petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Mar 16 Aoû - 20:25



10 … 9 … 8 …


Le décompte crépitait alors que nous montions doucement vers le centre de l’Arène. Les deux personnes qui m’accompagnaient me regardaient déjà en chien de faïence. J’avais alors vite intérêt à m’éloigner de ce piège infernale où plusieurs personnes allaient payer cher les teseraes ( ? ) qu’ils avaient pris pour faire survivre leur famille. Cependant, j’étais comme eux. Condamnée à mourir en essayant de sauver mon peuple et ma famille. Du moins, c’est ce que je voyais de mon futur dans cette arène.
Je n’entendais plus le compte à rebours. Il avait été remplacé par les battements de mon cœur qui résonnaient encore et encore dans mes oreilles jusqu’à m’assourdir. La capsule n’en finissait pas de monter. Je n’en pouvais plus, je sentais la peur paralyser mes jambes bien que je savais que tout se trouvait dans le moral. J’ai alors visualisé une scène où le sang était roi. J’ai serré les poings et durcit mon regard. Tout allait commencer et aujourd’hui, je devais devenir une bête sauvage pour m’en sortir.
J’ai inspiré un grand coup, serrant les dents. Il fallait se montrer déterminée et ne pas se leurrer. Sans aucune arme, je ne pourrais jamais m’en sortir vivante. Comme chaque année, je supposais qu’il y avait un arc dans la corne d’abondance et il fallait que j’y arrive entière pour pouvoir me défendre.

Le moment fatidique est enfin arrivé. La capsule est arrivée au bout de son voyage et s’ouvrit pour nous laisser découvrir l’endroit le plus convoité lors des commencements. J’ai senti mon souffle se bloquer dans ma poitrine, comment j’allais faire pour pouvoir attraper un arc ? Seul mon courage serait ma force mais aussi ma détermination. J’ai observé le lieu bien attentivement. Tout était prêt, à nous de commencer. J’ai adressé un signe de tête à Alexiane qui se trouvait en face de moi, espérant qu’elle ai vu mon signe d’encouragement. Nous avions mangé ensemble autrefois. Elle était plutôt sympathique, je ne voulais donc pas la voir mourir de sitôt.
Je n’eus bientôt plus le temps de réfléchir à rien. Le gong à retenti et tel le cheval que je représentais, je me suis élancée à une vitesse folle. C’était déjà le carnage tout autour. Je ne faisais pas attention à ce que je voyais, de peur de régurgiter la faible nourriture que j’avais avalé. Les arcs étaient juste devant moi, j’ai accéléré ma course folle bien que mes cheveux pourtant attachés venaient se mettre devant mes yeux, me rendant aveugle. De ce fait, j’ai percuté une personne. Nous sommes tombés à terre ensemble et mon souffle disparu entièrement. Le choc était dur à encaisser sur la terre dure. J’essayais de respirer mais rien ne voulut entrer dans ma bouche. Je suffoquais alors que le molosse qui m’était tombé dessus était déjà en train de sortir un couteau qu’il venait de ramasser. J’ai cherché le sol à la recherche d’un quelconque objet capable de sauver ma peau. Une pierre m’a glissé sous les doigts et, en y mettant toute ma force, je l’ai cogné contre la tempe de mon agresseur qui s’est affalé sur mon corps déjà bien meurtri. Je l’ai repoussé, soufflant enfin un air qui m’était du avant de me relever avec une petite difficulté. Ma cheville devait s’être tordue lors de la chute. J’ai pensé à récupérer le couteau de mon attaquant à présent assommé avant de reprendre ma course vers mon but premier.

J’y étais presque, il ne me suffisait qu’à tendre la main. Mais je me suis faite arrêtée une nouvelle fois lorsque qu’une jeune fille aux cheveux d’ébène se jeta sur moi avec un rire menaçant que j’avais déjà entendu quelque part. Puis je me suis rappelée de ma confrontation avec elle lorsque je m’entraînais avec Skyler. Elle me tenait sous elle, son poignard m’écorchant petit à petit la gorge.

Comme on se retrouve, je t’avais prévenu que je serais une gagnante !

Je l’ai regardé, haineuse. Elle avait posé sa main sur ma bouche m’empêchant toute réplique. Elle était beaucoup plus lourde que moi et je la sentais peser sur ma cage thoracique se qui me fit une nouvelle fois suffoquer. Elle me bouchait toute les voies respiratoires et je me savais déjà vaincue. Ma tête commençait à tourner et mon regard à se voiler. Sa lame s’enfonçait de plus en plus. Je sentais le liquide chaud couler le long de mon cou et venir se mêler à la blondeur de mes cheveux.

Tu vas mourir comme ta sœur avant toi. Vous n’êtes que des débutants par rapport à nous !

Je la voyais déjà me transformer en jouet, comme un chat avec une souris. Soudain, j’ai senti dans ma main le petit couteau que je venais de voler. Je l’ai serré et l’ai jeté en plein dans les côtes de mon assaillantes qui a poussé un cri guttural. Surprise, elle m’a relâché et d’un coup de rein puisé au fond de mes réserves d’énergie, j’ai réussi à la faire tomber. S’en ai alors suivi un corps à corps où l’on ne pouvait distinguer qui était qui. Je la mordais, la griffait, faisait tout pour remporter ce combat qui finirait par la défaite d’une des deux. Le sol autour de nous était poisseux de sang. Je sentis sa lame me griffer le bras alors que je lui assenais un deuxième coup fatal au niveau du cou. Elle s’effondra et m’assena une coupure superficielle vers le mollet. Je l’ai vu tomber au sol comme au ralenti, essoufflé et le corps taché de son sang ou du mien. Elle m’a regardé, voyant déjà qu’elle n’allait pas survivre. J’avais eu droit à un coup de chance et je n’allais sûrement pas le laisser passer.

Ça, c’est pour ma sœur !

Et j’ai planté son propre poignard droit dans son cœur. Je l’ai regardé se contorsionner dans divers positions avant qu’un dernier spasme ne l’emporte. J’ai esquissé un sourire triomphant et me suis relevée avec difficulté. En regardant autour de moi, le carnage qui s’offrit à mes yeux me fit grimacer. Heureusement, dans les corps tués n’apparaissaient aucunes personnes de mas connaissance. J’ai soupiré et ai attrapé l’arc avant de filer clopin-clopant vers une fontaine d’eau potable que je ne pouvais malheureusement pas boire. Arrivée à cet édifice, je me suis écroulée au sol, impossible de continuer jusqu’au couvert de la forêt.


Dernière édition par Ever J. Collins le Mer 17 Aoû - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Mar 16 Aoû - 22:22


Nowhere to run, nowhere to hide in this world. No dream to have anymore in this world, no reason to stay that we can believe in. No place for us, no place for us.
Mais qu'est ce qu'on attend pour fuir ?

Je me rappelais des mots de mon mentor « Ne te laisse pas tuer. » Il avait si peu confiance en moi qu’il en venait à me demander de rester en vie. Je voyais bien sur son visage las que ces jeux ne l’amusaient pas, ne l’avaient jamais amusé. Sur ses cernes se dessinaient les malheurs du monde et dans ses traits creusé par la fatigue et la dépression je revoyais un peu de chez moi. Un peu de mon district qui dans mes souvenirs en lambeaux me réchauffait encore un peu le coeur. Vint ensuite les adieux avec mon styliste, bien que nous n’avions pas beaucoup parlé je me rendais bien compte que ça lui serrait le coeur autant que moi. Il est des mots qui ne doivent pas être dit et des tristesses qu’il vaut mieux garder pour soit. C’est pourquoi je le serais dans mes bras pour seul adieux, je montais ensuite dans la capsule qui me mènerait à l’arène sans penser à plus rien. J’allais sûrement mourir là bas, mais je ne serais pas seul. J’allais mourir entouré de la pensé des miens, mes frères, ma mère, mon père, mes amis, Blue. Toutes ces personnes à qui je n’ai pas assez montré que je les aimais. Comme si je n’étais pas à court de temps et que chaque années je pouvais y passer. On se rend bien souvent compte trop tard de nos erreurs et les regrets petit à petit font tomber tout nos remparts. La capsule se mit alors à monter vers la surface alors que les yeux clos je cherchais en moi un espoir, une flamme vacillante, quelques choses qui m’empêcherait de bouger alors que le compte à rebours ne serait toujours pas achever. Je repensais aux mots de mon mentor, à Kirsen sur qui je devais veiller, je l’avais promis, tout comme j’avais promis de revenir, bien que je n’y croyais pas. Si je devais briser toutes mes promesses autant tenir la première. Je pensais à ce que j’avais dit, toutes ces paroles que je n’emporterais pas, tous ces gestes qui disparaîtront avec moi. Prenant une grande inspiration je sentis le soleil passer à travers la peau de mes paupières alors que nous atteignions la surface. Conscient que je ne pouvais pas continuer ainsi j’ouvrais les yeux sur ce qui allait bientôt être un lieu de carnage. La corne d’abondance trônait la fièrement alors que tout les districts étaient à une même distance les uns des autres et de cette dernière. Regardant à gauche et à droite je finis par apercevoir ma co-tribut à qui je faisais signe de disparaître vers la forêt. Je nous trouverais des armes et de quoi nous sustenter, sans quoi je mourrais ici la laissant seule pour les jeux.

Le compte à rebours s’égrenait alors que les battements de mon coeur m’apparaissait plus violent. Je ne su même pas prendre en compte le message du treize tant ça m’apparaissait comme dans un rêve, impossible, improbable, juste trop impossible. Le sang continuait à battre à mes tempes et mes muscles étaient crispé à leur paroxysme, j’avisais quelques poignards du regard qui n’étaient pas trop loin. Ainsi qu’une épée plus proche de la corde d’abondance, je ne savais pas m’en servir, mais ça ne devait pas être sorcier, me fixant cette dernière comme but à atteindre, je fis un but en avant alors que le gong retentissait lâchant des tributs assoiffés de vie et de survie sur un terrain qui allait les voir périr pour la plupart. Mon souffle était court, mon coeur battait bien trop violement alors que j’atteignais mon premier but qu’étaient les poignards. Me jetant sur ces derniers j’évitais un autre tribut qui tenta de s’en prendre à moi alors que je continuais à courir. Je continuais à courir vers l’épée, mais un carrière m’en dissuada l’attrapant fermement tout en se retournant vers moi. Rebroussant chemin j’attrapais un sac au sol auquel un tribut déjà mort se raccrochait maintenant qu’il était passé de l’autre côté. Je lui fis lâché prise d’un coup de pieds avant de me remettre à courir préférant fuir se monde de fou plutôt que d’affronter quiconque. Ne pas se retourner, surtout ne pas me retourner. Je me répétais ces mots alors que je serais fermement deux poignards ainsi que le sac, qui contenait je ne savais pas trop quoi, contre mon torse. Ne sachant lutter contre ma curiosité je tournais mon visage vers l’arrière alors qu’une flèche vint lécher ma peau m’arrachant un hoquet de surprise et traçant un sillon rougeâtre sur ma pommette.

J’atteins d’abord le couvert d’arbre pas si protecteur que ça lorsqu’une main s’agrippa à mon gilet. M’arrêtant surpris je me demandais ce qui allait arriver, c’est alors que je reconnus Kirsen à qui j’avais demandé de se cacher, la petite me semblait encore plus démunie sur le coup. Arrêté dans ma course, je lâchais mon butin avant de tituber quelques pas pour poser ma main sur l’écorse d’un arbre et me plier en deux pour régurgiter tout ce que j’avais manger. Je restais plier en deux quelques instants régurgitant les larmes qui ne voulaient pas couler, régurgitant la haine que je ne pouvais pas crier, régurgitant l’apreté que se massacre avait alors que je devais sans broncher l’avaler. Le sang se mélangeait à la salive acide qui restait dans ma bouche alors que la petite s’inquiètait pour moi. Je passais ma main sur ma joue pour effacer la traînée rougeâtre avant d’attraper le sac et lui tendre un couteau conservant l’autre pour moi. « Il faut qu‘on bouge, on trouve d‘abord de l‘eau puis on avisera. » Je lui tendis la main alors que nous nous mettions à marcher au pas de course, car plutôt nous aurions de l’eau, plus vite nous pourrions nous désaltérer avant de faire l’inventaire de ce que nous avions. Heureusement pour nous, bien vite nous atteignions une fontaine, m’approchant je vis une silhouette étendue sur le sol, poignard à la main, je m’avançais craintivement avant de la reconnaître. Laissant mon sac jaune à terre je me mis à courir avant de m’agenouiller « Ever !? » Kirsen se chargea de l’eau pendant que je m’inquiétais de l’état de la tribut au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Mer 17 Aoû - 18:26



Le sang que je perdais devenait trop dur à supporter. Je sentais mon esprit s’évader, aller vagabonder là où mon corps ne pouvait pas le suivre. Les nuages blancs au-dessus de ma tête sont devenus gris pâle alors que le soleil était encore là. Je n’ai pas tout compris.
Plus je les regardai, plus ils devenaient sombre et le ciel aussi. J’ai cligné des yeux, ne sachant que penser de tout cela. Plus je me concentrai sur le ciel, plus la douleur s’estompait. J’ai donc décidé de faire comme quand j’étais enfant, donner des formes aux nuages. Par exemple, là, sur la droite, je pouvais voir un cheval cabré. J’ai souri. Cela était mon emblème, ma force.

Au bout de quelques minutes, je me suis sentie glisser au sol, mon poids étant trop lourd à porter. Ma joue a touché la terre avec un bruit sourd qui a été résonner jusqu’au plus profond de mon être. Pour moi, cela devait sûrement être la fin. Que pouvais-je attendre d’autre ? Ces deux combats m’avaient épuisé et vidé de pas mal de sang. Marcher jusqu’aux arbres me semblaient impossible. Tant pis, bientôt, un hovercraft viendrait me récupérer.
Dans un petit moment de lucidité, j’ai repensé au message du District 13. Il été ressuscité de ses cendres comme un Phoenix mais que pouvait-il faire pour nous sauver ? Pas grand-chose. Alors pourquoi s’accrocher à quelque chose d’impossible. J’ai donc laissé mes yeux se fermer. Tant pis si je devais mourir là. Je n’étais de toute façon pas assez forte.
Une douce léthargie s’est emparée de mon être. Un sourire serein s’est dessiné sur mes lèvres. A présent, je ne ressentais plus rien. Ni le sang poisseux qui dégoulinait encore dans mon cou ou les douleurs dans ma jambe blessée. Je me sentais flotter dans une chaleur divine. Le noir complet m’entourait mais, bizarrement, je n’ai pas eu peur. Je sentais une présence autour de moi. En regardant avec distinction, j’ai eu la certitude que c’était ma sœur et mon père. Hallucination ou réalité ? Quoi qu’il en soit, leur vue me fit un immense bien et m’apaisa encore plus. Ma sœur vint se blottir contre moi alors que mon père me serra fort les mains, plongeant son regard dans le mien.

Ma chérie, tout n’est pas perdu. Tu es une battante, prouve le aux autres ! Ne te laisse pas faire. Nous serons toujours prêts de toi ma belle !

Une larme a coulé sur ma joue tandis que je les ai regardé se dissoudre dans cet environnement à présent lugubre. J’ai puisé dans mes réserves pour essayer de refaire surface comme je le pouvais. Sous ma main gauche, j’ai senti le bois de mon arc. Bon le toucher était encore là et l’odorat aussi puisque je pouvais humer l’odeur métallique du sang. Ne restait plus que la vue et l’ouïe.
Quelqu’un vint m’aider à savoir si cette dernière marchait étant donné que cette personne est venue me parler. Instinctivement, j’ai serré mon poignard, ne reconnaissant pas cette voix. Puis des éléments me revinrent en mémoire dont cet entraînement où j’avais rencontré Esmée. C’était donc la voix de Skyler ! J’ai essayé d’ouvrir mes yeux qui m’opposèrent une farouche résistance. Le soleil qui trônait encore m’éblouit grandement et j’ai sûrement du faire une grimace mais qu’importe de soigner les apparences ?

Skyler ? Ai-je réussi à prononcer d’une voix rauque et faible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Mer 17 Aoû - 20:18


Nowhere to run, nowhere to hide in this world. No dream to have anymore in this world, no reason to stay that we can believe in. No place for us, no place for us.
Mais qu'est ce qu'on attend pour fuir ?

Dans ma tête j'avais un scénario bien rodé, trouver de l'eau, s'occuper de ce qu'on avait récupérer, manger, faire nos comptes et se cacher. Alors que je mangeais avec ma co-tribut, je ne pouvais m'empêcher de porter ma main à ma joue ou une croûte de sang c'était finalement formée. J'aurai cru qu'une fontaine se serait trouvé plus loin de la corne d'abondance et de la cachette de Kirsen, pourtant nous sommes arrivés bien vite à un point d'eau pour mon plus grand soulagement. D'après mon mentor, une fois l'eau trouvé , il faut s'occuper des vivres puis se cacher. Je me souvenais de ses paroles bien que j'avais fait la sourde oreille tout le long de la préparation. C'est pourquoi je tirais Kirsen par la main sans jamais ralentir le rythme. Lorsque nous étions en mouvement, nous n'étions pas des cibles faciles, garder le mouvement, rester cachés. Je continuais à réfléchir silencieux avant d'atteindre la fontaine, j'aperçu alors une silhouette étendue au sol qui se révéla être Ever, j'en lâchais mes affaires pour voir ce qu'elle avait. Je voyais du sang, mais mise à part ça elle n'avait pas l'air gravement blessé, juste terriblement pale. Alors que je l'appelais je la vis serré son poignard, instinctivement je portais la main au mien, était-ce une tactique ? Un moyen d'attirer quelqu'un pour le tuer une fois qu'il se serait penché ? Sa voix faible et ses doigts qui desserrèrent leur prise me rassura alors que je poussais un soupir. « Skyler ? » Je fis signe à Kirsen de ramener la bouteille remplie avant de répondre : « Ouais, c'est moi. T'as pas l'air au mieux de ta forme, t'as mal où ?» Bien sur je voyais le sang, mais je voulais savoir si elle se rendait encore compte qu'elle avait mal.

La petite du douze me tendit la bouteille tout en fixant Ever, je voyais bien qu'elle s'inquiétait même s'il s'agissait d'une inconnue. Je lui offris un sourire rassurant avant de dire : « Le soleil tape, tu devrais boire.» Lui tendant la bouteille, je décidais finalement à l'installer en position assise alors qu'elle semblait toujours avoir du mal à garder les yeux ouverts. Une fois que je l'eu redressé j'ouvrais la bouteille avant de porter le goulot à ses lèvres. Après lui avoir laissé boire plusieurs gorgées, je finissais l'eau avant que Kirsen ne s'occupe de retourner en chercher. Je voyais les traces de griffes et de coup se détacher nettement sur la peau d'Ever, en plus de cela on pouvait voir son sang, ou celui d'une autre personne, tacher ses vêtements, il avait même séché à même sa peau par endroit. Repensant au champs de bataille qu'était les alentours de la cornes d'abondance je ne pu m'empêcher d'avoir mal au coeur et je du me retenir pour ne pas régurgiter la bile qui brûlait mon estomac Ne pas y penser, voila ce que je devais faire, surtout ne pas y penser, m'occuper l'esprit avec autre chose, d'abord pensé à m survie. Établir un plan simple à suivre et ne jamais sans détacher, ne jamais laissé mes pensées m'échapper sans quoi je risquais de me laisser crever dans un coin oubliant le peu qu'il me restait ici bas. Soupirant je cherchais à remettre de l'ordre dans mon esprit et évacuer toutes les choses parasites, il me fallait me battre et pour ce faire je devais oublier mes beaux sentiments. On ne peut pas gagner lorsqu'on a une fleur au bout du canon. Il faut que je me ressaisisse. Fixant Ever, je n'arrivais pas à réfléchir, mais lorsque Kirsen me secoua l'épaule je remarquais à quel point nous étions à découvert. Je ne devais pas penser comme le chasseur, mais comme la proie. Me protéger, me cacher et agir surtout en conséquences. « Il faut qu'on se mette à couvert, si quelqu'un passe on fera des cibles faciles... Ce n'est pas que je n'ai pas confiance, mais tu peux lâcher ton arc et ton couteau ?» J'avais peur, comme tout le monde et comme tout le monde je tâchais d'augmenter mes chances de survie, si ça signifiait la désarmer pour la transporter afin de l'aider, en effet je crevais de trouille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Jeu 18 Aoû - 19:44

[quote="Ever J. Collins"]


Je me remis doucement en marche lorsque Skyler avec qui j’avais déjà parlé une fois vint m’adresser la parole. Au départ, je le voyais très mal à cause de l’aveuglante clarté qui a envahi mes paupières d’un seul coup. Puis, au fur et à mesure, tout devint net et précis.
J’ai souri à sa question, essayant de m’asseoir avec quelques grimaces de douleur. Ho que oui je n’étais pas au milieu de ma forme mais je n’étais pas morte et c’était cela qui importait. Ma petite vision furtive m’a fait un bien fou. J’ai donc décidé de prendre le taureau par les cornes et de me battre jusqu’à ce que la dernière goutte de mon sang soit versée.
Puis je revins à sa question, réfléchissant. Pour l’instant, je ne sentais pas grand-chose, les membres encore engourdis par ma léthargie qui n’avait pourtant duré que quelques minutes. Mais en faisant bien attention, j’ai senti des élancements dans la cheville que je m’étais foulée lors du premier affrontement a la morsure cuisante de la coupure au niveau de mon cou et de mon mollet. D’un geste de la main, je les ai indiqués à Skyler. Bon, ça n’avait pas l’air bien méchant. J’avais sûrement du m’évanouir de peur aussi sûrement. Comme un grand frère protecteur, il me remit bien assise étant donné que je penchais un peu. Puis il me présenta une bouteille d’eau que je bus à grandes gorgées tout en leur en laissant un peu. J’ai souri à la jeune enfant qui l’accompagnait. Pauvre gamine. Elle n’avait pas encore atteint l’adolescence qu’elle était déjà condamnée à mourir. J’ai tout de suite eu un élan de gentillesse vers elle, ne voulant pas lui faire peur plus que nécessaire malgré l’était piteux dans lequel je devais être.

Merci ma belle !

Voilà, au moins, je pouvais lui montrer qu’elle n’avait rien à craindre. Comment pouvait-on être aussi barbares et tuer des personnes aussi jeunes et faibles qui ne savaient pas, pour la plupart, ce qu’était la vie. Qu’ont-ils découvert depuis le berceau ? Des vélos, la diète, la maladie ? Et l’amour dans tout ça ? Que devenait-il ? Un rêve ou un besoin d’affection qu’ils ne trouveront sûrement pas.
Je la fixais avec un apitoiement que j’essayais de cacher au maximum avant que cette dernière ne vienne secouer l’épaule de « mon héros ».

Il faut qu'on se mette à couvert, si quelqu'un passe on fera des cibles faciles... Ce n'est pas que je n'ai pas confiance, mais tu peux lâcher ton arc et ton couteau ?

J’ai regardé tour à tour mes armes et Skyler. Lâcher ces trois jolis armement m’était tout simplement impossible. J’ai failli y laisser la vie pour es avoir et les laisser à quiconque me briserait le cœur. Bah oui, nous sommes dans les Hunger Games et il faudra bien qu’il s’y fasse.
Alors, je l’ai regardé dans les yeux en secouant la tête, le regard navré.

Désolée Skyler mais je ne lâcherais aucune de mes armes. Je les ai gagné durement et te les passer ou les laisser là reviendrai presque à m’amputer d’un bras tellement elles me sont utiles. Donc je ne les laisse pas et si tu n’acceptes pas cela, je vais me débrouiller seule.

Sur ces mots, je me suis levée tant bien que mal en m’appuyant sur la fontaine. J’ai contourné celui qui deviendrait peut-être mon ennemi et me suis dirigée vers la lisière de la forêt, trainant légèrement ma jambe blessée dans mon sillage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Ven 19 Aoû - 7:41


Nowhere to run, nowhere to hide in this world. No dream to have anymore in this world, no reason to stay that we can believe in. No place for us, no place for us.
Mais qu'est ce qu'on attend pour fuir ?

Il fallait que je puisse penser à ma survie sans avoir à renier qui je suis, qui j'étais. C'était un dilemme quant à savoir ce que je devais faire. Naturellement j'avais lâché mes affaires pour accourir jusqu'à Ever comme s'il n'y avait pas de danger. Comme si je ne pouvais pas voir apparaître derrière chaque ombre un ennemi prêt à me tuer. J'étais peut-être encore trop ingénu, naïf à cause des années que j'ai passé à tout donner pour ma famille. Je n'avais pas l'âme d'un guerrier et mon coeur était à peine plus fort que celui d'une éponge qui ne cesse d'aspirer tout ce qui se trouve sur son passage. Douleur, désolation, tristesse, dépit. Le spectacle inhumain auquel j'avais fait face me retournait encore l'estomac lorsque j'effleurais les écorchures apposées à ma mémoire. Cependant, en voyant Kirsen ramener à boire je me rendais compte que même dans les instants les plus noirs il reste des lueurs d'espoir, aussi vacillante et infime soient elles, tout ce qui comptait c'était qu'elle furent là. « Merci ma belle !» Perdu dans mes pensées c'est la petite qui me tira de mes songes m'ouvrant les yeux sur les bien piètre guerrier que nous étions ainsi à couvert plus facile à attraper qu'un lapin aux pattes brisées hors de son terrier. J'ai demandé à Ever de lâcher ses armes parce que j'avais peur. J'avais peur que derrière tout ce qui se trouvait être des liens avant ne se cacher plus que des poignards soigneusement serré entre nos dents. Je ne voulais pas courir le risque, je n'étais pas prêt à mourir même si je laissais penser de mon comportement que je me tirais moi même à ma perte. « Désolée Skyler mais je ne lâcherais aucune de mes armes. Je les ai gagné durement et te les passer ou les laisser là reviendrai presque à m’amputer d’un bras tellement elles me sont utiles. Donc je ne les laisse pas et si tu n’acceptes pas cela, je vais me débrouiller seule. »

Soupirant je la vis se relever à grand renfort de courage alors qu'elle tirait tant bien que mal sa carcasse endolorie comme un fardeau derrière elle. « Il vaudrait mieux que tu évites de marcher sur ta cheville, ou au moins faire une atèle de fortune pour ne pas empirer ton état. » Voyant que ce que je lui disais ne semblait pas la déranger, je me relevais Kirsen sur mes talons portant notre hideux sac jaune sur le dos. Serrant mon poignard je ne savais que faire, mes yeux passais de la petite à Ever qui semblait souffrir dans ce calvaire. Soupirant à nouveau je serrais plus fermement l'arme avant de rejoindre en quelques enjambées celle du dix. « J'espère que s'il y a un quelque chose après, on me sera clément d'être aussi naïf. » Je vis l'incompréhension se peindre sur le visage de la jeune femme alors que je la soulevais sans grande difficultés pour la porter à la manière d'un trophée de chasse en travers de mon dos. Marchant à vive allure nous avons mis bien moins de temps à rejoindre le couvert des arbres que ce qu'elle ne l'aurait fait seule. La redéposant au sol je lui offris un léger sourire. A la réflexion, il n'y avait rien après, on crève juste la bouche ouverte dans d'atroce souffrance avant de finir dans l'ombre de ceux qui ont survécu avant qu'on ne retombe dans l'oubli. « Maintenant je vais trouver de quoi te faire une atèle, puis je ne peux rien promettre... » Dans le fond, c'était chacun pour soit et pourtant il restait encore des idiots comme moi pour agrandir les chances de ceux qui se trouvaient être leur adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Ven 19 Aoû - 19:29




Chaque pas me faisait arracher une grimace de douleur et, quelquefois, un gémissement plaintif. Traîner ma jambe endolorie était un vrai calvaire qui était bien dur à supporter surtout avec l’arc dans ma main et le carquois dans mon dos. Pour ce qui est du couteau et du poignard, ces derniers se trouvaient attachés à ma taille, dans ma ceinture. Je soufflais bruyament pour expulser la douleur. Je voyais la lisière de la forêt beaucoup trop loin. J’étais à découvert et il fallait absolument que j’accélère sous peine de me retrouver avec encore des blessures de plus ou alors avec la mort en face de moi.
Au loin, on entendait très bien les overcrafts se matérialiser pour venir chercher les morts. Combien y en a-t-il eu ? Est-ce que le garçon que j’avais assommé était mort ? Je n’avais qu’une seule envie, me retourner pour les voir s’envoler mais toute cette vue de sang m’aurait donnée envie de vomir. Même en tant que guérisseuse, je n’avais vu pareilles horreurs.
J’ai entendu un peu plus loin Skyler me parler mais je ne l’ai pas écouté. J’avais peut-être passé un pacte avec le diable en personne. Peut-être que, d’ici un instant, il allait arriver derrière moi et me tuer avec son couteau. Des larmes de rage apparurent au coin de mes yeux. Je les ai vite essuyées d’un revers de main.
J’ai entendu des bruits de pas derrière moi, j’ai vite dégainé mon poignard et fait volte-face, le regard rageur mais néanmoins triste d’être trahie par quelqu’un en qui je pensais avoir confiance de cette façon.

N’approche pas ou je …

Ma phrase resta en suspens lorsqu’il dit la sienne. J’ai écarquillé les yeux, bien trop interdite pour dire autre chose. J’ai doucement rabaissé mon arme et ai étouffé un cri lorsqu’il m’a porté sur son dos comme un vulgaire trophée. J’ai protesté pour la forme mais me suis bien vite rendue. Il était trop fort pour moi. Et on allait beaucoup plus vite ainsi.

Maintenant je vais trouver de quoi te faire une atèle, puis je ne peux rien promettre...

Voilà ce qu’il m’a dit une fois qu’il m’eut posé au sol. J’ai hoché la tête bien trop têtue pour parler. En me portant, il venait de faire baisse mon orgueil de quelques crans. J’avais ma fierté à conserver, même dans les Jeux et me faire porter ainsi ne m’a pas plu le moins du monde ! J’ai soupiré et ai marché quelque peu pour chercher des herbes capables d'accélérer ma guérison. Surtout au niveau de mon cou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Ven 19 Aoû - 20:06


Nowhere to run, nowhere to hide in this world. No dream to have anymore in this world, no reason to stay that we can believe in. No place for us, no place for us.
Mais qu'est ce qu'on attend pour fuir ?

Je savais que d'un point de vue stratégique je faisais le choix le plus déplorable qu'il soit. C'était comme si je traquais une proie et que la trouvant blessée je la soignais pour me remettre à la chassé. C'était une aberration, une insanité, j'aurai dû l'égorger sans un regard pour ma protection et celle de ma co-tribut. C'était aussi simple que ça et pourtant je ne pouvais pas. Je préférais resté pacifiste à lui demander de déposer les armes. Ever ne l'entendait pas de cette oreille et têtue comme une mule tâcha même de repartir seule, autant dire que c'était perdu d'avance dans ces conditions pour elle. Lorsque j'eu approché, c'est pour la voir tendre son poignard vers moi prête à en démordre alors que j'étais toujours là en paix simplement pour l'aider. « N’approche pas ou je … » Je parlais au sujet d'un hypothétique paradis, enfer, quoique ce fût, espérant qu'ils seront clément dans leur sentence. Ever se mit à crier cherchant à me faire lâcher prise sans penser que c'était le meilleur moyen de faire rappliquer du monde, dans le fond je m'en fichais bien, j'avais déjà mon cota d'idiotie pour le moment une de plus une de moins ne changeait rien. J'étais conscient qu'en la portant ainsi je lui offrais tout loisir de me poignarder dans le dos, si elle le faisait elle ne vaudrait pas moins que ces tributs assoiffé de victoire et de gloire. Toutefois ça ne serait certainement pas ça qui me blesserait le plus, mais bien le fait qu'elle m'eut cru capable de venir l'attaquer alors qu'elle ne me faisait même pas face. Bien vite arrivé à couvert je la déposais au sol lui annonçant que j'allais lui faire une atèle puis... puis on verra. Je la laisserai sûrement là avant de repartir sans un mot, conscient d'avoir fait ce qui me semblait juste et conscient que malgré le peu de temps qui s'était écoulé l'arène nous avait déjà un peu changé.

Je me mis à chercher deux bois de même longueur assez droit, le tout en restant à moins de dix mètres d'Ever comme s'il s'agissait d'une prisonnière de guerre que je pouvais imaginer se retourner contre moi à tout moment. Je la regardais chercher de l'herbe alors que je me mis à gratter l'écorce sur deux morceaux de bois afin de rendre l'atèle moins gênante. J'arrachais ensuite un morceau de ce que je prenais pour un lierre le rendant assez fin que pour ne pas être gênant, tout en restant assez solide. Testant la solidité des deux brins que je venais de couper, je retournais vers Ever à qui je disais : « Tu veux bien t'asseoir pour que je m'occupe de ta jambe ?» Mon ton était encore gentil comparé à ce que j'aurai pu lui dire parce qu'elle venait tout de même de me heurter par son manque de confiance. Une fois la jeune femme assise je relevais un peu le bas de son pantalon avant d'ouvrir sa boots au cuir souple et imperméable. Une fois cela fait je plaçais les bois de tel manière à empêcher sa cheville de bouger sans pour autant l'handicaper. Juste histoire qu'elle ne fasse pas de mouvement douloureux. Conscient que c'était gênant, je ne serrais pas trop les noeuds que je faisais me rappelant d'un gars à la mine qui s'était tordu la cheville suite à un éboulement. « Je tiens à te faire remarquer une choix, je suis un gars de paroles, c'est ton droit de ne pas me croire. Mais une fois que j'en ai fini avec ça je te laisse te débrouiller seule. » Ajustant les noeuds je tentais de refermer la chaussure sans trop lui faire mal cherchant le moyen le plus astucieux pour lui permettre de se déplacer sans empirer son cas où l'handicaper. « J'ai très bien compris que tu ne voulais pas de mon aide. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Ven 19 Aoû - 20:37



Je vis Skyler me surveiller de très près et j’ai dégluti. J’ai peut-être mal réagit mais comment interpréter les paroles des gens à présent ? Où était passé cette courte complicité que l’on avait eu au centre d’entraînement ? Je l’ai regardé tailler l’écorce pendant que je faisais une sorte de cataplasme pour mon cou. Bon ça avait l’air assez bien pour que ça se referme d’ici une semaine. Certes j’aurais une cicatrice mais je n’ai pas encore perdu la vie.
Une fois que cela fut fait, je me suis assise sous ses ordres et l’ai regardé faire, à la limite de l’énervement. Pas contre lui mais contre moi. A peine le commencement et je devenais déjà une autre. Une larme coula sur ma joue, je l’ai essuyé furtivement, regardant la jeune enfant qui détourna aussitôt le visage. Étais-je déjà considérée comme une fille que l’on doit ignorer ?
Son ton était dur et froid. J’ai avalé ma salive malgré ma gorge nouée. Émotive ? Oui, un peu, je dois l’avouer. Surtout que je venais de blesser quelqu’un chose que je n’aimais pas faire.

Je tiens à te faire remarquer une choix, je suis un gars de paroles, c'est ton droit de ne pas me croire. Mais une fois que j'en ai fini avec ça je te laisse te débrouiller seule.

Je l’ai regardé faire, mais évitant néanmoins son regard. Oui je lui en voulais mais à ce point ? De le blesser autant ? Non, il fallait à tout prix que je revienne sur ce que j’ai dit avant que tout cela ne finisse mal. J’ouvrais la bouche pour répondre lorsque sa seconde phrase fut comme un couteau retourné dans une plaie. J’ai baissé la tête, laissant encore couler quelques larmes.

Je suis désolée Skyler …

Il allait se relever, je me suis dépêchée de faire de même bien que ce soit gênant et douloureux. Je lui ai attrapé la main sans la serrer s’il déciderai de la retirer.

J’ai eu peur. Dès les premières secondes, j’ai été attaquée. Par deux personnes. J’en ai tué un de sang froid ce que je ne me pensais pas capable de faire. J’ai eu peur en t’entendant, je croyais que … Fin laisse tomber.

Je me suis reculée vers les arbres alentour, voulant partir pour les laisser seuls. Je saurais bien me débrouiller de toute façon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Ven 19 Aoû - 22:46


Nowhere to run, nowhere to hide in this world. No dream to have anymore in this world, no reason to stay that we can believe in. No place for us, no place for us.
Mais qu'est ce qu'on attend pour fuir ?

J'avais très mal pris le fait qu'elle puisse me croire capable de tel bassesse. J'étais prêt à n'importe quoi pour ne pas avoir à tuer un autre, c'était bien ce que mon mentor me reprochait. Depuis qu'il m'avait vu il n'imaginait pas une seule voix dans les paris en ma faveur. J'étais là à me laisser porter par le courant en attendant qu'au détour d'un arbre un poignard se plante dans mon coeur. C'était stupide, mais je voulais croire qu'on rentrait dans les jeux avec son bagages, son honnêteté, ses sentiments, quelque chose qui nous pousse à rester humain dans cette arène de barbare. Sauf qu'il semblait qu'il n'en fut rien. Je finissais tranquillement l'atèle d'Ever alors que j'aurai très bien pu la planter là assénant des phrases assassines comme si c'était normal. Un juste retour des choses, elle m'avait fait mal entachant ce que je pensais être avec la saleté dans laquelle nous traînait cette arène. « Je suis désolée Skyler » Je me relevais brusquement comme si un électrochoc venait de partir de mes jambes pour se répandre à travers mon corps avant de poser mon regard sur Kirsen qui observait la scène de ses grands yeux d'enfant presque déjà grand. Lui offrant un léger sourire je n'avais aucun mal à remarquer qu'elle comprenait, qu'elle comprenait mais que néanmoins elle n'acceptait pas. Elle avait ce don d'être effacé tout en transmettant tout ce qu'il vous fallait savoir, cette discrétion anonyme qui me plaisait chez elle.

J'allais pour me retourner vers la petite et repartir lorsque Ever attrapa ma main en légèreté. Son contact était si léger que j'eu cru qu'elle tenait un oisillon qu'elle ne voulait pas tuer. Un pauvre animal blessé qu'elle ne pouvait pas protéger mais qu'elle ne désirait pas voir dépérir. Me retournant vers elle je la regardais de mes yeux devenu glacial alors que la jeune femme se remettait à parler. « J’ai eu peur. Dès les premières secondes, j’ai été attaquée. Par deux personnes. J’en ai tué un de sang froid ce que je ne me pensais pas capable de faire. J’ai eu peur en t’entendant, je croyais que … Fin laisse tomber. » Je la regardais faire un pas en arrière alors que ce fût à mon tour de m'agripper à sa main avec plus de force qu'elle ne le fit précédemment. Mon regard c'était adouci comme réchauffé par une douce nuit d'été alors que ma voix elle aussi édulcoré passait avec moins de difficulté. « On a tous peur, c'est pour ça que je voulais te désarmer, c'est pour ça qu'on est si méticuleux... On est des dizaines à crever de trouille pour l'instant. Ne laisse pas le Capitole et ses jeux faire ce qu'ils veulent de toi. » Les dernières choses qu'il nous restait et qu'ils ne pourront jamais prendre, c'était nos âmes et nos coeur. Tant que nous serions maître de ces derniers même dans la mort la victoire sera notre loin du cimetière de tout ceux qui se sont trahis pendant ces jeux. « On y survivra certainement pas, mais tant qu'on reste nous même on mourra un peu libre... histoire qu'ils ne nous prennent pas la dernière de nos armes, notre liberté. » Ce n'était pas en de beaux discours que j'allais sauver ma peau, mais si ça me permettait d'adoucir ma fin inéluctable je préférai me fourvoyer par mes belles paroles plutôt que mourir dans l'étreinte glacée de la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Dim 21 Aoû - 18:36



La nuit commençait doucement à tomber sur l’arène. Comme un mauvais présage sur une nuit où l’on risquerait entendre résonner les coups de canon. Combien y en aurait-il ? Un, deux, plus ? Ho oui, sûrement. J’ai levé les yeux au ciel, espérant que tout cela s’arrête vite. Où était le District 13 ? Allait-il nous regarder dépérir comme les autres devant leur télévision. J’ai serré les mâchoires, impuissante devant un tel carnage. J’avais envie de crier ma rage à ce foutu Capitole, de lui envoyer un cadeau empoisonné en direct de l’arène comme la tête d’un de leur carrière si bien chéri comparé à nous, pauvres tributs qui parfois doivent se priver de manger ou demander des teseraes pour nourrir leur famille.


Ce n’est pas juste …

J’avais juste chuchoté cette petite phrase. Bien anodine en somme mais tellement vrai. J’ai lancé un regard à la petite qui accompagnait Sky et j’ai vu en elle une gamine qui avait la rage de vaincre et que l’on ne pouvait pas envoyer au combat comme ça. J’ai senti un cri de consternation grandir en moi. J’ai relevé les yeux, essayant de faire passer mon message comme je le pouvais.


Ce n’est pas juste ! Me suis mis-je à crier.

Certes, je n’avais pas répondu aux phrases du jeune homme et je ne voulais pas lui donner une réponse. Peut-être que l’on ne survivra pas à tout cela mais on peut toujours garder un minimum d’espoir en nous.
J’ai reculé tant et si bien qu’il a du me lâcher. J’avais les yeux rougis par des larmes que je ne pouvais verser pour cause de dignité. Je lui ai amèrement souri, lui faisant comprendre que je l’avais entendu bien que, de ma part, il n’entendra aucune réponse sortir de ma bouche.


Puisses le sort vous être favorable.

Je me suis retournée pour m’enfoncer dans la forêt luxuriante que nous offrait cette horrible arène.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   Dim 21 Aoû - 19:44


Nowhere to run, nowhere to hide in this world. No dream to have anymore in this world, no reason to stay that we can believe in. No place for us, no place for us.
Mais qu'est ce qu'on attend pour fuir ?

Avec mes belles paroles pleines d'espoir j'avais l'impression de prostituer la vérité. La vendre tel qu'elle n'était pas histoire qu'on puisse mourir sans être aux aboies. Sauf qu'on allait crever comme ça, la bouche ouverte, les yeux grands ouverts à assimiler toute l'horreur du monde. Nous n'étions même pas encore des adultes que déjà nous avions dû affronter l'ignoble vérité de cette frontière entre nous pauvres enfants nés sous la mauvaise étoile et les gens du Capitole. Aujourd'hui c'était pire, nous affrontions les plus vils instinct de survie, nous affrontions la peur, l'horreur, la douleur. Tout ça en si peu de temps, mon coeur aurait plus en pleurer des larmes de sang, mais il n'en était rien. Je n'avais pas le temps de pleurer sur mes promesses non tenue, sur cette vie que je n'avais pas vécu. C'était injuste, tellement injuste et c'était bien pour ça qu'il s'agissait de la vérité, nous n'étions pas né sous le soleil d'une vie remplie de chance, sous le soleil la seule chose qui peut nous arriver, s'est de nous brûler les coeurs. Ma main serrant toujours celle d'Ever je voulais une réponse, qu'elle puisse croire qu'au fond on ne crèvera pas dans la pire des indifférences. Mais il n'en fût rien, ça aurait été trop facile, je le savais bien. Manquant son murmure, elle se mit à hurler : « Ce n’est pas juste ! » Dépité je restais apathique face à son cri de rage qui n'allait rien faire changer, même pas les bases du Capitole que j'aurai aimé pouvoir ébrécher.

La jeune femme se mit alors à reculer me faisant lâcher prise alors que je la fixais se fondre dans la forêt comme une âme en sursit qui disparaissait. « Puisses le sort vous être favorable. » Soupirant j'avais compris ce que ses yeux m'offraient comme réponse et à vrai dire je n'étais pas si différent qu'elle. J'aurai bien hurler de rage pour ce que j'allais devoir faire et ce que je serai prêt à faire pour ma propre survie. Au lieu de quoi j'attrapais la main de Kirsen attrapant le sac que nous avions avant de me mettre à marcher rapidement. L'endroit n'était pas propice pour monter un camp, puis il nous fallait rester vigilent, tout était hostile en ses lieux et je voulais voir encore au moins une fois voir un lever de soleil quitte à mourir à l'aurore.

Ended
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jour 1 : ‟ To the right, to the left We will fight to the death ” [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.