petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 442
△ points : 6
△ multicomptes : joshua g. wheatfield
△ à Panem depuis le : 15/07/2013
△ humeur : de la mousse
△ âge du personnage : vingt cinq
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: [SAF] Sans Ami Fixe
relationships:


MessageSujet: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Sam 20 Juil - 22:27


Nash Ethan Fawks-Williams
❝ Sorry, I washed clothes ❞
Nom : Fawks Williams
Prénoms : Nash Ethan
Naissance : 25/04/2288
Âge : 24 ans
District : 7
Statut : Gagnant des 72th HG
Travail : Dormeur

Traits : Solitaire, Réfléchi, Persuasif, Beau Parleur, Manipulateur, Égoïste, Jem'enfoutiste...
Goûts : Aime les pâtisseries, déteste la viande et les choux-fleurs.


about games and relative.
 Pensez-vous que la vie est un don ? Pensez-vous être important ? Pensez-vous que votre vie est importante ? Je ne le pensais pas, je ne le pense pas. Lorsque j'ai vu la misère de cette vie, les horreurs de ma vie, j'ai compris que ce n'était pas un don. Et lorsqu'un don est détesté et pourtant indispensable, on a juste envie d'en finir avec lui. Mais ce don là ne peut pas être supprimé aussi facilement. Je l'ai compris lors de ce jour : le gong des jeux a sonné. Ce n'était pas simplement le gong des jeux mais le gong qui a sonné la fin de ma vie. Alors que je pensais être mort, maintenant que j'en suis sorti vivant, je m'interdis de mourir. Aujourd'hui, dans ma vie, il n'existe plus personnes, ils sont tous morts. Non, ils n'ont pas eu d'histoire. Ce sont des morts des plus simples : maladies, veillesse, suicide, disparition, inconnus...

 Agilité, habilité, rapidité, perception. Quatre aptitudes bien proche les unes que les autres et qui m'ont beaucoup servi. Dans une arène comme celle-ci on ne pouvait pas se cacher partout. Il fallait être rapide pour trouver un endroit parfait lorsqu'on entendait le moindre bruit que ce soit une personne ou un animal inconnu, il fallait être agile pour ne pas tomber dans les pièges en mouvement de l'arène, l'habilité pour se déplacer dans des zones dangereuses ou encore pour manier tout type d'arme. Mais pour les jeux, je n'avais pas compté sur la force brute comme beaucoup d'autres. Il semblerait que la force mentale a donné raison aux autres, apparemment... Mais je pense que la chose qui m'a le plus aidés sont les jeux eux-même. Arrivé dans l'arène je ne voulais pas, je ne pouvais pas vraiment en fait. Et c'est le fait d'avoir ouvert les yeux à cause des jeux qui m'a forgé cette détermination à vaincre.

Lorsqu'on visionne les jeux on veut soit du spectacle, soit la survivant d'une personne... Ou tout simplement que tout s'arrête. Lorsqu'on les visionne devant ces grands écrans, devant des petites pellicules, devant des télévisions accrochées à une cheminée, on voit seulement des personnes se battre les uns contre les autres, du sang couler à flot et toutes autres horreurs. Mais nous n'avons pas tout le temps la même vision des choses. Lorsque l'on ne connait pas ces personnes nous n'avons pas forcément de la pitié pour les morts. Lorsque l'on a participé aux jeux et que l'on a dû tuer, que l'on a vu tuer, devant nous, on voit tout autre chose. Le visionnage des jeux est l'incitation à la mort, si je les regarde, c'est surtout parce que je sais réellement ce qu'il s'y passe...

Je ne m'aime pas, je ne les aime pas. Je pourrais très bien me mettre à part mais j'en reste. Certains gagnants avaient pour seul but de tuer au plus vite avec un sang-froid sans pareil. Moi, je ne voulais pas, je ne pouvais pas. Je voulais seulement rester en vie. Dis comme ça je semble paradoxal... Je venais d'acquérir l'âge de compréhension dans notre monde, j'étais sans doute trop avancé, mais je savais ce que je voulais : ne pas changer. Je respecte les vainqueurs des jeux mais certains d'entre eux n'avaient pas pour seul but de survivre ; ils voulaient avant tout tuer et encore tuer, tuer pour le spectacle, tuer pour l'amusement. Je les respecte pour avoir gagnée leur vie, je les déteste pour l'avoir volée...

La quête du bonheur existe-t-elle véritablement ? Qu'est-ce-que le bonheur, en fin de compte ? C'est ce sentir heureux, avec ce que l'on veut ? Je ne pense pas... Lorsque l'humain a enfin ce qu'il veut, il désire toujours une autre chose pour l'ajouter à ce répertoire de réussite. Donc si le bonheur est d'avoir ce que l'on veut, on peut le qualifier d'infini, mais je préfère le qualifier d'inexistant. Le bonheur n'existera jamais dans une vie comme la nôtre. Le bonheur n'est qu'une simple légende. Il n'existe pas et ne mérite pas d'exister, et ceci par simple principe.



JE VIENS D'UN MILIEU défavorisé, CEPENDANT, POUR MOI, LA NOURRITURE est pourtant en grande quantité dans la forêt. Mais aujourd'hui ma richesse m'a supprimé l'obligation de chasser.. DU COUP, MON NOM AVAIT six CHANCES D'ÊTRE TIRE AU SORT. J'EXERCE LE STATUT DE gagnant des 72ème Hunger Games ET POUR TOUT VOUS DIRE, JE déteste ce qu'il met arrivé, mais je suis en vie, c'est tout ce qu'il compte. JE SUIS DANS LE 7ÈME DISTRICT. AYANT 24 J'ai déjà PARTICIPE AUX HUNGER GAMES ET je n'en ai plus rien à faire des prochaines moissons, je ne connais plus personne à pouvoir voir mourir.. ENFIN, J'ATTESTE QU'EN CRÉANT CE PERSONNAGE, J'ACCEPTE DE LE LIVRER À LA BARBARIE DES JEUX S'IL EST TIRÉ AU SORT.


Jésus is here

Moi c'est Jésus mais on m'appelle Chris. Et pour les intéressés Christine ça marche aussi ! Officiellement j'ai 17 ans (donc officieusement un peu plus de 2012, j'ai une mère et une fille) donc ça va j'ai la majorité sexuelle. Et je suis presque sûr d'être de sexe escargot. Dans ce genre de présentation je sais pas trop quoi dire, il y a tellement rien à dire dans ma vie. Ah si ! J'aime bien les crêpes. Au départ je voulais faire un personnage tribut un peu taré sur les bords et puis en fin de compte je suis complètement parti sur un autre truc. D'ailleurs, je me suis toujours demandé si jeté son manteau sur une personne pendant le décompte pour qu'elle explose marcherait (oui je me demande beaucoup de choses inutiles)...
PS : Je suis très doué pour trouver des titres de fiches incompréhensible sur le moment.
D'ailleurs je m'excuse d'avance de diviser ma fiche en trois parties mais j'aime quand c'est structuré un peu n'importe comment. D:



FEATURING celebrity © COPYRIGHT frostingpeetaswounds.tumblr




 




Dernière édition par N. Ethan Fawks-Williams le Jeu 13 Aoû - 18:47, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t8885-nash-i-never-meant-to-start-a-fire-alors-je-commence-a-reranger-mon-linge-tout-seul http://www.mockingjay-rpg.net/t6108-07-ethan-white-wine-please http://www.mockingjay-rpg.net/t6114-07-nash-ethan-fawks-williams
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 442
△ points : 6
△ multicomptes : joshua g. wheatfield
△ à Panem depuis le : 15/07/2013
△ humeur : de la mousse
△ âge du personnage : vingt cinq
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: [SAF] Sans Ami Fixe
relationships:


MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Sam 20 Juil - 22:28



Ethan mon nom de honte ; Nash la vérité

Un corps couché en plaine bordée de vide. Un simple et pourtant vaste paysage montagneux. Ses jambes flottaient dans le vide alors que son corps restait couché sur la fine herbe verte et fraîche de la terre. Sur ce coin-là il ne semblait y avoir aucune forêt, absolument rien, tout attendait en bas, bien plus bas que le niveau où se retrouvait ses chevilles, bien plus en bas qu’on ne l’espérait, un plongeon annonçait une mort direct. Savez-vous ce qu’est l’humanité ? L’humanité telle que nous la connaissons regroupe tous les humains que certains aiment nommer « sensés ». Mais il faut se poser une question : Et si ces personnes n’étaient pas les personnes sensées ? Ces arbres sont un groupe d’Hommes. Toujours ensemble, ils s’influent tous entre eux, si l’un tombe, un autre sera blessé. Mais lui, il reste en haut de tout. Il a compris qu’il faut se dégager du reste pour vivre, et il ne s’est pas dégagé négativement, il a pris de la hauteur. Vous a-t-on déjà raconté l’allégorie de la caverne ? Un homme dans le noir qui ne voit que l’ombre donné par un feu. Cette ombre est fausse… Si cet homme réussissait à sortir et s’adapte à la lumière du soleil, que fait-il ? Dans ce monde, il meurt. Cet homme couché sur l’herbe a réussi à vivre. Grâce à sa grande taille et ses yeux couleur noisette, cet homme a déjà tout vu de ce monde, mais il ne s’est pas qu’adapté : il l’a renié.
Cet homme est une ombre. Une ombre trop vraie pour vivre mais qui garde son évidence. C’est l’ombre d’un arbre qui a réussi à survivre et à bouger. Un corps adapté qui reste debout, seul. Non, solitaire plutôt. Une ombre accroché qui reste intacte. Cet homme est un iceberg, une énorme glace, dans un volcan, qui n’arrive pas à fondre. Il est tellement froid, tellement seul, tellement solitaire, tellement tout. Il reste dans cet état, toujours au milieu, un peu réservé, à la fois ici et à la fois-là, toujours dans la même position et pourtant il n’adhère jamais. Il a réussi à vivre et continuera, même s’il doit grandir et donc écraser encore plus d’espace jusqu’à prendre le dessus sur le volcan et tomber sur la forêt, détruire les arbres inconnus qui sont en groupe. Détruire l’Homme pour réussir à vivre.
Mais il y a une question qu’il faut se poser. Si un jour cette glace se fissurait et laissait passer la lave. La chaleur qui cachait la froideur ne serait plus. Ce serait la froideur qui cacherait la chaleur. La vie sous la colère, la colère parce que la vie, il ne cherche qu’une chose : le but de sa vie est de savoir pourquoi est-il vivant. Tuer pour vivre, mentir pour s’en sortir ; cet homme, c’est Nash. Nash Ethan Fawks Williams, l’homme portant en deuxième nom le prénom de son père mort par la honte. Cet homme qui a mis enceinte sa mère alors qu’elle avait encore l’âge de participer aux jeux, cet homme qui avait son nom écrit plus de cent fois pour amener de la nourriture, cet homme qui a fini par se suicider en sautant d’une falaise la veille des jeux. Ethan est un nom de honte. Tu es une erreur. Mais tu es la preuve que les erreurs font la vie.
Un être de ce genre est réfléchi. Il a compris la vie et aujourd’hui, il n’essaie plus de comprendre. Non, plutôt il ne cherche plus à savoir. Ou alors il cherche trop. Sa perception et sa compréhension des choses en font une personne qui connait beaucoup de choses. Beaucoup trop, sans doute. Il les garde pourtant pour lui. Pourquoi ? A quoi lui serviraient-t-elles à part à se mettre au courant ? Nul doute qu’à survivre. Pour s’informer il aime parler, mentir ; manipuler. Est-ce que ces actions en font une philosophie, une façon de comprendre, une façon de penser ? Sûrement. Mais est-ce une façon d’agir ? Dans son cas, non. C’est la différence qu’il a par rapport à ces gens ouvertement contre la politique de ce pays, les rebelles, les habitants du treizième district. Il n’en reste pas moins intéressé par leurs agissements.







I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror, drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. I never meant to start a fire, I never meant to make you bleed, I'll be a better man today. But the blood on my hands scares me to death maybe I'm waking up today.


Dernière édition par N. Ethan Fawks-Williams le Jeu 25 Juil - 15:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t8885-nash-i-never-meant-to-start-a-fire-alors-je-commence-a-reranger-mon-linge-tout-seul http://www.mockingjay-rpg.net/t6108-07-ethan-white-wine-please http://www.mockingjay-rpg.net/t6114-07-nash-ethan-fawks-williams
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 442
△ points : 6
△ multicomptes : joshua g. wheatfield
△ à Panem depuis le : 15/07/2013
△ humeur : de la mousse
△ âge du personnage : vingt cinq
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: [SAF] Sans Ami Fixe
relationships:


MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Sam 20 Juil - 22:28



Gravity ; Error ; Gravity ; Warrior

Sa main s’engouffrait doucement et sûrement dans la boule de verre. Ce que j’entendais surtout c’était le bruit de ses bagues frapper les bords. Un, deux, trois. Trois comme le nom de l’élu sous quatre formes. Ce n’était ni un bruit sec, ni un bruit court, c’était strident. Le microphone criait sa douleur à donner la mort.
« Ethan Fawks-Williams »
Cet instant m’était bizarre. Une personne normale n’aurait  rien pu dire, rien pu faire, son visage aurait été neutre ou tout simplement triste. C’était sans doute nerveux mais le mien ne faisait rien de ça : il souriait. J’avançais entre les corps vivants qui hésitaient entre pitié et joie, je passais dans l’allée, esquivant les quelques pacificateurs qui voulaient me prendre le bras jusqu’à l’estrade, et je montais, sans trop rien dire, sans trop rien faire de plus que de monter un genou l’un après l’autre. Je souriais en saluant la femme devant moi. Je m’avançais près du microphone et tout ce qu’il sortit de cet acte nerveux au bord de l’osé c’était « Nash. Pas Ethan. ».  Elle restait un peu intriguée puis repris l’objet pour son petit discours de départ. Bientôt, je me retrouvais à attendre, dans cette pièce,  seul, n’ayant aucune visite, n’attendant aucune visite. Tout ça pour finir assis sur un siège bougeant  à plusieurs centaines de kilomètres par heure devant la tribut m’accompagnant, lui répondant de sa tristesse par un simple baissement de tête.

Lors des heures d’entraînement, c’était comme si personne ne comprenait où nous étions. Je ne parle pas de lieu pur, mais bien ce que nous faisions ici. Ils n’avaient plus peur, il n’y avait plus de dégoût dans leur visage… Certains parlaient ensemble, d’autres admiraient les plus talentueux pour copier un don impossible à surpasser. J’étais le seul à ne pas trop savoir quoi faire en fin de compte. Je me disais simplement que mes derniers jours ne me seraient même pas profitables dans un lieu comme celui-ci. Du temps que j’avais à perdre, j’essayais tant mieux que mal à pouvoir maîtriser les armes qui pourront me tuer : lance, couteau, hache. Tout sauf l’arc. Ce n’est pas que je me disais qu’il y avait une chance de s’en sortir si je ne montrais pas ce que je pouvais faire, non ; c’était bien tout le contraire.
Le soir-même je me rappelai de ces regards intriguant qui m’avaient frappés durant la journée. Ce n’était plus des regards de pitié comme la dernière fois. C’était des regards sournois. Toutes les armes que j’avais essayé avaient abouti à une sortie de cible complète : mon don de ne rien maîtriser semblait épater tout le monde, un peu comme s’ils se disaient qu’une cible comme moi serait l’idéale. Bouffons.
Le lendemain était la même chose : les couteaux n’étaient pas fait pour moi, le lancer non plus. Et je tombais par terre, me noyant encore une fois vers tous ces regards de mort accusatrice. Je m’apprêtais cependant au tableau de perception, essayant les réflexes, la mémoire, tout ce qui me semblait bien trop hors-sujet à ce qui arrivera ces prochains jours. Tout était bien trop facile ici ; si je devais compter sur les réflexes au lieu du maniement des autres armes pour m’en sortir j’étais le plus idiot des cons.
C’est drôle. Oui, c’est drôle, de voir comment il est facile de manipuler un être humain…

*********

Jour du passage. C’était un peu comme les examens scolaires : chiant. Encore une fois, je passais à côté de l’arc. Je marchais vers les lances, et puis mon pas s’arrêta d’un seul coup. On m’avait dit qu’il fallait attirer l’attention du public. Ils ne voyaient pas l’entraînement, sûrement pas. L’arrivée des chars n’avait rien fait non plus. Si je devais attirer l’attention c’était sans doute maintenant. J’avais deux solutions. Commencer tout de suite ou attendre les jeux. Qui ne tente rien n’a rien. Je faisais demi-tour, agrippait l’arc et une dizaine de flèches si ce n’était pas plus, puis pris violemment la parole. « Nash Fawks-Williams, District 7 ». Elles s’élançaient une après l’autre, de gauche à droite, puis de haut en bas. Pour former, à la fin, le signe de croix.
« Puisse le sort vous être favorable. » Ce fut la phrase qui maintenu le silence jusqu’à ma sortie de la pièce. Le soir-même, lorsque les notes furent rendues publiques, la mienne semblait un peu trop haute. Oui, trop haute. Voici le boulet de service qui se prend ce genre de note ; elle aura au moins le don d’influencer le questionnement des autres vis-à-vis de ma mort soudaine dès le début des jeux.

*********

Zéro. Je tournis pour m’enfuir. Mon pas s’enfonça dans le sol et la pierre se brisa puis flotta. Oui, elle flotta. La gravité de l’arène était presque de zéro sur certains endroits. Puis la plate-forme s’envola violemment, me faisant plier les genoux sous la masse d’air qui essayait de me plaquer contre la terre. Certains avaient le même problème que moi : ils s’envolaient. D’autres quittaient l’ilot de départ pour plonger dans la mère et se rendre directement à la corne d’abondance sur la plage voisine. Merde pour merde, je prenais appuie sur la plate-forme et me jeta dans le vide pour m’écraser contre l’eau qui m’avala. Jeté sur la plage en premier, je courais comme je pouvais, traîné par l’eau abondante sur mes vêtements. Je ne cherchais pas à prendre le plus d’arme et attendre les autres, non, j’agrippais un arc, un sac, des flèches, une dague à pointes, et je courrais encore vers la forêt.

Le premier jour était passé, la mort guettait tout le monde. J’avais réussi à prendre de l’avance et à m’enfuir. Est-ce qu’une part de moi pensait que je pouvais survivre ? Sûrement…  Toutefois, un cri perçant non loin de là se fit entendre. Une femme qui criait un coup sec ; et puis le canon sonna. Ce soir, il sonna neuf fois : le district un n’était plus, le trois non plus, le quatre était décimé, et les femmes du neuf, dix et douze ne semblait plus être en vie. Le lendemain matin le canon sonna encore trois fois pendant que je me baladais dans la forêt à cueillir des herbes de poison. Il n’y avait aucune nourriture ici, les seules choses comestibles étaient les poissons et encore je n’avais ni d’harpon, ni de lance, ni la possibilité d’aller sur la plage sans me faire tuer par le groupe d’allié qui occupait les lieux. Quelques minutes plus tard en levant la tête je remarquais que la gravité n’affectait pas que les choses matérielles du terrain de la forêt mais bien toute l’arène. Des bulles d’eau de la mer où nous devions plonger au départ flottaient un peu partout. Énorme coup de chance, celle plus haut contenait du gros à faire cuire. Entourant et faisant un nœud à la corde qui se trouvait dans l’équipement de base du sac, je tirai en plein l’animal pour le faire venir vers moi. C’était pas très bon…
Plus tard, alors que j’attendais je-ne-sais-quoi sur la cime d’un arbre, j’entendis une petite cloche sonner : un parachute. Il n’était pas pour moi. Il passait pour l’homme sur le chemin voisin. J’agrippais une flèche et transperça le parachute. Je sautai de l’arbre pour m’écraser en même temps que l’objet que j’ouvris avec le moins de bruit possible : de la nourriture. Du pain pour être précis, avec quelques trucs visqueux au milieu – de la confiture périmée de quelques jours sûrement. Rien qu’à l’odeur c’était dégueulasse. Je pris les plantes empoisonnées cueillies plus tôt, les broyai sur une pierre avec une petite roche ramassé plus loin, et dispersa la solution au milieu des deux tranches avant de jeter le parachute violemment du haut d’un arbre – d’ailleurs j’avais craché dedans pour donner du goût. « Bon appétit ». Le canon sonna. Alors celle-là je ne l’oublierai jamais : c’était l’idée la plus dégueulasse et intelligente de ma vie.

*********

Le lendemain, nous n’étions plus que huit dans la course. Le vent sifflait dans mes cheveux, un peu trop à mon goût. Lorsque j’ouvris les yeux je remarquais que j’étais en suspension, dans l’arbre où je m’étais endormi, qui avait été déraciné par le plus grand mystère du monde et élevé par la gravité modifiée de l’arène. Le plus impressionnant n’était pas ça mais que je n’étais pas tout seul. Environ du même âge, l’homme se jeta sur moi, sans arme, et nous fit tous les deux tomber sur au moins cinquante mètres dans le vide. Son bras me tordait le cou, mes dents se plantèrent dans sa peau – accessoirement il aurait pu prendre une douche sérieux – et il lâcha prise. Je lançais à nouveau une flèche accrochée à une corde vers la plate-forme de pierre un peu plus haute. Le canon sonna alors que j’étais suspendu d’une main. La gravité proche de mon corps diminua alors que celle de la plate-forme revenait à la normale. Alors que je m’envolais, elle chutait violemment. Agrippé toujours à la corde, je frappais la terre sauvagement ; le canon sonna une nouvelle fois. Ce n’était pas moi. Je n’avais qu’une coupure moyennement profonde à la tempe. Pendant que je me relevais je remarquais que mon pied s’était posé sur de l’acier. Une épée agrippé par une main dont le bras se trouvait sous la plate-forme. Nous avions écrasé quelqu’un.
Je pliais les genoux doucement pour essayer d’extirper le corps de sous cette pierre. N’y arrivant pas, je poussais tout simplement la plate-forme, découvrant un homme blond, plus jeune que moi. Je le retournais et – pourquoi, je ne sais pas – je le déplaçais sous un arbre pour l’adossé. Sa jambe n’existait presque plus et le haut de son corps semblait broyé.

*********

Plus que trois. Moi, l’homme du district deux, l’autre tribut du district sept. J’aurai très bien pu aller la rejoindre pour faire alliance mais lequel de nous deux serait resté en vie ? Et encore une fois, je montais à un arbre pour me cacher derrière ses feuillages. Le canon fit son avant-dernier coup. Ma blessure à la tempe saignait de plus en plus. Mon œil restait fermer nerveusement, impossible de l’ouvrir sans que le sang ne s’y engouffrait. Je ne pouvais plus faire confiance à mes compétences à l’arc pour l’avoir du premier coup sans qu’il ne remarque ma présence avec un œil entravé. Ma pupille droite passa sur le côté et regardait l’épée que j’avais récupérée du corps écrasé. Une idée totalement, énormément, dangereusement folle - et risquée - me passa par la tête. L’homme passa en dessous ; ce n’était donc pas la tribut de mon district qui avait survécu.
Mes dents grincèrent, mon œil inondé : je me jetais de ma branche du haut de l’arbre, pointe de l’épée en avant. Il sentit le danger arriver et leva la tête. Aucun bruit. Je frappais le sol depuis ma grande chute, l’os de ma jambe gauche se brisa sous le choc, ma tête s’écrasa pour faire couler le sang de ma tempe, le canon sonna. Le corps de l’homme se coucha près de moi, l’épée plantée du haut de son crâne jusqu’à son cou, telle une brochette – sérieux, les allusions à la bouffe ça va pas me donner envie de manger si je m’en sors. Seul mon œil avait le courage de bouger encore. Droite, gauche, haut, bas, il regardait partout pour voir d’où la peur venait. Nulle part, il s’agissait d’un énorme bruit d’hélices.
L’endroit de terre où je m’étais écrasé se diviser du sol puis s’envola. La plate-forme entra dans un énorme avion et tout ce que j’entendis ce fût un discours bref… J’avais finalement survécu. En très mauvais état, mais survécu… Je suis une des personnes qui a réussi à survivre à ce jeu funeste. J’étais une sorte de survivant que tout le monde aurait voulu être. Je n’avais plus le droit de mourir, à présent.
« Mesdames et messieurs, je vous présente, le gagnant des soixante-douzième Hungers Games. Nash Fawks-Williams du District Sept. »

*********

« Alors, Nash ! C’est bien Nash, non ? Qu’est-ce qui vous a le plus interpellé lors de la fin, lorsque vous n’étions plus que vous deux ?
- Vous savez, ce moment où mon œil refusait de s’ouvrir, ce moment où je ne pouvais pas tuer facilement et à distance celui qui allait sans doute m’ôter la vie ? Et bien même comme ça, du haut de mon arbre, lorsque j’essayais de voir tout le paysage, la seule chose que je vis – parce que je vis – c’était l’atrocité. »


Et le silence fût long.







I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror, drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. I never meant to start a fire, I never meant to make you bleed, I'll be a better man today. But the blood on my hands scares me to death maybe I'm waking up today.


Dernière édition par N. Ethan Fawks-Williams le Dim 28 Juil - 23:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t8885-nash-i-never-meant-to-start-a-fire-alors-je-commence-a-reranger-mon-linge-tout-seul http://www.mockingjay-rpg.net/t6108-07-ethan-white-wine-please http://www.mockingjay-rpg.net/t6114-07-nash-ethan-fawks-williams
avatar
DISTRICT 8
△ correspondances : 2406
△ points : 12
△ multicomptes : Robin D. Bates / F. J. Kennedy
△ à Panem depuis le : 01/04/2012
△ humeur : Blasé.
△ âge du personnage : 35 ans
△ occupation : [i]Chef[/i] Pacificateur du D08


can you save me?
statut: Single.
relationships:


MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Sam 20 Juil - 22:49

Bienvenue XD ! Je vais opter pour Jésus OwO ! *sort*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DISTRICT 6
△ correspondances : 4141
△ points : 0
△ multicomptes : Ø
△ à Panem depuis le : 16/04/2012
△ humeur : Floue.
△ âge du personnage : Vingt-et-un
△ occupation : Danseuse.


can you save me?
statut: as free as the wind
relationships:


MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Sam 20 Juil - 22:50

Bienvenue


Gemma ❖ You can't forget but you can move on
 


To know more about my life...*

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Sam 20 Juil - 23:14

Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Dim 21 Juil - 9:51

bienvenue (:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 5
△ correspondances : 5710
△ points : 0
△ à Panem depuis le : 18/06/2012
△ humeur : I'm a fucking monster.
△ âge du personnage : 38 y.o.


can you save me?
statut: It doesn't hurt me anymore.
relationships:


MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Dim 21 Juil - 18:34

Bienvenue



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t6374-this-is-survival-of-the-fittest-this-is-do-or-die http://www.mockingjay-rpg.net/t3544-a-man-chooses-a-slave-obeys http://www.mockingjay-rpg.net/t3545-nature-nurture http://six-ways-to-misbehave.tumblr.com/
Invité



MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Dim 21 Juil - 18:51

SHARMAN crac crac crac crac crac crac crac crac 
bienvenue  
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Dim 21 Juil - 19:39

Bienvenue sur le forum  
Bon courage pour ta fiche. Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Dim 21 Juil - 20:47

Bienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 9
△ correspondances : 13212
△ points : 2
△ multicomptes : dely, ridley, dahlia
△ à Panem depuis le : 23/04/2011
△ humeur : mélancolique
△ âge du personnage : vingt-deux ans
△ occupation : garde d'enfants


can you save me?
statut: célibataire
relationships:


MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Dim 21 Juil - 22:15

Bienvenue sur MJ chou I love you
Je vais réserver ton avatar pour une semaine

Bonne chance pour ta fiche


'CAUSE I STILL DO DEPEND ON YOU
SO DON'T SAY THOSE WORDS, THAT RUN ME THROUGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t19-avalon-why-does-my-heart-cry http://www.mockingjay-rpg.net/t82-avalon-can-t-live-without-you http://www.mockingjay-rpg.net/t74-avalon-journal-de-bord
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 999
△ points : 0
△ multicomptes : léo. (04)
△ à Panem depuis le : 10/11/2012
△ âge du personnage : 31 ans.
△ occupation : mentor.


can you save me?
statut: alone
relationships:


MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Dim 21 Juil - 23:41






I WASN'T LISTENING

Couldn't quite see what the future held and as days went by it would tell itself. Let it struggle just a little bit more ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t5186-gargaria-la-barbare http://www.mockingjay-rpg.net/t5254-07-khloe-madness http://www.mockingjay-rpg.net/t5255-07-khloe-insanity
avatar
DISTRICT 9
△ correspondances : 1696
△ points : 2
△ multicomptes : - j. baÿs-galor
△ à Panem depuis le : 09/10/2011
△ humeur : - découragé, désemparé et plein d'autres rimes tarées.
△ âge du personnage : - vingt-quatre ans.
△ occupation : - (ancien?) chef rebelle du district neuf, pilier d'infirmerie


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Lun 22 Juil - 10:39

Daniel I love you crac crac

Bienvenu sur MJ et bon courage pour ce qu'il te reste a écrire Smile




Darkness is your candle.
building walls ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 442
△ points : 6
△ multicomptes : joshua g. wheatfield
△ à Panem depuis le : 15/07/2013
△ humeur : de la mousse
△ âge du personnage : vingt cinq
△ occupation : mentor


can you save me?
statut: [SAF] Sans Ami Fixe
relationships:


MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   Lun 22 Juil - 12:56

Merci à tous !  (ce smiley est magnifique)

Katelia, Garga, Aiden (en plus j'ai failli aller au 9 par un caprice d'une certaine personne (a)), on verra ça quand ma fiche sera fini. Mais chacun son tour alors.


I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror, drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. I never meant to start a fire, I never meant to make you bleed, I'll be a better man today. But the blood on my hands scares me to death maybe I'm waking up today.


Dernière édition par N. Ethan Fawks-Williams le Lun 22 Juil - 13:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t8885-nash-i-never-meant-to-start-a-fire-alors-je-commence-a-reranger-mon-linge-tout-seul http://www.mockingjay-rpg.net/t6108-07-ethan-white-wine-please http://www.mockingjay-rpg.net/t6114-07-nash-ethan-fawks-williams
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nash - Avant je rangeais le linge. Et puis j'ai gagné les Hunger Games. Maintenant j'ai des serviteurs qui le font pour moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Carte d'identité :: Bienvenue à Panem-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.