petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 SILOË&SNAKE ◭ Who's gonna be there for you if I'm not ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: SILOË&SNAKE ◭ Who's gonna be there for you if I'm not ?   Lun 5 Mar - 5:33

who's gonna be there for you if i'm not ?
SILOË&SNAKE — suite de ce sujet



Tu appuies ta tête contre la fenêtre fraîche du train. Un coup de tête. Tu avais envie de partir, de quitter ce que tu faisais, un instant, mais surtout de ne pas croiser la gagnante de cette édition des Jeux de la Faim. Tu sais que c'est aujourd'hui qu'elle vient dans votre district et tu ne veux pas l'entendre dire tous ces mots vides que tu as toi-même dû dire. Ça ne t'intéresse pas. Tu es donc parti de ton district par un des trains du jour, pour aller te ressourcer dans le septième, au milieu des forêts. Tu préfères les lacs et les rivières, tu n'es pas un serpent pour rien, mais la tranquilité des forêts silencieuses du district sept fait du bien à ton esprit blessé.
Tu préfères Siloë aussi.
C'est elle que tu vas voir. Évidemment.
Les lacs défilent devant tes yeux, les arbres, les routes de terre mal entretenues, les districts les plus pauvres n'ont pas la chance de ceux qui plus riches d'avoir des routes soigneusement pavées, et finalement, la gare de bois, un peu bancale. Tu te lèves et attrapes ton sac de toile mince, mais résistante, que tu mets sur ton épaule avant de descendre du train en sautant souplement de sa plate-forme arrière. Tu voyages gratuitement, toi, tous les chemins te sont ouverts sans que personne ne dise quoi que ce soit. Ton visage est ton passeport. Ta relative liberté a été payée à dur prix.

Tu te diriges sans te presser jusqu'à la demeure de Siloë. Tu ne l'as pas avertie de ta visite. De toute façon, à la vitesse à laquelle voyage le courrier dans Panem, tu aurais bien eu le temps de faire dix allers-retours entre vos districts avant que quelque chose se rende. Tu as beau vivre dans le district de la technologie, vos téléphones ne servent pas à appeler ceux de ces districts que vous ne voyez, les lignes tombant dans le vide. Une technologie isolée. La neige crisse sous tes pieds et tu remontes le col de ton manteau sombre, venant jusqu'à cacher ton visage sur lequel l'ombre de ta barbe n'a pas été effacée. Il fait froid. Glacial, mordant, un nuage de chaleur qui s'échappe de ta bouche lorsque tu expires.
La maison de Siloë est loin. Une maisonnette grosse comme ta main, minuscule. Et rien. Pas de fumée, pas de lumières. Tu fronces les sourcils. Tu n'aimes déjà pas cela. Peut-être est-elle allée braconner, chose qui t'horripile sincèrement. Comme si elle en avait le choix... Tu arrives à la maison. Personne. Tu prends le poignard que tu gardes en permanence à ta taille et après un peu de jeu, tu réussis à déverrouiller la porte bancale de bois. Vraiment personne. Tout le monde au travail, probablement, ta jolie blonde dans les forêt en train de courir comme un faon. Hé merde. Mauvaise journée. Il ne te reste donc qu'à repartir chez toi.
Tu grondes et t'avances dans la maison. De ton sac, tu sors la miche de pain et la viande séchée soigneusement empaquetée que tu as réussi à ramener de chez toi, ainsi que trois magnifiques flèches à l'empennage rouge. Rouge comme la gorge d'un rouge-gorge. Robin. Tu poses le tout sur la table, puis refermes ton sac et ressors de l'habitation en reverrouillant la porte. Rien ne s'est passé.

Que la déception dans ton coeur déjà bien froid.

Le train dans le sens inverse n'arrive que dans quelques heures. Saloperie. Tu retournes donc à la gare et t'assis sur un des bancs à l'extérieur, ne te souciant pas du vent qui fouette ton visage. Tu t'es renfrogné, tu es amer, et tes yeux pâles fixent le vide tandis que sur ton visage, une expression maussade règne. Tu aurais dû la prévenir. Tu ne sais comment, mais tu aurais dû.

Ton oreille avisée t'avertit qu'un train arrive. Déjà ? Un regard. Un logo au devant de celui-ci, reluisant comme l'argent. Un train en provenance du Capitole. C'est bien ta chance. Tu te raidis un peu et lorsque le train s'arrête devant toi, tu te lèves. Tu le prendras. Tu as le droit. Il va dans la même direction que toi, de toute façon. Autant ne pas perdre ton temps plus que nécessaire, tu as déjà une journée de travail de gâchée par ton coup de tête idiot et enfantin. La porte du wagon s'ouvre et devant toi, une apparition. Une Vierge Marie. Un fantôme. Ensanglanté. Dans ton esprit, des images s'enchaînent, film emmêlé de souvenirs et de cauchemars, Bell, Robin, Peach, Ea, du sang, trop de sang, et tu ouvres à temps les bras pour attraper Siloë, qu'un Pacificateur vient de pousser littéralement en bas du train. Elle si mince, si maigre entre tes bras, si légère, une plume, un oiseau délicat. Tu refermes tes bras autour d'elle, pour la protéger, et l'éloignes du train. Pas le temps de voir ses blessures, de voir ce qu'elle a. Juste ta voix rauque à son oreille, basse et apaisante, sans panique pour le moment :

« Sil. Je suis là. On va rentrer. »

On va rentrer chez toi.
Et quand le choc sera passé, tu pleureras probablement, tu hurleras, tu tempêteras, mais là, tu ne fais que la prendre dans tes bras, mariée au corps de fillette, pour la réchauffer contre toi et l'emmener d'où tu reviens, de sa maison vide et froide. Ton esprit est en mode survie, analyse, panique froide : tu penseras après, maintenant, tu agis.
Revenir en haut Aller en bas
 

SILOË&SNAKE ◭ Who's gonna be there for you if I'm not ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.