petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 POCKETS FULL OF STONES | FINLEY | J2 {arrangé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: POCKETS FULL OF STONES | FINLEY | J2 {arrangé}   Jeu 25 Aoû - 18:55

SEEMS THAT I HAVE BEEN HELD, IN SOME DREAMING STATE. A TOURIST IN THE WAKING WORLD, NEVER QUITE AWAKE. NO KISS, NO GENTLE WORD COULD WAKE ME FROM THIS SLUMBER... UNTIL I REALISE THAT IT WAS YOU WHO HELD ME UNDER. FELT IT IN MY FIST, IN MY FEET, IN THE HOLLOWS OF MY EYELIDS. SHAKING THROUGH MY SKULL, THROUGH MY SPINE AND DOWN THROUGH MY RIBS. NO MORE DREAMING OF THE DEAD AS IF DEATH ITSELF WAS UNDONE. NO MORE CALLING LIKE A CROW FOR A BOY, FOR A BODY IN THE GARDEN. NO MORE DREAMING LIKE A GIRL SO IN LOVE WITH THE WRONG WORLD. AND I COULD HEAR THE THUNDER AND SEE THE LIGHTNING CRACK. ALL AROUND THE WORLD WAS WAKING, I NEVER COULD GO BACK. CAUSE ALL THE WALLS OF DREAMING, THEY WERE TORN RIGHT OPEN, AND FINALLY IT SEEMED THAT THE SPELL WAS BROKEN... AND ALL MY BONES BEGAN TO SHAKE, MY EYES FLEW OPEN. ϟ florence welch, blinding.
Je crois que je m'étais égarée. Depuis plus de trois heures que j'avais quitté Skyler, je ne parvenais plus à retrouver mon chemin, et encore moins à me repérer. Au fur et à mesure de ma marche, mon souffle s'était fait de plus en plus court alors que je prenais conscience de ce que j'avais fait. Je m'étais perdue : j'allais être seule. Mon alliance avec les tributs du douze était en grand danger. Et quand j'avais entendu un coup de canon résonner peu après notre séparation, mon cœur s'était emballé. Était-ce Kirsen qui venait de perdre la vie ? Pire, Skyler ? Je n'avais pas encore imaginé ce que pourrait être mon périple dans l'arène sans eux. Parviendrais-je à survivre sans pouvoir parler à personne, en cherchant à me cacher et à m'enfuir ? C'était impensable. Je devais les retrouver. Mais le coup de canon avait aussi ravivé un souvenir récent en moi ; une réminiscence délétère et mauvaise. J'avais tué un tribut. J'étais devenue une meurtrière dans cette arène. Mais au moins, j'étais encore vivante, saine et sauve, sans blessure. J'avais survécu à un jour et demi dans les Jeux, alors que... combien de tributs avaient déjà péri ? Hier, j'avais entendu huit coups de canon. Aujourd'hui, deux, dont un dont j'avais été l'instigatrice. Il n'y avait donc plus que vingt tributs dans l'arène, et j'en faisais partie. En soit, c'était déjà un miracle. Mais j'avais manqué l'affichage des photographies des morts, hier soir. Qui pouvait encore être en vie ? Je priai pour que les tributs du un et du deux aient péri à la corne d'abondance. Et puis aussi ceux du quatre, la fille du Neuf qui se nommait Kathleen, et celle du Onze, une brune effrayante. En bref, j'espérais que tous mes adversaires les plus féroces eussent déjà péri. Mais c'était une illusion bien trop chimérique.

Mes jambes étaient lourdes, et je continuais à ramasser des plantes comestibles quand j'en trouvais – c'est à dire rarement. Si par miracle je retrouvais Skyler, nous pourrions partager un bon repas. J'avais d'ailleurs avalé quelques racines noirâtres dont on m'avait parlé à l'entraînement, qui avaient comblé l'espace béant de mon estomac. Ce n'était pas trop mauvais, mais ça ne parvenait toujours pas à me rassurer. J'évoluais dans un labyrinthe glauque et froid, qui requérait toute mon attention. Des tributs ennemis pouvaient s'y cacher, ainsi que de nombreuses inventions des Juges pour m'effrayer. La brume qui flottait en permanence dans les environs ne me rassurait pas du tout, et le soleil s'était à nouveau caché derrière les nuages. Cette solitude et ce silence attiraient mes démons intérieurs qui, peu à peu, me happaient. Je ne voulais pas éprouver du remords à avoir tué Mark. Mais le fait d'avoir ôté une vie me crispait et me donnait envie de m'arrêter. Le souvenir de la pierre que je lâchais au dessus de son visage alors qu'il était au plus mal m'effrayait. Je ne me serais pas crue capable de tuer quelqu'un de sang froid d'une telle manière, à coups de rocher. C'était cruel et bestial. Je n'étais qu'une adolescente ! Skyler avait peut-être raison, au fond, quand il me parlait de la tristesse et de la rage qui avaient suivi son premier meurtre. Mais moi, j'étais bien décidée à ne pas flancher, et à avancer tête haute. Les Jeux n'auraient pas raison de moi.

Tout à coup, les buissons autour de moi commencèrent à s'éclaircir, et je débouchai soudain au dehors du labyrinthe. C'était comme la veille, ça semblait providentiel et merveilleux. Pourtant, la vue que j'avais aujourd'hui était bien moins ragoûtante que celle des montagnes d'hier. Un marécage m'attendait, hostile et nauséabond. Génial. A l'ouest, j'apercevais la chaîne de montagne dans laquelle moi et mes acolytes avions passé la nuit. Enfin un point de repère ! Je rangeai les plantes et racines que j'avais ramassées dans ma poche, et me mis en marche vers les montagnes, à vive allure, dans l'espoir que Skyler y soit déjà retourné. Cependant, à chacun de mes pas, mes bottes s'enfonçaient un peu plus dans la boue. Je ne me laissai pourtant pas distraire, et continuai. J'effectuai deux bonnes centaines de mètres lorsque je m'aperçus que je n'arrivais plus à me sortir de ce véritable bourbier. J'étais enfoncée jusqu'aux genoux, et chaque pas que j'effectuais était un véritable supplice. Je m'arrêtai, cherchant quelque chose à quoi me rattraper pour sortir. Mais il n'y avait rien d'autre que des herbes hautes. Je les attrapai et me débattis pour sortir de ces sables mouvants, sauf que le résultat obtenu n'était pas celui escompté : je m'enfonçais encore plus vite. Tout à coup, j'aperçus une silhouette qui sortait du labyrinthe, loin à l'est. Un jeune homme brun. Skyler ? Je me mis à crier à pleins poumons et à agiter les bras – j'étais désormais enfoncée jusqu'aux bas des épaules. Le garçon sembla me repérer, et évolua vers moi en courant. Je me rendis alors compte que ce n'était pas Skyler, mais un autre tribut, à la carrure plus imposante. Et je me rappelai soudain que les autres tributs ne désiraient que ma mort. Oh, crotte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: POCKETS FULL OF STONES | FINLEY | J2 {arrangé}   Sam 3 Sep - 2:10

La mâtiné avait été longue. Avec Catalina on s’était quitter il y avait un peut plus de deux heures. Durant ce moment, j’avais fait un sacré bout de chemin. Entre temps, j’avais pas rencontrer beaucoup de gens. Bien que je fusse sur mes gardes et que les effets causés par le manque d’eau commençaient à se faire sentir, je n’avais pas relâché ma garde. Je me devais d’être prudent, à tous moment quelqu’un pouvait débarquer et m’attaquer. Quelqu’un ou quelque chose… Qui savait ce que le Capitole avait imaginé comme horrible invention pour mettre à mort les tributs lorsque leurs perverses envies de voir le sang couler ce ferait sentir. C’est à ce moment qu’ils lâcheraient leurs bestioles sur nous…

Revenant à la raison, je chassai ces sombres pensées de mon esprit. Ce n’était pas en broyant du noir ou imaginant un révolte qui n’aurait jamais lieux que j’allais sortir ce bourbier dans lequel je m’étais fourré. Bon, je n’étais pas vraiment responsable de ma situation actuel, voir pas du tout, mais j’aimais mieux voir le bon côté des choses. J’avais eu la chance d’être un minimum préparé à cette épreuve difficile, ce qui n’était pas le cas de tous. Ma mère m’avait tout expliqué en détail et j’avais appris beaucoup, au fil des ans, à regarde les jeux à la télévision. Je détestais tous ces soirs passé devant le nouvel épisode de « voyage en enfer ». C’est comme ça qu’on avait appelé les Hunger Games avec Moïra. C’était l’année de mes treize ans, celle qui suivait le mort de mon frère. J’avais eu le cafard un soir, alors que nous étions allongé sur le lit, dans la chambre de Moïra tout en écoutant le résumé de la journée des tributs en enfer. Au moment où il nous montrait le visage des victimes de la journée, je m’étais mis à pleurer en repensant à mon frère. Je revoyais son visage sur l’écran. Son sourire moqueur, ses cheveux bruns en pétard et cette étincelle de rage au fond des yeux. Je l’avais vu se battre contre un carrière avec rage avant de perdre la vie sous les coups de son adversaire. Je me souviens avoir fixé l’écran pendant des heures ce soir là. Comme si la réalité n’arrivait pas à ce faire un chemin jusqu’à mon esprit. Je n’arrivais pas à prendre pleinement conscience que je n’allais jamais revoir cet adolescent avec qui j’avais partagé toute ma vie. Mon meilleur ami, mon frère, mon model.

Tout en marchant d’un pas rapide, les sens à l’affut, je cherchais tout ce qui pourrait me mener à une source d’eau. Penser à mon frère me faisait mal, mais revoir les images qui avaient défilées sur l’écran était encore plus douloureux. Le sang. La peur. Un dernier cri d’agonie. J’avais tué le premier jour. Bien que ce fût un accident, ce meurtre me hantait toujours autant. Je revoyais la surprise sur le visage du tribut dont je ne connaissais même pas le nom. Le soir avant de m’endormir, j’entendais son cri au loin, sa souffrance. Un cri remplis de… Un cri? Cette fois, il ne faisait pas partie de mes souvenirs. C’était bien un cri, un appelle à l’aide. Une voix féminine. Catalina?

Sans attendre davantage je m’élançai. Je n’eu pas un très grande distance à parcourir avant d’atteindre le responsable de ce grabuge. Arrivant sur les lieux, je fus immédiatement devant une tribut enfoncé jusqu’au épaule dans la terre. Ce n’était pas Catalina, mais la peur dans son regard me tétanisa. Encore une fois, cette peur que le Capitole nous infligeait en nous offrant un voyage aux enfers. Cette fille, je ne la connaissais pas. Je ne savais pas son nom, je ne savais pas son âge. Je ne savais rien d’elle en dehors du fait qu’elle soit du sept et qu’elle était complètement effrayé à la perspective de mourir. Au fond, je la comprenais. J’avais moi-même peur de la mort. Pas parce que je devrais quitter ce monde, mais parce que j’allais devoir laisser ce monde sous le joug d’êtres pervers et meurtriers. Je fixai un moment la tribut avant de lui demander d’un ton froid : « Besoin d’un coup de main? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: POCKETS FULL OF STONES | FINLEY | J2 {arrangé}   Sam 3 Sep - 11:07

SEEMS THAT I HAVE BEEN HELD, IN SOME DREAMING STATE. A TOURIST IN THE WAKING WORLD, NEVER QUITE AWAKE. NO KISS, NO GENTLE WORD COULD WAKE ME FROM THIS SLUMBER... UNTIL I REALISE THAT IT WAS YOU WHO HELD ME UNDER. FELT IT IN MY FIST, IN MY FEET, IN THE HOLLOWS OF MY EYELIDS. SHAKING THROUGH MY SKULL, THROUGH MY SPINE AND DOWN THROUGH MY RIBS. NO MORE DREAMING OF THE DEAD AS IF DEATH ITSELF WAS UNDONE. ϟ florence welch, blinding.
Je regardai le jeune homme arriver vers moi comme s'il sortait d'un autre monde. Qu'allait-il faire ? Je l'imaginais très bien me décapiter d'un coup de serpe, voire me briser la nuque avec son pied... Beark. C'était écœurant. Il fallait espérer qu'il ait moins d'imagination que moi pour tuer ses adversaires. Et puis, à vrai dire, je ne savais même pas si j'aurais eu le courage de faire ce à quoi je venais de penser. Après toute la rage et le désespoir qui m'avaient suivie lorsque j'avais tué Mark, je ne me sentais pas prête à réitérer l'expérience. Je jetais subrepticement un coup d'œil vers ma lance, que j'avais négligemment jetée dans un buisson quand je m'étais sentie m'enfoncer trop profondément dans cette boue. J'espérais que le garçon ne la verrait pas. Moi, je m'étais immobilisée, consciente que ce tribut ne me viendrait sans doute pas en aide.

Lorsqu'il arriva près de moi, je lui jetai un regard emprunt de détresse, auquel il ne répondit pas vraiment. Son visage resta froid. Je le reconnus alors, le grand tribut du trois qui m'avait impressionné lors de l'entraînement. Celui-là même qui avait obtenu un score de Neuf ; le même que moi. Sauf que, dans son cas, je n'attribuais pas cette note à quelque soucis de finesse ou de chance. Lui, il devait vraiment être très fort. Avant de m'allier à Skyler, j'avais d'ailleurs pensé à le faire avec ce tribut qui me toisait à présent. Mais finalement, il m'effrayait trop pour que j'eus daigné lui proposer une alliance. « Besoin d’un coup de main? » Sa voix était glaciale, et je ne pus m'empêcher d'émettre un couinement discret. Je pris cependant mon faible courage à deux mains, et lui répondis de la même voix hautaine : « Si ça ne serait trop te demander, oui. » Je le toisai un instant encore, avant de me dire que mes propos ne le pousseraient pas à me sauver. Or, je me sentais encore m'enfoncer dans ce véritable bourbier : cette terre liquide m'était montée au dessus des épaules.

Je fronçai les sourcils, poussai un cri de rage et lui dis : « Allez, quoi ! Si tu veux me tuer, fais-le avec un peu plus de bravoure, ne me laisse pas crever dans de fichus sables mouvants ! » Peut-être que m'attaquer à son orgueil serait une meilleure solution.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: POCKETS FULL OF STONES | FINLEY | J2 {arrangé}   Lun 5 Sep - 19:50

« L'artiste qui abdique le privilège de la création délibérée pour favoriser et capter de divines surprises ne parvient qu' à créer de l'accidentel. » L’homme qui a eu le brio de dire une telle chose n’avait pas encore rencontré les créateurs des arènes Hunger Games. Honnêtement, il n’y a rien d’accidentel que des surprises prévues à l’avance dans ces terrains de chasse humaine. Et dire que, sur cette terre, il y a encore des gens assez fou pour apprécier le spectacle de la mort. La mort est un évènement triste, horrible à la fois prévisible et imprévisible. Nous savons tous que la vie va nous être arraché, mais ignorons quand cela ce produira. Ce qui implique qu’être face à la mort n’est pas chose des plus agréables. Que se soit ta mort ou celle d’un autre, ce n’est absolument pas une expérience agréable à vivre.

En suivant les cris de la jeune femme, je savais que je n’allais pas tomber sur une jolie scène touchante. Pas avec la peur qui se dégageait de cette voix. L’étonnement fut ma première réaction, puis vient celle de vouloir me protéger à tout prix. Pas une protection physique, mais une protection émotionnelle. J’étais d’une nature trop compatissante, mais dans ces jeux, je ne pouvais pas me laisser aller. Si je venais à aider tout simplement à tribut, je prenais le risque qu’elle m’attire au fond de la marre avec elle. Action qui entraînerait ma mort et ce sans la moindre possibilité de me montrer courageux. En agissant de la sorte, je laissais la chance au Capitole de n’avoir pas une, mais deux morts à fêter. C’était comme leur offrir la victoire sur un plateau d’argent. L’indifférence et la méfiance restaient les meilleures armes dont je disposais.

« Besoin d’un coup de main? », lui avais-je demandé d’un ton glacial. Je n’avais pas du tout l’air amical, mais à quoi bon. Elle pouvait me tuer à tout moment, rien ne me prouvait qu’elle soit amicale. J’avoue que le fait de savoir que Skyler l’avait choisi comme alliée lui donnait une chance, mais fallait pas être si naïf. Skyler était son allié alors que moi, je n’étais rien de plus qu’un obstacle vers la victoire.

« Si ça ne serait trop te demander, oui. », me répondit-elle d’une voix hautaine. Ben voilà qu’en plus d’être dans le pétrin, la miss jouait les princesses en détresse. Autant pour moi, je ne voyais vraiment pas pourquoi je lui viendrais en aide. « Allez, quoi ! Si tu veux me tuer, fais-le avec un peu plus de bravoure, ne me laisse pas crever dans de fichus sables mouvants ! » S’il fallait que je me coltine le manque de civisme pour venir en aide à quelqu’un dans la détresse, autant vous dire que l’idée n’était pas du tout alléchante. « Finalement, je pense que je vais te laisse couler. Ça va peut-être te permettre de réfléchir à la manière CONVENABLE de demander de l’aide. Surtout lorsque la personne à qui tu fais ta demande est sensé te tuer pour assurer sa propre survie. » J’avoue, ce n’était pas franchement sympathique, mais elle l’avait bien cherché.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: POCKETS FULL OF STONES | FINLEY | J2 {arrangé}   

Revenir en haut Aller en bas
 

POCKETS FULL OF STONES | FINLEY | J2 {arrangé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.