petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 (vilux) ▲ black widow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: (vilux) ▲ black widow   Mer 16 Mai - 21:23

J’étais par terre, incapable de bouger. Je sentais des pierres percer, lentement, pénétrer la peau de mes paumes. Mes bras étaient tout simplement incapables de supporter tout mon poids. Je n’allais pas pouvoir tenir bien longtemps, malgré toute la volonté du monde. Pour la énième fois, j’allais devoir ravaler mon égo. Depuis le matin, nous devions avoir fait huit exercices, et à tous les coups, je finissais par m’écrouler au bout de dix minutes. Après quoi, j’avais le droit à un petit rire par-dessus mon épaule de la part de m’on entraineur , ce qui me donnait des envies de meurtre. Lux. Il semblait prendre un malin plaisir à me voir souffrir, ou bien, selon son programme, gémir de douleur. Je ne pouvais pas le blâmer, ça devait être affreusement divertissant de voir une fillette se casser la gueule en essayant de se mettre en forme. Il devait l’avoir su dès le départ, quand je lui avais demander son aide, qu’il aurait droit au show de la décennie, étant bien conscient que les entrainements des pacificateurs n’étaient pas les mieux adaptés pour une petite fille de quinze ans, n’ayant que la peau sur les os.

J’essayai de pousser le sol le plus loin de ma poitrine possible… avant de m’écraser sur le sol, comme un oiseau tué en plein vol. Pareil. Tout aussi pathétique. Ces trucs n’étaient pas pour moi. « un échauffement » il disait. « Moins de risque de se blesser » si je ne mourrais pas tout simplement en faisant ses pompes. Le pire dans tout cela, c’était qu’il allait me demander de réessayer. Je le sentais. Il n’en avait pas vu assez. Il voulait du spectacle. Que je le supplie d’arrêter en me tordant de douleur. Ça devait être tellement plaisant d’être à sa place. Il avait le pouvoir. Le gros bout du bâton. Dans l’histoire, c’était le maitre, et moi, l’élève… encore bien loin de le dépasser. Lux n’en était probablement pas trop conscient, mais il avait ma vie entre les mains. Il me poussait à me dépasser, à me battre. Il me préparait à ce qui m’attendait, d’ici quelques mois.

Le visage plaqué contre le sol, j’avais une belle vue sur ses bottes. Il portait les mêmes que ses collègues, malgré le fait que ce soit un jour de repos. Elles devaient être ultra confortables. Un autre de ses trucs développés par le capitole dont nous, simple habitants des discrits, ne pouvions même pas rêver. Ce simple truc suffisait à me rappeler que lui et moi n’appartenions pas au même monde, que c’était ses amis qui blessaient mes voisins parce qu’ils avaient enfreint la loi en essayant de survivre. Il ne devait pas être comme les autres. Sinon, que faisait-il, là, près du lac, avec une ado quand il pouvait faire ce qu’il voulait dans ce discrict? J’étais bien, là, le visage dans les cailloux et le sable, occupée à regarder les chaussures du méchant Lux Kingsley, le pacificateur le plus redoutable de tout Panem, avec ses muscles d’acier et ses mèches dorées. Mon corps était toujours endolori, à cause des séances précédentes, et nous ne faisions que commencer mon tranning. Les monsieurs en blanc avaient peut-être un peu de mérite, après tout. Ils étaient allés en enfer de l’entrainement, et s’en étaient sortis vivants. J’avais appris bien vite que mes capacités étaient limitées, que mon corps avait des défauts que je ne pouvais tout simplement pas changer. Lux les avaient remarqués, lui aussi, et il s’amusait bien à me les rappeler. Ne plus jamais demander à ce mec de m’entrainer. il était temps pour moi de me relever, même si à vrai dire, j’aurais préféré qu’il me fouette durant des heures devant l’hôtel de ville que de devoir faire d’autres push up à la con. Une main à gauche, puis une autre à droite, je me redressai, lentement, m’assoyant en indien sur le sol caillouteux et humide, pile aux pieds de mon pacificateur chouchou – le seul avec qui j’avais eu le courage de parler, en réalité .

Maman me disait, petite, qu’il ne fallait pas craindre les « monsieurs en blanc », qu’ils étaient des gens des disctricts, eux aussi, et que leurs abus de pouvoir étaient seulement une manière d’oublier les malheurs vécus autre fois. Malgré ses dires, je préférais restée loin on ne pouvait jamais… Soudainement, l’idée que Kingsley devait avoir vécu des trucs horrible, plus jeune, me vint en tête. Il avait survécu l’entrainement, lui aussi. Quelque chose, quelqu’un, devait l’avoir motivé à le faire. Personne ne devenait pacificateur pour faire respecter la loi, la justice, il ne faisait pas sûrement exception. Tous rêvaient de pour le pouvoir, la vengeance, voir l’uniforme, pour les plus stupides. Sachant que Lux n’était pas un idiot de la dernière catégorie, il devait forcément avoir l’âme tachée. On le voyait presque dans ses yeux. Ça n’avait rien de surprenant, peu de gens réussissaient à vivre une existence sans peine à Panem.

Une douleur dans l’épaule me ramena à la réalité. Mon coach allait probablement me demander de recommencer. De me remettre en position, et de faire dix pompes de plus. Sa bouche bougeait, il allait parler. Non. Non. Non. « Lux, c’est que t’es vraiment chiant. » je lui avais coupé la parole avant même qu’il ne commence, de peur qu’il m’ordonne de faire une autre série. Je lui faisais part de ma façon de penser d’une manière assez claire et franche, sans même avoir peur des conséquences possibles. Ce mec n’avait qu’à dire à ses collègues qu’il m’avait vu voler des carottes et je me retrouvais blessée, ou encore que l’on m’amène au capitole et pour ne jamais en revenir. Mais, étrangement, ces possibilités ne me faisaient même pas peur. Lux ne ferais jamais ça. Il pouvait, mais j’irais jamais jusque-là. J’avais toujours eut cette impression qu’il était de mon côté, que je l’avais dans ma poche, sans trop savoir pourquoi. Je lui faisais confiance, sans même le connaitre. Il dégageait quelque chose, un truc qui me faisait croire qu’il était quelqu’un à garder près de soi, qui m’aiderait si les choses venaient à mal tourner –même si les choses n’auraient pas le temps de mal tourner.

La moisson, déjà, était à nos portes, et je pouvais affirmer que ce serait ma dernière, sans risque de me tromper. J’allais être pigée, ou me porter volontaire. Mourir dans l’arène, ou vivre, avec une immunité pour les moissons suivantes. J’avais pris ma décision depuis un petit moment, déjà. Je ne pouvais tout simplement plus vivre la vie que je vivais. Mon corps et mon être étaient trop fatigués, j’avais besoin de repos et les hunger games étaient, et à mes yeux, la meilleure façon de me libérer. Je ne lui en avais jamais parlé, à lui. Je n’en avais parlé qu’à une personne, à vrai dire. La mentor du huit, une femme que je n’appréciait même pas. Lux m’aidait sans que je lui ait dit clairement pourquoi. Je n’avais fait que des sous-entendus, dis que je voulais me préparer pour l’avenir, pas que je désirais participer aux prochains jeux, bien qu’il devait s’en douter. Tout le monde s’en doutait quelque part. J’avais vu le jour sachant que je partirais vite. J’étais un être éphémère. « Je vais me porter volontaire à la prochaine moisson. » Je m’arrêtai, pour trouver les mots. Je n’avais pas l’habitude des aveux. « Peu importe qui est pigé. Je…» je voulais me sentir en vie. Sentir mon cœur ralentir en face de la peur, la vraie. Me prouver à moi-même que je pouvais le faire, que rien ne pouvait m’arrêter. « Je veux que tout soit différent. Ou mourir. Voilà. » C’était dit. Il savait. Les mots étaient sortis de ma bouche. Le point de non-retour était franchi. J’allais être tribut pour la 76e éditions des hunger games, et sans trop savoir pourquoi, cette idée me faisais sourire. La folie, sûrement.

J'frais la mise en page plus tard. sorry pour la grosse bouse de rp
Revenir en haut Aller en bas
 

(vilux) ▲ black widow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.