petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 Sirius & Pepper ✃ You and I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Sirius & Pepper ✃ You and I   Mer 11 Avr - 20:46

On te crie dessus, on te dit que tu n’es qu’un sombre idiot un peu fou. Au fond, tu sais que tu es cette personne mais pas seulement. Ce que tu as fait, tu l’as réalisé pour une bonne raison. Tu n’avais pas envie de revenir avec un homme de moins, même s’il était un peu empoté et qu’il avait réussis à se mettre, par-lui même dans le pétrin. N’écoutant que ta petite voix tu t’étais précipité à sa rescousse. Tu savais qu’il avait une femme et pour toi, cela valait bien tous les dangers. Toi, personne ne t’attendait vraiment, ton non-retour ne causerait sans doute pas grande peine. On te ferait peut-être une petite éloge parce que tu t’es battu du mieux que tu pouvais. On aurait dit de toi que tu étais un adversaire coriace mais tout se serait malheureusement arrêté à cela. Oh, tu n’en voulais à personne, si la situation était ainsi c’est parce que tu l’avais choisi. Tu ne voulais plus d’attache, plus te sentir responsable d’une autre personne, savoir qu’un être pouvait mourir et que toi, pauvre âme, tu devrais subir son manque. On pouvait te trouver dur, voir sans cœur mais c’était tout le contraire, tu essayais simplement de protéger le peu qu’il te restait et tu n’avais pas d’autres façon d’y arriver. Tu laissais passer le sermon, tu n’en avais que faire, tu répondais oui même si tu désirais dire non. Personne ne pourrait t’en vouloir. Tu avais aidé l’un des membres de ton escadron à ne pas finir en chair à pâté et cela te rendait fier. Toutefois, personne ne le saurait, tu n’étais pas le genre d’hommes à te venter, cela te venait de manière assez naturelle, une façon de contrebalancer ton talent naturel pour prendre de mauvaises décisions. Tu étais aussi bien trop borné, simplement tu ne le remarquais point. Sortant du bureau, tu n’étais malheureusement pas au bout de tes peines. Ton épaule te faisait un mal de chien et l’on avait même du te recoudre légèrement. Rien de grave, tu étais toujours opérationnel enfin pas totalement. Oui, tu serais bien incapable à ce moment précis de tuer avec ton bras gauche, heureusement, c’était ton mauvais bras. Tu serais sans doute un peu plus empoté qu’à ton habitude mais cela ne serait pas problématique. Ce qui te semblait beaucoup plus inquiètent c’était l’état de ton visage. Tu avais quelques petites cicatrices par-ci, par-là mais surtout, tu avais l’air d’avoir été passé à tabac par un pacificateur. Bref, tu n’étais pas du plus bel effet. Ce ne serait surement pas ce soir que tu pourrais mettre en œuvres tes grands talents de séducteur. Tant pis, tu trouveras certainement une autre façon de t’occuper ce n’est pas comme si tu ne pensais qu’à satisfaire ce besoin primaire. Certes ta réputation te dépassait assez dans ce domaine mais tu ne l’avais pas choisie. Il aurait été honteux de dire non à une charmante demoiselle. Même si tu ne te l’avouais pas, c’était une façon à toi d’évacuer de tes pensées Jean, tu te la jouais grand tombeur pour ne pas penser à ton cœur en miette. Tu avançais dans les couloirs n’ayant qu’une seule envie, aller dans ton lit, passer une bonne nuit et … Tout à coup, tu l’aperçus, douce et adorable. Tu souris sans même t’en rendre compte et puis tu accourais vers elle. Tu l’encerclais délicatement de tes bras ne voulant point que ton état puisse l’inquiéter et puis, tu déposais doucement un bisou sur sa joue. « Bonjour ma petite Pépite. » Tu la regardais, attendant sa réaction, espérant qu’elle reste calme.


Dernière édition par Sirius O. Humfrid le Jeu 12 Avr - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 6
△ correspondances : 569
△ points : 25
△ multicomptes : alexiane, hunter (leevy)
△ à Panem depuis le : 03/10/2011
△ humeur : go fuck yourself
△ âge du personnage : trente ans
△ occupation : ancienne mentor, reconvertie en fugitive


can you save me?
statut: célibataire
relationships:


MessageSujet: Re: Sirius & Pepper ✃ You and I   Jeu 12 Avr - 15:39

Oxygène. J'avais besoin d'oxygène. J'étouffais dans ces souterrains. J'étais cloitrée dans ces couloirs sans fins depuis ... depuis très longtemps. J'avais arrêté de compter les jours, car, à vrai dire, cela me donnait envie de m'ouvrir les veines. Je commençais sérieusement à déprimer. Je n'avais qu'une envie, sortir d'ici, respirer l'air de l'extérieur et me remettre en circuit lors de missions. Qu'est-ce qui m'en empêchait ? J'étais un très bon élément du district treize, et je menais mes missions à bien. Quelques pertes humaines au passage, mais le résultat était là. J'avais recruté bons nombres de jeunes gens à travers les districts. J'étais une très bonne soldate. Cependant, Coin avait décidé de me pourrir la vie. Car soi-disant, je n'étais pas apte de gérer des missions. Tu parles. Mais bon, il y avait un peu de vrai dans ses paroles. Je n'étais pas au top de ma santé mentale, j'en avais conscience. Mais casser du Pacificateurs m'auraient permis d'aller mieux. Ah mais ça, elle ne le comprenait pas ! D'accord, Cray et Karel étaient morts. D'accord, je me sentais incroyablement responsables de la mort de Karel. D'accord, j'avais peut-être envie de dépasser le stade de l'amitié avec Cray et de succomber durant une nuit. Mais tout cela ne faisait pas de moi une tueuse en série, voyons ! J'avais bien une furieuse envie de cogner, mais je m'étais contentée des sacs dans la salle d'entraînement du district treize. Ouais, en fait, ce n'était pas suffisant. Roh bon sang, j'en pouvais plus d'étouffer dans ces souterrains puants et incroyablement déprimants.

Oui mais voilà, ces enfoirés de Pacificateurs avaient trouvés drôle de nous prendre pour des rats en nous balançant ce gaz. Je m’en étais plutôt bien sortie, mais ce n’avait pas été le cas de tout le monde. Et encore une fois, c’était en majorité ces tributs mots qui avaient merdés et pas suivis les consignes ! Et grâce à leurs conneries, la sécurité avait été renforcée, et désormais, envisager de prendre l’air dans la forêt bordant le treize et ses frontières étaient impossible. J’avais essayé pourtant. Je m’étais rendue à toutes les sorties existantes, mais elles étaient toutes bouclées. J’avais même été tambouriné à la porte du bureau des soldats chargés de la sécurité. En guise de réponse face à ma demande d’air, ils m’avaient gentiment envoyés balader. C’était donc agacée que je m’étais résignée à rejoindre ma chambre pour y piquer un petit somme. De toute manière, je recommencerais mon petit cirque jusqu’à ce qu’on me laisse accéder à l’extérieur. Cette pensée me fit sourire et me remit de bonne humeur instantanément. C’est alors que j’arpentais les couloirs en direction de ma chambre qu’une silhouette s’approchait un grand pas de moi. J’eus juste le temps de reconnaître Sirius avant qu’il m’encercle de ses bras. « Bonjour ma petite Pépite. » En temps normal, j'aurai égorgé la moindre personne capable de m'affubler d'un surnom aussi atroce. Je détestais les surnoms, je n'aimais déjà pas qu'on abrège mon prénom. Mais avec Sirius, c'était différent. Il était bien la seule personne qui avait le droit de m'appeler Pépite. Je lui adressais un sourire, rallongeant l'étreinte de quelques secondes avant de me reculer et d'apercevoir son visage de plus près. J'arquai un sourcil en vue de son état. « Bon sang, qu'est-ce que tu as foutu ?! » dis-je en le fusillant du regard. C'était ma façon de réagir, mais en réalité, j'étais plutôt paniquée. Je m'y connaissais en médecine étant donné mon district, mais je n'étais pas en mesure de soigner les autres. À vrai dire, j'étais horriblement maladroite. Et si quelqu'un se présentait à moi avec une coupure, il y avait de fortes chances pour qu'il meure d'une hémorragie dans mes bras. Même si l'état de Sirius n'était pas grave, cela m'inquiétait de le voir ainsi. Qu'est-ce qu'il avait bien pu faire ?! « Allez viens par là. » Je lui attrapais la main avant de le traîner jusqu'à la chambre que nous partagions. Je refermais la porte derrière nous, ordonnant Sirius d'aller s'asseoir sur l'un des lits. « Si tu m'expliques, il y a peut-être moyen pour que j'essaie d'arranger ... ça. » lui dis-je avec un petit sourire, tout en le toisant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t8971-psh-sick-of-all-these-people-talking-sick-of-all-this-noise
Invité



MessageSujet: Re: Sirius & Pepper ✃ You and I   Jeu 12 Avr - 19:52

Tu voudrais qu’ils se taisent, qu’ils arrêtent de te demander d’être un autre. Tu es ainsi et rien ne pourra changer cela. Bon petit soldat, tu l’es seulement quand tu le désires. Bien sûr, tu crois en cette cause que tu défends chaque jour avec davantage de force. Rien ne pourra changer cela comme personne n’arrivera jamais à t’enlever tes foutus défauts. Tu es parfois con voir légèrement suicidaire mais c’est simplement pour le bien d’autrui, comme tu l’as fait lors de ta dernière mission. Certaines personnes, comme celles en face de toi ne pensent qu’au but, toi tu vois les conséquences. Avoir plus de morts sur ta conscience ce n’est en aucun cas ce que tu désires. Malheureusement, personne ne sait que tu portes en toi le terrible fardeau de la perte de cet être qui t’étais si proche. Encore maintenant, il te suffit de penser à elle pour que tous les souvenirs te reviennent en mémoire. Les bons mais surtout les mauvais. Tu essayes de garder la tête haute pendant qu’on t’assaille et tu y arrives parce que la sanction t’importe peu. Elle tombe et elle n’est pas aussi pire que tu l’aurais cru. Un avertissement et un peu de repos, rien de catastrophique. Du moins, si on ne prend pas en compte ton affreux visage. Toi, l’homme à femmes, affubler de tant de blessures, toutefois, cela ne t’énerves point. Ta vie ne se résume pas qu’à cela et tu n’as nullement envie de passer des heures à te plaindre. Tu es en vie et ta santé n’est nullement en danger. Te dirigeant vers ta chambre, tu vois une raison de sourire, peut-être la seule qu’il te reste dans ce nouveau monde. Tu ne remarques pas que quelques jours auparavant, tu avais tout faux. Tu vois son visage et tu sais qu’elle aurait été inquiète que tu ne reviennes point. Tu sais aussi qu’à sa place, tu le serais aussi et tu l’es chaque fois qu’elle part en mission. Toutefois, tu ne montres rien parce que tu t’es promis de ne jamais plus éprouver d’affection pour personne. Non, tu ne désirais plus souffrir ni même imaginer que tu pouvais perdre quelqu’un à nouveau. Pourtant, tu le sais, si jamais un jour, elle était en danger, tu ferais tout pour la sauver, pire, sa mort te ferait surement souffrir horriblement. Toutefois, tu ne penses pas à cela, du moins, pas pour le moment. Elle est près de toi, rien ne peut lui arriver et dans très peu de temps, elle le sera encore davantage. Tu te précipites vers elle comme si ta vie en dépendait alors que ce n’est nullement le cas. C’était simplement une salle habitude que tu avais prise en sa compagnie. Tu t’ne voulais à chaque fois parce que cela t’emmenait hors des sentiers battus, de cette voie que tu t’étais choisi mais en même temps, elle en valait la peine. C’était ton amie, une personne si différente de toi et qui pourtant arrivait à te calmer assez pour que tes démons te laissent du moins pendant un moment. Tu l’encercles comme à ton habitude et tu essayes de cacher du mieux que tu peux ton visage. Tu sais qu’elle n’appréciera pas de te voir ainsi mais ce n’était tout de même pas ta faute. D’une voix douce tu lui dis bonjour parce que c’est toujours ainsi que tu te agis et rien ne pourras changer cela. Tu l’appelles Pépite, beaucoup d’autres ont essayé de t’imiter mais aucun d’entre eux n’en est sorti indemne. Tu es le seul qui a le privilège de la taquiner sur son prénom. Tu as d’ailleurs d’autres nombreux avantages dont tu ne parles pas. Tu préfères les garder secret, pour elle, pour toi, pour vous. Tu la regardes droit dans les yeux, tu l’observes doucement et observes ce petit sourire qui vient se glisser sur ses tendres traits. Elle recule et tu sais que son sourire ne durera pas très longtemps. Tu vois sa mine changer et même un de ses sourcils s’arquer quand elle remarque ton pauvre état. « Bon sang, qu'est-ce que tu as foutu ?! » Des mitrailleuses à la place des yeux. Certains en seraient mort mais pas toi. Tu survis tout en essayant d’apaiser ce regard assassin. La meilleure technique, un petit sourire même si tu n’es pas très doué pour cela. Au fond, elle ne t’en voulait pas, elle était simplement paniquer de te voir de la sorte même si elle devrait y être habituée à force. « Et bien, en arrivant ici, je t’ai vu, je t’ai trouvé tellement belle que je suis tombé par terre et le sol ne m’a pas raté. » L’humour, ton arme, ton moyen d’expression, la manière la plus efficace d’adoucir cette ambiance. Tu sais pourtant qu’elle ne se contera pas de cette réponse mais tu préfères attendre un peu avant de lui dire la vérité. « Allez viens par là. » Pas le temps de rouspéter ou de refuser que déjà elle t’entraine vers votre chambre. Cela n’est pas pour te déplaire, vous serez plus tranquille pour discuter et passer un bon moment ensemble. Pepper prend les commandes, sans que tu n’aies le droit de rouspéter, elle te fait t’assoir sur l’un des lits. Tu ne sais plus lequel est véritablement le tien, cela fait tellement souvent que vous les échanger, bien souvent, vous n’en utiliser qu’un mais cela personne n’est obligé de la savoir. « Si tu m'expliques, il y a peut-être moyen pour que j'essaie d'arranger ... ça. » Ce sourire, il voulait tout dire. Elle te le faisait bien souvent. Souriant à ton tour, tu luis pris la main et l’obligea à venir se mettre juste devant toi. Tu sais qu’elle ne te laissera pas tranquille tant que tu n’aurais pas dit toute la vérité, elle est simple mais en même temps tu ne désires pas t’éterniser là-dessus. « J’étais juste au mauvais endroit, au mauvais moment mais je vais bien. » Tu lui souris et puis tu essayes de lui faire comprendre que rien de grave ne t’est arrivé. Tu es en vie et prêt à profiter de ce petit moment tous les deux. Tu te lèves, tu te trouves à quelques centimètres d’elle, t’approcher de son oreille et d’une voix douce mais légèrement teinter de sous-entendu, tu lui dis doucement quelques mots. « Par contre j’ai hâte de voir comment tu comptes me soigner. » Tu l’embrasses doucement sur la joue tout en ne lâchant pas des yeux. Tu attends de voir sa réaction tout en espérant qu’elle soit bonne et surtout qu’elle ne s’inquiète plus pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sirius & Pepper ✃ You and I   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sirius & Pepper ✃ You and I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.