petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 III,5. if i lose myself tonight (sappho)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: III,5. if i lose myself tonight (sappho)   Jeu 2 Jan - 23:28

Il avait donc fallu que Snow décide de pousser sa plaisanterie jusqu'au bout avec cette histoire de visite du Capitole. Loin d'Owain l'idée de critiquer la manière de faire de leur bien aimé Président, quoi que tout le monde s'accordait sans doute à voix basse à dire que plus on avait de pouvoir plus on se retrouvait à faire des choses insensées, mais il fallait bien avouer tout de même que toute cette mascarade n'était pas pour lui plaire particulièrement. On croyait rêver, permettre à n'importe quel habitant des districts de venir traîner sa carcasse dans les rues de la capitale ; Dieu sait où ils avaient l'habitude de traîner en temps normal. Inutile de dire que le styliste avait pris grand soin de ne pas oublier la fiole de désinfectant pour les mains qu'il avait glissé dans la poche de sa veste couleur lavande avant de quitter ses appartements. Pas folle la guêpe. Parce qu'il portait ses couleurs fétiches, un pantalon blanc, et une chemise aussi jaune que la fleur qu'il portait à sa boutonnière complétant la veste qu'il affectionnait tellement, on pouvait presque croire qu'Owain était des plus heureux d'être ici, quand en vérité il ne se contentait que de faire acte de présence par simple volonté que son absence ne soit pas l'objet de racontars par la suite. La vérité c'était qu'il détestait tout dans cette soirée, de son occasion à la façon dont elle était menée, en passant par le rire sonore de Caesar Flickerman à l'autre bout de la pièce, objet comme à son habitude de toutes les attentions, chose qui agaçait notre styliste au plus haut point. Bien qu'au Capitole chacun s'évertue à être généralement assez faux-jeton pour ne pas se dire de vacheries en face, il était tout de même de notoriété que de savoir qu'Owain n'avait jamais porté le présentateur télé vedette du Capitole dans son cœur ; Certains l'accusaient acidement de faire preuve de jalousie. Et c'était peut-être le cas, peut-être Owain jalousait-il l'attention permanente et omniprésente dont était toujours l'objet ce bon vieux Flickerman. Mais nul n'avait un jour prétendu qu'Owain était dépourvu de défauts ; Il en possédait d'ailleurs une sacré liste.

Mais de ses propres défauts il n'avait que faire, tandis qu'étirant ses jambes sous la table à laquelle il était assis le styliste portait à ses lèvres un verre encore à demi-plein de boisson colorée ; Comme souvent il ne savait pas trop ce qu'il buvait, mais s'il n'en avait jusque là jamais vraiment eu que faire ce n'était pas pour changer cette habitude là ce soir. Au fond que l'alcool y soit assez présent pour l'enivrer était tout ce qui lui importait, et il ne demandait même rien de plus tandis que grimaçant il détournait le regard d'un groupe d'habitants du district trois assis à une table non loin de la sienne. Cette soirée était véritablement une farce, une grosse farce dont les capitoliens se retrouvaient malgré eux les dindons. Et certains de rire aux éclats et de s'amuser, ne voyaient-ils dont pas la bêtise et la tristesse de la situation ? Même ceux qui jusque là partageaient sa table avaient eu l'abominable idée d'aller se mêler au reste de la foule, c'était tout bonnement affligeant. Il allait bien falloir en tout cas qu'Owain se trouve nouvelle compagnie, car il était absolument hors de question qu'il laisse à quiconque l'occasion de jaser sur le fait qu'il embrassait ce soir la solitude, et faisait grise mine ... Même si c'était pourtant exactement ce qui se produisait.

Mais débarquant presque comme une réponse à ses prières, une silhouette à quelques tables de là et se rapprochant dans sa direction avait alors retenu son attention. Il faut bien dire que les courbes avantageuses autant que le style de Sappho Balantynn - puisque c'était bien d'elle dont il était question - rendait difficile pour elle le fait de passer inaperçue, et Owain comme tant d'autres ne pouvait pas prétendre être insensible à l'effet qu'elle pouvait faire sur une assemblée. Était-ce à bien ou à mal que d'avoir succombé à ses charmes - et de recommencer plus ou moins régulièrement il est vrai - il n'aurait su le dire ou plutôt préférait ne pas y songer. Mais qu'elle n'ait une fois encore rien perdu de sa superbe n'avait jusque là jamais empêché Owain de faire preuve de son acidité légendaire, et il n'y avait pas de raison que cela change. « Mon dieu, mon dieu, mais cette robe te va vraiment à ravir. » avait-il commencé sur le ton de la flatterie innocente, tandis que ses lèvres effleuraient le bord de son verre et que ses yeux eux glissaient gêne aucune le long du décolleté de la concernée. « Elle parvient presque à cacher les quelques kilos que tu as pris ces dernières semaines. » Qu'il s'agisse ou non de la vérité n'était pas le plus important en fin de compte, seul comptait l'effet produit par la réflexion, dont Owain se délectait déjà par avance tant il avait espéré pouvoir la faire. Il en était ainsi depuis le début de la soirée, depuis la première fois où ses yeux s'étaient posés sur la tante de Delysia et qu'il avait pu constater non sans un certain dépit qu'elle avait osé se parer d'une robe création de ce triple imbécile de Salinger ; Son style était pourtant d'une telle vulgarité, selon Owain. Il ne comprenait tout simplement pas un tek engouement autour de son travail ces dernières semaines ... Et que Sappho s'abaisse à porter une de ses robes, grand dieu. C'était à croire qu'elle l'avait choisie exprès pour le contrarier, lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: III,5. if i lose myself tonight (sappho)   Dim 5 Jan - 19:03

Il fallait peu de choses pour que le Capitole ce transforme en si peu de temps en cours des miracles, l'endroit devenait de plus en plus infâme. Comment le gouvernement, aussi superbe soit-il, avait pu penser une seule seconde que d'invité les districts au Capitole était une bonne idée. Il fallait bien admettre que sous tous les airs charmants et convenable de mes confrères je savais pertinemment qu'ils pensaient tous comme moi. Chaque District, riche ou non, devait rester à sa place et ne pas se mélanger à l'élite, c'est-à-dire nous. Je me devais de sourire et faire de bonne figure, j'étais quand même une hôtesse, aussi respectée que n'importe quel grand dirigeant. Malgré tout, cette réception était la plus somptueuse de toutes, Snow avait mis les petits plats dans les grands, la nourriture était exquise et comme à son habitude, nous avions le droit à un discours plus qu'excellent de Caesar Flickerman. J'adorais cette personne, il était une sorte d'idole pour moi et le voir parler avec tant d'émotion me rendait presque en état d'euphorie. Il savait mener une foule et faire en sorte de la captiver, j'avais appris beaucoup de lui. Tout le monde l'applaudissait, il savait y faire avec les gens. Mon regard s'attarda quelques instants à la table, j'étais la seule à avoir une tenu presque sobre, tout le monde avait sortie le grand jeu pour impressionner les districts, ces couleurs et ces parfums qui se mélangeaient me donnait quand même un peu la nausée. J'avais mis ma plus belle robe, dessinée spécialement pour moi, des perles et des rocailles de couleurs peau, comme si sur moi je n'avais rien. Les gens me regardaient tous, mais qu'est-ce que j'en avais à faire réellement ? C'était ma marque de fabrique et j'en étais totalement fière.

Une autre gorgée, même si je m'amusais vraiment, j'avais hâte de pouvoir rentrer, être au calme et pouvoir me reposer tranquillement. Tous ce brouhaha me fatiguait, mais il fallait que je fasse bonne figure. Le verre à la main, j'avalai d'un trait le liquide colorée qui se trouvait dans mon verre. Pamplemousse, goyave et alcool, un mélange parfait pour une soirée parfaite (ou presque). Il fallait que je me dégourdisse les jambes et que je fasse en sorte d'être mêlée aux gens du Capitole. Je ne comprenais pas toute cette mascarade, comment les capitoliens pouvaient-ils se mélanger aux autres Districts ? Encore le 1 et le 2 je pouvais comprendre, mais les autres ? Je n'en voyais aucunement l'utilité. L'esprit un peu embrumé par tout l'alcool ingurgité pendant la soirée, la seule idée de pouvoir me balader et surtout de sortir était inconcevable, pourtant il fallait bien que je fasse évacuer toute la boisson qui trônait dorénavant dans mon estomac. M'accrochant aux chaises, carrée de soie en main pour ne pas attraper les microbes des autres je me dirigeais vers les toilettes réservées au Capitole.

Comme si ce n'était pas suffisant et surtout comme si ma détresse n'était pas à son comble, il fallait que je tombe sur ce cher Owain Starkweather. Comme si, il me fallait « ça » pour que ma soirée ce déroule mieux. Je ne portais pas particulièrement Owain dans mon coeur et lui non plus d'ailleurs, nous étions des rivaux qui faisaient bonne mine devant la foule, mais qui dans l'ombre ce chamaillait comme chien et chat. Pourtant, j'avais plus d'une fois succombé à ses charmes, on ce détestait c'était un fait, mais on s'attirait aussi. « Mon dieu, mon dieu, mais cette robe te va vraiment à ravir. » première attaque, je devais me tenir prête à toute éventualité, je savais de quoi était capable Owain. Je ne répondais pas, un hochement de tête et un sourire radieux serais sa seule réponse. J'attendais la seconde attaque et elle ne tarda pas à arriver. « Elle parvient presque à cacher les quelques kilos que tu as pris ces dernières semaines. » et bam, prends toi ça dans la tête Sappho. Je m'efforçai de sourire, je voyais son regard plonger dans mon décolleté et je savais qu'il n'était pas insensible à mes charmes. « Owain ! Toi ici ?! Comment vas-tu ? Ce costume te va à ravir ! » round 1, échauffement, le mettre dans les conditions, je m'approchais affectueusement de lui et l'embrassait sur les deux joues pour lui dire bonjour. « Tu devrais éventuellement éviter le jaune, ça ne va pas avec ton teint pâle ». J'avais lancé une bombe, comment allait finir cette conversation ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: III,5. if i lose myself tonight (sappho)   Ven 10 Jan - 1:15

Owain était pourtant tout sauf le genre à rechigner faire la fête en temps normal. Non, à vrai dire il n'aurait jamais loupé la moindre occasion de prendre du bon temps, ni celle de se montrer, alors pouvoir faire les deux à la fois relevait carrément de son activité favorite. Mais ce soir il ne prenait pas de bon temps, à vrai dire il devait déjà rassembler toute la motivation dont il était pourvu pour ne pas témoigner son ennui de façon trop flagrante. Il regrettait sincèrement l'absence de Pepper ; Et pas seulement ce soir-là à vrai dire, mais plutôt de façon générale. L'ancienne gagnante se faisait rare au Capitole ces temps-ci, et bien que le styliste se soit toujours fait un point d'honneur de ne pas vouloir savoir comment elle occupait son temps en dehors de la capitale, il déplorait ces absences plus longues qu'à l'accoutumée. Parce qu'il n'y avait bien qu'avec elle qu'il ne se montre pas acide, ou qu'il ne se sente pas obligé de sourire en cachant tant bien que mal frustration ou sentiment désagréable … A vrai dire c'était bien simple, il n'y avait que la petite Heavensbee qui bénéficie pleinement des faveurs du stylistes, pour d'obscures raisons. Même lui ne savait pas vraiment pourquoi il en avait fait sa favorite, c'était simplement ainsi. Mais pour l'heure il devait faire sans elle, c'était bien sa veine, et comme souvent il n'avait pas meilleure occupation que celle de jacter à propos des autres, bien que n'ayant actuellement personne avec qui le faire il se contente de le faire intérieurement. L'arrivée de Sappho en arriva presque à le réjouir, et ce malgré la robe qu'elle avait osé revêtir et semblait porter sans aucune gêne ; Mais grand bien l'en fasse se disait-il si elle souhaitait ressembler à une perruche plutôt qu'à une femme c'était elle que ça regardait. Lui en tout cas ne s'était pas gêné pour y aller de sa petite remarque destinée à venger l'affront que représentait la présence devant ses yeux de la création de l'un de ses concurrents. Il savait de toute façon très bien que la jeune femme ne tarderait pas à lui rendre la pareille, car après tout n'était-ce pas la seule manière qu'ils avaient toujours eu de communiquer. Lorsqu'il était question de paroles tout du moins. « Owain ! Toi ici ?! Comment vas-tu ? Ce costume te va à ravir. » Évidemment qu'il lui allait à ravir, à quoi bon lui aurait servi son métier s'il n'avait pas été capable de s'habiller lui-même convenablement. Et là on était dans plus que du convenable, qu'on se le dise, même s'il n'attendait pas après Sappho pour avouer cela avec sincérité. « Tu devrais éventuellement éviter le jaune, ça ne va pas avec ton teint pâle. » Bien entendu, le contraire eut été trop surprenant, à tel point que c'était presque un sourire de satisfaction qui s'étirait sur le visage d'Owain. Pas satisfait d'avoir eu la monnaie de sa pièce, mais simplement satisfait d'avoir trouvé quelque chose d'au moins un peu divertissant dans cette soirée dont le ridicule faisait presque peur à voir.

D'ailleurs, il ne pensait pas pouvoir garder encore longtemps pour lui ce qu'il pensait réellement de cette soirée ; Personne ne serait assez fou pour dire sa façon de penser publiquement et de manière à être entendu de tous, mais les messes basses et les réflexions amères fusaient, et ce depuis bien avant que la soirée n'ait débuté. A vrai dire il en était ainsi depuis l'annonce de cette soirée par le Président, et Owain n'avait jamais été le dernier pour moquer cette idée qu'il considérait comme saugrenue. Il en parlait encore pas plus tard que la veille avec Omera, une de ces mondaines avec qui il appréciait de temps à autre de passer une soirée – tant que cela n'arrivait pas trop souvent, grand dieu – et elle lui disait justement à quel point l'idée de partager tout un repas avec les plus pauvres des habitants de Panem lui soulevait le cœur plus que ne la faisait frémir d'impatience. Un sentiment on ne peut plus partagé par le styliste, qui s'était satisfait de trouver autre personne de son avis. « La couleur de mon teint n'a fort heureusement rien à voir avec ma tenue. Je dirais que c'est plutôt une question … d'environnement. » avoua-t-il alors d'un ton cynique, et il n'y avait pas besoin de chercher loin pour comprendre que ce n'était ni à la décoration ni à la nourriture qu'il faisait référence, mais bien à la teneur des personnes invitées. « Mais je suppose que tu vois parfaitement de quoi je veux parler, hm. » avait-il même fini par ajouter tout en jetant un regard appuyé vers le mouchoir qu'elle tenait à la main et ne semblait pas décidée à lâcher, comme incapable de se résoudre à poser directement ses mains là où des mains bien moins délicates que les siennes étaient auparavant venues traîner. « Toute cette mascarade semble pourtant beaucoup plaire à ton grand ami Caesar. » Le ton était teinté d'ironie, et d'un dédain perceptible mais qui n'avait rien d'étonnant venant d'Owain. Il est vrai que le présentateur télévisé du Capitole semblait se complaire totalement dans cette soirée où il était bien évidemment l'un des seuls visages connus pour les habitants des districts. S'il avait été assez effronté pour cela Owain aurait presque suggéré que puisque Caesar semblait s'entendre si bien avec leurs hôtes il n'avait qu'à aller vivre avec eux, loin, très loin du Capitole. Mais il ne tenait pas à ce qu'on le pense jaloux ou envieux du sieur Flickerman par dessus le marché ; C'était une chose que d'en donner l'impression, mais c'était toute une autre que d'en apporter véritablement la preuve.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: III,5. if i lose myself tonight (sappho)   

Revenir en haut Aller en bas
 

III,5. if i lose myself tonight (sappho)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 3 :: Intrigues-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.