petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 (D5) here's some advice. (CASTIEL & AMELIA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: (D5) here's some advice. (CASTIEL & AMELIA)   Mer 27 Juin - 15:40

Les Jeux allaient bientôt commencer, le défilé au Grand Cirque c’était plutôt bien passé même si, comme d’habitude, les tribus étaient habillées de manière un peu ridicule et absolument pas surprenante. Finalement Salem avait voulu s’occuper de la jeune femme, ce qui était mieux car je ne sentais aucune affinité avec le tribut féminin de notre district. Par contre le tribut masculin m’avait plus l’air d’en vouloir. Je ne sais pas ce qu’il pensait de moi, mais je m’en fichais un peu. La plupart des gens étaient effrayés par moi, même au capitole. Ils avaient tous vu les Jeux dont j’étais la gagnante puisque mon édition s’était déroulée deux ans plus tôt. J’avais tué deux tributs à mains nues, ceux du deux. Et je ne l’avais sur le coup pas regretté même si les victimes que j’avais faites me hantaient toujours la nuit. Ce garçon de douze ans que j’avais décapité lors du bain de sang… Mon co-tribut, du même âge, que j’avais pas su protéger malgré la promesse implicite faite à sa sœur. Elle ne m’en avait pas voulu, la seule personne qui m’en avait voulu d’être devenue celle que j’étais dans les Jeux était la seule personne que je ne pouvais pas perdre. Tout cela n’avait plus d’importance désormais, j’avais la vie d’un enfant entre mes mains, un tribut surement effrayé mais qui ne l’avait pas montré lors de la Moisson, je pouvais travailler avec ça, si il se montrait digne et fort. Un peu arrogant, je suis certaine que ça pourrait passer. Les interviews n’étaient pas tout de suite mais je voulais déjà lui parler de son image, c’est important de bosser la dessus dès le début. On ne gagne pas sans sponsors. Je suis donc installée dans le sofa en velours du petit salon lorsqu’il descend les escaliers, je me lève et l’interpelle. « Castiel ! » Bien sur que je connais son nom, tout Panem connait son nom. Je lui fais un geste pour qu’il me rejoigne, n’ait pas peur de moi mon petit, je n’ai plus tué personne depuis deux ans et surement pas à mains nues. « Installe-toi. » Je lui dis en désignant le canapé en face de moi. « Parle-moi de toi, de ta vie au cinq. J’ai besoin de quelque chose, n’importe quoi, sur lequel je pourrai travailler pour essayer de te garder en vie. » Ah, j’ai une grosse tendance à être très honnête aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: (D5) here's some advice. (CASTIEL & AMELIA)   Mar 3 Juil - 20:07

Et putain de merde. Voilà.
Assis sur le bord du lit, je me laissais aller à la méditation. Dans mon cas elle se résumait à lancer contre le mur tout ce qui me passait sous la main en essayant désespérément de viser l’une des appliques électrique. Le fracas d’une de mes chaussures contre un meuble assécha ma colère, transformée en un long soupir. J’étais à court de munitions, au sens propre comme au figuré. Me laissant tomber contre le matelas je me gratte machinalement les avants bras. La honte m’en démangeait encore, j’étais décidément vraiment allergique à la mode du Capitole. Foutue combinaison moulante. J’aurais la peau de ce styliste ! Les yeux fermés et le nez dans la couverture j’en hume l’odeur. Je sens comme lui, je ne suis plus moi-même. J’pourrais me faire un bateau avec ce lit, m’échapper par la fenêtre en disant merde aux jeux et rentrer au bercail. Après tout, le drap est tellement grand qu’on dirait une voile. Roulant sur le côté je laisse mon regard se poser sur l’écran silencieux qui repasse en boucle la moisson et le défilé du grand cirque. Alors Cybéline avait été choisie elle aussi. Au moins un visage familier que je retrouverais dans l’arène.

« Je veux du dangeeeeeeeerrrrrr ! »

Je me roule dans la couverture, couinant comme si j’avais régressé de quelques années d’évolution. Mon caprice prend fin aussitôt mon visage contre le plancher. Un mouvement brusque de trop. Je me sentais aussi pitoyable qu’un de ces accros aux antidouleurs en manque, ceux qui avaient fait l’entourage de mon frère. Quand est-ce qu’on commence la fiesta ? J’ai besoin d’agir, de titiller le risque. Toute cette merde à paillettes et ces convenances me donne le mal de mer. J’en peux plus d’attendre, quand est-ce qu’on va me donner ce que je suis venu chercher sans qu’il faille que j’enfile une jupette et que je parade devant le tout Capitole ?

Un grognement et je me redresse en peinant pour me débarrasser de l’édredon. Mon esprit se rebelle contre la stagnation, autant aller prendre l’air.

« Castiel ! »

Mon pied se fige dans le vide à quelques centimètres de la marche. Et merde, je suis repéré. Lentement je tourne la tête vers la provenance de la voix. Ah. La bonasse. Enfin la mentor.

« Installe-toi. »

Les mains dans les poches je ne me fis pas prier pour poser mon postérieur entre les coussins. Bon, fallait avouer que leurs canapés étaient confortables, au moins ils n’avaient aucun ressorts fourbes qui tentaient de vous percer le dos pendant la nuit. Je pose mon regard sur elle, essayant de ne pas dériver ailleurs que sur ses yeux. Amelia, la mentor de notre district. Elle était à peine plus vieille que moi pour ce que j’en savais, après tout je n’avais pas assisté à sa victoire. Mais si elle était là c’est qu’elle devait avoir de la ressource. Et si elle en avait, il fallait que je l’exploite.

« Parle-moi de toi, de ta vie au cinq. J’ai besoin de quelque chose, n’importe quoi, sur lequel je pourrai travailler pour essayer de te garder en vie. »

Pas besoin d’entrée en matière, nous étions au moins d’accord sur ce point. Malgré tout le silence se fit. A vrai dire je ne savais pas quoi répondre à cette question qui me prenait au dépourvu. Ma vie au cinq ? Il n’y avait pas grand-chose à dire. En revanche…

« Je suis mort. Quand j’avais onze ans. J’ai pris la foudre. Depuis j’ai un problème nerveux. »

Je lève ma main près de ma tempe, collant deux doigts comme si je pressais une détente. Un sourire se forma sur mes lèvres.

« A vrai dire j’ai du mal à ressentir la douleur et par extension la peur. »

Mes doigts voyagent, dessinant une ligne brusque sur ma gorge. Je m’enfonce un peu plus dans les coussins en étendant mes jambes, prenant une brève pause dans mon récit.

« Je ne suis pas volontaire mais je content d’être ici. Je ne veux pas mourir, mais je n’en ai pas peur. Parce que je sais qu’avant la fin, l’adrénaline nous fait prendre notre pied. »

Je détache mon regard du sien, prenant mon aise à la reluquer discrètement. Je voyais mal ce qu’elle allait pouvoir exploiter de tout ça et en tirer une conclusion autre que celle que tous avant elle avaient trouvée. Je suis un cas désespéré, je le sais.

« J’ai promis à mon grand frère que je gagnerais. Reste plus que lui et moi, il viendra me casser la gueule lui-même si je me laisse dépérir. Si tu veux quelque chose d’exploitable chez moi, autant te dire que je suis coriace. Sinon j’ai le regret de t’annoncer que tu as hérité du tribu le plus casse-cou et incapable de tout Panem. Je sais grimper et je suis assez rapide, mais crois pas que je vais fuir si j’ai l’occasion de gratter un peu de sensations fortes. Oh et j’aime beaucoup ta poitrine, je savais pas qu’on en faisait des comme ça par chez nous. »

Je lui adresse un petit sourire, laissant aller ma tête en arrière. Au point d'ennuie où j’en suis, même les conseils d’une fille peuvent devenir intéressants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: (D5) here's some advice. (CASTIEL & AMELIA)   Sam 7 Juil - 20:40

Autant la tribut fille ne m’avait pas convenu, autant j’esperais que ce tribut là, Castiel, serait un peu plus comme moi. J’avais cette impression, quand je l’avais vu monter sur l’estrade, qu’il ne serait pas une lopette qui mourrait au bout de quelques heures. Non lui je pouvais peut être le sauver, l’autre était trop bornée pour que je puisse en faire quelque chose, il lui fallait un mentor plus usé, plus habitué aux tributs difficiles : Salem donc. Quand Castiel fit son apparition dans le salon, je le hélai. Le garçon s’était alors arrêté jusqu'à ce que lui dise de s’installer, ce qu’il fait bien gentiment. Je m’assois en face de lui, me penche un peu en avant et lui demande de me parler de lui, je lui explique pourquoi, aussi, évidemment. Sa vie ne m’intéresse pas plus que ça, qu’il ait une petite amie qui s’appelle Fleure, je m’en fou. Quoi que, ça pourrait servir… « Je suis mort. Quand j’avais onze ans. J’ai pris la foudre. Depuis j’ai un problème nerveux. » J’arque un sourcil, je suis étonné mais les électrocutions sont choses courantes dans le 5, avec toutes nos machines en fer ultra conductrices, c’est pas tellement étonnant qu’il se soit pris un éclair sur le coin de la cafetière. « A vrai dire j’ai du mal à ressentir la douleur et par extension la peur. » Je souris, je le vois déjà se battre contre un tribut qui l’aurait lacéré de coups de couteaux et lui, sans peur, sans douleur, continuer à s’acharner. Il me fallait un combattant, un survivant et peut être que je l’ai enfin eut. « Je ne suis pas volontaire mais je content d’être ici. Je ne veux pas mourir, mais je n’en ai pas peur. Parce que je sais qu’avant la fin, l’adrénaline nous fait prendre notre pied. » Je hoche la tête avant de caler mon dos dans le dossier de mon fauteuil, quitte à discuter autant se mettre à l’aise. « J’ai promis à mon grand frère que je gagnerais. Reste plus que lui et moi, il viendra me casser la gueule lui-même si je me laisse dépérir. Si tu veux quelque chose d’exploitable chez moi, autant te dire que je suis coriace. Sinon j’ai le regret de t’annoncer que tu as hérité du tribu le plus casse-cou et incapable de tout Panem. Je sais grimper et je suis assez rapide, mais crois pas que je vais fuir si j’ai l’occasion de gratter un peu de sensations fortes. Oh et j’aime beaucoup ta poitrine, je savais pas qu’on en faisait des comme ça par chez nous. » Instinctivement je baisse les yeux sur ma poitrine avant de lâcher un petit rire, non ce n’est pas nerveux c’est juste que je me demande si d’autre mentor se sont déjà fait reluquer par leurs tributs. Ils ne sont pas censés penser à autre chose ? Remarque j’avais une femme pour mentor, depuis le début des jeux je pense qu’aucun homme n’a gagné chez nous. On fait dans la folie au district 5, à croire que chipoter a l’électricité à longueur de journée ce n’est pas bon pour notre mental. « Hm, merci. Mais c’est pas le sujet là. » Je souris tout de même, amusée. « Tu pourrais gagner… De la même manière que moi, ne réfléchis pas, tue. » Je dois surement être la seule mentor à dire ça, tiens. « Si tu t’en sens capable, essaie d’atteindre la corne d’abondance, tu attrapes la première chose qui te passe sous la main. Essaye d’avoir au moins un couteau, une gourde et un sac de couchage. Il y en a toujours dans les sacs. Tu attrapes un sac, pas trop voyant et tu cours chercher de l’eau. Tu fais ce que je te dis ou tu meurs, tu ne restes pas à la corne d’abondance. » Non il ne tuera personne le premier jour, je me fiche de ses envies de sensations fortes, il a promis a son frère de rentrer alors je l’aiderai a tenir cette promesse, puisque c’est mon rôle. « Ensuite, tu cherches un abri, ne fais pas de feu. Même si il fait froid, tu attirerais les tributs de carrière comme des mouches. L’idéal serait de tuer les carrières en premier, quand tu auras encore un peu de forces. L’arène t’affaibliras de jour en jour, que tu te crois fort ou pas n’y changera rien. Mange tout ce que tu pourras avant les Jeux, t’es aussi maigre qu’un clou. » Je baisse mes yeux sur son pauvre estomac surement encore remplis du dernier repas. Certes il m’a l’air robuste, mais il ne tiendra pas longtemps si il ne se remplume pas un peu plus. Les carrières auront la nourriture, comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (D5) here's some advice. (CASTIEL & AMELIA)   

Revenir en haut Aller en bas
 

(D5) here's some advice. (CASTIEL & AMELIA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 2 :: 76th HG :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.