petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 do it, break it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: do it, break it   Lun 27 Avr - 14:05



kaëlle berry
❝ WHO AM I LIVING FOR? ❞

Kaëlle Berry. Kaëlle. Berry. C'est comme ça que l'on t'appelle, depuis vingt-sept ans déjà. Un blason qui résonne au Capitole. Pas pour son agressivité. Par pour sa grande notoriété. Même si tout le monde sait qui tu es. Pour être la styliste du district 9 depuis la 75e édition des Hunger Games. Ou encore cette couturière à domicile plus ou moins connue. Non, ton pseudonyme pourrait rimer avec naïveté. Une candeur effleurant l'innocence. A cause de cette bulle dans laquelle tu t'es enfermée. Tu vis dans un autre monde. Où le calme règne sur son trône d'argent. Doucement décalée, gamine rêveuse, et autres définitions plus dures t'arrivent aux oreilles. Mais tu les ignores. Presque, tu ne les comprends pas. On t'a déjà qualifié de stupide ou d'écervelée après un de tes récits illogiques ou une de tes répliques niaises. Ils ont sûrement raison, l'intelligence n'est pas ton fort. Tu es même pas assez maline pour t’offenser de ces injures. Seules tes créations méritent toute ton attention. Et les critiques qu'elles engendrent. Tu es sensible que pour elles. Tu restes néanmoins sociable. Avec n'importe qui. Mes tes proches sont surtout ceux que ta fraîcheur ne dérange pas. Rebelle, pro-capitole, tu ne saisis pas tout. Tu exerces le métier que tu aimes, n'est-ce pas tout ce qui compte ? Oui deux de tes modèles meurent chaque année - peut-être même qu'ils ne claquent pas vraiment -, mais n'est-ce pas là le simple court de la vie ? Avant d'embrasser la mort, ils ont brillé dans tes tenues, peut-être un peu fades, ou enfantines certaines fois. Mais néanmoins toujours dotées d'un raffinement unique. Une élégance et une finesse que personne ne peut t'enlever. Une délicatesse qui te colle à la peau. Malgré tes cheveux blanc un peu criard. Qui s'harmonisent très bien avec le teint de porcelaine qui te caractérise. Tu tapes à l'oeil. Mais pas trop durement. Toute immaculée, contrastant avec les couleurs flash du Capitole, on est forcé de te remarquer. C'est certainement pour ça que tu as finis à la place de styliste. Tu es bien là où tu es. A rêver de blé et de tournesol. Tu ne changerai ta place pour rien au monde. Tu ne poses aucun problème. Les gens finissent par se lasser de ton silence et ta passivité lorsqu'ils te cherchent des noises. Tu es ailleurs. Ils ne peuvent pas t'atteindre. Ta sérénité peut en agacer plus d'un. Et c'est avec indifférence que tu les accueilles. Mais au fond de toi, ce pouvoir, cette réaction que tu peux provoquer chez les autres, a un goût sucré et presque malsain. Oui, tu t'en réjouis intérieurement. Vicieuse et fourbe bien cachée, tu évolues au sein d'une société presque faite pour toi.


about games and relative.


Une entrée dans un nouveau monde. Ni le tien, ni celui des autres. Un univers inconnu, ni paradisiaque, ni effrayant. Avec un ticket d'entrée à utiliser à n'importe quel moment. Quand, où et comment, tu l'ignores, et c'est bien mieux ainsi. La peur de mourir tu ne connais pas. On ne t'y habitues de toute façon pas dans ce luxe fabuleux. Tu n'en rêves pas. La mort est pour l'instant une inconnue dans la bulle que tu t'es créées. Et si tu dois te pencher sur la question, tu n'auras aucune réponse concrète à fournir. Ton souffle s'éteindra, ton âme voguera alors dans ce nouveau monde. Point. La vie ne te quittera pas lors d'un glorieux combat, ou d'un suicide bien préparé. C'est l'une des seules choses que tu peux affirmer. Peut-être est-ce la vieillesse qui t'emportera ? A moins qu'une mauvaise chute est raison de toi. Tu laisses la banalité arriver à terme. Sans t'inquiéter, ta fin te rend néanmoins un peu curieuse.

Oui et non. Ce que tu préfères est de loin tout ce qui a autour de l'arène. Le défilé, les interview, tu ne comprends peut-être pas grand chose, mais ça, tu apprécies vraiment. Sûrement parce que tu es mises en lumière. Tu regrettes néanmoins que les tenues de l'arène de tes tributs ne soient pas conçues par toi. Ce qui rend ce moment moins plaisant à regarder que le reste. Néanmoins, tu suis assidûment. District 9 en vie ou non. Tu te plais à en parler, à parier sans enjeu. Parce que ça reste un grand divertissement. On t'a formaté pour l'apprécier. Tu ne vas pas chercher plus loin. Les combats te tiennent parfois en haleine. Les morts ne te dégoûtent pas. Mais ne te réjouie pas non plus. C'est juste un show. Tu ne réalises pas pleinement que des gosses s’entre-tues pour t'amuser, toi et tes semblables. Meurent-ils vraiment ? Tu vois les images, mais tu n'en as pas la preuve.

Tu en as vaguement entendu parlé. Faut dire que tu ne t'y es pas vraiment intéressée. Il ne te semble pas que cela te concernait, alors pourquoi s'y attarder ? Pas par égoïsme ou narcissisme, mais à cause du décalage complet avec le monde qui t'entoure. Tu étais plus préoccupée à créer de nouvelles tenues de A à Z. Voilà le centre de ton univers. Ni plus, ni moins. Tant que rien ne vient réellement interférer dans ton métier, tu n'y prêtes aucune attention. Il faudrait clairement qu'on t'enlève le tissu des mains pour que tu réalises ce qu'il se passe. Mais ça n'arrivera jamais, n'est-ce pas ?

Tu lorgnes sur les créations qu'ils portent. Parce que oui, tout se résume à ça. Ils ne te font pas vibrer, ni rêver. Tu ne les admires pas non plus. Tu les envies encore moins. Tu n'as pas pitié d'eux. Ils ne t'effraient pas. Ils te laissent presque indifférente. C'est ce qui sonne le plus juste. Si un jour un vainqueur sera le tribut que tu auras habillé du début à la fin, peut-être que tu t'intéresseras à la personne qu'il y a sous ses vêtements. Mais pour l'instant aucun vainqueur n'est un de tes modèles. Finalement, ça t'agace au fond. Parce qu'ils sont un bon moyen de mettre en valeur un styliste, une bonne source d'inspiration également. Mais ce n'est pas encore pour toi.

Une excitation malsaine que tu ne caches pas. C'est l'heure de briller. Ton heure. Pas celle des gamins envoyés à l'abattoir. Ou rassemblés pour te divertir. Tes créations sont mises en lumière à cette période de l'année. Et il est presque temps d'afficher de nouvelles tenues à tout Panem. A tous les écrans. La moisson est le départ de tout. De ce moment où tu dois travailler le plus. Et t'enfermer dans ta bulle. Pour ne la rouvrir qu'au moment où tes modèles claquent. C'est ce qu'ils finissent toujours par faire. Et cela, malgré les vêtements déjà imaginés pour l'après-victoire. Mais cette déception rivalise à peine avec l'engouement qui te saisis à l'arrivée de la moisson. Tu suis ce tirage de près. Celui qui a lieu au district 9. Pour t’imprégner des nouvelles silhouettes. Oui, c'est ton moment préférée de l'année. Tu ne peux pas le nier. Même si on te le demandait, seule la franchise s'extirperait de tes lèvres. Et dès que les gosses du 9 meurent, te voilà à t'impatienter de la prochaine édition. C'est un divertissement qui te plaît. L'instant où tu t'amuses, littéralement. L'effervescence de l’événement, tu la connais bien. Avec ton regard naïf, tu ne vois pas le mal dans tout ça.

Tu as déjà sentie la fureur parcourir tes veines. Evènement suffisamment rare pour le noter. Tu en as souhaité la mort d'autrui. Mais cela s'arrête là. Qui es-tu petite bourge délicate pour salir tes mains de cette manière ? Le choix de vie et de mort ne t'appartient pas. Pas dans le monde où tu vis. C'est bon pour les districts. Pas pour toi. De toute façon, tu ne possèdes ni l'intelligence nécessaire, ni le courage, ni la cruauté, ni la force, ni quoi que ce soit pour ôter la vie. Même ton instinct de survie n'est pas stimulé pour un tel acte. Alors oui, il t'arrive d'avoir des mauvaises pensées lorsqu'on critique tes œuvres, mais rien de plus.



reality is here.

Dans le monde rpgique, je me fais passer pour Kiri, j'ai déjà 22 ans. Mon dieu que le temps passe vite - on croirait entendre ma mamie. J'ai lu et vu chaque Hunger Games plusieurs fois. Et je n'arrive pas à m'en lasser. Sinon, j'habite dans le sud de la France, même si j'ai grandis en Lorraine/Alsace et vécu à Lyon pendant un temps. Elle est cool ma vie hein ?

FEATURING abbey lee kershaw © COPYRIGHT flashofmagnesium




Dernière édition par Kaëlle Berry le Jeu 30 Avr - 23:38, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 14:05

tell us your story.

Tu te repositionnes machinalement sur ta chaise. Croisant tes jambes sous tes fesses. Tu soupires. En pleures presque. Le papier se chiffonne entre tes doigts crispés. Ils se resserrent durement sur le croquis froissé. Non. Ce n'est pas bon. Ça ne l'est plus depuis plusieurs mois. Depuis les derniers Hunger Games. Le pire moment de ta carrière. Oh non, tu n'es pas passée inaperçue. Au contraire, tu as été remarquable. Remarquablement idiote. Formidablement nulle. Tu as voulu être audacieuse. Préférant le mémorable plutôt que le bon goût. Tu devais rendre ces deux gamins inoubliables, non ? C'est en déguisant grossièrement la gosse en tournesol que tu pensais y arriver. Tout le monde s'en est souvenu, effectivement. Mais tu as été tournée au ridicule. Les moqueries ont fusées. Pourtant, on en parlait. Tu croyais naïvement avoir réussis quelque chose. A la vue de la réaction de ton équipe, tu as vite déchanté. Et depuis, c'est la panne sèche. Le syndrome de la feuille blanche. Tu n'es plus capable de dessiner quoi que ce soit. Tu n'oses plus. De peur de revivre à nouveau ce cauchemar. Parce que oui, pour toi, c'est ça le plus dramatiquement important. Pas la mort de ces deux enfants que tu as dégradés. Par un de tes caprices. Les nouveaux jeux se rapprochent. Aucune idée salvatrice t'est parvenue. Tu ne vends plus tes créations non plus. Tu ne possèdes pas de boutique, et c'est tant mieux. Sinon tu aurais fait faillite. Plus personne ne vient te demander une tenue sur mesure. Heureusement que papa maman sont toujours là pour assurer financièrement tes conneries. Non pas que tu aies des problèmes d'argent, mais tu vivais clairement mieux quand tu étais couturière pour particulier. Ce que tu es toujours. Plus ou moins. Ils manquent simplement les particuliers. Iron a beau avoir joué la carte du ''on a volé les croquis originaux'', les capitoliens restent tout de même méfiants. De toute façon, même si on te commande quelque chose, tu n'aboutiras à rien. Tout te paraît grossier. Enfantin. Simple. Affreux. Fade. Sans intérêt.Tu étais plus sereine avant. Quand tu étais dans ta bulle. Bien hermétique. Mais ce déguisement de tournesol à percer un trou. T'ouvrant et t'offrant au monde extérieur. Tu essayes de reboucher cette perforation. Mais plus tu essayes, plus la brèche s'agrandit. Déchirant ton cocon. Et tes nerfs par la même occasion. Publiquement, tu dissimules ce changement émotionnel. Mais tu n'es encore qu'une gamine stupide et fragile. Celle qui a évolué à l'écart. Tu as l'impression de devoir te reconstruire. Ou d'enfin devoir grandir. Mais tu n'en as ni la capacité, ni l'intelligence.

C'est un nouveau cap. Un revirement auquel tu ne t'y attendais pas. Pas du tout. Et te voilà, petite écervelée, bouleversée par une des rares choses que tu es capable de comprendre. Tu es incompétente. Nulle. Zéro. Dans le seul domaine où tu pensais pouvoir faire quelque chose de tes dix doigts. Tu n'es rien.

Tu ne sors quasiment plus de ton atelier. Espérant vainement que l'inspiration te tombe dessus. Tu te résignes. Leur foutre un épi de blé pour cacher ce qu'il faut. Ce sera réglé comme ça. Ou peindre leurs corps nus de colle. Et les rouler dans les graines de tournesols. Ça ne pourra pas être pire. Pour l'instant tu t'en remets à l'autre styliste du district 9. Mais tu détestes ça. Être dépendante de quelqu'un d'autre. Pas dans ce domaine en tout cas. Pour la première fois de ta vie, tu appréhendes l'arrivée de la moisson. C'est le monde à l'envers. Tu renifles nerveusement à cette pensée. Ce sera le moment de montrer à tous les gens de Panem qu'il ne s'agissait que d'une simple erreur. Un égarement malencontreux. Que ce n'est pas inquiétant. Que tu vaux toujours quelque chose. Bonjour, la pression. Ta dignité en a pris un coup. Mais au moins, elle est toujours là. Contrairement à ta confiance en toi. Qui s'est éteinte sous les critiques. Ce n'est pas bien grave, ça se regagne, n'est-ce pas ?

La boule de papier s'écrase contre la vitre face à toi. Alors que tu te demandes s'il ne vaudrait pas mieux booster ton imagination. Drogue, alcool, adrénaline. N'importe quoi. Pourvu que ce soit stimulant. Il paraît qu'enfreindre les règles fait battre le cœur plus vite. Du moins quand on s'en soucie. Peut-être es-tu trop tranquille ? Dans ton monde. Dans ton atelier. Dans ta tête. Tu décides de commencer par là. Avec déjà une idée qui fait vibrer ton esprit. Tu te lèves brusquement. Et sors de chez toi aussi soudainement que tu t'es relevée. Vas-tu vraiment faire ça ? Cette possibilité accélère déjà la cadence de ton palpitant de vieille adolescente. Plus tu t'approches de ta destination, plus tu deviens discrète. Plus prudente. A poser tes prunelles partout. Pour s'assurer de ne pas être vue. Tu t’éclipses derrière une maison bien précise. Tu sais que la fenêtre du rez-de-chaussée est toujours ouverte. Même la nuit tombée. Et c'est sous les rayons de lune que ta silhouette se faufile. Tu atterris sur le plan de travail de la cuisine. Aussi silencieusement que possible. En fait, seuls les battements effrénés de ton cœur se font entendre. Tu n'entends plus que ça. Ce bruit résonne douloureusement dans ta tête. Une étrange chaleur te parcoure l'échine lorsque tu poses les pieds sur le carrelage. Le sang file rapidement dans tes tempes lorsque tu ouvres les placards. Tu sais où il planque ces croquis. Il te l'a déjà mentionné. Trop fier de lui. Un endroit tellement banal, que personne d'autre n'y penserait. De toute façon, qui irait lui voler ses dessins ? Tu es l'auteur du tournesol, mais lui, il est celui de l'épouvantail. Il a subit les mêmes critiques que toi. Tu les trouves enfin. Cachés derrières les boîtes de conserve. Ton palpitant tambourine contre ta poitrine. Il tape. Tape. Avec une telle ardeur. Une puissance encore inconnue pour toi. Capitolienne sage et sans problème. Tu te dépêches de sortir de là. Tu te glisses à l’extérieur. Et tu ne tiens plus. Tant pis pour la discrétion. Tu fuis. A toute vitesse. Tu fuis. Loin. Cramponné aux croquis volés. Tu traverses plusieurs rues. Jusqu'à passer devant chez toi. Mais tu ne ralentis pas. Et continues. Encore. Et encore un peu. Tu ne t'arrêtes que lorsque tes poumons te forcent à cracher. Tes genoux heurtent le sol bétonné. L'air te manque. Mais tu t'obliges à ramper jusqu'à la ruelle la plus proche. Heureusement, les rues sont désertes à une heure aussi avancée de la nuit. Surtout à cette période de l'année. Tu continues de cracher. Et reprend ton souffle difficilement. Il te faut bien un quart d'heure pour te calmer. Tu en profites pour jeter un œil au dessin. Rien d'extraordinaire. Mais l'autre styliste du district 9 a l'avantage d'avoir encore des idées. Tu enrages silencieusement. Tes phalanges tremblent. Et déchirent le papier. Les morceaux profitent d'une brise pour s'envoler plus loin. Tu pourras toujours tenté de copier. Ou de t'en inspirer. Et voler une nouvelle fois. S'il le faut. Ne viens-tu pas de vivre le moment le plus exaltant de ton insignifiante vie ? Ton cœur n'a jamais autant vibré. Ne s'est jamais fait autant fait sentir. Tu n'es qu'une pauvre gamine fière de sa bêtise. Assez stupide pour recommencer ses conneries. Prête à se rabaisser à des habitudes de district. Pour quelle raison déjà ? Tu ne sais plus. Et tu t'en fiches. Vraiment, sur le moment, tu t'en balances. Elle est loin la gosse déconnectée. Tu as goûté à cette sensation très terre-à-terre. Tu savoures un instant. Avant de reprendre le chemin pour rentrer. Et très certainement revenir à ta réalité. Mais tu laisses la brèche de ta bulle ainsi. Un peu d'ailleurs ne te fera aucun mal, n'est-ce pas ?



Dernière édition par Kaëlle Berry le Jeu 30 Avr - 23:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 14:24

bienvenue par chez nous belle blonde What a Face et très bon choix d'avatar
surtout celui qui tu as choisi, ça fait très capitole couture, j'adore
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 14:52

Bienvenue parmis nous Smile

Bon courage pour ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 15:10

Merci à vous deux ♥️
Abbey Lee a trop le style pour être styliste Arrow Mais c'est vrai que sur cet avatar, elle colle juste parfaitement au rôle chou
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 17:27

Bienvenue et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 19:12

Merci Sailor (moon) ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 19:25

Bienvenue dans le coin !
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 19:39

cet avatar est juste parfait chou I love you

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 1464
△ points : 11
△ multicomptes : Charlie la Pacificatrice, Juju le Rebelle & Gold la rêveuse (Ex Elyas)
△ à Panem depuis le : 09/01/2013
△ humeur : Se sent vide et abandonné, désespéré par la chute de Coin et l'échec de la rébellion.
△ âge du personnage : Vingt-six ans
△ occupation : Sniper dans l'armée du Treize


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 20:50

Welcome



"No time for goodbye" he said, as he faded away. "Don't put your life in someone's hands, they're bound to steal it away. Don't hide your mistake, cause they'll find you, burn you", then he said "If you wanna get alive, run for your life." - "This is my last time" she said, as she faded away. "It's hard to imagine, but one day, you'll end up like me", then she said "If you wanna get alive, run for your life." If I stay it won't be long 'til I'm burning on the inside. If I go I can only hope that I make it to the other side.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Lun 27 Avr - 21:50

Merci vous trois chou
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 11154
△ points : 74
△ multicomptes : hunter, pepper-swann (leevy, ivory)
△ à Panem depuis le : 08/05/2011
△ humeur : indifférente
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: célibataire, coeur occupé par un revenant
relationships:


MessageSujet: Re: do it, break it   Mar 28 Avr - 2:52

Bienvenue parmi nous et bonne chance pour la fin de ta fiche
Superbe choix d'avatar, je file te la réserver pour la semaine I love you



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t6442-get-along-with-the-voices-inside-of-my-head-alexiane http://www.mockingjay-rpg.net/t152-11-this-is-survival-of-the-fittest-this-is-do-or-die-alexiane
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Mar 28 Avr - 8:43

Allez, bienvenue officiellement parmi nous, petite coquine... Cool
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Mar 28 Avr - 18:52

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: do it, break it   Mar 28 Avr - 21:44

bienvenue sur MJ et bon courage pour le reste de ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: do it, break it   

Revenir en haut Aller en bas
 

do it, break it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Carte d'identité :: Identités Perdues-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.