petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

bienvenue sur mockingjay !
votre forum inspiré de the hunger games depuis 5 ans !
N'hésitez pas à nous rejoindre chou

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.


Essayez de privilégier les groupes et districts les moins représentés!
CAPITOLE 6 | DISTRICTS 7 | PACIFICATEURS 4 | REBELLES 8 | VAINQUEURS 11 | DISTRICT 13 6
CAPITOLE 6 | D1 3 | D2 1 | D3 1 | D4 5 | D5 1 | D6 1 | D7 2 | D8 1 | D9 4 | D10 0 | D11 2 | D12 4 | D13 6


Aidez le forum à accueillir de nouveaux joueurs en participant à sa promotion!
Vous pouvez voter sur des top-sites ici: top-site 1, top-site 2, top-site 3 & top-site 4.
Mais aussi poster dans nos publicités sur bazzart et pub rpg design!

Partagez | 
 

 II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MAITRE DU JEU
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



MessageSujet: II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages   Sam 1 Déc - 21:58

“ RÉACTION DE VOS PERSONNAGES ”
Suite à la mise en place du chapitre quatre, nous avons décidé de ne pas faire de sujets communs pour les événements comme nous avons pu le faire pour d'autres intrigues. Ceci dit, la Tournée du Vainqueur apportera son lot de sujets dans les districts, ainsi qu'au Capitole, auxquels vous serez bien-sûr invités à participer. Concernant la révolte et son avancement, nous n'avons pas mis de sujets spéciaux en place, vous êtes donc libre de faire des rps entre vous, à plusieurs ou à deux. Cependant, pour les membres n'ayant pas de rps de prévu mais souhaitant écrire sur cette révolte, nous mettons en place ce sujet afin d'y laisser les impressions de vos personnages. Sous forme de récits, d'interviews, de journal intime, etc. Faites comme bon vous semble ! Attention, vous ne devez pas rps entre vous dans celui-ci, il s'agit juste de posts uniques (quoi que vous êtes libre de revenir donner les impressions de vos personnages plus tard, si la révolte a évolué). Le sujet à vous, postez bien I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mockingjay.forumgratuit.fr
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 999
△ points : 0
△ multicomptes : léo. (04)
△ à Panem depuis le : 10/11/2012
△ âge du personnage : 31 ans.
△ occupation : mentor.


can you save me?
statut: alone
relationships:


MessageSujet: Re: II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages   Dim 2 Déc - 19:04

C'EST BEAU DE RÊVER

(c) http://callme-sol.tumblr.com

I'm waking up, I feel it in my bones. Enough to make my system grow. Welcome to the new age, to the new age, welcome to the new age.
It's a revolution I suppose.

« Mademoiselle ? ... Mademoiselle ? » Hein, quoi ? C'est qui elle ? Qu'est-ce qu'elle me veut ? Pourquoi elle me court après ? On a plus le droit de marcher tranquille dans la rue ? En ce moment quand je sors de chez moi j'ai toujours cette étrange impression de faire quelque chose de mal, comme si je ferai mieux de rester cloîtrée chez moi ou dans mon lit, bien au chaud. Oh oui, au chaud sous ma couette. L'hiver est vraiment une période que j'apprécie très moyennement. D'un côté j'ai horreur du froid, de ne plus sentir mes pieds, mes mains ou mon nez. -Ça me rappelle les derniers Hungers Games tiens...- Mais d'un autre c'est tellement beau. La neige, le blanc présent partout. Enfin, il n'y en a pas encore au Un mais ça ne devrait pas tarder. Le blanc qui m'évoque la pureté et l'innocence, comme dans l'histoire de colombe blanche synonyme de paix et de liberté. Au final, l'hiver c'est une bonne saison pour sortir. Être libre. ... Haha, j'ai de ces réflexions bizarres en ce moment moi, c'est le froid on dira ! Comme si on avait une chance d'être totalement libres un jour. Je répond « Oui ? Vous désirez quelque chose ? Ma photo peut-êtr... » C'est alors que je remarque le cameraman qui se tient derrière elle et le micro dans sa main. Une journaliste ? Mais pourquoi ? En tout cas je n'aime pas l'expression de son visage. La mine sombre, le regard éteint, les cernes sous les yeux terriblement mal masquées -pour ne pas dire augmentées- par le fond de teint et l'anti-cernes. Tous les symptômes d'un bourreau de travail qui n'a pas fermé l’œil depuis des heures, des jours, et qui vient d'effectuer un long voyage. Surement doit-elle parcourir tous les Districts en long et en large pour interviewer les passants. « Bonjour, nous enregistrons un petit documentaire pour le Capitole. La sujet est "Que pensent les jeunes des Districts aisés de cette révolte ?". Enfin ça ressemble plus à un sondage pour tester la côte de popularité du Capitole. Bref je m'égare, voulez-vous répondre à quelques questions ? » Voila qui m'intéresse, bien que j'ai du mal à croire que le Capitole autorise ce genre de reportage en ces temps de crise importante. Mais si le Capitole -Snow comprit- doit voir ça, autant m'épargner des soupçons de rébellion et leur montrer clairement que je suis Pro-Capitole. « Oh oui ! Dites-le moi quand ça enregistre. Oh, je m'appelle Joakinne. » « Eeeet... Action ! Alors mademoiselle Joakinne, avez-vous déjà entendu parler de la révolte du Treize ? Qu'en pensez-vous ? Les rebelles ont-ils une chance ? » « Une chance ? Une chance ? Laissez-moi rire ! Tsss, c'est à peine s'ils sont capables de tenir debout. Ils ont eu le Onze et le Douze ? Et alors, ils ne réussiront pas à les garder bien longtemps. Ces Districts sont si pauvres et remplis de femmelettes et de vieillards qu'ils ne valent même pas un morceau de pain ! Le Capitole est bien trop puissant pour ces insectes. » Quand je vois un sourire sur les lèvres de la reporter, je devine aussitôt qu'elle s'attendait à une réaction comme celle-ci de la part d'une gamine du Un. Et en vu des ses vêtements et son accent elle doit venir du Capitole, conclusion ma dernière phrase doit la flatter, comme tous les Capitoliens. Chouette, tous dans ma poche. Ce qu'ils sont stupides et superficielles ceux-là. Puissants certes, intelligents moins certain... « Bien, bien, bien ! Très bien ! Question suivante, avez-vous été témoin d'une tentative de rébellion ici, dans le Un ?» Je réfléchis une seconde puis pousse un soupire sec. « Quoi ? Vous vous moquez de moi, haha ! Comme si les rebelles pouvaient réussir à toucher de quelque manière que se soit un District aussi fidèle que le notre. Non, je crois que tout ce qui change ici depuis c'est que l'on manque parfois un peu de nourriture, mais pas jusqu'à dire qu'il s'agit d'une "pénurie", le terme "diminution des réserves" serait plus correct. Quoi qu'il en soit, je suis navrée, je n'en sais pas plus. Je voudrais juste terminer par dire que... Le Capitole vaincra. Et les rebelles ne seront plus qu'un mauvais souvenir. Tout ce qu'il font c'est causer plus de morts, cette pseudo-révolte ne sert strictement à rien. » Apparemment satisfaits, le cameraman et la journaliste remballent leur matériel et partent d'un côté interviewer d'autres personnes. De mon côté, je vais aller chercher la neige.






I WASN'T LISTENING

Couldn't quite see what the future held and as days went by it would tell itself. Let it struggle just a little bit more © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t5186-gargaria-la-barbare http://www.mockingjay-rpg.net/t5254-07-khloe-madness http://www.mockingjay-rpg.net/t5255-07-khloe-insanity
Invité



MessageSujet: Re: II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages   Dim 9 Déc - 17:33

Afin de rappeler aux rebelles que même les plus forts d'entre eux ne sauraient l'emporter sur le Capitole.
Safe and Sound. « I remember tears streaming down your face when I said, “I'll never let you go” When all those shadows almost killed your light I remember you said, Don't leave me here alone but all that's dead and gone and passed tonight. Just close your eyes the sun is going down, you'll be all right no one can hurt you now. Come morning light you and I'll be safe and sound. » ▬ Taylor Swift


October était déjà entourée d’une troupe composée de stylistes, maquilleuses et coiffeuses venus tout droit du Capitole depuis une heure maintenant. Oui, une caméra venant du Capitole allait arriver dans quelques instants dans la maison de la gagnante des soixante-cinquième Hunger Games afin de l’interviewer à propos de la révolte qui fait rage au sein de nombreux Districts de Panem. En tant que grande favorite du Capitole, la belle Henson n’a pas eu d’autre choix que d’accepter de participer à cette interview. Après tout, c’est pour son bien car le Capitole risquerait de croire qu’elle pourrait s’enrôler du côté des rebelles en la voyant refuser de leur adresser quelques mots. En fin de compte, October n’avait pas fais son choix, ou tout du moins, elle ne savait pas de quel côté se ranger. Elle ne savait pas si elle devait supporter le Capitole ou bien les rebelles, après tout, il y avait des pour et des contre partout et l’esprit de la blondinette s’embrouillait à chaque fois qu’elle y pensait. Une dernière touche de couleur sur ses lèvres et la belle était fin prête. Les caméramans arrivèrent quelques temps après et October suivit rapidement les directives de l’interviewer. « C’est bon October, tu te sens bien comme ça ? » « C’est parfait, on peut y aller. », répondit-elle en affichant un large sourire. Elle rejeta une mèche de cheveux en arrière et enfin, l’interview put commencer après un bref Action. « October Henson, vous êtes la gagnante des soixante-cinquième Hunger Games et avez toujours été proche du Capitole suite à votre victoire, l’êtes-vous toujours autant ? » « Bien évidemment que je suis toujours aussi proche du Capitole qu’auparavant, je n’hésite pas à m’y rendre dés que l’occasion s’y présente. J’en profite toujours pour revoir les habitants avec lesquels j’ai pu tisser des liens juste après mes jeux, histoire de se raconter les dernières nouvelles, de débattre sur les derniers vêtements à la mode. En fait le Capitole, c’est le paradis du shopping, rien d’étonnant de m’y voir si souvent. » October ne put s’empêcher de lâcher un faible rire tout comme l’interviewer qui reprit son souffle avant d’enchaîner sur la prochaine question. La blondinette cachait malgré tout son mal-être au fond de soi. Certes, elle aimait être filmé mais elle regrettait par dessus tout les questions que l’on serait amené à lui poser. « Nous avons pu assisté au réveil du District Treize suite à la victoire de Gemma Mubstin, avez-vous un mot à dire à ce sujet ? » « Tout d’abord, je tiens à féliciter Gemma pour sa victoire, elle nous prouve à tous que le Capitole est bel et bien grand maître de Panem ensuite concernant le District Treize, ce dernier à beau faire des ravages au sein des Districts les plus pauvres, je ne crois pas que cela durera encore longtemps. Certes, la révolte fait rage mais au final, il n’y aura qu’un seul vainqueur et je ne crois pas que de simples rebelles qui se croient supérieur à tout, arrivera à renforcer le Capitole que se soit aujourd’hui ou demain. Que se passera-t-il s’ils venaient à remporter la victoire ? Nul ne le sait mais seul le K.O règnera en maître dans Panem et nous aurons tout perdu, tout le monde sans aucun exception. La vie sera impossible si les rebelles l’emportent, mais bien évidemment, cela n’arrivera pas. Nous savons tous à quel point le Capitole est fort. » October enchaîna avec un sourire cette fois-ci fort serein. Oui, elle se devait de montrer son soutien au Capitole surtout après tout ce qu’elle avait pu y vivre lors de ses nombreuses visites. Elle était un peu comme une privilégiée et elle aimait cela. Etre détestée par ces derniers ne lui apporterait rien de bon. « Pensez-vous que votre District tombera aussi entre les mains des rebelles ? » « C’est impossible. Le District Un a tout ce dont il a besoin et ne se liera sans doute jamais avec de pauvres hommes venus tout droit de sous terre. Mon District n’est pas faible et ne tombera jamais dans les mains autres que celles du Capitole, c’est une évidence. Les rebelles ne sont pas aussi fort que nous le sommes, il ne faut pas sous-estimé un District comme le notre ou encore nous comparer à celui du Douze ou du Onze qui est plus facilement touchable de part sa pauvreté. Nous devons tout au Capitole et nous le trahirons jamais, bien au contraire, nous pourrions mourir pour le Capitole. » « C’était October Henson, gagnante des soixante-cinquième Hunger Games pour Capitole TV. Merci à vous. » La caméra se coupa et l’interviewer vint à faire la bise à la blondinette avec qui il échangea encore quelques mots. La belle remercia encore l’équipe qui l’avait préparé pour son interview et les laissa ensuite reprendre la route pour la gare afin de rejoindre le Capitole. A présent seule chez elle, October repensa à tous les mots qu’elle avait dis, puis elle repensa à son frère, à sa mort un an avant sa victoire aux Hunger Games. Il lui manquait, terriblement, et le seul responsable de ce manque, de cette tristesse qui l’envahissait tous les jours depuis douze ans maintenant, elle le devait à nul autre qu’au Capitol. Peut-être que sa victoire n’était pas une vengeance suffisante contre eux. Peut-être que seule cette révolte pourrait lui ôter son chagrin...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 1
△ correspondances : 700
△ points : 0
△ multicomptes : alexiane, pepper-swann (leevy)
△ à Panem depuis le : 13/07/2011
△ humeur : opportuniste
△ âge du personnage : trente-quatre ans
△ occupation : général et connard en chef de panem


can you save me?
statut: célibataire
relationships:


MessageSujet: Re: II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages   Dim 9 Déc - 18:31

Il se sert un nouveau verre de vodka, sans penser aux mises en garde dont on le bassine depuis des semaines. ‘Fait attention, Hunter, l’alcool se fait rare et cher depuis le début de la Révolte. Tu vas vite regretter de boire autant’. Il soupire. Foutue district. Foutue Révolte. Il est l’un des principaux concernés dans ce stupide combat. En tant que chef Pacificateur du district un, il est aux premières loges pour assister à la dépravation du district. Ceci dit, il s’estime heureux. Oui, heureux d’être aux commandes d’un district aussi aisé que le un. La majorité des citoyens n’ont pas à se plaindre du gouvernement mis en place. Ils ont tout ce qu’ils souhaitent. L’argent, la reconnaissance ainsi que la fierté de voir ses enfants revenir – le plus souvent – des Hunger Games. Ainsi, même si la Révolte se fait sentir, il ne risque pas sa vie à chaque fois qu’il déambule dans les rues. Hunter a su se faire respecter au fil du temps. On le voit comme un leader, et c’est ce rôle qu’il exerce depuis le début de ces conneries. Il dirige ses Pacificateurs avec fermeté. Si d’autres districts sont tombés, le un ne cédera pas. Il ne tombera pas, il ne peut pas tomber. Il est synonyme de puissance et il ne se fera pas écraser par ces idiots du treize. Hunter baille, Hunter est épuisé. Il ne fait que voyager depuis plusieurs semaines. Du Capitole au district un, du district un au district six, du district six au Capitole. Et ainsi de suite. L’homme a beaucoup à gérer, entre son rôle de chef du un et de chef des opérations concernant le treize. La petite opération qu’ils ont menés quelques semaines plus tôt fut un véritable échec. Et Hunter a accusé le coup, quand la plupart des gens le décriaient pour avoir foiré cette simple mission. Aucun mort à déplorer. Pathétique venant de l’homme qui a probablement le plus de sang sur les mains de tout Panem. Depuis, il s’est repris, et il est fier que le district un résiste toujours. Il n’est pas idiot, il sait pertinemment que de nombreux rebelles doivent se cacher parmi les citoyens. Mais pour l’instant, ils n’osent pas. Aucune action importante n’a été menée. Hunter se plait à se dire que c’est grâce à lui, grâce à ses hommes qu’il dirige mieux que personne. Il ne doit pas se reposer sur ses lauriers, cependant, et il est a bien conscience. Pour l’instant, les rues sont calmes, les citoyens bien sous tous rapport. Ce qui lui manque cruellement, c’est les provisions. Et il n’est pas le seul. Les trains venant d’autres districts, apportant alcool, cigarettes et autres bons morceaux de viande, se font souvent dévier de leur chemin par les rebelles. Et ça, Hunter ne l’accepte pas. Qu’on prive ses citoyens, son district, des produits si nobles qui caractérisent la richesse du un. Il enfile son uniforme. Boit encore un verre. Et se prépare à sortir. Dans quelques minutes, il sera chez le maire pour parler de la situation, pour potentiellement mener une autre offensive envers le district treize. Hunter s’est calmé. Alors qu’auparavant il exerçait une multitude de tortures chaque semaine, il ne tue plus qu’une à deux personnes par semaine. Le reste, ce sont ses hommes qui s’en chargent, sous ses ordres. Et cela lui manque. Raison pour laquelle il boit. Il boit, mais il a pleinement maitrise de ces capacités. Il ne voudrait pas prendre le risque de commettre une nouvelle erreur, et de descendre du sommet au bas de l’échelle. Cette révolte, il en a encore pour moment. Et Hunter sait qu’il est un bon chef. Que les gens ont de la chance de l’avoir. De toute manière, le Capitole et les Pacificateurs sont bien plus forts que le district treize et les rebelles. Ils ne l’ont juste pas encore compris. Mais tôt ou tard, ils seront anéantis. Un par un, dans les plus atroces souffrances. Et Hunter sera aux premières loges pour assister à ce massacre, au massacre de ces ennemis. Il y participera même. C’est l’une des motivations du Pacificateur. L’une des raisons pour laquelle il s’accroche malgré la fatigue, la douleur et l’énervement. Ils vont gagner. Ils vont réussir. Hunter sort de ses pensées, regarde sa montre. Il balance le verre négligemment dans l’évier, avant de sortir de chez lui, précipitant le pas pour ne pas être en retard.



you see, in their last moments, people show you who they really are. so in a way, i know your friends better than you ever did. would you like to know which of them were cowards ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages   Dim 3 Mar - 21:30



partying's the only solution


3 janvier 2312

La musique explose à l'intérieur de la maison, faisant trembler les murs et hurler de plaisir les adolescents déchaînés qui dansent au centre d'un immense salon, abrutis par l'alcool. Une soirée. Wonder Franklin avait décider d'organiser une soirée. Quoi de plus normal, après tout ? La Révolte ? On s'en fout, les pénuries diverses qui frappe peu à peu le district n'empêchent pas quelqu'un d'aussi riche que Wonder de s'amuser. C'est un vrai branleur celui-là. Inconscient, fêtard, hautain, petant plus haut que son cul, un vrai gosse de riches, quoi. Je l'adore. De un, parce qu'il est mon ami depuis notre première moisson et de deux parce qu'avec toutes ces soirées qu'il organise, il m'offre de l'alcool fort gratuitement. Je vide d'un trait l'étrange cocktail rouge vif qui garnit mon verre. La boisson me brûle la gorge. J'adore ça. Je vais m'en reprendre un deuxième, tiens. Je me faufile entre les corps qui dansent, qui se touchent, qui s'embrassent à la lueur des lasers colorés. Puis apparait le graal, l'accomplissement de toute une longue lutte : le bar. Là, je retrouve Wonder et trois de ses invités. Red, un carrière à la carrure d'acier qui tient par la taille une jeune fille à la beauté provocante, Glow. Le troisième est retourné et vomi dans un coin. Charmant.

- Hé, Gem ! Tu viens ? On allait s'en griller une ! Riche idée, Wonder.

- J'arrive, je réponds machinalement en empoignant une bouteille de ce que je suppose être un alcool fort.

On arrive sur le balcon des Franklin où déjà d'autre jeunes s'adonnent à l'art d'attraper un cancer des poumons. Ce balcon surplombe la ville la vue y est splendide. Elle resplendit comme un joyau dans l'obscurité. Je sort un paquet de cigarette de ma poche arrière mais Wonder m'arrête d'un geste de la main.

- Laisse tomber, dit-il avec un sourire. J'ai bien mieux que tes clopes, il ajoute en sortant une boîte de cigares de derrière son dos, surement volée à son paternel.

- Pas mal, je commente.

Glow glousse comme une dinde en se saissisant d'un cigare, vite imitée par le reste du groupe.

J'engloutis d'un trait le fond de ma bouteille et la jette au loin. Elle éclate en mille morceaux de verre.

Red allume à tour de rôle les cigares dont nous soufflont la fumée dans l'air froid de janvier en regardant les lumières du district.

- Tes parents vont rien dire ? murmure Glow entre deux bouffées.

- Mes vieux, je les emmerde, réplique Wonder.

Ouais, l'alcool rend poète, on dirait. Allez, vas-y Gem, soutient ton meilleur pote.

- Moi aussi, j'emmerde mes vieux et j'emmerde les rebelles qui foutent le bordel à Panem. Qu'ils crèvent.

Grognement affirmatifs suivi d'un moment de silence, où la musique et les bruits de la fête nous parviennent étouffés.

- À mort le Treize !

Je hurle et saute sur le rebord du balcon, les poings levés vers le ciel et commence à hurler tout ce que j'ai sur le coeur depuis des années. La haine du Treize qui m'a arraché Rory. La haine de la Révolte en cours et de ses pitoyables exécuteurs. Wonder, Red et Glow me rejoignent et on hurlent tous ensemble une des propagandes du Capitole. « ...une nouvelle ère vit le jour ... » Wonder jette son cigare dans un buisson qui manque de prendre feu. « ... plus jamais connaître de trahison ... » Red embrasse Glow. On dirait qu'il va l'avaler, s'en est presque effrayant. « ... un jeune garcon et une jeune fille ... » D'autres adolescents sortent de l'immemse demeure et nous rejoignent. L'alcool et le tabac embrument nos esprits. Nous hurlons notre soif de sang à la lune tels des loups. « ... notre avenir. » Notre litige se termine par des cris d'enthousiasme et de victoire. On crie l'amour du Capitole et des Jeux. Je me sens mal, ma vue se trouble. Je vomis sur Wonder.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 1
△ correspondances : 1084
△ points : 0
△ multicomptes : ava, dely, dahlia
△ à Panem depuis le : 30/12/2012
△ humeur : massacrante, comme toujours
△ âge du personnage : vingt-neuf ans
△ occupation : préparatrice en pharmacie et occupée par quelques affaires rebelles quand on veut bien d'elle (c'est-à-dire pas souvent)


can you save me?
statut: seule
relationships:


MessageSujet: Re: II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages   Sam 20 Avr - 17:56

Le désordre avait régné dans le district depuis l'attaque du pont en février. Nous, les rebelles, n'avions malheureusement pas réussi à prendre le contrôle total du Un face à des pacificateurs sur-entraînés et menés par le redoutable Hunter Blackbird-Crowley, mais nous tenions le coup autant que possible, si bien que les combats étaient courants. Pourtant, ma tante m'avait une nouvelle fois fait promettre de rester parmi les groupes de rebelles qui restaient en retrait, qui agissaient dans l'ombre pour aider les plus exposés aux dangers. Apparemment, c'était une nécessité. Moi, je ne retenais que la partie où l'on m'interdisait de faire ceci, de faire cela. Je n'avais pas rejoint les rebelles pour faire pot de fleurs ou pour servir d'autres gens aux motivations ridicules. Si on m'avait envoyée dans les rues, si on m'avait laissé être une rebelle, je n'aurais pas été aussi clémente que d'autres. J'aurais éliminé tout ennemi, et la révolte aurait réussi. Mais non. Il avait fallu qu'on me dise ce qui était bon, et ce qui ne l'était pas pour moi. C'était dans ces moments-là que j'espérais l'absence de ma tante qui, même si elle m'avait initiée aux agissements des rebelles, me traitait comme une enfant incapable de garantir sa propre sécurité.

Je me repentis rapidement de ces pensées. Les rebelles tombèrent rapidement, et le repli était inimaginable pour des hommes et des femmes qui s'étaient exposés à tous les regards depuis le premier jour des conflits. Ma tante, toujours première au front, fut aussi l'une des premiers arrêtés. Depuis, plus rien. Plus aucune nouvelle. Et je n'étais pas assez idiote pour aller me renseigner auprès d'autres rebelles. Il était temps de faire profil bas, de ne pas avoir de comportement louche, d'arriver à l'heure chaque jour au travail et de répondre à chaque appel des pacificateurs à se réunir à la grand-place. La rumeur courait. Des exécutions. Voilà les murmures que tout le monde avait entendu, du moins, dans les lieux que je fréquentais. Les plus paranoïaques pensaient qu'ils exécuteraient les suspects arrêtés, mais aussi une partie de la foule pour nous punir tous. N'importe quoi. Ils auraient déjà détruit un quartier tout entier si là avaient été leurs desseins.

Je me rendis à la grand-place, comme tous les habitants censés de ce district. J'avais une gêne désagréable, je devais l'avouer. Moi qui n'avais ni peur du sang, ni de la violence, je m'étais imaginée en cauchemars l'exécution de la seule personne qui me comprenait vraiment. Sans cesse je l'avais vu, sans cesse j'avais entendu ce coup de feu qui ôtait la vie. J'en voulais au Treize de nous avoir abandonner dans une arène trop grande et trop puissante pour nous. Je lui en voulais parce qu'Alma Coin n'avait pas daigné sortir de sa cage dorée pour porter secours à des troupes affaiblies. Parce qu'Alma Coin ne s'était servi de nous que pour remplacer Snow, et qu'elle se souciait guère de toutes les pertes que cela pouvait engendrer. Ma soif de vengeance m'aveuglait quand les prisonniers sortirent de l'hôtel de justice, je ne repris mes esprits que lorsqu'ils étaient mis les uns à côté des autres. Les accusations furent énoncées. Les coupables nommés. Silence. Les coups de feu retentirent. Mes yeux s'étaient clos brusquement. Je ne voulais pas voir leur sang couler, ni leurs corps étendus. Je voyais celui de Snow, je voyais celui d'Alma Coin.


A flower in a gun, a bird in flight, It isn't fair and it isn't right, To lead you on like it's all alright. i've been doing things i shouldn't do ~ i'm a ruin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t4797-think-on-your-sins-ridley-maj-06-10 http://www.mockingjay-rpg.net/t4906-ridley-fiat-justitia-ruat-caelum-01 http://www.mockingjay-rpg.net/t4907-ridley-journal-de-bord
Invité



MessageSujet: Re: II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages   Mer 1 Mai - 16:19



all of you are dead.
C'est une journée magnifique. Le soleil est haut dans un ciel des plus radieux et darde ses rayons sur les habitants du district Un, tous réunis sur l'immense place publique. Au premier coup d'oeil, on pourrait croire qu'ils se trouvent là pour profiter de l'agréable sensation de chaleur qu'offre l'astre du jour, mais il n'en est rien. En effet quiconque s'approche peut aisément remarquer cette estrade dressée face à la foule.

Je me trouve dans celle-ci, entouré de mes pairs - comment les appelle on déjà ? - ah oui, les carrières. Ceux dont je suis le prince. Le maître. Le chef. Appelez ça comme vous voulez, de toute façon, je m'en fiche. La seule chose importante, c'est qu'ils acceptent mon autorité. Point barre. D'ailleurs je vois mal l'estrade, d'ici, il temps de profiter des privilèges dus à mon rang. Pour attirer son attention, je tapote l'épaule du jeune garçon en face de moi avant de lui adresser une baffe monumentale; il a tôt fait de s'éloigner. Je tourne la tête et souris à Quartz, mon égale. Du moins est ce ainsi que moi, je la considère. Pas elle. Je doute qu'elle estime quiconque assez puissant pour réussir à lui tenir tête. J'accepte sa conception des choses avec une morne indifférence depuis bientôt deux ans, sans jamais lui faire part de mon point de vue sur cette étrange relation qui nous lie. Si c'est là le seul prix à payer pour pouvoir régner à ses côtés sur le Centre, il va de soit que je m'en contente.

Quartz. J'ai l'impression que les dernières semaines n'ont plus tournées qu'autour d'elle, de moi, de nous. Et du Centre d'où sont montés quelques cris de protestations, quelques convoitises que nous avons fait taire dès qu'elle m'en eut informé. J'ai apprécié reprendre ma place au complexe d'entrainement, dont le contrôle, par négligence et indifférence, avait faillit m'échapper. J'ai apprécié corriger les récalcitrants, leur rappeler à qui ils devaient obéir, ça m'avait donné a sensation d'enfin redevenir qui j'avais été. Mais finalement, ça m'ennuyait. Je ne pouvais même plus me complaire dans la vie de pauvre carrière ignorant l'horreur des Jeux, j'en avais à présent parfaitement conscience mais n'avais en aucun cas perdu ce désir ardent d'y participer.

Néanmoins, cela ne m'avait pas permis de retrouver un semblant de raison. J'attendais autre chose que ces ombres dans lesquels je m'enfonçais peu à peu, pris au piège de mon esprit corrompu puis rendu libre, liberté qui l'avait rendu fou. Le conflit intérieur qui m'animait, à mon retour au Un m'avait rendu fou. A tel point qu'il m'avait fallu séjourner dans un centre de repos. Un asile, plus précisément, où on m'attachait les mains et me bayonnait de peur que je ne réessaye de me trancher les veines avec mes dents. Où, d'après le docteur Blackhills, je hurlais le nom de Reeven-Sham Skenandore avant de fondre en larmes ou au contraire, d'éclater de rire. J'avais regretté d'avoir connu ce bref sentiment de liberté, cette rébellion intérieure. Pour la première fois, j'avais vécu. Pour la première fois, j'avais couru, couru sans jamais m'arrêter. Et je m'étais bien pété la gueule à l'arrivée. J'avais été idiot et stupide. J'avais renié ma propre nature. Une nature peut être cruelle et violente mais capable d'aimer. Je n'étais pas un monstre. J'avais tué par nature. Quand après avoir longtemps subi cette confrontation intérieure entre deux identités - celle qui voyait dans le crime le plus odieux des gestes et l'autre à qui cela était naturel au possible - je decouvris enfin la vérité, le chemin que je devais suivre. Je sortais enfin d'une longue période de douleur et de doutes pour enfin découvrir qui je devais être. Un carrière. Cette affirmation s'était affichée de plus en plus clairement dans mon esprit avant d'en prendre totalement possession. Grâce à elle, je retrouvais la raison. On me laissa sortir de l'asile et je redevint Gemstone Jacobs, prince des carrière.

***

Les rebelles arrivent, en rang, menottés. La foule les hue. Et je me surprend moi même à leur crier des injures en brandissant le poing. Le maire, un homme blond au traits anguleux et au regard d'un bleu glacial demande le silence et entame un long discours bientôt imiter par Blackbird-Crowley, le chef des pacificateurs alors que passent et repassent les images du bombardement du Treize.

Quand, pour la sixième fois en deux mois, les traitres au Capitole sont sur le point d'être exécutés publiquement, je décide de délaisser mes souvenirs trop lourds, trop encombrants, comme on me l'a conseillé. À chaque coup de feu, j'oublie. Pour commencer j'oublie Marvel, ce rebelle, aux conceptions étranges qui disparu avec mes espoirs de revoir mon frère vivant. Mon frère.Rory. Je l'oublie, lui aussi, ce frère tant aimé que je n'ai jamais pu retrouver. Reeven-Sham. Cette fillette espiègle devenue une jeune femme brisée. Cet être chéri et aimé qui lui aussi m'a été arraché. Je tente de lui faire mes adieux, mais c'est impossible. Je ne peux me résoudre à oublier Ree, la fille dont le coeur brûlait de vivre, d'exister. Alors je la garde, comme un bijou précieux qu'on range sous clef, je loge le souvenir de Reeven dans un écrin de bribes de bonheur, tout au fond de ma mémoire. Je pense qu'il y sera bien.

Soudain, je me rends compte qu'il ne reste plus qu'un rebelle à éliminer. Je le reconnais. On n'oublie pas facilement le visage de la personne qui vous a épargné alors que tout le monde autour de vous se faisait égorger par ses congénères. Je le regarde droit dans les yeux. Il me voit et je sais que lui aussi me reconnais. Hélas, je ne pourrais jamais m'acquiter de ma dette. La balle lui traverse le crâne.

Etrangement, alors qu'on entasse les corps et que j'assiste aux derniers souffles d'une révolte idiote et inutile, une pensée étonnante frappe mon esprit. Une pensée que seul un carrière peut formuler sans passer pour un fou. Les Hunger Games de cette année promettent d'être formidables.


pyrophobia's end. :kathleen:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages   

Revenir en haut Aller en bas
 

II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 2 :: Intrigues-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.