petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 every scar will build my throne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
DISTRICT 2
△ correspondances : 1251
△ points : 52
△ multicomptes : avery j. hawthorne
△ à Panem depuis le : 30/12/2015
△ humeur : perplexe
△ âge du personnage : vingt-six ans
△ occupation : apprentie charpentier - a abandonné sa formation de Pacificatrice au bout de presque deux ans.


can you save me?
statut: single
relationships:


MessageSujet: every scar will build my throne.   Mer 30 Déc - 18:27



erin leventhorpe
❝ WHO AM I LIVING FOR? ❞
Mon nom est Erin Leventhorpe, j'ai vingt-six ans. Je suis originaire du District 2, où j'ai vécu jusqu'à présent. J'ai grandi bien à mon aise dans une famille de pacificateurs. Mes parents me destinaient d'ailleurs à une grande carrière comme la leur et ont planifié ma formation bien avant ma naissance.
C'est le chemin que j'ai pris, dans un premier temps, à peine mes dix-huit bougies soufflées. Et j'ai ouvert les yeux. J'ai compris. Je ne sais pas comment, ni pourquoi, mais je me suis rendue compte que je n'avais jamais été à ma place.
Toutes ces années j'avais cherché à suivre les traces de mes ancêtres, de mes parents, pour finalement... pour finalement rien en fait. J'ai finalement pris la décision de m'engager comme apprentie charpentier. Un métier que je n'affectionne pas plus que cela, mais il fallait bien faire quelque chose...

J'ai toujours été une gamine enjouée, du moins jusqu'au suicide de ma mère. Avoir un parent qui se donne la mort quand on a sept ou huit ans, c'est sûr que ça laisse des traces.
Je suis solitaire, pessimiste et parfois sarcastique. J'ai constamment cette boule au ventre, cette peur qui me transperce comme un sabre. Ce sentiment commence à me ronger et a laissé place à de l'amertume. C'est notamment pour cela que j'ai décidé de fuir, de laisser cette vie de mensonges derrière moi. D'abandonner mon père, que j'ai toujours tellement tenu en estime. Je ne cautionne plus tous ces privilèges et cette violence. Je ne suis pas un toutou du Capitole. Mais je n'arrive plus à regarder mon père dans les yeux, ni même mes grands parents. J'ai pris la décision de partir loin de ce monde et du confort que j'ai connu toute ma vie, et personne ne pourra me faire changer d'avis... enfin, je crois.
J'ai en effet beaucoup de mal à accorder ma confiance à quelqu'un que je ne connais pas. Je préfère rester silencieuse, observer tout en restant en retrait. Je trouve que l'on apprend d'autant plus de choses en analysant le comportement d'une personne et sa façon de s'exprimer.
J'ai toujours été relativement malléable, têtue ...mais obéissante. Cela correspondait d'ailleurs à merveille avec ma formation de pacificatrice. On ne me demandait pas mon avis, et cela me convenait parfaitement.
Je suis de taille moyenne, environ 1 mètre 68, pour une petite cinquantaine de kilos. Je mange peu, et j'ai été forcée de faire pas mal d'exercices. J'ai les cheveux blonds et bouclés, mais malheureusement fins et cassants. Je constate d'ailleurs souvent le matin en me réveillant que je m'arrache les cheveux dans mon sommeil... Je dors très mal, je fais de nombreux cauchemars et crises de panique. J'ai toujours détesté le noir...
Je suis néanmoins une personne entière et sincère, qui une fois apprivoisée sait rendre l'amour et l'affection qu'on lui donne. Je suis une amie fidèle, mais également un soldat brave et loyale.
Quand j'arrive à trouver le sommeil assez rapidement et à ne pas rêver de scènes de combats macabres ou de pendus, je m'imagine aux bras d'un homme grand et fort, entourée de plusieurs enfants bruyants et joyeux. C'est un rêve de petite fille - je le sais - mais je n'ai jamais connu l'amour, jamais encore approché un homme à moins de 2 mètres pour avoir un contact intime. Je suis vierge (oui, c'est dit), archi vierge même.

En résumé, tout ce que je cherche? C'est une place dans ce bas monde, une cause que j'estimerais suffisamment juste et importante pour me battre... Des gens à chérir et à aimer. Des vies à sauver.

about games and relative.

Aussi loin que je me souvienne, je suis la descendante d'une grande famille de pacificateurs. Mes ancêtres n'ont jamais été de très hauts gradés, mais notre excellente réputation nous a toujours précédé. Je ne me suis jamais inquiétée de voir mon nom tiré au sort pour les Jeux d'ailleurs. Je n'ai jamais eu à prendre de tesserae. Je ne me souviens pas avoir été à l'école ou avoir fréquenté les enfants de mon âge dans mon district. Mes parents ne m'ont jamais laissé regardé les Jeux. Je suis tombée dessus vers l'âge de 15-16 ans. J'étais seule chez moi, tellement curieuse que je n'ai pu m'en empêcher. J'ai immédiatement éteint la télévision.

Est-ce qu'on peut sérieusement apprécier regarder des enfants s'entretuer pour le plaisir de vieux démagos? Je ne pense pas. Je n'ai jamais compris le sens de tels Jeux, et j'ai toujours trouvé l'intérêt qu'ils suscitaient malsain et déplacé. Je trouve ce genre de spectacles horribles et dangereux. Où les hommes sont-ils capables d'aller pour assouvir leur vengeance, pour asservir les plus faibles? Je ne comprend pas qu'on puisse encourager de jeunes gens à donner la mort avec plus ou moins de violence et plus ou moins de plaisir, d'ailleurs.

Dans le D2, ça a été l'effervescence. Notre district s'est rapidement spécialisé dans la formation de Pacificateurs au fil des années, c'est pourquoi nous avons vu défiler des centaines de jeunes originaires de tout Panem pour venir agrandir les rangs. Mes parents ne m'ont jamais vraiment parler du conflit opposant les rebelles au Capitole, et notamment la place centrale qu'occupaient les Pacificateurs dans cette guerre sans fin. Je n'y ai jamais vraiment fait attention pour être honnête. Je ne suis jamais partie du Deux, je ne connais pas le Monde et ses frontières. Pour moi, l'Univers s'étend du pas de ma porte jusqu'aux ultimes plaines séparant mon district du Capitole. Je ne suis jamais allée au delà, et chaque jour mes yeux se perdent un petit peu plus loin dans le gris de l'horizon.
Les "rebelles" et la "Révolte" sont encore des termes inconnus pour moi. Je ne fuis pas pour me joindre à eux. Uniquement pour me trouver, moi-même, et me confronter au monde qui m'entoure. Je pense que je porte encore le lourd héritage de ma formation au côté des Pacificateurs... je ne peux remettre totalement en cause Panem, le Capitole et le système qui a persisté jusqu'à aujourd'hui. Je sais que quelque ne va pas, et que la violence exercée par les Pacificateurs est injustifiée, mais il s'agit de mon monde, de tout ce que j'ai toujours connu... de ma famille.

J'ai su pour le Treize il n'y a que très récemment. Mes parents n'ont jamais voulu en parler à la maison. Aborder le sujet était un véritable affront pour eux et pour mes proches. Il était impossible pour eux de concevoir qu'une bande de rebelles avaient fait renaitre le Treize de ses cendres et préparaient une attaque sur le Capitole et certains districts - dont le Deux - pour rallier le petit peuple à leur cause. Je n'ai jamais cautionné le comportement de mon père, ni son point de vue; mais je ne peux pas non plus dire que je m'identifie aux rebelles et à leurs revendications. C'est sûrement égoïste de dire tout cela... Mais c'est la triste vérité.

Qu'ils ont eu la "chance" de survivre? D'être suffisamment forts, malins ou cruels pour arriver au bout de cette funeste expérience...? Il n'y a pas grand chose à dire là dessus. Je considère que les Jeux sont suffisamment abominables pour en plus en faire un véritable culte de ces malheureuses personnes. La plupart ont des problèmes d'alcool ou psychologiques d'ailleurs. Les vainqueurs du Deux n'ont jamais brillé par leur prestance ou leur fierté. Certains sont morts seuls dans leur lit, dans la noirceur de la nuit. Seuls.

En tout honnêteté... Non. J'étais trop occupée à remettre tout mon monde en question et à planifier ma fugue pour prêter attention aux récents évènements. Je sais juste que l'élection de ce Ulysse Deverell a mis un grand coup aux Pacificateurs, à leur formation et à la situation dans les différents districts. Des têtes vont tomber, et on ne le sait que trop bien.
L'ouverture des frontières a également joué en ma faveur... Je vais commercer par rejoindre le Dix, puis... je verrais où le hasard me mènera.

Je n'ai jamais manqué de rien... Je ne dirais pas que nous sommes riches, mais mes parents ont suffisamment bien gagné leur vie pour me permettre de vivre correctement. J'ai pris mes quelques économie, fait mon sac, et je m'en vais. Je n'en peux plus de voir mon père ou les autres Pacificateurs lever la main sur homme, femme et enfant dans le Deux pour un malheureux pet de travers. J'ai réussi à prendre sur moi durant les deux premières années de ma formation, mais à quelques mois de commencer ma première mission j'ai abandonné. Mon père ne m'a jamais vraiment pardonné cet affront. Il met cela sur le compte du suicide de ma mère et m'accuse de faire une crise d'adolescence à retardement. Au contraire, je ne me suis jamais sentie aussi femme, aussi adulte qu'à cet instant. J'ai pris mes responsabilités et j'ai dit "non".
Je ne connais pas grand monde dans mon district... Mis à part les jeunes de ma promo. Mais je pense que la simple évocation de mon nom de famille en ferait frémir plus d'un.

J'ai toujours voulu être pacificatrice. Je n'ai jamais rien connu d'autre dans ma vie. L'Ordre, la Justice, les Lois de Panem. J'ai reçu une éducation stricte mais efficace. J'ai grandi dans l'amour et le respect de mes anciens. Alors forcément, quand ma mère est morte, suivie de ma grand mère... Je me suis retrouvée seule, malheureuse,dans cet univers d'hommes.
La suite de ma vie n'a été qu'ignorance et violence. Mon père n'est pas un très grand bavard. Pour lui le langage de la main fut bien plus utile que les mots.
J'ai du apprendre à me débrouiller seule, à devenir une jeune femme par mes propres moyens. C'est sûrement pour ça que je ne suis pas très féminine d'ailleurs. Je regardais passer les filles de mon district par la fenêtre. Leurs familles n'étaient pas très riches mais pourtant, elles étaient resplendissantes et terriblement belles dans leurs robes pastels.

Ma formation de Pacificateur s'est imposée à moi tout naturellement. La rigueur et les ordres furent mon quotidien pendant quasiment deux ans. J'avais la chance de pouvoir rentrer chez moi chaque jour. Mon père insista d'ailleurs pour me présenter personnellement à mes formateurs. Je n'ai pas été privilégiée, à aucun moment. J'ai été pistonnée, tout simplement.

La réforme qui est intervenue dernièrement, suite à l'élection du Président Deverell, a par ailleurs pas mal changé la donne. J'ai remarqué que le comportement de mon père avait pas mal changé. Non seulement avait-il vieilli, mais les nouvelles menaces et contraintes pesant sur les Pacificateurs le rendaient soucieux et méfiant. Il savait qu'il n'y en avait plus pour très longtemps et que le nouveau Président n'était définitivement pas en faveur de l'ancien sytème et des privilèges. Il fallait faire profil bas, tout simplement. Mais également éviter les soulèvements populaires.

Après avoir abandonné ma formation, je me suis enfermée chez moi. Je passais mes journées derrière ma fenêtre, au second, ou sur la terrasse à l'arrière de la maison face à une grande étendue verdoyante. Mon grand-père, retraité, passe le plus clair de son temps avec moi et me raconte "les grandes années des Pacificateurs et du Deux" ou ses missions dans les différents districts et au Capitole. Je vois ses yeux briller durant ses longs discours passionnés, et je regrette presque parfois d'avoir autant déçue ma famille et de n'avoir pas perpétué la grande tradition familiale. Etant enfant unique, je sais que j'ai mis fin à une histoire longue de dizaines d'années.
Peut-être qu'à mon retour les choses seront différentes. Peut-être que je m'engagerai à nouveau... Si je retrouve la foi.

J'ai du apprendre à me débrouiller par mes propres moyens, à grandir et à apprendre toute seule... Mais je n'ai jamais eu à craindre pour ma vie. J'ai toujours vécu dans un cocon sécurisé, sous la surveillance rapprochée et parfois même pesante de mon père et de mon grand père.
Je n'ai jamais pratiqué la chasse, la pêche... ou du me défendre de mes mains.
Pendant ma formation, on nous a notamment beaucoup entrainé à la lutte ou à la self-défense. Mais les quelques notions que j'ai sont basiques.
J'ai hâte de me retrouver seule dans la forêt, face à moi-même.

La colère, tout simplement. J'ai souvent gardé le silence, notamment vis-à-vis de mes parents, pour ne pas les froisser ou ne pas me faire remonter les bretelles.
J'en veux à mon père, d'être aussi froid, aussi strict alors que son enfant avait besoin d'amour et de réconfort. J'avais besoin qu'on m'explique, qu'on me parle... Pas qu'on me laisse de côté en espérant que je suive bien sagement le chemin qu'on m'avait déjà tout tracé.
Je suis encore en colère contre ma mère. Je ne sais pas pourquoi elle nous a quitté, mon père et moi. Je ne comprendrai sûrement jamais ce geste désespéré qu'elle a eu. Tout ce que je sais, c'est que mon coeur d'enfant s'est éteint avec elle ce jour là.




JE VIENS D'UN MILIEU plus ou moins favorisé, AINSI, POUR MOI, LA NOURRITURE a toujours été abondante. DU COUP, MON NOM A très peu de CHANCE D'ETRE TIRÉ AU SORT. J'EXERCE LE MÉTIER DE ... je n'ai pas de métier, j'ai abandonné ma formation de pacificateur ET POUR TOUT VOUS DIRE, je ne me suis jamais sentie aussi libre, aussi vivante qu'aujourd'hui. JE SUIS DANS LE 2 ÈME DISTRICT. AYANT 26 ans JE ne peux plus PARTICIPER AUX HUNGER GAMES ET je n'y ai jamais pensé plus que ça. ENFIN, J'ATTESTE QU'EN CRÉANT CE PERSONNAGE, J'ACCEPTE DE LE LIVRER À LA BARBARIE DES JEUX S'IL EST TIRÉ AU SORT.

tell us your story.


Je ferme les yeux, je fronce les sourcils. J’essaye de me remémorer avec le plus d’exactitude possible cet instant qui, je crois, a marqué ma vie à tout jamais. J’ai dix ans, peut-être même moins ; je sors de chez moi comme d’habitude, dans une jolie petit robe bleue adorée par mes parents, et moi-même – à mon âge, et vu ma condition, je n’ai à me soucier que de cela. La couleur de ma robe.
Je traverse les rues du District 2 où je suis née, où j’ai toujours vécu. Je croise des regards vides, des regards que je connais par cœur, et malgré l’amertume qu’ils me retournent, je suis trop jeune, trop innocente – encore – et je ne peux que leur sourire.
Je continue ma route sans trop me poser de questions, je trottine, je vole, je coure. Je ne sais pas pourquoi, mais je me sens libre, sans mes parents à mes côtés pour me prendre la main et ralentir mon allure. « Erin s’il te plait, arrête de courir », « Tiens toi droite », « Non, ne fais pas ci… », « Ne fais pas ça… », « Ne touche pas ! ». Mon père est particulièrement strict, je dois le reconnaître. Ma mère, avec ses longues boucles blondes et ses grands yeux bleus – dont il paraît que j’ai hérité – transpire l’amour et la délicatesse. Pourtant, ils sont tous deux Pacificateurs. Je ne sais pas encore bien de quoi il s’agit, mais je sais surtout que mon grand-père, maintenant retraité, en était aussi un. Ils font régner l’ordre et inspirent la méfiance. Quand nous marchons dans la rue, je vois bien comment les autres nous regardent… Je peux voir la colère et le respect que mes parents leur inspirent. Il y a autre chose aussi, mais je ne sais pas bien quoi. A vrai dire, à mon âge, on ne se pose pas trop de questions… On regarde, on observe, on apprend. Et moi, j’aime apprendre. J’aime lire !
J’ai la chance d’avoir un accès libre et illimité aux livres disponibles à la mairie de mon district. Le maire est quelqu’un de doux et d’incroyablement gentil.
Je ne vais pas à l'école de mon district. Mes parents ont refusé de me faire suivre un enseignement classique, mêlée à la troupe des jeunes élèves de mon âge. Tout ce que je sais ; lire, écrire, réciter et dessiner, je l’ai appris chez moi, avec mes parents et des proches. J’ai eu un instituteur un jour, mais mon père l’a arrêté quelques années plus tard. Je n’ai pas bien compris pourquoi, je sais juste qu’il avait fait quelque chose de très mal, car mes parents ont été absents pendant une très longue période après cela. Je sais qu’ils n’étaient pas ensemble, ils étaient dans d’autres districts pour « y faire régner l’ordre et la justice », c’est ce que grand-père m’a dit.
Quand maman est rentrée, elle avait l’air hagard et ses grands yeux bleus n’étaient plus. Elle était éteinte, je l’ai remarqué tout de suite. Plus de comptines, plus de récitations et d’histoires avant de s’endormir. Elle a même commencé à crier sur papa, à ne plus vouloir sortir, à ne plus aller travailler. J’ai bien compris que cela posait un véritable problème, car d’un jour à l’autre, notre maison s’est remplie de gens ; tous plus importants les uns que les autres, vu le respect que mes parents leur portait et les courbettes de mon grand-père… Mais maman n’est jamais retournée travailler.
« Arrêtez ! ». Je sors de ma rêverie et me retourne vers cette voix que je ne connais que trop bien. Mon sang se glace. « Arrêtez-vous immédiatement ! ». Mes parents m’ont expliqué qu’après une sommation d’un pacificateur ou d’un autre représentant des autorités, on est censé obéir sans attendre. Mais la jeune fille continue de courir, elle me pousse violemment au passage, comme si je ne pesais pas plus lourd qu’une plume, comme si elle ne m’avait pas vue. « Je vais tirer ! ». Le pacificateur passe devant moi sans un regard. Quelques mètres plus loin, j’entends la jeune femme tomber au sol dans un bruit sourd et inquiétant. Je me relève d’un bond, et moi aussi je me met à courir, imitée par plusieurs autres enfants et parents qui passaient là. « Non… s’il vous plait… pitié… ». Je cache mon visage dans le coin d’une maison et fixe attentivement la scène effroyable qui se déroule là, juste sous mes yeux. « Nous avions faim… nous avons terriblement faim ! J’ai des petits frères et sœurs… Mes parents… Vous ne pouvez pas nous laisser mourir de faim ! ». Le pacificateur la gifle violemment. Je retiens un cri. Je sais que le vol est puni par les lois de Panem et que les châtiments réservés au voleur peuvent être abominables. Mes parents m’ont appris très jeune qu’il est interdit de voler, et que si je me comportais de la sorte, on me couperait la main ! Voir les deux ! J’en frissonne déjà. J’espère qu’on ne va pas lui couper la main…
« Vous être en infraction avec les lois de notre district, de notre Nation. Mademoiselle, vous êtes une récidiviste… Vous connaissez le châtiment que l’on réserve aux gens comme vous ». La voix du pacificateur m’intrigue, par sa froideur et son flegme. Il se penche, attrape la jeune fille par les cheveux et la traine sur une bonne centaine de mètres, alors que cette dernière hurle et tente de s’accrocher à tout ce qui lui passe sous la main. Mon souffle est coupé et j’ai envie de vomir. Je sais que je devrais rentrer, mes parents m’ont toujours interdit d’aller voir ce qu’il se passait sur la place publique si je n’étais pas accompagnée. Mais je sens cette irrémédiable envie de les suivre, impérieuse et dérangeante. Je m’avance tel un robot, presque sans respirer, de peur que quelqu’un ne me découvre. Plusieurs pacificateurs rejoignent à présent leur collègue au centre de la place, leurs armes bien en vue, afin de dissuader qui que ce soit de venir en aide à la jeune femme qui continue de hurler de plus belle. Je ravale ma bile. J’ai envie de rentrer maintenant, je sais que je ne suis pas à ma place ici, et qu’une petite fille de bonne famille comme moi, n’a pas à regarder ce genre de chose. Mais cet interdit m’attire, et je suis prise d’une curiosité malsaine. Que va-t-il lui faire ? C’est un pacificateur… Quelqu’un de bien, quelqu’un de juste. Plus tard je serai sûrement une pacificatrice comme mes parents, et mes grands parents avant eux. Moi aussi je ferais régner la justice et je devrais punir les délinquants. Une raison de plus pour rester, et pourquoi pas m’inspirer de ce que j’allais voir.
Je continue à m’approcher, car à présent la place est noire de monde. Un silence de mort règne pourtant et on n’entend pas un seul bruit à des kilomètres à la ronde. Même les oiseaux semblent s’être arrêtés de siffler. « Pitié », la jeune femme lâche-t-elle dans un souffle. « Il n’y a pas de pitié pour les malfrats comme vous ». Je sens les gens se tendre nerveusement à côté de moi. Je vois des larmes, des poings se serrer. « Par application des lois de notre mère patrie, mises en place par notre Président, dont le respect s’impose à nous tous… ». Une femme éclate en sanglots – je ne comprend pas pourquoi. La jeune femme ouvre de grands yeux apeurés maintenant et cherche apparemment quelqu’un des yeux dans la triste assistance. Elle ne semble pas trouver cette personne, et je ne sais pas si cela la rassure, mais elle baisse finalement la tête, dans un sourire. « … Vous vous êtes rendue coupable de plusieurs vols, dont certains avec effraction. Par ces motifs, vous êtes condamnée à la sentence capitale. La mort ». Une longue minute s’écoule, où personne ne réagit. Mon estomac se tord. Je ne comprend pas bien ces mots, je ne comprend pas comment des lois, comment la justice peut préconiser un acte aussi barbare et radical pour une aussi jeune fille ! Elle doit avoir quinze-ans, tout au plus. J’ai le même âge que sa petite sœur Margareth. Je recule, instinctivement, alors qu’au centre de la place, un pacificateur s’avance vers la condamnée. Mon estomac se tord, mais je ne peux m’empêcher de fixer l’horreur là, devant moi, et de sursauter quand le coup parti.
La jeune femme tomba une dernière fois au sol, sans un bruit cette-fois, comme si elle venait de s’endormir d’une seule traite.

Je ne pourrais vous dire combien de temps s’est exactement écoulé entre ce moment et celui où j’ai repris mes esprits, mais quand j’ai ensuite levé les yeux vers les pacificateurs, mes petits yeux d’enfant, plein d’incompréhension et de colère, mon cœur s’est définitivement arrêté. Les gens se dispersaient autour de nous, dans un silence mortuaire et une indifférence flagrante. Mais il était là, face à moi. Mon père. J’ai senti ma gorge se nouer, mes mains trembler. Nos regards se sont croisés, et j’ai compris que je n’avais pas à être là, que je n’aurais pas du voir ce qu’il venait de se passer… Mais j’avais tout vu. Et mon cœur s’était brisé à tout jamais.
Comment un homme, bien que strict, mais pourtant rempli d’amour, qui passait silencieusement sa main dans mes cheveux blonds – les mêmes que maman – qui embrassait tendrement ma mère avant d’aller se coucher, préparait des mets délicieux pour toute notre famille et me couvrait de bisous dans le cou, alors qu’il savait pertinemment que cela me faisait mourir de rire… Comment cet homme là pouvait être aussi froid et cruel ? On me parlait de justice et d’ordre, mais il n’en était rien.
J’ai pris mes jambes à mon cou et j’ai couru aussi vite que je le pouvais. « ERIN ! ». Alors quoi ? Moi aussi je devais m’arrêter ? On me sommait, devais-je obéir sans poser de questions ?! Sans raisons ? Non. « Erin attend-moi ! S’il te plait ! C’est moi, attend ! ». J’ai tourné dans notre rue, j’ai monté les marches quatre par quatre et je me suis ruée dans le salon. Il y faisait froid, et les volets étaient encore fermés. « Maman ! Maman ! Tu ne sais pas ce que papa a fait ! … Maman ?! Maman où es-tu… ». J’ai couru comme un lion en cage, en pleurant et en reniflant bruyamment. En montant au premier, j’ai entendu mon père sur mes pas. « Erin ! Erin s’il te plait arrête toi ! Est-ce que tu vas bientôt m’écouter ?! Je suis ton père fichtre ! ». J’ai claqué la porte de ma chambre aussi fort que possible.
Je me suis retournée vers mon lit et j’ai poussé un hurlement strident, à bout de souffle. « MAMAN ! ». Mon père a dévalé les escaliers et s’est jeté sur moi. Je ne sais trop bien si c’était pour ne pas que je lui échappe, ou si c’était pour me couvrir le visage et me serrer contre lui. Maman, elle, était suspendue à une poutre, au dessus de mon lit, inerte.
Maman n’était jamais retournée travailler. Maman n’était plus… Et moi non plus.


***


J’ai ouvert mes grands yeux bleus, aussi grands que je le pouvais, écarquillés dans la nuit noire de décembre. Je devais partir, partir aussi loin que possible de ce monde de pourritures et d’abus de pouvoir. Au plus vite.



reality is here.

Bonsoir bonsoir ! Mon petit nom c'est Laura, Lauw, ou même encore Laloue... J'en vois déjà certains tilter et se dire "c'est bizarre, ça me dit quelque chose"... Eh bien OUI, me revoici, avec 2-3 ans de plus dans les dents. Je me suis inscrite sur ce forum il y a bientôt deux ans (ou trois? j'ai un doute), à la même période il me semble - j'ai toujours la bonne idée de trainer sur le net pendant les partiels et les fêtes de fin d'année m'voyez - et après avoir très mal vécu une intégration assez difficile, des rivalités pesantes à l'époque et une inactivité grandissante... J'aimerais retenter ma chance parmi vous. Je sais que le forum en est à sa 4ème année, et que les comptes fantômes se propagent à vitesse grand "V" mais je ne veux pas que cela m'arrive une nouvelle fois.
J'ai grandi, et j'espère avoir mûri ... Ma façon de RP, aussi, je l'espère! (enfin on va voir, parce que depuis mon départ de MJ à l'époque... j'ai pas vraiment eu ni le temps, ni l'envie de m'inscrire autre part). Je sais que je me lance dans un pari dangereux, que ma flemmardise et mon côté "j'abandonne-tout-iste" risquent de me rattraper... Mais ce forum me manque, le simple fait d'écrire me manque ! Je suis en fac de droit (3ème année), donc vous savez... L'imagination et toussa toussa, c'est pas vraiment ce qu'on nous demande. Sinon, je viens toujours d'Alsace, j'ai bientôt 23 piges et j'aime toujours autant la folie, le chocolat et les chats  chou

FEATURING lea seydoux © COPYRIGHT tumblr




Dernière édition par Erin Leventhorpe le Mer 13 Jan - 13:26, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9168-every-scar-will-build-my-throne#236103 http://www.mockingjay-rpg.net/t9190-d2-erin-leventhorpe http://www.mockingjay-rpg.net/t9189-d2-erin-i-feel-nothing-at-all
avatar
DISTRICT 9
△ correspondances : 13212
△ points : 2
△ multicomptes : dely, ridley, dahlia
△ à Panem depuis le : 23/04/2011
△ humeur : mélancolique
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : garde d'enfants


can you save me?
statut: célibataire
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Mer 30 Déc - 20:57

reBienvenue sur MJ chou I love you
Je vais te réserver Léa Seydoux pour une semaine

Tu avais qui comme personnage(s) ? Je crois voir mais j'ai peur de confondre et j'ai pas envie de dire de bêtises

Bonne chance pour ce nouveau personnage en tout cas


'CAUSE I STILL DO DEPEND ON YOU
SO DON'T SAY THOSE WORDS, THAT RUN ME THROUGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t19-avalon-why-does-my-heart-cry http://www.mockingjay-rpg.net/t82-avalon-can-t-live-without-you http://www.mockingjay-rpg.net/t74-avalon-journal-de-bord
avatar
DISTRICT 2
△ correspondances : 1251
△ points : 52
△ multicomptes : avery j. hawthorne
△ à Panem depuis le : 30/12/2015
△ humeur : perplexe
△ âge du personnage : vingt-six ans
△ occupation : apprentie charpentier - a abandonné sa formation de Pacificatrice au bout de presque deux ans.


can you save me?
statut: single
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Jeu 31 Déc - 12:47

Haha ! Ava ! En fait je jouais Alix Snow (avatar: willa h) ! Franchement j'étais jeune et stupide No
Promis j'ai changé (enfin je l'espère)... lol...
Bon allez, une semaine pour finir mon background ça devrait le faire non? :p Sachant que j'ai mes partiels... on est pas sorti de l'auberge... J'ai tellement d'idées pour ce perso en plus, faut que je t'envoie un mp, j'ai quelques petites questions Smile


I said it before, I won't say it again, Love is a game to you, it's not pretend. Maybe if I fall asleep, I won't breathe right, Maybe if I leave tonight, I won't come back —— IMAGINE DRAGONS.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9168-every-scar-will-build-my-throne#236103 http://www.mockingjay-rpg.net/t9190-d2-erin-leventhorpe http://www.mockingjay-rpg.net/t9189-d2-erin-i-feel-nothing-at-all
avatar
DISTRICT 5
△ correspondances : 856
△ points : 0
△ multicomptes : alaska t. rhodes : pearl i. whything
△ à Panem depuis le : 05/03/2014
△ humeur : contrôlé par la folie de la mort
△ âge du personnage : 39 ans


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Jeu 31 Déc - 13:22

Alsace Dorian
*high five*

(re) bienvenue alors madmoiselle !



death is a lie
« Jaime vainqueur qu'ils disaient. Vainqueur de quoi au juste ? Où est la victoire ? C'est la mort qui a échoué à ne pas nous emporter tous. Ce n'est pas moi qui ai gagné.... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/balaiduplacard2?fref=nf
avatar
DISTRICT 9
△ correspondances : 13212
△ points : 2
△ multicomptes : dely, ridley, dahlia
△ à Panem depuis le : 23/04/2011
△ humeur : mélancolique
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : garde d'enfants


can you save me?
statut: célibataire
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Jeu 31 Déc - 16:23

Je te confondais avec quelqu'un d'autre du coup Mais je me souviens quand même d'Alix
Et t'inquiète pas, je ne me souviens plus trop des histoires de cette époque, on est tous passé à autre chose de toute façon

Je vais lire et répondre à ton MP


'CAUSE I STILL DO DEPEND ON YOU
SO DON'T SAY THOSE WORDS, THAT RUN ME THROUGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t19-avalon-why-does-my-heart-cry http://www.mockingjay-rpg.net/t82-avalon-can-t-live-without-you http://www.mockingjay-rpg.net/t74-avalon-journal-de-bord
avatar
DISTRICT 9
△ correspondances : 3366
△ points : 51
△ multicomptes : aucun.
△ à Panem depuis le : 19/08/2015
△ humeur : terrifié.
△ âge du personnage : 18 ans.
△ occupation : agriculteur.


can you save me?
statut: romance naissante avec un (riche) styliste.
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Jeu 31 Déc - 23:14

Oh, une autre revenante Rebienvenue ici et bonne chance pour ta fiche chou



HOUSE OF MEMORIES

i don't want to be afraid - the deeper that I go, it takes my breath away; heart to heart and eyes to eyes, is this taboo? (c) signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t8896-gospel-for-the-fallen-ones-maxwell http://www.mockingjay-rpg.net/t8901-d9-maxwell-can-t-you-help-me-save-my-life http://www.mockingjay-rpg.net/t8902-d9-maxwell-make-me-robot#231683
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 268
△ points : 0
△ multicomptes : Reed, Charlie & Gold
△ à Panem depuis le : 30/03/2014
△ humeur : Anéanti.
△ âge du personnage : 31 ans.
△ occupation : Chef rebelle du District 7, incarnation de la Rébellion dans tout Panem.



MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Ven 1 Jan - 12:26

Rebienvenue ici


Too late to apologize
I wonder why I'm still runnin when I know there's no escapin'. @ ALASKA.
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t7192-i-m-waking-up-to-ash-and-dust-juju http://www.mockingjay-rpg.net/t7327-d7-julian-take-the-gun-count-to-three
avatar
DISTRICT 8
△ correspondances : 2406
△ points : 12
△ multicomptes : Robin D. Bates / F. J. Kennedy
△ à Panem depuis le : 01/04/2012
△ humeur : Blasé.
△ âge du personnage : 35 ans
△ occupation : [i]Chef[/i] Pacificateur du D08


can you save me?
statut: Single.
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Ven 1 Jan - 15:24

Rebienvenue la miss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Lun 4 Jan - 16:15

REBIENVENUUUUUUUE
Et excellent choix d'avatar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 2
△ correspondances : 1251
△ points : 52
△ multicomptes : avery j. hawthorne
△ à Panem depuis le : 30/12/2015
△ humeur : perplexe
△ âge du personnage : vingt-six ans
△ occupation : apprentie charpentier - a abandonné sa formation de Pacificatrice au bout de presque deux ans.


can you save me?
statut: single
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Mar 5 Jan - 16:16

@Maxwell MacCormack a écrit:
Oh, une autre revenante Rebienvenue ici et bonne chance pour ta fiche chou

Merci beaucoup! C'est vrai que c'était pas facile comme décision... Mais au final l'amouuuuur du risque l'a emporté

@Julian K.Kennedy-Fawkes a écrit:
Rebienvenue ici

Merci beaucoup  I love you

@Adonis Nightsprings a écrit:
Rebienvenue la miss

Merci beaucoup très cher  

Meira Whishart a écrit:
REBIENVENUUUUUUUE
Et excellent choix d'avatar

Merciiiii chou I love you


I said it before, I won't say it again, Love is a game to you, it's not pretend. Maybe if I fall asleep, I won't breathe right, Maybe if I leave tonight, I won't come back —— IMAGINE DRAGONS.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9168-every-scar-will-build-my-throne#236103 http://www.mockingjay-rpg.net/t9190-d2-erin-leventhorpe http://www.mockingjay-rpg.net/t9189-d2-erin-i-feel-nothing-at-all
avatar
DISTRICT 9
△ correspondances : 11511
△ points : 0
△ multicomptes : ◭ silver & asha
△ à Panem depuis le : 21/05/2011
△ humeur : ◭ lasse.
△ âge du personnage : ◭ vingt-quatre ans.


can you save me?
statut: hum
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Mar 5 Jan - 16:27

ah que rebienvenuuuue



they were kids that i once knew.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9145-harper-congratulations-you-re-still-alive http://www.mockingjay-rpg.net/t9156-harper-we-knew-wed-die-before-we-lived
avatar
DISTRICT 2
△ correspondances : 1251
△ points : 52
△ multicomptes : avery j. hawthorne
△ à Panem depuis le : 30/12/2015
△ humeur : perplexe
△ âge du personnage : vingt-six ans
△ occupation : apprentie charpentier - a abandonné sa formation de Pacificatrice au bout de presque deux ans.


can you save me?
statut: single
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Mar 5 Jan - 16:29

@Kathleen S. Harper a écrit:
ah que rebienvenuuuue

merci kaaaaaaaath


I said it before, I won't say it again, Love is a game to you, it's not pretend. Maybe if I fall asleep, I won't breathe right, Maybe if I leave tonight, I won't come back —— IMAGINE DRAGONS.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9168-every-scar-will-build-my-throne#236103 http://www.mockingjay-rpg.net/t9190-d2-erin-leventhorpe http://www.mockingjay-rpg.net/t9189-d2-erin-i-feel-nothing-at-all
avatar
DISTRICT 9
△ correspondances : 13212
△ points : 2
△ multicomptes : dely, ridley, dahlia
△ à Panem depuis le : 23/04/2011
△ humeur : mélancolique
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : garde d'enfants


can you save me?
statut: célibataire
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Ven 8 Jan - 12:18

Délai accordé jusqu'au 13 janvier I love you


'CAUSE I STILL DO DEPEND ON YOU
SO DON'T SAY THOSE WORDS, THAT RUN ME THROUGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t19-avalon-why-does-my-heart-cry http://www.mockingjay-rpg.net/t82-avalon-can-t-live-without-you http://www.mockingjay-rpg.net/t74-avalon-journal-de-bord
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 11154
△ points : 74
△ multicomptes : hunter, pepper-swann (leevy, ivory)
△ à Panem depuis le : 08/05/2011
△ humeur : indifférente
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: célibataire, coeur occupé par un revenant
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Sam 9 Jan - 22:00

Oh Alix chou
Rebienvenue parmi nous, bonne chance pour la fin de ta fiche



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t6442-get-along-with-the-voices-inside-of-my-head-alexiane http://www.mockingjay-rpg.net/t152-11-this-is-survival-of-the-fittest-this-is-do-or-die-alexiane
avatar
DISTRICT 2
△ correspondances : 1251
△ points : 52
△ multicomptes : avery j. hawthorne
△ à Panem depuis le : 30/12/2015
△ humeur : perplexe
△ âge du personnage : vingt-six ans
△ occupation : apprentie charpentier - a abandonné sa formation de Pacificatrice au bout de presque deux ans.


can you save me?
statut: single
relationships:


MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   Lun 11 Jan - 22:42

@Alexiane R. Hawthorne a écrit:
Oh Alix chou
Rebienvenue parmi nous, bonne chance pour la fin de ta fiche

Merci Alex chou chou chou chou
J'espère que la fiche vous plaira les filles ! Vraiment heureuse d'être de retour parmi vous I love you


I said it before, I won't say it again, Love is a game to you, it's not pretend. Maybe if I fall asleep, I won't breathe right, Maybe if I leave tonight, I won't come back —— IMAGINE DRAGONS.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t9168-every-scar-will-build-my-throne#236103 http://www.mockingjay-rpg.net/t9190-d2-erin-leventhorpe http://www.mockingjay-rpg.net/t9189-d2-erin-i-feel-nothing-at-all
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: every scar will build my throne.   

Revenir en haut Aller en bas
 

every scar will build my throne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Carte d'identité :: Bienvenue à Panem-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.