petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 D7 ➺I bet you wouldn't have picked me up WAEL&DENAHI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Re: D7 ➺I bet you wouldn't have picked me up WAEL&DENAHI   Sam 21 Juil - 13:36

Il semblait enjoué, ça faisait plaisir à voir et à entendre.  « J'ai l'impression de sortir tout droit d'un bouquin ! » Je souriais et mon regard plongea dans le sien. "L'art est une arme. L'image en est la vue. Les livres en sont la parole." Cette phrase était sortie spontanément et donnait à réfléchir. Mais à bien réfléchir, les artistes sont des révoltés permanent qu'il vaut mieux avoir dans sa poche. Mais je n'étais pas de ceux là. Et mon visage trahissait un éclat de malice provocatrice. Mais après tout.. Pour qu'on vous remarque, il faut jouer la provocation. Et le défilé en était pour moi l'occasion rêvée. Je serai le seul affecté par le Capitole en cas de problème. Denahi n'y serai pour rien. Son regard traduirai ma provocation. Sauvage et vengeur. Et je pense que chacun y trouve son compte..

Une fois sa tenue passée et les commentaires achevés, il voulut des réponses à ses questions.   « Cybéline, ma co-tribut, elle sera habillée de la même façon ? » Sa voix avait quelque chose de coupable. Mais pourquoi? Il suffisait de se demander sur quel mot la phrase c'était brisée. "Cybéline" Sa co-tribute. La pauvre avait eu une triste histoire inachevée. Et a en juger par le ton qu'il emploie, il n'a pas prévu de s'allier avec. "À priori c'est le même genre mais plus simple. Je ne sais pas exactement, je ne l'ai pas vu. J'ai eu du mal à communiquer avec ma collègue. Mais peu importe. Essaye de te concentrer sut toi."

il y avait quelque chose qui le dérangeait. « Je pourrais récupérer ma chevalière, après le défilé ? » C'était prévu et plus tôt qu'il n'avait put le prédire. « C'est que, c'est tout ce qui me reste de mon père et ... j'y tiens beaucoup. J'aimerais bien l'emporter avec moi. » Mais son désir était grand et sa cause honorable. Alors, dans un songe, sans un mot, je sortis le bijou de ma poche et je détachais un des nombreux bracelets qui ornait mon poignet droit qui était une longue lanière de cuir simple. Dans un souffle, tout en attachant l'ornement à la taille du jeune homme, sous la végétation, ma langue réconfortante se délia et quelques mots incompréhensible sortirent. Nous n'étions que deux à les comprendre mais à présent je suis seul. "Hëbaèta mitti" Mon visage perdit toute contenance. Certains jumeaux développent un langage qui leur est propre à eux, ils le gardent parfois à l'âge adulte. Nous étions de ceux là..
Mon visage à présent vide et creux, je reformule dans la langue commune et souris. "Il est avec toi."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 157
△ points : 0
△ multicomptes : thybalt, raven, gwendal
△ à Panem depuis le : 13/03/2012
△ humeur : mort
△ âge du personnage : dix-huit ans, aujourd'hui et pour tout le reste de sa non-vie.
△ occupation : apprenti charpentier


can you save me?
statut: ange gardien
relationships:


MessageSujet: Re: D7 ➺I bet you wouldn't have picked me up WAEL&DENAHI   Jeu 9 Aoû - 1:22

Je ne savais pas vraiment s'il était bon pour moi de m'émerveiller devant une chose aussi futile qu'un costume, alors que dans pas moins de quatre jours ce serait à la dure réalité des jeux et de ma mort imminente que je devrais faire face, chose beaucoup moins éphémère et beaucoup plus douloureuse que celle de porter un costume d'homme des bois. Mais je n'étais pas non plus totalement stupide, et je voyais bien derrière l'écran de la télévision comment se déroulait le défilé chaque année ; Ceux qui savaient s'émerveiller d'être là étaient souvent ceux qui se faisaient le mieux voir et qui par conséquent avaient le plus de chance de recevoir de l'aide extérieure une fois dans l'arène ... à condition d'avoir eut une note acceptable à l'issue de l'entrainement bien sûr, mais chaque chose en son temps. D'autant plus que porter un costume me semblait beaucoup plus simple à réaliser que d'avoir une note acceptable à l'entrainement, alors autant essayer de faire mon possible pour réaliser ce qui était réalisable. « L'art est une arme. L'image en est la vue. Les livres en sont la parole. » Une arme ? J'étais resté silencieux, méditant le sens des paroles de mon styliste. Était-ce une façon de parler, ou bien un message que j'étais -ou non- censé comprendre ? Je n'en savait rien, et à vrai dire je n'étais pas certain de vouloir une réponse à cette question, bien trop habitué à la neutralité ... et je préférais, je n'étais pas de ceux dont la voix s'élevait d'une quelconque manière, et même plus jeune mes parents avaient toujours donné un exemple de docilité envers le gouvernement et les pacificateurs "pour ne pas s'attirer d'ennuis, à eux ou leur famille". Le district sept comptait bon nombre de rebelles, à vrai dire il s'agissait même d'un des principaux bastions de la rébellion dans Panem -hormis un supposé district treize que certains, moi y compris, hésitions à considérer comme existant- mais pourtant la majorité des habitants du district continuait de se montrer aussi neutre que moi.

Et Cybéline ? Je ne savais pas quel était son avis sur la question à vrai dire pour être parfaitement honnête avant que la moisson ne nous réunisse dans un même destin funeste je n'avais même jamais remarqué son existence. C'était sans doute mieux ainsi, de cette manière l'obligation de former une alliance ne s'était jamais imposée à nous, car s'il y avait bien une chose que j'avais retenu avec les années concernant les jeux, c'était que les alliances ne pouvaient que mal finir ... parce qu'à la fin, alliance ou pas c'était toujours chacun pour soi. Pourtant je n'avais pas pu d'évoquer la blondinette à voix haute, comme pour tenter de me donner bonne conscience devant le peu d'intérêt flagrant que je portais à son égard « À priori c'est le même genre mais plus simple. Je ne sais pas exactement, je ne l'ai pas vu. J'ai eu du mal à communiquer avec ma collègue. Mais peu importe. Essaye de te concentrer sut toi. » Il avait eut du mal à communiquer avec sa collègue était-ce quelque chose qui me porterait préjudice ? Une partie de moi avait envie de penser que les autres stylistes étaient aussi sympathiques que le mien, mais une autre partie savait que ce n'était probablement pas le cas et que celle de Cybéline tout comme n'importe quel autre styliste des jeux voyait peut-être son poulain comme de la simple chaire fraîche qu'il ou elle avait hâte de voir se faire déchiqueter dans l'arène et rendre son dernier souffle après une morte aussi violente que sanglante. « Je vois ... » avais-je répondu dans une moue dubitative. Un co-tribut est souvent un adversaire redoutable, car les conseils qu'il a reçu sont les mêmes que ceux que vous avez vous-même reçu ... C'était ce que j'avais entendu de la bouche d'un pacificateur de mon district il y avait de cela trois ou quatre ans, peut-être un peu plus, et alors que le meurtre froid et méthodique d'un tribut envers son co-tribut avait fait jaser en ville.

J'étais fin prêt, du moins c'était ce qui me semblait, mais pourtant un détail me travaillait et c'est pour cette raison que timidement j'avais demandé à Wael s'il était possible ou non de récupérer la chevalière de mon père. Ce n'était qu'un objet c'est vrai, un simple bout de métal qui ne m'aiderait certainement pas à sauver ma peau une fois dans la fosse aux lions, mais c'était un objet qui m'était précieux et surtout j'avais l'impression d'en avoir besoin. Pas parce cela m'aiderait à me battre mais parce que cela m'aiderait à avoir confiance en moi, et de cela j'en avais cruellement besoin. Soulagement véritable donc lorsque le styliste l'avait sortit de sa poche pour me la remettre, avant de détacher de son poignet un bracelet qu'il avait attaché à mon costume en murmurant des paroles auxquelles je n'avais pas compris un traître mot « Hëbaèta mitti. » Était-ce une expression capitolienne ou quelque chose de ce genre ? Je me posais la question tout en attrapant machinalement mon bijou caché au milieu des lianes de mon costume, lorsque comme s'il avait entendu une question que je n'avais pourtant pas formulé Wael avait ajouté « Il est avec toi. » en m'adressant un sourire sincère. J'avais acquiescé tout en serrant le poing et en posant les yeux sur mon bijou, où les lettres M.S. -Micah Sorensen- étaient gravées. C'est vrai, il était avec moi ... mais ça je l'avais toujours su. « Merci. »

Un signal sonore m'avait fait sursauter et sembla faire réagir Wael ; L'heure d'y aller sans doute, déjà ? A nouveau je sentis une bouffée de stress m'envahir mais je tentais tant bien que mal de garder une contenance en me disant qu'à défaut de survivre à l'arène je pouvais u moins survivre sans mal à la traversée du grand cirque sur mon char. « Je suppose que c'est l'heure ... » Je ne savais pas vraiment ce que j'allais faire, tout cela ne durerait que quelque secondes et c'était très peu pour se faire une impression sur quelqu'un. Mais surtout j'allais enfin me retrouver à proximité de ceux qui seraient mes concurrents dans les jours à venir, de futurs assassins pour la plupart, dont l'un ou l'une serait peut-être le mien ... mon destin était scellé depuis que mon nom était sortit de la bulle de verre de la moisson, mais alors que la perspective de rencontrer mes adversaires en chair et en os devenait réalité je comprenais que tout cela n'était que le début. « Sourire et se tenir bien droit, c'est ça ? » avais-je questionné de façon plus ou moins réthorique.



« i was in the wrong place at the wrong moment. »
SORENSEN ▬ one day, soon I'll hold you like the sun holds the moon, and we will hear those planes overhead, and we won't have to be scared, 'cause we won't have to be scared
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: D7 ➺I bet you wouldn't have picked me up WAEL&DENAHI   Jeu 9 Aoû - 21:46

Au son de l'alarme mon visage se vide, je suis décontenancé. J'ai l'impression d'être dans un abattoir.. C'est donc ce son là qui annonce la fin.. Une petite mort, déjà.. Je me suis attaché à mon tribut. J'ai décidé depuis ma nomination que je traiterai mon tribut comme j'aurai vu que mon frère soit traité et je m'en étais tenu à cette règle. Je devais faire cela. Pour Denahi. Pour moi. Pour Aaron. C'était plus qu'un désir ou une envie. Un devoir. Voilà ce que c'était. Le devoir d'un frère jumeau abattu. D'un orphelin. Le devoir d'un parent genoux au sol. Tête courbé dos vouté. Celui d'un frère dont la seule chose qui emplis les nuits est un torrent insatiable de larmes accompagnés d'images obscures qui emplissent tout les songes de leurs horreurs malsaines et putrides. 

 "Je suppose que c'est l'heure?" Avait demandé le jeune homme. Il avait compris. Et j'était persuadé qu'il savait que cette signalisation sonore était une annonce de mort. A partir de ce soir, tout était joué. Impossible pour quiconque de reculer où de rater l'évènement..  "Tu suppose bien. Il nous reste dix minutes à partir de maintenant." Avais-je répondu d'une voix qui m'était insupportable dans laquelle on sentait de l'amertume et une sorte de culpabilité atroce à mes yeux. Coupable. Je me sentais coupable. Un détail que le Capitole savais très bien gérer..

Nous n'avions pas vu le caractère de Denahi et je devais faire vite. Je m'inquiétais. Et Denahi en rajoutait.. "Sourire et se tenir bien droit. C'est ça?" Oh mon dieu.. Le cliché de base par excellence.. Je faisais bien de m'inquiéter..  "Je ne t'ai surtout pas dis ça Denahi. Tu tiens vraiment à sourire à une foule monstrueuse. Une bête hideuse et putride qui ne veux que ta mort? Non. Tu va les toiser. Ce n'est pas eux qui doivent te manger. C'est toi qui les dévorera. Je suis de tout coeur avec toi." Je le pris spontanément dans mes bras dans un échange tant solennel qu'affectif.

Nous allons ensuite dans les écuries. Le char nous attendais, je vois les autres tributs et leurs stylistes. Nous avançons en silence dans la grandes salle vers le chariot qui conduira mon tribut au grand cirque. Quand j'aperçois que le regard de Denahi se pose ailleurs que sur le char, je le tape sur la main. Rien ne doit le déconcentrer. Je l'installe sur le char et murmure à son oreille.  "Ne te déconcentre pas. L'arène commence maintenant. Ne souris à personne, évite leur regards au maximum. Moins tu les connais mieux c'est. Je te retrouve à la résidence tout à l'heure." Je lui attrape la main et y glisse un des bonbon à la résine. Le chariot démarre et nos main glissent l'une contre l'autre jusqu'à se séparer. Le chariot s'engouffre dans la pénombre de la nuit. Je retourne dans ma loge..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 7
△ correspondances : 157
△ points : 0
△ multicomptes : thybalt, raven, gwendal
△ à Panem depuis le : 13/03/2012
△ humeur : mort
△ âge du personnage : dix-huit ans, aujourd'hui et pour tout le reste de sa non-vie.
△ occupation : apprenti charpentier


can you save me?
statut: ange gardien
relationships:


MessageSujet: Re: D7 ➺I bet you wouldn't have picked me up WAEL&DENAHI   Jeu 16 Aoû - 21:37

Wael n'était pas un capitolien comme les autres, et le fait qu'il n'y soit pas né et ait vécu une enfance pareille à celle de beaucoup d'enfants des douzes districts, qu'il ait vécu sept longues années avec l'épée de Damoclès que représentaient les jeux, qu'il y ait perdu un proche ... Toutes ces raisons faisaient qu'il ne le serait jamais. Il resterait une exception, une personne à part dans ce monde de bêtise et d'ignorance que représentait notre capitale. Mais il s'en sortait bien, du moins je pouvais le supposer ... D'ailleurs si tel n'était pas le cas je doutais qu'on lui ait donné la possibilité d'utiliser son talent et son imagination au service d'un évènement aussi médiatisé que les Hunger Games. Ou peut-être que si ... Le Président Snow était-il aussi cruel et sadique que certains le disaient, cruel au point d'obliger quelqu'un à prendre part à la machine infernale lui ayant par le passé fait perdre une partie de lui-même ? Je n'avais pas toutes les cartes en main pour pouvoir répondre à cette question, mais la simple pensée que ce soit effectivement le cas me faisait froid dans le dos.

Mes pensées, ma préparation, tout avait été interrompu lorsque l'alarme avait retenti et malgré moi j'avais senti la chair de poule me parcourir le corps à mesure que je réalisais comme le temps était passé vite et comme sans le voir je me rapprochais du moment où je serais jeté en pâture dans l'arène « Tu suppose bien. Il nous reste dix minutes à partir de maintenant. » Dix minutes ? Suivant la situation cela pouvait paraître une éternité ou bien presque rien ; Quand sa survie se comptait en jours ce n'était presque rien. Je doutais d'être un jour assez prêt à ce défilé pour ne pas m'y sentir comme un chien dans un jeu de quille, alors en quelques heures la tâche me semblait tout bonnement impossible. J'allais paraître aussi peu assuré que certains tributs dont on se moquait les années précédentes ; Trop jeunes, trop effacés, ou parfois même trop peu gâtés par la nature physiquement parlant, ils étaient généralement boudés par les sponsors et de ce fait survivaient rarement. Et si c'était ce qui m'attendait ? Je n'étais ni trop jeune ni particulièrement repoussant mais pour ce qui était du charisme j'étais loin de la perfection, même de la moyenne à vrai dire. J'allais donc faire de mon mieux, et tenter d'adopter l'attitude des tributs de manière générale ... Ou pas. A l'évocation maladroite et hésitante de cette idée mon styliste m'adressa une espèce de grimace de désapprobation, visiblement il n'était pas de cet avis « Je ne t'ai surtout pas dis ça Denahi. Tu tiens vraiment à sourire à une foule monstrueuse. Une bête hideuse et putride qui ne veut que ta mort ? Non. Tu va les toiser. Ce n'est pas eux qui doivent te manger. C'est toi qui les dévorera. Je suis de tout coeur avec toi. » Je devais bien avouer que l'idée me plaisait ... Je n'étais pas d'une nature méchante, loin de là, mais je ne pouvais pas non plus prétendre aimer ces gens qui n'avaient qu'une hâte : nous voir nous entretuer moi et les autres, et leur offrir ainsi un spectacle qu'ils voudraient à la fois violent et sanglant. L'attitude que Wael me décrivait me paraissait donc une aubaine, mais pour autant je n'étais pas certain de réussir à la reproduire ... Moi, toisant la foule comme si j'avais envie de la dévorer ? Machinalement j'avais cherché une quelconque réponse à mes questions en jetant un regard vers le miroir, désormais découvert ... C'était moi, dans cette glace ? J'avais eut peine à me reconnaître, mais le reflet face à moi me redonna quelque peu confiance « Je vais essayer de rendre justice à ce costume, c'est plus que je n'en espérais. » Quittant finalement mon reflet du regard je m'étais tourné à nouveau vers Wael, et ce dernier m'avait spontanément serré dans ces bras. Peu habitué à ce genre de marques d'affections depuis la mort de mes parents quand je n'avais qu'une dizaine d'années, je l'avais cependant laissé faire, sans réussir toutefois à savoir comment me comporter et réagir.

J'avais été comme absent jusqu'à ma montée dans le char, mon esprit tout du moins. Cybéline, Nevaeh, Jen, les autres tributs, leurs costumes plus ou moins originaux, plus ou moins inventifs, tout cela me sembla passer à une allure folle et sans que je n'ait le temps de vraiment comprendre tout ce qui m'arrivait voilà que l'heure du départ venait d'être sonnée et que Jen nous prodiguait ses derniers conseils. Ils étaient totalement différents de ceux que Wael m'avait donné précédemment, mais puisque notre discussion dans le train avait suffit à me prouver que je n'avais aucune confiance en ma mentor j'avais décidé de m'en remettre à Wael et d'ignorer le reste. Au tout dernier moment ce dernier m'avait d'ailleurs alpagué « Ne te déconcentre pas. L'arène commence maintenant. Ne souris à personne, évite leur regards au maximum. Moins tu les connais mieux c'est. Je te retrouve à la résidence tout à l'heure. » et d'un air résolu j'avais acquiescé d'un signe de tête. Les yeux agrandis par le trac j'avais fixé un point droit devant moi, mais quelques secondes plus tard et alors que Wael s'éloignait je l'avais interpellé à mon tour « Wael ! » lorsque ce dernier avait tourné brièvement la tête j'avais murmuré un « Merci. » silencieux, puis j'avais reporté mon regard droit devant moi tandis que mon char démarrait pour se mettre en place avant le départ. Il avait raison : les jeux commençaient maintenant.

fin du sujet.



« i was in the wrong place at the wrong moment. »
SORENSEN ▬ one day, soon I'll hold you like the sun holds the moon, and we will hear those planes overhead, and we won't have to be scared, 'cause we won't have to be scared
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: D7 ➺I bet you wouldn't have picked me up WAEL&DENAHI   

Revenir en haut Aller en bas
 

D7 ➺I bet you wouldn't have picked me up WAEL&DENAHI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 2 :: 76th HG :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.