petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ମ EMERYC&EVER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ମ EMERYC&EVER    Mar 22 Mai - 13:26





Emeryc & Ever ❥

J’étais là, immobile dans ma rue. La robe que j’avais revêtit ne me tenait pas énormément chaud mais elle me rappelait d’agréables souvenirs. Ces étreintes avec Maël, ces embrassades et cette première fois sous le regard bienveillant de la Lune. Comme ce temps me paraissait loin alors que je contemplais les tributs amassés sur la place du village. Tant de monde pour deux petites places. Katell a déjà été appelée. Je ne peux m’empêcher de la plaindre. Une autre blonde. Coup du sort ? Sûrement. Je la détaille, la couve du regard. J’aimerais courir et monter sur la scène pour l’entourer de mes bras. Lui dire que ça va aller et que rien ne pourra lui arriver tant que je serais là. Hélas, je ne la connais pas et je ne peux me permettre de me laisser aller à la vue de tous.
Alors, je reporte mon attention sur celui qui occupe mes pensées. Il est là, amassé dans la foule. Son regard est rivé à l’estrade. Il ne bouge pas, on dirait une statue. Je voudrais lui dire ce qui me brule les lèvres depuis déjà un bon mois. Lui avouer que le bonheur est là, à sa portée. Que, bientôt, il n’aura plus à se préoccuper de sa santé mais de celle de son enfant, qui est là. Qui l’attend et qu’un jour, ce bébé qui grandira l’appellera « papa ». Je penche la tête pour toucher mon ventre qui n’a encore subit aucunes transformations. Mes mains se pressent sur le tissu rouge alors que l’hôtesse annonce qu’elle va tirer le tribut mâle. Je sens mes muscles se raidirent alors que je relève la tête pour porter mon regard sur l’écran. Mes oreilles bourdonnent, je n’entends plus rien comme si quelqu’un avait coupé le son. Mais ma vue semble affûter alors que le visage de l’homme que j’aime, ou du moins que je crois aimer, se matérialise à l’aide des pixels. Et là, j’ai l’impression que plus rien n’est réel, que tout ce qui m’entoure se fissure et se brise alors qu’il avance vers le podium. J’ai envie d’hurler, de lui dire de reculer. De montrer au Capitole qu’il n’a pas gagné l’année dernière et qu’il ne gagnera pas à cette saison là non plus. Hélas, trop de Pacificateurs encadrent la place. Je suis impuissante alors que le père de mon enfant s’en va à la mort. Le District 13 n’a pas parlé de repêchage et, comme toujours, j’ai envie de brûler ce foutu District qui ne sert à rien. Des gémissements sortent de ma bouche sans que je parvienne à les contrôler. J’ai beau plaquer mes mains sur cette dernière, rien n’y fait. Les sanglots me submergent alors que son visage est aussi baigné de larmes. Impuissante, je me laisse glisser au sol avant de ramener mes genoux contre ma poitrine et de pencher ma tête. Tant pis si je fais du bruit, tant pis si, à présent, la perruque d’un noir corbeau git à mes pieds. Ça m’est égal que je me fasse prendre, égal que mes cheveux blonds tombent en cascade sur mes épaules. Là, pour une fois, toute pensée combative s’en est allée. Il va mourir, il ne connaîtra jamais son enfant, ne deviendra jamais père et ne sera jamais à moi. Combien vont m »échapper comme cela ? Emeryc, Maël … Qui sera le prochain ?
Codage fait par .Jenaa
Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal ମ EMERYC&EVER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.