petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 Hasard - Jour 3 : Oups... [Genesis.Camille.Finnick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Hasard - Jour 3 : Oups... [Genesis.Camille.Finnick]   Mer 31 Aoû - 17:55


Le soleil vient me titiller les paupières encore fermées et la chaleur qui caresse mon visage me dessine sourire sur le visage fatigué d’être si souvent crisper. Je quitte le souvenir de la nuit froide d’un petit frisson qui se répand dans tout mon corps jusqu’à ce que mes paupières se mettent lentement à battre. Mais un sursaut me surprend par mon propre corps qui semble avoir reconnu avant mon cerveau, le lieu de mes cauchemars. Autour de moi, de la verdure si différente des murs ternes de notre maison du District 8 où les toiles d’araignées ne retiennent aucune rosée.
Où était le cauchemar ? La pauvreté et la poussière s’entassant dans les cheveux de Tommy penché sur son pupitre d’école, ou la fausse liberté que nous offre la nature dans cette arène, à moi et Camille donc le petit visage souriant me décroche une grimace. Humidifiant mon pouce dans ma bouche pourtant horriblement sèche, j’essaye de faire partir la tâche de sang de sa peau blanche, souvenir des événements traumatisants du premier jour de cette lutte pour la survie.

La petite fille blottie contre moi me sourit même si ses petites cernes bleutées me font culpabiliser de n’avoir pu tenir une autre nuit entière de garde et je pose une grande main sur son front en partageant son sourire en guise de remerciement. La fatigue est toujours là, mais je me sens près à subir un jour encore la peur et l’angoisse qui n’a pas quitté le labyrinthe. Prenant une minuscule coulée d’eau de ma bouteille pour me décoincer la gorge, je quitte lentement la chaleur de notre petit cocon de tissu pour me relever et m’étirer longuement.
Demandant à Camille de prendre une partie des fruits desséchés que nous avions comme petit déjeuner même si elle paru contre le fait que je n’en prenne pas moi-même, je rassemblais nos affaires dans le petit sac à dos jaune de nous avions couvert de poussière et d’un peu de branchage des grandes haies pour le rendre moins visible, je pris une profonde inspiration avant de revêtir une expression la plus assurée et motivée que je pouvais montrer à ma petite Camille, ce qui ne devait pas être très convaincant vu la ride discrète qui vint couper son front.

« Prête ? »

Accueillant la réponse de ma co-tribut avec un petit rire qui marquait pour moi-même le signal du départ et le commencement d’une nouvelle journée de paranoïa.
Les pleurs constants qui régnaient dans les couloirs verts ne m’affectaient plus autant que le premier jour, mais certains me faisaient encore sursauter, croyant à l’approche d’un autre tribut ou d’un animal. Mais la matinée se passa sans grande activité, et même si notre prudence ralentissait considérablement notre progression, nous avions fait pas mal de chemin, dans le bon sens espérons.

J’annonçais un temps de repos à voix basse en me retournant vers Camille après avoir vérifié que rien de visible ne se dessinait dans les mètres de brume devant nous. Déposant le petit sac au sol, j’en sortis les restes de fruit secs pour les séparer en deux parties égales. La quantité initiale ne semblait pas avoir vraiment diminué malgré le petit déjeuner supposé de la demoiselle, c’est pourquoi je pris la peine de vérifier que chacun des minuscules grains atterrissent bien dans la bouche de la petite fille avant d’engloutir ce maigre repas en deux bouchées. De toute manière cela ne calmerait pas notre faim qui grandissait de jour en jour, mais il nous fallait ce peu d’énergie en plus pour continuer.
« C’est bizarre comme fuit. » Dis-je enfin avec un petit rire intrigué, me souvenant avec envie les formes rondes et colorées que j’avais pu apercevoir par la fenêtre dans la maison de quelques fortunés du District. « Ca ressemble plus à des bonbons, Tommy serait jaloux. » J’eu un nouveau petit rire mais il sortit moins bien lorsque je sentis ma gorge se nouer à ce nom.
J’avais été persuadé jusqu’ici, de revenir auprès de mon petit frère, ne sachant pas vraiment ce qu’on demanderait de moi lors des Hunger Games. Mais après avoir vu la Corne d’Abondance, le mot « survivre » avait prit violemment son sens. Les gens devenaient fous dans l’arène et beaucoup sembler trouver facile de penser qu’éliminer les autres augmenterait leur chance.

Je chassais mes tracas d’un secouement d’épaule. Nous nous éloignions de ce lieu de mort et techniquement de tous les barbares qui festoyaient de leur cruauté. Mais alors que j’arrivais enfin à quitter mes soucis pour ne pas inquiéter la petite fille qui m’accompagnait, des bruits de pas me surprirent. Ils étaient déjà tout proches.
Le petit canif rouge déjà dans ma main tremblante, je me retournai violemment sans comprendre pourquoi les pas n’avaient été audible que maintenant, alors que moins de 10 mètres nous séparait de l’inconnu. La brume cachait encore tout, et aucun de nous ne pouvais percevoir l’autre, mais cela ne tarderait pas à changer. Se cacher mieux valait se cacher.

Lançant un regard de panique à Camille, je la pris alors par les épaules pour la pousser vers le mur de branches en couvrant sa petite silhouette de la cape de camouflage qui avait déjà su la cacher une fois. Elle se glissa lentement sous le mur épais jusqu’à ce que moi-même ne doive me rappeler de l’endroit où elle s’était cachée pour pouvoir la retrouver.
Les pas réguliers qui s’approchaient encore n’étaient ni rapides ni lents, nous n’avions pas encore été repéré. Mais déjà la brume se faisait plus fine et je l’ombre approchante d’une silhouette à 3 mètres. Il fallait me cacher moi-même où cette fumée traitre me révélerait en même temps que je découvrirais l’autre tribut. Ma plaquant au sol en priant que l’approchant n’ai pas remarqué ma propre ombre derrière le mur gris s’évaporant horriblement rapidement. A plat ventre sur le sol, le glissai en arrière en essayant de me cacher moi-même sous le mur opposé de verdure. Mais les branchages épais ne semblaient pas accepter ma corpulence aussi bien que la petite poupée et je sentis des branches me griffer profondément le dos en déchirant ma veste et mon T-shirt. Heureusement, celles-ci étaient assez solides pour s’enfoncer dans mon corps au lieu de craquer bruyamment et me mordant la lèvre inférieure pour m’empêcher de crier de douleur, il ne paru de mon camouflage de dernière minute, que la respiration saccadée et le rythme cardiaque accéléré qui ne résonnaient qu’à mes propres oreilles.

Ne pas faire de bruit, ne pas faire de bruit, ne pas faire de bruit. J’en avais presque peur de respirer tellement j’avais l’impression de souffler comme un bœuf alors que mon souffle inaudible ne me cheminait presque pas assez d’oxygène à mes poumons ratatinés. Mais ma fixation sur le son m’avait presque fait oublier le but premier qui était de ne pas se faire remarquer. Et à la vu des bottes sombres immobilisées devant le petit canif rouge échoué dans la poussière entre moi et Camille, c’était raté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Hasard - Jour 3 : Oups... [Genesis.Camille.Finnick]   Dim 4 Sep - 18:48

Le soleil se leva lentement, alors que la lune s'éclipsait tout aussi lentement de son côté. Je n'avais pas dormi de la nuit, recroquevillé sur moi-même, j'avais plutôt tenté de ne pas penser à la douleur que pouvait me causer ma cheville. Je ne devais rien avoir d'une plus qu'une simple entorse, mais j'avais marché sur cette dernière toute la journée, j'avais couru même et je savais pertinemment que cela avait surement contribué à aggraver ce, qui n'était qu'au départ, une simple petite blessure. Et donc, comme j'étais seule pour passer la nuit, je n'avais pas eu le courage de dormir, ni même de faire une sieste. J'avais peur, oui, chaque seconde, minute, heure passé dans l'arène s'avérait être un supplice terrible qui ne finissait pas. En fait, autant j'avais envie que mon calvaire soit terminée, autant je ne voulais pas que cela arrive. La fin de mon calvaire signifierait indéniablement ma propre mort, cela signait mon arrêt de mort ... J'aurais aussi bien pu sauter d'une falaise pour y mettre fin, mais au fond, je préférais encore endurer tout ça plutôt que de devoir faire face à la mort. Je n'étais pas prête, non, d'ailleurs, je doutais que quelqu'un le soit ... Prêt à mourir. D'ailleurs, comment se préparer à la mort ? Étais-ce réellement possible ? Je doutais sincèrement que quelqu'un puisse se préparer à mourir, je doutais que ce soit même faisable. Personne n'y arrivait et même en essayant à maintes reprises, je ne croyais pas que ça marcherait. Humm, se préparer à mourir, quel drôle d'idée. C'était un peu comme se préparer à un saut en parachute. Tu avais beau essayé, penser à ce que tu voulais, lorsque tu sautes, rien ne se déroule comme prévue, rien n'arrive comme tu l'aurais d'abord cru ... La vie est faite d'imprévus. Il y en a sans cesse, de bons comme de mauvais et dans mon cas, j'espérais faire face, bientôt, à un bon imprévus. Je n'avais aucunement besoin d'une mauvaise surprise ... En fait, tant que j'arrivais à éviter les autres tributs, tout irait pour le mieux.

Un coup d'oeil en direction du ciel me fit comprendre que j'avais perdu un temps fou perdu dans mes pensées comme je l'étais. Eh bien oui, une fois de plus je m'étais laissé distraire au péril de ma propre vie. Dire que je songeais à ne pas mourir, alors qu'un tribut mal intentionné et fourbe aurait facilement pu se faufiler derrière pour m'égorger où je ne sais trop quoi d'autres. Au fond, même si j'avais du mal à le croire, je pouvais être tué à tout moment et éviter l'affrontement était surement la meilleure solution qui s'offrait à moi. Bouger, oui, je devais aussi bouger. Rester au même endroit trop longtemps était une stratégie que je ne me devais pas d'adopter ... En fait, ce n'était même as une stratégie, c'était tout simplement une façon de se jeter dans la gueule du loup, tout simplement. Récupérant mon sac aux couleurs trop flamboyantes et serrant bien fort mon poignard au creux de ma main droite, je me remis en marche. Je tenais le rythme, quoique je n'allais pas à vitesse grand V, compte tenu de l'état de ma cheville, mais je bougeais et c'était ça le principal. Mes cheveux retombaient mollement sur mon visage et je n'avais même pas l'envie de les repousser. Je devais avoir une tête horrible et peut-être qu'avec un peu de chance elle ferait fuir les dangers potentiels, mais de la chance, ça je n'en avais pas, alors mieux valait, ne pas trop miser là-dessus. Plus j'avançais, plus le brouillard semblait épais. Il était presque opaque, épais et seulement en le regardant on aurait pu croire qu'il formait un mur impénétrable. Pourtant, ce n'était guère le cas et je m'inquiétais plus de savoir ce qui se cachait dans ce brouillard, qu'autre chose.

Je me stoppais net. J'avais vu quelque chose, une forme, une forme humaine au travers de ce mur de brouillard. Je n'osais même plus avancer. Hallucinais-je où étais-ce quelqu'un qui voulait ma mort ... Enfin, pas spécialement ma mort, mais celle de tous les tributs qui n'était pas cet individu. Alors, que je secouais furieusement la tête tout en fermant les yeux, je me mis à espérer, que je devenais simplement folle ... La fatigue, oui, c'était très certainement la fatigue qui prenait le dessus. Rouvrant lentement les yeux, je me surpris à pousser un léger soupir de soulagement. La silhouette n'était plus là et le brouillard, quant à lui, commençait à se dissiper. Plutôt rapidement, d'ailleurs, pour un brouillard naturel. J'en avais plus qu'assez, plus qu'assez et j'avais une seule envie, rentrer chez moi. J'eus presque envie de laisser tomber mon poignard et de rester planter là, à attendre que quelque chose se produise. Quoi ? Je n'en savais rien, mais quelque chose. Pourtant, je ne fis rien de cette subite envie et je me remis à marcher. Arriver à la hauteur de mon hallucination, un objet sur le sol attira immédiatement mon attention. Un canif aux couleurs aussi voyante que mon sac à dos, trônait, là, seul. Peut-être n'avais-je pas halluciner ... La panique s'empara de moi. Où donc se trouvait le tribut, alors ? Tapis dans les branchages pour me prendre par surprise. « Eh merde, eh merde, eh merde ... » Mon seul et unique réflexe fût celui de me pencher pour m'emparer du canif. J'avais maintenant une arme dans chaque main et je tournais sur moi-même. Si je devais faire face à quelqu'un ayant un arc, une lance ou toute autre arme du même type, j'étais morte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Hasard - Jour 3 : Oups... [Genesis.Camille.Finnick]   Ven 16 Sep - 12:46


Une nouvelle journée…Jusqu’à présent ils avaient tout les deux évité les problèmes, les véritables ennuis. On pouvait presque dire que la chance leur souriait mais tout les deux savaient pertinemment que plus le temps passait plus ils avaient de chance de se faire égorger, éviscérer, bruler vif, bref…Tuer par un autre tribut ou l’un des nombreux pièges tapis dans l’ombre de ce labyrinthe. Leur journée se ressemblait toute, ils essayaient de quitter ce labyrinthe et jusqu’à présent…C’était sans grand succès. Une nouvelle matinée, un nouveau réveil difficile. Le maigre petit déjeuner était bien suffisant pour Camille même si son estomac réclamait plus, l’enfant ne se plaignait pas, posant parfois sa petite main sur son ventre douloureux. Manger était accessoire au final, ils avaient à boire c’était plus important selon elle. Leur marche reprenait, suivit d’une nouvelle pause au bout de quelques heures. L’enfant se réjouissait de manger plus. En réalité, Camille ne savait absolument pas ce qu’elle était en train de manger, d’ailleurs son gout n’avait rien de bien particulier pour elle, elle n’aimait pas ça mais se forçait à manger parce qu’elle avait tout simplement faim. « C’est marrant comme fruit » avait-il dit, observant alors plus attentivement ce qu’elle tenait en main « Ca ressemble plus à des bonbons, Tommy serait jaloux. » Laissant échappé un petit rire, elle le regarda « Gardes en un dans ta poche, tu lui donneras à ton retour ». Cette phrase était sortie naturellement de la bouche de Camille. Pourquoi ? Parce qu’elle connaissait la fin inéluctable de ses jeux et même si la mort avait eu tendance à énormément la paniquée avant, maintenant qu’elle devait y faire face à chaque fois qu’elle s’endormait et se réveillait ici…Il lui semblait logique qu’elle reste ici…Et que Finnick retourne voir son petit frère Tommy.

Mais le temps des réjouissances quelconque et de l’observation de fruit était passé. Un bruit avait attiré l’attention de Finnick et avalant tout rond ce qui lui restait pour manger, elle se leva rapidement…Quelque geste rapide et calculé de son co tribut permettait alors à Camille de se camouflé dans les branchages du mur de labyrinthe. La petite taille de la fillette et son corps trop mince permettait à la demoiselle de presque traverser les murs du labyrinthe et si elle avait été seule, c’était très certainement ce qu’elle aurait fait pour pouvoir sortir d’ici. Mais pour l’heure, elle n’était pas seule et son co tribut était tellement gentil avec elle qui n’était pas question qu’elle le laisse. Impossible pour elle d’abandonner quelqu’un comme lui. Quelqu’un qui ne méritait vraiment pas d’être ici. Immobile dans sa cachette, elle fixait l’endroit d’où les bruits provenaient, regardant en plissant les yeux le lieu où s’était couché Finnick pour se cacher. Le cœur de la petite battait la chamade dans sa poitrine et d’une certaine manière, elle espérait que la personne qui avait interrompu leur repas ne pourrait pas l’entendre.

Elle s’approchait et plus elle s’approchait, plus Camille semblait se fondre littéralement dans son élément…Immobile, seule ses yeux bougeait et fixaient leur nouvel adversaire. Était-elle dangereuse ? Ne l’était-elle pas ? Elle vit distinctement la jeune fille ramasser le canif de Finnick…Le canif de Finnick ?! Son co tribut était donc sans arme ? La panique la gagnait dans son camouflage, il fallait agir et agir vite. Ils avaient l’avantage là ? Ils étaient deux…Elle était seul…Ils étaient cacher…Elle non…Elle semblait dangereusement s’approcher de la cachette de Finnick et dans un élan d’héroïsme ( ou de stupidité ), Camille prit la décision de subitement quitter sa cachette, poignard en main. Elle ne voulait pas mourir…Mais elle ne voulait pas non plus se retrouver toute seule. Les larmes aux yeux, elle avait déjà quitté sa cachette, poignard en main et s’apprêtait à agir. Ayant pour elle, l’effet de surprise !

Elle...Elle n'avait rien à son retour, personne qui l'attendait...Finnick avait Tommy...Finnick a Tommy...C'était se qu'elle se répétait alors que le destin s'apprêtait à écrire une nouvelle page ou la dernière page de la vie de Camille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MAITRE DU JEU
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



MessageSujet: Re: Hasard - Jour 3 : Oups... [Genesis.Camille.Finnick]   Ven 16 Sep - 12:46

Le membre 'Camille Loreens' a effectué l'action suivante : ~ lancer de dés

'75th hunger games' : 7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mockingjay.forumgratuit.fr
Invité



MessageSujet: Re: Hasard - Jour 3 : Oups... [Genesis.Camille.Finnick]   Mer 21 Sep - 8:32


Une main fine vint ramasser le petit objet rouge et les bottes se tournèrent en de petits pas. On nous cherchait. J’eu envie de crier contre moi-même et me donner des baffes, mais coincé sous le mur de verdure et tentant de se faire remarquer le moins possible, il était clair que ça n’était pas la meilleure chose à faire. Comment faire ? J’avais tout misé sur le fait de se cacher, et maintenant que cela avait échoué et que je n’allais pas tarder à être découvert, je m’étais emprisonné moi-même sous le labyrinthe et ses branches acérées et ma seule arme était dans la main de mon ennemi. Plus que la peur, le stress s’empara de moi alors que je triturais mes neurones pour trouver une solution. Je ne pouvais m’enfoncer plus loin au risque de m’empaler sur les branches qui griffaient déjà mon dos, et je ne pourrais sortir assez rapidement pour surprendre mon adversaire. Il ne me restait plus qu’à prier en restant là, prier que l’inconnu pense que le canif était tombé là lors d’une fuite quelconque, prier qu’il passe son chemin, prier que quelque chose arrive…
Mais tout sauf ça.

Deux petites jambes apparurent dans mon maigre champ de vision, se matérialisant de nulle part devant le mur du couloir vert, et j’eu quelques secondes de réflexion avant de comprendre que c’était Camille, sortie de sa cachette parfaite.
« CAMILLE ! » hurlais-je mi-grondant, mi-hurlant pour sa peau et gigota avec force pour vite la rejoindre devant notre adversaire. Mais comme prévu les branchages me retinrent aussi fortement qu’ils m’avaient repoussés et je ne pus qu’étendre un bras pour saisir la cheville de l’individu et la tirer avec force pour la faire tomber.
« CAMILLE SAUVE-TOI ! » lui hurlais-je sans avoir eu le temps de comprendre que si la petite fille était sortie devant son ennemi en tremblant, ça n’était pas pour abandonner son co-tribut à sa mort certaine. Mais je ne voulais rien savoir de tout ça, agrippant avec force le membre de l’autre tribut jusqu’à frôler là fêlure, j’essayais tant bien que mal de sortir de ma cage de vert tout en maintenant la jeune femme au sol.

Une jeune brune qui ne demandais peut-être rien à personne et qui a vu surgir deux ennemis de nulle part, mais la question n’était pas de savoir ce qu’elle ressentait, mais ce qu’elle ferait si nous n’arrivions pas à l’immobiliser et la désarmer.
« Va-t-en ! Va-t-en ! » continuais-je à crier à la petite Camille pétrifiée de peur, mais bien trop rapidement, un coup de pied me fit lâcher ma prise et je vis le tribut se relever. A moitié sorti jusqu’au buste, les jambes encore emprisonnées dans la verdure, j’offrais une cible parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Hasard - Jour 3 : Oups... [Genesis.Camille.Finnick]   Jeu 6 Oct - 2:49

Je devais avouer que ce petit canif rouge ne prévoyait rien de bon. Évidement, s'il avait réussi à se rendre jusqu'ici, c'est qu'il appartenait à quelqu'un et je doutais énormément que cette personne ait abandonné son canif comme ça, tout simplement. Bon, elle avait très bien pu le perdre suite à l'issue quelconque d'une bataille et devoir filer sans avoir la chance de reprendre cette petite, mais parfois utile, arme de fortune. Malheureusement, j'avais plutôt à l'idée que le détenteur du canif ne se cachait pas très loin, tapis dans l'ombre, attendant le bon moment pour me sauter au visage et me tuer d'un coup de couteau en plein coeur ... Au fond, peut-être qu'après trois jours passés dans cette arène de malheur, j'en venais à me faire des idées et la paranoïa me gagnait peu à peu. Après tout, à avoir peur ainsi de tout et de rien finissait bien par avoir des conséquences, non ? Un simple bruissement de feuille parvenait à m'effrayer et à me faire sortir mon arme, arme qui n'était pas toujours des plus efficaces, d'ailleurs ... J'avais déjà vu certains tributs, durant les précédents jeux, devenir paranoïaques et je redoutais de subir le même sort. J'espérais rester saine d'esprit, mais je ne me faisais pas trop d'illusions. Après tout, à quoi bon avoir une bonne santé mentale si je mourrais et ... Qui plus est, si je restais en vie, je doutais fortement de pouvoir rester stable mentalement, enfin. En gros, ce que je souhaitais ne se réaliserai surement pas, qu'importe l'issu des jeux ! Super.

Un mouvement rapide et furtif à ma droite me fit instinctivement pivoter. Une fillette venait de surgir sans prévenir des buissons et mon premier réflexe fut de pointer mon arme sur elle sans pour autant vouloir la tuer. D'ailleurs, je me voyais mal tuer de sang froid une fillette qui n'avait surement jamais souhaité se retrouver ici et qui avait encore des tonnes de choses à vivre. Malheureusement, je ne pus y réfléchir plus longuement, car une main m'attrapa par la cheville et me cloua au sol. Tiens donc, le voilà le détenteur du canif, enfin, les détenteurs. Celui qui me tenait férocement par le pied, criait à la fillette de s'enfuir tentant tant bien que mal de me retenir pour m'empêcher de la blesser où je ne sais quoi. Je me tortillais dans tous les sens, tentant de me libérer et j'eus presque besoin de me servir de mon poignard, ce qui, finalement ne fut pas nécessaire suite à un bon coup de pied à l'encontre de mon adversaire. Je ne voulais faire de mal à personne, mais au fond, avais-je vraiment le choix. Je ne savais pas ce qu'il était advenu de la fillette, elle ne se trouvait plus dans mon champ de vision, alors que je ne quittais plus, des yeux le jeune homme, coincé dans les buissons. Étais-je lâche au point de tuer quelqu'un en désavantage pour sauver ma peau ... Cela en valait-il vraiment la peine. J'avais des doutes, de sérieux doutes et le monde menaçait de s'écrouler autour de moi.

[Normalement, je dois lancer le dé ou pas ? O.o ... Oui, je suis perdue Arrow]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hasard - Jour 3 : Oups... [Genesis.Camille.Finnick]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hasard - Jour 3 : Oups... [Genesis.Camille.Finnick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.