petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN   Lun 2 Avr - 23:05




rheagan & titus
❝ BANG, BANG, MY BABY SHUT ME DOWN ❞


Des minutes, des heures. Qui sait depuis combien de temps je me tiens assis là, caressant le corps de la jeune fille assoupie à mes côtés. Caressant n'était peut-être pas le terme juste. Je laissai mes ongles glisser sur sa peau indemne, laissant sur mon passage les traînées rouge de l'épiderme à vif. Je la marquais, dessinant parfois des motifs, laissant libre court à mes mouvement la plupart du temps. Elle était à moi. La plupart des cicatrices sur son corps en témoignait. Je passais ma dans ses cheveux, jouant avec ses boucles blondes. Mes cheveux. Elle m’appartenait jusqu’au dernier centimètre de peau, jusqu'à la dernière portion de son être. Elle était à moi et j'étais à elle. Indissociable. Je comptais ses respirations, calant les miennes aux rythme des sienne, cherchant l'harmonie parfaite. Cherchant sa main, je mêlai mes doigts aux siens, posant ma tête contre sa poitrine, écoutant son cœur. Je fermai les yeux. Avais-je dormi au moins cette nuit ? Je ne m'en rappelais plus, mais j'en doutais. Les yeux lourds, l'esprit embrumé, je me battais pourtant pour ne pas sombrer dans les bras de Morphée. En vain.

Je me réveillai quelques heures plus tard. Blottie dans mes bras, Rheagan dormait toujours, un sourire satisfait qui illuminait son visage. Souriant à mon tour, j’enfouis ma tête dans ses cheveux, pouffant comme un abruti, sans aucune raison, comme j'en avais l'habitude. Elle avait le don de me faire perdre la tête. Je n'avais jamais été très sain d'esprit avant de la connaître, mais elle, elle m'avait fait sombrer. Sombrer dans la folie la plus totale. Elle me faisait perdre la tête, et à vrai dire, j'adorais ça. Comme une drogue, j'en reprenais tous les jours sans jamais m'en lasser. J'avais besoin d'elle, de sa présence, du son de sa voix. Je l'embrassais dans le cou, descendant lentement sur son épaule. Alors que le soleil commençait doucement à monter dans le ciel, je me résignais. Je quittais le corps de rougit par mes griffures de la nuit passée, déposant un dernier baiser sur ses lèvres. Nous devions nous entraîner dans la forêt aujourd'hui, et je savais qu'elle ne m'en voudrait pas de partir plus tôt. Je me tirai du lit à contrecœur, attrapant le tee-shirt qui se trouvait à son pied. Je l'enfilais en me dirigeant vers la cuisine, puis attrapait un bout de pain qui traînait. Tout était calme dans la maison des Chamberlain. Mes parents étaient partis pour le Cinq il y a quelques jours, où mon père avait été envoyé en mission pour une ou deux semaines. C'était un peu notre maison maintenant. A moi et Rheagan. Comme si nous étions une vraie famille. Je secouais la tête devant l'absurdité de cette idée. Une famille. Jamais je n'en aurais. Nous étions tous deux nés pour les Jeux, nés pour mourir. J'avais été élevé de ce but, et tout espoir de retour s'était évaporé lorsque j'avais promis de ramener Rheagan saine et sauve. Adossé à l'embrasure de la porte, je l'observais s’agiter, perdu aux milieux de l'immense lit qui trônait au milieu de la pièce. Je finis mon déjeuner avant de me quitter la maison. Je ne lui laissais aucune indication, elle devinerait. Elle devinait toujours. Comme liée, nous savions toujours retrouver l'autre, sans même le chercher. Nous étions attirés, tel des aimants, impossible de rester séparé bien longtemps. Attrapant un sac rempli d'armes, passant des couteaux aux fusils, je me dirigeais vers la forêt qui bordait les montagnes du district Deux.

Je soufflai. Ouvrant les doigts, je relâchai la flèche qui se planta directement dans l’œil de l’écureuil qui me faisait face. Un jeune. Il n'avait pas compris ce qu'il se passait. Il n'avait pas eu le temps d'analyser la situation, se laissant abattre sans ciller. Sa pitoyable carcasse tomba à quelques pas de moi, et, la ramassant, je le suspendais par la queue aux côté de ses congénères, épinglé sur un arbre dans la même posture. Un sourire sadique alluma mon visage d'habitude si passif, un sourire de fierté devant toutes ces vies que je venais d'arracher. J'aimais ça. Voler quelque chose que je ne pourrais jamais rendre. Leur vie. Je n'en mangerais sûrement pas la moitié. Je les tuais pour le plaisir, le plaisir de les voir ainsi suspendu la tête en bas, se vidant de leur sang. C'est le craquement d'une brindille qui la trahit. Imperceptible pour la plupart des gens, j'avais été entraîné pour réagir à ce genre de bruit, si bien que je l'entendais résonner à travers la forêt. Je saisis une autre flèche, bandant mon arc, visant l'intruse qui venait d’apparaître dans mon champ de vision. Je décochais la flèche, qui alla se planter à quelques centimètres de son visage, dans l'arbre auquel elle était adossée. « Alors Princesse, bien dormi ? » demandais-je, sur mon ton arrogant habituel. Je m'approchai lentement de Rheagan, l'agrippant à l'épaule, l'attirant vers moi. Je logeai ma tête sur le haut de son crâne, appréciant la sensation de son corps du proche du mien. Ma Rheagan. , répétais-je encore, comme pour me rassurer.


Dernière édition par Titus A. Chamberlain le Jeu 28 Juin - 13:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN   Jeu 5 Avr - 11:18

Rheagan, le visage détendu et la mine rayonnante, dormait tranquillement dans le grand lit qu'elle partageait avec son amant. Apaisée, le rictus mi-cruel, mi-enfantin qui d'ordinaire défigurait ses traits n'y trouvait plus sa place. Perdue dans les limbes du sommeil, elle paraissait angélique. C'était absurde. Un ange ne ricanait pas. Un ange n'était pas narquois et détestable. Rheagan était l'antithèse même du séraphin. Son corps laiteux, encore marqué de l'étreinte charnelle qu'elle avait partagé avec Titus la nuit d'avant, était entremêlé aux draps, seuls témoins de leurs ébats. Des griffures délicates sillonnaient son épiderme, traces subtiles de la passion qui les avaient tous deux emportés jusqu'au milieu de la nuit où, épuisés, ils s'étaient enfin endormis. Ses boucles blondes sont étalées sur l'oreiller que le soleil a daigné illuminer l'espace d'un court instant. Gênée par la lumière, ses yeux s'entrouvrent doucement pour cligner des paupières lorsque les rayons de l'astre solaire heurtent trop durement ses iris azuréens. Elle se lève, étire ses muscles, et appose le masque de ses méfaits sur ses traits irréprochables. Son regard se pose sur la rivière bleue de ses veines qui remontent jusqu'à son poignet. Il y a plusieurs traces, sur son bras, des cicatrices qui le coupent horizontalement et en assujettissent la perfection. Des traces de couteaux, principalement. C'est l'un de ses grands jeux, celui du couteau. Apprendre à brider et discipliner la douleur, se faire tellement mal qu'au bout d'un certain temps on ne ressente plus rien. Pas assez pour mourir, mais suffisamment pour transformer son corps en une marionnette de chair. Il ne lui fera pas défaut à cause d'une blessure mineure, lorsqu'elle partira aux Hunger Games. Elle joue à ce jeu avec Titus, lorsque l'un des deux remporte la victoire de leurs combats, il est donné au gagnant la chance de marquer de sa lame n'importe quelle partie de la peau de son adversaire. Ces cicatrices ne sont pas simplement des plaies, chacune raconte une histoire, et clame l'appartenance de Titus sur son être. Ainsi, la croix sur son épaule lui apprend qu'il ne faut jamais tourner le dos à son adversaire. Le triangle, dans la cambrure de son dos, lui rappelle qu'il ne faut jamais sous-estimer celui que l'on combat. Et le cœur, au creux de son cou, lui cri douloureusement ce qu'il en coûte de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Et maintenant, les ongles traîtres de Titus ont dessiné de nouvelles zébrures sur sa peau torturée. Elle les admire dans un miroir, s'amuse à les caresser. Puis, elle entre sous la douche pour se nettoyer, accueillant l'eau fraiche avec reconnaissance et délice. Le liquide parcourt les moindres recoins de son épiderme. Elle sifflote « It's a Small World », une vieille chanson dont l'hymne cassé résonne sinistrement dans la bouche de Rheagan. Quand elle est satisfaite de ses ablutions, elle se sèche et enfile un short et un tee-shirt. La jeune femme attache une ceinture à sa taille avec son vieux couteau rouillé. Elle ne vaut peut-être pas Titus à l'arme blanche, mais elle sait se débrouiller avec une lame. La blonde croise son reflet et se sourit en recoiffant ses cheveux. Elle reprend un nouvel air, Fly me to the Moon, de Frank Sinatra et la fredonne de sa voix chaude et grave en pensant à Titus qu'elle va aller rejoindre dans quelques instants.
Elle court sur le chemin, excitée comme une fillette. L'exercice physique la rend extatique, elle adore sentir le moindre de ses muscles se tendre sous l'effort. Rheagan ne croise personne et arrive dans la forêt, ralentissant dans l'ombre des arbres. D'un pas léger et d'une démarche discrète, elle cherche la trace de Titus. Une branche brisée, une trace de pas, de la terre, elle repère les indices de son passage alors qu'elle le suit. Puis, ses yeux se posent sur la silhouette du jeune homme. Son bras droit est tendu au possible, elle remarque d'un air gourmand les muscles qui se dessinent sous son haut. Il relâche la corde et la flèche vient se ficher dans l'oeil d'un écureuil. Il arbore un petit sourire satisfait, elle connaît cette expression. Il adore ça, regarder la dernière flamme s'éteindre dans leurs petits yeux noirs, l'étincelle de leurs vies insignifiantes qui fade jusqu'à disparaître complètement … contempler leurs corps pathétiques tomber pour ne plus jamais se relever. Tuer le fait se sentir puissant. Rheagan adore l'observer dans ces moments là. Malheureusement, elle fait un mouvement incertain et il s'aperçoit de sa présence. Il se retourne et lance sa flèche. Elle se plante à quelques centimètres du visage de la jeune femme, qui cille à peine. Elle lui fait confiance, elle sait qu'un accident n'arrivera jamais. Il s'avance vers elle avec une moue arrogante « Alors Princesse, bien dormi ? » avant de reposer son front sur le sien, leurs deux yeux ancrés dans les iris de l'autre. Elle sourit et se met sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur ses lèvres, laissant sa bouche s'attarder quelques secondes. Les doigts de Rheagan s'égarent sur son cou et elle plante ses ongles dans sa peau pour laisser sa marque. Puis, elle échappe à leur étreinte et répond « Encore faudrait-il que j'ai dormi. Tu m'as tenue éveillée longtemps, hier soir. ». Elle rit et s'éloigne davantage « Il faudra que j'aille voir Azrael, cette après midi. J'ai laissé l'un de mes couteaux chez lui, la semaine dernière. Avec un peu de chance, il s'est empalé dessus, qui sait. » elle laisse le mépris couler dans sa voix. Ses yeux cherchent quelque chose sur le visage de Titus qu'elle ne trouve pas. Il évite son regard. Choisissant d'en ignorer la cause, elle demande d'un ton plus enjoué « Alors, Chamberlain, tu penses que tu pourrais m'attraper dans les bois ? » elle glousse et rajoute d'un air séducteur « On va voir si le grand méchant loup se cache derrière un arbre. Peut-être que je pourrais lui toucher la queue ? ». Sans attendre de réponse, Rheagan part en courant.


Dernière édition par Rheagan Falmsteed le Mer 18 Avr - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN   Ven 6 Avr - 17:46


Cinq. Cela me faisait maintenant cinq victimes. Cinq petits écureuil attachés la tête en bas, agonisant encore pour certain. Je contemplais mon spectacle, fier de moi, laissant un rictus satisfait déformer mon visage. Je laissais ce sentiment me parcourir, me bercer. Je souriais rarement. Généralement, quand je le faisais, Rheagan était aux alentours. Mais il m’arrivait de m'amuser seul. Et dans la plupart des cas, c'était quand je tuais. Quand j'admirais leur carcasses, souvent sans vie, mais parfois se battant pour ne pas partir, ça me faisait sentir … vivant. Vivant, oui c'était le mot.
La flèche que je décochais ensuite n’était pas destinée à abattre un animal. Elle s’enfonça dans le bois, frôlant presque la joue de la jeune blonde qui se tenait à côté. Elle n'avait pas bougé d'un poil, me faisant entièrement confiance. Beaucoup de nos jeux consistaient à viser l'autre avec une arme. Que ce soit un couteau, une flèche ou même des lances, on tâchait de viser le plus près du corps de l'autre, mais sans jamais le toucher. Bien sûr, on avait déjà eu des accidents, mais cela restait relativement rare. Viser était une chose qui me venait naturellement ; Rheagan avait plus de mal, mais elle restait une chasseuse hors pair. Entraîné comme nous l'étions, on ne se trompait jamais. Et même si une lame avait la mauvaise idée de se planter dans la chaire de la victime, nous nous infligions des douleurs bien plus importantes ; nous aimions tellement ça. Si bien que ces accidents finissaient souvent derrière les buissons, avant même de se rendre chez un médecin. Si bien qu'elle se tenait là, le regard aguicheur, me dévorant du regard. Je ne résistais pas à l'envie de l'enlacer, plongeant mon regard dans le siens. Je la laissais m'embrasser, enfoncer ses ongles dans les muscles de mon épaule. J'écrasai son corps contre le mien, l'enfermant entre mes bras de toutes mes forces. Elle s'éloigna de quelques centimètres. « Encore faudrait-il que j'ai dormi. Tu m'as tenue éveillée longtemps, hier soir. » J'émis un petit rire moqueur, me rappelant de la nuit dernière. Nous n'avions pas beaucoup dormi, ça, c'était sûr. Je cherchais une réplique cinglante à lui asséner, mais elle enchaîna directement. «Il faudra que j'aille voir Azrael, cette après-midi. J'ai laissé l'un de mes couteaux chez lui, la semaine dernière. Avec un peu de chance, il s'est empalé dessus, qui sait. » Azrael. Je me figeais sur place, l'imaginant seule dans la maison écœurante de notre futur mentor. « Non. » échappais-je à contrecœur. Elle ne savait pas. Elle ne devait pas savoir. Dans ma tête tout s’embrouillait, si bien que je dû me concentrer pas lui révéler la vérité. Je ne lui cachais jamais rien. Entre nous, nous n'avions jamais de secret. Jamais. Elle savait tout de moi, je savais tout d'elle. Nous passions la plupart de notre temps ensemble, si bien que ça limitait le temps d'en créer de nouveaux. Les secrets, c'était le mal. A ce moment précis, devant son air interrogatif, je voulais tout lui dire. Tout divulguer, tout de cette fameuse après-midi chez cet obsédé. Mais je devais résister, si je faisais tout ça, c'était pour la protéger. Elle n'avait pas besoin de ça sur la conscience. Je tâchais d'éviter son regard insistant, le visage dur. Reprend toi abrutit !, pensais-je. C'est pas avec cette gueule de déterré que tu lui ferras croire que tout vas bien ! Je relevais les yeux, avant de voir la voir s'éloigner dans les bois. Un rictus malicieux s'alluma sur son visage. Celui que j'aimais tant. « Alors, Chamberlain, tu penses que tu pourrais m'attraper dans les bois ? » Elle gloussa comme une gamine, et je me joignis à elle. Un sourire sadique, mauvais, illumina mon visage. Effrayant pour la plupart, je savais que c’était celui que préférais Rheagan. Je m'approchais d'elle de la même manière qu'un prédateur se rapprochais de sa proie. « On va voir ça ma belle. Mais un conseil : tu ferais mieux de prendre de l'avance. » lui lançais-je d'un ton menaçant. Je haussai un sourcil devant la moue enjôleuse qu'elle venait de prendre. « On va voir si le grand méchant loup se cache derrière un arbre. Peut-être que je pourrais lui toucher la queue ? » Elle fila à travers les arbres, d'une agilité déconcertante. Je pouffai avant de me lancer à sa poursuite, d'un pas beaucoup plus lourd que le siens. Je n'avais presque aucune chance de la rattraper, l'agilité n'avait jamais été mon fort. Je parcourrai la petite forêt du district Deux, essayant de la traquer ; un craquement de branche d'un côté, un gloussement enfantin de l'autre. Elle était partout autour de moi, insaisissable. « Je vais t’attraper Princesse, je vais t'attraper et je ne te lâcherais plus jamais ! » lâchais-je d’un ton peu convaincant. Soudain, elle poussa en grognement aigu, puis sauta de la branche au-dessus de moi pour m'atterrir dessus. Je l'attrapai et la renversai par-dessus mon épaule, l'écrasant au sol de tout mon poids. Elle essaya de se débattre, mais je posais mon bras sous sa gorge, l'empêchant de bouger. « Ne va pas chez Azrael, Rhea. J'irais le chercher ton couteau. » dis-je, la mine sérieuse. Je déposais un baiser sur son front avant de relâcher mon emprise sur son cou. Je devais la dissuader. Je ne savais pas comment mais elle ne devait pas y retourner. Avec un peu de chance elle ne me poserait pas trop de questions. Avec un peu de chance elle prendrait ça pour de la galanterie. Mais la chance n'était pas vraiment de mon côté ces derniers temps, et la galanterie ne nous était pas une chose très familière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN   Mer 18 Avr - 7:23

« Non. » protesta t-il, comme si ce mot avait arraché sa langue et heurtait davantage ses lèvres. Rheagan avait le sentiment qu'il savait quelque chose qu'elle ignorait. Mais depuis quand lui cachait-il des choses? Titus lui racontait toujours tout. C'était comme ça qu'ils fonctionnaient, à cœurs et esprits ouverts. Transparents l'un pour l'autre. S'il lui cachait quelque chose, ça devait être grave. Et si c'était grave, alors Rheagan ne savait pas si elle pouvait lui faire confiance. Ce serait une première. Et elle ne savait pas ce qui provoquait cette réaction chez lui. D'accord, Azrael était un type répugnant, le genre de gars qui baise tout ce qui bouge, et même tout ce qui ne bouge pas. Le nez toujours enfoui dans son rail de coke alors que sa queue pilonne dans la petite chatte humide de la première salope avec les jambes ouvertes et le vagin mouillé qui se présente. Mais Titus ne s'était jamais inquiété de ses visites chez lui. Elles étaient fréquentes, et Rheagan n'avait pas le choix. C'était ça ou perdre le soutien d'un mentor pendant les jeux. D'accord, Azrael était un pervers qui n'en perdait pas une pour lui faire des avances. Mais il n'était pas jaloux, quand même ? La jeune femme était tout à fait capable de se défendre. Qu'il approche trop près, et elle lui arracherait les couilles. Avec les dents, si nécessaire. Titus savait ça. Azrael aussi. Elle détestait les secrets. Et elle était bien déterminée à connaître la vérité, quoi qu'il en coûte. Si Titus ne voulait pas lui dire, elle irait la demander directement à Azrael, et ce petit salop n'était pas difficile à acheter. Elle n'aurait qu'à cambrer ses hanches, remuer son cul et lécher sensuellement ses lèvres qu'il serait déjà à quatre pattes en train de se branler. Titus resta silencieux, alors elle enterrait ses inquiétudes dans un coin de son esprit. Elle y réfléchira plus tard.
D'un coup, le phœnix se métamorphose et elle s'enflamme. Et le petit chaperon rouge décide de se promener dans la forêt ... Le loup l'attrapera t-elle ? « On va voir ça ma belle. Mais un conseil : tu ferais mieux de prendre de l'avance. » claironne Titus, la menace évidente dans sa voix. Elle rit et se dérobe en courant très vite dans la forêt. Le son de ses propres gloussements l'accompagne encore quelques secondes, puis elle se tait définitivement, attentive au moindre son qui pourrait dévoiler l'approche de son chasseur. L'instinct prend le dessus. Son corps se mouve différemment. Elle n'est plus humaine : elle est féline, gracieuse, elle maraude autour de lui, se donne et se dissimule. Parfois, elle rit, des craquements indiquent sa présence, mais le temps qu'il arrive elle n'est déjà plus là. Peu convaincu, il l'avertit « Je vais t’attraper Princesse, je vais t'attraper et je ne te lâcherais plus jamais ! ». Elle frissonne, montée provisoirement dans un arbre. Elle a la chair de poule. Elle est tentée, un instant, de se rendre pour pouvoir sentir la chaleur de ses bras autour d'elle, mais ce n'est pas du jeu. Elle doit suivre les règles. Il perd en vigilance. Il a déjà abandonné les recherches, il faut dire qu'elle est la meilleure à ce manège, et elle lui fait littéralement tourner la tête. Dans ces instants là la bête qui dort dans son ventre, celle qui réclame du sang et de la violence, se met à gronder. Elle sourit, c'est son tour à elle d'être une prédatrice. Ses lèvres se retroussent, elle s'étire et saute sur lui en rugissant. Malheureusement, Titus réagit rapidement et la plaça en dessous de lui. Se battant pour dominer, il plaça son bras sur son cou et elle céda. « Ne va pas chez Azrael, Rhea. J'irais le chercher ton couteau. » intime Titus. Elle lève un sourcil alors qu'il la relâche. Rheagan pince des lèvres. « Pourquoi ? » claque t-elle brusquement. « Donnes moi une bonne raison pour laquelle je n'irai pas chez notre mentor cette après midi. Tu veux gagner les jeux, c'est ça ? Tu as décidé, d'un coup, que nous n'étions plus une équipe ? Que tu voulais rester en vie ? ». Rhea pleurait rarement, mais elle sentit les larmes border la lisière de ses yeux. « Ça fait une semaine que tu réagis bizarrement dès que je mentionne le nom d'Azrael. Alors tu vas m'expliquer immédiatement la raison de ton comportement. » elle ne lui laisse pas le temps de partir et l'attrape brusquement par les épaules pour le clouer au sol.

(je suis désolée du temps que j'ai mis pour répondre, pour ce que ça vaut, à présent c'est les vacances et j'ai le temps de rp chou )
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN   Jeu 26 Avr - 19:24

Le souffle court, je regrettais immédiatement mes paroles. Je n'aurais rien dû dire. Depuis le début, je n'aurais rien dû laisser paraître. J'étais un piètre acteur, certes. Je ne comptais pas sur ça pour gagner les Jeux, je n'avais rien à cacher, rien à inventer. Je n'avais qu'à être moi-même, fort, déterminé, et les sponsors accouraient sans m'en demander plus. Mais dans cette situation, mon charisme n'y faisait rien. Elle savait. Elle me connaissait trop bien. Et même si elle n'avait jamais rien dis je ne doutais pas qu'elle eut déjà deviné que quelque chose me tracassait, à la minute même où elle s'était réveillée. Je n'avais rien besoin de dire, rien besoin de faire. Elle le lisait dans mes yeux. Elle était reliée à moi. Aussi appliqué que j'avais été depuis le début de la semaine, elle l'avait deviné. Malgré tout, malgré le fait que je n'aurais pas pu lui cacher bien longtemps, mes idées s'embrouillaient. Je devais chercher comment éviter -ou du moins repousser- les explications. Mais j'en avais déjà trop dis. Sous mes yeux, un millier d'expressions traversaient le visage de Rheagan. Je jurai silencieusement, me traitant de tous les noms en pensés. J'avais promis de ne pas lui infliger ça. Elle ne devait pas être au courant, elle avait tellement d'autre chose à se préoccuper. Les Jeux approchaient à grands pas, et je ne voulais pas qu'elle soit obnubilée par une idée de vengeance, envers la seule personne qui nous soit utile. Notre seul contact extérieur dans l'arène. Quoique, si cela pouvait la motiver à revenir l'achever de ses propres mains … Elle lève un sourcil et je desserre mon emprise. Ma puce, pensais-je. Qu'est-ce que j'avais fait. Elle pinça les lèvres. Je détestais cette mimique, je la détestais plus que tout. Elle n'annonçait rien de bon. « Pourquoi ? » Sa langue claqua, sa question fouetta l'air, sèchement. Le regard froid, elle me fixa avec colère. « Rhe... » Elle ne me laissa pas finir, continuant sur sa lancé. « Donnes moi une bonne raison pour laquelle je n'irai pas chez notre mentor cette après-midi.» Des raisons, j'aurais pu en trouver mille, si elle m'avait laissé le temps de parler. Mais elle continuait, d’une voix emplie de colère, bien qu'un peu tremblante. Je détestais la voir comme ça, j'aurais tout fait pour qu'elle ne prenne pas cet air. Mais maintenant qu'elle était lancée, je ne pouvais plus rien faire. «Tu veux gagner les jeux, c'est ça ? Tu as décidé, d'un coup, que nous n'étions plus une équipe ? Que tu voulais rester en vie ? » Elle m’aurait poignardé, j'aurais certainement eu moins mal. Je restais pantois, je la regardais choqué. Comment avait-elle pu sortir ça ? Comment ? Comment pouvait-elle ne serait-ce que l'imaginer ? Je faisais tout pour elle, je me battais pour qu'elle reste en vie. J'allais donner ma vie pour qu'elle puisse remporter les Jeux. Comment pouvait-elle douter de mon amour pour elle ? Je ne trouvais pas les mots. Je la fixai d'un regard vide, choqué. Lentement, j'essayais de trouver quoi dire. « Rheagan, amour. » En vain. Aucune explication concrète ne voulait venir. D'un air désolé, je secouai la tête. « Ça fait une semaine que tu réagis bizarrement dès que je mentionne le nom d'Azrael. Alors tu vas m'expliquer immédiatement la raison de ton comportement. » Je me crispai.

Elle dut le sentir, et me plaqua au sol. Le choc expulsa tout l'air de mes poumons, mais je ne la quittai pas du regard. Elle me fixait, de cet air perçant, celui auquel je ne pouvais pas résister. Elle attendait une réponse, mais je n'étais pas capable de lui donner. Je ne voulais rien lui dire. Ma pauvre Rheagan. Je savais qu'elle était forte. Je le savais, mais je n'arrivais pas à lui infliger ça. « Rheagan ... » répétais-je comme un idiot. Il fallait que je lui explique, il l'aurait bien fallu un jour. Je savais qu'elle ne me lâcherait pas tant que je n’aurais rien dis. « Rhea, Azrael est un con tu sais bien. » Je cherchais mes mots, m'exprimant d'un ton maladroit, chose étrangère pour moi. Je savais régler n'importe quoi sans aucun problème, avec le force ou non. Mais quand ça touchait à Rheagan ... « Je sais qu'il est notre seule chance, mais des fois, c'est tellement dur de se retenir. On dirait qu'il fait les choses sans réfléchir. Qu'il ne pense pas à ce qui pourrait se passer. » Je tournais autour du pot, elle n'allait pas aimer. « Il a fait quelque chose que je ne lui pardonnerais pas. Jamais. S'il est encore en vie c'est pour qu'il nous aide pendant les Jeux. » Je marquai encore une pause. « Fait-moi confiance mon ange, ce n'est pas contre toi. Tu le sais bien. » Je ne pouvais pas lui dire. Non. « Tu sais bien que je fais toujours tout pour ton bien à toi. Crois-moi. » Je tentais un sourire, peu convaincant. Comment pouvais-je lui annoncer ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN   

Revenir en haut Aller en bas
 

bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.