petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 I'm on my way down, there's no coming back {Dana}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: I'm on my way down, there's no coming back {Dana}   Mar 2 Déc - 20:32






I'm on my way down,
there's no coming back






Les jours passent et se ressemblent tous. C'est une répétition incessante. Une monotonie écœurante. Pourtant, ce n'est pas faute d'essayer de la briser, ce n'est pas faute d'essayer d'entrer en contact avec la rébellion mais ils sont bien cachés, c'est pour ça que le Capitole n'arrive plus à leur mettre la main dessus pour le moment. Je finis par me dire que peut-être qu'ils viendront à moi plutôt que l'inverse. Peut-être viendra-t-on me trouver quand on jugera que j'ai assez cherché à les rejoindre. Ou peut-être ne pourrais-je jamais être à leurs côtés, peut-être devrais-je être cantonné à cette vie quoi qu'il arrive. Je ne peux pas dire que je déteste ma vie car je me sais chanceux mais je suis juste arrivé à un stade où je veux plus, je veux faire une différence : je veux que ma vie compte. Qu'elle compte vraiment. Je veux compter vraiment. Chaque jour j'espère avoir enfin cette chance mais chaque jour, rien ne se passe. En tout cas pas dans ce sens. Et s'il n'y avait que ça mais il y a Dana et ça aussi, c'est difficile à accepter, à gérer. Je l'aime. Je l'aime à en crever, j'en suis parfaitement conscient et je sais qu'elle m'aime. Je sais qu'elle sait qu'elle m'aime. Je sais qu'elle sait que je l'aime. Elle sait. C'est tout. Et pourtant, aucun de nous deux ne fait rien. Aucun de nous deux ne tente quoi que ce soit. On n'a rien tenté, ni l'un ni l'autre, depuis la cérémonie improvisée pour l'anniversaire de Key sur le bâteau. Ce jour-là on a bien failli franchir la limite mais j'ai reculé et encore aujourd'hui, je pense avoir bien fait.

Que pourrais-je lui apporter, hein ? Moi qui pense rébellion, rêve rébellion, veut vivre rébellion et elle qui... Elle qui ne croit pas un seul instant en notre liberté future grâce aux rebelles et à leurs actions. C'est là notre plus grande différence mais cela ne s'arrête pas là. S'il ne s'agissait que ça mais elle a perdu Misha... Elle a perdu son frère pour cette cause et si je me rapproche d'elle comme je rêve de me rapprocher, si je l'aime comme je rêve de pouvoir l'aimer, et si j'arrive à rejoindre les rangs des rebelles, elle va risquer de me perdre. Elle va risquer de revivre ce qu'elle a vécu quand elle a perdu Misha. Nous sommes déjà proches et je sais que si elle venait à me perdre ce serait déjà terriblement dur pour elle alors si on franchit cette limite, si on laisse libre cours à notre désir, à nos sentiments... Les effets risquent d'être dévastateurs car je sais que je ne pourrai pas abandonner mes idéaux, je ne pourrais pas abandonner mes rêves secrets : pas même pour elle. Alors je garde mes distances, parce que c'est ce que j'ai de mieux à faire. En fait, je suis plus distant qu'avant. Bien plus distant... Tellement plus distant que ça m'en fait mal mais tant pis : c'est mieux, pour un temps en tout cas. Le temps que mes réactions vis à vis de Dana soient plus contrôlées, le temps que mes sentiments se calment au moins un peu.

Lorsque je pousse la porte, il est encore tôt mais je m'aperçois vite que Dana est déjà là dans notre cabane de pèche. Elle me salue et j'esquisse un sourire que je sais moins chaleureux qu'auparavant : allons, c'est juste pour quelques temps, ce n'est rien de grave. Dana se lève, vient me faire la bise et je la lui rends mais toujours dans la retenue bien que je sente un frisson me parcourir l'échine quand ses lèvres se posent sur ma joue. J'ai beau prendre mes distances, je rêve toujours de plus qu'un simple baiser sur la joue. Je me détourne d'elle, récupère le matériel.

« J'espère qu'on va avoir du travail aujourd'hui. Ce serait bien qu'on puisse faire rentrer un peu plus d'argent. »

J'ai dans l'idée de rénover un peu la cabane qui, même si elle tient debout, aurait encore besoin d'un petit coup de jeune. Au moment où je dépasse Dana pour quitter la cabane, et que je la frôle d'un peu trop près (là pour le coup c'est instinctif, je ne le contrôle pas) voilà que je sens sa main se refermer sur la mienne et m'arrêter dans mon avancée. Nouveau frisson. Je me concentre pour rester maître de mes idées et de mes gestes. Je me retourne et vois que Dana est dos à moi et c'est là qu'elle m'annonce d'une voie neutre mais ferme qu'il faut qu'on parle. Je fronce les sourcils, dépose le matériel au sol, avant de la contourner pour venir me replacer devant elle mais je vois qu'elle fuit mon regard, ce qui n'est pas dans ses habitudes. Alors que mon cœur me hurle de garder sa main dans la mienne et de la serrer, je la lâche et croise les bras. Mon cœur vient de se mettre à battre plus vite mais je l'ignore. Il bat plus vite parce que j'ignore de quoi elle veut parler mais je sens que quoi qu'il advienne, ça risque de ne pas me plaire.

Veut-elle parler de nos sentiments et de notre relation telle qu'elle est et telle qu'elle pourrait être ?
A-t-elle compris comme il m'arrive de le craindre que je cherche à rejoindre la rébellion ?
En a-t-elle assez de mon comportement et a-t-elle décidé d'arrêter de travailler avec moi et de me voir ?
Je ne sais pas. Elle seule détient les réponses à ces interrogations intérieures.

« Quoi ? » je lui demande d'une voix que je voudrais plus assurée. « Qu'est-ce qui se passe ? »

Dans le fond, même si ça me fait mal de l'admettre, peut-être vaudrait-il mieux qu'elle m'annonce que tout est terminé, qu'elle arrête, que je vais devoir me débrouiller seul. Ce serait mieux pour elle et il faut que ce soit elle qui le fasse parce que moi, je suis trop faible pour vraiment m'éloigner. Mettre une petite distance d'accord, mais la perdre complètement ça, c'est au-dessus de mes forces : je ne suis pas capable de prendre cette décision. Peut-être vient-elle de le faire pour moi.






© charney

Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: I'm on my way down, there's no coming back {Dana}   Sam 20 Déc - 13:36

(Je me suis permis de reprendre la fin de ma fiche qui débute le rp pour bien me rappeler du contexte et .. parce que je trouve que ça faisait bien   J'espère que ça ne te dérange pas   Je suis désolée, ce n'est pas très long et moins bien que je ne le voulais et désolée du retard aussi J'irais bien plus vite la prochaine fois )






I'm on my way down,
there's no coming back







Je me réveille en sueur comme toutes les nuits depuis un petit moment déjà, cela doit faire une semaine maintenant. C'était l'anniversaire de Key, j'ai confectionné une couronne de fleurs, ça m'a prit du temps, tellement que je suis arrivée en retard au travail mais ça va. C'est pas comme si j'allais me faire engueuler. J'avais continué à travailler avec Kash, c'est ce que mon frère aurait voulu que je fasse et puis, vu les sentiments que je nourris pour lui, j'aurais trop de mal à m'éloigner. Là n'est pas la question. Depuis ce jour-là, où on a failli s'embrasser pour la première fois, je rêve de ce baiser chaque nuit. Ca me hante comme jamais. Et je me doute bien qu'il y a une raison pour qu'on ne cède ni l'un ni l'autre à nos pulsions, à ce que nos coeurs nous hurlent. Je me prépare en vitesse, j'ai à peine le temps de me sécher les cheveux avant de partir en courant pour aller travailler. Il faut que je le vois. Et le plus vite possible. Lorsque j'arrive, il n'est pas encore là. Je rentre et je m'assieds, les jambes croisées. J'ai tout mon temps et je suis bien déterminée.

« Salut. »

Il vient d'entrer, je me lève et me dirige vers lui pour lui faire la bise, ce que je fais chaque jour depuis tellement longtemps que je ne m'en souviens plus. Je ne sais pas comment c'est venu, ce que je sais c'est que je le fais. Il est déjà prêt à partir, il me dit qu'il espère qu'on aura du travail aujourd'hui. Il me frôle et je le retiens par la main, restant dos à lui. Si je le regarde, je ne suis pas sûr de pouvoir parler sérieusement, d'une voix ferme comme je voudrais le faire.

« Il faut qu'on parle. C'est important. »

J'ai peur de l'issue de cette conversation. Je préfèrerai ne jamais devoir lui parler de ça, de tout ce que j'ai vu, de tout ce que je vois et de ce que j'ai compris. J'ai presque l'impression de me retrouver devant un inconnu, je ne suis qu'une enfant devant un homme, sa vie est tracée alors que la mienne vient seulement de commencer. Comment ai-je pu être aveugle aussi longtemps? Cela fait des années qu'il m'a avoué à mi-voix que la rébellion était ce qu'il voulait. Pour moi, il l'a toujours su, c'est une cause perdue qui ne conduit qu'à la mort de pauvres gens comme mon frère. Tué sous les balles des pacificateurs, je n'ai pu déceler aucun signe d'hésitation de leur part et aucune peur dans les yeux de mon frère. Il avait, depuis longtemps, accepté l'issue fatale de ce jeu dont il n'était que le pion.

« Il m'a fallu le temps, il a fallu que tu t'éloignes de moi pour que je comprenne vraiment. D'un côté, je pense que je l'ai toujours su, tu as toujours été comme ça, tu as toujours rêvé de ça. »

Un petit sourire prend place sur mes lèvres, peut-être pour dédramatiser cette conversation dont la tournure ne me plaît guère. Je pourrais tout briser, nous éloigner d'une façon brutale et c'est ce que j'aimerais au mieux éviter. Nous ne sommes peut-être que des amis, mais je suis accrochée à lui d'une façon bien plus belle, des liens qui font bien plus de mal. Je l'aime depuis si longtemps, et maintenant je ne peux plus lui cacher. Je sais qu'il m'aime et je sais que notre relation ne peut pas évoluer, tant qu'il a ces idéaux.

« Je te l'ai déjà dit...  N'essaye pas d'être aussi courageux que lui. »

Je reprends les mots que je lui ai prononcé il y a quelques années à peine, lors de l'exécution de Misha, son meilleur ami. Il me manque souvent mon frère et je peux comprendre que pour lui, la rébellion soit une façon de se venger du Capitole et de ce qu'ils ont fait endurés pendant toutes ces années à de pauvres enfants innocents comme Key, le plus jeune enfant de la famille Zola, tué durant le bain de sang des jeux. Il était si jeune, treize ans? Il s'en ait beaucoup voulu de ne pas s'être porté volontaire ce jour-là. Il aurait voulu le sauver mais aurait-il lui-même survécu? Rien n'est moins sûr. Pas qu'il n'ait pas le courage mais ce sont des gens entraînés, des carrières, ce que nous n'avons jamais été au district quatre. Moins fort que ceux des districts un ou deux mais plus forts que ceux du douze. Chaque année, on jette dans leur arène des enfants, des innocents n'ont plus qu'une choix : mourir ou tuer. Key, treize ans, n'aurait jamais supporté de tuer quelqu'un. Ce doit être des blessures dont personne ne se remet jamais. Je regarde autour de moi, on ne sait jamais que quelqu'un nous entendrait. Et si c'était le cas, nous pourrions mourir tous les deux sur la place publique pour avoir osé parler de rébellion.

« Tu veux te venger du Capitole pour ce qu'ils ont fait à ton frère, ça a aussi été la raison de mon frère, regarde où ça l'a mené. Je ne veux pas qu'il t'arrive la même chose. Vivre avec la peur de te perdre à n'importe quel moment pour cette cause c'est.. Trop. Je ne veux pas revivre ce que j'ai vécu à la perte de mon frère avec toi... »

Peut-être que j'ai dis la phrase de trop, celle qui va faire que je vais perdre le seul homme dont je sois tombée amoureuse pour la rébellion. Je sais que s'il devait choisir entre moi et ça, ce serait certainement cette cause qui gagnerait. Malheureusement, ce n'est pas ce que je veux. Je n'ai pas envie qu'il fasse ce choix, qu'il ait à choisir et peut-être à nous faire du mal en passant.


©️ charney

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm on my way down, there's no coming back {Dana}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 4 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.