petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.   Mar 13 Nov - 18:27

Hedenn&Dorian
only one thing matters, we’re still here.


Il faisait encore nuit quand il ouvrit les yeux, réveillé aux aurores par habitudes, quand bien même la fatigue le sommait de rester allonger et de dormir tout l'hiver. Seuls les soldats, déjà parés, faisaient leurs paquetages, s'apprêtant à partir. Il n'était pas mécontent de rester ici quelques jours loin de toute cette agitation qui secouait Panem depuis quelques mois, pourtant il ne pouvait s'empêcher de se sentir coupable de ne pas les suivre, de les abandonner. Près de lui, Gold dormait toujours l'air paisible. Il sourit légèrement, se levant en prenant garde de ne pas la réveiller pour s'éloigner. La journée d'hier lui semblait étrangement loin, presque irréelle tant elle avait été rude et forte en rebondissement. La mort de Biggs l'avait plongé dans un état second dont n'arrivait pas à se défaire. L'amertume la résignation et la colère l'avaient accompagné toute la nuit, serrant son ventre, lui donnant la nausée. Il n'avait pas fermé l'oeil. Il était fatigué de cette situation, de cet endroit, des pertes qu'ils avaient dû essuyer jusque là. S'en était trop pour lui, il était arrivé à un point de non retour, celui qu'il ne devait pas franchir au risque de devenir complètement fou. Trop de fatigue, de stress, d'anxiété, s'étaient accumulé au fil des semaines : il craquait. Il voulait seulement être tranquille; il avait besoin de temps pour digérer et accepter tout ça. Et puis il y avait Gold, celle qu'il avait entrainée dans ce chaos et à qui il avait demandé de rester. Peut-être aura-t-elle changé d'avis aujourd'hui, regrettant de s'être engagée si vite alors que toute sa vie menaçait d'être bouleversée. Il l'avait précipitée… Mais à quoi pensait-il au juste en l' embarquant dans cette histoire, la mettant sciemment en danger et pour quoi ? par égoïsme ? parce qu'il trouvait sa présence agréable ? quel idiot. Soupirant, il enfile le haut de son uniforme terne et traine des pieds jusqu'au dehors pour souffler un peu, ne sachant pas vraiment quoi faire de sa carcasse.

La cible trônait toujours là plus loin accrochée à l'arbre, l'unique carreau planté n'avait pas bougé. Le ciel s'était éclairci, le soleil du matin venant réchauffer le paysage givré, tout était si calme qu'il était difficile d'imaginer qu'une véritable guerre avait lieu non loin. Il aurait pu y être une fois encore, plutôt que d'errer ici sans savoir quoi faire de ses vieux os. Loop était sûrement repartie, elle, elle détestait ne rien faire et la savoir là bas quand lui restait ici ne lui plaisait pas du tout. Mais il devait s'occuper du cas de Gold, si leurs échange de la veille n'était pas que des promesses en l'air tout du moins. Ses pas crissant sur l'herbe gelée, il vient arracher le carreau de la cible d'un geste sec, s'écorchant la main d'un geste malhabile. "Et merde." grogne-t-il, observant d'une mine flegmatique la légère coupure d'où s'échappe un peu de sang. Secouant sa main, il abandonne la cible à sa place pour revenir sur ses pas, cherchant de quoi rincer sa plaie. Naturellement ses pas l'emmenèrent vers l'infirmerie où le corps de Biggs reposait toujours dans un coin, recouvert du draps qui le cachait. Hedenn était là, affairée de son côté, ne lui accordant son attention que lorsqu'il s'adressa à elle. "Tiens justement il fallait que je vois ma rafistoleuse préférée." dit-il dans un demi sourire, levant sa main blessée vers elle en guise de salut avant de la rabaisser bien vite "… pas vraiment pour ça, c'est rien je vais juste passer sous l'eau."

Lorgnant du coin de l'oeil la table où Biggs reposait, il mangeait ses ongles, anxieux. "J'ai ramené Gold Flickerman ici." dit-il, brisant le silence dans un raclement de gorge, penaud. Il n'y avait que les ignorant pour ne pas connaitre le nom de Flickerman et il savait Hedenn particulièrement bien informée sur ce sujet. S'il avait caché la vérité à l'ensemble des rebelles présents au dispensaires, il devait la vérité à Hedenn quitte à s'attirer ses foudres. Evidemment, ramener une Capitolienne ici était tout sauf une bonne idée, la nièce du présentateur vedette des Hunger Games encore plus, "mais elle et avec nous." s'empressa-t-il d'ajouter, comme cherchant une excuse à son geste. Il n'y en avait pas, il avait agit sur un coup de tête, impulsif comme à son habitude. Mais il avait pourtant confiance en cette jeune femme et ne mettait pas ses intentions en doute. Après tout ne l'avait-elle pas tiré d'affaire plus d'une fois ? Malgré tout, sa présence ici représentait un risque, tant parce que certains rebelles moins cléments pourraient vouloir sa peau que parce qu'il y avait sans doute des gens à sa recherche. Il s'était dit que Hedenn serait sans doute la plus digne de confiance et la mieux placée pour savoir qu'un capitolien pouvait être dans leur camp. "Elle est sincère dans ses intentions je crois qu'elle veut vraiment nous aider." Susurra-t-il le plus sérieusement du monde, la fixant du regard. "Et elle soigne... enfin un peu. Tu penses qu'on pourrait lui faire une petite place ?"



Dernière édition par Dorian de Massari le Jeu 3 Jan - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.   Mer 21 Nov - 20:16

Quand j'étais petite, je me voyais dans un grand hôpital ; le plus grand de tous. Je me voyais comme mes parents, médecin renommée qui travaillerait chez les meilleurs parce que justement, je serais la meilleure. Je m'imaginais déjà marcher dans les couloir, courir d'un bloc à un autre, prendre soin de tous ces patients qui hurleraient à la mort qu'on les soigne. Y aurait du sang partout partout, des larmes, des pleurs, des scalpels... Puis j'ai grandi, et je me suis rendue compte de tous les défauts du Capitole. De tout ce qui ne me plaisait pas chez lui. De ce qu'il m'interdisait. Et je me suis jurée que je ne serais pas un de ces moutons qui suit sont troupeau sans raison, sans but. La race Capitolienne est tout simplement une grosse blague dont je préfère ne pas faire partie. Ce n'est rien qu'une prison qui nous tue à petit feu. Les personnes comme moi, qui ont envie de vivre comme il se doit de vivre, ne peuvent pas rester ainsi soumis à ses lois et ses règles en société. Je voulais avoir la peur au ventre, le cœur en feu et l'adrénaline aux fesses. Je ne me voyais même pas me mêler à tous ces gens, à ces ignorants, finir mon existence parmi eux, ou ne serait-ce que m'attacher à eux. Alors j'ai observé, étudié les comportements, fait comme si et j'ai retenu tout ce qu'il a pu m'enseigner.

Me voilà aujourd'hui à retourner le savoir dont il m'a fait part pour remettre sur pied les soldats rebelles. Du moins, j'essaie de mon mieux. On avait mobilisé quelques personnes de la zone industrielle pour nous aider à monter une sorte de ''clinique'' clandestine. Aucunement besoin de préciser à quel point je suis surchargée, n'est-ce pas ? Vous vous imaginez bien qu'avec la guerre qui fait rage quelques rues plus loin et le peu de mains connaisseuses que j'ai à ma disposition, je cours dans tous les sens ! Finalement, je n'étais pas tellement dans le faux petite... Je cours sans jamais m'arrêter d'un lit à un autre, à soigner tous ces gens qui hurlent de douleurs. J'ai l'occasion de voir chaque jour des flaques de sang plus ou moins grandes, d'entendre des pleurs pour toutes les raisons imaginables, et de tenir un scalpel en main au moins une fois par jour. La guerre... Certes, ce n'est pas tout à fait une bonne chose. Mais pour ma pomme, cela signifie un travail prenant et passionnant tout au long de sa durée. Oui, oui, c'est malheureux de voir tous ces gens qu'on amène blessaient, parfois gravement. Oh les pauvres. Certains n'auront même pas à espérer de vivre, tellement ils seront en piteux état... Mais je précise juste une chose, moi je ne veux que les voir de nouveau en plein forme. Mes patients, c'est comme je sais pas.. comme mes enfants en quelque sorte. Et quand je n'arrive pas à en sauver un, je me donne à 200% pour les autres à suivre. Je fonctionne à la caféine comme un robot, sans presque jamais m'arrêter. Et quand je trouve le temps de dormir, ce qui arrive de moins en moins souvent, je me réveille au moindre bruit. Autant dire que je suis en pleine transformation pour devenir un zombie...

Dix minutes sont à ma disposition, le temps que le prochain patient qu'on vient d'amené soit préparait par des mains inexpérimentées. Je ne veux pas par ces paroles rabaisser les autres... Mais disons seulement pour ma défense que j'ai pu recevoir cette magnifique et merveilleuse éducation Capitolienne – autant profiter de l'occasion pour me venter de la seule bonne chose qu'il m'a offert –, et qu'avec tout ce que j'ai pu apprendre sur le tas et dans l'urgence, je me classe au sommet de la liste des meilleurs médecins – rebelles du moins. Je me dirigeais donc vers la pile de paperasse que j'avais à remplir. Je connaissais les formulaire par cœur, tout comme les patients dont je m'occupais. C'était chiant à faire, mais pas le plus long. Encore heureux. J'attrapais un stylo, puis entendis la voix de Dorian dans mon dos. Lui aussi c'était fait intégrer un réveil dans le crâne ? Le soleil n'était toujours pas levé alors qu'il se tenait devant moi. Les horaires de la guerre sans doute... J'eus l'impression de ne pas l'avoir vu depuis une éternité ! C'était rassurant de revoir sa gueule d'ange, avec uniquement une égratignure à la main. Ca me fit sourire. Il semblait anxieux cependant, mais j'en eus rapidement la raison... « J'ai ramené Gold Flickerman ici. » De comment ? Aurais-je mal entendu ? Gold Flickerman. Nom de la nièce du présentateur des Hunger Games. De sans aucun doute l'une des familles les plus partisanes aux valeurs du Capitole. Et cette fille la serait de notre coté. Attends euh.. je me suis endormie là ? Je me retenais sincèrement. Pas d'exploser de colère ou de poser des tonnes de questions comme toute personne sensée ferait. Non, moi je me retenais de rire. Je le regardais sans ciller, sans aucune expression comme j'avais si bien appris à le faire au Capitole, et j'attendais qu'il finisse. J'ouvris d'abord la bouche, mais aucun mot n'en sorti. Inutile de vous dire à quel point j'étais surprise. « … Tu ne deviens pas cinglé dis-moi ? Non parce que c'est moi qui joue le rôle de la tarée ici, j'ai pas envie que tu me piques la vedette. » J'eus un léger rire, puis repris mon sérieux « Je te fais confiance tu sais, mais ce n'est pas pour autant que je te crois. Je veux dire, ce n'est certainement pas en elle que je vais me fier... Tu vois ? De toute façon, qu'est-ce que j'ai à voir la-dedans moi ? Je te préviens tout de suite, ce sont tes emmerdes. »

Me détournant de ses yeux dont j'avais l'impression qu'ils me reprochaient je ne sais quoi, j'apercevais que l'homme était prêt à se faire opérer quelques lits plus loin. J'allais alors en sa direction. J'attrapais la main de Dorian au passage avant de lui prendre plutôt le poignet en me rappelant sa coupure, puis je l'entraînais avec moi. « Écoutes, je veux juste éviter que tu te fasses avoir. Tu sais qui est sa famille, imagines ce qu'elle serait capable de faire pour La retrouver. Réfléchis donc à ca. Ensuite, un coup de main en plus peu importe de qui ca vient, ce n'est pas de refus. » Je m'approchais de lui et chuchotais « J'espère au moins qu'elle n'est pas reconnaissable. » J'enfilais ensuite une paire de gant, regardait comment allait le patient, demandait sa température, et m'assurer une dernière fois du piteux états de sa jambe. Je m'apprêtais à gâcher la vie d'un soldat. Avec une jambe en moins, comment pourrait il repartir au combat ? Seulement si je ne la lui coupe pas, il n'y aura plus rien à gâcher puisqu'il finira par mourir dans les jours à venir. Je me préparais à opérer et m'adressais en même temps au jeune homme l'air inquiet. « Je ne peux pas t'endormir. Ce n'est pas suffisamment affreux pour gaspiller des moyens plus importants. Tu ne vas pas avoir mal, ca je te l'assure, mais ca peut te paraître désagréable. Je te ferais un suivi au 13, pour tenter de te rendre ta mobilité. » Je ne laissais pas le temps aux questions, c'était toujours trop chiant et inutile. Je jetais un rapide coup d'oeil au garrot fait plus tôt et commençais le travail. Bien qu'on puisse imaginer le contraire, il n'y en avait que pour plusieurs minute. Une fois que le patient ne courait plus aucun risque, je laissais les quelques tâches à suivre aux infirmiers. Je croisais le regard de mon patient qui eu l'air de me dire merci, et me retournais vers Dorian. « Toujours là toi ? Va donc te battre... » Je me levais avec l'intention de partir faire ma tournée des lits, mais il restait là sans bouger, à juste me fixer. « Quoi ? Qu'est-ce que t'as encore ? » Je m'approchais une nouvelle fois de son oreille et m'adressais à lui sur mon ton habituellement sarcastique « T'as kidnappé le président, c'est ca ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.   Lun 31 Déc - 12:09

Hedenn&Dorian
only one thing matters, we’re still here.


"Justement... j'me disais que peut-être elle pourrait venir t'aider..." marmonne-t-il sans préciser qu'en plus, comme c'était un capitolienne elle aussi, elles allaient sûrement s'entendre - ce qui était préférable de ne pas dire sous peine de s'attirer les foudres des deux femmes -. De toute façon il voyait mal Gold prendre les armes et le suivre lui, c'était un peu trop esprit kamikaze à son goût. Alors elle serait autant mieux là avec les autres, là où le risque était moindre. Enfin c'est ce à quoi il avait tenté de la convaincre ces derniers jours afin qu'elle ne risque pas sa vie inutilement. Suivant la jeune médecin jusqu'à la pièce voisine où elle l’entraîne, docile, il secoue légèrement sa main engourdie par la blessure légère. "Je me fais pas avoir..." souffle-t-il d'un air bougon, agacé par cette remarque. D'accord, autrefois il s'était déjà fait rouler par des femmes, trop naïf pour voir qu'elle n'étaient pas ce qu'elles prétendaient être. Il était même déjà mort à cause de ça. Mais là c'était différent, il savait qu'il pouvait faire confiance à Gold, du moins c'est ce que son instinct lui disait. Et puis pourquoi l'aurait-elle aidé au district 9 si c'était pour le trahir au final ? "Je sais pas trop... elle est juste un peu dépeignée et je lui ait donné un de mes uniformes... mais je pense pas que ça fasse illusion très longtemps." pas étonnant; si pour l'instant le campement était un lieu assez sûr pour se camoufler, le district 13 était bien plus rigide dans ses critères lorsqu'il s'agissait d'intégrer leur rangs. "Tu penses qu'il faut faire quoi pour qu'on la reconnaisse pas ?" d'une moue légère, il croisa les bras, semblant réfléchir de son côté. A vrai dire, il se voyait mal faire un relooking à la miss Flickerman; surtout que ça n'était pas vraiment son domaine de prédilection. Mais elle avait raison sur ce point, il valait mieux que Gold reste incognito ici sous peine de se retrouver dans des ennuis dont ils n'avaient pas besoin. En fait, il soupçonnait même quelques uns du campement d'être déjà au courant; Larry par exemple, devait avoir deviné depuis longtemps, heureusement il ne faisait pas partie de ceux voulant se venger du capitôle à n'importe quelle occasion.

Il renifle d'un air dégoûté, posant à peine les yeux sur la blessure de l'homme qu'Hedenn est en train d'examiner. Il s'était toujours demandé comment faisaient les médecins pour rester stoïques devant un tel spectacle; d'où leur venait le sang froid qui leur permettait de faire face à la chair lacérée, au sang collant et poisseux, à la mort aussi. Hedenn était de ceux là et elle s'adressait à cet homme - qui allait probablement perdre sa jambe - sans compassion dégoulinante de bons sentiments. C'est ce qu'il avait aimé chez elle quand elle l'avait soigné quelques mois auparavant, ne pas être traité comme une petite chose fragile tombée du nid. Elle était directe et ne s'encombrait pas d'un baratin ennuyeux, c'était sans doute la raison pour laquelle il était venu la voir elle - et non Loop - pour l'affaire Gold et elle n'avait pas tord lorsqu'elle mis en doute sa santé mentale. Lui même commençait sérieusement à se poser des questions sur ce qui l'avait poussé à faire les choix qu'il avait fait. Était-ce vraiment raisonnable ? Probablement pas. Devenait-il complètement cinglé ? possible. Avec un carreau d'arbalète planté dans le crâne cette idée n'était pas totalement à exclure. Mais les souvenirs lui revenaient alors vite en mémoire, lorsque dans cette cave lugubre du 9 Gold était restée bien qu'il soit son ravisseur - en fait c'était plutôt sa santé mentale à elle dont il fallait s'inquiéter - des soins qu'elle lui avait prodigué et sans lesquels il serait peut-être mort aujourd'hui. En réalité, le lien qui l'unissait à cette fille était proche de celui qui le liait à Hedenn : le sentiment de leur être redevable à vie pour ce qu'elles avaient fait.

"Je suis en arrêt aujourd'hui..." marmonne-t-il d'un air vexé alors qu'elle le sommait d'aller se battre. Qu'elle le dise si elle voulait qu'il s'en aille. "on a perdu Biggs hier alors on doit rester là pour se reposer." tu parle d'un repos, songe-t-il, il n'avait pas fermé l’œil et rester ici à ne rien faire était un calvaire. Il ne pouvait pas s'empêcher de penser à autre chose qu'à la mort de son ami, qui le ramenait indubitablement à penser à tous ceux qu'ils avaient perdu... un tas de pensées morbides dont il se serait passé volontiers. Un instant, il envia presque Loop qui était repartie au front ce matin même comme si de rien n'était. Il aurait sans doute fait de même si Larry n'avait pas insisté pour qu'il reste, le connaissant que trop bien. "Pfff t'es con" murmure-t-il dans un sourire complice, se détachant d'elle. Le visage du président Snow lui vint en mémoire et un vague sentiment d'amertume le submergea. A croire qu'il était capable de réveiller en lui des pulsions des plus sadiques ce vieux bouc psychopathe... Il ne se serait sans doute pas contenté de le kidnapper s'il en avait seulement eu l'occasion. "Non en fait j'étais plutôt venu voir si t'avais besoin de mon aide... " marmonne-t-il en frottant le sang sur sa main avant de les enfourner dans ses poches. "Faut vraiment que je fasse quelque chose là, n'importe quoi, je vais devenir dingue sinon."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.   

Revenir en haut Aller en bas
 

hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 2 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.