petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 played the fool (sydney)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: played the fool (sydney)   Dim 3 Fév - 11:37


played the fool.

• • •


Des légendes, des mythes, des histoires racontées à des enfants afin qu'ils puissent trouver le sommeil, voilà comment on mentionnait le district treize dans les habitations de la capitale. Il fallait à tout prix que les habitants se sachent rassurés, qu'ils puissent dormir sur leur deux oreilles chaque nuits venues et se lever le matin sans avoir à craindre quoi que se soit. Le treize n'était, pour les habitants ignorant du Capitol, qu'une simple légende urbaine que les plus anciens prenaient plaisir à raconter. Maverick avait toujours été élevé de cette façon, dans l'ignorance la plus totale des choses qui se passaient en dehors de son confort et de sa richesse. Il n'avait que très peu de souvenirs du district quatre, celui qui l'avait vu naître et où ses parents biologiques les avaient lâchement abandonnés, lui et son frère jumeau Elliam. Sa vie au Capitol était tout ce qu'il connaissait, tout ce qu'il avait envie de connaître et rien au monde n'aurait pu le faire sortir de son luxueux appartement, rien sauf la mort de son frère rebelle. Il n'avait pas voulu y croire, au début, il s'était efforcé à ne pas entendre les paroles de la jeune femme qui lui avait conté la mort de son jumeau. Tout les séparaient, Maverick avait grandit dans la capitale et vouait une haine sans limite aux rebelles, tandis que son frère avait donné sa vie pour la cause en laquelle il croyait. Elliam avait été stupide de s'engager dans quelque chose qui le dépassait sûrement et Maverick avait eu beaucoup de mal à croire son jumeau chef rebelle, et pourtant il en avait toujours eu les traits. Il avait toujours été le plus intelligent, le plus posé et le plus courageux, tandis que Maverick fonçait tête baissée dans les ennuis sans prendre le temps de réfléchir. Elliam était mort d'avoir été trop stupide, et Maverick lui était encore vivant, bien à l'abri derrière les murs de sa ville.

Il ne voulait pas y aller, au début il avait tout fait pour ne pas avoir à partir dans le district quatre. Trop de souvenirs, trop d'émotions et surtout trop d'Elliam. Ce-dernier était mort et pourtant il ne cessait de hanter les pensées de son jumeau, fallait-il vraiment que Maverick prenne sa place et se fasse passer pour lui ? Jusqu'où sa loyauté au gouvernement allait-elle ? Pendant plusieurs jours il avait pesé le pour et le contre, s'accompagnant des plus jolies femmes de la capitale pour ne pas avoir à réfléchir à la question. Et puis il avait fallu prendre une décision, partir ou rester ? Prendre le risque de se faire tuer quand les gens découvriront qu'il n'est pas Elliam ou prendre le risque de mourir pour ne pas avoir respecté les ordres du gouvernement ? Alors il était parti, la tête remplie de questions auxquelles personne ne pouvait répondre. Il avait d'abord rencontré Dolce, une amie proche d'Elliam qui avait réussi à détendre Maverick en liant son corps au sien dans un moment passionné. Il aurait très bien se contenter de la jeune Dolce et pourtant il avait fallu qu'il creuse plus loin pour le bien de sa mission, il avait fallu qu'il tombe sur elle. Elle à ce sourire, cette chose qui vous brise en mille morceaux à l'intérieur et qui, pourtant, fait de vous le plus heureux des hommes quant ce sourire vous es adressé. Sydney, comment son jumeau avait-il pu passer à côté de cette femme qui semblait se vouer à lui totalement, sans la moindre crainte. Maverick avait voulu en jouer, il aurait voulu pouvoir la regarder dans les yeux et ne rien ressentir du tout, mais c'était peine perdue. Sydney vous regarde et c'est toute votre âme qui pleure de bonheur. Des sentiments, c'était bien la première fois que l'homme éprouvait autre chose qu'une envie bestiale. Maverick souffrait, souffrait de ressentir autant de choses pour celle qui croyait aimer Elliam et qui, en réalité, n'avait à faire qu'avec son double maléfique. Tomber amoureux, Maverick ne voulait pas de cette chose, il avait lutté pour ne pas accrocher son regard, pour ne pas se laisser aller dans les méandres d'un amour qu'il ne méritait pas, mais rien n'avait marché.

Une nuit ensemble, voilà ce qu'avait coûté à Maverick le sourire de Sydney. Une nuit de plaisir si intense que l'homme se réveilla avec un sourire pendu au bout de ses lèvres. Il se réveillait pour la première fois sans éprouver le besoin de s'enfuir, de quitter le lit de son hôte pour aller se vendre dans d'autres soirées, avec d'autres femmes. Non, il voulait rester aux côtés de la jeune blonde endormie qui semblait sourire elle aussi. Il éprouvait se désir égoïste de la garder avec lui pour le reste de ses jours, elle qui pensait trouver refuge dans les bras de l'homme qu'elle avait toujours aimé et qui, maintenant, reposait au fond d'un trou aux alentours du Capitol. Maverick n'en avait que faire de son frère à cet instant, ni même de sa mission de ramener des informations au gouvernement, tout ce qu'il voulait c'était passé le maximum de son temps avec Sydney. Un matin, alors que le soleil n'avait pas encore effleuré de ses rayons le toit des habitations, Maverick et Sydney prirent la route pour le district treize. Il fallait être aveugle pour constater que les deux jeunes gens n'étaient pas aussi détendus qu'ils en avaient l'air, Maverick avait passé quelques jours au Capitol le mois dernier afin de venir informer le gouvernement sur les agissements des rebelles, et pendant ces quelques jours il avait laissé Sydney seul dans le quatre, du moins ce qu'il pensait. Elle lui cachait certaines choses, sans doute dans le but de ne pas blesser celui qu'elle prenait pour Elliam, mais Maverick avait passé trop de temps à mentir pour savoir que la jeune femme ne disait pas tout ce qu'elle avait sur le cœur. Le chemin jusqu'au treize fut harassant, et – par plusieurs fois – ils durent s'arrêter dans les districts environnant pour ne pas éveiller la curiosité des pacificateurs qui n'arrêtaient pas de tourner dans les rues suite à la révolte qui avait été lancée. Ils atteignirent le désert autours du district treize au bout d'une longue semaine de marche où ni l'un ni l'autre n'avaient osés parler de ce qu'ils avaient sur le cœur.

Maverick pris place sur un tronc d'arbre avant de boire une longue gorgée d'eau. Sa barbe avait poussée et ses traits étaient tendus, fatigués après tant d'effort. Il glissa la gourde dans les mains de Sydney avant de sortir un plan de son sac à dos qui l'avait suivit durant tout le voyage. Il n'avait aucune idée de l'endroit où il se trouvait, après tout c'était la première fois qu'il traînait hors de la capitale, et il avait jusque là fait semblant de suivre le plan à la lettre alors que tout ce qu'il avait suivi Sydney tout ce temps, elle qui était déjà venue dans le treize. « Je crois bien que nous y sommes, enfin. Je ne veux plus jamais avoir à marcher de toute ma vie.» Un sourire se hissa sur les lèvres de l'homme tandis qu'il passait négligemment sa main dans ses cheveux bruns qui avaient commencés à prendre une teinte poivre et sel qui insupportait l'homme. Il voulait prendre une douche, peut-être un bain si il en avait l'occasion, et se détendre en ne pensant à rien de plus qu'à Sydney à ses côtés. Et pourtant Maverick se devait d'être prudent, lui qui c'était fait tant d'ennemis parmi les rebelles, certains même ayant trouver refuge dans le district treize. Personne ne devait découvrir son identité, surtout pas la jeune blonde qui se trouvait à ses côtés. « J'ai hâte de prendre une douche et de manger un vrai repas. C'est pas que je n'aime pas les pommes et le pains mais j'en ai eu assez pour le reste de mes jours. » Maverick se leva, entourant de ses bras le corps de Sydney qui avait quelque peu fondu depuis qu'ils étaient partis mais qui restaient tout de même très attrayant. Elle n'avait quasiment par pris la parole depuis leur départ, et cette absence de communication commençait à titiller l'angoisse de Maverick. « Tu es sure que tout va bien ? … Tu sais que tu peux tout me dire n'est-ce pas ? » ça n'est pas un mensonge que de dire que l'homme s'inquiétait vraiment pour Sydney. Il croisa son regard une fraction de seconde avant de déposer un baiser sur son front, inquiet de penser qu'elle avait fini par découvrir son effroyable secret.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: played the fool (sydney)   Sam 16 Mar - 16:32

Cela faisait environ une semaine qu’ils avaient quitté le district 4 pour rejoindre le Treize. Et sans doute une semaine que Sydney n’avait pas ouvert la bouche. Le sourire béat qu’elle affichait auparavant en regardant Elliam avait disparu. Ses traits étaient plus durs. Elle avait perdu le sourire, marquée par son séjour dans la prison du Capitole. Elle repensait à Clay. Son discours lui avait laissé une drôle d’impression : il avait semblé détruit et désespéré. Depuis, la blonde n’était plus la même. Elle avait la sensation désagréable d’avoir laissé quelqu’un derrière elle. De plus, sa situation avait changé. Maintenant, il n’était plus question pour elle de retourner au Capitole pour obtenir des informations. Depuis que Snow l’avait enfermée, puis libérée, elle avait grillé sa dernière carte. Le fait qu’elle s’enfuie comme une voleuse la nuit suivante n’avait fait que confirmer ce que tout le monde craignait : elle était une rebelle. Elle devait maintenant être recherchée par le monde entier. Snow avait peut-être même donné sa photo aux pacificateurs. Pour la première fois de sa vie, Sydney avait peur de croiser un représentant du Capitole. Si, avant, elle parvenait à les berner en leur faisant croire qu’elle était une habitante comme les autres, maintenant, elle avait l’impression que ce serait beaucoup plus difficile voire impossible. Elle avait changé de coiffure mais rien de suffisamment radical pour transformer complètement d’apparence. En l’occurrence, être au Capitole lui aurait été utile. Là-bas, ils avaient des dizaines de colorants de toutes les couleurs pour teindre les cheveux. Mais, ici, dans les districts, elle devait faire avec ce qu’elle avait sous la main c’est-à-dire pas grand chose.
Durant le voyage, elle n’avait presque rien avalé. Elle ressassait sans cesse ses idées noires tout en gardant un visage impassible pour ne pas inquiéter Elliam. S’il était au courant de son escapade au Capitole, il lui aurait sans doute interdit de faire de nouvelles missions. Et, malgré les risques – qui s’étaient décuplés depuis cette aventure – il était hors de question pour la jeune femme d’abandonner son « métier ». Elle tenait à participer à la révolte qui était en cours. Elle le devait.

Fatiguée par ce voyage interminable qu’elle faisait le ventre vide, elle soupira de bonheur lorsqu’elle vit Elliam s’asseoir. Elle en fit autant ; elle en avait besoin pour reprendre des forces. Ces longs jours avaient laissé des marques sur son corps : ses joues étaient creusées, son teint pâle et son ventre aminci. A chaque effort supplémentaire, elle suait abondamment. Heureusement qu’ils étaient presque arrivés parce qu’elle aurait été incapable de supporter quelques jours de marche supplémentaires. Lorsqu’Elliam se mit à parler, elle sursauta. Il faut dire que leur voyage avait été particulièrement silencieux. Gaspillant le moins d’énergie possible, elle se contenta de lever les yeux dans sa direction. Elle vit que ses sourcils étaient froncés tandis qu’il regardait sa carte. Elle ne put s’empêcher de sourire. Il était particulièrement séduisant avec son air enfantin. Elle culpabilisait de lui faire payer son mal-être, d’autant qu’il n’avait rien à voir dans cette histoire. Joueuse, elle lui arracha la carte des mains. « Tu ne vas pas me faire croire que tu as vraiment besoin de ça » dit-elle en agitant ce bout de papier. Il avait dû venir ici des dizaines de fois. Même elle aurait été capable de faire le trajet les yeux fermés. Ne doutant nullement de ses capacités, elle était persuadée qu’il tentait de la faire rire. Encore une fois, elle ne voyait pas les signes qu’il laissait malgré lui. « Oui, on est presque arrivés »
Plus que jamais, elle avait hâte de parler à Raven de ce qu’il s’était passé depuis sa dernière visite : le fait qu’elle pouvait potentiellement être recherchée et, surtout, le fait qu’elle avait vu Clay et qu’il était toujours bel et bien vivant. Pour Dieu sait quelle raison, elle préférait d’abord en parler à Raven avant de mettre Elliam au courant. Il était toujours plus facile de se confier à un « inconnu ». Lorsqu’Elliam se leva pour la prendre dans ses bras, elle posa machinalement sa tête sur son torse. Sa présence était réconfortante. Et, comme pour chercher un peu plus de protection, elle le serra le plus fort qu’elle put. Dans ses bras, elle en oubliait tous ses problèmes. Enfin, jusqu’à ce qu’il lui en reparle. A ce moment, elle s’éloigna et lui offrit un mince sourire. « Oui, ça va. Une fois qu’on sera au Treize, ça ira mieux. D’ailleurs, il faudrait peut-être se remettre en route » Son ton tentait d’être enjoué mais elle n’était pas assez bonne actrice que pour faire semblant à ce point. Histoire de rassurer Elliam, elle lui prit la main et se remit en route.

A peine trente minutes plus tard, ils étaient dans le Treize. Ils avaient passé sans encombre tous les gardes. A chaque fois, c’était Sydney qui avait pris la parole. Cependant, cela ne lui parut pas bizarre étant donné qu’elle devait sans doute être la plus impatiente des deux. Encore une fois, elle se voilait la face. S’enfonçant dans les souterrains qu’elle connaissait bien, elle chercha Raven des yeux. Heureusement, elle le trouva assez vite étant donné que c’est lui qui vint les accueillir. Mine de rien, elle était contente de tomber sur lui. Elle avait la désagréable impression que tout le reste du district la voyait et la verrait toujours comme une Capitolienne. A chaque fois qu’elle mettait les pieds dans cet endroit, elle se sentait toute retournée. Et pour cause. Elle avait passé des mois en tant que prisonnière avant de, finalement, retourner sa veste. Elle y avait vécu à la fois les pires mais aussi les plus beaux moments de sa vie.
Rapidement, plusieurs personnes rejoignirent Raven. Ils commencèrent tous par dire bonjour à Elliam avant de se retourner vers elle. Au fond, c’était normal puisqu’il était le chef des rebelles du Quatre. Profitant de l’agitation, elle glissa quelques mots à l’oreille d’Elliam pour le prévenir qu’elle devait absolument parler à Raven. Sans dire un mot de plus, elle alla dans son bureau. Après tout, Elliam n’avait pas besoin d’elle puisqu’il connaissait l’endroit comme sa poche. Une fois dans le bureau de Raven, elle vida son sac. Elle lui raconta avoir croisé Clay, au bord de la mort dans une cellule. Elle dut également affronter son regard noir lorsqu’elle lui expliqua avoir été découverte par Snow mais avoir pu s’en tirer. Certes, elle avait fait sauter sa couverture mais, en même temps, elle put lire de la fierté dans son regard. Il était fier qu’elle ait pu s’en tirer presque sans encombres. Il lui promit qu’il allait se renseigner pour savoir si son visage était maintenant recherché par les pacificateurs.
Bref, au bout d’une petite heure, elle ressortit de son bureau légèrement rassurée. Raven l’emmena vers la pièce où aurait théoriquement dû se trouver Elliam. Cependant, il n’y était pas ce qui sembla le surprendre. Inquiétée par ce phénomène anodin, elle se mit à le chercher des yeux. Son subconscient lui soufflait qu’une fois encore les choses allaient mal tourner.
Revenir en haut Aller en bas
 

played the fool (sydney)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.