petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 0:50


loa-skann angello skopje
❝ IF WE BURN, YOU BURN WITH US. ❞

Ça doit être difficile de passer ta vie à sourire, quand on sait que ta petite sœur s’est fait égorger par un crétin, et que t’as rien pu faire pour elle. Tu comprends ça très bien, toi, mais les autres, ils ne le voient pas de la même façon. Ils ne comprennent pas que tu aies pu changer à ce point en si peu de temps. Tu as grandi. Tu as mûri. Trois ans. Ça fait trois ans que tu joues à ce jeu dangereux, que la passion anime ta vie et que tu t’amuses à tout détruire. Ça fait trois ans qu’elle est morte, et que ton adorable petit sourire naïf a laissé place à tes traits durs et ta souffrance. Tu t’appelles Loa-Skann Skopje, mais tout le monde t’appelle Skann. Ton deuxième prénom c’est Angello, mais t’as rien d’un ange, n’est-ce pas ? Toi aussi tu le sais très bien. T’es pas un ange…Tu as 18 ans, et t’es enfoncé dans la merde jusqu’aux oreilles mon petit. Quand vas-tu comprendre que parfois tu vas trop loin ? Quand apprendras-tu à dire non ? Pas cap. Ce sont deux simples mots qui t’auraient sauvé la vie, tu le sais, mais tu vis pourquoi maintenant ? Si tu as déjà perdu ta sœur, ça veut dire qu’ils vont te prendre tout le reste, alors tu te détaches. Tu continues ce jeu destructeur, sans te soucier des gens qui auraient peur de te perdre aussi. Parce que dire oui, ça te fais vivre. C’est la seule façon pour que tu te sentes vivant, hein ? Dire oui tout le temps. Prouver aux autres que t’es capable de tout ça. Tu vas trop loin. Tu craches dans le dos du Capitole, tu rigoles au nez des gens qui te méprisent. Pour toi la vie, elle ne tient à rien. Tu te dis rebelle, mais tu n’es pas capable de te rebeller contre elle, Silka. Celle qui te détruira.

C’est marrant, parce qu’on a toujours dit de toi que t’étais quelqu’un de censé. Que t’étais pas le genre prise de tête, que t’avais tes principes et que tu connaissais tes limites. J’ai entendu dire, qu’on aurait pu te torturer à mort sans que tu cries, sans que tu trahisses, et surtout sans que tu abandonnes. Des principes ouais… une parole en or, un mec de confiance, et tout ça. On raconte pleins de choses sur toi, mais, jamais, jamais on ne m’a dit que t’étais cinglé. Ça j’ai dû le découvrir tout seul, mec, et si j’ai un bon conseil à te donner ; apprend à dire non.



about games and relative.

La mort, c’est quand même un concept vachement barbare. Et c’est plutôt dur à imaginer, lorsque ça nous concerne. J’ai déjà rêvé de mort, de tuer des gens, et tout ça hein, mais ma mort à moi… Je ne la vois franchement pas. Je suis jeune OK ? Quand on me pose une question comme ça, j’ai envie de répondre « Mais mec, PEACE, je t’ai demandé comment t’allais mourir moi ? » Alors franchement, en ce moment-là, j’ai qu’une envie, c’est d’aller pioncer, donc je serai tenté de te répondre ; écrasé par un bulldozer. Ouais j’me vois bien écrasé par un giga truc dans ce genre-là ! Satisfait ? Bon laisse-moi passer, j’vais dormir. QUOI ENCORE ? Tu veux une réponse sérieuse ? Bon… Si c’est le seul moyen pour que tu me lâches les baskets, je vais te dire franchement, comme je vois ma mort. Je n’sais pas, j’imagine que je mourrai en combattant un ours, ou en faisait un truc héroïque du genre. Les crises cardiaques et tous ces discours sur « je mourrai tranquillement dans mon lit quand j’aurai quatre-vingt-dix ans », moi je pense que c’est pour les faibles. J’y crois pas trop, et franchement, je serai incapable de te citer une seule personne qui ait vécu jusque-là dans mon entourage.

Tu continues avec tes questions chiantes… La seule personne qui mérite que je meurs pour elle, c’est moi-même. Je n’irai certainement pas me jeter du haut d’une falaise si on me le demandait ! Ah si, en fait. Je suis comme ça moi, j’aime bien les défis. Et puis, j’imagine que si ma mort pouvait sauver ma famille… mes amis, tu vois… bon ok, j’avoue, je suis un peu sensible. Je pourrais mourir pour ma mère c’est clair ! Comme je sais qu’elle pourrait mourir pour me protéger. Comme dans Harry Potter, tu connais ? Ma mère me racontait cette histoire quand j’étais petit. Ce serait cool, de mourir à la place de quelqu’un qu’on aime, mais franchement… j’ai pas envie de crever. Pas tout de suite ! Et, si je le pouvais, j’aimerais mourir pour une cause, dans un but précis. J’aimerais mourir en sauvant la cause des rebelles.

Ah mon cher ami ! Tu as touché la question sensible, je pourrais te faire l’éloge de mes talents et te donner la liste de mes qualités, mais pour le coup, ce serait surement toi qui t’endormirait, tant il y a de choses à dire. Je cours vite, je suis intelligent, j’me débrouille tout seul depuis trop longtemps pour chercher à bouffer et nourrir mon incapable de famille. Je cours régulièrement, je sais nager, je suis modeste,… et beau gosse ! Alors les filles n’oseront pas me tuer. Pourquoi gâcher un gars si parfait, enfin ? Sinon, je maitrise la hache aussi.

Oui. C’est une question débile, sachant que chaque année deux tributs partent au combat sans avoir leur mot à dire. Et que ces adolescents sont nos frère, nos sœurs, les frères et sœurs de nos meilleurs amis, nos camarades de classes, les enfants de nos professeurs. On est tous reliés ici, on est en famille, et c’est dégueulasse ce qu’ils nous font là-bas, ces affreux du Capitole. Ils nous volent des vies, alors qu’ils savent très bien qu’au neuf, on n’a jamais de chance. Commençons par ma petite sœur. C’était donc il y a trois ans. Elle est morte au bout d’une journée à peine, vous pensez bien, elle avait treize ans.

Quelle question, vous me prenez pour un barbare ? Non, sincèrement, je regarde les jeux, et je trouve ça absolument horripilant. Enfin je m’en foutais complètement avant qu’ils me prennent ma sœur, c’est seulement là que j’ai compris, que nos vies ne tiennent qu’à un fil tiré par le Capitole. Avant, ça m’est même arrivé de rire devant ce truc. Genre, quand une fille se prend un coup de massue dans la tronche, ou qu’un gros carrière qui se croit invincible trébuche sur une plaque de verglas. Maintenant, je ne rigole plus, j’espère juste que les faibles gagneront. J’en ai ma claque de voir tous ces carrières qui dégomment les autres ! Un peu de respect pour les plus faibles, quand même.

La révolte, je suis à cent pour cent pour, moi. On va montrer à ces vieux schnoks du capitole que y'a pas qu'eux qui commandent. Mais ma vie, elle est ici au district 09. Je ne peux pas quitter ma famille, mes deux petits frères, mes amis. Ma meilleure amie, Silka, et tout ce que j'ai construit ici. Ce serait trop douleureux, et puis de toute façon, les rebels ont besoin d'hommes sur place, on ne servirait à rien si nous étions tous confinés dans les souterrains du D13. En tout cas, j'ai hâte que la révolution aboutisse.


JE VIENS D'UN MILIEU défavorisé, AINSI, POUR MOI, LA NOURRITURE elle est là quand on la cherche c’est tout. DU COUP, MON NOM A 28 chances d’être tiré au sort. JE suis étudiant ET POUR TOUT VOUS DIRE, JE préfère ça que travailler. JE SUIS DANS LE 9ÈME DISTRICT. AYANT 18 ans JE peux PARTICIPER AUX HUNGER GAMES ET je me suis déjà entraîné. ENFIN, J'ATTESTE QU'EN CRÉANT CE PERSONNAGE, J'ACCEPTE DE LE LIVRER À LA BARBARIE DES JEUX S'IL EST TIRÉ AU SORT.

reality is here.



JESSIE IS ON THE PLACE
Je m'appelle toujours Hubert et j'ai toujours 45 ans, ENJOY.

FEATURING robbie wadge © Tumblr & rokku






Dernière édition par A. Loa-Skann Skopje le Lun 12 Mar - 0:03, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 0:52


tell us your story.


Citation :
CAP

« Regarde-toi, on dirait un p’tit cochon. » Une toute petite fille, qui ne devait pas avoir plus de six ans, explosa d’un rire aiguë. Devant elle, se tenait un garçon brun, d’un âge semblable, couvert de boue de la tête aux pieds. Vu leurs vêtements, et les mines charbonneuses qu’ils affichaient, ces deux petits étaient pauvres, vraiment très pauvres. « Heu bhen si moi je suis un cochon, euuuh toi t’es quoi alors ? Baleine ! » Il plongea ses miniscules mains dans la boue, et vint étaler le solide argileux sur les joues de sa camarade. « Silka…Chiche d’aller plonger tout habillé dans le lac ? » La dénommée Silka eut un hoquet brusque. Elle le regarda, intriguée, et essuya la boue qui coulait le long de son cou, qu’on aurait facilement pu briser d’un simple mouvement. « Non mais ça va pas dans ta tête ou quoi ? Gros débile, on n’a pas le droit, tu veux te faire frapper par les pacificateurs encore ? T’y vas tout seul. » Un sourire amusé s’accrocha aux lèvres de Skann, ce jour ou commença leur jeux destructeur. « Peureuse » Elle lui frappa l’épaule avec ses petits points fermés, et il sourit de plus belle. « Crâneur. » Elle cracha à terre, son tempérament de rebelle reprenant le dessus sur sa peur des représailles. « Trouillarde ! » « Crâneur. » « Tu l’as déjà dit ! » « Crâneur ! Allez viens, je vais te prouver que j’suis pas une froussarde, on plonge et ensuite on part hein ? Cap. »


***

« Écoutes, tu sais très bien que j’aime pas les araignées, pourquoi tu me fais ça hein ? C’est pas cool sérieux. » Silka se retint du mieux qu’elle put de ne pas mettre une gifle légendaire à Skann. Ils avaient déjà dix ans maintenant, et depuis ce jour au lac, ils n’arrêtaient pas de se taquiner avec des gages débiles dans ce genre-là. « Allez, mange-la, c’est bon, tu vas pas faire un caca nerveux pour ça quand même, t’as fait des trucs bien pires. » Il leva les yeux au ciel, en repensant à toutes les choses qu’elle lui avait ordonné de manger. De la boue, des chips trempées dans de la boue, un morceau de poisson pas cuit, de l’écorce de d’arbre et tellement d’autres choses dégoutantes et infestées. Il explosa de rire lorsque les lèvres de la jeune fille touchèrent les pattes de la bête, qui s’agitaient dans tous les sens. Il avait un rire de petit garçon bien différent de ce qu’on aurait pu imaginer. Son rire, avait le don de mettre tout le monde de bonne humeur. Il avait un rire aiguë, plein d’enthousiasme, et surtout, franc. Il ne se forçait jamais à rire, mais il rigolait tout le temps. Un rien le faisait sourire, et c’est sa bonne humeur constante qui faisait toujours rire les autres. Silka le regarda d’un œil mauvais, en mâchant la bestiole. Mais au final, elle tira la langue amicalement après, et se jeta sur lui en martelant son petit corps de coups de poing. « Tu vas me le payer sale traitre, met-toi tout nu et va dire au maire que t’as perdu tes vêtements en combattant un ours. Cap ou pas cap, crétin ? » Skann regarda son amie d’un air grave, faisant disparaître de son visage toute trace de bonheur. Il plissa les yeux, et croisa les bras sur sa poitrine. « Pas cap. » La lueur d’amusement disparut également des yeux de Silka lorsqu’il lui fit sa révélation. Quoi ? C’était la première fois, en trois ans de jeux, qu’il disait non. Il avait toujours dit oui à tous les défis qu’elle lui avait lancés ; il avait même marché pieds nus dans de la merde de cheval, et maintenant il disait non ? Pour quelque chose d’aussi… simple... et drôle ? Elle ouvrit la bouche pour parler, mais elle comprit la faille lorsqu’il commença à se déshabiller devant elle. A dix ans, il n’était franchement pas un modèle de beauté, et rien ne laissait présager qu’il aurait pu l’être plus tard. On voyait ses côtes atrocement saillantes, et ses muscles étaient quasi-inexistants. Silka gardait les yeux fixés sur lui, curieuse, et rigola lorsqu’il enleva son caleçon. Il a un tout petit zizi qui pend, c’est rigolo, se dit-elle, et elle lui sourit. C’était ça le truc cool entre eux. Aucuns tabous, aucunes craintes, ils étaient faits l’un pour l’autre, et tout le monde autour d’eux le disait depuis bien longtemps ; dans dix ans, ils seraient mariés. Skann leva les mains au-dessus de sa tête, prit un air apeuré et se roula dans la boue pour paraitre plus crédible. Il hocha la tête, remua les jambes et partit en courant.


Angello Loa-Skann Skopje, n’avait franchement rien de particulier. Des jolis yeux océans, un sourire craquant, et un beau corps bien moulé. Il mangeait à sa faim, puisqu’il savait se débrouiller pour trouver à manger, et vivait une existence simple, paisible. Enfin, essayez de vous imaginer une vie facile au district 9… dur hein. Disons plutôt qu’il n’avait pas trop de peine à vivre, il était bien entouré de sa famille ; un papa bucheron, une maman qui travaillait à l’usine d’électricité, une petite sœur avec qui il s’entendait bien et deux petits jumeaux qui ne savaient pas encore marcher. Il avait quelques amis, mais c’était Silka qui revenait tout le temps. Elle était sa voisine et plus vieille amie, mais au fur et à mesure des années, leur relation se dégradait. Non pas qu’ils devenaient moins proches, au contraire… mais leur petit jeu était devenue une vraie torture. Ils étaient pris au piège, aucune des deux n’osant dire non à l’autre. Ils avaient seize ans, et qu’est-ce qu’ils étaient stupides et bornés. Le pire, c’est que ça ne s’arrangera pas avec l’âge.


C’était le jour de la moisson. Skann, qui participait à sa cinquième, avait déjà trente morceaux de papier à son nom ; cinq inscriptions obligatoires, et vingt-cinq tesserae. Cinq par an, pour chaque membre de sa famille. Mais il était confiant, il savait que parmi les millions de papiers, il ne représentait qu’une ridicule part, et que le sort lui était plus que favorable en ce beau jour d’été. Silka était là, il ne fallait pas qu’elle parte non plus, elle aussi avait de nombreuses chances d’être tirée… une trentaine en tout, elle avait une famille bien plus nombreuse et bien plus pauvre que celle de Skann. Il se glissa vers elle, et chuchota à son oreille ; « Cap ou pas cap d’hurler le plus fort possible lorsque le nom du tribut féminin sera tiré ? » Un large sourire étira ses lèvres. Trop facile, se dit-elle. Et elle partit rejoindre son rang, avec sa famille, au côté des autres filles de quinze ans susceptibles de partir. Loa projeta son regard partout sur la place publique. Dans un coin, il reconnut Aiden, un garçon de deux ans son ainé. Certaines rumeurs courraient sur lui...un rebelle… quelle connerie. Nolan, le dernier vainqueur en liste, grimpa sur le podium. Il savait bien que sa petite sœur craquait secrètement pour lui, même si ça crevait les yeux que lui ne voyait que Kathleen. Son cœur martelait la paroi de sa poitrine faiblement, il parvenait à peine à respirer. Pas Silka, pas Cyah, pas elle non plus… pitié, quelqu’un que je ne connais pas, quelqu’un qui ne me manquera pas. Il croisa le regard de la jeune fille. Elle lui adressa un clin d’œil, et il se sentit reprendre confiance. « Bienvenue. Et Joyeux hunger games ! » Cette pauvre femme était trop prévisible. Elle continua son discours, le même que chaque année… « Puisse le sort vous être favorable ! hihi, les filles d’abord. » Sa main liftée, greffée de tatouages bleu argentés secoua les petits papiers. « Cyahna Skopje ! »

Deux hurlements déchirèrent le silence en même temps. Ce n’était plus un hurlement provenant d’un jeu stupide, c’était un vrai hurlement de détresse, et les deux amis crièrent de plus belle alors que la jeune Cyahna s’avançait vers l’estrade. Non pas elle, pas Cyahna.. Pas ma petite sœur qui n’a que treize ans et seulement deux inscriptions… Il sentit une main venir se serer fort dans la sienne, et il s’y accrocha comme si ça vie en dépendait. Sa mère. Toute la famille et les amis proches ou voisins de la jeune Skopje criaient leur peine silencieusement. C’était la règle, c’était comme ça, chaque année, quelqu’un mourrait. Aloa se força à regarder le reste de la moisson. Il serra les poings lorsque le nom de Jeremiah Harper se fit entendre...Et puisse le sort vous être favorable… Il le connaissait, ce petit aussi. C'était le petit frère de Kathleen. Une scène du passé lui revient brusquement en mémoire....


pedobear a écrit:
C'était l'année dernière, Skann et Silka avaient quinze ans. Comme toujours, ils trainaient dans le district neuf à la recherche d'un quelconque amusement... « Alors, vas-y avoue moi toi ; c’est qui le mec le plus sexy du district ? » Un petit sourire s’étala sur sa figure. « Pfff, question trop facile, Nolan évidement. » Skann leva les yeux au ciel, évidement, Nolan par-ci, Nolan par là. Non seulement il était beau, mais en plus, c’était un gagnant. Un petit pincement de jalousie transperça Loa, ce pourquoi il lança alors en guise de réponse; « La plus belle, en tout cas… je sais qui c’est. » Il regarda son amie dans les yeux, afficha un petit sourire mignon comme tout, et lorsqu’elle sourit à son tour il balança ; « C’est vrai quoi, Kathleen, elle est trop belle ! Dommage qu’elle ait un an de plus… imagine on aurait été dans la même classe, et toouuuut… » Silka fronça les sourcils. « Bhen vas-y, va l’embrasser, cap ? ». Oh non, merde pourquoi il avait dit ça ? Il aurait dû se douter qu’elle tramerait un gage dans ce genre là pour lui… Ils sonnèrent chez elle, elle était présente et c’est elle qui ouvrit la porte. Il entra dans la maison sans attendre la permission et plaqua un baiser mouillé sur ses lèvres. C’était la première fois qu’il embrassait une fille, et il se souviendra toute sa vie de la gifle légendaire qu’il a reçu en réponse.

« Tu.. Tu me promets que tu feras tout ton possible ? Elle n’a que treize ans, Nolan. Ne la laisse pas mourir… Essaye…» Supplier le future mentor de sa sœur, c’est tout ce qu’il pouvait faire. Skann avait couru vers le dernier des gagnants dès sa sortie de la scène. Les tributs étaient retenus et on ne pouvait pas les revoir avant le départ. Le mentor approuva d’un signe de tête, mais Loa comprit bien, que même s’il faisait tout son possible, sa petite sœur de treize ans ne faisait pas franchement le poids contre les gros carrières entrainés du deux.



Voir le meurtre de sa sœur à la télé, c’était probablement la chose la plus affreuse que Skann n’ait jamais vu de son existence. C’était trop douloureux, il regardait cette espèce de monstre, un grand gars de dix-huit ans du district 5 décapiter sa sœur comme si elle n’était qu’un simple objet en carton. Ses grosses mains recouvraient son cou sans aucun effort, et le fidèle coup de canon retentit. Elle ne serait pas la grande gagnante des 74èmes Hunger Games. Le frère de Kathleen non plus. Le district 9 n’aurait pas de champions cette année.

Skann sortit de chez lui plus enragé que jamais. Il faisait nuit, déjà, et il retrouva Silka chez elle. Il défonça la porte, sans un regard pour sa famille nombreuse, qui elle lui jetait un regard désolé. Même si personne ne croyait à la victoire de Cyahna, il y avait encore un espoir, mais plus maintenant. Il attrapa Silka violemment par le bras, la poussa dehors et hurla de toutes ses forces. Comme si c’était de sa faute si sa petite sœur était morte. Elle essaya pourtant de compatir, elle qui en temps normal lui aurait foutu une belle baffe pour qu’il se remette les idées en place. « Mais j’aurais pu faire quelque chose Silka ! J’aurais dû me porter volontaire et me battre pour elle, et égorger tous ces crétins qui ont profité de sa faiblesse !...Je …j’aurais pu faire quelque chose ! » L’adolescente répondit d’une voix douce, laissant échapper quelques larmes ; « Et puis quoi après ? Tu penses que personne ne t’aurait tué avant que tu aies le temps de la protéger ? Et même si tu avais réussi à la mener en finale, tu penses qu’elle t’aurait tué à la fin, pour survivre ? Pfff… tes parents vous auraient perdu tous les deux. T’es ridicule, t’as fait ce qu’il fallait… des gosses meurent tous le temps Skann… » Sa voix s’étrangla vers la fin de son discours. Elle ne parvenait pas à imaginer sa vie, si Skann était mort aux jeux. Ils passaient leur temps ensemble, et même s’ils cherchaient plus à se détruire l’un l’autre qu’à construire une histoire forte, ils n’étaient pas rien. Skann étouffa un cri de rage, et d’une voix calme, mais basse, il déclara ; « Tu te souviens, de ce qu’on raconte ? Les rebelles, ceux qui se battent contre le capitole ? Je veux en être. » Son amie éclata d’un rire satirique, et haussa le ton. « Et puis quoi encore, tu vas faire quoi hein ? Te pointer chez eux et déclarer que tu veux être un rebelle ? Tu ne sais même pas qui ils sont, et c’est trop dangereux ! Hors de question qu’on s’embarque la dedans. » Le garçon serra les poings brutalement et se rapprocha de Silka pour lui glisser à l’oreille quelques mots. « Toi… tu fais ce que tu veux, j’en ai rien à foutre. Moi je vais voir Aiden, j’ai entendu mon père dire qu’il en faisait partie, et je compte bien venger la mort de ma petite sœur. » Paniquée, la jeune fille tenta de le retenir, en vain. Elle planta ses ongles dans sa peau, s’agrippa à ses vêtements mais il la rejeta. « Skann attend ! T’es malade ou quoi ? Reste là, reste avec moi ! Ils vont te trouver, ils vont te torturer à mort si tu vas dans ça. Ne rejoins pas les rebelles, cap ? ». Il se retourna, il n’avait pas le droit de refuser les gages de sa partenaire, sinon, il s’était juré que le jeu s’arrêterait et qu’il ne se parlerait plus jamais. Il ne voulait pas perdre Silka. Mais ce n’était pas à son tour de jouer. « C’est pas ton tour. Cap de me laisser tranquille pendant une semaine ? ». Il tourna les talons sans revenir en arrière.



Un an après la mort de sa sœur, c’est Kathleen qui est partie à l’abattoir.
Cette histoire ne finirait jamais, il y aurait toujours des morts partout dans ces fichus district, et un jour ce serait peut-être ses propres enfants. S’il vivait jusque-là. Skann avait maintenant dix-sept ans, Kath n’était pas encore morte, mais elle se battait avec rage dans l’arène. Lui, il avait rejoint les rebelles depuis plus d’un an, et jusqu’à présent, aucune mission n’avait échoué. Il ne s’était pas fait prendre par les pacificateurs, et Silka n’en parlait plus comme du pire crime qu’il n’ait jamais connu. Pourtant, il y avait toujours un immense malaise entre les deux… Leur jeu, quel jeu stupide. Ils continuaient avec ça comme des gamins, ils avaient besoin l’un de l’autre, ils avaient besoin de ça pour vivre. « Bon allez, je t’en donne un facile pour une fois… va cracher à la figure de ton père. » Silka tourna des yeux ébahis vers Skann. « T’es sérieux là ? Putain mais qu’est-ce que tu peux être con parfois sérieusement… Skann ! Pas mon père ! Tu veux que je me prenne la baffe du siècle ? » Loa haussa les épaules, indifférent. Ce gage n’avait rien de plus compliqué que tout ce qu’il lui avait déjà demandé. Elle s’était même déshabiller entièrement devant Nolan avant d’imiter le bruit du cochon. Elle s’exécuta, et comme prévu, son père lui retourna la tête d’une force inimaginable. Elle revint près de lui, humiliée, et lui cria à la figure ; « Voilà, t’es content maintenant ? Petit merdeux. » Qu’est-ce qu’il s’en fichait de la vie, il se sentait capable de tout faire, d’accepter tous les caps du monde. Presque rien n’avait d’importance pour lui, hormis ce jeu, et cette fille, avec qui il se disputait sans arrêt. Mais qu’il était sûr d’aimer. « Bon allez, trouve un truc intéressant pour une fois. Tu me donne que des trucs faciles… je vais finir par croire que j’ai choisi la mauvaise partenaire de jeu, un peu d’action quooi… » Sarcasme. Elle le foudroya des yeux, encore vexée par ces derniers jours où Skann avait été pire qu’odieux avec elle, où elle avait dû supporter son caractère de cochon et ne pas se plaindre. Elle, avait un tempérament de feu, elle était indomptable et ne réfléchissais jamais avant d’agir. Imprévisible. Impulsive. « Tu veux un truc qui change, pour une fois ? Porte toi volontaire à la prochaine moisson, cap ou pas cap ? ça te suffit comme excitation ça ?» Elle lui frappa la tête et s’enfuit en pleurant. Imprévisible. Changements d’humeur constants. Mais c’était trop tard. S’il refusait, le jeu était fini. Et il perdrait Silka à tout jamais. C’était la règle, c’était comme ça qu’ils fonctionnaient. Sa mâchoire se mit à trembler, alors qu’il réalisait seulement les paroles de la jeune fille. Elle savait… qu’il ne pourrait pas dire non. Que pour rien au monde il refuserait un gage, et qu’il préfèrerait mourir que de perdre contre elle. Ce stupide jeu, qu’ils avaient commencé dix ans plus tôt, n’allais pas s’arrêter, ou c’est tout leur monde qui s’arrêteraient.






Dernière édition par A. Loa-Skann Skopje le Jeu 15 Mar - 3:41, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 0:54



le pseudo de la mort j'adore chou
reeee!! & bon courage pour ta fichette, j'ai bien hâte de te lire
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 1:02

Yo merci sexy Juju Chéri


Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 2:55

Je ne sais pas du tout qui derrière cet être étrange qui mange son chandail Cool
Reeeeeeee !
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 6:45

REBELLE Ca c'est du travail
En plus tu fais un nouveau méga super hot personnage à cause de toi ce matin j'ai bavé dans mon lait j'aurai le droit à du gnutgnut What a Face dit oui, dit oui chou

http://boidolatry.mexcam.mx/wp-content/uploads/2011/11/jimmy280811-robbie-wadge03.jpg

Non mais sérieux marions nous ho et puis je vais te faire un super pavé pour te convaincre Ayden elle voudrait trop gnutgnuter avec super méga hot Loachoupinou, parce que déjà c'est trop un BG, et puis, oui non bon, j'ai pas encore lu, mais je suis sûre que c'est trop cool Je repasserai quand j'aurai vu d'abord

Azzzzy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 9
△ correspondances : 1696
△ points : 2
△ multicomptes : - j. baÿs-galor
△ à Panem depuis le : 09/10/2011
△ humeur : - découragé, désemparé et plein d'autres rimes tarées.
△ âge du personnage : - vingt-quatre ans.
△ occupation : - (ancien?) chef rebelle du district neuf, pilier d'infirmerie


can you save me?
statut:
relationships:


MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 7:44

Tu te rends comptes que ton nom de famille c'est le même que la capitale de la Macédoine ? C'est fou hein .... Arrow
Bref (re)bienvenu à ce que j'ai compris, et bonne chance pour cette fiche.




Darkness is your candle.
building walls ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DISTRICT 5
△ correspondances : 8987
△ points : 28
△ multicomptes : raven, gwendal, eurydice (denahi)
△ à Panem depuis le : 22/12/2011
△ humeur : désabusé
△ âge du personnage : trente quatre ans
△ occupation : médecin de campagne ~ bras droit du chef des rebelles


can you save me?
statut: the one that got away
relationships:


MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 8:52

Comment on fait si on pense savoir qui c'est sans être sûr, si on a pas le droit de le dire ? What a Face *va se pendre*

Le pseudo claque en tout cas
Rebienvenue, et bon courage pour cette nouvelle fiche ;heart:



⊹ we all want love, we all want honor
but nobody wants to pay the asking price
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t1349-thybalt-strawberry-fields-forever http://madebyumita.tumblr.com
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 9:03

Même moi je sais qui c'est
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DISTRICT 5
△ correspondances : 8987
△ points : 28
△ multicomptes : raven, gwendal, eurydice (denahi)
△ à Panem depuis le : 22/12/2011
△ humeur : désabusé
△ âge du personnage : trente quatre ans
△ occupation : médecin de campagne ~ bras droit du chef des rebelles


can you save me?
statut: the one that got away
relationships:


MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 9:06




⊹ we all want love, we all want honor
but nobody wants to pay the asking price
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mockingjay-rpg.net/t1349-thybalt-strawberry-fields-forever http://madebyumita.tumblr.com
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 9:10

RUSGFRUIGFUERGURG URGIUEGIUER G GHEGEUGHUHGGH GURHGUERHGUEHG UGHERGRHEGUIH RDGRREG GERGEGDRGD GTRGR HGTRHTRHTRHRSHEHTER crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac crac

AND IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII WILL ALWAYYYYYYYYYYYYYYYYS LOOOOOOOOVE YOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOU chou crac crac
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 10:24

@Aiden S. Bregstone a écrit:
Tu te rends comptes que ton nom de famille c'est le même que la capitale de la Macédoine ? C'est fou hein .... Arrow

OH MON DIEU What a Face c'est fou What a Face On se demande où j'ai trouvé mon inspiration What a Face
Sans rire, c'est juste que c'est parce que c'est en cours d'histoire que m'est venue cette idée de personnage, et que j'ai même les trucs bizarres et quasiment imprononçables What a Face Oh mon dieu y'a trop de What a Face dans ce message What a Face



BREF SINON MERCIIIIIIII POUR CE NOUVEL ACCEUIL Je vous aime, déjà et puis bien sûr que je vous gnutgnuterai tous What a Face (oh non encore lui )

Roh j'étais pliée de rire en voyant vos réponses
Ayden tu m'as convaincu, même que du coup je fais un pavé aussi What a Face ( Arrow )

Thyb' : ENVOIE TA PROPOSITION PAR MP


WHISKEY crac crac




Dernière édition par A. Loa-Skann Skopje le Jeu 8 Mar - 11:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 11:48

moi je sais pas qui c'est aidez moi
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 11:50

Youu would like to know hein?
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   Jeu 8 Mar - 12:01

C'est quelqu'un de sexy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN   

Revenir en haut Aller en bas
 

truth is that we know deep inside we can't all be survivors † SKANN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Carte d'identité :: Identités Perdues-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.