petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 Elyas & Adrian -So what's the use between death and glory?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Elyas & Adrian -So what's the use between death and glory?   Jeu 14 Aoû - 11:55


So what's use between death and glory?


La fumée grise s'élève au dessus de ma tête alors que je recrache son poison. Je reste un temps silencieux, à réfléchir, ma cigarette à la main que je reporte à ma bouche une nouvelle fois. Je tourne les pages du journal et tombe sur une photo d'un jeune homme blond au sourire narquois. Une tête qui me donne envie de jeter le papier à terre et de le piétiner. Je fais un effort et essaye de lire l'interview sans m’énerver. Je lis, déglutis, fronce des sourcils jusqu'à un nom qui m'arrête net. ''Lucia.'' Comment ose-t-il parler d'elle après ce qui lui a fait. Je continue de lire en me retenant de ne pas hurler de haine. Ce n'est rien d'autre qu'un assassin, un traître. Il aurait du mourir dans l'arène à sa place, la vie aurait été plus belle. Lucia ne serait peut-être pas vivante, mais au moins Prudence Thornfield serait en ce moment même à mes côtés et sans culpabilité d'une infidélité passagère. Le salaud m'avait ôté les deux seules femmes qui comptait dans ma vie, et se vantait d'en avoir tuer une. ''Regrettez vous d'avoir tuer votre co-tribut durant vos jeux ?''

Je jette violemment le journal au sol, prend ma veste et quitte mon appartement que je partageais depuis peu avec Odessa. Je traverse les rues du capitole en bravant la foule du Samedi après midi. Je finis ma cigarette à contre cœur, en essayant de me calmer. Il faut que je garde mon sang froid pour cet après midi. Je continue de marcher jusqu'au grand bâtiment où je travaillais. Je rentre et gravis les marches d'un pas lourd. Je me retrouve face à l'ascenseur et monte au dernier étage, où se trouvait mon bureau.
Grace au relation avec mon père, haut placé au capitole, j'avais pu recevoir un poste bien rémunéré et très reconnu dans tout Panem. Le dernier étage m'appartenais à moi seul et j'avais accès à beaucoup de services. Mais ceci n'est qu'une couverture pour avoir les dernières information à retranscrire aux rebels.
Mon bureau est une sorte de grand salon avec une magnifique vue sur tout le Capitole grâce à ses baies vitrés.
Je m'installe dans mon fauteuil et attrape mon calepin, toujours tentant de me calmer. J'avais rendez-vous avec lui pour en savoir plus sur sa sœur, mais je n'allais pas le laissez s'en tirer ainsi. Elyas Chesterfield allait me le payer. Le bruit de sa main qui frappe contre ma porte résonne dans la pièce. "Entrez...", dis-je en serrant les dents. Reste calme...
La porte s'ouvre d'elle même et le vainqueur entre avec ce même sourire narquois, insupportable, que je haïssait tant.
code (c) about today.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 1464
△ points : 11
△ multicomptes : Charlie la Pacificatrice, Juju le Rebelle & Gold la rêveuse (Ex Elyas)
△ à Panem depuis le : 09/01/2013
△ humeur : Se sent vide et abandonné, désespéré par la chute de Coin et l'échec de la rébellion.
△ âge du personnage : Vingt-six ans
△ occupation : Sniper dans l'armée du Treize


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: Elyas & Adrian -So what's the use between death and glory?   Jeu 14 Aoû - 22:14

« Bonjour. » J’offre à l’hôtesse d’accueil assise derrière son bureau mon sourire le plus charmeur, celui-là même qui, je le sais, les fait toutes fondre sur place. Et la jeune brune qui me fait face ne fait pas exception puisqu’elle s’empourpre aussitôt en sentant mon regard se poser sur elle. « J’ai rendez-vous avec un certain Evans. » je lui apprends, un sourire toujours aux lèvres, en haussant les épaules avec cette nonchalance qui m’était propre. Qu’on soit bien clair, je n’étais pas ici par plaisir, mais par pure nécessité. Faire parler de moi dans la presse était encore le meilleur moyen d’inciter les sponsors à financer ma sœur, et par là-même, à assurer sa survie aussi longtemps que possible. Je ne connaissais que de nom le journaliste que j’étais sur le point de rencontrer, mais je savais qu’il fréquentait Odessa, ce qui, entre nous, n’était pas franchement pour me plaire. J’avais toutes les raisons du monde de me méfier des Capitoliens, et celui-ci en particulier ne m’inspirait guère confiance ; son amitié avec Iron était de notoriété publique, et à mes yeux, c’était une raison amplement suffisante pour que je ne lui accorde nullement ma sympathie.

« Son bureau se trouve au dernier étage. » La voix fluette de l’hôtesse m’extirpe de mes pensées et je reporte mon attention sur elle, détaillant soigneusement les traits de son visage. La dizaine de pierres précieuses, incrustées semble-t-il aléatoirement dans son visage, reflétait la lumière environnante, ce qui était franchement désagréable, voire même agaçant. Je regrettais d’avoir laissé mes lunettes de soleil dans l’appartement que j’occupais avec Prudence quand je me trouvais au Capitole, et que j’avais lâchement déserté depuis le début des Jeux. « Et si vous m’accompagniez ? », je lui demande, accoudé à son bureau comme si j’étais sur le point de lui murmurer un secret. « Qui sait ? Je pourrais peut-être me perdre. », je lui lance d’un ton faussement ingénu. « Oh, c’est que… je ne peux pas m’absenter de mon poste. », me répond-elle, alors que je devine qu’elle brûle d’envie de me suivre dans cette petite escapade imprévue. « Ce sera l’affaire de quelques minutes, tout au plus. Et je ne le dirai à personne. », j'insiste. Je ne me lasse jamais de tester mon pouvoir de séduction, et je peux me flatter de toujours parvenir à mes fins. Presque toujours, me souffle une petite voix intérieure. Oui, Kathleen était la seule à ne pas céder à mon charme, et plus elle me résistait, plus je la désirais. « D’accord. », abdique-t-elle, les joues rougies par l’excitation du moment. Une de plus, me hurle fièrement mon égo de mâle.

Sur le trajet, je la questionne pour lui laisser croire que je m’intéresse à elle – ce qui, entre nous, n’est absolument pas le cas – en écoutant d’une oreille distraite les réponses qu’elle m’offre. Avec le temps, j’ai appris qu’il n’y a rien qu’une femme aime davantage que parler d’elle-même. Dans l’ascenseur, je l’écoute s’apitoyer sur mon sort et sur celui de ma jeune sœur ; elle m’apprend les larmes aux yeux qu’elle a pleuré lorsque le nom de Virani est sorti de l’urne. Je m’efforce de garder mon calme et lui adresse mon sourire le plus bienveillant, en la remerciant chaleureusement pour sa sollicitude. Enfin parvenus à destination, je toque brièvement trois coups sur l’imposante porte en bois derrière laquelle se cache le journaliste. « Entrez… », m’autorise une voix, la sienne, probablement. La main sur la poignée, j’ouvre la porte avant de me retourner vers l’hôtesse d’accueil. « Merci pour tout, ma jolie. Peut-être aurais-je le plaisir de vous recroiser en d’autres circonstances. », je mens, le tout agrémenté d’un clin d’œil complice qui lui fait aussitôt monter le rouge aux joues. Puis sans plus me préoccuper d’elle, je me retourne vers Evans, et le salue d’une poignée de main ferme – histoire de lui montrer à qui il avait à faire – avant de prendre la parole. « Merci de me recevoir, Monsieur Evans. » Les Capitoliens raffolent des flatteries qui leur font croire qu’ils sont importants. « Malheureusement, je n’ai que peu de temps à vous accorder, j’ai une journée chargée. » Ce n’était pas vrai, pas exactement ; je voulais juste lui faire comprendre que c’était lui qui était à ma disposition, et non l’inverse. Et sans même attendre son autorisation ni même son consentement, je m'assois sur un fauteuil délicieusement confortable, attendant qu'il me pose ses fichues questions.






"No time for goodbye" he said, as he faded away. "Don't put your life in someone's hands, they're bound to steal it away. Don't hide your mistake, cause they'll find you, burn you", then he said "If you wanna get alive, run for your life." - "This is my last time" she said, as she faded away. "It's hard to imagine, but one day, you'll end up like me", then she said "If you wanna get alive, run for your life." If I stay it won't be long 'til I'm burning on the inside. If I go I can only hope that I make it to the other side.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Elyas & Adrian -So what's the use between death and glory?   Mer 27 Aoû - 13:47


So what's use between death and glory?


Elyas Chestfrield aimait plaire. Il a toujours su comment se faire apprécier par les femmes, et le fait qu'il s'amuse avec l’hôtesse du premier étage, ne m'étonnait guère. Mais sur ce fait nous nous ressemblions. Que ce soit la secrétaire, l’hôtesse, l'assistante ou la cliente un peu facile, je savais les amadouer. En bon, faux capitolien il était de mon devoir de plaire et de me laisser aller au flirt avec quelques jeunes femmes. Or, depuis que Prudence et moi avions presque passer la nuit ensemble, plaire au femmes ne m’intéressait plus. La fille de feu hante mes journées et mes nuits. Je n'arrive pas à oublier son petit sourire timide qu'elle m'avait adressé lors de cette soirée où elle avait voulu en finir avec sa vie. Ce jour là, Elyas était je-ne-sais-où avec je-ne-sais-qui mais j'en avais, honteusement profité. Si bien que quelques mois plus tard, nous  nous étions avoué nos sentiments et j'avais une envie perverse de le dire à Elyas et de voir sa réaction...De voir sa tête lorsqu'on apprend qu'on est en train de perdre la personne qu'on aime. Je veux lui arracher Prudence comme il l'avait fait pour moi avec Lucia.

Il s'assoit sans gène sur un des fauteuils de la pièce en prétendant une journée chargés. Je reste debout, les lèvres pincées, à retenir ma haine. "Le plaisir est pour moi M. Cherterfield." Je ne cache pas le sarcasme dans mon ton.  Le vainqueur allait vite comprendre que les flatteries n'allait pas marcher sur moi. Nous nous ne nous connaissons pas mais je connais très bien votre fiancée...mais elle a du vous le dire...
Je me doutais bien que Prudence n'avait pas évoqué notre amitié et je prenais un malin plaisir à instaurer le doute et le malaise dans cette conversation. Je marque une pause en essayant de calmer mes nerfs à vif. D'ailleurs nous nous sommes vu il y a quelque jours ici, dans mon bureau...
J'attrape ma veste sur mon fauteuil le plus proche et sors un paquet de cigarette. J'en sors une et tends le paquet en direction d'Elyas, puis le repose sur la table avec legerté. Je prend un briquet et allume la mienne en savourant le délice de ce poison. Je force un petit sourire en coin à son attention, dans le but de l'agacer. A ce rythme là, j'allais presque balancer que sa fiancée et moi même avions pratiquement fait l'amour dans mon lit. La jeune femme était pourtant partit en me jurant qu'elle m'aimait, ce que je ne considère pas comme une défaite vu que quelques jours plutôt dans ce bureau elle avait répété cette phrase. "J'aime Elyas mais je t'aime aussi."
Une torture qu'elle s'infligeait. Perdu entre nous deux alors que cela pourrait être si simple. Mais pour l'instant il fallait juste qu'Elyas comprenne que je n'étais pas un idiot qu'on pouvait flatté, non il allait comprendre que j'avais certains compte à lui rendre depuis tout ce temps...
code (c) about today.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 1464
△ points : 11
△ multicomptes : Charlie la Pacificatrice, Juju le Rebelle & Gold la rêveuse (Ex Elyas)
△ à Panem depuis le : 09/01/2013
△ humeur : Se sent vide et abandonné, désespéré par la chute de Coin et l'échec de la rébellion.
△ âge du personnage : Vingt-six ans
△ occupation : Sniper dans l'armée du Treize


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: Elyas & Adrian -So what's the use between death and glory?   Mer 3 Sep - 23:00



« Le plaisir est pour moi, Monsieur Chesterfield. » Puisqu’il ne s’est même pas donné la peine de le dissimuler, je perçois très distinctement le mépris dans sa voix, mais je ne m’en offusque pas outre mesure et me contente de lui répondre d’un hochement de tête poli. J’ignore ce que ce journaliste me reproche, mais le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne semble pas vraiment me porter dans son cœur. Simple jalousie, j’imagine, mais j’avais l’habitude. A moins que son jugement ne soit tout simplement influencé par l’avis de son bon ami Iron Flickerman, qui n’avait certainement pas manqué de lui rapporter la petite altercation que nous avions eu dans le train. Dans le fond, qu’importe tout le mal qu’il pouvait bien penser de moi, je n’en avais strictement rien à foutre. Je n’allais quand même pas m’abaisser au point de m’intéresser à l’opinion que cette petite merde Capitolienne s’était forgée à mon sujet. Un peu de décence, s’il vous plait.  

« Nous nous ne connaissons pas – non, et c’était aussi bien comme cela – mais je connais très bien votre fiancée. » J’arque un sourcil, un instant décontenancé par ses révélations, mais je retrouve rapidement mon flegme habituel et ne laisse rien paraître de ma surprise. Le masque d’impassibilité derrière lequel je me cachais depuis ma Victoire était devenu une seconde nature pour moi, et j’avais parfois bien du mal à m’en défaire. Mais après tout, pourquoi le voudrais-je ?  La vie était beaucoup plus facile depuis que j’avais érigé autour de moi ce mur impénétrable qui me séparait du reste du monde. « D’ailleurs, nous nous sommes vus il y a quelques jours ici, dans mon bureau… », précise-t-il de ce petit ton supérieur qui ne me plait guère. Qu’essayait-il d’insinuer au juste ? Je fouille rapidement dans ma mémoire, mais je suis certain que Prudence n’avait jamais mentionné son nom auparavant, mais après tout, nous n’étions pas obligés de tout nous raconter dans les moindres détails. Et puis, je devais bien reconnaitre que ces derniers jours, je n’avais eu que très peu de temps à lui accorder, puisque je me consacrais exclusivement à ma sœur, me dévouant corps et âme pour lui décrocher des sponsors. Sa survie était mon unique priorité. Et rien d’autre n’aura d’importance à mes yeux tant qu’elle se trouvera dans cette maudite Arène, à lutter de toutes ses forces pour tenir la promesse qu’elle m’avait faite. Me revenir.  

Quand Adrian me propose une cigarette, je la refuse d'un simple geste de la main. « Je ne fume pas, merci. Un esprit sain dans un corps sain, c'est mon mantra, Monsieur Evans. » J'en rirais, si ce n'était pas si pitoyable. Mon corps l'était peut-être puisque je faisais beaucoup de sport pour me maintenir en forme (et pour rester désirable, mais ceci, pour des raisons moins glorieuses), mais mon esprit n'avait rien de sain. Bien au contraire.

« Non, elle ne m’a pas dit que vous l'aviez interviewée récemment, mais peut-être ne jugeait-elle pas utile de me le raconter. » Traduction : Tu es bien trop insignifiant pour qu’on évoque ton existence au détour de nos conversations. « Mais je connais très bien votre fiancée aussi. », je lui apprends à mon tour, même si je me doute qu’il était déjà parfaitement au courant de la situation. On pouvait être deux à jouer à ce petit jeu, quel qu’il soit. « Odessa est une femme remarquable ! Je ne sais pas comment je ferai sans son indéfectible soutien. » Mange toi ça. « Mais vous devez le savoir mieux que personne, bien entendu. D’ailleurs, je m’excuse vraiment de me l’accaparer comme ça, mais vous savez, avec les Jeux, nous sommes vraiment très occupés tous les deux. » Pour ces Jeux en particulier, nous passions beaucoup plus de temps ensemble que lors des éditions précédentes. Mais les circonstances n’étaient pas les mêmes, et cette année, la vie de ma sœur était en jeu. Ce que j’avais dit à Adrian pour l’énerver (et lui rendre ainsi la monnaie de sa pièce) n’était pas un mensonge ; je ne savais pas comment je tiendrais le coup si Odessa n’était pas là pour me soutenir, jour après jour. J’aurai probablement sombré depuis longtemps, sans elle à mes côtés, pour m’aider à maintenir la tête hors de l’eau dans ce terrible raz-de-marée qu'était devenue ma vie. Rien que sa présence suffisait à raviver en moi cette envie de me battre qui m’avait déserté depuis la mort de Kathleen.

« Et votre ami Iron est un hôte fabuleux ! », je tente de me montrer enjoué, mais c’est un véritable supplice pour moi d’évoquer ce fils de pute sans laisser éclater ma rage. « Il se démène comme un fou pour Virani, c’est appréciable. C'est une chance de l'avoir dans l'équipe. ... Est-ce que vous allez parler d'elle, dans votre article ? », je m'enquiers alors d'un ton faussement naïf, pour lui rappeler les raisons de ma présence dans son bureau. Je n'étais pas venu ici pour perdre mon temps à échanger des amabilités avec cet imbécile.



"No time for goodbye" he said, as he faded away. "Don't put your life in someone's hands, they're bound to steal it away. Don't hide your mistake, cause they'll find you, burn you", then he said "If you wanna get alive, run for your life." - "This is my last time" she said, as she faded away. "It's hard to imagine, but one day, you'll end up like me", then she said "If you wanna get alive, run for your life." If I stay it won't be long 'til I'm burning on the inside. If I go I can only hope that I make it to the other side.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Elyas & Adrian -So what's the use between death and glory?   Sam 13 Sep - 11:06


So what's use between death and glory?


J'ai l'impression d'être un monstre. Un horrible sadique du Capitole. Mais il n'était pas mieux. C'était la vengeance et la colère qui parlait je le savais. En effet...je voulais que sa sœur meurt durant ces jeux pour qu'il comprenne ma souffrance. Je veux qu'il ne reste que le jeune Moon comme vainqueur. Je veux que sa sœur ferme les yeux pour la dernière fois et qu'il la regarde mourir, impuissant. Qu'il se sente lui aussi idiot face à sa mort que je m'étais sentit. Cette haine est en train de me rendre complètement taré et j'en suis conscient. Je serre les poings pour me retenir de ne pas le tuer sur le champs. « Et votre ami Iron est un hôte fabuleux ! »
Je me mords les lèvres jusqu'au sang. Ce connard d'Iron Flickerman avait abusé de Prudence tandis que Chesterfield n'étais on-ne-sait-où avec on-ne-sait-qui. Je me demandais même s'il était au courant. J'essaye d'afficher un grand sourire, mais c'est plus de l'ironie que de la sincerité.
« Oui...il est...incroyable en effet. »
Je continue de sourire et termine ma cigarette en la jetant dans le cendrier de mon bureau. Il enchérit de nouveau. « Il se démène comme un fou pour Virani, c’est appréciable. C'est une chance de l'avoir dans l'équipe. ... Est-ce que vous allez parler d'elle, dans votre article ? »,
Voilà le moment où nous allions nous amuser. Il va très vite comprendre ce qu'il fait vraiment ici. Ma rage bouillonne dans mon ventre, prête à exploser. J'éclate d'un rire cynique. « Virani ? Non, elle n'en vaux pas la peine. Elle n'a aucune chance de s'en sortir. Mais ça m'étonne que vous ne lui avait pas proposé de tuer Nathanaël, c'est une particularité chez les Chestfield de trahir son co-tribut non ?  »
Je lui lance un regard mauvais. Il a perdu lui aussi son sourire. Il y a deux solutions de fin à cette histoire. Soit il a l'intelligence de partir, soit ça va finir en bain de sang. J'ai attendu longtemps avant d'en finir avec lui. Lui cracher à la figure ce que je pensais de sa misérable personne.

Ma couverture risquait gros après ça, je m'en doutais. Révéler que j’avais aimer une fille d'un district n'étais pas une bonne chose du tout. Le treize n'allais pas aimer mais ça m'étais égal. Pour une fois je ne servais que mes propres intérêts. Et je ne pense pas qu' Elyas allait tout divulguer ainsi. C'était entre lui et moi. Soit lui soit moi.

code (c) about today.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 1464
△ points : 11
△ multicomptes : Charlie la Pacificatrice, Juju le Rebelle & Gold la rêveuse (Ex Elyas)
△ à Panem depuis le : 09/01/2013
△ humeur : Se sent vide et abandonné, désespéré par la chute de Coin et l'échec de la rébellion.
△ âge du personnage : Vingt-six ans
△ occupation : Sniper dans l'armée du Treize


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: Elyas & Adrian -So what's the use between death and glory?   Ven 3 Oct - 21:46



« Oui… Il est… incroyable en effet. », renchérit Evans, mais je le sens hésitant, fébrile, il semble chercher ses mots comme s’il ne parvenait pas à formuler sa pensée à haute voix, et une ironie palpable transperce dans sa voix. Je fronce les sourcils, perplexe, dérouté par son attitude des plus circonspectes – et le mot était faible. Les liens d’amitié qu’entretenaient Iron et Adrian étaient de notoriété publique,  tout se savait au Capitole, alors pourquoi le journaliste n’abondait pas dans mon sens ? Par simple jalousie, peut-être. Sûrement. J’avais rapidement compris que tout le monde enviait tout le monde, ici. Une maison plus grande, une garde-robe plus moderne, un poste plus élevé… tous les prétextes étaient bon pour jalouser son voisin. Mais bon, ses préoccupations de Capitoliens sont bien le dernier de mes soucis et j’occulte rapidement le sujet – qui ne m’intéresse absolument pas, qu’Iron puisse crever seul dans un coin ! – pour enfin évoquer ma sœur, la véritable raison de ma présence ici. Parler d’elle dans cette interview et lui faire un peu de publicité ne serait pas de trop pour lui dénicher de bons sponsors ; de part son statut de sœur de Vainqueur, elle partait déjà favorite, mais je tenais à ce que toutes les chances soient de son côté. Nathaël m’avait promis de veiller sur elle, mais il était mort dès le bain de sang, et ma sœur avait alors dû se débrouiller seule. Enfin non, pas exactement, puisque pour l’instant, elle s’était alliée au Sept (sur les conseils d’Ethan et de moi-même), ainsi qu’aux Carrières, ce qui n’était pas vraiment pour me plaire. Bien sûr, cette alliance la garderait en vie pendant un moment, mais combien de temps encore avant que les Carrières ne retournent leurs armes contre elle et Isaac et Ambre ? Il n’y avait plus qu’à espérer qu’elle les prenne de vitesse et qu’elle s’en prenne à eux avant que l’idée de se débarrasser du superflu ne leur traverse l’esprit.  

« Virani ? Non, elle n’en vaut pas la peine. » J’arque un sourcil, interpellé par ses paroles, moi qui jusqu’à présent ne l’écoutais que d’une oreille. Pardon ? Ce fils de pute manquait cruellement de jugeote pour oser me parler de ma sœur de cette façon. Je perds mon sourire de circonstance tandis que je me redresse dans mon fauteuil, soudainement très sérieux ; cette situation ne m’amusait plus du tout. « Elle n’a aucune chance de s’en sortir. » Pour tenter de garder mon calme, je serre mes poings jusqu’à ce que mes ongles me labourent les paumes. C’est une technique qui marche, d’ordinaire, qui m’aide à me contrôler quand je sens une pulsion violente m’envahir, mais pas cette fois. Je suis bien trop furieux pour réussir à contenir la rage qui gronde au fond de moi. « Mais ça m’étonne que vous ne lui avait pas proposé de tuer Nathanaël, continue-t-il en écorchant son prénom, c’est une particularité chez les Chesterfield de trahir son co-tribut, non ? » Mon sang ne fait qu’un tour, et je bondis sur mes pieds pour asséner un coup de poing magistral à ce petit merdeux, qui titube sous le choc ; il allait apprendre ce qu’il en coûtait de jouer au plus malin avec un Vainqueur. A ce stade, je ne me préoccupe même pas des conséquences qu’on pourra m’infliger pour m’en être pris à la « Race des Seigneurs ». De toute façon, ils ne pouvaient plus me punir, puisque je n’avais plus rien, ni personne, à perdre. Pour la première fois de ma vie, j’étais enfin libre d’agir à ma guise, sans crainte de représailles. J’attrape ensuite vivement Adrian par les cheveux avant d’abattre violemment sa sale petite gueule sur son bureau, puis j’exerce une pression suffisamment forte pour le maintenir dans cette position.

« Plait-il ? Je crois que j’ai mal entendu, fils de pute. », je dis d’une voix délibérément nonchalante. Je me rapproche ensuite de lui pour lui murmurer à l’oreille. « C’est dangereux de jouer dans la cour des grands quand on n’a pas le niveau, tu sais. Parce que qu’est-ce que tu y connais à tout ça, toi ? Tu as déjà tué, Evans, hm ? Dis-moi, tu as déjà enfoncé ton poignard dans l’abdomen d’une jeune fille, encore, et encore, et encore, en la regardant se vider de son sang ? Egorgé une fille avec qui tu étais en classe ? Tu t'es déjà délecté de cette puissance formidable qui te parcourt de la tête aux pieds quand tu prends la vie de quelqu’un ? Non, bien sûr que tu n’en sais rien parce que tu es né du bon côté, parce que tu es né avec une putain de cuillère en argent enfoncée dans le cul. Toi, tu te contentes de jubiler devant ton écran, quand un tribut assassine son co-tribut. »

Je le relâche et recule de quelques pas, les bras croisés, mais toujours sur mes gardes au cas où il aurait la mauvaise idée de chercher à riposter. « Crois-moi, la vie de ma sœur a plus de valeur que la tienne, Evans. Elle a plus de valeur que toutes celles des Capitoliens. Et il s’appelait Nathael, mais faut croire que tu es trop con pour le prononcer correctement. » Je le pointe ensuite d’un index menaçant. « Et n’essaye pas de revoir Prudence, ou tu auras à faire à moi. Tu diras à ton ami Iron que c'est aussi valable pour lui. » Même s'il l'avait sûrement déjà compris tout seul après la raclée qu'il s'était pris.



"No time for goodbye" he said, as he faded away. "Don't put your life in someone's hands, they're bound to steal it away. Don't hide your mistake, cause they'll find you, burn you", then he said "If you wanna get alive, run for your life." - "This is my last time" she said, as she faded away. "It's hard to imagine, but one day, you'll end up like me", then she said "If you wanna get alive, run for your life." If I stay it won't be long 'til I'm burning on the inside. If I go I can only hope that I make it to the other side.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Elyas & Adrian -So what's the use between death and glory?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Elyas & Adrian -So what's the use between death and glory?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 4 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.