petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 "Nulle amitié de vaut une soeur..." } Joaquin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: "Nulle amitié de vaut une soeur..." } Joaquin   Mar 7 Oct - 11:06



❝Nulle amitié ne vaut une sœur❞
Joaquin & Riley
Après un dernier soupir, Riley commença à monter les marches du perron. Elle avançait avec difficulté, perdant l’équilibre par moment. Il n’y a avait que quelques marches et pourtant il lui semblait qu’elle gravissait une montagne. Pas facile de monter des marches avec une valise dans une main, une bonbonne d’oxygène dans l’autre et une maladie pulmonaire. Cette difficulté lui venait sans doute aussi du fait qu’elle se sentait affreusement lourde, son cœur pesant la taille un menhir, un énorme rocher qui avait fini par se décrocher de sa place attitrée pour venir s’effondrer dans son estomac. Tout était à recommencer, une nouvelle vie, là dans ce quartier des vainqueurs des Hunger Games, dans cette maison plus chichement bâtie que la sienne, avec des illustres inconnus. C’était bon non ? Elle avait eu son lot de malheur, le sort pouvait s’arrêter ?

Mais Riley n’était pas du genre à se laisser abattre. Même si c’était d’abord le pessimisme qui s’était lové dans son esprit, elle avait fini par cesser de penser ainsi, préférant penser au renouveau, à la nouveauté qui l’attendait et à tous ces mystères qui fallait résoudre. Pourquoi sa mère l’avait envoyé chez une gagnante alors qu’elle les avait toujours répudiés ? Elle n’avait pas encore trouvé de réponse mais elle était sûre que ça viendrait. Elle qui avait toujours éprouvé de la pitié pour ces gens, elle était ravie de pouvoir enfin parler avec eux, voir à quel point leur style de vie était misérable… Et puis si cette femme avait des relations avec le Capitole, peut-être lui permettrait-elle de subir sa greffe ? C’était une occasion que la jeune femme ne pouvait absolument pas manquer !

Complétement essoufflée, elle posa sa valise et ramena son animal de compagnie à roulette à ses côtés. Ouf, elle y était enfin arrivée. Elle frotta ses mains l’une dans l’autre en observant une nouvelle fois la bâtisse. Enfin, elle se retourna vers la verdure désolée tout autour d’elle. Le quartier avait dû être joli à une époque, mais tout paraissait en ruine depuis. Dernière regard vers l’arche : sa mère avait d’ores et déjà disparu. Elle était seule à présent et c’était le moment de faire bonne impression. Elle prit une grande inspiration et expira bruyamment pour se donner du courage. Enfin, elle sonna à la porte et attendit qu’on vienne lui ouvrir. Après quelques minutes d’attentes qui lui semblèrent des heures, une femme se présenta à elle.

Comment elle s’appelait déjà ? Mince, sa mère le lui avait pourtant dit… Le nom de famille tout du moins. « Stansfield », oui c’est ça, Stansfield. De ce que Riley eu le temps de voir, la femme lui semblait belle et élégante, on voyait bien qu’elle n’était plus une simple habitante du district. Ses cheveux étaient soyeux, elle avait un bon maintien que le Capitole lui avait sans doute appris, une bonne odeur de chaleur et de nourriture se dégageait de la maison et elle-même sentait très bon, une odeur de confort que la jeune fille n’avait encore jamais vraiment senti. Comme pour se donner du courage, sa main droite se resserra un peu plus sur le manche de son objet à roulette et elle tenta un sourire. Elle n’était pas très douée pour les présentations, elle était plutôt du genre timide et réservée avec les gens qu’elle ne connaissait pas. Elle avait pourtant préparé son discours hier soir dans son lit, mais d’avoir cette femme juste en face d’elle, là tout de suite comme ça, ça lui faisait monter un trac fou. Après avoir dégluti, elle prit enfin la parole :

- Salut ! Enfin… Bonjour ! Moi c’est Riley, ma mère m’a dit que je devais venir habiter chez vous… Merci d’avoir accepté d’ailleurs c’est très gentil. Je vous promets d’être bien sage et de pas vous causer d’ennuis.

Elle avait hoché la tête avec véhémence comme pour appuyer ce qu’elle était en train de dire. Elle se sentait comme une parfaite idiote mais que pouvait-elle faire de plus ou de moins dans une telle situation ? Elle ne se proposa pas d’entrer, elle ne savait pas vraiment si c’était poli ni même si elle en avait le droit alors elle resta plantée là, ramenant sa bestiole encore plus près d’elle, sa main droite jouant nerveusement avec les perles qu’elle avait accroché autour du manche à l’aide d’un fil de nylon, tandis que la gauche replaçait une mèche de cheveux derrière ses oreilles.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 12
△ correspondances : 271
△ points : 0
△ multicomptes : kathleen & silver
△ à Panem depuis le : 16/12/2013
△ humeur : tendue
△ âge du personnage : 34 ans
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: veuve.
relationships:


MessageSujet: Re: "Nulle amitié de vaut une soeur..." } Joaquin   Mar 14 Oct - 18:17



❝ IT'S LIKE A MASK I DON'T WANT TO WEAR ANYMORE. ❞


« Bonjour, Joaquin. » avait-elle dit alors que la porte s'ouvrait. Annah se tenait là, dans sur le perron, l'air déterminée et pourtant terriblement incertaine. Joaquin fronça un instant les sourcils, faisant ainsi face à cette femme qui avait été sa mère il y a bien longtemps. Elle la détailla de haut en bas. Depuis ces vingt dernières années, elle avait changé. Son teint était plus cireux, son visage plus creux. Ses traits fatigués en disaient long sur son train de vie. « Qu'est-ce que tu veux ? » demanda la Stansfield, d'une voix qui n'offrait aucune sympathie à sa génitrice, qui baissa les yeux, ne sachant pas vraiment pas où commencer. « Je... Joaquin, j'ai un service à te demander. » finit-elle par dire, déglutissant difficilement en relevant les yeux vers sa petite fille qui était aujourd'hui devenue une tout autre personne que cette enfant si douce qu'elle avait élevé. Cette dernière lâcha un ricanement nerveux. « Tu quoi ? » avait-elle bien entendu ? Sa mère, celle qui lui avait tourné le dos après son retour des jeux, lui demandait un service ? C'était quoi, le piège ? « Écoutes, je sais que je n'ai pas été la meilleure des mères, mais- » « On peut dire ça, oui. » coupa sèchement la gagnante, ce qui fit grimacer Annah. « C'est pourquoi je viens te voir aujourd'hui. » Joaquin arqua un sourcil, avant de secouer la tête de gauche à droite. « Il est un peu tard pour ça, tu ne crois pas ? » la mâchoire de madame Lockhart trembla légèrement. « Tu as le droit de m'en vouloir, pour la manière dont j'ai agis. Mais j'étais terrifiée, je- » « Terrifiée ? De quoi ? De ta gamine de douze ans qui- » Joaquin secoua négativement la tête, ne pouvant se résoudre à entendre ces excuses bidons de la part de sa mère. Elle soupira avant de commencer à refermer la porte, qu'Annah tenta d'arrêter en posant la main dessus. « Attends ! Tu as une sœur, Joaquin. » La Stansfield se figea. Quoi ?

Cela faisait trois jours qu'Annah était venue rendre visite à sa première fille, pour la supplier d'accueillir sa cadette, la situation financière l'imposant. Trois jours qu'Asha ne savait pas où donner de la tête. Elle avait tenter d'expliquer du mieux possible à ses filles, que leur tante allait venir s'installer ici, avec elles. Bien entendu, Ellie et Démétria avaient accueilli la nouvelle avec de grands cris enthousiastes, et avaient même décidé d'aller ranger leurs chambres pour l'occasion. Sans que leur mère n'ai besoin de le demander. Déjà, les deux gamines faisaient des projets sur quel jouet il faudrait montrer, et avaient même fait des dessins à offrir. Dans sa grande générosité, Ellie avait même décidé de lui donner un ours en peluche appelé Micro -allez savoir pourquoi ce nom-, pour qu'elle ne se sente pas trop seule dans la maison.

La réaction des filles était adorable, et elles avaient rarement été aussi excitées. La veille du jour prévu où Riley devait arriver, elles avaient même insisté pour faire des gâteaux avec l'aide de Moïra, puisqu'elles seraient vraisemblablement encore à l'école quand leur tante franchirait le seuil de la maison.

De son côté, Asha n'arrivait toujours pas à croire que sa mère n'ait jamais pris la peine de venir lui annoncer qu'elle avait une sœur. Demi-sœur. Peu lui importait, à dire vrai. Et elle se sentait pour le moins nerveuse, à l'idée qu'elle vienne vivre ici. Que lui avait dit Annah à son propos ? Savait-elle seulement qui elle était ? En dehors d'une gagnante, bien entendu. Elle soupira en vérifiant une dernière fois la chambre qui lui avait été attribuée. Le lit était fait, les draps parfaitement tirés, et le fameux ourson Micro, trônait au beau milieu, assis sur quelques dessins, ce qui eu pour effet de lui arracher un léger sourire.

Finalement, la sonnerie retenti, tirant un peu brusquement Joaquin de sa rêverie. C'était elle. La gagnante inspira longuement, avant qu'une main amicale ne vienne se poser sur son épaule. Moïra lui offrit un sourire réconfortant, qu'elle lui rendit ensuite. Il était temps de rencontrer sa petite sœur, pas vrai ?

Elle s'imaginait nombre de scénarios en descendant les marches de l'escalier, jusqu'à finalement arriver devant la porte d'entrée. Après une énième inspiration pour reprendre un peu de contenance, elle l'ouvrit en grand, découvrant là une jeune fille qui avait visiblement l'air tout aussi nerveuse qu'elle. Sa présentation arracha un léger sourire amusé à la gagnante, qui jeta un coup d'oeil derrière son invitée. Bien sûr, Annah n'était pas venue. Son attention se reporta sur Riley.

« Elle ne t'a rien dit, pas vrai ? » demanda-t-elle de manière assez rhétorique. Elle doutait que sa... Leur mère ait dit quoi que ce soit au sujet de Joaquin. Après un léger soupir, elle s'écarta du passage, laissant le champs libre à la gamine en lui faisant signe d'entrer d'un geste de main.

« Bienvenue dans ton nouveau chez toi. Voici Moïra, mon assistante. » fit-elle en désignant la muette qui s'avança en souriant, prête à prendre la valise de Riley pour la monter dans la chambre. « Et tu peux m'appeler Joaquin. Inutile de me vouvoyer. » continua-t-elle sur un ton un peu plus sévère que prévu. Une fois Riley à l'intérieur, Asha referma la porte derrière elle. « Tu veux quelque chose à boire ? Ou même à manger, mes filles ont passé leur soirée d'hier à cuisiner. Elles étaient impatientes de te rencontrer. » ajouta Joaquin en lâchant un léger rire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t6667-ash-welcome-to-the-masquerade#198014
Invité



MessageSujet: Re: "Nulle amitié de vaut une soeur..." } Joaquin   Mer 29 Oct - 11:06



❝Nulle amitié ne vaut une sœur❞
Joaquin & Riley
« Elle ne t'a rien dit, pas vrai ? »

L’accueil est plutôt abrupt et imprévu. Riley reste là, silencieuse, les yeux ronds, comme figée sur place. Elle s’était imaginez nombre d’accueil possible, une femme sympathique, mesquine, pleine de pitié ou mauvaise mais jamais encore elle n’avait pu imaginer que le bonjour de son hôtesse se résumerait à une question rhétorique qui n’avait, pour elle, ni queue, ni tête. Elle préféra ravaler sa curiosité et se mordit l’intérieur des joues en attendant que Mrs Stansfield la laisse entrer, ce qu’elle fit d’un geste de la main et avec un léger soupir. Il était bien trop tôt pour les questions, le mieux était encore de suivre le flot et d’attendre le bon moment pour tenter de comprendre cette phrase étrange.

Elle entra à pas lent et prudent, sa valise dans sa main gauche, son « animal de compagnie » dans la droite, les roulettes grinçant à chaque rotation. Elle lui souhaita ensuite la bienvenue, ce qui rassura quelque peu Riley et lui présenta Moïra, son assistante… Ben dis donc… On avait même des assistants chez les vainqueurs, chose totalement impensable dans le reste du District et encore moins dans « la Veine », même les personnes les plus dans le besoin, comme les personnages âgées n’avait pas d’assistant, la jeune fille était bien curieuse de savoir pourquoi « Joaquin » donc, en avait besoin d’une.

Avec un sourire aimable mais un peu désorientée, elle accepta que Moïra s’occupe de sa valise. Non pas par nécessité, car elle avait toujours appris à se débrouiller seule avec sa maladie, refusant la pitié des uns et des autres, mais plus par politesse car il semblait que c’était ici le mode normal de fonctionnement que de donner les tâches pénibles à l’assistante. Elle la regarda donc monter les marches avec aisance, sa valise sous le bras… Il fallait bien avouer qu’elle n’était pas bien lourde… De là où elle venait, les biens matériels n’étaient pas spécialement à profusions. Avec un ton un peu sévère, Joaquin lui demanda de la tutoyer, et Riley répondit par l’affirmative d’un hochement de tête. Elle ignorait totalement pourquoi elle était devenue si stricte d’un seul coup, comme si elle l’avait choqué en la vouvoyant… C’était assez étrange, le vouvoiement était pourtant une marque de respect… Encore une fois, elle préféra occulter, restant sur sa réserve et fonctionnant comme dans n’importe qu’elle conversation. Riley était une jeune fille discrète, qui préférait largement l’observation aux paroles abondantes, elle préférait tâter le terrain, voir ce qui plaisait à son interlocuteur ou pas pour éviter d’accumuler les erreurs. Elle allait dorénavant vivre chez la gagnante, autant qu’elles partent du bon pied ensemble, non ?

Tout en observant, un peu abasourdie, toutes les richesses qu’on pouvait trouver dans cette maison, elle continua à garder une oreille attentive aux paroles de son hôte. Elle lui proposait à boire et à manger… Par pure politesse, elle se devait d’accepter. Mais n’oublions pas qu’elle ne venait pas d’un milieu aisé et que la faim lui tordait toujours le ventre, malgré tous les efforts de ses parents pour garder de la nourriture sur la table. Ici, il semblerait même que c’était des enfants qui faisait la cuisine, plus par passe-temps que par réelle nécessité… Enfin, l’art de la table avait toujours été le meilleur moyen pour elle de rapprocher les gens alors si elle pouvait montrer de la politesse envers Joaquin, faire plaisir à ses filles et manger à sa faim, pourquoi refuser ? L’hôtesse semblait même s’être adoucit à l’annonce de ses filles. Riley, elle, ignorait totalement qu’elle avait des enfants.

- Oh… Avec plaisir, oui, merci, c’est très gentil de leur part ! Moi aussi je suis impatiente de les rencontrer !

C’était vrai. Elles avaient été capables d’une grande gentillesse envers une inconnue, ce qui était très bon signe, pourquoi ne pas vouloir les rencontrer ? En suivant la femme, elle se demanda si ses hôtes étaient au courant de sa situation ou non ? Sa mère ne lui avait strictement rien dit de la conversation qu’elle avait eue avec Joaquin et comme elle ignorait tout de sa vie, elle supposa que la gagnante ne devait pas savoir grand-chose. En arrivant dans la cuisine, face à la table garnie de mets en tout genre, Riley cru que sa bonbonne n’allait pas tenir le choc. Jamais encore elle n’avait vu de telles choses, un beau liquide orange dans une carafe, des gâteaux… toutes ces choses qu’elle n’avait encore jamais mangé. Elle s’approcha des deux jeunes filles pour les saluer et les remercier de leur travail et la plus petite en profita pour lui dire qu’une autre surprise l’attendait dans sa chambre. Avec un grand sourire, elle les remercia chaleureusement et s’assit à table lorsque Joaquin le lui proposa. Curieuse, elle commença avec ses questions. Elle pointa du doigt la carafe de jus d’orange, jus qu’elle ne connaissait absolument pas et demanda :

- Euh… Joaquin ? Qu’est-ce que c’est ce liquide orange ? Et comment vous faîtes pour avoir un gâteau à la fois blanc et marron ?

Elle pointa à présent le marbré. Tout ceci semblait tellement surprenant qu’elle n’arrivait pas à lâcher des yeux tous ces plats. Non seulement son hôtesse devait être capable de faire un tel gâteau, mais ses filles également, ce qui était impressionnant pour leur âge. Elle se demanda alors si c’était difficile et si les deux parties, malgré leur couleur, avait le même goût ou non mais préféra garder sa réponse en suspens, aillant déjà l’impression de passer pour une parfaite idiote.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Nulle amitié de vaut une soeur..." } Joaquin   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Nulle amitié de vaut une soeur..." } Joaquin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 4 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.