petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 J3 ⊰ together, even in grief (KATECHI)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: J3 ⊰ together, even in grief (KATECHI)   Ven 3 Aoû - 15:23

Le jour deux s'était terminé, et j'avais survécu. Du moins, en apparence, puisqu’à l'intérieur, c'était comme si j'étais déjà morte. La mort d'Iugo, mon co-tribut avait été un choc qui était difficile à encaisser. Je ne m'y attendais pas, et je m'en voulais. Quand j'avais quitté le camp au petit matin, je le pensais en sécurité, Katell et lui avaient fais des pièges, et je le pensais apte à se défendre. Je ne savais pas ce qu'il s'était passé, et je n'étais pas sûre de vouloir le savoir. Tout ce qui importait pour le moment, c'était retourner a la cascade gelée retrouver Katell qui, merci dieu, était vivante, et me faire à l'idée que nous n'étions désormais plus que deux.

Les jours passaient, et l'étau se resserrait. Je me demandais combien de temps j'allais encore réussir à m'en tirer. Le jour deux avait été plus douloureux que le jour un. J'avais eu la malchance de croiser les tributs du 4 et du 11 dans la forêt, qui s'étaient chargés de bien m'amocher. La tribut du 4 s'était simplement contentée de me griffer, tandis que son alliée, la tribut du 11, avait été plus ambitieuse en me tirant une flèche dans le dos et en … me coupant les cheveux à coup de hache. La douleur que cette dernière m'avait infligée persistait dans mon corps, c'est pourquoi je mis longtemps à retrouver le campement, mon allure forcement réduite. Je n'avais plus beaucoup d'énergie, j'avais besoin de dormir, et de me faire soigner. Je sentais le sang couler le long de ma colonne vertébrale. Heureusement qu'il y avait eu ma doudoune, autrement, je serais probablement déjà morte.

Les yeux plissés, le corps en sueur froide, je venais d'arriver à la cascade gelée où Katell était déjà assise. Rassurée de la voir en vie, je poussais sur mes jambes pour m’avancer vers elle, et ce n'est que quand elle me prit dans ses bras que je lâchais prise, lui laissant la tâche ingrate de me poser sur le sol. J'avais le dos presque paralysé, et chaque mouvement que je faisais rallumait la douleur qui ne s'éteignait jamais vraiment. Cette pétasse du 11 allait me le payer. Oh oui, elle allait me le payer très cher. J'allais lui faire regretter la douleur qu'elle m'avait infligée en la tuant, purement et simplement.

Assise contre une colonne glacée, je fermais les yeux avant de laisser couler mes larmes. Je ne pensais pas que la mort d'Iugo me ferait autant d'effet, mais pourtant, je ne pouvais plus m'arrêter de pleurer. « Je … je pensais qu'il serait en sécurité ici ... » lâchais-je, la voix faible en me tournant vers Katell, la remerciant intérieurement d'être là pour partager ce deuil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: J3 ⊰ together, even in grief (KATECHI)   Mer 15 Aoû - 14:22


together, even in grief
❝ j 3 - a v e c . f r e n c h i e ❞

Je suis blessée, morte de faim, exténuée et… complètement perdue. Oui, dans tous les sens du terme. J’ai marché toute la nuit et, impossible de retrouver mon chemin. Si seulement je n’aurais pas couru sans regarder où j’allais, lorsque j’essayais de fuir Lucas, j’en serais pas là. Tous les arbres semblent les mêmes, toute cette neige m’enduit en erreur chaque fois que je pense avoir trouvé notre camp. A force de tourner en rond, je me suis assis par terre et, j’ai attendu. Quoi ? Je ne sais pas, peut-être que quelqu’un me trouve là, morte de faim et de froid. Dans la nuit, où ce qui m’a semblé l’être, les coups de canon ont retenti. Nous avons beau être au deuxième jour, je n’arrive toujours pas à m’y faire. Je n’arrive pas à admettre que tous ces visages sont morts, qu’ils ne reverront plus leurs familles et, qui sait ? Peut-être que je serais là aussi, dans le ciel, très bientôt.

Je regarde les premiers visages défiler sans rien dire, sans absolument rien ressentir. Ils sont peut-être mieux là où ils sont après tout mais… lorsque je crois le calvaire fini et qu’un dernier visage vient combler le ciel, j’éclate en sanglots. « T’as pas le droit… » Je lui ai pourtant dit, je lui ai déjà dit qu’il n’avait pas le droit de faire ça. « Non ! Tu n’as pas le droit ! » Je me lève maladroitement et me met à donner des coups de poings dans le tronc d’arbre le plus proche. Les larmes me floutent la vision mais, je m’en fous. Je m’en fous de tout. « Je t’avais dit de rester avec nous, je te l’avais dit ! Tu n’as pas droit de faire ça… » Mes derniers mots sont plus calmes, plus silencieux. Le visage de Iugo a déjà disparu dans le ciel mais, il reste gravé dans ma mémoire comme s’il s’agissait d’un de mes frères. Je le revois étendu à terre, au camp, les mains et le corps en sang. Frenchie, complètement désespérée, qui essaye de le ramener à la vie. A quoi bon ? Je me revois lui taper dessus comme une folle, lui dire de rester avec nous, que Frenchie, et moi-même, avons besoin de lui… A quoi bon ? A quoi bon s’allier, s’attacher à des gens si ce n’est que pour les pleurer ensuite ? L’arène est cruelle.

Dans ma douleur, j’ai retrouvé ma position initiale. Assise dans la neige, je tiens mes genoux contre moi et me balance doucement d’avant en arrière. Vu d’extérieur, on peut facilement me prendre pour une attardée mais, ce petit balancement me calme un peu. Mes joues me font mal, surement mes larmes qui ont gelé en si peu de temps. J’aimerais pouvoir faire comme Richard, comme si tout ceci n’était qu’une règle du jeu, qu’un détail auquel il faut s’habituer pour ne pas sombrer mais… je n’y arrive pas. Je repense à notre conversation et, je me demande comment a-t-il pu réagir à la vue du visage de Reah dans le ciel, sa petite co-tribu. Maintenant que j’y pense, que je suis à sa place, je comprends un peu mieux son envie de vengeance. L’arène nous change, que l’on veille ou non. Elle nous pousse à faire des choses que jamais on aurait fait et, le meurtre en fait partie. J’ai failli tuer Lily pour un pauvre petit renard et… j’ai faillit me faire tuer pour cela. C’est la loi du plus fort, comme à la jungle. Seulement, je n’y gagnais rien puisque Lucas avait le renard dans sa possession. J’aurais perdu la vie pour rien si je m’étais obstinée à me battre jusqu’au bout. Mon dieu…

A nouveau, j’éclate en sanglots. Mon visage aurait pu être présent parmi tous ceux de ce soir. Frenchie se serait retrouvée toute seule et, rien qu’à y penser, j’en ai mal au cœur pour elle. Je sais qu’elle est capable de se débrouiller, elle est forte et déterminée, elle ira très loin, je le sais mais… elle doit être complètement perdue à l’heure qu’il est. Comme moi. Regardant partout autour de moi, je réalise que je suis à découvert, nullement à l’abri. Le souvenir de mon alliée semble me redonner du courage et, dans un élan de vaillance, je me remets en marche pour la retrouver. Je marche des heures et des heures -ou du moins, je crois- jusqu’à ce que je retrouve le petit sentier qui mène à la cascade. Le souvenir de Iugo me monte aussitôt à la tête et mes yeux débordent de tristesse. Frenchie n’est pas là mais, avec ses lunettes magiques, j’ai espoir qu’elle me rejoigne bientôt. En attendant, je cherche mon sac jaune, caché sous un tas de neige profond et en sors la bouteille d’eau. La nourriture desséchée me fait de l’œil mais, bizarrement, je sens que si j’avale quoi que ce soit de solide, je le vomirais aussitôt. Ce serait un véritable gâchis…

Je me souviens des tartes au citron meringuées, des cuisses de canard au miel et des bonbons acidulés offerts par le capitol durant notre séjour. Je ne me suis pas rendue compte tout de suite mais, avec un peu de recul, je sais maintenant que tout ce luxe ne sert à nous faire sentir plus misérables dans l’arène. On nous donne tout pour nous jeter dans le besoin le plus complet ensuite. Plus de nourriture, plus d’eau, plus d’amis, plus de repères, plus rien. Ils veulent nous rendre chèvres mais, ils n’y arriveront pas. Je sèche mes larmes et bois deux gorgées de mon eau. Ce camp, c’est mon repère et, Frenchie, la seule amie qui me reste dans l’arène... Je me dois de m’occuper d’elle, d’être là pour la soutenir. Je sais à quel point c’est dur de perdre son co-tribu donc, maintenant, nous nous soutiendrons comme nos mentors souhaitent qu’on le fasse. Malgré mes craintes, Iza n’avait pas tord, une alliance est bénéfique finalement…

Je lève les yeux lorsque la neige craque sous le poids de quelqu’un, à l’entrée de la cascade. « Frenchie ? » Qui d’autre ? Au cas où, je prend ce qui me vient en premier. Sentant mes doigts empoigner le couteau de Iugo, je perds l’attention que j’avais concentré sur le bruit un instant. Il l’a laissé au camp ? Il aurait du le prendre ! Il aurait du rester en vie ! A moins que… tout ce sang. Je n’ai pas le temps de m’attarder dessus que la silhouette de Frenchie m’arrache de soupire de soulagement. Je lâche mollement le couteau et cours à son encontre. Elle est très mal au point, un peu comme Iugo la veille... Non ! N’y pense pas, elle ne mourra pas ! « Qu’est-ce… ? » Je la prends sous le bras et la fais s’assoir à l’intérieur, à l’abri. Je pousse ses mèches sur le côté, histoire de voir un peu l’état de son visage. « Je… je pensais qu’il serait en sécurité ici… » « Moi aussi.. » Lui dis-je en souriant tristement. « Tu peux enlever ta doudoune ? » Il y a beaucoup de sang, beaucoup trop de sang. Je veux voir d’où ça vient. L’aidant à l’enlever, je m’arrête un instant pour la prendre dans mes bras, doucement. « Je… suis désolé Frenchie. » J’essaye de garder mes larmes pour moi mais, je crois bien qu’une escroc arrive à se faire la male le long de ma joue. « Il… Je… » Je ne sais pas quoi dire. Si on aurait essayé de me consoler à la mort d’Icare ou de Maël, j’aurais tout envoyé valser donc, je préfère me taire. L'arène est cruelle, on le sait tous parfaitement. « Te force pas, laisse-moi tirer sur ta manche… » Elle a mal, cela se voit comme le nez au milieu de la figure…

Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: J3 ⊰ together, even in grief (KATECHI)   Sam 18 Aoû - 13:28

Je me sentais plus seule que jamais, et même si Katell était à mes côtés, jamais elle ne pourrait complètement combler le trou qu'avait laissé Iugo en mourant. Je ne m'y étais pas attendu. Sa survie me paraissait si évidente, le fait qu'il puisse mourir ne m'avait jamais traversée l'esprit. Il était fort, il y avait des pièges et avait ses couteaux avec lui pour se défendre, je le pensais en sécurité, je le pensais capable de se défendre, mais nous avions commis une erreur, et nous devions en assumer les conséquences. Nous venions de perdre un allié, un allié de taille. Lui, Katell, moi, je nous étais imaginés ensemble jusqu'à la fin des jeux, ensemble quoi qu'il arrive, un peu de lumière dans cette nuit éternelle qui plombait l'arène, l'espoir de ne pas finir seule et folle. C'était ma plus grande crainte : finir seule. Maintenant qu'Iugo n'était plus, Katell demeurait la seule personne en qui j'avais confiance dans cette arène. Lui accorder toute cette confiance n'était pas forcement très prudent, mais j'avais besoin de me raccrocher à quelque chose, à quelqu'un. Et elle était là, à mes côtés, et semblait s'inquiéter de mon sort, ca me suffisait amplement.

« Moi aussi.. » J'imaginais qu'ils devaient aimer ça, Panem, nous voir triste, désespérées, pleurant la perte d'un être cher, je leur donnais exactement ce qu'il voulait. Eh bien, pas plus longtemps. Je ne savais pas si nous passions à l'écran, mais je décidais de ne pas leur donner le plaisir de me voir pleurer, Iugo n'aurait pas voulu de toutes façons. Séchant mes larmes d'un geste de main furtif et douloureux tout en regardant Katell. Je pouvais bien tromper Panem, je ne pourrais la tromper elle. « Tu peux enlever ta doudoune ? » J'essayais de bouger, mais mon dos était douloureux, beaucoup trop. Tellement qu'il m'arracha de nouvelles larmes que je ne purent stopper à temps. Je sentais encore la flèche se planter dans mon dos, la douleur stagnant dans l'ensemble de mon corps. J'essayais de bouger, arrachant quelques grimaces douloureuse. Retirer ma doudoune n'était pas très prudent compte tenu du froid dans lequel nous évoluions, mais c'était nécessaire pour guérir la blessure. Je tenais déjà depuis trop longtemps, tellement que je me sentais divaguer peu à peu, ça plus la fatigue, c'était comme si j'allais bientôt m'évanouir. « C'est dans mon dos … On m'a tiré une flèche ... » Je m'étonnais même d'être encore en vie. La fille du Onze, qui m'avait tiré cette flèche pensait sûrement que je mourrais en chemin … qui devais-je remercier ? Le destin ? La chance ?

« Je… suis désolé Frenchie. » J'essaye de me contenir. Posant ma main sur le bras de Katell, je ferma les yeux et lâcha un long soupir. Même si je le préférerais à nos côtés, Iugo est sans doutes mieux là où il est, il a enfin trouver la paix et je suis sure qu'il nous regarde, du haut des nuages, où n'importe où il se trouve, je suis sure qu'il veille sur nous. « … Le sort ne lui a juste pas été favorable ... » Mon regard se perd dans l'étendue blanche qui s'étend sous nos pieds. Cette phrase n'était pas de moi. Denahi l'avait prononcé, en parlant de sa propre co-tribut. Il l'avait prononcé peu de temps avant de mourir. Il avait raison … et c'était ce qui reliait tous les défunts tributs en eux : le sort. Pour vingt-trois d'entre nous, le sort ne le sera pas favorable. Pour un seul d'entre nous, il le sera.

« Te force pas, laisse-moi tirer sur ta manche… » Je laisse échapper un nouveau gémissement douloureux. J'ai mal, très mal, mais je réussis finalement à retirer cette doudoune tâchée de mon propre sang. « Tu peux faire quelque chose ? » demandais-je à Katell, l'implorant presque en lui affichant le trou dans mon dos. Je priais pour que oui, elle puisse. Qu'elle puisse soulager ma douleur, pitié qu'elle puisse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: J3 ⊰ together, even in grief (KATECHI)   Mar 21 Aoû - 17:24


together, even in grief
❝ j 3 - a v e c . f r e n c h i e ❞

« Tu peux faire quelque chose ? » « Attends… » Je tire doucement sur la matière de sa doudoune, essayant de lui faire le moins de mal possible. « …deux secondes. J’y suis. » Du sang, il y en a partout. Sa doudoune est une véritable éponge trempée mais, je n’en tiens pas compte. L’odeur m’est désagréable certes mais, dans l’arène, on s’y habitue très vite. Je pose une main -qui se veut rassurante- sur son bras avant de me lancer dans une expertise plus poussée de son dos. « Qui t’a fait ça au juste ? » J’ai comme une envie de vengeance mais, je garde cette idée pour moi. Ce n’est pas le moment de partir à la recherche d’une meurtrière, je n’ai même pas d’armes pour me défendre. Quoi que. Je pourrais peut-être récupérer celles de Iugo mais… rien que d’y penser, cela me fait mal au cœur. « Faut qu’on reste ensemble le plus souvent possible maintenant… » Je me retrouve avec l’habit dans les mains et, je ne sais pas trop quoi en faire. Je le tends à Frenchie. « Tiens, prends ça pour éviter que ton corps refroidisse. » Je l’aide à se décoller un peu plus de la colonne de glace et lui souris d’un air gêné. Je sais que cela va faire mal mais, il le faut. Il le faut pour la guérir. « Penche-toi un peu que je vois ça. » Je sais qu’elle s’est fait tirer dessus, elle me l’a dit. Toutefois, la vue de la plaie ouverte dans son dos m’arrache un juron de surprise. « Merde alors ! » Le trou ensanglanté me nargue joyeusement. « Elle ne t’a pas raté, hein… » Je tire sur son t-shirt pour mieux voir l’orifice mais, avec cette pénombre, ce n’est pas si facile. Il me parait pas trop méchant, bien que ce soit assez profond. « Reste là, je reviens. » Nooon, elle va te danser la macanera avec une flèche enfoncée dans le dos, banane ! Je reviens avec la trousse de survie dans une main et, un des couteaux de Iugo dans l’autre.

« Tu peux me passer tes lunettes magiques ? Je vais en avoir besoin. » Je n’ai jamais fait ça sur un humain mais, cela ne doit pas être très différent qu’avec un cheval ou, n’importe quel autre animal… si ? J’ouvre la trousse de secours et regarde son contenu pour la première fois. J’avais espéré ne pas l’ouvrir de si tôt mais, quand il faut y aller... faut y aller ! Je recentre mon attention sur le dos de Frenchie. « Alors, alors… » HOP ! D’un coup sec et sans prévenir, j’enlève les bouts de tissu qui étaient restés collés à sa peau, juste avant de boucher le trou avec une de mes mains. « Désolé Fren’… c’est presque fini. » Enfin… tout est relatif. Dans ma trousse de secours, je prends plusieurs compresses stériles que j’ouvre directement avec les dents. Je plaque tout contre le sang qui s’écoule. « Je vais devoir nettoyer un peu donc, serre ta doudoune très fort si jamais t’as trop mal. » Et dieu sait que ça va faire mal… Je cherche un peu dans ma trousse avant de trouver un… Des ciseaux ! J’aurais peut-être dû l’ouvrir avant cette trousse. Je reprends une nouvelle compresse et enveloppe le bout des ciseaux avec. « Attention… » Je nettoie soigneusement les bords de la blessure avant d’introduire doucement le tout à l’intérieur de l’orifice créé par la flèche. J’essaye de faire abstraction de la douleur de Frenchie mais, c’est dur. Très dur. « T’as quand même eu de la chance. Elle aurait pu être empoisonnée. » Je continue mon affaire et, fais un pansement avec un peu de compresses imbibées d’alcool et du sparadrap. Comme quoi, ils ne sont pas si radins au capitol. « Désolé… » Je coupe ce qu’il y a de trop avec le couteau et, finis par offrir ma propre doudoune à Frenchie. « Prends-la. » dis-je en l’enlevant. « Elle est propre. Je vais essayer de nettoyer la tienne avec de la neige fondue. » Sans attendre son approbation, je lui prends la sienne et lui met la mienne entre les mains. « Repose-toi un peu si tu veux, je peut faire le guet. » A vrai dire, j’essaye surtout de m’occuper l’esprit au maximum. Je n’ai pas envie de penser à ce que l’on vient de vivre, la mort de nos co-tribus respectifs, ma rencontre avec Lucas et Lily, la blessure assez grave de Fren’, notre manque de nourriture… En gros, je joue l’hyperactive pour éviter de trop réfléchir mais, cela ne fonctionne pas toujours comme on le voudrait. Au bord de la cascade gelée, je m’effondre en larmes...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: J3 ⊰ together, even in grief (KATECHI)   

Revenir en haut Aller en bas
 

J3 ⊰ together, even in grief (KATECHI)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 2 :: 76th HG :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.