petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 JALYMPE ✤ i bleeding out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: JALYMPE ✤ i bleeding out   Sam 18 Mai - 20:10



i bleeding out
Installé tranquillement dans le train. Tu déposais ta tête contre la vitre pendant que ton regard se fixait sur la neige blanche. Une douce soirée de début décembre et tu devais faire un voyage pour aller dans le district huit, tout simplement pour répondre à une interview. On t'avait informé que tu passerais la nuit chez des gens dont tu ne connaissais pas le nom. « Mademoiselle Olympe, vous voulez quelque chose ? » Le cuisinier te sort de tes pensées et tu te retournes vers lui. Tu avais souvent l'habitue d'être dérangé de tes pensées si captivantes à cause de ces inconnus. Tous voulait te traiter avec un petit soin, par peur de voir leurs mains coupés ou leurs langues arracher par la même droite du président. Tu étais aussi une arme assez captivante pour tout ce qui voulait s'approcher de toi. « Non merci, vous pouvez disposés. » Tu te retourne en entendant le train partir. Tu replonges avec concentration dans tes pensées, captivés par le paysage enneigé qui défile sous tes yeux. Un petit sourire aux lèvres, la nostalgie des jeux te revient aux lèvres. Tu ne sais plus ce que c'est, d'être humaine. Tu avais beau porté le rôle de poupée pour le public de Panem, tu avais endossé le rôle de poupée dans ta vie. La poupée aussi froide en porcelaine, sans grand sentiment à part une mascarade d'hypocrisie en toi. Tu vivais pour les mensonges tellement que ton nom aurait dû être liars. Il t'aurait sûrement plus correspondu que de porter le prénom d'un endroit mythique où les Dieux gréco-romain y vivent et le nom d'une plante. Mais que peux-tu y faire ? C'est grâce à tes parents que tu es là, et grâce à toi ils sont riches désormais. Ils n'ont plus à travailler beaucoup, et ils ont rempli ta vie de bonheur. Elle était trop remplie de bonheur qu'à chaque impact tu étais vraiment mal. Comme une grande douleur.

Le train après avoir roulé quelques heures, arrivent aux huit où les pacificateurs t'accompagne pour te mettre en toute sécurité en dehors du regard de ces gens fous qui voulaient ta mort. Les parents des deux enfants que tu as tués avec ton simple poignard et ta rage époustouflante à couper le souffle ou des passants ayant horreur des vainqueurs ? Peu importe, et puis tu n'allais pas traverser le district seule simplement comme ça.
L'après-midi passé à te préparer. On t'annonce le nom de la famille où tu vas loger et tu découvres que celle-ci n'est pas spécialement riche. Ni pauvre pour autant. Un sourire sur tes lèvres, tu vas pouvoir enfin admirer la vie des gens normaux d'autres districts pendant deux jours. Tu défiles dans les ruelles, caché derrière un long mentaux noire qui recouvre tout ton corps, tu entends un pacificateur parler à ta gouvernante attitrée. Celle-ci toque à la porte et pendant que celle-ci s'ouvre, on te fait rentrer à l'intérieur telle une personne si importante, ce que tu ne penses pas de toi. Alors que le pacificateur allait commencé son long discourt de salut, tu lui coupes la parole.« Bonjour madame Carter, merci de bien vouloir me loger chez vous. » Tu retournes la tête vers le pacificateur et lui donne un coup de tête comme quoi il peut parti alors que tu enlèves le manteau qui cache ta parure et ton visage. Tu ressembles encore une fois à une princesse. Ta chevelure est aussi blanche que la neige et descend en de belle anglaise jusqu'au bas de tes fesses, tu portes un corsaire blanc rempli d'un jupon de la même couleur en dentelle. Tes lèvres sont toujours munies d'un rouge sang, pendant que tes yeux sont légèrement maquillés. Lorsque tu entends des bruits de pas, tu te retournes et voit un jeune homme qui se tient devant toi. La peau mate, les cheveux en bataille noire et un regard de braise, il est tout le contraire de ton physique et tu souris. Pour une fois qu'une personne ne fait pas attention à ton look de poupée et s'en contre fiche bien. Tu tends poliment ta main vers le garçon pour le saluer. « Merci monsieur Carter de bien vouloir m'héberger. » Tu ne bouges pas, attendant sa réponse avec un sourire d'excitation sur ton visage, pour une fois que tu reverras le fait de vivre dans une famille peu aisé te fait rappeler ton ancienne toi, la fille qui pouvait réussir à pleurer, à rire naturellement, sans se forcer pour faire plaisir à un capitole et à l'homme au rose qui t-as détruite et ruiné de l'intérieur.


© code rp by reeven-sham skenandoe
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: JALYMPE ✤ i bleeding out   Dim 19 Mai - 13:45

I bleeding out
James & Olympe



La journée avait commencé normalement, j'étais allé dans la forêt pour recueillir le fruit de mes pièges astucieux, mais je n'avais trouvé que deux petits lapins et un écureuil. Je les avais ramené chez moi, les cachant tout le long du chemin dans ma veste en jean. Ma mère me remercia avant de prendre un couteau pour leur couper la tête d'un coup. Ca faisait rire mon frère, je ne sais pas trop pourquoi, moi j'ai plutôt pitié de ces animaux, mais c'est la vie. C'est un peu comme dans les jeux, les plus forts sont obligé de tuer les plus faibles pour vivre et en l'occurance gagner.
- Vas préparer d'autres pièges James, on a besoin de plus de nourriture, les stock sont presque épuisés.
Je hochais la tête en souriant puis traversais le district en direction de la forêt. Je posais rapidement mes pièges en mangeant mon repas de midi : une poignée de baies sucrées avec du boeuf séché acheté la veille. Vers trois heures je rentrais au village en passant voir des amis. Nous avons passé l'après midi a nous battre au sabre en bois. Oui, c'est peu être un peu bête mais c'est comme ça qu'on s'amuse. Et puis...on fait ça pour s'entrainer un peu...pour les jeux. Tout le monde stresse en ce moment, on a peur, on se méfie, on essaye de se débrouiller un peu tout seul, du cou on se voit moins. La moisson approche. Harry, un ami, arriva en courant vers notre groupe et nous affirma avoir vu une étrangère dans le district, il n'avait pas vu son visage, seulement un manteau noir.
- Tu penses à quoi ? Une rebelle ?
Il me dit qu'il n'en avait pas la moindre idée. Un peu inquiet je rentrais chez moi. Une dixaine de minutes plus tard, quelqu'un toqua à la porte. Ma mère se précipita pour aller ouvrir, moi à ses côtés. Un pacificateur était là, en présence d'une jeune femme.
« Bonjour madame Carter, merci de bien vouloir me loger chez vous. »
Je fronçais les surcils, Qui était cette fille ? Ma mère l'avait invitée ?
« Bonjour Olympe, entre vite, il ne fait pas chaud. »
Elle regarda le pacificateur de haut en bas puis lui ferma la porte au nez. Elles se connaissent. Olympe me serra la main.
« Merci monsieur Carter de bien vouloir m'héberger. »
Après un temps d'attente je répondis :
« Je n'étais au courant de rien, quelqu'un veut bien m'expliquer ? »
Ma mère lâcha un sourire gêné :
« Olympe va rester deux jours au district huit, c'est une gagnante des Hunger Games, elle doit expliquer à notre District comment ça s'est passé pour elle. »
J'avalais ma salive, cette fille avait un lourd passé derrière elle, j'avais du mal à lui faire confiance malgré son apparence angélique.
« Salut, je m'appelle James, Monsieur Carter, c'était mon père. »
Lui dis-je sur un ton froid. Elle parlait comme quelqu'un du Capitole, c'était peut être pour ça que j'avait du mal à l'apprivoiser. Je soupirais en levant les yeux au ciel puis lui fit signe de me suivre, je devais lui faire visiter, c'était la moindre des choses, même si il n'y avait pas grand chose à voir chez nous. Je lui montrais les chambres, celle de ma mère, et celle de mon frère et moi. Je me demandais soudainement où Olympe allait dormir. Comme d'habitude lorsque l'on reçoit des invités, Jack allait dormir avec ma mère, et puis l'invitée dans son lit, c'est à dire dans le mien aussi. Je ne savais pas trop quoi penser. Elle n'avait rien à voir avec moi et je me demandais de quoi on allait bien pouvoir parler. Même si j'avais énormement de questions à lui poser sur les jeux, ce sera dur pour moi de me lâcher, surtout qu'elle doit avoir des obligations, comme par exemple ne raconter que le bien des jeux. Je lui montrais un lit, je lui dis, très gêné :
« Je suis désolé, mais il n'y a qu'un double lit, si ça te dérange, je dormirais par terre. »
C'est tout ce que je pouvais faire pour elle. Olympe devait avoir l'habitude du luxe depuis les Jeux. D'ailleurs ses vêtements le prouvent : une robe blanche en dentelle venant de notre district, ce genre de tissu nous coute très cher.| Chameleon Circuit.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: JALYMPE ✤ i bleeding out   Dim 19 Mai - 14:33



i bleeding out
C'était la première fois que tu retournais dans une maison pauvre. Oui, on ne pourra pas dire aisé, ou même normal, puisque c'est tout le contraire. On avait pourtant exigé à ce que tu sois logé dans une maison aisée, mais tu avais clairement dit non. Le simple fait de sentir le vieux bois te rappelait ton ancienne vie, ton moment vivant. Ta vie d'avant te manque totalement, et le fait de faire semblant d'être comblé depuis sept ans t'agace de plus en plus. « Je n'étais au courant de rien, quelqu'un veut bien m'expliquer ? » Tu regardes le garçon avec un air amusé pendant que sa mère le regarde avec un regard posé. Il avait l'air surprit et surtout haineux. Tu le sentais. Il n'avait pas l'air d'apprécié que quelqu'un vienne changer son quotidien familial. « Olympe va rester deux jours au district huit, c'est une gagnante des Hunger Games, elle doit expliquer à notre District comment ça s'est passé pour elle. » Sa mère avait tout fait pour le tourner correctement, mais en étant vrai, tu venais pour mentir. Mentir était ton quotidien à toi. Mentir pour prouver qu'en toi tu es encore humaine. Mentir pour prouver aux autres qu'il n'y a pas qu'un pantin du capitole qui se cache dans la carapace aussi vide que tu es. « Salut, je m'appelle James, Monsieur Carter, c'était mon père. » Tu regrettes d'avoir un instant dit Monsieur Carter, mais son ton froid ne te glace pas pour autant. Tu l'avais si souvent pris sur tes lèvres. Tu l'avais adoptés, comme un petit orphelin pour le faire passer comme ci tu parlais comme ça depuis toujours. « Et bien enchanté James. Comme votre charmante mère vous l'a dit, je suis Olympe. » Il te regarde et te fait un signe de départ et tu te retournes un instant vers Sixtine. Celle-ci te suivait partout, et en temps que gouvernante elle avait l'habitude de se retrouver avec le luxe qu'on t'offrait pour que tu prennes la pauvreté à sa place. Tu attrapas ta petite valise de ses mains avec un doux sourire tu lui murmuras ces mots. « Vous pouvez disposer, aller avec le pacificateur qui vous attend, nous nous reverrons au matin, je viendrais vous chercher. Bonne soirée. » Tu prends ton manteau et lui enroule autour de sa tête avant qu'elle ne te salut par respect tout autant que la famille Carter et qu'elle s'en aille. Tu te retournes et adresse un doux sourire à ton hôtesse avant de visiter la si petite maison. Tu arrives dans sa chambre et touche le mur de ta main, juste pour sentir la fraîcheur de la pauvreté qui habitait ce monde, mais pour te redonner de l'espoir qu'un jour, ton cœur sera normal et non en porcelaine. « Je suis désolé, mais il n'y a qu'un double lit, si ça te dérange, je dormirais par terre. » Tu tournes ta tête vers James et regarde le lit un instant avec un petit rire. Son air gêné t'avait fait décrocher un petit sourire et tout compte fait, ce garçon n'était pas aussi froid qu'il en donnait l'air. « Oh tu sais, ce n'est pas grave, peu m'importe où je dors ou avec qui, et puis après tout ce n'est que chez toi. » Un doux sourire borde tes lèvres. Tu t'étais prise la permission de le tutoyer en pensant que cela ne le dérangera pas tant que ça. Tu te baisses et dépose doucement ta valise avant de te retourner vers lui. « Le district huit est très jolie, il ne ressemble pas du tout au district douze. » Un sourire nostalgique se dépose sur tes lèvres. Ton regard bleuté se perd dans tes pensées, celle d'un district de mine. Celui où tu pouvais courir, nue pied tout en sachant que tu auras une écharde dedans. Le district où tu devais te laver avec un simple saut d'eau était pour tout dire du grand luxe. Mais peu importe, tu es devenue un femme, une gagnante, et une poupée sans grande émotion.


© code rp by reeven-sham skenandoe
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: JALYMPE ✤ i bleeding out   Dim 19 Mai - 16:11

I bleeding out
James & Olympe



« Oh tu sais, ce n'est pas grave, peu m'importe où je dors ou avec qui, et puis après tout ce n'est que chez toi. »
Je hossais les épaules, heureusement, car la couverture en peau de lapin me tenait très chaud par ces nuits si froides, et la quitter ne serai-ce pour une nuit me rendrait malade. Cependant je n'avais pas l'habitude de dormir avec une jeune femme, je n'avais jamais partagé mon lit avec quelqu'un d'autre. Tous les invités avaient une couverture en plus à apporter pour dormir par terre.
« Le district huit est très jolie, il ne ressemble pas du tout au district douze. »
Ceci le fit sourire légèrement, notre district était pauvre, et pas vraiment accueillant, enfin c'est la réputation qu'on lui donnait. On pourrait croire que nous mangeons bien grâce aux élevages de notre district, mais en fait la viande se fait plutôt rare dans nos assiettes, mis a part ce que je chasse bien sûr.
« Je ne comprends pas trop pourquoi ils t'ont demandé de venir nous expliquer quoi que ce soit dans notre district puis-ce-que ce que tu est censé dire n'est que mensonges. »
Je savais très bien que ce salaud directeur des jeux ne laisserai pas une jeune gagnante des jeux raconter l'horrible vérité des Hunger Games. Je n'arrêtais pas de la regarder d'une façon étrange, comme une intrue, elle devait se sentir mal. Je baissais mon regard, m'approchais d'elle et lui prit délicatement la valise des mains, passant mon visage à quelques centimètres du sien en la regardant dans ses yeux bleus. Je la posais sur le lit.
« Tu as apporté pas mal de choses pour deux jours, vu le poids de ta valise. »
Pour deux jours, moi je n'aurais emporté qu'une chemise, un pantalon et de quoi me laver. Je passais la main dans mes cheveux. Olympe avait la peau et les cheveux remarquablement blancs. Je ne me cachais pas qu'elle était plutôt mignonne, mais je n'allais pas m'en intéresser comme ça. Ma mère m'appela d'en bas pour me dire d'aller chercher le buttin des pièges posés ce matin.
« Tu viens avec moi ? »
Il lui adressa un clin d'oeil avant de descendre en courant. Il courait pour ne pas lui laisser le temps de répondre, car si c'est oui et qu'elle réfléchissais trop, elle le perdrait de vue. James enfila sa veste rapidement, et ouvrit la porte. Il s'arrêta tout de même quelques secondes, se rappelant qu'elle ne connaissait pas le district. Il fit un signe à la voisine qui étalait son linge. L'entendant arriver, sa mère sourit légèrement :
« Elle e l'air plutôt gentille cette petite, ne sois pas trop dur avec elle. »
Je répondis par un simple sourire en me préparant à courir. Dans notre district nous marchions pieds nus et ça ne dérangeait personne puis ce que rien de dangereux ne traquassait nos pieds. En la voyant arriver, munie de chaussures je soupirais, la soulevais puis lui retirais ses souliers en les balançant devant la maison de bois. Ils étaient dans la boue, tant pis, ça lui apprendra. Je souris puis me mis à courir. Et puis en rapidité, dans le village, il n'y a pas mieux que moi. Je ne me gênais pas et accélérais, ne faisant pas attention à la présence d'Olympe en robe blanche.
| Chameleon Circuit.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: JALYMPE ✤ i bleeding out   Dim 19 Mai - 17:34



i bleeding out
Les tributs du district huit avaient eu le chance de ne pas t'avoir rencontré dans l'arène et d'être mort avant, car sinon ils auraient sûrement subis la même douleur que tu avais fais endurer à tout le monde. Et au petit frère de Sixtine. Créïus. Un petit garçon doux qui vivait pour aider sa mère et sa sœur. Tu ne le connaissais que très peu, mais lorsque que tu t'étais jeté sur lui, le poignard en main en train de faire un sourire en se demandant de qu'elle façon tu pourrais le faire souffrir. Rien que cette pensée te fait souffrir intérieurement. Tu ne peux plus ressentir la même chose et le remord a été ton seule remède. Tu as souvent chercher à te rendre vivante, et de venir reparler de la mort dans un district qui avait subit aussi de la mort te rendait tout autant triste. « Je ne comprends pas trop pourquoi ils t'ont demandé de venir nous expliquer quoi que ce soit dans notre district puis-ce-que ce que tu est censé dire n'est que mensonges. » Tu te retournes vers lui, sans grande expression faciale. Il faut dire que tu avais toujours eu ce regard là, perdue dans temps de mélancolie et de souffrance, telle un vainqueur. « Peu importe, c'est mon devoir en tant que gagnante. » Celui baisse la tête pendant qu'il essai de cacher le déni ou le dégoût qu'il lui prend en te voyant. Il est normal de le comprendre, tu es bien une grande tueuse que tu cherches à payer pour la mort de chacun de tes tributs. Te faire souffrir de différente façon, que ça soit le remord, la haine, la tristesse. Tu te rends compte qu'il prend ta valise et que son visage passe juste à côté du tient, mais tes pensées ont envahis ton corps et tu ne t'en rends compte que trop tard. Tu étais encore dans tes pensées. Un peu trop perdue lointainement. Il t'apporte près du lit et t'y dépose « Tu as apporté pas mal de choses pour deux jours, vu le poids de ta valise. » Tu ris à sa remarque. Il avait raison, tu avais pris des habits pour dix, du moins Sixtine. On a toujours voulue te mettre sur un piédestal, ce dont tu as horreur. Mais avec le temps, tout cela passe et tu ne t'en rends plus vraiment compte. Tu vois sa main allé dans ses cheveux et son regard se parsemé sur ton visage. Tu ne bouges pas pour autant, trop habitué à sentir les gens te regarder et examiner chacune de tes tenues ou maquillage que tu portes. Puis tu entends un instant sa mère l'appelé et tu te retournes vers lui. « Tu viens avec moi ? » Tu sens qu'il se détend et ta présence et un clin d'oeil se fait sur son regard et tu lâches un petit sourire vrai. Une fois descendue en bas, tu le vois discuter avec ta mère et te munie de tes simples ballerines, trop sur de toi, tu le rejoins dehors dans la neige en le voyant pied nue. Tu fronces légèrement les sourcils avant qu'il ne te soulève pour te prendre dans ses bras et enlever tes chaussures, laissant tes longues chaussettes aller dans la boue. Tu le regardes avec deux grands yeux surpris avant qu'il ne se mette à courir. Tu ris. Et il te laisse là, seule avec robe et son gros jupon rond de poupée. Tu souris avant de te mettre toi aussi à courir. Cheveux au vent tu souris et le rattrape. Il a beau être très rapide, tu es quand même une gagnante qui as eu un entraînement physique après sa victoire et même encore en ce moment. Tu te retournes et sourit en courant en arrière pour lui faire face en te mettant face à lui et d'adopter son rythme. Fière de toi pour une fois, tu souris peut-être véritablement pour la première fois ? Tu sens soudainement tes pieds se dérobé et tombé vers l'avant, donc vers lui. Tu l'entraînes dans ta chute et tombe sur son torse recouvert du tissus qui lui sert de haut. Tu relèves ta tête, laissant ta chevelure lui tombé sur le bas du visage et tu as un petit sourire. Un petit sourire, vrai, enfantin. Le même que tu avais, quand tu étais enfant. C'était peut-être la seule part d'humanité qui te restait. « Je ne t'ai pas fait mal ? » Tu étais plutôt inquiète, il faut dire. Le pauvre n'avait pas demandé d'avoir le petit corps d'une poupée sur lui.


© code rp by reeven-sham skenandoe
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: JALYMPE ✤ i bleeding out   Lun 20 Mai - 10:40

I bleeding out
James & Olympe



J'étais habitué a enfoncer mes pieds dans la neige, je ne ressentais plus rien, alors qu'Olympe devait avoir les pieds glacés. Je ris intérieurement, ça l'obligera à quitter son petit train train de nouvelle riche. Je ralentis un peu et elle me rattrapa, puis j'accélérais, elle me suivait, elle avait gardé l'endurance des jeux. Elle courrait face à moi, elle se croyait maligne et supérieure. Ahaha ! Cela ne dura pas longtemps car n'ayant pas vu la souche derrière elle, elle tomba, mais pas en arrière, en avant. Je me retrouvais directement à terre, elle allongée sur mon corps. J'étais surpris, la neige sous moi fondit très rapidement par la chaleur de mon corps dû à la course. Je rougis légèrement.
« Je ne t'ai pas fait mal ? »
Je posais la tête dans la neige en riant.
« Je suis solide, c'est plutôt à moi de te demander si tu ne t'es pas fait mal ! »
Je l'aidais à se relever puis me levais à mon tour. Ca fait bien longtemps que je n'avais pas été aussi près d'une fille. Je me remis à courir puis nous arrivâmes dans un immense champs aux herbes très hautes. C'est la dedans que se situaient mes pièges. C'était tout de même plutôt dangereux car on pouvait croiser un serpent à tout moment ou ... un pacificateur.
« Fais gaffe, suis moi bien, c'est dangereux. »
Il entra dans les hautes herbes en marchant rapidement, sachant précisément ou ses pièges étaient. Il tomba sur l'un deux, un lapin s'était coincé dedans, mort. Je le récupérais et l'accrochais à mon ceinturon puis continuais ma route, au bout de dix minutes de marche en poussant les herbes, je tombais nez à nez avec un pacificateur. Il avait l'air surpris lui aussi. J'ouvris grand les yeux et fit demi tour :
« COUUUUURRS !» criais je à Olympe.
Elle devait avoir eu l'habitude des surprises dans l'arène, mais un pacificateur, c'est aussi dangereux qu'un tribut armé, et ça tue aussi. Il nous poursuivit en courant, mon coeur battait vite, mais Olympe qui était devant moi ne savait pas trop où aller. Je passais devant elle et lui pris la main pour l'entraîner. Nous courions vite, je pivotais à droite, nous roulâmes quelques mètres et tombâmes dans un petit fleuve glacial. J'empêchais la gagnante de se relever :
« Il faut rester cachés ici un moment, le pacificateur ne nous retrouvera pas la dedans. » chuchotais-je.
Je frissonnais légèrement, l'eau était presque gelée. Les roseaux remplis de neige nous cachaient. Et un pacificateur seul dans ce champs n'est pas dans son meilleur élément. Au bout d'une dixaine de minutes dans le silence je me levais discretement :
« Il doit être parti pour nous attendre devant le village, faisons un petit détour par le fleuve. »
Je sortis de l'eau, marchant dans l'herbe enneigée. J'avais trop de questions à lui poser sur les jeux, mais j'osais pas, de peur de lui rappeler des choses horribles, les tueries, la peur, le sang, la faim, les blessures, la mort, les armes. Une fois en sécurité je ne puis pas m'empêcher de poser la question qui me brûlait les lèvres :
« Comment as tu réagi lorsque ton nom à été annoncé sur le promontoire ? »

| Chameleon Circuit.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: JALYMPE ✤ i bleeding out   Lun 20 Mai - 14:43



i bleeding out
« Je suis solide, c'est plutôt à moi de te demander si tu ne t'es pas fait mal ! » Tu hoches la tête avant de remarquer sa rougeur et que ton sourire n'explose sur ton visage. Un garçon qui rougi au contact d'une fille t'avait toujours un peu amusé. Il faut dire qu'étant dans la peau d'une poupée, tu pouvais observer beaucoup de chose, et au capitole, rare se faisait les hommes qui rougissaient envers des femmes. « Je vais bien merci. » Il t'aide délicatement à te relever et repart dans sa petite course. Tu le suis, ne préférant pas te mettre en avant et le laisser faire, question de fierté personnel masculine qui t'avait toujours amusé. Une fois arrivé devant un champs tu souris à ce nouveau paysage de rêve que tu voyais très peu dans ton district. « Fais gaffe, suis moi bien, c'est dangereux. » Tu ne bronches pas, captivé par la grande différence d'un district construit sur des ruines comme le tient. Une fois entré, tu le suis doucement. Il tombe sur un de ces pièges et tu comprends bien vite qu'il chasse en cachette. Tu sais bien que c'est une trahison envers le président, mais tu garderas cela pour toi. Sûrement parce que tu gardes toujours des choses pour toi. Et puis le président se ficherait pas mal d'un garçon qui va nourrir sa famille, il le ferait se faire punir en s'en lavant les mains, et l'idée te dégoûte. Tu le suis avant de comprendre qu'il s'arrête, pour voir la tête d'un homme. Enfin homme n'est pas le mot. Plutôt un pacificateur, ou un tueur on dirait là. « COUUUUURRS !» Tu te retournes aussitôt et exécute les ordres de ton hôte qui lui fonce comme une fléchette. Tu restes néanmoins perdu et envoie un regard de détresse à ton acolyte. Ton cœur perdue dans un rythme cardiaque rapide, tu essais de voir ce que le pacificateur fait pendant que James passe devant avant qu'il ne t'attrape la main. Tu tournes la tête vers lui avant qu'il ne se décale sur la droite et que vous ne tombiez en pante, vos corps roulant dans le terrain avant de tomber le corps entier dans l'eau. Tu ressors de l'eau pour ouvrir les yeux. « Il faut rester cachés ici un moment, le pacificateur ne nous retrouvera pas la dedans. » Tu passes la main dans tes cheveux humides et commence à trembler, le corps glacé par l'eau. La robe que tu portes ne ressemble plus à rien, et on peut dire que tu fais peur visuellement. Ton mascara a coulé le long de tes yeux et laisse une longue traînée noire. « La prochaine, préviens moi qu'il faudra qu'on se prépare à courir puis à faire de la natation, je prendrais mon maillot. » Tu dis cette phrase avec un petit rire. Jamais tu n'avais été autant vivante que cela. Jamais tu n'avais ressentie toute cette intensité. Et la journée ne risque pas d'être finie. « Je rigole hein, c'était trop mortel, et le mot est faible. » Après attendre dix bonnes minutes qui ressemblèrent à des heures, il prit l'initiative de sortir de l'eau et tu le rejoignis. « Il doit être parti pour nous attendre devant le village, faisons un petit détour par le fleuve. » Tu ne dis rien et avance en attrapant tes cheveux humides et les pressas dans ta main pour évacuer l'eau qu'il avait absorber. Tu remarques son air tracasser puis il brise le silence. « Comment as tu réagi lorsque ton nom à été annoncé sur le promontoire ? » Tu ne sais même pas quoi répondre. Qu'avais-tu vraiment ressenti ? De l'impatiente ? C'est ce que tu dirais pour les caméras. Toujours et encore. Tout est une question de caméra, de bonne conduite. Ce qui ne fait que t'énerver et t'ennuyer au plus haut point. Mais avec lui. Allais-tu jouer la bonne gagnante ou la fille du douze ? La question ne se pose même pas que ton esprit tranche à peine la question posé. « Avec toute franchise, j'attendais juste qu'on vienne m'achever. J'avais l'impression que tout les événement comme la parade, les jours d'entraînements et tout le baratin ne faisait que donner notre mort encore plus douloureuse, à chercher l'espoir tout au fond de nous pour le réduire en bouillie. Alors, moi, je me tenais debout. Je priais en silence pour qu'on ne me tire une balle dans la tête. Mais me voilà. Alors j'espère que pour toi, ton nom ne sera pas piocher. Parce que la plus grande douleur dans les Hunger Games, ce n'est pas le moment des adieux, ni celui où l'on meurt, mais celui où on sait que l'on va devoir mourir, c'est-à-dire à la moisson. » Une fois ton long discour fini, ton regard redevient pensif, froid et distant, comme d'habitude. Tu repères l'émotion de vie que tu avais eu. Ce n'est pas la faute de James, mais de toute cette mascarade. Tu recherches juste cette espoir de vie, et tu crains de le perdre, encore une fois.


© code rp by reeven-sham skenandoe
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: JALYMPE ✤ i bleeding out   Lun 20 Mai - 20:18

I bleeding out
James & Olympe



J'écoutais attentivement chaque lettre de ses longues paroles, elle était tellement fragile. Sa réaction ne m'a pas étonné, elle parlait franchement, elle avait donc fait impasse aux ordres du président sur les jeux, j'avais donc l'opportunité de tout savoir ? Vraiment tout ? Je me le demandais. Peut être y avait il des choses qu'elle préférerait garder pour elle, mais elle n'avait pas vraiment une tête de menteuse. Enfin je dis ça...mais les apparences sont souvent trompeuses. Elle avait l'air sincère en me disant qu'elle espérait pour moi que mon nom ne soit pas tiré au sort. Je soupirais en baissant la tête :
« Malheuresement à cause des tersae, mon nom sera inscrit vingt-deux fois. Je suis peut être nul de l'avouer, mais j'ai peur, nous sommes trop jeunes pour mourir, la grande vie nous attend, mais pour ça il faut passer le cap des dix-huit ans. Ceux qui ont le moins de chance ce sont les plus jeunes de douze ans, être tiré au sort dès la première année. J'ai aussi peur pour mon frère qui à treize ans cette année. Si je suis pris dans les jeux, comment ma famille va t'elle faire pour se nourrir sans mes pièges ? »
Je me posais vraiment trop de questions, mais tant qu'elle était là pour parler de ça, je voulais en profiter et je pense que n'importe qui aurait fait la même chose.
« Le pire ça doit être le stresse continu dans l'arène, la peur de voir un ennemi surgir en plein sommeil, la peur de faire le moindre bruit, la peur d'être confronté à un monstre créé par le Capitole. Tu as eu des sponsors ? Tu as reçu quelque chose d'eux dans l'arène. »
Son visage me revint maintenant très bien dans mon esprit, j'avais regardé les jeux cette année-la. Mais les Hunger Games c'est un peu comme les matchs de sport à la télévision, on a son joueur favori, son équipe à soutenir, sauf que c'est la vraie vie, ce n'est pas un "jeu" comme on pourrait l'appeler. Un jeu c'est censé être ludique, amusant, divertissant, les Hunger Games n'ont rien à voir avec ça. C'est peut être un jeu pour la direction, mais pas pour nous, les districts.
Nous marchions dans le froid, le vent glacial caressant nos habits trempés. Je craignais qu'elle ne soit malade à cause de moi. Je m'en voulais tout d'un coup de l'avoir amené ici, en plus je lui avais fait quitter ses chaussures douillettes. Sa robe...elle ne ressemblait plus à rien, je m'en mordais les doigts, elle devait peut être m'en vouloir. Enfin je ne m'en fait pas trop pour ça : elle doit avoir des dixaines et des dixaines d'autres robes chez elle, quand elle rentrera celle ci sera remise à neuve immédiatement je suppose. J'avais complètement oublié à quelle sorte d'arène elle avait été confrontée. Le désert, la forêt, la jungle, la mer, beaucoup de possibilités.
« Tu étais dans quelle sorte d'arène ? ... Et aussi, les carrières, sont-ils si forts qu'on le croit ? »
Cette deuxième question m'était apparue soudainement, plutôt pertinente, parce que si Olympe les as battu, c'est qu'elle a su être plus maline qu'eux. Ils avaient la réputation d'exeller dans tous les domaines : survie et combat, de vraies brutes, mais peut être pas dans la stratégie. Parce que j'avais du mal à imaginer Olympe, arme en main, tuant son adversaire avec de grands coups de lames. A moins que les jeux l'aient complètement changée, ce qui était aussi possible

| Chameleon Circuit.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: JALYMPE ✤ i bleeding out   Sam 8 Juin - 0:54



i bleeding out
Pourquoi tu faisais toujours dans la mélancolie?Tu n'étais pas venue ici pour faire chier un adolescent avec tes problèmes de poupées gagnante et terrifiante. Non, si tu étais ici, c'est pour tout simplement répondre encore et encore à des questions. « Malheuresement à cause des tersae, mon nom sera inscrit vingt-deux fois. Je suis peut être nul de l'avouer, mais j'ai peur, nous sommes trop jeunes pour mourir, la grande vie nous attend, mais pour ça il faut passer le cap des dix-huit ans. Ceux qui ont le moins de chance ce sont les plus jeunes de douze ans, être tiré au sort dès la première année. J'ai aussi peur pour mon frère qui à treize ans cette année. Si je suis pris dans les jeux, comment ma famille va t'elle faire pour se nourrir sans mes pièges ? » Un petit rire sort de tes lèvres discrètement. Si seulement on pouvait écouter les dis d'un garçon d'un district pauvre, le monde ne serait pas comme il l'est. « Tu sais, la peur est un phénomène normal, tu n'as pas à t'en vouloir d'avoir peur, faut juste que tu prennes cette peur et que tu l'a maîtrises pour te rendre plus fort. » Bon conseil que tu auras sûrement à répéter à tes tributs un bon nombre de fois. À croire que c'est une phrase que tu connais par cœur, étant donné le nombre de fois que tu l'as sors chaque année. Essais-tu d'avoir un record ? « Le pire ça doit être le stresse continu dans l'arène, la peur de voir un ennemi surgir en plein sommeil, la peur de faire le moindre bruit, la peur d'être confronté à un monstre créé par le Capitole. Tu as eu des sponsors ? Tu as reçu quelque chose d'eux dans l'arène. » Qu'elles sont les souvenirs que tu gardes dans ton esprit, de cette arène ? Tu n'en sais plus vraiment grand chose. Tu n'as pas eu vraiment de sponsors, du moins une fois que tout tes alliées sont morts, tu as su te débrouiller sans l'aide des sponsors. Et puis pour la peur ? Qu'en savais-tu?Ton esprit était plus qu’inconscient. « Tu sais, dans l'arène je ne me suis que très peu rendu compte de mes fais et gestes. Je n'avais pas peur. J'avais juste envie de tuer, pour assoiffer ma soif de sang et pouvoir gagner. » Tu passes ta main dans tes cheveux et chercher à cacher le mal que tu ressens. C'est sur que sans ton regard de petite princesse, tu n'es rien qu'une pauvre fille de forgeronne sans grande histoire. « Tu étais dans quelle sorte d'arène ? ... Et aussi, les carrières, sont-ils si forts qu'on le croit ? » L'arène … Les carrières … Un long moment que ton cerveau n'ose pas replonger dans la nostalgie de ce moment. Tu te rappelles pourtant de chaque détail, un manoir sombre disposés d'un labyrinthe de rose venimeuse, qui t'ont rendus folle. Tu relèves la tête et avance pas à pas dans la forêt en frottant tes mains contre tes bras pour chercher un peu de chaleur. « Disons que l'arène était étrange et fantastique. D'où mon surnom de poupée. Pour ce qui est des carrières, je les ais tués un à un d'une manière différente, mais étant sous l'effet d'un poison, je n'ai aucunement su s'il était fort ou pas. Le capitole m'a fait tourné la tête, et à cause de cette espèce de drogue, je te parle en ce moment. » Tu tournes ta tête pour le regarder avant de continuer à marcher puis de tourner la tête et de voir une maison, sa maison. Tu croises tes bras et le regarde. « J'espère que ta mère ne dira rien pour notre … escapade ? » tu sens la fumée s'échapper de la rue, et l'appelle à la chaleur surgit avant que tu ne suives James préférant ne pas entrer d'un coup, par respect pour sa famille.


© code rp by reeven-sham skenandoe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: JALYMPE ✤ i bleeding out   

Revenir en haut Aller en bas
 

JALYMPE ✤ i bleeding out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 2 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.