petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 Free fallin' + Prue & Elyas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 1464
△ points : 11
△ multicomptes : Charlie la Pacificatrice, Juju le Rebelle & Gold la rêveuse (Ex Elyas)
△ à Panem depuis le : 09/01/2013
△ humeur : Se sent vide et abandonné, désespéré par la chute de Coin et l'échec de la rébellion.
△ âge du personnage : Vingt-six ans
△ occupation : Sniper dans l'armée du Treize


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Free fallin' + Prue & Elyas   Mar 29 Avr - 23:34

« All the bad boys are standing in the shadows, and all the good girls are home with broken heart.  »


Bercé par le ronronnement de la voiture qui file à travers le Capitole, j’observe d’un œil distrait le paysage qui défile par la fenêtre. La nuit est déjà bien avancée, le ciel couvert d’étoiles, et pourtant, les rues sont encore animées par des fêtards qui refusent d’aller se coucher. C’est peut-être ce qui me plait le plus, ici ; cette ambiance festive qui ne semble jamais s’essouffler, à mille lieux des soirées moroses des District où chacun rentre chez soi au soleil couchant. Bien sûr, le travail là-bas est beaucoup plus éreintant qu’ici, et il est nécessaire, presque vital, de se coucher tôt pour avoir la force d’affronter une nouvelle journée. Et pour toutes ces raisons, je dois reconnaitre que la vie au Neuf ne me manque pas le moins du monde. Mes concitoyens s’épuisent à la tâche en mourant de faim tandis que je vis dans un luxe si déraisonnable que c’en est indécent, et, avec le temps, je suis devenu de plus en plus insensible à leur peine et leurs souffrances, que j’ai un jour moi-même connues. Mais ces privilèges dont je dispose à présent, je les ai gagnés avec mon sang et mes larmes, et rien ni personne ne m’en dépouillera.  Il y a des aspects du Capitole que j’apprécie suffisamment pour faire abstraction de tous les désagréments qui l’accompagnent.

Enfin, la voiture s’immobilise devant l’appartement que je partage désormais avec Prudence, et alors que je sors du véhicule en remerciant le chauffeur, je songe que je suis heureux de rentrer chez moi. Oui, chez moi. Car c’est là que se trouve ma place, désormais. Même si j’hésite à retourner vivre au Neuf pour de bon ; pour être honnête, cette idée ne m’enchante guère, mais ma sœur a besoin de moi, et je ne peux pas, je ne dois pas la laisser seule encore une fois. Je préférerais qu’elle vienne vivre ici, au Capitole, mais ce n’est pas possible et je sais en mon for intérieur que toute manière, jamais elle n’accepterait d’abandonner le Neuf. Il va falloir que j’en parle à Prudence, lui faire part  mon désir d’emménager avec elle au Neuf, mais j’appréhende sa réaction. Et plus encore celle de ma sœur.

Je traverse rapidement le hall d’entrée puis monte dans l’ascenseur qui me dépose à mon étage. Je me fais le plus discret possible pour entrer dans l’appartement, afin de ne pas réveiller Prudence qui doit sûrement dormir à cette heure tardive – ou matinale, tout est une question de point de vue. Dans le vestibule, je croise mon reflet dans un miroir ; j’ai soigné mon nez cassé avec les moyens du bord, mais il faut absolument que je vois un médecin dès demain si je ne veux garder aucune séquelle. En m’inspectant sous toutes les coutures, je songe que ma styliste va être extrêmement contrariée de mon allure, d’autant plus que l’œil au beurre noir va être difficile, voire impossible, à masquer. J’ai l’impression de sortir de l’Arène, cette vision ne me réjouit pas tellement.

A pas de loup, je me dirige vers la chambre et j’entrouvre doucement la porte pour… me rendre compte que Prudence n’est pas dans le lit, comme je l’escomptais. J’allume la lumière pour m’en assurer ; la pièce est vide, il n’y a que le silence pour m’accueillir. « Prudence ? » je questionne dans le vide en fouillant l’appartement à sa recherche. Elle n’est pas là, ce qui commence à m’inquiéter, mais je me raisonne en me disant qu’elle est sûrement à une soirée, je ne vois pas d’autres explications à son absence. Je décide de m’asseoir dans un fauteuil du salon pour attendre son retour, mais épuisé par le voyage, je finis par m’endormir.



"No time for goodbye" he said, as he faded away. "Don't put your life in someone's hands, they're bound to steal it away. Don't hide your mistake, cause they'll find you, burn you", then he said "If you wanna get alive, run for your life." - "This is my last time" she said, as she faded away. "It's hard to imagine, but one day, you'll end up like me", then she said "If you wanna get alive, run for your life." If I stay it won't be long 'til I'm burning on the inside. If I go I can only hope that I make it to the other side.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Mer 30 Avr - 13:16

Je reste là.. prostrée. Je n'arrive pas à fermer l'oeil. Je repense à tout ce qui c'est passé. J'ai l'impression d'exploser à l'intérieur. J'ai l'impression que tout va mal.. que je ne peux plus me relever comme je le fais toujours avec un sourire et la tête haute. Je ne peux pas le faire éternellement, j'ai besoin que cela se calme.. je ne supporte plus cette vie, je n'y arrive plus. Je ne peux plus rien faire. Je me revois pendue dans la vide.. je me revois dans cette chambre d'hôtel.. J'entend encore les râle de ce type.. ses mains dégoûtantes sur mon corps.. Je suis totalement souillée. C'est la pire des choses que l'on puisse faire à une personne. J'ai été vendue.. rien ne se passe comme j'avais prévu, rien n'est comme je le pensais. L'horreur se manifeste. Tywin avait raison. Il savait lui et je n'ai pas voulu l'écouter. J'ai été la fille la plus bornée et stupide. J'aurais dû rentrer chez moi, il avait raison. Mais je n'ai plus ma place nulle part, j'ai l'impression que quoique je fasse rien n'ira bien pour moi. Alors que je fais tout pour. Les mensonges d'Elyas se rajoutent à tout ça.. et mon coeur tombe doucement en miettes. J'ai mal. Est-ce normal de souffrir autant à cause d'un homme ? Je ne savais pas qu'aimer une personne pouvait être aussi douloureux. Je reste en boule en peignoir. Je voulais me doucher mais j'ai craqué.. en regardant mon reflet dans le miroir de la salle de main je me suis détestée.. j'ai voulu me détruire encore mais je n'ai même plus la force de trancher mes veines. Je suis fatiguée de voir du sang. J'aimerais dormir, rêver et ne plus jamais me réveiller. Elyas doit revenir ce soir. Je ne sais pas à quelle heure. Je veux me confronter à lui, savoir s'il me mentira encore. Savoir si vraiment il tient à moi, savoir sur qui je peux compter bordel de merde. Comment il a pu. Je tremble, le carrelage me gèle. J'entend la porte s'ouvrir.. Sa voix résonner dans l'appartement. Il est là.. la nuit est tombée, j'ai peur de sentir l'odeur qu'une autre sur lui. Je me lève finalement, je sors de mon dressing, il a semblé me chercher partout sauf ici. Je resserre le peignoir sur mon corps frêle grelottant.. je ne pleure pas. Plus du moins, bien que mes yeux doivent en avoir la trace. J'avance dans notre salon, il est là comme si de rien n'était, comme si tout était normal. Je m'avance sans faire de bruit. Je me plante derrière lui sur le fauteuil je me surprend me dire que je pourrais tellement le tuer aisément.. pourtant je n'ai aucunement envie de cela. " C'était bien le district 9 ? Tu as vu les gens que tu voulais, régler ce que tu devais faire ? C'était pourquoi déjà ? " Je sens qu'il va me mentir.. je le sens tellement.. et je ne garde pas cette larme, il ne la voit pas encore. Mais il ignore que je sais. Je vais savoir si je peux lui faire confiance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 1464
△ points : 11
△ multicomptes : Charlie la Pacificatrice, Juju le Rebelle & Gold la rêveuse (Ex Elyas)
△ à Panem depuis le : 09/01/2013
△ humeur : Se sent vide et abandonné, désespéré par la chute de Coin et l'échec de la rébellion.
△ âge du personnage : Vingt-six ans
△ occupation : Sniper dans l'armée du Treize


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Dim 18 Mai - 10:41

« C’était bien le district Neuf ? » La voix de Prudence, derrière moi, me tire en sursaut de mon sommeil et dans un réflexe acquis dans l’Arène, je me lève d’un bond et me positionne instinctivement sur mes gardes, paré à toute éventualité. Mais il n’y a personne dans cette pièce qui menace ma vie ou compromette ma sécurité ; pas d’ennemi, seulement Prudence qui continue à me poser des questions, sans que ma réaction ne l’ait fait ciller le moins du monde. Parce qu’elle-aussi est coutumière du fait ; au début de notre relation, il ne se passait pas une seule nuit sans qu’elle ne s’éveille trempée de larmes et de sueur, et il me fallait déployer toute mon énergie pour enfin réussir à la calmer. Elle finissait toujours par se rendormir, blottie au creux de mes bras, et je passais une partie de la nuit à veiller sur son sommeil. A ma sortie de l’Arène, j’aurai donné n’importe quoi pour avoir moi-aussi quelqu’un à enlacer après un terrible cauchemar, qui me caresserait les cheveux en me murmurant des mots réconfortants pour apaiser mon cœur tourmenté, mon esprit malade, mais je restais seul. Désespérément seul. Je relève la tête vers elle, en frottant mes paupières lourdes de fatigue. « Tu as vu les gens que tu voulais, régler ce que tu devais faire ? C’était pourquoi déjà ? » La pointe d’amertume que je discerne dans sa voix m’assèche aussitôt le cœur. Elle sait. Elle sait que je n’ai pas tout à fait été honnête avec elle. Si au départ j’étais retourné au Neuf pour enquêter sur les activités illégales que menaient mes parents, et qui leur avaient été fatales, j’avais appris là-bas une malencontreuse information qui avait changé radicalement tous mes plans. J’avais bien évidemment prévenu Prudence que mon séjour s’éterniserait quelques peu, mais je n’avais pu me résoudre à lui avouer que je partais rejoindre Kathleen pour régler une vieille histoire laissée en suspens. Je voulais… je voulais juste éviter de lui faire de la peine, éviter que le doute ne s’insinue dans son esprit. Mais je sens qu’aujourd’hui, je vais en payer le prix, alors que je voulais simplement bien faire.

Décontenancé par cet accueil que j’imaginais un peu plus chaleureux après une si longue absence, je contourne le fauteuil qui nous sépare pour venir enlacer amoureusement Prudence, avant de déposer un baiser sur ses lèvres. « Je suis heureux de te retrouver, moi aussi. » Mon cerveau doit être engourdi par la fatigue, car ce n’est que seulement maintenant que je remarque sa tenue, uniquement composée d’un peignoir. Elle n’était donc pas sortie, comme je me l’étais imaginé, dans ce cas, où se cachait-elle ? Pourquoi n’était-elle pas encore couchée à une heure si tardive ? « J’ai fouillé l’appartement sans te trouver, j’ai cru que tu étais sortie. Qu’est-ce que tu faisais ? Tu…»Ses beaux yeux clairs sont rougis, comme si elle avait… Je fronce les sourcils, perplexe. « … Tu as pleuré ? … Prue, qu’est-ce qu’il se passe ? », je demande, subitement inquiet d’être la cause de ces larmes.



"No time for goodbye" he said, as he faded away. "Don't put your life in someone's hands, they're bound to steal it away. Don't hide your mistake, cause they'll find you, burn you", then he said "If you wanna get alive, run for your life." - "This is my last time" she said, as she faded away. "It's hard to imagine, but one day, you'll end up like me", then she said "If you wanna get alive, run for your life." If I stay it won't be long 'til I'm burning on the inside. If I go I can only hope that I make it to the other side.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Dim 25 Mai - 21:40

Je lui en veux. Je lui en veux. Dans uns sens c'est aussi de sa faute. J'en veux au monde entier, c'est de la faute de tout le monde, je les déteste tous tellement. Je ne sais plus qui je suis. Plus la même, encore. Je n'ai plus rien de la Prudence qui est arrivé il a un peu moins d'un an au Capitole pour se battre dans une arène. Je ne suis plus rien, le déchet de moi-même finalement. Elyas m'a menti et je ne sais pas ce que je suis censée en penser, je l'aime, mais je ne supporte pas qu'il ne me dise pas la vérité, pourquoi m'avoir caché qu'il était parti au 13.. enfin, je n'en ai pas la certitude mais je suis presque sûre que c'est là-bas qu'il est. Il m'a parlé de cette fille avant que nous décidions de ne plus être des amis et de nous aider pour survivre. Il m'en a parlé.. il disait que c'était la femme de sa vie un peu.. et moi je ne suis que la deuxième et cette place n'est pas supportable. Je ne sais pas ce que je suis censée en penser. Je lui faisais entièrement confiance et je me rend compte qu'il n'est peut-être pas si honnête avec moi. Je peux aussi lui laisser une chance de me dire la vérité. Je l'entend arriver. Je l'entend m'appeler, il me sort de ma torpeur. Je voulais prendre une douche puis la crise d'angoisse est arrivée.. je me suis enfermée.. comme si j'avais encore peur qu'il arrive, ce pervers, vers moi et qu'il me force à faire des choses abominables. Je me sens tellement minable, sale.. je ne suis plus qu'un objet.. j'ai fais ce qu'il voulait et je le regrette tellement.

Je le décide à me lever. Il ne semble pas avoir compris que j'étais là. Je m'avance. Il est dans le salon. Pourquoi nous vivons ensemble ? Ah oui parce que nous donnons une fiction aux habitants du Capitole. Je lui pose une question. Une question qui pourra tout me dire. Menteur, manipulateur, ou alors sincère. J'espère qu'il ne fera pas l'erreur. Je lui laisse une chance et je veux qu'il me dise ce qui s'est passé dans le 13, je veux savoir si je suis la plus gourde des filles. Si je suis si naïve pour m'être faite avoir par un type qui m'a juré avoir des sentiments sincères pour moi. Qui me dit qu'il ne se moque pas de moi, juste pour rester en vie, comme c'était le deal à la base ? Je ne sais plus quoi penser, je suis totalement perdue. Je ne veux pas avoir un Elyas aussi faux.. je ne le supporterais pas. Alors il semble surpris de me voir. Il se lève et l'enlace.. Je me laisse faire parce que ça fait au fond trop de bien d'être dans ses bras. Je déteste les sentiments. En ce moment ils sont une véritable torture. Je déglutis.. je répond vaguement à son baiser.. peut-être pas habitude. Il semble ne pas faire attention à ma question.. sortant une phrase ironique.. Il m'annonce qu'il pensait que j'étais sortie.. mais non je suis bien là, je ne sors pas depuis plus de trois jours. Il y en a 6 j'ai été pratiquement violée.. et il y en a 3 j'étais pendue 50 mètres au dessus du vide. Mais il ignore tout cela. C'est secret, la nuit d'horreur avec Iron. Puis ma tentative de suicide.. Adrian. Et moi qui n'ai pas bougé de chez moi.. j'ai renvoyé tout le monde.. la parano m'habite.. j'ai fait mine d'être malade et que je voulais du repos. On n'a pas tellement discuté. Maintenant il est là. Je le repousse. Il s'aperçoit enfin qu'il y a un truc qui ne va pas. Mes yeux sont rouges.. c'est peut-être ça. Je le regarde, il veut savoir. Et moi je ne peux plus contenir la colère que j'ai contre son mensonge. " Je te déteste ! " Je crie presque, seulement ma voix se brise sous la fatigue, l'épuisement.. les nerfs prennent le relais. " Tu n'étais même pas au 09. Tu m'pas menti, depuis quand tu me mens, j'ai voulu t'appeler, j'ai retenté, j'avais besoin de toi et tu m'as menti. Je suis persuadée que tu étais avec elle, tu t'es bien amusé à me prendre pour une conne ? " C'est à mon tour de voir qu'il s'est surement battu aussi. Je fronce les sourcils. " Qui t'as fait ça ? " Je sens que je pleure, je craque. Je prend mon visage entre mes mains. " J'avais confiance en toi et tu m'as laissé.. tout est de ta faute ! " Je déglutis, je lui en veux. " qu'est ce que tu faisais ? je veux savoir, je veux savoir si tu es le pire des enfoirés.. ou si tu es celui que je connais.. en qui j'avais.. j'ai.. je ne sais plus, confiance.. "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 1464
△ points : 11
△ multicomptes : Charlie la Pacificatrice, Juju le Rebelle & Gold la rêveuse (Ex Elyas)
△ à Panem depuis le : 09/01/2013
△ humeur : Se sent vide et abandonné, désespéré par la chute de Coin et l'échec de la rébellion.
△ âge du personnage : Vingt-six ans
△ occupation : Sniper dans l'armée du Treize


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Lun 26 Mai - 0:09

Je sonde son visage en quête de réponses aux questions silencieuses qui me taraudent l’esprit, sans pour autant parvenir à deviner la cause de ses larmes. J’aimerais le croire, mais je doute sincèrement que ce soit mon absence prolongée qui l’ait chagriné à ce point. Je fronce les sourcils, inquiet à l’idée qu’elle ait appris une terrible nouvelle. Est-il arrivé malheur à ses parents, ses frères et sœurs ? Non, l’hypothèse même me semble invraisemblable. Snow semble sincèrement apprécier la jeune rousse – ce qui nous fait au moins un point commun – et je suis persuadé qu’il ne prendrait pas le risque de se la mettre à dos. A moins que… qu’elle n’ait agit de manière inconsidérée. Un geste, une parole, qui l’aurait placé en position délicate. Non, Prudence joue son rôle à la perfection, et est bien trop intelligente pour briser aussi imprudemment sa couverture. Dès lors, je ne comprends pas le fond du problème, mais je suis certain que…

« Je te déteste ! », me hurle-t-elle alors, me coupant net dans mes pensées. J’écarquille légèrement les yeux sous l’effet de la surprise et j’accuse le coup. Et subitement, je revois Kathleen, quelques années plus tôt, me hurler ces mêmes mots, avec ce même mépris dans le regard, ce même désespoir dans la voix. Qu’importe la façon dont je procède, je finis toujours inévitablement par me faire haïr par les femmes à qui j’offre mon cœur. Soit je suis maudis, soit je ne sais pas m’y prendre avec les femmes, et mon égo blessé préfère opter pour la première solution. Stupéfait, je reste bêtement planté là, face à elle, et je ne dis rien ; j’attends simplement qu’elle m’explique les raisons de sa colère, ce qu’elle ne tarde pas à faire. « Tu n’étais même pas au Neuf. Tu m’as menti, depuis quand tu me mens, j’ai voulu t’appeler, j’ai retenté, j’avais besoin de toi et tu m’as menti. Je suis persuadée que tu étais avec elle, tu t’es bien amusé à me prendre pour une conne ? »

Houlà. Trop d’informations d’un coup. Je digère lentement ses paroles en tentant de faire le tri dans mes pensées. J’en déduis qu’elle a finalement compris que je n’avais pas été tout à fait honnête avec elle quant à ma destination, mais en lui cachant la vérité, je comptais justement éviter cette réaction. Raté. J’essaye de lui expliquer mon point de vue, mais Prudence ne m’en laisse pas le temps. « Qui t’a fait ça ? », me demande-t-elle quand elle se rend compte de ma blessure au visage. Mais avant que je n’ai pu lui avouer que c’était Kathleen en personne qui m’avait frappé – ce qui devrait logiquement la rassurer sur la nature de nos relations – elle se met à pleurer, et dissimule ses larmes en enfouissant son visage dans ses mains. Là encore, je ne bouge pas ; je n’ai jamais vraiment su comment réagir devant la détresse d’une femme. Elle attend sûrement un signe, un geste de ma part, mais si je m’approche d’elle, qui peut m’assurer qu’elle ne m’en collera pas une, elle aussi ? « J’avais confiance en toi et tu m’as laissé… tout est de ta faute ! » Je secoue la tête, confus, je ne comprends pas où elle veut en venir. Qu’est-ce qui est de ma faute ? Que s’est-il passé, bon sang ? « Je veux savoir, je veux savoir si tu es le pire des enfoirés… ou si tu es celui que je connais… en qui j’avais… j’ai… je ne sais plus, confiance. » C’est à mon tour de déglutir devant ses accusations. Le pire des enfoirés ? Malheureusement, je crois que je mérite amplement ce titre, et à bien des égards.

Je ne peux rester immobile plus longtemps, et je prends le risque de la prendre dans mes bras – j’ai déjà le nez cassé, qu’est-ce qu’il peut m’arriver de pire ? – pour la serrer tout contre moi, et je passe ma main dans ses cheveux, comme j’ai l’habitude de le faire pour l’apaiser. « Shhh…Prue, calme-toi. Je… Je ne comprends pas ce qui te met dans un tel état. » Ou plutôt si, je crois comprendre. « Je suis là, maintenant. Je suis là. » je lui murmure doucement à l’oreille. Je recule d’un pas, prends son visage entre ses mains et ancre mes yeux dans les siens. Je vais lui raconter la vérité, je lui dois bien ça, mais je doute qu’elle le prendra bien. « Prue, écoute. Je suis retourné au Neuf pour en apprendre plus sur, tu sais, les activités de mes parents. J’ai appris qu’ils n’en étaient pas à leur coup d’essai, qu’ils appartenaient à un réseau de rebelles qui s’est implanté là-bas. Et… enfin… tous mes amis d’enfance en faisaient parti. Tous. Et je ne le savais pas. Je m’en doutais même pas. Ecoute, il fallait que je la revoie. Pour en parler. J’en avais besoin. C’est tout ce qu’il s’est passé, je te jure. D’ailleurs, c’est même elle qui m’a pété le nez. Elle n’a jamais su s’expliquer calmement. » Elle. Pas un instant, je ne prononce son prénom. Mais Prudence sait pertinemment à qui je fais allusion. « Je ne t’ai rien dit, parce que je ne voulais pas que tu t’inquiètes, que tu doutes de moi, comme en ce moment. » Je dépose un baiser sur sa joue, avant de la reprendre dans mes bras, là où elle est et sera toujours en sécurité. « C’est raté, visiblement. Il ne fallait pas t’inquiéter comme ça, Prue. Je suis rentré, tu vois bien. » Je devrais me sentir flatté de sa crise de jalousie, pourtant ce n’est pas le cas ; je pressens qu’il y a autre chose derrière, sans réussir à mettre le doigt dessus. «Si on allait se coucher, uh ? Il se fait tard. »

Mais ma fatigue semble s’être mystérieusement envolée, et je n’ai soudainement plus du tout envie de dormir. Bien au contraire. « Remarque, le soleil va bientôt se lever, ce n’est plus vraiment le moment de dormir. » J’esquisse un sourire plein de sous-entendu, en glissant deux doigts sous son peignoir pour en dégager son épaule, que j’embrasse avant de remonter vers son cou. Mais lorsque je la sens se braquer sous mes baisers, je comprends qu’elle ne m’a pas pardonné mon mensonge. Ou qu’elle ne me croit pas. Mais en tout cas, je suis à mille lieux de m’imaginer la terrible vérité.



"No time for goodbye" he said, as he faded away. "Don't put your life in someone's hands, they're bound to steal it away. Don't hide your mistake, cause they'll find you, burn you", then he said "If you wanna get alive, run for your life." - "This is my last time" she said, as she faded away. "It's hard to imagine, but one day, you'll end up like me", then she said "If you wanna get alive, run for your life." If I stay it won't be long 'til I'm burning on the inside. If I go I can only hope that I make it to the other side.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Mer 28 Mai - 17:55

Mes larmes coulent sur mon visage pour la énième fois. Je ne sais plus tellement ce que je suis censée penser. Il faut qu'il s'expliquer, qu'il me dise la vérité, je peux l'encaisser, je crois que j'ai déjà subi largement pire. Je crois qu'Elyas est juste celui qui fera à nouveau déborder le vase mais peut-être que j'arriverais le vider un peu. Remarque là, clairement je suis totalement en train de me vider de mes larmes. Je ne sais plus ce que je suis censée penser de notre relation. Ne devait-on pas se faire absolument confiance ? Comment il faut que nous avancions s'il ne me dit pas la vérité. Une vérité qui ne va pas tarder d'être révélée.. Et j'ai peur. Elyas est le premier garçon que j'aime. Je ne veux pas me souvenir de lui, de ce premier amour comme d'une trahison et de ne plus du tout faire confiance aux autres qui pourraient ou non suivre. Je ne sais même pas comment je suis censée le laisser me toucher si on est toujours ensemble. J'ai du mal à me dire qu'il ait pu me mentir comme ça avec autant de facilité, je ne me pensais pas si naïve, pas avec lui. Je pensais vraiment qu'il n'y avait plus de jeu.. Ce jeu qui nous a rapproché. Il voulait que nos sentiments soient authentiques.. et maintenant qu'est-ce qu'ils sont alors ? J'inspire profondément.. Je le sens me attirer vers lui et je n'ai même pas la volonté de le repousser, je me laisse aller dans ses bras, il tente de me calmer.. je renifle bruyamment, allez explique toi, tente de me prouver que j'ai tord. Je veux avoir tord. Je ne veux pas qu'il soit ce qu'il semble être. Il s'écarte pour me regarder.. ses yeux dans les miens.. je renifle.. Il veut s'explique et il commence un discours que j'écoute. Je note tout ce qu'il me dit. Je le regarde dans les yeux et je ne veux pas qu'il me mente. Je ne perçois pas pas de bobards dans ses paroles. Je ne sais toujours pas quoi en penser, pourquoi m'avoir menti alors ? Si c'était cela, je l'aurais accepté, il me prend pour qui ? Il me cache des choses, il voulait que je réagisse comment ? Je n'arrive pas à comprendre. Je ne suis pas si jalouse, je l'aurais accepté et je serais venue avec lui, il m'a volontairement mis à l'écart et je crois que c'est l'une des pires choses qui puissent me faire. Je ne supporte plus qu'il me laisse, qu'il ne veuille plus de moi. Je me calme légèrement.. Il ne voulait pas m'inquiéter.. j'ai envie de le frapper quand il me dit cela.. mais sa blessure tout cela.. je ne le ferais pas du tout. J'inspire et je me serre dans ses bras. Je l'enlace fort, il me dit qu'il est de retour, est-ce que je dois le voir comme une chose positive ? C'est surement ce qui veut dire, qu'il est peut-être passé à autre chose avec cette fille, elle l'a tout de même frappé.. et il est revenu vers moi.  Il mais il ne comprend pas que mon malaise est plus profond, j'aimerais qu'il comprenne tout seul ce qui ne va pas. Mais comment pourrait-il le faire ? Il veut que l'on aille se coucher. Je ne suis pas contre, j'ai légèrement mal à la tête, j'aimerais penser à autre chose. Mais je crois qu'il a une toute autre idée dans la tête. Il est vrai qu'il est plus tôt que tard.. est-ce qu'on fait bien d'aller "dormir.. " Lorsqu'il fait tenter un pan de peignoir pour libérer mon épaule et l'embrasser histoire de remonter à mon cou.. je revois l'image d'Iron faire la même chose ou presque, c'était plus dégoûtant. Elyas me procure de l'envie mais le souvenir me fait souffrir.. je ne veux pas qu'il me touche sans savoir. J'ai peut-être affreusement honte mais je sais que je ne peux pas le lui cacher. Je m'écarte de lui.. Je n'ai encore pas prononcé un mot.. et c'est à moi de parler. " Tu aurais dû me dire. Comment tu veux que je te fasse pleinement confiance si tu me mens. Je serais venue avec toi.. je t'aurais aidé.. j'ai imaginé le pire.. et ce n'était pas le bon moment Elyas.. " Ma voix est posée, je caresse son visage. Je ferme un moment les yeux et j'inspire, je tente de me donner du courage. " J'aimerais qu'on prenne une douche si cela ne te dérange pas " Je souris légèrement. Mon corps est marqué. Notamment au niveau de l'entre-jambe.. des bleus.. tout s'explique en les voyant, je doute qu'il m'imagine en bête de sexe alors que j'ai récemment perdu ma virginité avec lui. Je ne suis pas ce genre de fille et j'espère qu'il le sait. Je lui prend la main. Je le tire dans notre salle de bain ou j'allume l'eau de la douche. Sans un mot, le regard un peu vide, je vais me livrer à lui, je veux qu'il comprenne. Je dénoue mon peignoir, il tombe au sol. Je fixe les yeux Elyas, je veux qu'il voit ses marques sur son corps.. ce qu'on m'a forcé à faire. Je laisse quelques secondes pour qu'il réagisse.. ou comprenne.. j'ai peur de le dégoûter, de l'effrayer. " Je suis désolée.. parle moi.. "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 1464
△ points : 11
△ multicomptes : Charlie la Pacificatrice, Juju le Rebelle & Gold la rêveuse (Ex Elyas)
△ à Panem depuis le : 09/01/2013
△ humeur : Se sent vide et abandonné, désespéré par la chute de Coin et l'échec de la rébellion.
△ âge du personnage : Vingt-six ans
△ occupation : Sniper dans l'armée du Treize


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Lun 9 Juin - 13:08

Hj : Désolée du retard   

« Tu aurais dû me le dire. », me reproche-t-elle tandis que je m’écarte légèrement de son corps qui s’agace de mes baisers, ce corps qui ne s’était encore jamais refusé à moi. « Comment tu veux que je te fasse pleinement confiance si tu me mens ? » et sa question me fait légèrement sourciller. Je sais qu’une confiance mutuelle est la clef d’une relation saine et épanouie, mais Prudence exagère quelque peu ; je ne lui ai pas menti, pas vraiment. Je lui ai dis que je prolongeais mon séjour, et c’est ce que j’ai fait. D’accord, il se peut que j’aie volontairement omis de lui raconter toute la vérité et que j’aie délibérément choisi de passer quelques détails sous silence, mais c’était uniquement pour sa tranquillité d’esprit ; comment aurait-elle réagi en apprenant que je courrais retrouver la fille que je lui avais toujours présenté comme mon grand amour ? Outre le fait qu’elle n’aurait pas été ravie de cette nouvelle, loin s’en faut, je voulais à tout prix éviter que le doute se love sournoisement dans son cœur comme un serpent et qu’il n’empoisonne son esprit. Je ne voulais pas qu’elle doute de ma fidélité ou, pire encore, qu’elle se fasse du mal en pensant que je l’oubliais dans les bras de Kathleen. Je savais les dommages que pouvaient susciter la flamme insidieuse de la jalousie, et je voulais juste lui épargner d’inutiles tourments. Raté. En voulant la préserver, je lui en avais causé bien davantage.

« Je serais venue avec toi, continue-t-elle, je t’aurais aidé, j’ai imaginé le pire et ce n’était pas le bon moment Elyas. » Dans un geste tendre, je passe ma main dans ses longs cheveux flamboyants avant de dessiner les lignes de son beau visage du bout du pouce. « Excuse-moi, Prue, je souffle pour calmer le jeu. J'pensais pas que tu t’inquiéterais autant.» Prudence avait déjà bien d’autres soucis en tête sans qu’elle ne se fasse en plus un sang d’encre à mon sujet ; je me sens subitement con de m’être montré si égoïste et de lui avoir fait peur comme ça.

« J’aimerais qu’on prenne une douche si cela ne te dérange pas. » Le fait est que j’avais déjà pris une douche dans le train qui me ramenait au Capitole, mais je n’étais pas contre l’idée de passer un peu de temps en tête à tête avec Prudence. L’hésitation que je perçois dans sa proposition m’arrache un sourire en coin. « Toutes les occasions de te voir nue sont bonnes à prendre, tu devrais le savoir à force. », je rétorque, amusé. Mais c’est sans relever l’allusion que Prudence me prend la main pour me guider jusqu’à la salle de bain, où elle s’empresse de faire couler l’eau tandis que j’examine avec minutie mon reflet dans le miroir. Mon nez n’est pas dans un aussi piteux état que je me l’étais imaginé, et le tout me conférait même un air de bad boy plutôt sexy, et qui n’était pas franchement pour me déplaire, au contraire. Je me retourne vers Prudence pour lui en faire la remarque, mais je suis interrompu dans mon geste quand j’aperçois les vilains bleus qui jonchent son corps, ses cuisses plus précisément, et qui me laissent sans voix. Je… Je ne comprends pas. Abasourdi, hébété, interdit, je reste stupidement planté sur mes deux pieds, comme le pire des idiots, à attendre une explication qui ne vient pas.

« Je suis désolée… parle moi. » sont les seuls mots que m’offre Prudence. Pourquoi s’excuse-t-elle ? Je plisse les yeux, suspicieux, le cœur au bord des lèvres ; m’a-t-elle trompé ? Avec qui ? Et pourquoi me proposer de prendre une douche en sachant pertinemment que je ne pourrais que remarquer ces marques ?  Cherchait-elle un prétexte pour me l’avouer ? … Cela expliquait qu’elle se soit braquée sous mes caresses ; en aimait-elle un autre ? Non, c’était ridicule. Pourquoi me faire une scène de jalousie et me parler de confiance si elle avait couché avec un autre durant mon absence ? Ça n’avait pas de sens. Pas le moindre. Et Prudence n’était pas comme ça, non… Je refusais de le croire. Pas elle. Pas après tout ce que nous avions vécu. Je suis tour à tour furieux, blessé, sceptique, perdu, sans que je ne parvienne à déterminer quel sentiment prédominait sur les autres.

Silencieux depuis trop longtemps, mon cerveau me pousse à agir mais mon corps refuse d’obtempérer. Tellement de questions se bousculent dans mon esprit que je ne sais même pas par où commencer. Finalement, après un temps qui m’a paru interminable, je m’approche d’elle et lui attrape brutalement le poignet droit.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » je lui demande avec plus d’agressivité dans la voix que je ne l’aurai voulu. Non, elle ne m’a pas trompé, je le sais. En tout cas, je ne peux pas, je ne veux pas le croire. Il y a forcément une explication. Et soudain, je crois comprendre : la prostitution. C’est la seule explication logique qui me vient à l’esprit, et qui a le mérite d’éclaircir la situation tout en disculpant Prudence. Et alors que mon estomac semble danser le houla hoop dans ma poitrine, je ressens une fulgurante envie de vomir en l’imaginant dans les bras d’un autre, dans le lit d’un autre, mais j’aurai dû m’y attendre, pas vrai ? Elle était une Vainqueur très appréciée au Capitole, et elle ne pouvait pas rester en dehors du circuit bien longtemps. Je savais que ce jour arriverait, et pourtant, je ne me sentais pas prêt à l’affronter pour autant. « Prue… », je reprends plus doucement, « Je suis désolé, c’est… j’aurai aimé que tu n’aies jamais à vivre ça. » J’enveloppe son corps de mes bras comme pour lui faire oublier les horreurs qu’elle avait vécues, et celles qu’il lui restait encore à vivre, tout en sachant pertinemment que ces ignobles souvenirs étaient à présent gravés au fer rouge dans sa mémoire, témoins indélébiles de l’inhumanité du Capitole. Et tout comme les souvenirs que nous avions gardé de l’Arène, il nous fallait désormais apprendre à vivre avec ceux-là. « Mais c’est le prix à payer pour être rentré vivant. », je lui murmure tristement au creux de l’oreille. Et je m’en veux énormément de ne pas avoir été présent pour l’aider à surmonter cette terrible épreuve ; j’aurai dû être là, à ses côtés, la prendre dans mes bras et la consoler, lui promettre que malgré tous les sévices que le Capitole lui infligerait, je serai toujours là pour elle, l’épaule sur laquelle elle pourrait pleurer sans crainte d’être jugée, le soutien indéfectible qui ne lui ferait jamais défaut. A deux, nous étions plus forts.

Je m’écarte légèrement d’elle et plonge mes yeux dans les siens. « Qui … ? », je demande d’une voix mal assurée. Est-ce que je tenais vraiment à connaitre la réponse ? Non, je savais qu'apprendre le nom de l’homme qui s’était payé les services de Prudence ne ferait que me détruire un peu plus, et pourtant, il fallait que je sache.



"No time for goodbye" he said, as he faded away. "Don't put your life in someone's hands, they're bound to steal it away. Don't hide your mistake, cause they'll find you, burn you", then he said "If you wanna get alive, run for your life." - "This is my last time" she said, as she faded away. "It's hard to imagine, but one day, you'll end up like me", then she said "If you wanna get alive, run for your life." If I stay it won't be long 'til I'm burning on the inside. If I go I can only hope that I make it to the other side.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Jeu 12 Juin - 23:43


Qu'est-ce que c'est ? Parce qu'il a besoin de le demander. Je perd tous mes morts, je suis incapable de lui répondre, je le laisse regarder mon corps battu et martelé. Je ne sais pas ce qu'il faut lui dire pour qu'il comprenne. Ce n'est pourtant pas compliqué, je ne sais pas pourquoi il est agressif. J'en ai même tressailli.. pense-t-il que je serais capable de la faire volontairement pour le blesser ? Me pense-t-il capable d'être si machiavélique ? Je ne me souviens pas lui avoir laisser entrevoir cette possibilité.. simplement parce que je ne suis pas ce genre de personne à manipuler de la sorte, je ne supporterais pas l'être alors comment je pourrais lui faire un tel truc ? Non, je veux qu'il comprenne tout seul, qu'il me dise ce qu'il voit, qu'il compatisse, qu'il m'aime toujours autant.. Pourtant j'ai l'impression qu'il doute un moment. Je déglutis, je tremble légèrement, comment je dois lui faire comprendre ? En faisant rien, il comprend enfin. Je le regarde, maintenant qu'il sait de quoi je veux parler, j'ai l'impression d'être salie, je suis immonde et j'ai envie de me doucher, qu'Elyas me nettoie, qu'il me fasse l'amour pour que nous nous retrouvions que j'oublie le calvaire qui est encore le mieux.

je crois que je prend conscience que je lui ai dit lorsqu'il m'enlace. Je fond en larme tremblante je me blottis dans ses bras comme je voulais le faire depuis tellement longtemps. Elyas ne me lâche pas. Ses mots ne sortent pas de ma bouche.. oui il aurait voulu que cela n'arrive jamais, que je ne le vive pas mais ce qu'il ne comprend pas c'est que c'est une manipulation ignoble et que le président ne doit même pas être au courant puisque je n'étais même pas la personne visée, c'est lui à qui on a voulu faire du mal.. Je ne sais pas comment le lui dire. Je tremble en pleurant dans ses bras en m'accrochant férocement à lui. Je me noie dans ses bras. Je ne veux pas le revivre, je ne veux pas payer le prix de ma vie par le prix de ma dignité. Ce n'est pas possible, je ne supporterais pas cet affront. J'enfouis mon visage dans son cou et mes yeux l'humidifient. Je savais que cette question fatidique allait tomber. Qui ? Je baisse les yeux.. honteuse d'avoir voulu le protéger.. j'ai peur de sa réaction. Je prend ses mains.. Je veux qu'il me touche encore, dans ses bras je suis plus forte. " Tu ne comprends pas.. En m'achetant, en m'humiliant, il voulait t'atteindre.. Je ne voulais pas, j'étais prête à aller me plaindre publiquement mais il m'a retenu.. Iron t'a menacé.. soit je l'écoutais et j'étais son objet.. soit il te faisait du mal.. Je ne voulais pas.. Je ne supportais pas être la personne qui soit la cause de souffrance gratuite.. je suis désolée.. ". J'ai peur de le perdre. " Dis moi que tu m'aimes.. Elyas.. S'il te plait.. je ne veux pas te perdre, je ne le supporterais pas.. " Je passe mes bras autour de sa nuque.. " Dis moi que je ne te dégoûte pas.. " Je pince mes lèvres mais mes larmes coulent malgré moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 1464
△ points : 11
△ multicomptes : Charlie la Pacificatrice, Juju le Rebelle & Gold la rêveuse (Ex Elyas)
△ à Panem depuis le : 09/01/2013
△ humeur : Se sent vide et abandonné, désespéré par la chute de Coin et l'échec de la rébellion.
△ âge du personnage : Vingt-six ans
△ occupation : Sniper dans l'armée du Treize


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Ven 1 Aoû - 22:36

Blottie dans mes bras, sa tête nichée au creux de mon cou, Prudence me semble soudainement si fragile, loin, bien loin de l’image sûre d’elle qu’elle s’efforce de renvoyer dans les médias depuis sa Victoire aux Jeux. Perdu dans les méandres de mon cerveau malade, j’ai parfois tendance à oublier que nous jouons tous un jeu ici ; un jeu dangereux qui ne tolérait pas le moindre faux pas. Abattre les mauvaises cartes pouvait nous coûter la vie, et notre quotidien consistait à nous oublier chaque jour un peu plus au profit d’un parfait étranger, à dissimuler notre véritable personnalité sous des couches d’artifices et de mensonges. Il y a des jours où c’est à peine si je me rappelais de ce garçon serviable, souriant et généreux que j’avais un jour été.

Tout ceci me semblait si lointain que je me demandais parfois si je ne l’avais tout simplement pas rêvé.

Aujourd’hui, dans cette salle de bain au luxe indécent, pour la première fois depuis que nos chemins s’étaient croisés, Prudence faisait réellement son âge ; une gamine de dix-huit ans, à peine sortie de l’adolescence, qui n’avait finalement pas les épaules pour supporter toute cette pression qu’on lui imposait. Comment l’en blâmer ? Jusqu’à maintenant, elle s’en sortait mieux que je ne l’avais fait. A ma sortie de l’Arène, j’avais réussi à faire bonne figure quelques semaines, quelques mois tout au plus, avant de sombrer dans cette folie propre aux Vainqueurs et de péter complètement les plombs.

Le pire dans tout ça, c’est que ça ne s’était pas arrangé en grandissant.

Les larmes de Prudence qui roulent le long de ma peau me chatouillent la nuque et achèvent de me briser le cœur. Il n’y a rien de pire que d’assister impuissant à la détresse d’un être cher, et à peine cette idée me traverse l’esprit que mes pensées voguent aussitôt vers Kathleen. Combien de larmes avait-elle versée tandis que je feignais de ne rien voir et que je continuais à prétendre que tout allait bien ? J’aurai dû être là pour elle, j’aurai dû la soutenir dans son malheur, mais à la place, je lui ai injustement fermé ma porte. Et aujourd’hui, je n’avais pas de remords aussi cuisants que celui de ne pas lui être venu en aide quand elle en avait eu le plus besoin. Je m’en voulais, je me détestais pour n’avoir pas agi. Et si c’était à refaire… Mais les « si » n’avaient plus leur place dans ma vie, désormais.

Et il était trop tard, bien trop tard pour les regrets.

Prudence s’écarte légèrement, glisse ses mains dans les miennes, et lève vers moi ses yeux rougis par le chagrin. « Tu ne comprends pas… En m’achetant, en m’humiliant, il voulait t’atteindre… » A ces mots, je me fige tandis qu’un étau glacial m’enserre la poitrine. « Je ne voulais pas, j’étais prête à aller me plaindre publiquement mais il m’a retenue… Iron t’a menacé. » Le nom du coupable tombe comme un couperet, et la température semble avoir subitement diminué de plusieurs degrés. Cette crevure d’Iron… A l’évocation de son nom, mes poings se resserrent machinalement sur ses doigts. « Soit je l’écoutais et j’étais son objet… Soit il te faisait du mal… Je ne voulais pas, je ne supportais pas être la personne qui soit la cause de souffrance gratuite, je suis désolée. »

Mon estomac se contracte douloureusement tandis qu’une violente nausée me submerge et chancelant, je recule de quelques pas pour m’adosser au lavabo pour conserver mon équilibre. Je n’arrive toujours pas à croire ce que Prudence venait de m’avouer ; mon cerveau refusait tout simplement d’accepter ce que mon cœur avait déjà compris. La scène me semble si irréelle. Prudence s’excuse alors que c’est moi qui devrais me jeter à ses pieds pour implorer son pardon. Ma faute… tout était de ma faute, c’était moi qu’Iron cherchait à blesser mais c’était Prudence qui en avait payé le prix fort. Il s’était acheté ses services uniquement dans le but de m’atteindre, moi ; et ça me tuait de le reconnaitre, mais ce salaud y était machiavéliquement parvenu. Il s’était servi de l’amour que Prudence avait pour moi pour la contraindre à lui obéir. Sa perfidie n’avait pas de limite.

Mais la rage qui grondait douloureusement au fond de moi non plus.

Prudence, qui a mal interprété mon mouvement de recul, se jette à mon cou. « Dis-moi que tu m’aimes, Elyas. S’il te plaît, je ne veux pas te perdre, je ne le supporterais pas. Dis-moi que je ne te dégoûte pas. », supplie-t-elle d’une voix brisée. Je ressers mes bras autour de sa taille fine et l’embrasse sur la joue, dans le cou, partout. « Qu’est-ce que tu racontes ? Non, bien sûr que non. Jamais. », je lui murmure à l’oreille, le souffle court. J’ai l’impression de m’être pris un formidable coup de poing dans le ventre. Je ne trouve pas les mots pour apaiser son cœur tourmenté, mais que pouvais-je bien dire dans une telle situation ? Qu’elle avait bien fait de lui céder ? Qu’elle aurait dû s’enfuir, qu’importe les conséquences ? Rien de ce que je pourrais lui dire ne l’apaiserait, alors je garde le silence. Cette fille venait de me faire la plus belle démonstration qu’amour qu’il m’ait été donné de recevoir. Elle avait cédé aux avances d’Iron pour me protéger, faisant preuve d’une telle abnégation, et d’un tel courage…. Je ne méritais décidemment pas tant d’égards. C’était peut-être ça, le pire. Elle avait affronté un salaud que pour en épargner un autre ; le jeu en valait-il vraiment la chandelle ?

« Viens. », je lui souffle en l’entraînant sous la majestueuse douche à l’italienne qui occupe à elle-seule la moitié de la pièce. J’ouvre les robinets, et l’imposant pommeau crache aussitôt une pluie bienvenue. Je continue de serrer Prudence, nue, contre moi, toujours vêtu de mon impeccable costume qui me colle désormais à la peau, et nous restons ainsi enlacés de longues minutes durant, accrochés l'un à l'autre comme si notre vie en dépendait. « Je le lui ferai payer, Pru. Je te le jure. Je le lui ferai payer très cher. Je tuerai de mes mains tous ceux qui veulent s'en prendre à toi.», je finis par lui dire, après un long silence, une farouche détermination dans la voix. J’avais brisé bien des promesses par le passé, mais j'étais bien décidé à tenir celle-ci. Coûte que coûte.



"No time for goodbye" he said, as he faded away. "Don't put your life in someone's hands, they're bound to steal it away. Don't hide your mistake, cause they'll find you, burn you", then he said "If you wanna get alive, run for your life." - "This is my last time" she said, as she faded away. "It's hard to imagine, but one day, you'll end up like me", then she said "If you wanna get alive, run for your life." If I stay it won't be long 'til I'm burning on the inside. If I go I can only hope that I make it to the other side.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Mar 26 Aoû - 18:07


Il ne comprend pas, mais c'est tellement gros que je ne peux pas lui en vouloir de ne pas y penser tout de suite. Oh oui j'aurais pu me faire violer, simplement payée.. simplement baisée. C'est beaucoup plus que ça, c'est grave je le sais mais qu'est ce que je peux faire contre un type du Capitol ? Il le sait parfaitement Iron, il sait que je ne pourrais pas aller le crier sous tous les toits, le gouvernement l'interdirait. C'est une réputation que je dois garder. Mais les marques elles sont là elles et elle me rappelleront un moment ce que j'ai fait, ce qui s'est passé dans le luxe de cette chambre d'hôtel qu'il avait fait privatiser. Je ne sais pas si je pourrais oublier, ce que Elyas me le fasse totalement oublier qu'il me serre contre lui, pourquoi pas me fasse l'amour ? Qu'il me pardonne, qu'il ne m'en veuille pas. J'ai tellement peur que cela le dégoûte, qu'il ne me croit pas, qu'il décide de me laisser comme un vulgaire pantin. J'ai peur, je veux juste qu'il reste.. pourquoi il ne répond pas, pourquoi il ne dit rien.. j'ai l'impression qu'il n'est plus capable de réfléchir. Oh faîte que qu'il ne pense pas trop, il pourrait m'en vouloir trop.. Je souffle en séchant mes larmes, je me sens honteuse, mais je l'ai fait pour lui, j'ai fait tout cela pour qu'il ne lui arrive rien. C'est en voulant m'atteindre qu'Iron a fait ce qu'il a fait. Comme si ma vie n'était pas déjà un champ de bataille ? J'ai l'impression que tout ce qui se passe est fait pour me détruire un peu plus, ce sera quoi après ? On me retira Elyas.. Adrian ? On m'a pris mon frère, ma mère, ma vie.. ma famille ne peut pas me regarder sans imaginer mon frère jumeau. Je me sens tellement mal d'être avec eux, je l'ai fuis comme la peste.. je ne suis pas à ma place dans le 3 et pourtant y retourner me ferait du bien je crois. Je veux juste Elyas, là.. ces bras.. ses mains, ses baisers, lui, pourquoi il n'est plus là, comme aux abonnés absents.. est-ce que je dois regretter cet acte que j'ai fait pour le protéger. J'ai peur que cela arrive. Il finit par resserrer mon corps contre le sien, un léger baiser sur ma joue. Je ferme les yeux dans son cou.. Je respire assez fort, je calme mes émotions, mes sentiments, mes craintes. On reste quelques minutes collés l'un à l'autre.. Puis il m'attire sous la douche.. allumant le robinet. L'eau nous tombe déjà brûlante sur nous, je frissonne au changement de température. Je ferme les yeux sous l'eau, posant mes mains sur son torse.. Il reprend, il pourrait faire peur à dire des choses comme ça mais j'aime ce qu'il me dit, je me sens en sécurité lorsqu'il est là, parce que sinon je suis totalement perdue. Je me hisse sur la pointe des pieds pour aller chercher ses lèvres à nouveau.. je l'embrasse.. la suite reste prévisible, il m'a manqué, j'ai besoin de le sentir.. on fait l'amour.. c'était tellement fort et puissant, on fait l'amour presque comme si on allait mourir demain.. étonnamment me donner à lui me fait un bien fou. Nos corps restent liés toute une nuit.. on reste juste l'un contre l'autre, nus.. parfaitement unis.. je l'aime tellement.. peut-être que je n'aurais pas à regretter de l'avoir protéger.. j'espère qu'il ne me mentira plus.. qu'il tiendra cette promesse.. pas comme la plupart des autres..
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   Mar 26 Aoû - 18:07

TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Free fallin' + Prue & Elyas   

Revenir en haut Aller en bas
 

Free fallin' + Prue & Elyas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 4 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.