petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   Dim 4 Sep - 18:14

Shall we fight ?
« L. Catalina Meery & Alexiane R. Hawthrone »





La journée allait toucher à sa fin. Déjà le soleil avait faibli, et les environnement devenaient plus inquiétant. Je m'étais éloignée quelques minutes de Finley, de notre campement surtout, mais je n'en était pas réellement loin. Je ne ressentais en aucun cas le besoin de m'éloigner de mon partenaire, de mon allié et bien plus, j'avais juste eu besoin de quelques minutes pour encaisser cette journée. Et je l'avoue, pour pleurer. Tristesse, état de choc, je ne sais pas vraiment. Depuis trois jours je vivait, je survivait la boule au ventre, j'avais tué, et je venais de voir la fille qui m'avait sauvé la vie, celle la même dont je m'étais dit que dans une autre vie nous aurions pu être amie mourir. Mes nerfs avaient lâchés, c'est tout. J'avais versé quelques larmes silencieusement, avant de les essuyer d'un revers de la main, et de me mettre en route pour retourner au campement.

Pourquoi la mort de cette fille m'attristait à ce point ? Peut être parce que sa rencontre m'avait donné un espoir cruel et sadique dans ces jeux. Que tous n'étaient pas des carrières, que nous n'étions pas forcé de tous nous entretué à la moindre occasion, qu'on pouvait malgré tout trouver quelqu'un de valeur dans cet enfer. Sa mort venait de me ramener à la réalité. Seul un d'entre nous allait pouvoir rentrer chez lui. Et il n'y avait vraiment aucune chance que ce soit moi, pas face à ces machines à tuer. Certes, les deux premiers jours beaucoup de carrières avaient perdu la vie, mais même la plupart des autres tributs restaient plus inquiétants que moi. Je savais que Finley s'en voulait terriblement et était réellement plus touché qu'il ne le laissait paraître par la mort de cette fille. J'avais beau lui dire que c'était un accident, que ce n'était pas sa faute, mais bien celle du carrière qui les avait attaqué, n'empêche que sa mort serait enregistrée à son crédit, dans le compte que tenait le capitole. Et que j'étais moi aussi devenue une meurtrière aux yeux du monde entier. J'avais tué ce type. Un couteau parfaitement ajusté entre les deux yeux, et je n'avais même pas tremblé, pas cillé. Et je n'avais rien ressentit. Est-ce que j'étais moi aussi finalement de me transformer en monstre sans coeur et pouvant tuer de sang froid ? J'avais beau me dire que je n'avais pas le choix, certains choisissent de s'enfuir, de courir, ou même périssait faute d'arriver à prendre une vie. Moi j'avais fait le choix de tuer, et prendre la décision ne m'avait même pas demandé une demie seconde.

Le bruissement de feuilles à ma gauche me fit revenir d'un coup sec à la réalité. J'agrippai mon couteau, le même que je n'avais lâché que pour dormir depuis trois journées entière, le même qui avait pris la vie du garçon du 11. J'essayai de deviner l'origine du bruit. Il ne faisait pas encore totalement nuit, et pourtant, il m'était complètement impossible d'apercevoir quoi que ce soit. Les battements de mon cœur s'intensifièrent et se rapprochèrent. Il n'y avait que deux solution, la personne à l'origine du bruit avait aussi peur de moi que moi d'elle, soit elle était en train de jouer avec moi... D'une voix sèche et masquant ma peur, je me résignai à l'interpeller. « Qui est là ? » Mon dieu je n'en menais pas large. Cela serait tellement bête de mourir à une ou deux centaine de mètres du campement, et de Fin pour m'aider...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 11154
△ points : 74
△ multicomptes : hunter, pepper-swann (leevy, ivory)
△ à Panem depuis le : 08/05/2011
△ humeur : indifférente
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: célibataire, coeur occupé par un revenant
relationships:


MessageSujet: Re: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   Dim 4 Sep - 19:55




Skyler et Kirsen. Je n'avais plus que ces deux prénoms en tête. Le prénom de la gamine, celle à qui j'avais ôté la vie, et celui de son co-tribut, qui avait bien failli me hacher sur place. Ses yeux remplis de colère m'hérissait encore les poils des bras. Si les mutations génétiques n'étaient pas intervenues, je serais probablement en train d'agoniser à cet instant. Quoi que, j'étais déjà en sale état. Mon visage boursoufflé et gonflé tel un soufflé au chocolat menaçait à chaque seconde de s'effondrer en sang. Le sang d'ailleurs, qui avait enfin arrêté de couler, du moins j'avais l'impression, et qui se confondait avec les nombreuses croutes de sang sec sur mon visage. Cela me démangeait extrêmement, mais je savais bien que si je venais à toucher mon visage, je finirais par m'arracher la peau à l'aide de mes ongles. Alors bien que la démangeaison était violente, je tenais bon et essayait de ne pas me laisser aller. J'avais marché durant deux-trois heures après mon combat avec Skyler. Je m'étais effondrée plusieurs fois, me rattrapant aux arbres quand je pouvais, où tombant à terre lorsque rien n'était à ma portée. Mes mains étaient en sang, mes jambes griffées et mes bras ressemblait à des feuillages, tant les brindilles s'étaient collés à mes plaies. Je n'avais rien de charmant, je ressemblai à un vulgaire zombie qui errait.

La nuit tombait et je priai en silence pour enfin trouver un coin de tranquillité. J'avançai sans avoir de réel but, ni même de vraie destination. Je prenais juste le temps de me retourner, afin de m'assurer que le psychopathe de Skyler ne me suivait pas dans le but de me briser la nuque. Quoi que, vu son délire, il prendrait certainement plaisir à me torturer. Et dire que je n'avais pas poignardé sa co-tribut intentionnellement et que ce n'était qu'un accident. Les autres coups de poignards avaient pour but de la délivrer et ainsi lui éviter une souffrance inutile. Et lui, il ne rêvait que de me torturer, de me faire souffrir comme jamais je n'aurais souffert. Bon sang, sur tous les tributs, je m'étais attaqué à la mauvaise personne. Il m'avait rendu complètement parano, le pauvre type. Dès que j'entendais un craquement de branche, je resserrai mon poignard en priant pour que ce ne soit pas lui. J'avais beau avoir joué la fille sans scrupule et courageuse, je n'en n'étais pas moins terrifiée à l'idée qu'il me tombe dessus. La lueur du jour disparaissait peu à peu et je fis mon pas encore plus pressant.

C'est alors qu'en marchant, et malgré ma discrétion, j'effleurai un feuillage qui fit un léger bruit. Suffisamment pour attirer l'attention de quelqu'un. « Qui est là ? » La voix m'était familière. Mais pas familière du genre une connaissance que j'appréciai. Familière dans le genre, personne qui m'avait fait une forte mauvaise impression. Toujours cachée, je soupirai en répondant : « Le grand méchant loup ! » En m'approchant, j'aperçus Catarina ou Caterina, un truc dans le genre. La jeune femme avec laquelle j'avais eu une dispute lors de la préparation. « Tiens, tu n'es pas accompagnée de ton toutou slash amoureux slash adversaire chevelu ? » demandai-je en tapant du pied contre le sol. Depuis que je l'avais aperçue, jouant les amoureuses éperdues avec Finley, le tribut du trois, j'étais dégoutée par les deux jeunes gens. En un regard, ils avaient complètement oublié la petite Reena, une gamine d'à peine treize ans qui était morte le premier jour. Voir son portait dans le ciel m'avait fait verser une larme, je dois l'avouer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t6442-get-along-with-the-voices-inside-of-my-head-alexiane http://www.mockingjay-rpg.net/t152-11-this-is-survival-of-the-fittest-this-is-do-or-die-alexiane
avatar
MAITRE DU JEU
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



MessageSujet: Re: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   Dim 4 Sep - 19:55

Le membre 'Alexiane R. Hawthorne' a effectué l'action suivante : ~ lancer de dés

'75th hunger games' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mockingjay.forumgratuit.fr
Invité



MessageSujet: Re: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   Dim 4 Sep - 21:25

Et il fallait que ce soit elle. J'étais seule, il faisait presque nuit, je venais de pleurer et mes yeux devaient être encore un peu rouge, et il fallait que ce soit cette pétasse qui se pointe. Oui, il n'y avait pas d'autre mot. Après les carrières, ce genre de fille était ce que les Hunger Games faisaient de pire. Elle ne se contentait pas d'être là pour tuer les autres tributs sans ciller, comme les enfants des districts 1,2 et 4 mais il fallait en plus qu'elle se permette de se mêler de tout et de rien, surtout ce qui ne la concernait pas et de se permettre de faire la morale aux autre dans des circonstances telles que les Hunger Games. Pour qui se prenait-elle pour me juger, penser que j'étais vénale et intéressée, que je manipulais même Fin ? Je ne savais pas qu'il était prévu que nous ne partions pas avec Reena, je crois même que c'était prévu, mais que Fin avait assisté en direct à sa mort à la corne d'abondance sans rien pouvoir y faire. Je savais qu'il s'en voulait, et j'estimais qu'il n'avait pas à le faire. Je savais que ça lui avait fait mal, et profondément. Pour qui cette petite idiote se prenait-elle pour pouvoir juger sans savoir tout ce que je savais, ou ce que Fin savais ? Comment pouvait-elle se permettre ça en ayant un point de vue plus qu'extérieur, et en ne sachant rien de la réalité, de la vérité. Je la détestait autant que je pouvais détester le carrière qui avait tué la gamine, celui qui avait causé la mort de la fille du neuf, celle qui venait de me sauver la vie, que celui qui avait bien faillit nous tuer et dont j'avais la mort à mon actif. « Le grand méchant loup ! » Elle était donc sortit de nulle part, pour s'approchant de moi. Et je savais que si elle n'étais pas le grand méchant loup, elle ne me voulait pas pour autant du bien. « Va te faire foutre... Je suis pas en état de me battre avec toi, et t'as un air pire que pitoyable... » Oui, elle avait VRAIMENT l'air mal en point. Au point même que si elle n'avait pas parlé, j'aurais pu ne pas la reconnaître. Elle était défigurée, et pas qu'un peu, son visage n'était que sang séché, boursouflure et bleus. C'était carrément dégueu d'ailleurs, et terrorisant. Qui lui avait fait ça ? Qui pouvait frapper un visage humain sans ciller jusqu'à ce point là. Mon dégout et ma surprise s'étaient d'ailleurs très probablement affichés sur mon visage, quand elle avait été à ma hauteur.

Ma main s'était resserrée sur mon couteau. C'était la première fois depuis le début des jeux que j'étais dans cette situation, avec le type du 11 que j'avais tué l'adrénaline avait pris le dessus sur moi, ici j'étais totalement maitre de mes actions. Et si je n'avais pas envie de me battre avec elle, pas maintenant, je savais qu'on risquais d'y arriver, l'animosité entre nous était trop importante. Bien trop grande. Et je ne savais qui de nous deux aurait le dessus. Le stress commençait à s'emparer de moi. La peur ? Elle commençait à s'installer doucement, sournoisement. « Tiens, tu n'es pas accompagnée de ton toutou slash amoureux slash adversaire chevelu ? » Je fronçai les sourcils. Qu'est ce qu'elle essayait de faire là ? De sous entendre ? Que je le traitais comme mon toutou ? Ça n'avait aucun sens elle ne nous connaissais même pas. Amoureux, adversaire ? Ces mots me faisaient mal parce qu'ils représentait ma plus grand peur. Le fait que Finley et moi n'étions aux yeux du monde que des adversaires finalement, et qu'au moins l'un des deux allait mourir, c'était un fait... Ma gorge se serra. « Tu n'es vraiment qu'une pauvre idiote. Ça t'amuse ce genre de chose ? » La colère était palpable dans ma voix, du moins je l'imaginais. Cette fille avait le dont pour me faire sortir de mes gonds, pour qui me prenait-elle ? Une petite ingénue qui manipulait Fin et qui avait voulu la mort de Reena ? Ça me révoltait. Resserrant la main sur mon couteau je finis par rajouter. « Et toi, qu'est ce que tu fais seule ? Qu'est ce qui est arrivé au garçon qui est venu avec toi au capitole, où est la fille du neuf qui trainait avec toi ? » La même fille dont je venais de plus ou moins pleurer la mort. Disons qu'elle faisait partit du pourquoi mes nerfs avaient lâchés. Mais si elle voulait faire mal alors elle ne serait pas la seule. « Tu ne peux répondre à aucune de ces deux questions alors que moi je le peux. Lui je l'ai tué pendant qu'il nous attaquait, moi et ton alliée. Elle... Elle est morte cet après midi. » Me servir de la mort de cette fille pour atteindre celle du 11, je n'en étais pas fière. Mais elle avait lancé les hostilités. Et c'était les jeux. La fin justifie les moyens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 11154
△ points : 74
△ multicomptes : hunter, pepper-swann (leevy, ivory)
△ à Panem depuis le : 08/05/2011
△ humeur : indifférente
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: célibataire, coeur occupé par un revenant
relationships:


MessageSujet: Re: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   Lun 5 Sep - 18:51

Ma surprise fut grande en découvrant Juliette sans son Roméo. Eux qui depuis le début de la préparation des jeux étaient collés avec l'autre, s'étaient séparés quelques instants. J'étais presque surprise. La tribut de six sans son truc à poil, c'était comme un Italien sans mains, des pâtes sans fromages ou Panem sans Snow. Un drame. Je trouvai ridicule leur petit couple pour attendrir les téléspectateurs, bien que si c'étaient réels j'en étais presque désolé pour eux. Presque, car sans les connaitre, je ne les appréciais pas. Surtout elle. Le poilu avait une alliée en la personne de Reena, l'une des plus jeunes tributs de l'arène. Le premier jour de la préparation, il prenait grand soin de la gamine, et je trouvais cela admirable de sa part. Puis, mademoiselle Six est arrivé avec son charme - qui est selon moi égal à zéro - et a pris le poilu dans ses filets. Suite à cela, j'ai eu de la peine pour Reena, qui s'est retrouvée seule. L'histoire aurait pu s'arrêter là, si seulement ils n'étaient pas partis sans elle à la corne d'abondance. Elle est belle, l'alliance. Massacrée par un gaillard de deux fois sa table, elle a agonisé et fut morte le premier jour. Peut-être n'aurait-elle pas survécu longtemps quand même, mais la trahison de son allié fut bien plus douloureuse que de se faire transpercer, selon moi. « Va te faire foutre... Je suis pas en état de me battre avec toi, et t'as un air pire que pitoyable... » Elle avait dit cela quand je m’étais suffisamment avancée pour sortir de ma cachette. J’eus un sourire quand j’aperçus sa mine lorsqu’elle vit mon visage. Oui, je ne ressemblais à rien, j’en étais conscience et la demoiselle devait me trouver plus que répugnante. Par chance, les miroirs n’existaient pas dans l’arène et je ne pouvais que sentir mon visage, et non le voir. Fort heureusement, car je ne savais absolument pas à quoi m’attendre. « Waouh, tu es perspicace ! » dis-je en tapotant dans mes mains.

Peut-être était-ce le fait d’avoir été remodelée par Skyler qui me poussait à être sarcastique et provocatrice. Quoi qu’il en soit, j’appréciai presque sa compagnie, car je savais qu’elle ne me sauterait pas dessus dès mon arrivée. Bien que je sois persuadée qu’elle se ferait une joie de m’ôter la vie. On se détestait, et je savais bien que tôt ou tard, nos petites piques arriveraient à un duel physique. Mais les quelques instants de pause que j’avais à ce moment-là étaient précieux et j’en profitais. « Tu n'es vraiment qu'une pauvre idiote. Ça t'amuse ce genre de chose ? » C’était moi, la pauvre idiote ? À ma connaissance, ce n’était pas moi qui était tombée amoureux d’un autre tribut alors que l’issu des jeux veut qu’il n’en reste qu’un. Autant qu’ils crèvent les deux, si c’est pour ensuite que l’un d’eux jouer les dépressifs à vie pour avoir perdu sa moitié. Leur remake de Roméo et Juliette faisait pitié. Qu’ils étaient naïfs de croire qu’ils pourraient vivre heureux durant quelques semaines. Je roulai des yeux avant de soupirer. « Ça ne m’amuse pas. » dis-je. Et c’était vrai. D’une certaine manière, j’étais presque désolé pour eux. On ne contrôle pas les sentiments, mais malgré tout, ils devaient être réalistes. « Je suis réaliste, c’est tout. Je suis presque peinée pour vous deux, à vrai dire. Devoir regarder l’autre se faire tuer, ou pire, devoir tuer soi-même sa moitié, ça n’a rien d’amusant. Mais ce n’est pas comme si vous n’étiez pas au courant du déroulement du jeu. » La seule chose qui m’insupporterait plus que le fait qu’ils aient largués la petite en route, était qu’ils se plaignent encore de leur situation. Ce serait vraiment du foutage de gueule pur et simple. « Et toi, qu'est ce que tu fais seule ? Qu'est ce qui est arrivé au garçon qui est venu avec toi au capitole, où est la fille du neuf qui trainait avec toi ? » Brody ? Je ne m’étais pas occupée de lui. Rien de pire que de s’attacher à son co-tribut et de souffrir à sa mort. Déjà que mes alliances avec Kathleen et Zoé me faisait du mal à l’idée qu’elle meurt, ce qui était inévitable, autant ne pas tisser d’autres liens. J’eus un sourire sarcastique au bout des lèvres, je m’apprêtais à lui répondre quand elle reprit la parole. « Tu ne peux répondre à aucune de ces deux questions alors que moi je le peux. Lui je l'ai tué pendant qu'il nous attaquait, moi et ton alliée. Elle... Elle est morte cet après midi. » Mon expression changea en une fraction de secondes. D’un sourire moqueur, je passai à une expression consternée. C’est tout ce qu’elle avait trouvé pour m’atteindre ? Mentir en disant que Kathleen était morte ? Son niveau était bien plus bas que ce que j’imaginais. Kathleen était une warrior, probablement la personne la plus apte à survivre durant les jeux. Depuis le début, si j’imaginai une gagnante triomphante durant la tournée de la victoire, elle avait les traits de la jeune femme du neuf. Il était tout simplement impossible qu’elle ait péri lors du troisième jour. Non, ce n’était pas possible. Kathleen était si forte, si courageuse, si … c’était Kathleen. Cependant, une voix dans ma tête n’arrêtait pas de me dire que si la tribut di six me disait cela, ce n’était pas sans raison. Elle me détestait trop pour mentir sur un sujet comme celui-ci. En relevant la tête, je regardai son visage fixement avec mon œil valide. Et je compris. Elle ne mentait pas. Kathleen était bel et bien morte. Une douleur au ventre vint me frapper de plein fouet. Je n’arrivais pas à y croire. « Tu mens ! » hurlai-je péniblement de ma voix enraillée. « Dis-le ! Tu mens pour m’atteindre ! » continuai-je, alors que mes larmes commencèrent à couler sur mes joues colorées de sang. Je ne m’étais jamais sentie aussi mal depuis le début des jeux. Malgré la peur à la corne d’abondance, ma course à en perdre haleine dans le labyrinthe, les poings de Skyler sur mon visage, tout cela passait pour quelque chose d’agréable en comparaison à mes sentiments à cet instant. Pourquoi me sentais-je aussi triste de la mort d’une jeune femme que je connaissais à peine ? La réponse m’était inconnue. Serrant le poing, je replongeai mon regard haineux en direction de la tribut en face de moi. Je venais de comprendre. « Tu ne te sépares jamais de ton Roméo. » commençai-je, en m’approchant d’elle, titubante. « Tu sembles en bon état. Pas de sang, pas de brindilles dans les cheveux, pas de signe de combat acharné. Kathleen n’aurait jamais lâché l’affaire si facilement. » J’essuyai d’un revers de mains les larmes qui coulaient sur mes joues. « C’est ton crétin à poil long. » dis-je, froidement, alors que j’étais à quelques centimètres d’elle. « Il l’a tuée. » Regain d’adrénaline ou simple haine féroce, quoi qu’il en soit, j’avais retrouvé un semblant de force, ce qui me permit de me jeter sur elle, l’a poussant à terre. Ma main vint s’écraser contre son visage, avec les dernières forces que j’avais. C’était stupide de me jeter ainsi sur elle. Je savais bien qu’elle était en meilleur état que moi, et qu’elle arriverait facilement à m’égorger si elle le voulait. L’impulsivité, mélanger à de la colère, m’avait poussée à agir, quitte à y laisser la vie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t6442-get-along-with-the-voices-inside-of-my-head-alexiane http://www.mockingjay-rpg.net/t152-11-this-is-survival-of-the-fittest-this-is-do-or-die-alexiane
Invité



MessageSujet: Re: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   Lun 5 Sep - 21:29

Son visage... Cela me faisait de la peine, me rendait presque triste pour une fille que je détestait. Je savais bien que ce genre de préoccupation était accessoire, un visage, face au atrocités qui nous attendaient dans les jeux, mais c'était... C'était terrifiant. Si une voix humaine ne s'était pas échappée de ses lèvres, j'aurais pu croire que j'étais en face d'une des mutation génétique, d'une atrocité du capitole. J'avais beau la déteste, la voir dans cet état me faisait mal au cœur. Elle avait un joli visage autrefois, pourrait-elle le récupérer un jour ? Des tas de questions me trottaient dans la tête, et bizarrement voir le visage de la demoiselle du onze me faisait autant prendre conscience de l'horreur des jeux que d'avoir tué son co-tribut d'un coup de couteau entre les deux yeux. « Waouh, tu es perspicace ! » Elle me sortit de ma torpeur. Pourquoi avait-elle besoin d'être à ce point sarcastique. Je lui avait offert une chance de s'en aller, de partir chacune de notre côté et vu l'état dans lequel elle était ce n'était pas du luxe pour elle non ? Pourquoi n'avait-elle pas saisi cette chance de remettre notre affrontement inévitable à plus tard ? Elle avait besoin de repos, c'était une évidence, sa fierté faisait-elle donc qu'elle n'avait plus aucun respect pour sa propre vie, qu'elle préférait me pourrir l'existence plutôt que de conserver la sienne ? Tout cela n'avait que pour effet de me mettre sur la défensive, alors qu'elle aurait pu tirer de moi une révérence et une fin de rencontre à l'amiable. Cette fille était vraiment... Incompréhensible pour moi. Dans le mauvais sens du terme mais aussi parce qu'elle restait une énigme.

« Ça ne m’amuse pas. Je suis réaliste, c’est tout. Je suis presque peinée pour vous deux, à vrai dire. Devoir regarder l’autre se faire tuer, ou pire, devoir tuer soi-même sa moitié, ça n’a rien d’amusant. Mais ce n’est pas comme si vous n’étiez pas au courant du déroulement du jeu. » Elle était sérieuse ? Tout le monde avait-il donc devinait ce qu'il était en train de se passer entre Finley et moi avant même notre entrée dans l'arène. Moi même je n'étais sure de rien à ce moment là, encore une preuve que lorsqu'il était question de Finley, mon destin m'échappait complètement. Je fronçai les sourcils. « Qu'est ce que tu en sais toi, de ce que ça fait ? Je t'en pris ne fait pas semblant d'en avoir quelque chose à faire, et ne fais pas semblant de comprendre ce qu'il se passe, c'est plus insultant qu'autre chose. » Et surtout ça ne te regarde pas et je n'ai aucune envie d'en parler avec toi... Je ne m'étais jamais plainte de quoi que ce soit, et la voilà qui s'improvisait donneuse de leçon. Tête à claque oui a mes yeux.

Elle était en train, elle m'avait poussé à bout. Et si ma réaction n'était pas très maligne, c'était elle qui l'avait tout de même engendré. La mort de la fille du neuf m'avait plus attristée que je ne voulais le laisser paraître, et certainement pas devant cette fille qui me pensait de toute manière sans cœur et sans aucun morale. Mais sa réaction violente, je ne l'avais pas prédite. « Tu mens ! » L'entendant crier, j'avais fait un pas en arrière, un pas de recul instinctif. « Dis-le ! Tu mens pour m’atteindre ! » J'avais peur qu'elle se jette sur moi, mais j'étais aussi désolée. Comment pouvait-elle penser que je mentais ? Comment pouvait-elle me penser une seule seconde assez garce et manipulatrice pour mentir au sujet de quelque chose comme ça. C'était comme ça qu'elle me voyait ? Je ne comprenais même pas ce que j'avais fait de mal à ses yeux. J'étais blessée qu'elle puisse me penser capable d'une telle machination, que quelqu'un au monde puisse me penser capable d'une telle machination. C'est pourquoi moi aussi je me mis à lui hurler dessus. « Pourquoi est-ce que je te mentirais tu m'explique ?? Tu crois que ça m'amuse, tu crois que j'apprécie ce que nous vivons tous ?? Ton amie m'a sauvée la vie, tu me crois capable de bafouer sa mémoire en prétendant une mort qui n'existe pas ?!! » La colère m'avait rougie les joue et les battements de mon cœur intensifiés soulevaient ma poitrine de façon saccadée et rapide.

Elle était obligée de me croire. Pourquoi cherchait-elle a se bercer d'illusion, plutôt que d'affronter le fait que son allié, ou amie je n'en savais rien, était morte ? Comment est-ce que je réagirais moi, si l'on m'annonçait la mort de Finley ? Cette pensée me serra le cœur d'une façon violente et inattendue. La suite me surpris encore plus. J'avais dit qu'elle était morte, elle en avait déduis que j'étais responsable. Ou du moins, que Finley l'était. Le mot meurtrière était-il écrit sur mon front ? Les gens ne voyaient-il pas comme moi que Finley était la meilleure personne de nous tous, incapable de tuer quelqu'un comme la fille du neuf autrement que pas accident ? « Tu ne te sépares jamais de ton Roméo. Tu sembles en bon état. Pas de sang, pas de brindilles dans les cheveux, pas de signe de combat acharné. Kathleen n’aurait jamais lâché l’affaire si facilement. » Kathleen. La fille qui m'avait sauvé la vie, et que j'avais serré dans mes bras s'appelait Kathleen. Je lui adressai un pardon silencieux pour la manière dont les choses avaient tournées. Je ne vis pas au début ou 11 voulait en venir. Puis je compris. Elle pensait que Finley avait assassiné son amie. Pendant qu'elle s'approchait, je reculais, j'avais peur c'était sur. Elle avait l'air d'une furie, avec son visage déformé à la fois par les coups, la tristesse et la colère. « C’est ton crétin à poil long. Il l’a tuée. » J'anticipai ce qui allait ce passer quelques centièmes de secondes plus tard. Elle avait hurlé, et elle m'avait foncé dessus comme une furie, m'écrasant contre le sol. Lorsque mon dos percuta la terre, je ne pus réprimer un gémissement. La blessure infligée pas la mutation génétique n'était rien comparée au visage de mon ennemie, mais elle me faisait souffrir. Douleur qu'elle s'empressa de me faire oublier en écrasant son point sur ma joue gauche. Mon couteau m'avait échappé des main et avait roulé quelques dizaine de centimètre plus loin, hors de ma porté. Finley était si près, mais il ne m'entendrait même pas mourir... Me débattant, lui griffant le visage, je réussit en l'attrapant par les cheveux à la retourner et à inverser la situation, à savoir me retrouver à genoux sur elle. L'adrénaline. La revoila... Je hurlai. « C'est vraiment ce que tu veux ?? Tu veux me tuer de sang froid et avec tes poings ? Me faire subir ce que l'on t'as fait subir, ce que l'on a fait subir à ton visage ? Mais ma pauvre tout ce que tu vas obtenir si tu continues comme ça c'est une mort lente et douloureuse sous les coups de tes différents adversaires ! Tu veux vraiment continuer à te battre pour quelque chose que je n'ai pas fait, dont je ne suis pas coupable, et qui en plus était un accident ?» J'étais essoufflée, et je lui assénai un coup de point sous le menton, ne pouvant me résigner à toucher son visage. Mes yeux ruisselaient de larme à moi aussi maintenant. « Je l'ai tenue dans mes bras pendant qu'elle rendait son dernier souffle, tu crois vraiment qu'elle voudrait qu'on s'entretue ? Tu es encore plus idiote que ce que je pensais ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 11154
△ points : 74
△ multicomptes : hunter, pepper-swann (leevy, ivory)
△ à Panem depuis le : 08/05/2011
△ humeur : indifférente
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: célibataire, coeur occupé par un revenant
relationships:


MessageSujet: Re: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   Mar 6 Sep - 20:15

Au fond de moi, j'étais bien consciente que rester auprès de Juliette était une très mauvaise idée. Non pas parce que j'avais peur d'elle, mais parce que si elle se trouvait face à moi, son toutou ne devait pas être loin. Son clébard, qui d'ailleurs était plutôt fort. Bien que ne sachant pas dans quel état il se trouvait, il devait probablement être en meilleure santé que moi. Je détestai ces deux romantiques stupides, mais je devais avouer que Roméo était plutôt baraqué et était un adversaire redoutable. Un neuf à l'entrainement, ce n'est pas rien. Même l'idiote devant moi, qui avait l'air d'un mollusque handicapé avait eu un sept. La deuxième raison qui me poussait à rester auprès d'elle était la colère. Juliette ne m'avait strictement rien fait dans l'arène, si ce n'est apparaitre sur mon chemin au mauvais moment. Je venais d'échapper de justesse à Skyler, qui était encore excité à l'idée de m'ôter la vie. Je ressentais une telle colère pour lui, pour sa co-tribut qui s'était également trouvée au mauvais endroit, et envers les jeux, que j'avais l'irrésistible envie de lâcher mes nerfs. J'avais tenté de me calmer, mais rien ne marchait. Je devais me lâcher, hurler, me battre si nécessaire, mais il fallait impérativement que je me détache du poids qui encombrait mes épaules. Mademoiselle six était arrivée pile à ce moment-là. J’aurais pu fuir, j’avais envie de me reposer, mais rien n’y faisait. Mes pieds restaient accrochés au sol. Mon cerveau ne contrôlait plus mes gestes, encore une fois. Et puis, quitte à ce qu’il ne me reste plus que quelques heures à vivre, autant dire les choses qui me passaient par la tête. En l’occurrence, être honnête envers Juliette quant à son histoire ‘’d’amour’’ complètement stupide. Peut-être vivait-elle dans son petit monde tout rose où elle et son cabot vivait heureux et gagnait les jeux ensemble. Six semblait être complètement à l’ouest et quelqu’un devait la faire revenir sur terre. Une histoire d’amour dans les jeux était juste une connerie monumentale. Et je ne me priais pas pour lui le dire. Malgré tout le mal que je pensais de leur relation, j’avais pitié d’eux. Cependant, elle semblait ne pas me croire. « Qu'est ce que tu en sais toi, de ce que ça fait ? Je t'en pris ne fait pas semblant d'en avoir quelque chose à faire, et ne fais pas semblant de comprendre ce qu'il se passe, c'est plus insultant qu'autre chose. » Je secouais la tête avant de hausser les épaules. Ok, Alexiane, essayer d'être compréhensive envers quelqu'un que tu détestes royalement était loin d'être une bonne idée. Tant pis, j'avais tenté une approche plus gentille à son encontre, et elle avait laissé passer sa chance. « Comme tu veux. Visiblement, tu ne veux pas entendre la vérité, soit. » Je haussai les épaules une nouvelle fois avant de dégager les feuilles sur le sol avec mon pied.

S’il y a bien une chose à laquelle je ne m’attendais pas, c’était bien la mort de Kathleen. Je priais silencieusement pour qu’elle mente afin de m’atteindre, mais je savais très bien que ce n’était pas le cas. Cela aurait été trop facile de simplement me mentir, alors que la vérité fait dix fois plus mal. Kathleen… Je l’a connaissais si peu, et je me sentais pourtant si proche d’elle. Les larmes me montèrent aux yeux rapidement, sans parvenir à les maitriser. J’avais perdu une part de moi-même à l’annonce de la mort de Kate. Une part de l’Alexiane de l’arène. Si Zoé mourrait à son tour, je perdais une autre part de moi. Kate et Zoé avaient réussi à me faire tenir jusqu’à présent, car je les savais en vie. J’avais encore vu Kate la veille. Jamais je n’aurais pensé que l’on m’annoncerait sa mort. Et encore moins que ce soit une idiote qui le fasse. Mais, étonnamment, je préférais le savoir maintenant que de voir son portrait ce soir. Les portraits des morts n’allaient d’ailleurs pas tarder à s’afficher dans le ciel. « Pourquoi est-ce que je te mentirais tu m'explique ?? Tu crois que ça m'amuse, tu crois que j'apprécie ce que nous vivons tous ?? Ton amie m'a sauvée la vie, tu me crois capable de bafouer sa mémoire en prétendant une mort qui n'existe pas ?!! » Elle hurlait à son tour. Si son toutou adoré était dans le coin, il était évident qu'il nous entendrait à un moment donné et qu'il viendrait en courant sauver sa Juliette. Mais qu'importe, la colère qui m'envahissait valait le risque. « Elle t'a sauvé la vie. Et tu as laissé ton crétin l'a tué. J'aimerais savoir comment ça s'appelle, si ce n'est pas bafouer sa mémoire. » Je n'avais aucune preuve de la culpabilité de son amant, mais mon esprit avait réfléchi en une fraction de seconde. C'était la seule réponse logique et bien que n'étant pas assurée, cela me semblait tellement ... évident. Les deux tourtereaux étaient toujours fourrés ensemble avec les jeux, il n'y a aucune raison que cela change. J'en avais déduis que c'était son Roméo en voyant l'état de district six. Elle était plutôt jolie et propre encore, avec un visage présentable, contrairement à moi. Non, c'était impossible qu'elle soit responsable de la mort de Kate. Son portrait ne s’était pas encore affiché dans le ciel. L’assassin de mon alliée du neuf n’était pas difficile à trouver. La suite des choses n’étaient pas prévues. Je n’avais pas l’intention de me battre avec district six, mais l’annonce de la mort de Kathleen m’avait fait sortir de mes gonds. C’est sans réfléchir que j’utilisai le peu de force qui me restait pour lui sauter dessus et l’écraser contre le sol. Je m’en fichai éperdument que son animal stupide nous trouve et m’achève pour la simple et bonne raison que je m’en prenais à sa moitié. Avait-il seulement réfléchi, lui, en tuant Kathleen ? Je ne pus retenir un sourire lorsqu’elle eut un gémissement quand son dos frappa le sol. Ce n’était que le début. Elle allait souffrir. Je commençais à comprendre Skyler, mais je ne m’attardai pas plus sur nos, désormais, points communs. J’avais trop envie de me venger sur Juliette. La frappant une première fois, j’aurais tout donné pour répéter l’action une seconde, une dizaine ou même une centaine de fois. Mais la force me manquait. J’hurlais intérieurement de rage, je n’étais pas foutue de la frapper plus qu’une fois, alors que je rêvais de lui rendre un visage aussi déformé que le mien l’était, si ce n’est plus. Ma colère des derniers jours s’abattaient sur elle. La moisson, mon nom, quitter mon frère et mon meilleur ami, l’hovercraft m’amenant dans l’arène, le coup de poing à la corne d’abondance, le gosse que j’ai tué, Kirsen que j’ai poignardé, Skyler qui m’a déformée et la mort de Kathleen. Tant de choses que je gardais pour même et que je voulais désormais faire payer à district six, même si elle n’y était pour rien, sauf peut-être pour la mort de Kathleen. Et c’était amplement suffisant pour vouloir la tuer à son tour. Cependant, et c’était inévitable, elle prit rapidement le dessus sur moi. Me griffant au visage, ce qui ne me fit ni chaud ni froid étant donné que je ne le sentais pas beaucoup, je me retrouvai à terre, les positions inversées. « C'est vraiment ce que tu veux ?? Tu veux me tuer de sang froid et avec tes poings ? Me faire subir ce que l'on t'as fait subir, ce que l'on a fait subir à ton visage ? Mais ma pauvre tout ce que tu vas obtenir si tu continues comme ça c'est une mort lente et douloureuse sous les coups de tes différents adversaires ! Tu veux vraiment continuer à te battre pour quelque chose que je n'ai pas fait, dont je ne suis pas coupable, et qui en plus était un accident ?» Un coup de poing sous le menton me fit cracher du sang. Je ne me gênai pas pour le faire sur elle, ne prenant pas le temps de tourner la tête. Je n’écoutais que d’une oreille, me contentant d’enregistrer les informations qui m’intéressaient. « Un accident ?! On ne tue jamais par accident lors des jeux ! Tu me prends pour une idiote ? » dis-je, en essayant de me débattre sans parvenir à me dégager. « Comment réagirais-tu si tu apprenais par quelqu’un que tu hais que ton Roméo est mort ? Quelqu’un auquel tu tiens, auquel tu t’étais attaché. Tu comprendrais ma réaction, si tu te retrouvais à ma place. Kathleen était mon amie. » J’eus de nouvelles larmes lorsque j’évoquai la jeune femme au passé. C’était tellement irréel encore, pour moi. « Je l'ai tenue dans mes bras pendant qu'elle rendait son dernier souffle, tu crois vraiment qu'elle voudrait qu'on s'entretue ? Tu es encore plus idiote que ce que je pensais ! » Je m’arrêtai de me débattre durant quelques secondes, avant de la pousser pour qu’elle roule sur le côté. « Tu as raison. On ne devrait pas s’entretuer. Ce n’est pas toi qui l’a tuée. Si quelqu’un doit payer, c’est ton idiot de petit ami. » Ma voix, toujours enraillée, était un mélange de colère et de froideur. « C’est à lui que je dois m’en prendre. C’est lui que je dois tuer. Pas toi. Lui. » Je voulais qu’elle sache que je n’allais pas le laisser s’en tirer ainsi. Peut-être que la jeune femme n’y était pour rien, mais ce n’était pas le cas de son compagnon. Il me le payerait, tôt ou tard. Je repoussai une nouvelle fois la jeune femme, et nous nous éloignions peu-à-peu du lieu où notre bagarre avait commencé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t6442-get-along-with-the-voices-inside-of-my-head-alexiane http://www.mockingjay-rpg.net/t152-11-this-is-survival-of-the-fittest-this-is-do-or-die-alexiane
Invité



MessageSujet: Re: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   Mer 7 Sep - 20:58

Je ne comprenais pas tout à la scène qui était en train de se dérouler, pourtant en ma présence vraisemblablement. Elle essayait quoi ? Avec ses discours à la noix, sur les relations dans les hunger Games, sur ma relation avec Fin. « Comme tu veux. Visiblement, tu ne veux pas entendre la vérité, soit. » La vérité ? Je fronçai les sourcil. Mais qu'est ce qu'elle savait de la vérité à propos de ça ? Mais bon, je n'insistai pas. Je ne savais que ce qu'elle voulait prouver ou... Je ne sais quoi, mais je m'en foutais. Elle pouvait penser ce qu'elle voulait, elle serait morte dans quelques jours et son avis m'importait peu de toute façon. La conversation avait rapidement pris un autre tournant. Un tournant plus... Agressif.

Les choses allaient mal tourner, je le sentais. La conversation commençait à s'envenimer. D'un moment a un autre l'un de nous allait attaquer l'autre, ou peu être même qu'un coup partirait. Elle me tuerait dans le dos sans que j'ai le temps de réagir, elle me transpercerait le corps avec une lame qu'elle avait caché je ne sait ou. C'était tellement dommage, mourir alors que Finley était si près de moi, j'aurais pu l'appeler, j'aurais presque pu l'appeler. « Elle t'a sauvé la vie. Et tu as laissé ton crétin la tué. J'aimerais savoir comment ça s'appelle, si ce n'est pas bafouer sa mémoire. » J'avais tellement envie de la frapper, tellement envie de la mettre en miette pour ce qu'elle disait. Imaginait-elle qu'elle était la seule à avoir de l'empathie ? Qu'elle était la seule a pouvoir être peinée à l'idée de la mort d'un autre tribut ? « Je n'étais même pas là ! Je respectais cette fille plus que tu n'obtiendras jamais de respect de quiconque ! »

Enfin bref, ce que je craignais fini par arriver. Elle avait finis par me sauter dessus, sans aucun ménagement, et par me plaquer si violemment contre le sol que j'eus l'impression que mon dos venait de se briser en dix milles morceau. J'eus envie de lui casser quelque chose, un doigt, un bras, une jambe. La douleur nous donne des idées étrange... Des pulsions étranges qui m'étaient inconnues jusque là. J'avais envie qu'elle meurt, ici et maintenant. Je n'avais jamais eu envie de ce genre de choses. La mort de quelques, est-ce que c'était une chose normale à souhaiter ? Est-ce que cela voulait dire que je devenais un monstre, une sorte d'instrument du Capitole. Des gens me mettait la mort de Reena sur le dos, j'avais tué 11, et voilà que je voulais tuer cette fille. C'était beaucoup en trois jours. Beaucoup de changements dans l'idée que j'avais de moi. Dans mes valeurs. J'avais toujours eu un profond respect pour la vie humaine, autrefois même l'idée de tuer un insecte m'effrayait. Et en un claquement de doigt j'étais devenue un meurtrière, pour quoi ? Sauver ma vie ? J'étais donc prête à aller si loin pour ma survie ? Où étaient mes limites ? Est-ce que j'en avais. Oui j'en avais. Et cette limite avait un nom. Finley. Jamais je ne ferai rien contre lui. J'étais beaucoup trop accro. Les gens pouvaient penser que je l'utilisais, que je me servais de lui pour arriver à mes fins et me protéger dans les jeux, mais c'était faux. Et j'aurais tellement préféré que cela soit vrai, tout serait tellement plus simple dans ma tête. Si je pouvais simplement tous les considérer comme des ennemis, les éliminer serait tellement moins compliqué. Alors que si Fin venait à perdre la vie, je n'ose même pas imaginer dans quel état je serais. Anéantie très certainement. « Un accident ?! On ne tue jamais par accident lors des jeux ! Tu me prends pour une idiote ? » Je la dévisageai. Comme incrédule. « Te fous pas de ma gueule. Tu as déjà tué, je serais prête à parier ma vie là dessus. Est-ce que tu es fière ? Est-ce que tu t'imaginais un jour faire ça ? Est-ce que tu voulais tuer tous ces gens ?! » Je parlais autant à moi qu'à elle. C'était autant une analyse que je faisais sur ma personne, que pour elle. Je n'avais jamais été en proie à des doutes comme je l'étais maintenant, et dans le Hunger Games, c'était plus que dangereux. « Comment réagirais-tu si tu apprenais par quelqu’un que tu hais que ton Roméo est mort ? Quelqu’un auquel tu tiens, auquel tu t’étais attaché. Tu comprendrais ma réaction, si tu te retrouvais à ma place. Kathleen était mon amie. » Elle était bien bonne celle là. « Tu es tellement hypocrite et fausse. Tu ose nous juger, Finley et moi, me faisant presque la morale, me disant que je connaissais les règles du jeux, et que nous n'avions aucun avenir, et tu prétend ensuite qu'il est possible de se faire de amis ici ? Tu n'étais pas au courant toi peut être, du déroulement des jeux ? » Je n'avais jamais été dans un état aussi proche de l'hystérie, et c'était cette fille qui provoquait ça. Elle semblait complètement dépossédée de tout bon sens. Mais alors que j'avais moi aussi complètement fondu en larme, de colère et de peine, elle me poussa violemment, me faisant rouler sur le côté. J'étais persuadée que si elle avait pu me tuer, maintenant et tout de suite, elle l'aurait fait sans la moindre hésitation. Mais en même temps, si j'avais eu mon couteau dans la main à cet instant précis, n'aurais-je pas fait la même chose ? « Tu as raison. On ne devrait pas s’entretuer. Ce n’est pas toi qui l’a tuée. Si quelqu’un doit payer, c’est ton idiot de petit ami. C’est à lui que je dois m’en prendre. C’est lui que je dois tuer. Pas toi. Lui. » Tout en disant cela elle me repoussa violemment, me rapprochant ainsi de mon couteau qui était tombé dans la chute. Je l'attrapai, et presque dans un état second, je m'entendis lui hurler dessus. Mais j'étais comme en transe. Ce n'était pas moi, c'était impossible. « Si tu touche un seul de ses cheveux je te jure que je te fais la peau ! » Ayant enfin réussit à atteindre le couteau, je l'attrapai violemment avant de donner un coup de poing dans le ventre de 11, la ré-envoyant au sol, avant de brandir le couteau de l'abattre en visant son cœur. Ses réflexes lui sauvèrent la vie. Elle se décala, évitant ainsi mon coup. Je pensais sérieusement l'avoir totalement manquée lorsqu'un cri s'échappa de ses lèvres, je baissai les yeux vers ma main, et mon couteau. J'eus un haut de cœur et ma tête se mis à tourner. Sa main était ensanglantée et c'était moi qui venait de faire ça. Mais surtout, je voyais clairement ce que j'avais touché. Je retirai le couteau violemment, ayant un mouvement de recul en arrière. Son annulaire de la main gauche était sectionné, nettement et proprement entre la première et la deuxième phalange. Je me relevais maladroitement, avant de lui jeter un dernier regard farouche et effrayé, et de me mettre à courir, pour m'enfuir le plus loin possible de... De la réalité des jeux. Ayant fait trois bonnes centaines de mètre, je m'arrêtai le temps de m'appuyer contre un arbre et de rendre les rares choses que j'avais réussis à avaler pendant la journée. Les larmes me montaient aux yeux. Le pire de tous ça c'est que je savais que je ne valais pas mieux qu'elle. J'étais une meurtrière. J'avais tué le type du 11, et je ne visais pas à côté lors de ce coup de couteau qui lui avait mutilé la main... Je me remis à courir, essayant tant bien que mal de réussir à contenir les larmes qui me montaient aux yeux, j'avais tellement besoin de Fin.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 11
△ correspondances : 11154
△ points : 74
△ multicomptes : hunter, pepper-swann (leevy, ivory)
△ à Panem depuis le : 08/05/2011
△ humeur : indifférente
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: célibataire, coeur occupé par un revenant
relationships:


MessageSujet: Re: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   Jeu 8 Sep - 20:06

Cette fille avait le don de me rendre dingue à chaque mot prononcé. Je n'y croyais pas mes oreilles. Je comprenais mieux que jamais pourquoi je ne l'avais jamais portée dans mon coeur. Cette fille est détestable, sans aucun doute. Et dire que ce genre de filles avait quelqu'un prêt à se sacrifier pour elle. Vraiment, je l'a haïssais de tout mon coeur. « Je n'étais même pas là ! Je respectais cette fille plus que tu n'obtiendras jamais de respect de quiconque ! » Je fis la grimace. Comment pouvait-elle dire cela ? Elle respectait Kathleen ? La bonne blague. Nous ne devons pas avoir la même définition du mot respect. Car, pour moi, respecter quelqu'un, ce n'est pas être sauvé par ce dernier puis assister à sa mort sans réagir. De plus, les propos de numéro six changeaient à chaque phrase. Quelques minutes avant, elle m'avait dit l'avoir tenue dans ses bras, et voilà que maintenant elle n'était pas là. Il faudrait savoir ce qu'elle veut. « Parle pour toi. » répondis-je simplement. Si j'étais sûre d'une chose, c'est qu'elle ne méritait pas beaucoup plus de respect que moi. J'étais outrée qu'elle me dise que la mort de Kathleen était un accident. Cela ne pouvait pas être le cas. Nous sommes dans une arène, où tuer est notre seule chance de survie. C'est impossible de tuer par simple accident. Je n'osais pas croire à quel point elle se moquait de moi. « Te fous pas de ma gueule. Tu as déjà tué, je serais prête à parier ma vie là dessus. Est-ce que tu es fière ? Est-ce que tu t'imaginais un jour faire ça ? Est-ce que tu voulais tuer tous ces gens ?! » Effectivement, j'avais déjà tué. Je n'en étais pas fière, loin de là. Mais, malgré mon dégout pour moi-même à chaque crime commis, je savais que cela me rapprochait un peu plus de la maison. Et je me raccrochai à cela. Si je pensais à mes victimes, je n'avais aucune chance de m'en sortir vivante. J'avais honte de moi, j'étais dégoutée par la créature que je devenais, mais je devais le faire. Pour gagner, revoir mon frère, mes amis, mon district. C'était la seule issue. Quand j'avais tué ce jeune garçon à la corne d'abondance, ce n'était pas un accident. Je savais que j'allais lui briser la nuque. Quand la carrière Rhona nous avait provoquées, Kathleen, Zoé et moi, je l'avais tuée. Je savais ce que je faisais. Et même la petite Kirsen, je l'avais tuée en sachant évidemment ce que je faisais. J'avais entendu un bruit, j'avais sursauté et je l'avais poignardée. Le premier coup en était un, d'accident. Mais les trois autres coups de couteaux que je lui avais infligés ne l'étaient pas. J'avais eu pitié d'elle, j'avais voulu l'achever afin qu'elle n'agonise pas durant des heures. Les trois autres coups n'étaient pas un accident. « Tu es tellement hypocrite et fausse. Tu ose nous juger, Finley et moi, me faisant presque la morale, me disant que je connaissais les règles du jeux, et que nous n'avions aucun avenir, et tu prétend ensuite qu'il est possible de se faire de amis ici ? Tu n'étais pas au courant toi peut être, du déroulement des jeux ? » Finley. Il s'appelait donc Finley. Le tueur de Kathleen, mon alliée et amie, portait le prénom de Finley. Elle venait de vendre son compagnon. Je savais désormais son prénom, cela pourrait toujours s'avérer utile. Repensant à son propos, je m'étais focalisée sur la découverte du prénom de son Roméo, je devais m'avouer qu'elle n'avait pas totalement tort. Je considérai Kathleen et Zoé comme des amies, alors que je savais bien que l'arène me le prendrait tout comme elle me prendrait. Cependant, amis et amoureux, c'était deux choses absolument pas comparable. Ce sont des sentiments différents. Les sentiments amoureux sont un million de fois plus puissant que ceux de l'amitié. « S'il est possible de tomber amoureux d'un ennemi, il est possible de se faire des amis. » D'accord, réponse peu convaincante, mais j'étais tellement omnibulée par ma haine envers Finley et elle que je n'allais pas prendre le temps de m'expliquer sur mes propos. Cela ne servait à rien, puisque la seule chose que j'avais à l'esprit, c'était la vengeance.

J'avais mis tout mon coeur a provoqué la jeune femme en insistant bien sûr le fait que c'était son toutou qui allait payer. Et je le pensais. Je ne savais pas encore comment, ni quand, mais j'étais sûre d'une chose. Il me le payerait. Tôt ou tard, il me le payerait. Je n'allais pas laisser le meurtre de Kathleen impuni. Je devais me venger, pour elle, pour moi et pour me défouler. J'avais poussé la jeune femme à l'aide de mes dernières forces. Maintenant, je me sentais incroyablement faible. La force avait quitté mon corps et je n'étais plus qu'une jeune femme salement amochée. Je savais que cela arriverait, que je serais trop faible pour combattre plus longtemps la jeune femme. Cependant, j'avais toujours la force de parler, et de provoquer la demoiselle en évoquant son Roméo. Cette dernière me hurla dessus, comme je me l'attendais en parlant de son grand amour. « Si tu touche un seul de ses cheveux je te jure que je te fais la peau ! » Un sourire malsain s'étira sur mes lèvres. Sourire qui disparut aussitôt qu'il eut apparu, mon adversaire se réveillant. Un coup de poing dans le ventre me clouant au sol, me faisant quitter ma position de bourreau. À terre, je me tenais fermement le ventre, quand je la vis brandir son couteau en ma direction. Dans un ultime instinct de survie, je fis rouler mon corps sur la droite. Soudain, une douleur m'envahit la main, et je poussai un hurlement strident. Le feu semblait prendre possession de mon corps, une chaleur me brulait la main et lorsque j'essayai de bouger cette dernière, je restai pétrifiée à terre en remarquant ce qu'elle avait touché. Tournant légèrement la tête, bougeant à nouveau mes doigts, je pus distinguer entre le sang qui s'écoulait et la chair qui pendait, que mon annulaire avait été tranché. Je le voyais sur le sol, à quelques centimètres de ma main. Je regardai horrifiée ce qu'il me restait de mon doigt, effrayée et soulagée en même temps. Aucun doute, elle visait ma poitrine et j'avais, par extrême chance, pu me rouler sur le côté. Si je n'avais pas eu ce réflexe, perdre un doigt aurait été un bonheur par rapport à ce que j'aurais ressenti avec un couteau dans le coeur. J'aurais agonisé durant quelques secondes, qui m'auraient parue duré des heures, et je serais morte. Avec ma main valide, j'éloignai les cheveux de mon visage avant de la poser sur ma bouche, comme pour m'assurer que je respirai toujours. Et c'était le cas. Un soupir de soulagement s'échappa de mes lèvres, avant que la dure réalité de mon cas vienne me ramener sur terre. Je poussai un nouveau cri, la douleur devenait insupportable. J'avais toujours la tête tournée en direction de ma main coupée et j'aperçus mon ennemie courir dans la forêt. Elle aurait pu facilement m'achever, mais elle en avait décidé autrement. Pour la première fois, je ressentais un sentiment positif à son encontre. Elle venait de me trancher un doigt, mais elle m'avait laissé la vie sauve. Dieu merci. Je la regardai s'éloigner tandis que des larmes coulèrent à nouveau sur mes joues. Arrachant péniblement un bout de mon t-shirt avec ma main potable, je plaquai le bout de tissu contre mon doigt mutilé, priant pour que l'écoulement de sang se stoppe le plus rapidement possible. J'attrapai mon sac, le glissant sous ma tête pour être sûre de ne pas le perdre. Je n'avais absolument encore force, et nouer un noeud sur mon doigt avec le tissu relevait du défi. Pourtant, je serrai les dents et m'exécutai lentement. Une fois que j'eus fini cela, je laissai tomber lourdement mon bras contre le sol. Le saignement ne s'était pas arrêté, mais l'écoulement était plus faible. Je restai sur le sol, priant pour que personne ne s'approche. Peu-à-peu, mes paupières devinrent lourdes, puis mes yeux se fermèrent.

TERMINÉ



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t6442-get-along-with-the-voices-inside-of-my-head-alexiane http://www.mockingjay-rpg.net/t152-11-this-is-survival-of-the-fittest-this-is-do-or-die-alexiane
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Shall we fight ? » ft. Alexiane (hasard) J3 (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.