petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    Dim 4 Mar - 19:34





La soirée ne faisait que commencer et pourtant Alix avait déjà la tête qui tournait. Ses parents se pavanaient fièrement d’un bout à l’autre de la pièce, sans lui porter un quelconque intérêt. Son principal souci, lui, ne s’était pas encore présenté. Kyle Nestor Esperanzza Junior était toujours confiné dans sa chambre d’après son père, même si la jeune femme savait bien qu’il était quelque part ailleurs, une bouteille à la main. Elle-même s’était fait ce plaisir en rentrant chez elle après leur dispute « mouvementée ». Ils avaient couché ensemble, passionnellement, violement. Pour la première fois depuis deux ans, ils avaient cédé face au désir. Mais rien ne s’était déroulé comme elle l’avait intimement souhaité pendant tout ce temps. Elle l’avait rabaissé, dominé et salit comme il l’avait fait en couchant avec sa styliste, Silayan. Elle ne lui avait même pas laissé le temps de s’exprimer et avait quitté sa chambre à vive allure.
Elle le cherchait des yeux pourtant, elle voulait absolument le voir. Elle se tenait seule, au milieu de l’immense salon ; sa robe noire embrassant doucement ses courbes squelettiques. On entrevoyait son dos osseu mais élégant à travers un dos nu ravageur, et ses boucles brunes retombaient en cascade sur ses épaules. Elle était incontestablement une des plus belles femmes de la pièce mais malheureusement pour elle son nouveau styliste personnel et peut-être bientôt petit ami officiel, le fameux Ichabod Peeblebee, n’avait pas pu venir. Son plan de vengeance n’était pas aussi victorieux qu’elle l’aurait voulu mais elle ne s’en plaignait guère. En effet si son cavalier n’avait pas pu venir, il lui avait juré de tout mettre en œuvre pour l’aider à rendre le jeune Esperanzza fou de colère et de jalousie… et elle n’en doutais pas.
Alix leva les yeux au ciel et soupira. Peut-être qu’à cause de son impulsivité et de leur acte Kyle ne se présenterait pas ce soir. Indirectement, elle s’était tiré une balle dans le pied, mettant son plan en danger en faisant passer ses sentiments et ses envies en premier lieu. Elle devait absolument se retenir à présent, abandonner son petit côté naïf et ses sentiments amoureux pour Kyle. Kyle, elle l’aimait, elle l’avait aimé de façon inconsidérée et illimitée. Maintenant elle n’avait plus que ses yeux pour pleurer… et des coupes de champagne à vider, l’une après l’autre. Cependant après une bonne dizaine de coupes plus tard et des hauts le cœur affolants, ses yeux croisèrent les iris fougueux et contrariés de son bourreau. Il se tenait au bas de l’escalier en marbre qui menait aux chambres, les bras croisé et son coude droit appuyé contre la rambarde. Il la fixait intensément, elle pouvait sentir les menaces intérieures qu’il lui proférait en silence. Son cœur se serra. Encore une fois elle voulait prendre ses jambes à son cou et s’enfuir ; mais elle ne lui échapperait pas ce soir. Pas encore.
, dans son costard noir et son éternelle chemise blanche. Il était soigné et charmant, exactement ce que son père voulait qu’il soit en compagnie de la crème des crèmes du Capitole. Exactement tout ce que le jeune homme détestait au plus profond de son âme. Mais Alix était bien placée pour savoir qu’on a rarement le choix ou son mot à dire quand on est issu d’une puissante famille du Capitole. Encore moins dans son cas ; car être la fille cadette du président de Panem ne fait pas qu’ouvrir des portes. Au contraire, on se retrouve à grandir derrière les cloisons vitrées d’une prison d’or et d’argent, loin de toute vie, loin de tout.
Les cheveux de Kyle étaient encore plus ébouriffés qu’à l’ordinaire, et la jeune femme se demanda comment cela était possible. Elle le vit porter une main à ses lèvres et avaler discrètement une de ses nombreuses pilules. Elle le trouva bien vulnérable ainsi, il relevait plus du petit oisillon tombé du nid que du loup solitaire. Alix serra les poings et s’élança vers lui. L’alcool lui donnait une fausse impression de puissance, elle sentait à peine ses pieds frôler le sol au fur et à mesure qu’elle s’avançait à sa rencontre. Sa longue robe flottait dans les airs et son voile noir transparent offrait de façon abstraite la vue de son corps nu. Elle vit dans ses yeux que la robe d’Ichabod était fabuleuse et que le jeune homme mourrait d’envie de lui sauter dessus, comme elle s’était jeté sur lui cet après midi. Son regard brillait d’un intense désir mais la colère ne dépérissait pas. Le chemin lui sembla interminable et une fois arrivée à sa hauteur, son souffle était court et saccadé. Elle n’aurait pas du boire autant, et la dose de drogue qu’elle s’était administrée avant de venir n’était surement pas une aussi bonne idée. Alix lui lança un regard moqueur et sourit. Elle devait lui faire mal, le plus rapidement possible. Elle sentait déjà son pouls se ralentir et ses yeux se remplirent de larmes. Elle se sentait si mal, si vide, si faible en sa présence. Elle ne désirait que ses bras ; elle voulait sentir son odeur dans ses narines et son souffle dans son cou. Elle avait besoin de sa proximité pour vivre, quitte à le détruire à petit feu, loin de lui elle était comme morte. Sa voix frêle et tremblotante brisa soudainement le silence de glace qui régnait entre eux.

- « Tu es tout apprêté ce soir dis-moi ! Un vrai capitolien en puissance ! » lui lança-t-elle d’un air provocateur.

Elle prenait toujours tout avec dérision, comme si cela lui donnait un air plus intelligent, supérieur. Pourtant elle n’avait jamais été spécialement arrogante. La jeune Snow vida sa coupe d’une seule traite et déposa un baiser sonore sur les joues de Kyle. Elle voulait jouer, sentir son cœur briser au creux de ses mains. Elle avait souffert, maintenant c’était à son tour et ce jeu malsain risquait bien de les détruire tous les deux.

- « Ichabod n’a pas pu venir… Mais je lui ai promis de porter cette merveille à nouveau la semaine prochaine ! - Alix tournoya sur elle-même, menaçant de s’écrouler ; un rire cristallin s’échappa de ses lèvres. - J’ai prévu d’organiser un dîner de famille en son honneur… Cette robe n'est-elle pas magnifique? Je l'adore! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    Lun 5 Mar - 20:55

Kyle était sonné. Kyle se sentait mal. Kyle avait mal. Kyle était désespéré. A trop jouer avec le feu on finit par se brûler, et c'est ce qui leur était arrivé. Ils ne pourraient jamais revenir en arrière, tout était fichu et s'envolait en fumée. A toujours vouloir aller plus loin ils avaient creusé la tombe de deux années d'ami... d'amour. Lui, qui ne pouvait s'empêcher de sauter sur toute personne dotée de longues jambes, avait toujours voulu les préserver, s'interdisant à céder, mais là il n'avait pas pu. Il avait vu le mur, et il avait foncé tout droit, il se l'était prit ce mur, de plein fouet.
Faire l'amour avec quelqu'un que l'on aime, c'était bien une nouveauté pour le garçon, et il n'aurait jamais pensé que ça se passerait comme ça. Quelques fois avant de dormir, quand la sobriété le lui autorisait, il y pensait. Alix nue, étendue sur son grand lit blanc, une dizaine de petites bougies à ses côtés. Il aurait voulu du romantisme, que ça sorte du lot. Il n'avait eut que du sexe violent et passionné, rien de bien changeant hormis le fait que d'habitude, il était le dominant. Il n'avait jamais aimé aimé se faire dominer, c'était contraire à son étique. Il voulait être le maître, sentir les choses sous ses doigts, savoir que tout est entre ses mains. Mais il n'avait pas pu, car cette fois si il ne maîtrisait rien. L'alcool et la jeune fille se liguaient contre lui, l'empêchant de résister.

Après son départ, il était resté longtemps sur ce lit, les bras écartés, les yeux dans le vague. L'effet de ses cachets s'était rapidement dissipé mais il n'avait rien fait. Quand les tremblements s'étaient fait plus forts et plus fréquent, il avait sortie le tube de sa poche et lancé avec violence contre le mur. L'objet s'était ouvert et toutes les pilules blanches s'étaient étalées au sol, dans les vestiges de sa bouteille de vodka. Comment un événement aussi futile qu'une coucherie avait pu conduire à ce massacre ? Comme une après midi avait pu mettre un terme à cette relation ? Pourquoi tout allait-il si vite ? Deux ans étaient passés comme un rêve, deux ans de sa misérable petite vie. Cette année il aurait dix-huit ans. L'an prochain dix-neuf, puis vingt et dans une vingtaine d'années il ne serait qu'une boule nerveuse cachée de tous, l'enfant maudit du juge Esperanzza, celui qui fait peur aux enfants et aux gens. Il eut un rire amer qui secoua tout son corps et perdit connaissance.

Toc toc... Toc toc toc... TOC TOC TOC

Le bruit des coups sur sa porte tirèrent Kyle de son sommeil. Il était resté dans la même position. Depuis combien de temps était-il là ?

TOC TOC TOC TOC

"Ca va... j'arrive..."

Il se redressa péniblement et tituba vers l'entrée, manquant plusieurs fois de s'écrouler au sol. C'était son père. Évidemment. Furieux. Évidemment. Dans la bouillie de mots qui s’échappèrent de sa bouche, le garçon ne comprit qu'une chose : Gala. Quel con, avec tout ces événements il avait totalement oublié cette réception.

"Dépêche toi, les invités sont en bas."

L'homme tourna les talons et marcha vers les escaliers.

"Une certaine Keira te cherche." lança t-il avec dédains en disparaissant dans l'obscurité de la cage d'escaliers.

Keira ? Il grimaça. Keira ? Répéta t-il. Encore une personne à éviter, sans doute. Sans fermer la porte, il se dirigea vers son dressing, attrapa au hasard un costume qu'il passa ensuite. Avant de partir, il avala une longue gorgé de vodka et prit un tube de pilules, celles du soirs. Il ramasserait les autres plus tard, si la muette ne l'aurait pas fait pour lui.
En bas, la foule habituelle. Des visages inconnus. Comme à son habitude, il salua certain avec ce même masque séducteur et arrogant qu'il s'était habitué à porter depuis longtemps. Malgré sa répugnance envers ce milieu, il évoluait avec aisance parmi ces gens. Les femmes, jeunes ou plus vieilles ne pouvaient s'empêcher de rougir devant lui, les hommes le regardait avec plus de froideur, conscients de son pouvoir sur leurs compagnes. Chaque fils de... se pressaient de le saluer dans l'espoir de partager un de ces moments extraordinaires dont ils avaient entendu parlé. Car tous le savait, une soirée avec lui n'était jamais paisible et routinière. Une soirée avec Kyle Nestor Esperanzza vous garantissait l'amusement parfait et total. Mais ce soir, il ne voulait voir personne. Sauf elle. Il se détestait de la chercher des yeux. Il se haïssait de balayer la foule pour la trouver elle. Elle et cet enfoiré d'Ichabod. Comment avait-elle pu lui faire ça ?

"Est-ce que vous pouvez me chercher une vodka s'il vous plaît." demanda t-il à un muet passant par là.

L'homme acquiesça et disparu en cuisine. Discrètement il sorti un cachet de sa poche et l'avala, puis, le muet revint, son verre à la main. Il le remercia en souriant et avala la boisson d'un trait. L'alcool lui déchira la gorge, brûlant chaque parcelle de la muqueuse de sa bouche. Il cligna des yeux un moment, et puis il la vit. D'abord sa vaporeuse robe noire, plus sa peau blanche, et son visage. Son coeur se serra et une ombre passa sur son visage. Pas de cavalier, tant mieux. Elle s'approcha et il lui, resta immobile. Il aurait voulu fuir, mais il n'avait pas le droit. Sa main se crispa sur son verre et l'autre sur le tube de pilules.

« Tu es tout apprêté ce soir dis-moi ! Un vrai capitolien en puissance ! Ichabod n’a pas pu venir… Mais je lui ai promis de porter cette merveille à nouveau la semaine prochaine ! - J’ai prévu d’organiser un dîner de famille en son honneur… Cette robe n'est-elle pas magnifique? Je l'adore! »

Le visage du jeune homme s'était durci. Il avait déposé son verre sur un plateau d'argent.

"Arrête."

Il la regarda d'un air dur, l'esprit légèrement embrumé par la vodka. Il sentait le monde tourner autour de lui, ses mouvements ralentis par l'alcool.

"Arrête ça putain."

Il avait attrapé les poignets de la jeune femme et la regardait dans les yeux. Bien sûr qu'elle était belle, incroyablement belle. Comme toujours, et aucune robe ne pouvait égaler sa splendeur. Il commanda un autre verre qu'il avala comme le premier, d'un trait. Ca commençait vraiment à tourner. Les médicaments, l'alcool, cette combinaison n'était pas terrible, et pourtant...


Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    Lun 5 Mar - 22:19


Alix sentait son cœur faire des centaines de bonds dans sa poitrine. Son estomac jouait aux montagnes russes et sa tête lui tournait toujours autant. Pourquoi s’amusait-elle à boire autant et à se mettre dans un état aussi minable alors qu’elle devait garder la tête haute face à lui. Lui, Kyle, celui qui lui avait brisé le cœur en quelques secondes. Celui qui lui avait pourtant redonné le sourire tant de fois. Il lui avait volé son bonheur, ses rêves ; elle allait lui voler son cœur et le briser sans remords. Il paraissait anxieux et en colère. « C’est bien, de toute façon je ne suis pas là pour t’entendre geindre toute la soirée… » pensa-t-elle. Le champagne lui laissait un goût amer au fond de la gorge, elle sentait qu’elle n’était pas loin de vomir. Ses yeux bleus se mêlèrent à ceux de Kyle.

- « Arrête… Arrête ça putain… » lui dit-il d’une voix glaciale.

Ses iris lançaient des éclairs rageurs bien que voilés par l’abus d’alcool. Ainsi il avait bu, elle en était sûre. Elle pouvait sentir au ton de sa phrase que le jeune était fou de rage et légèrement bourré. Elle avait réussi la première étape de son plan, elle avait ruiné toutes leurs chances de réconciliation, leur avenir et leur bonheur. Elle avait tout balayé, d’un coup de reins. Il ne fallait surtout pas abandonner maintenant alors qu’il était si vulnérable et sur la défensive. Elle allait attaquer, le dévorer tout cru.
Kyle lui attrapa violemment les poignets, approchant son visage d’un air menaçant. Il sentait la vodka à des kilomètres, couvrant même l’haleine pétillante de champagne de la fille du président. Des invités tournèrent les yeux dans leur direction ; sentant le malaise. Alix se défit rapidement de son emprise et plaqua un sourire imperturbable sur son visage, rassurant les quelques curieux qui se dirigeaient maintenant vers les immenses buffets garnis. La jeune femme attrapa son ami par le bras et l’éloigna de la foule, jetant un vif coup d’œil en direction de son père qui animait intensément la galerie. Ses yeux bleus se portèrent à la rose qu’il portait dans une pochette de son costume, juste au-dessus du cœur. Elle fut prise d’une violente nausée, porta une main à sa bouche et se tourna vers la porte fenêtre qui donnait sur une terrasse. Elle sortit et reprit ses esprits. Après quelques minutes et sa respiration retrouvée, Alix se tourna vers Kyle, qui l’avait suivi dehors. Il ne pipait pas un mot, la regardant d’un air abattu.

- « Regarde toi Kyle… tu es ridicule. Après tout ce que je t’ai dit, tout ce qu’il s’est passé… tu n’as toujours pas compris ?! Qu’est-ce que tu vas faire de ta soirée ? »

Elle s’était rapprochée de lui, un sourire sadique déformant son visage d’enfant. Elle semblait si cruelle, sans cœur, rien à voir avec la jeune femme souriante et pleine de vie qu’elle était en sa compagnie. Elle s’était éteinte à petits feux. Il l’avait détruite, absorbé sa lumière et son âme. Aujourd’hui elle ne savait plus rien, elle ne savait plus ce qu’elle voulait ni ce qu’elle était. Allait-elle devenir le monstre que son père était devenu ? Lui aussi avait été trahi ; il avait énormément souffert dans le passé, la famille toute entière le savait et le respectait. Plus le temps passait, et moins la jeune femme avait de rancœur envers son père. Elle se surprenait même à le comprendre parfois. Ses lèvres frôlèrent celles de Kyle, ses boucles brunes flottaient dans l’air au fur et à mesure que ses bras s’agitaient. Elle ne supportait plus cette situation, elle ne supportait plus rien. Sa coupe était maintenant vide, d’un geste brusque et violent, elle l’envoya dans le vide.

- « Laisse-moi te dire ce que tu vas faire Kyle… Laisse-moi te raconter. Tu vas boire, tu vas continuer à te mettre si mal avec ta vodka et tes pilules que tu vas finir par t’en aller rejoindre je-ne-sais-quelle garce, que tu vas baiser comme un lapin… Vite fait, bien fait… Tu feras mine de te souvenir de son prénom, tu déposeras un rapide petit baiser sur sa joue et tu partiras sans crier garde. Mais c’est là que tout change… Parce que ce soir, tu ne lanceras pas ta chaussure contre ma fenêtre. Je ne viendrai pas t’ouvrir et t’amener jusque dans ma chambre. Tu ne viendras pas te lover contre moi et passer la nuit dans mon lit, comme tu l’as fait tant de fois. Et par-dessus tout, tu ne me tiendras plus jamais dans tes bras, presser tes lèvres contre les miennes en me jurant sur tous les grands dieux que tu m’aimes plus que tout… Parce que ça ne marchera plus. »

Alix renifla bruyamment et passa une main sur son visage. « Les larmes. Ces saletés humides qui se nichent au creux de vos yeux ; vous empêchent de voir et vous humidifient le visage. Celles qui vous rendent si pathétique, si vulnérable… Je ne serai plus jamais faible. Jamais. » se jura-t-elle solennellement. Elle se contenta de rester là, continuant de fixer Kyle qui se tenait droit comme un piquet devant elle. Il allait bientôt tomber. Elle l’aurait. Echec et Mat.

- « Je préfère te prévenir que ce soir… Ce n’est pas la peine de venir. Je ne serai pas seule. Epargne-moi le plaisir de te jeter dehors par la violence. Mon compagnon risque de ne pas apprécier tes petites virées nocturnes. » ajouta-t-elle en ricanant.

Elle lui mentait, une fois de plus. Comment pouvait-elle faire autrement de toute façon ? Elle n’était pas comme lui ; elle était allée voir ailleurs à une époque, mais à contrecœur. Elle voulait simplement attirer son attention ; le rendre jaloux, comme toujours. Ce petit jeu malsain avait pris le pas sur eux, ils s’étaient laissé prendre dans sa toile, tels deux malheureux insectes, luttant pour survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    Mar 6 Mar - 3:41


« Jessie Athor-Kezan Chase, j’ai l’honneur de vous annoncer que votre entrainement est terminé, et que vous avez passé le test avec succès. Votre rééducation est considérée comme réussie, vous serez donc désormais répertorié sous le nom de Soldat Chase. Un hovercraft en direction du capitole s’envolera dans une heure quarante et vous êtes convoqué pour votre première mission en tant qu’espion. Nous vous rappelons les règles ; ne vous faites pas remarquer, et faites ce que l’on vous dit. Plus de renseignements vous seront donné à bord. Bon voyage, Président Coin. »

Jessie se leva en sursautant ce matin-là. La voix grave et rappeuse de Coin au réveil lui donna des nausées. Il grimaça, plaqua son oreiller sur ses oreilles pour ne rien entendre, et ferma les yeux. blablablaa, cette vipère avait le don de l’agacer, sa voix l’horripilait. Heureusement pour lui, le message passa en boucle pendant près d’une demi-heure, ce qui l’obligea à finalement imprimer tout ça dans sa tête. Génial ! Jessie était désormais un soldat. Il se mit debout sur ses pieds à toute vitesse, imprima son emploi du temps pour la journée et fila prendre son petit déjeuner. Il était super excité, et d’autant plus que sa première mission était au capitole. Ce qui était franchement risqué ! Il ignorait comment il avait réussi à gagner la confiance de Coin, puisque son comportement n’avait pas été des plus exemplaires ces derniers temps… On l’envoyait probablement, parce que le Capitole était l’endroit le plus risqué où un D13 pouvait se trouver. Alors, au risque que la mission échoue, il valait mieux que ce soit lui qui meurt plutôt que les oohhh fidèles et magnifiques sergents de Coin-coin. Il s’en foutait totalement de mourir. Il allait au Capitole ! L’excitation l’empêcha de manger quoi que ce soit. Il ne pouvait rien avaler alors que son ventre criait famine. Je vais au Capitole, ne cessait-il de se répéter. Il se demanda quel genre de mission il pourrait bien effectuer là-bas. Il se force ça avaler quelques bouchées, et lorsqu’il retourna dans sa chambre, toutes ses affaires étaient empilées dans une petite valise. Une femme d’âge mur entra, et le salua.

« Bonjour Soldat Chase. Je viens pour vous expliquer votre mission. Nous avons acheté pour vous des vêtements du capitole, il vous faudra vous fondre dans la masse et infiltrer une réception. La cible est Snow, Alix, dix-huit ans, fille du président. Certaines sources disent qu’elle est une rebelle, et il serait possible qu’elle ait formé un petit groupe de rébellion. Soutirez-lui le plus d’informations que vous pourrez. N’oubliez pas que Jessie Chase est mort, vous serez dès à présent Hubert Karyhgton, identité non négociable puisque tous les documents civils sont déjà créé à ce nom. Si l’on vous reconnait, mentez, je ne doute pas de vos talents d’acteurs. Si vous faites volontairement échouer votre mission, nous vous retrouverons, et nous vous emprisonnerons pour trahison. Vous partez dans dix minutes, bonne chance. »

Et c’est tout, elle tourna les talons. C’est qu’ils étaient sévères quand même. Jessie resta un instant silencieux, debout, essayant d’enregistrer tout ce que le sergent lui avait dit. Alix Snow, cette fille ne lui disait rien du tout, et à vrai dire il ignorait totalement que le président avait un enfant. Mais l’expérience allait probablement être marrante ! Il espéra de tout son cœur que cette fille était jolie.

***

Après un long vol, il arriva enfin. La dernière fois qu’il avait mis les pieds au capitole, c’était pour se rendre aux hungers games, mais il avait passé l’une des semaines la plus excitante de sa vie. Il avait enchainé les boites, les réceptions, les soirées cools, et s’était goinfré à n’en plus pouvoir. Les plats ici étaient divins. Jessie respira l’odeur fraîche du capitole. Contrairement à la moitié des gens des districts, il n’en avait rien à foutre que le capitole oblige des enfants à se battre jusqu’à la mort. Ils voulaient montrer leur supériorité, point barre. Si Jessie avait eu le pouvoir, il aurait fait en sorte que tout le monde en souffre, et que seule une élite puisse vivre correctement, c’était normal après tout.
Peu importe. Sa mission commençait maintenant. Il était 21h00, et la réception était déjà commencée. Il présenta sa pièce d’identité à l’accueil de l’hôtel qu’on lui avait réservé. Hubert… non mais ils n’avaient pas pu trouver un nom plus ridicule ! L’hôtesse le regarda sans rien dire, elle devait franchement s’en foutre des gens morts aux jeux ! Arrivé dans sa chambre, il examina le contenu de sa valise. Deux costumes, des vêtements de jour… Il choisit une chemise blanche immaculée, qu’il porte avec un vieux jean. Le contraste était amusant, il paraissait chic sans faire too much. Il enfila une veste noir par-dessus tout ça, des chaussures hors de prix et il se dirigea vers la sortie. Il marcha dans la rue, et reconnu sur sa droite le bar où il avait été prendre sa première cuite avec un jeune homme du nom de Kyle. Cette nui avait été trop bizarre, le garçon l’avait reconnu, ils étaient allé se saouler avant de finir sur le toit de l’appartement de Kyle et de passer une nuit des plus étranges. Jessie se souvenait encore de la sensation des lèvres de Kyle sur les siennes. Embrasser quelqu’un du même sexe, c’était totalement différent de ce qu’on pouvait croire. Il n’avait pourtant jamais raconté cette histoire à personne, parce que c’était bien bizarre quand même. Il s’arrêta donc dans ce bar et demanda un petit verre de vodka. Il était trop stressé pour se rendre maintenant à la soirée des Esperanzza. Revoir Kyle…. Quelle serait sa réaction ? Il espérait qu’il n’avait pas non plus mal prit cette nuit.

Et puis au diable cette foutu mission ! Il était déjà 22h26 lorsque Jessie regarda à nouveau sa montre. Ici dans le bar, personne ne semblait l’avoir reconnu. Probablement parce que dans l’arène il était ce garçon tortueux et affamé, amaigri, plein de boue et à moitié déchiqueté, alors que là, il paraissait sublime dans son costume. Il n’arrivait même plus à compter le nombre de verres qu’il avait déjà avalé cul sec. Quoi qu’il en soit, ce nombre était élevé, et c’était bien assez pour qu’il soit maintenant peu maître de ses actes. Il se leva en titubant, et sortit du bar dans un rire de savant fou. A partir de là, il retraça exactement le même chemin que ce soir dernier où les deux jeunes hommes avaient quitté le bar pour se rendre chez Kyle. Le chemin lui parut plus long maintenant que Kyle n’étais pas là pour lui raconter sa vie sur le chemin, mais il finit par arriver, près d’une dizaine de minutes plus tard. Des vigiles en tenue noires se tenaient devant la porte d’entrée, et Jessie du se concentrer au maximum pour afficher un air sérieux. Oui, je suis Hubert K..gton, dit-il en marmonnant, car il avait oublié son faux nom. Visiblement, les K..gton était une famille célèbre au capitole, car on le laissa rentrer sans faire d’histoire, et sans se préoccuper du fait qu’il puait l’alcool. La fête battait son plein, un orchestre jouait au milieu de la pièce alors que des centaines d’hommes et de femmes en robes et costumes se pavanaient d’un air joyeux. Il tourna la tête à gauche à droite, à la recherche de cette fameuse Alix.

Et c’est alors qu’il se rendit compte qu’il n’avait pas la moindre idée de qui était cette fille, et de ce à quoi elle pouvait bien ressembler. Le district 13 avait fait une belle erreur en l’envoyant ici, ce mec était un bon à rien, point. Ils auraient dû le laisser mourir quand il était encore temps… Mais bon, c’était fait, il était là au Capitole pour une semaine, et s’il échouait à rencontrer cette fille ce soir, il avait encore six jours. « Regarde toi Kyle… tu es ridicule. Après tout ce que je t’ai dit, tout ce qu’il s’est passé… tu n’as toujours pas compris ?! Qu’est-ce que tu vas faire de ta soirée ? » Une voix féminine l’interpella à côté de lui. Elle s’adressait à un Kyle… Oui c’était lui ! Il le reconnut tout de suite, à son air sombre et dépité. Visiblement, les deux jeunes gens semblaient se disputer violement... Mais n’y prêtant pas la moindre attention, Jess se fraya un chemin dans la foule, en poussant des gens sur son passage, et se plaça à côté du garçon. Les deux se lançaient des répliques sanglantes, et Jess attendit la fin de ce dialogue pour faire apparition. L’alcool le rendant vulnérable et stupide, il s’avança et posa un délicat baiser sur la joue du fils du juge. « Yop, je t’ai manqué chéri ? » Il lui adressa un sourire idiot. Il semblait tellement décalée par rapport à l’ambiance qui régnait dans cette salle ! Jessie se retourna vers la fille – très jolie dans sa robe noire brillante. « Ooooh mais je te connaaaais toiiii ! Ah non en fait, je confonds ! Je suppose que t’es la petite amie en colèèèère GRAAOU ! fdilskjn, Kyle et moi on a couché ensemble avant les jeux, j’espère que vous n’étiez pas encore ensemble à ce moment-là, hein ? hihi» Bien. Vu la tête que la jeune fille tira à ce moment-là, Jessie se douta que c’était censé rester secret et qu’elle n’était visiblement pas au courant. Il lachâ un Oups étourdi, et posa sa main sur sa bouche en rigolant. « Bon récafzpitulons. On a couché fensemble, vou zavez couché zensemble, mais toi et moi ma jolie… pas encOOOOOre. Il y a surement moyen d’arranger ça, il doit bien y avoir une chambre dans cette immenseeeeeee maison ! Tenez, buvez ! SANTEEEEEE ! » Il attrapa des coupes de champagnes sur le plateau d’un muet qui passait à côté d’eux. Il tendit la main à la fille, renversant la moitié des coupes par terre, et lui lança joyeusement « Moi c’est Jess.. ! NON JE M’APELLE HUBERT ! HUBERT ! Je.. je suis hubert. », ignorant totalement qu’il s’adressait à sa cible en personne.

La vie capitoline ne lui réussissait franchement pas.



Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    Mar 6 Mar - 16:34

Elle l'avait emmené à l'écart. Il faisait trop de bruit, se fondait trop mal dans cette foule pitoyable. Les gens le regardait. Il était bourré, bourré et malheureux. Malheureux et en colère. En colère et malade. Elle le rendait malade. Cette situation le rendait malade. Elle souffrait, et il souffrait avec elle. Rien ni personne ne pouvait y faire. Et pourtant elle faisait semblent, elle jouait le jeu du Capitole, celui du paraître. Hé oui, face à papa Snow et cette foule d'inconnue qui tremble rien qu'à vous voir sourire. Du coin de l'oeil il avait vu le regard désapprobateur de son père, et ceux pleins d'admiration et d'envie des jeunes filles faisant porte manteau près du buffet. Il avait passé les deux mains derrière sa nuque, ébouriffant ses cheveux déjà terriblement désordonnés. Ils étaient tout les deux détruits, la mine pâle, les trait creusés et la peau presque translucide. L'alcool et la drogue les avait ravagé, tout autant que leur relation malsaine. Il grimaça et la suivit dehors. Elle était malheureuse avec lui, et il le serait sans elle. Génial. Elle reniflait bruyamment tout en parlant. Sa voix était dure, et les mots s'imprimaient douloureusement dans son cerveaux, c'était comme si chacune de ses phrases étaient ponctuées de coups, comme dans un mauvais cauchemar. Il ne comprenait pas tout, certains mots lui revenaient, il oubliait, puis se souvenait. C'était un bad trip. Oui Kyle, un bad trip. Il avait envie de lui prendre les mains et de la plaquer au mur. Il aurait voulu l'embrasser à pleine bouche comme cette après midi, ou simplement caresser sa joue. Mais non. Il voyait sa main, nerveuse, prête à fuser sur sa joue.

Elle termina par parler d'un potentiel petit ami. La goûte d'eau qui fait déborder le vase. Il se tourna contre le mur, et frappa. Son poing heurta le béton ciré et il bloqua sa respiration. Jalousie quand tu nous tiens. Ichabod l'attendait-il chez elle ? ou entrerait-il comme lui, par effraction en pleine nuit ? Il eut une moue méprisante et approcha son visage du siens.

"C'est ça. Amuse toi bien Alix, tu vas voir comme je vais te manquer." Murmura t-il avec arrogance.

Soudain, il sentit une présence à ses côtés. Il se retourna, et ses yeux s'agrandirent. Jessie. Le tribut du Quatre. Il recula, sous le choc. Non, impossible. Jessie est mort !

"Yop !"

Non... Jessie. Il se mordilla les lèvres, il ne comprenait pas, se demandait si ce n'était pas un des effets médicament/alcool. Jessie bon dieu. Cette vision le transportant quelques années plus tôt, lorsqu'il avait trouvé le garçon dans les rues du Capitole. Ils avaient bu, bu à ne plus tenir debout, et puis Kyle l'avait emmené chez lui. Il avait rencontré ses lèvres. C'était sa première relation avec un garçon. L'alcool avait certes beaucoup joué, mais il avait aimé ça. C'était sans doute ça le pire.

"... Jessie... ? C'est toi ?"

Il avait peur. Il regarda Alix, puis Jessie. Et le garçon parla. Il avait du boire, car ses phrases étaient incohérentes, pleine d'interjections. Il mêlait le réel au n'importe quoi, et il lui annonça comme ça, ce qui s'était passé entre eux la semaine précédent les Jeux. Kyle ferma les yeux et laissa sa tête reposer contre le mur. "Merde". Il voulu se tourner vers Alix, mais son visage choqué lui intima de ne rien faire, de ne rien dire.

« Bon récafzpitulons. On a couché fensemble, vou zavez couché zensemble, mais toi et moi ma jolie… pas encOOOOOre. Il y a surement moyen d’arranger ça, il doit bien y avoir une chambre dans cette immenseeeeeee maison ! Tenez, buvez ! SANTEEEEEE ! »

Kyle regarda d'un air atterré Jessie renverser quelques coupes. Et puis, on ne sait pourquoi, il annonça s'appeler Hubert. Hubert ? Non de dieu. Il ne comprenait rien. Il attrapa le jeune homme, l'empêchant de renverser autre chose.

"Mais qu'est-ce-que tu fou bordel ? C'est quoi ces conneries ?"

Il tourna la tête vers Alix, désespéré. Elle allait le haïr, il ne voulait pas. Non. Non. NON.

"Alix, l'écoute pas, il dit n'importe quoi. On a juste bu un verre tout les deux, il y a bien longtemps, c'est tout."

Il tenta d'afficher un sourire confiant, mais il n'y arrivait pas. Il eut soudain très peur. Comment allait-elle réagir ? Ils ne devaient pas rester là, pas devant tout ces gens. Mais il était incapable de bouger. Ses mains se mirent à trembler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    Mer 7 Mar - 0:04


- « C'est ça. Amuse-toi bien Alix, tu vas voir comme je vais te manquer. »

Son poing s’était écrasé violemment contre le mur et pendant un instant la jeune fille eut l’impression qu’il allait venir percuter la peau douce et quasi transparente de son visage. Jamais elle n’avait vu Kyle dans un état pareil ; il transpirait à grosses gouttes et ses yeux rouges brillaient d’une lueur étrange. Une lueur de folie. Elle avait réussi à le faire sortir de ses gonds, à le rendre malade de rage et de jalousie. Mais maintenant qu’il se tenait face à elle, tremblant de fureur et d’incompréhension, elle ne savait plus trop bien quoi dire ou faire. Ils étaient les amants maudits du Capitole, Alix et Kyle ; en quelque sorte le remake mortel de Bonnie et Clyde. Quoi qu’ils feraient, malgré tous les efforts et les tentatives JAMAIS ils ne seraient heureux. Ensemble ou séparés, leurs cœurs brisés ne trouveraient aucun refuge. Kyle n’aurait pas pu avoir plus raison, il allait lui manquer, affreusement. Surtout les premiers jours, les premiers réveils sans son parfum absorbé par l’oreiller, sans sa présence à ses côtés et ses lèvres caressant son épaule. Comment allait-elle faire pour survivre à un tel manque alors qu’elle n’arrivait même pas à se séparer d’une malheureuse dose de drogue hors de prix plus de trois semaines ? Elle était si faible. Une vraie merde.
Elle voulait l’attraper par les épaules et le secouer un bon coup, lui dire qu’ils n’allaient nulle part tous les deux, qu’ils devaient arrêtés de jouer au chat et à la souris parce qu’un jour un allait surement y laisser sa propre vie. N’était-elle pas en train de mourir ? Rien que ses yeux bruns, posés sur elle, la transperçaient, l’achevaient.

Le jeune homme se retourna subitement, une expression d’ahurissement et de peur sur le visage. Alix l’imita aussitôt, intriguée par l’effet du ou de la nouvelle venue. Ses yeux bleus se posèrent sur un garçon de son âge, habillé d’un simple jean, d’une chemise blanche et d’une veste de costume noire. De toute évidence il ne venait pas du Capitole, vu son comportement embarrassé et ses grands gestes maladroit. Mais également bien bourré à en juger par son haleine puant la vodka - décidément qu’avaient-ils tous à boire cet affreux alcool de patates ? - et son ton beaucoup trop enjoué pour être vrai.

- « ... Jessie... ? C'est toi ? » demanda Kyle à demie voix.

Celui-ci se retourna vers Alix, puis revint vers l’inconnu. Ses yeux affolés faisaient des allers-retours entre les deux jeunes gens. Donc ils se connaissaient… Mais comment ? Et qu’elle avait pu être leur relation pour que le fils du juge soit si bouleversé ? Le fameux Jessie se mit subitement à parler, un sourire immense illuminant son visage. « Chéri » ? Un malaise s’installa en elle. Le garçon était beaucoup trop familier avec Kyle pour n’être qu’un simple inconnu ou ami de passage. Ce fut sa deuxième phrases qui secoua le plus la jeune fille, qui du se retenir à une barrière pour ne pas tomber. Ses jambes tremblaient violemment, faisant vibrer son corps tout entier. « On a couché ensemble une semaine avec les jeux… petite amie… ensemble… ». Elle n’arrivait pas à assembler correctement les mots, cette phrase n’avait absolument aucun sens, aucun. Ce garçon était tout simplement ivre et venait les importuner car ils étaient les seuls invités présents sur la terrasse à ce moment là de la soirée. Kyle et lui ne se connaissaient pas vraiment, ils n’avaient jamais eu… une aventure ensemble. Alix leva deux grands yeux épouvantés vers le principal intéressé et croisa son regard implorant, presque… désolé, honteux. Son cœur eut un raté. C’était un véritable cauchemar, elle allait se réveiller dans son lit, les effets de la dose de cheval de drogue qu’elle avait prise avant de partir ne s’étaient pas encore dissipés. Elle porta sa main gauche à son avant bras d’un geste rapide et impatient, se pinça. Non, elle ne rêvait pas. Le garçon disait vrai. Kyle et lui avaient couché ensemble. « Couché ensemble… »

- « Kyle… ? Que… » commença-t-elle à articuler.

Sa gorge était affreusement sèche alors qu’elle venait à peine de terminer une énième coupe de champagne doré. Pourtant elle avait la désagréable impression de ne pas avoir bu depuis des mois et que ses cordes vocales se recroquevillaient sur elles-mêmes. Sa voix s’étrangla, elle n’arrivait pas à aligner deux mots car son cerveau lui, s’était totalement détraqué. Comme si elle n’était déjà pas à la limite de rendre le maigre contenu de son estomac, l’inconnu en remis une couche :

- « Bon récafzpitulons. On a couché fensemble, vou zavez couché zensemble, mais toi et moi ma jolie… pas encOOOOOre. Il y a surement moyen d’arranger ça, il doit bien y avoir une chambre dans cette immenseeeeeee maison ! Tenez, buvez ! SANTEEEEEE ! »

Sur ses mots, il attrapa trois coupes sur un plateau à proximité et manqua de les faire tomber. Alix ne respirait plus, ne vivait plus. Elle avait la terrible sensation que ses jambes allaient bientôt se dérober sous le poids de son corps, ou plutôt le poids de son immense et incontrôlable tristesse, à l’intérieur de son corps frêle et meurtri. Elle voulait disparaître, sauter de ce foutu balcon immédiatement. Qui pouvait bien jouir de sa peine à ce point ? Pourquoi tout le monde s’acharnait-il sur elle ainsi ? Kyle se retourna vers elle, tendit une main rassurante, encourageante.

- « Mais qu'est-ce-que tu fou bordel ? C'est quoi ces conneries ? - il lui sourit tendrement, comme si les choses allaient s’arranger en un clin d’œil - Alix, ne l’écoute pas, il dit n'importe quoi. On a juste bu un verre tout les deux, il y a bien longtemps, c'est tout. » lui murmura-t-il avec une douceur infinie.

La fille du président lui jeta un regard dégouté et arracha une des coupes du liquide pétillant des mains du « trouble fête ». Machinalement elle l’avala d’une seule traite et envoya pour la seconde fois son verre valser contre le mur. Elle était tellement calme que s’en était fatalement inquiétant. Le sang cognait contre ses tempes et sa tête la lançait régulièrement. La colère montait en elle comme une fusée en cours de lancement. L’adrénaline. Elle avait envie de tout brûler. « Papa… je suis… comme toi… » pensa-t-elle avec effroi. Alix baissa subitement la tête et déclara d’une voix rauque :

- « C’est vrai Kyle… tu as totalement raison. Comment douter de toi. Après tout ce n’est pas dans tes habitudes de coucher n’importe où et avec n’importe qui… »

Elle le sentit se raidir à ses côtés. Elle voulait lui faire mal et à en juger par le silence qui s’était installé, c’était réussi. Même l’étrange garçon la regardait avec intensité à cet instant, comme s’il essayait de lire en elle… de la décrypter. Alix lui jeta un regard assassin et s’approcha lentement de Kyle. La rage en elle était palpable, incapable d’être calmée ou maitrisée. « C’est un cauchemar. Cauchemar. Je suis un monstre. Un animal. Je vais me réveiller… ». Elle devenait folle, divaguait totalement. Elle ne se tenait plus qu’à quelques centimètres de son amant à présent. Elle leva ses prunelles vides de toute émotion vers lui, posa ses lèvres contre sa joue. « Je vais me réveiller, je vais sortir de ce mauvais rêve… Laissez-moi… SORTIR ». Sa main claqua brutalement contre la joue qu’elle venait d’embrasser en une fraction de seconde. Kyle s’écarta sous l’effet de la surprise et lui jeta un regard perdu. « Vermine » siffla-t-elle entre ses dents. La jeune brune lui tourna vivement le dos et entreprit de rejoindre le salon afin de prévenir ses parents de son départ. Elle avait besoin de sa came, elle allait se poudrer le nez, se remplir l’estomac d’un nombre incalculable de pilules en tout genre et se piquer à s’en percer chaque veines de son corps. Elle voulait souffrir, se faire souffrir, sentir chaque parcelle de vie couler en elle, remonter, descendre, lutter pour la lumière. Son épaule rencontra celle de Jessie, ou Hubert, elle ne savait plus.

- « Ecarte toi de mon chemin espèce de saleté… tu n’as pas idée à qui tu as à faire. » lui cracha-t-elle d’un air mauvais.

Elle se retourna vers elle. Elle avait besoin de lui dire, il fallait qu’elle s’exprime, qu’elle « vide son sac » comme on dit. Trop longtemps elle avait tout gardé pour elle à défaut de pouvoir se confier, car souvent la vérité fait trop mal à entendre. « Soit toujours honnête mon enfant… ton cœur est bon » lui avait dit son père. Foutaises, son cœur était aussi noir que les braises. Son âme était détruite, ravagée, en milles morceaux. Vieux fou.

- « Ils avaient raison tu vois… tous ces abrutis du Capitole comme tu les appelles. Ma famille, mes anciens amis… Ils avaient raison de me dire de me méfier de toi. Tu ne vaux pas mieux que ton père Kyle, tu es pourri jusqu’à l’âme… si seulement tu en as une. - Elle s’arrêta un instant, serra les poings - au risque de me répéter… Je ne veux plus JAMAIS entendre parler de toi d’accord ? Tu n’es plus rien à mes yeux… Tu es comme mort. Retourne sauter tout ce qui bouge et surtout reste loin de moi. Je n’ai plus de temps à perdre avec des menteurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    Ven 9 Mar - 21:41


« ... Jessie... ? C'est toi ? » demanda Kyle à demie voix. « Mais qu'est-ce-que tu fou bordel ? C'est quoi ces conneries ? » Le jeune homme écarquilla les cils, son cœur semblant faire un raté jusqu'à son estomac. Jessie sourit bêtement, levant les yeux au ciel, ne comprenant franchement pas grand-chose à la scène qui se tournait autour de lui et ne se rendant franchement pas compte de toute la merde qu'il emmenait avec ses histoires. « SURPRIIIZZZZZZZ, j’suis pas mort en fait j’ai rescussiitéééééééé. Bhen alors t’es pas content ? » Il s'approcha de kyle en titubant, et manqua de trébucher sur un débris de verre. Il se rattrapa comme il put à la jeune fille qui le repoussa d’un mouvement brusque de l’épaule. « Kyle… ? Que… » Son regard bleu profond se planta dans les yeux de l’autre, elle semblait chercher une explication, et ne parvenait probablement pas à croire toutes ces sottises. Pourtant, la vérité sort toujours de la bouche du gars bourré ! « « Alix, l'écoute pas, il dit n'importe quoi. On a juste bu un verre tous les deux, il y a bien longtemps, c'est tout. » [color=lightblue] Jessie explosa d’un rire aigue exagéré. « Un verre ? Un vingtaine tu veux dire ! » Jess se mit à chantonner sur l’air de la musique qui passait dans la pièce principale, en dansant bizarrement, totalement ivre. Puis soudent, il se repassa la dernière phrase du garçon en mémoire. Il avait appelé la fille Alix. Alix… ce prénom lui disait vachement quelque chose… mais quoi ? Il ne parvenait pas à se souvenir, pourtant, il savait que c’était drôlement important. Il haussa les épaules, se disant que ça lui reviendrait plus tard. Elle pinça ses lèvres sèchement et répondit ; « C’est vrai Kyle… tu as totalement raison. Comment douter de toi. Après tout ce n’est pas dans tes habitudes de coucher n’importe où et avec n’importe qui… » Outch, c’était bien envoyé ça. Jessie était mort de rire, il observait le spectacle comme s’il n’était pas du tout responsable de tout ça. On aurait dit un junkie tout droit sorti de l’asile psychiatrique. Il regardait les deux jeunes gens s’échanger des répliques sanglantes et ses yeux passaient de l’un à l’autre comme s’il observait un match de tennis.
« Vermine » Souffla la fille, et elle acheva Kyle. 1-0, pour la brune, pensa Jessie, s’auto-faisant rire. Il était secoué de petits tremblements, on aurait facilement pu le prendre pour un dégénéré. La dénommée Alix se détourna pendant que Kyle la regardait s’éloigner en tremblotant. Elle le frôla, lui bouscula l’épaule et lui lança un regard noir. « Ecarte toi de mon chemin espèce de saleté… tu n’as pas idée à qui tu as à faire. » Alix… Alix…. « Relax, babe. Faut pas te prendre pour de la merde surtout. » Alix…Elle se retourna et s’arrêta un instant. Puis d’une traite, elle balança à l’autre ;« Ils avaient raison tu vois… tous ces abrutis du Capitole comme tu les appelles. Ma famille, mes anciens amis… Ils avaient raison de me dire de me méfier de toi. Tu ne vaux pas mieux que ton père Kyle, tu es pourri jusqu’à l’âme… si seulement tu en as une. Au risque de me répéter… Je ne veux plus JAMAIS entendre parler de toi d’accord ? Tu n’es plus rien à mes yeux… Tu es comme mort. Retourne sauter tout ce qui bouge et surtout reste loin de moi. Je n’ai plus de temps à perdre avec des menteurs. » Jessie leva les yeux au ciel, exaspéré par toutes ces petites disputes de couples pitoyables. Ces deux-là crevaient d’amour l’un pour l’autre, ça se voyait comme un nez au milieu de la figure, et de toute façon ils finiraient ensemble, c’était déjà écrit. Alix…Il eut un sursaut. « ALIX SNOW ? ALIX SNOOOOOOW ? », hurla t-il. Et il se jeta pratiquement dans ses bras. « Je t’ai trouvé ! Je suis trop géniiiiiial. Je te lâche pas. Toi et moi on sera les meilleurs copains du monde. » Il vit bien l’expression ahurie de la jeune fille, et celle de Kyle aussi. Il devaient sérieusement le prendre pour un vrai psychopathe. Il siffla un serveur une nouvelle fois, et distribua de nouvelles coupes autour de lui. Pas de raison qu’il soit le plus déchiré de la soirée, quand même.


Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    Mar 13 Mar - 20:58

Des cris, des putains de cris. Des verres qui s'entrechoquent, des gens qui discutent, et hurlent. Quand tu entends la personne à qui tu tiens le plus au monde te dire que tu n'es plus rien, quand tu vois ses yeux humides remplis d'éclair te lancer que tu as loupé ta dernière chance, c'est la que tu te rends compte que tu n'es vraiment qu'un sale égoïste. Tu sens quelque chose se briser en toi, quelque chose que tu ne peux plus rattraper. Tu essaies de te convaincre que ce n'est pas fini, mais tu sais bien que c'est faux. Tu as tout gâché, dans le présent comme dans le passé. Tu n'as fais que des mauvais choix, du début jusqu'à la fin. La brûlure que laisse l'alcool au fond de ta gorge n'est rien, rien du tout par rapport à cette espèce de boule qui t'empêche de respirer. C'est comme si on t'avais coupé les cordes vocales, il t'est impossible de sortir une phrase. Les mots restent coincés dans ta gorge parce que tu meurs de trouille. Tu n'as aucun courage Kyle. Rien, rien. Tu n'es qu'un égoïste finit, un déchet. Tu n'as ta place nulle part. Tu es comme un insecte, tu sais ? Une espèce de saloperie qui te suce jusqu'au sang et qui te laisse comme ça, démunie. Tu es déprimant.

Tu regardes la scène se dérouler comme un film, tu vois Jessie, Jessie que tu croyais mort, tu te rappelle par brides votre soirée ensembles, tu culpabilises, tu regrettes. Le pire dans tout ça, c'est qu'il t'a manqué. Oui, tu as pleuré quand il est mort. C'était drôle. Pas longtemps bien sûr, mais une larme, comme ça, minuscule. Quelques secondes, un grand vide, et une bouteille. Des cachets. De l'alcool, beaucoup d'alcool, et la suite d'une vie à 100 à l'heure. C'est glauque. Qu'est ce que tu as fait ensuite ? Tu as été chez Alix, sans doute. Tu t'es sniffé une ligne, et tu t'es endormi à ses côtés. Comme toujours. Sincèrement, tu pensais vraiment que ça durerait ? Que ça ne finirait jamais tout ça ? Que ce genre de relation malsaine tiendrait le coup ? Soyons sérieux. Ca a viré au massacre, et tu n'y peux plus rien. C'est finit. Lâche l'affaire. Laisse la partir, ressert toi un verre et va coucher avec je-ne-sais-quelles minettes présentes dans le salon. Arrête de la regarder de tes yeux vides. Arrête d'essayer de comprendre ce qui se passe. C'est finit. N'essaie même pas de la rattraper.

« Ils avaient raison tu vois… tous ces abrutis du Capitole comme tu les appelles. Ma famille, mes anciens amis… Ils avaient raison de me dire de me méfier de toi. Tu ne vaux pas mieux que ton père Kyle, tu es pourri jusqu’à l’âme… si seulement tu en as une. Au risque de me répéter… Je ne veux plus JAMAIS entendre parler de toi d’accord ? Tu n’es plus rien à mes yeux… Tu es comme mort. Retourne sauter tout ce qui bouge et surtout reste loin de moi. Je n’ai plus de temps à perdre avec des menteurs. »

Tu souffres hein ? Ho oui que tu souffres. Elle te renvoie la vérité en pleine face et tu n'as rien à dire en retour. Tes lèvres sont soudées et tes jambes trop molles. Tu es pitoyable. Où es passé le fier Esperanzza ? Celui qui faisait tomber toute les filles sur son passage sans en désirer une seule ? Tu es faible. Ta prestance t'as quitté. A force de te shooter et de boire tu t'es détruit, et tu as emmené Alix dans ta perte. Bravo Kyle. Pour te féliciter vas y, reprend un verre, c'est l'autre qui te le tends, Jessie. Allé, bois, bois. Alix s'en va. Ne fais pas attention. Un petit effort Kyle, ne te laisse pas avoir.

Non Kyle. Arrête. Ecoute moi. Kyle ?

Le garçon tendit la main vers Alix. Prit de déséquilibre il dut se raccrocher au mur pour ne pas s'étaler au sol.

"Alix..."

Il comprit vaguement les paroles de Jessie, qui à côté lançait quelques phrases à l'égard d'Alix. De quoi parle t-il ? Perte furtive de conscience. Tu n'as pas le temps de tomber. Le monde tourne autour de toi. Tu t'approches d'elle. Elle s'éloigne. Vous traversez la maison comme dans un rêve. Tu ne comprends rien. Les gens vous regardes passer, sans dire un mot. Tu croises le regard de ton père, il ne dit rien. Seul un sourire de mépris éclaire ses lèvres. Vous êtes trois au milieu d'une centaine. Arrivé en bas tu te laisses tomber contre un mur. Ton tube de médicament tombe de la poste de ta veste. Les cachets s'éparpillent au sol, et tu tente d'en avaler un. Puis un deuxième. Tu as faim. Tu fais passer les deux pilules blanches avec un verre. Tu l'écrases ensuite au sol et ta main saigne, mais tu n'as pas mal. Tu ne penses à rien. Tu te fou que les autres vois ton traitement. Tu te fou de tout. C'est finit bordel. C'est finit. Il n'y a plus d'Alix et Kyle. Il n'y aura plus de chaussure lancée contre la vitre de sa chambre. Il n'y aura plus son odeur délicate sur ta chemise au petit matin.

"Alix. Putain Alix." Ta voix se fait faible. Tes yeux se closent. Ta tête repose contre le mur. Tu as le souffle court. Putain comme tu es mal. Ta tête tourne. Tu n'as conscience de rien. Ca fait mal. Il y a Jessie et Alix à côté, enfin sûrement. Tu ne les vois pas de toute façon. Tu voudrais te laisser aller. C'est tout. Te réveiller et voir que tout est finit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    Mer 21 Mar - 10:43

- « Alix... »

Le teint de Kyle était livide, à l’image de celui de la jeune fille. Son estomac faisait des loopings insensées au creux de son abdomen et le champagne commençait à remonter dangereusement le long de son œsophage. Il était complètement saoul, encore plus qu’elle. Sûrement une réaction due à la dose exagérée de médicaments qu’il devait prendre chaque jour. Ils étaient ridicules tous les trois, avec leurs coupes à moitié vide et leurs yeux rougies par l’alcool. La jeune femme secoua la tête et soupira, jetant un ultime regard à celui qui lui a avait brisé le cœur. Ils s’étaient amusés à se détruire mutuellement, aujourd’hui ils n’avaient plus que leurs yeux pour pleurer et quelques souvenirs pour les tenir au chaud pendant la nuit ; qu’ils passeraient seuls à présent, loin de l’autre. La fille du président traversa la salle à vive allure, passant devant ses parents sans leur adresser un seul regard, Kyle et Jessie à ses trousses.

- « Alix, putain Alix! » appela-t-il une fois arrivé devant la porte d’entrée.

Le jeune Esperanzza tendit une main faible vers elle, les yeux brillants de larmes. C’était un cercle vicieux, un satané jeu qui les détruisait petit à petit ; réduisant le peu qu’ils avaient acquis à néant. Alix ne survivrait pas une seconde fois ; il l’avait trompé, lui avait mentit et l’avait trainée dans la boue. Elle ne méritait pas ça… même elle ! Elle avait accepté tout cela sans broncher auparavant, se disant qu’ils étaient jeunes et qu’ils devaient profiter de la vie ; mais au fur et à mesure elle avait ouvert son cœur à ce garçon torturé, elle l’avait laissé entrer dans son monde, elle avait partagé ses plus profonds secrets avec lui… elle s’était même mise à faire des projets, elle avait des rêves pour eux. Mais lui n’avait pas compris. Il n’avait pas fait évoluer leur relation et ne l’envisageait absolument pas. Alix devait avancer, laisser ce passé douloureux derrière elle. LE laisser derrière elle, coûte que coûte.

- « C’est fini Kyle. Fini, alors que ça n'avait apparemment jamais commencé... - elle eut un rire jaune - Lâche-moi maintenant, je ne veux plus jamais te voir… » lui murmura-t-elle avec haine.

La jeune Snow sortit sans attendre une seconde de plus et se dirigea vers le véhicule où son chauffeur attendait patiemment. Soudain, elle sentit une main ferme mais douce lui retenir le bras. Elle s’apprêta à se retourner et à gifler son propriétaire, quand elle remarqua qu’il ne s’agissait pas de Kyle, qui gisait sur le trottoir ; totalement démuni.

- « ALIX SNOW? ALIX SNOOOOOOW ? Je t’ai trouvé ! Je suis trop géniiiiiial. ! Je te lâche pas. Toi et moi on sera les meilleurs copains du monde. » s’écria le fameux Jessie, plus surexcité que jamais.

Pourquoi accordait-il tellement d’importance à son nom et d’où sortait cet étrange personnage ? Que voulait-il dire par « ressuscité » ? Etait-ce métaphorique ou… littéral ? Les gens ne pouvaient pas revenir des morts sans explications, il n’existait aucun traitement, aucune alternative. Cette révélation attisa sa curiosité.

- « Décidément on ne peut rien te cacher à toi… pour ce qui est de notre amitié, n’en sois pas si sûr. Je ne me mêle pas à n’importe qui. Mais c’était bien essayé !» dit-elle en jetant un ultime regard noir aux deux jeunes gens et en entrant dans la voiture.

Le chauffeur démarra et Alix regarda la fine silhouette de Kyle s’éloigner dans la nuit. Son cœur cognait violemment dans sa poitrine mais aucune larme ne sortit de ses yeux. Elle avait trop mal, elle avait trop pleuré. Quelques minutes plus tard, la jeune femme arriva chez elle. L’appartement était comme prévu vide et plongé dans l’obscurité. Elle se dirigea sans bruits jusqu’au bureau si précieux de son père et ouvrit un tiroir verrouillé. Elle savait où trouver la clé, ainsi elle l’ouvrit sans difficultés. Elle en sortit une bouteille contenant un alcool prisé et ancien, que son père conservait pour les longues nuits ou encore les moments critiques. Elle commença à boire au goulot, le liquide coulant le long de sa gorge, lui brulant les lèvres et la langue. La douleur et la sensation d’ivresse lui firent oublier pendant quelques secondes les évènements récents. Mais tout lui revint d’un seul coup et elle dut se ruer vers les toilettes les plus proches pour rendre tout ce qu’elle avait consommé depuis cet après-midi. Elle détestait vomir, et encore plus quand elle était seule. Son grand frère Nox avait toujours été là quand elle était plus jeune, il lui caressait doucement le dos et retenait sa chevelure brune tout en lui murmurant des paroles apaisantes. Plus tard, Kyle avait pris la relève. Il avait l’habitude de lui prendre la main et de la couvrir de baiser, de lui promettre qu’il était là, qu’il ne partirait pas et que tout allait vite s’arranger. Et elle l’avait cru. Envers et contre tous, c’était pour lui qu’elle s’était battu. Elle n’était rien qu’une gamine soumise et naïve, pas étonnant que son propre père la méprise à ce point. Cette pensé lui arracha un haut-le-cœur et elle dut se cambrer au-dessus de la cuvette, se plier pour ne pas sentir l’atroce douleur qui lui déchirait le ventre. Elle n’était rien, elle ne méritait pas d’être ici, de porter ce nom. Elle n’avait rien d’une Snow.

Une fois les vomissements atténués, Alix se dirigea vers sa chambre, laissa sa longue robe tomber sur le sol et entra dans la douche. L’eau tiède l’apaisa rapidement, ruisselant sur son corps affaiblit. Elle en profita pour laver ses dents et ses cheveux, puis sortit rapidement. Elle vérifia que sa porte était bien verrouillée puis se jeta sur son lit, sans prendre la peine de se sécher les cheveux ou de se rhabiller. Elle était faible, si faible. Elle arrivait à peine à soulever ses bras pour attraper la précieuse seringue, qui finalement se déroba et finit au sol. Elle ferma les yeux, son ventre tiraillé par la faim et son esprit souffrant du manque. Allait-elle mourir ? Seule, gisant nue sur son lit encore défait ? Et si personne ne venait à son secours ? Si son existence maudite n’importait personne ? Elle allait gire ici, se décomposer petit à petit et rependre l’odeur de mort à travers les pièces, jusqu’à ce qu’un jour on la retrouve. Elle avait tout perdu, elle n’avait plus personne. Son frère l’avait laissée seule, son père n’en avait que faire d’une fille pareille et sa mère avait des choses plus importantes à penser. Quant à Kyle, elle venait de lui demander de ne plus jamais remettre les pieds ici. Sa fin était tragique. La belle Alix Snow, aimée et admirée de tous allait mourir de faim, de fatigue, ici, maintenant, loin de tout. Abandonnée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie    

Revenir en haut Aller en bas
 

I have nothing left to lose. — Alix, Kyle & Jessie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.