenant. » Ou faisons-le, et offrons la possibilité à ceux qui attendent ce moment depuis des décennies de saisir l’opportunité de tenter de renverser le gouvernement, une nouvelle fois. « J’ai toujours attendu de vous un engagement sans faille et, aujourd’hui plus que jamais, je vous demande de me prouver que j’ai raison de vous faire confiance. » Je termine, mes prunelles s’attardant sur les éléments peuplant la pièce.



you see, in their last moments, people show you who they really are. so in a way, i know your friends better than you ever did. would you like to know which of them were cowards ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DISTRICT 8
△ correspondances : 2406
△ points : 12
△ multicomptes : Robin D. Bates / F. J. Kennedy
△ à Panem depuis le : 01/04/2012
△ humeur : Blasé.
△ âge du personnage : 35 ans
△ occupation : [i]Chef[/i] Pacificateur du D08


can you save me?
statut: Single.
relationships:


MessageSujet: Re: sujet commun (pacificateurs) ~ allies or enemies   Dim 24 Avr - 12:37

    Posté dans le fond de la salle, avec quelques de ses collègues du District 8 à ses côtés, Adonis écoutait, ou plutôt, buvait les paroles de Hunter Blackbird-Crowley. Il n'avait jamais eu l'occasion de l'approcher de si près. Il représentait, aux yeux d'Adonis, tellement plus que Snow, tellement plus que le Capitole ou le gouvernement tout entier : les Pacificateurs, avec un grand P. Il était le pouvoir, la puissance, la force physique et psychique, il était l'ordre et l'impartialité. Il était le juge, le juré et le bourreau. Il était tout ce qu'Adonis aspirait à devenir depuis toujours. Sans un mot, il fixait l'homme qui parlait avec sagesse. La pièce s'était vidée tout doucement. Adonis avait vu des visages familiers repartir, la queue entre les jambes, tandis que d'autres étaient restés debout, la tête haute. Il tourna légèrement la tête vers O'Connor qui, elle aussi, avait le menton relevé, fière. Il croisa les bras et gonfla le torse : il avait de quoi s'accrocher.

    Le chef avait raison, il était hors de question de déposer les armes. Certes, Adonis devait certainement avoir plus à se reprocher que la moitié des hommes et des femmes ici présents, mais il avait changé. La vie l'avait forcé à changer. Il s'était perdu, plus d'une fois, mais cela n'arriverait plus. Il était temps pour lui de reprendre sa vie en main et cela commençait par son métier. Il avait dévoué sa vie entière aux Pacificateurs, ce n'était pas Deverell qui changerait tout cela en un claquement de doigts. Il ajusta son uniforme immaculé et regarda droit dans les yeux Hunter Blackbird-Crowley.

    Vous pouvez compter sur moi.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DU JEU
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



MessageSujet: Re: sujet commun (pacificateurs) ~ allies or enemies   Lun 25 Juil - 19:23


“ allies or enemies ”
conclusion


Aux premières paroles du général, certains décident de prendre discrètement la porte comme il leur invite à le faire, pensant effectivement que l’ordre de faire profil bas est la solution la plus adéquate. Ceux qui restent, eux, écoutent religieusement le chef leur annoncer qu’ils n’ont pas à faire profil bas et mieux, qu’il leur ordonne de ne pas le faire et ce, pour plusieurs raisons. En effet, @Hunter Blackbird-Crowley ne pense pas que faire preuve de discrétion et de souplesse soit la solution adaptée en ces temps de crise. Certes, ils sont visés par des plaintes, mais relâcher leurs efforts serait faire preuve de faiblesse et permettre aux rebelles de tenter, une nouvelle fois, de reprendre le dessus et de mettre à mal le gouvernement. Si Hunter trouve des soutiens, notamment en la personne d’@Adonis Nightsprings, pacificateur réputé pour ses mauvaises actions qui s’est peu-à-peu racheté en étant un élément essentiel à la sécurité du pays, sur lequel le Général peut compter sans douter de sa bonne foi. Mais s’il peut compter sur ce soutien sans faille, d’autres se veulent plus réticents, à commencer par la seconde d’Adonis, @"Loreley S. O’Connor", dont le silence se veut pesant. Si jusqu’ici elle a toujours été un élément important des pacificateurs, son manque d’implication et de considération pour la situation provoque l’agacement de certains voire même de son plus fidèle allié, Adonis. La jeune femme termine la journée avec un rapport disciplinaire pour son manque d’implication. Si @Charlie T. Seearden se voulait plus modérée, ses paroles n’ont pas su convaincre ses camarades. Elle qui estimait que faire profil bas est effectivement la solution a adopté et que la position inconfortable qu’est la leur actuellement nécessite forcément de faire preuve de plus de rigueur, se retrouve sous le coup d’une enquête interne, son allégeance aux pacificateurs étant grandement remise en question à la suite de cette rencontre. Personne n’a oublié qu’elle est passée par le district treize avant de rejoindre les rangs des pacificateurs et la confiance qu’elle avait réussie à instaurer avec ses collègues vient de s’effondrer. D’alliée, elle est passée à potentiellement traître et se retrouve mise à pied le temps que l’enquête interne détermine si elle est réellement de confiance ou non. Quant à @"Chaol Trajan", que personne ne soupçonnait et qui apparaissait même comme un prodige en ayant obtenu le rang de chef des pacificateurs très jeune, ce dernier s’est trahi au cours de la discussion, révélant ainsi ses idées rebelles et son double-jeu au sein des pacificateurs. Il a tenté de rattraper le coup, mais personne ne fut dupe et c’est les menottes aux mains que ce dernier a quitté les lieux, avant d’être exécuté quelques jours plus tard dans le plus grand secret, pour trahison envers Panem.

~~~

✤ Ce sujet commun arrive désormais à sa conclusion. Il reste toutefois ouvert encore quelques temps si vous souhaitez jouer en rp les conclusions réservées aux divers personnages.
✤ Comme vous pouvez le constater, ceux qui ont joué le jeu bénéficient de conclusions plus agréables que ceux qui n'ont pas daigné le faire. Merci de respecter celles-ci dans vos futurs sujets ! Dans la mesure du possible, nous avons essayé de convenir à vos personnages et de ne pas les handicaper, mais si cela vous freine dans l'évolution de votre personnage, n'hésitez pas à envoyer un mp à @Alexiane R. Hawthorne. Merci à tous d'avoir joué le jeu  I love you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mockingjay.forumgratuit.fr
avatar
DISTRICT 8
△ correspondances : 2406
△ points : 12
△ multicomptes : Robin D. Bates / F. J. Kennedy
△ à Panem depuis le : 01/04/2012
△ humeur : Blasé.
△ âge du personnage : 35 ans
△ occupation : [i]Chef[/i] Pacificateur du D08


can you save me?
statut: Single.
relationships:


MessageSujet: Re: sujet commun (pacificateurs) ~ allies or enemies   Lun 1 Aoû - 17:04

    Cette réunion avait au moins été fructueuse sur un point : il continuait à être déçu par certaines personnes qu'il jugeait de confiance. Durant le reste du séjour au District 2, discuter avec O'Connor avait été plutôt difficile. Elle était restée silencieuse sur beaucoup de choses. Après l'avoir défendu corps et âme pendant les procès, désormais, elle se taisait ? C'était étrange. Trop étrange. Adonis n'aimait pas ça. Comment faire pour lui faire confiance à nouveau ? Surtout après un rapport disciplinaire ? La déception se lisait dans les yeux du pacificateur du 8 mais il avait quand même beaucoup de mal à renier la jeune femme. Elle avait été la seule à rester à ses côtés et à le soutenir. C'était dur à croire. Néanmoins, il avait prêté allégeance à Hunter et s'il jugeait bon qu'elle reçoive un rapport, soit.

    Après tous les procès qu'il y avait eu, après que le nom de bons éléments avaient été trainés dans la boue, comment un homme comme Chaol Trajan, à la tête du District 12, avait pu passer entre les mailles du filet ? Adonis frissonna, se rappelant la trahison de O'Candria. Il y avait donc toujours des traitres dans les rangs des Pacificateurs... Et lui, à qui on avait retiré son titre, qui avait toujours tout fait pour le Capitole, comme beaucoup d'autres Pacificateurs... Oui, cette réunion avait été fructueuse. Même s'il n'était plus très sûr d'avoir confiance en ses collègues. Sauf Hunter. Il n'y avait vraiment qu'en son chef qu'il croyait dur comme fer, dans tous les pacificateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: sujet commun (pacificateurs) ~ allies or enemies   

Revenir en haut Aller en bas
 

sujet commun (pacificateurs) ~ allies or enemies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: District 2 :: Ecole de pacificateurs-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.