petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 ❝ Heureux les maladroits, les malhabiles [...] ❞ [Serena & Saewald]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: ❝ Heureux les maladroits, les malhabiles [...] ❞ [Serena & Saewald]   Ven 29 Juin - 0:13




serena & saewald




“Un homme amoureux est un homme qui veut être plus aimable qu'il ne peut ; et voilà pourquoi presque tous les hommes sont ridicules.„



Saewald était au plus profond de son lit. Au dehors, le soleil avait déjà pointé le bout de son nez. Les premiers rayons perçaient déjà au travers des volets inondant sa chambre d'une atmosphère reposante, calme. Ce matin là, comme beaucoup d'autres, Wilkes n'osait pas s'extirper de son berceau, de peur de ne pas en avoir la force. Il jeta un coup d'oeil furtif à la pendule qui trônait fièrement dans la pièce. Six heures quarante-cinq. Il allait être contraint et forcé de se hisser sur ses jambes. Une nouvelle journée sur les rails l'attendait. Wald` aurait bien volontiers laissé son poste au premier tire-au-flan passant par là, mais il fallait bien travailler pour se payer de quoi survivre. Il enfila les premiers vêtements qui lui tombèrent sous la main sans faire attention si son pantalon se mariait bien avec sa chemise. Il se glissa dans ses chaussures et sans rien avaler il sortit de sa petit maison qui ressemblait plus à un taudis qu'à autre chose. La fleure au fusil il s'en allait pour une journée qui s'annonçait aussi ennuyeuse que la précédente. Cependant, à peine était-il arriver, que l'un de ses collègues lui plaqua un fax sur la poitrine. Enfin de l'action. Lorsque Saewald lu la feuille de mission, il fit grise mine. Un train était à l'arrêt au milieu des plaines, un problème technique que le conducteur et le chef de wagon n'avaient pu résoudre.

Wald` enfila un bleu de travail et suivit le petit groupe de cheminots. En moins de temps qu'il n'avait fallu pour le dire, la poignée d'expert du rail était sur les lieux de l'incident. Un train de transport était en rade et figeait tout le trafic ferroviaire du district. L'un des contrôleurs s'armait de patience et tentait de raisonner les quelques troubles faits des voitures avants qui souhaitaient descendre pour profiter du paysage. Le conducteur avait mit la main à la pâte, les manches retroussées, il s'était glissé sous le voiture de tête. Le chef du groupe le tira par la jambe et lui ordonna de remonter dans sa cabine. Après tout chacun chez soi et les vaches seraient bien gardées. Wilkes, quant à lui, mit en place une déviation afin de rétablir le réseau en jouant sur l'aiguillage. Après quoi il s'attala à la tâche en inspectant scrupuleusement chacun des wagons. A l'intérieur, les esprits s'échauffaient, les voies montaient et il n'aurait pas été surprenant de voir des passagers en venir aux mains. Alors qu'il s'apprêtait à examiner la voiture avant, une personne le percuta, le destabilisa, manquant de la faire chuter sur les voies. Le jeune homme se rattrapait à la barre de maintien. Il ne manquait plus que ça, que quelqu'un vienne se mettre dans ses pattes. Avec ça, le train ne reprendrait pas son trajet de suite. Saewald sera la barre pour éviter se s'en prendre à la passagère, qui avait elle aussi perdu l'équilibre. Elle lui disait vaguement quelque chose. Wald` avait l'impression de l'avoir déjà vu quelque part, mais où ? Il ne s'en rappellait plus. Cependant il était sûr de reconnaître son visage. Et puis qui ne se rappellerait pas d'un si beau visage.

Wilkes ravala sa fierté et présenta ses excuses au près de la demoiselle qui était tout à fait à son goût. Lorsque son regard croisa le sien, il se sentit tout chose. Il se gratta l'arrière de la tête, ce même geste qu'il avait quand il se sentait mal à l'aise. Ce même geste qu'il avait en présence de femmes qui lui plaisait. A croire qu'elle ne l'avait pas que percuter, elle lui avait aussi tapé dans l'oeil. »Désolé, je... je ne regardais pas où je mettais les pieds. Vous allez bien ?« Oubliez ce que je viens de vous dire. Saewald connaissait ce que l'on appellait plus communément le coup de foudre. Vous savez ce petit éclat que l'on a dans les yeux lorsque l'on rencontre une personne et l'on sent que c'est avec elle que l'on veut tout reconstruire. Certes, ce n'était peut-être pas réciproque mais en tout cas il avait ce sentiment de bien être alors qu'il venait de manqué de tomber sur les voies. Le regard du garçon parcouru la demoiselle de haut en bas. Il ne la dévisageait pas, du moins il n'en avait pas l'impression. Bien trop attaché au visage de la passagère il manqua de voir l'écusson des hunger games sur le haut de la demoiselle.



hj:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: ❝ Heureux les maladroits, les malhabiles [...] ❞ [Serena & Saewald]   Sam 30 Juin - 1:10

La victoire était un mot qu’elle n’arrivait pas à digérer. Il fallait se l’avouer ! Elle était juste une traîtresse. On pouvait le lire dans le regard des gens. Elle avait tuer toutes ces personnes par la trahison! Il ne fallait jamais faire confiance à une d'entre elle. Sans aucun scrupule, elle s'était montrée manipulatrice. C’était une horrible ! Comment avait-elle réussi à faire ça? Il y avait absolument rien à dire. Aucune réponse ne pouvait justifier ses actes. Elle revoyait les visages des familles en deuil. Elle avait l’impression que la tournée des vainqueurs ne servaient cas rappeler tout ce qu’elle avait commis. Ils étaient de simples pions sur un échiquier. Serena avait vraiment du mal. Cette nuit avait été épuisante. Elle n’avait pas réussi à s’endormir et à être bercé par le train. Chaque fois qu’elle clignait des yeux. Elle pouvait voir un visage. Quand elle s’endormait… Elle revivait sa lutte dans l’eau pour noyer ce tribut. Son hôtesse l’avait énervé sur un point. Il lui fallut peu de temps avant qu’elle ne s’échappe en cabine. Elle en avait marre de cette horaire qu’il fallait suivre à quoi cela pouvait-il bien servir ? Vous pouvez me le dire ? Serena n’arrivait pas à comprendre ce point. Il lui avait fallut toute la nuit pour méditer sur comment cela aurait pu se terminer si elle aurait perdu… Comment il aurait pu gérer ? Qui sait… Cela n’avait de toute façon aucune importance. Il fallait se l’avouer. Elle était vivante et il était mort...

Le soleil commençait à réchauffer la terre petit à petit. L’obscurité commençait à disparaître. Serena s’était déplacée vers la fenêtre pour voir défiler les paysages. Cela l’avait un peu calmé. Il lui fallut peu de temps pour s’endormir. Elle ne fit pas de rêve, ni de cauchemar. C’était juste un sommeil réparateur de quelque dizaine de minute. Quand elle se réveilla, elle se sentit encore somnolente. D’ailleurs, elle n’eut pas tellement le choix. On avait toquer à sa porte pour qu’elle puisse déjeuner avant de se préparer. Il devait être vers les 7 heures. Elle en avait aucune idée. Elle s’en fichait d’ailleurs. Quand elle se présenta pour le déjeuner, l’hôtesse du capitole lui dicta qu’elle avait une mauvaise mine. Serena regarda son mentor pour lui demander de l’aide sur ce coup. Au final, le déjeuner est parti en cacahuète pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas envie de continuer sa tournée. Cela avait choqué presque tout le monde. Elle finit par balbutier qu’elle allait le faire… Que de toute façon, elle n’avait pas le choix. Elle sortit de table sans prendre conscience de quoi ce soit. Elle n’avait même pas remarquer que le train s’était arrêté tellement que la fatigue l’avait emporté. D’ailleurs, elle rentra inconsciemment dans un jeune homme qui la fit chuter en avant. Elle se rattrapa sur une poignée de porte. Elle continua sa traversé pour se rattraper au coin. Il fallait avouer qu’elle était sur le point de faire un crise. C’était quoi ça ! Il pouvait pas faire attention. Il lui fallut un bon petit moment avant de se calmer pour de bon. D’ailleurs, il faut dire que ça l’a aidé d’entendre des excuses qui semblait sincère.

Elle reprit sa respiration pour finir par un sourire. Elle prit conscience que le train était belle est bien arrêté ? Qu’est-ce qui lui avait mis la puce à l’oreille ? Les habits du jeunes hommes ? Son visage s’éclaircit. Elle avait presque envie de le prendre dans ses bras pour lui remercier de cette nouvelle. D'ailleurs, c'est à ce moment là, qu'elle remarqua son regard sur elle. Il l’analysait de bas en haut. Elle ne se gêna pas pour lui répondre assez rapidement :

C’est pas grave, par contre la tête c’est en haut. Et Ça va… Je suis pas blessée et sans égratignure... Et toi ?

Elle regarda par la fenêtre de la porte du train, si c’était raisonnable de sortir par là. Elle pouvait prendre quelque minute de liberté ? Non, cela ne marchait pas comme ça. L'ancienne tribute l’examina un moment, avant de reprendre la parole… Elle essaya d’articuler comme elle le pouvait pour éviter qu’elle ne dise n’importe quoi. Elle examinait d'ailleurs la tournure de sa phrase pour essayer de savoir son information sans que le capitole retourne ça contre elle.

On est… encore… Loin ? Du district 6 ? Vous êtes venu comment ? Et comment cela se fait-il que le train soit à l’arrêt ?

Serena s’approcha de la porte du wagon pour rechercher la manette qui pourrait ouvrir la porte du train en cas d’urgence ? La jeune femme ouvrit la porte en actionnant la poignée. Elle glissa une tête à l’extérieur pour regarder s’il y avait des contrôleur ou des personnes qui l’observait. Normalement, les passagers devaient sortir et annoncer le protocole. Là, elle s’en fichait un peu. C’était sa crise de liberté et de rébellion. Elle aurait cas dire que le contrôleur l’aurait oublié sur place. Elle sorta du wagon en se retournant pour regarder à l’intérieur le jeune homme.

Vous m’avez pas vu descendre du train ? Le district 6 est loin du coup ?

Vous vous demandez si elle avait le droit de faire ça ? Non, pas du tout, pourtant elle allait comme même le faire. Elle nargua un peu du regard le jeune homme. Elle eut un peu de mal à croiser son regard. Elle était comme hypnotisée. Il était vraiment charmant et ses yeux étaient magnifiques. C’était déstabilisant en y repensant. Serena n’essaya pourtant de ne pas le montrer. Il le fallait pas. Pas ici et surtout pas avec le capitole dans les alentours.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

❝ Heureux les maladroits, les malhabiles [...] ❞ [Serena & Saewald]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.