petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 AZURE&ALEXANDER → i've got to see you again.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: AZURE&ALEXANDER → i've got to see you again.   Dim 27 Nov - 22:35





i've got to see you again

I CAN'T HELP MYSELF, I COULD ALMOST GO THERE.



A. Un A sanglant, carmin, dont les extrémités coulaient le long de son bras blanc, inondaient son duvet léger. Puis un L, marqué par la douleur, son coutelas strié de sang qui gouttait lentement. Une goutte à une. Cette souffrance devenue usuelle, qui gravait peu à peu sur son bras le prénom de l'être aimé. A. L. E. X. A. N. D. E. R. Elle ne l'oublierai pas, ils ne pourraient pas l'y forcer. Elle continuerait à se scarifier savamment, suivant toujours le même tracé de ces lettres maladroites, douloureuse et sanglantes. Ils effaceraient les cicatrices, mais elle recommencerait à tracer fiévreusement de sa pointe aiguisée, à toujours enfoncer plus encore les stries roses de son avant-bras. Elle regarda le sang couler, dessiner des tours carmins sur sa peau d'albâtre, vierge de toute autre usure de la vie, puis tomber lentement souiller le tapis blanc, trop doux pour être naturel, en fines auréoles écarlates. Elle regarda longuement, satisfaite, emplie d'un plaisir perverti par cette vue devenue quotidien de sang. Le E, ensuite. Tremblant, frénétique. Elle ne l'oublierait, cet amour nouveau, trop jeune, mais hérité d'un amour qu'elle pouvait juger véritable. Ils pourraient continue à l'assommer de cachets, à soigner les traces du jeune homme sur son corps, de son ancienne vie, lui faire oublier son nom - dont elle ne se rappelait déjà presque plus - et ses origines, elle ne l'oublierait pas, lui. Ceux qui se disaient, se proclamaient, ses véritables parents n'avaient pas la décence de lui garantir autre chose que du luxe à profusion. De l'or, de la soie qui glissait contre sa peau froide, des festins où l'on acclamait un nom qui n'était pas le sien. Daphnee. Il était inscrit partout, fondu dans l'or ou gravé dans le diamant, comme pour lui rappeler sa sinistre réalité. Ils la tenaient prisonnière, attachée par les lambeaux des brocards de ses tenues, condamnée à oublier, à vivre droguée, rageuse, incapable de se souvenir pourquoi. Il lui arrivait de se demander combien de temps elle tiendrait encore, quand le sang ne suffirait plus. Elle avait vu au Capitole de ces gens rendus inaptes par la morphine, et elle leur ressemblait de plus en plus. Dépendante, incapable de penser ou d'agir seule.

Satisfaite, elle regarda avec un sourire mauvais les lettres flamboyer sur son bras gracile, et releva la tête en un signe de défi. Elle savait qu'ils l'observaient. Pourtant, rien ne vint. Ni l'habituelle Muette qui venait lui administrer des pullules dissimulées dans quelques mets fins, ni sa prétendue mère qui souriait tristement à sa vue. Rien. Où étaient-ils ? L'avaient-ils enfin oubliée, elle, enfin du malheur ? Jugeait-ils son cas trop désespérant, si peu digne du Capitole ? Azure sentit ses pensées s'embrouiller de nouveau, aspirée par une brume épaisse qui avalait ses dernières capacités. Un jour viendrait où elle ne pourrait même plus se sevrer d'elle-même. Elle se sentait déjà bien trop accrochée à cette morphine destructrice, au point de trembler inconsciemment quand le manque se faisait ressentir. De rage, elle frappa de son poing ensanglanté le sol, dégoutée par l'odeur douceâtre du sang. Elle avait honte. Qui aurait pu dire, quelques semaines plus tôt, que la travailleuse et enjouée Azure serait allongée dans son sang, dans des vêtements luxueux, assommée de drogues ? Elle se prit la tête dans les mains. Elle ne pouvait rien faire. Ils étaient trop puissant, le Capitole avait les pleins pouvoirs, et personne ne viendrait l'aider, elle pauvre plébéienne soudain devenue un centre d'intérêt notoire. À conserver. Elle pouvait crier, marteler de ses poings affaiblis, on viendrait m'endormir une fois encore et la plonger dans ce monde trop doux, trop brillant. Elle se laissa glisser à terre, maculant sa peau et sa robe de sang.

Et sursauta au cliquetis inhabituel de sa porte, de vieux sens animaux anciens enfouis refaisant surface. Personne ne crochetait sa serrure, ils avaient la clef, ils la possédaient toute entière. Elle-même ne pouvait sortir. Devenue louve, inquiète et tendue, elle regarda la poignée coulisser ...

Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: AZURE&ALEXANDER → i've got to see you again.   Sam 10 Déc - 12:32

Une envie d’elle. Sa peau, son odeur, tout son être lui manquait. Une souffrance qu’il ne pouvait extérioriser. Elle était son cœur, ses poumons, ses reins. Elle était sa vie. Cette fille ne reviendrait pas. Voilà pourquoi il avait refait sa vie en essayant de l’oublier autant qu’il le peut. A présent, il est heureux de vivre avec cette autre fille. Une combattante sachant rester féminine. Elle est tout ce qu’il désire le plus mais parfois, c’est l’autre qu’il voit à sa place.
Ce méli-mélo de pensées ne menait Alexander nulle part. Ce n’est pas en utilisant des pronoms personnels qu’il réussirait à l’oublier. C’est ainsi qu’il se retrouva à marquer les prénoms des femmes auxquelles il tient le plus sur le mur à côté de son lit. En premier, il grava Azure avec la lame de son couteau. Puis, il s’écorcha la main pour passer du sang dessus et que ça reste à vie. Cela représentait bien l’effet qu’elle lui faisait. Cette jeune femme restait ancrée dans son cœur et se gravait dans tout son être comme une plaie à vif que l’on ne peut jamais soigner et qui te déchires de l’intérieur.
Au-dessous, il écrivit Miléna. Sa petite amie. Celle qu’il a réussi à séduire et qui lui fait tant penser à cette fille disparue. Cette douce jeune femme sachant être forte qu’il protégera quoi qu’il arrive. Cette femme qu’il aime mais qui, parfois, n’arrive pas à lui faire oublier Az’. Il fit de même que pour l’autre gravure. Mimi restera elle aussi dans son cœur pour être la première après Azure à avoir su le séduire, lui l’incorruptible célibataire.

Puis un cri de rage et de détresse sorti de ses lèvres. Qu’avait-il fait pour retrouver la jolie rousse ? Rien, à par attendre bien sûr. Attendre d’avoir de ses nouvelles alors qu’elle devait souffrir, loin de lui. Son corps, sa belle chevelure, sa douce voix. Qu’étaient-ils devenus après tout ce temps, des fantômes ? Non, Alexander ne laisserai pas faire ça.
La main en sang, le visage fermé, il se releva sur sa banquette et sauta au sol. L’heure n’était plus à se lamenter sur telle ou telle femme. L’heure était aux agissements. Le jeune homme savait très bien où sa bien-aimée était enfermée. Tant pis si c’était dangereux et s’il n’avait pas de plan d’attaque. Elle lui manquait et le faisait souffrir bien qu’il le cachait à la plupart des personnes présentes au District 13. Elle était sa vie, son souffle et, sans elle, il n’était qu’une ombre. Une personne non achevée. Mais une personne prête à tuer pour la reconquérir. Le regard déterminé, il arpenta les couloirs d’un pas rapide. Il savait déjà où il se rendait, une cape noire dans la main. Les gardes le laissèrent passer, c’était simple de les avoir surtout quand l’on prétextait une chasse pour nourrir les plus affamés.
Un rictus mauvais se dessina sur ses lèvres alors qu’il marchait vers l’inconnu. Tant de fois il avait fait ce chemin en restant caché et à la frontière du Capitole. Aujourd’hui, l’ancien Pacificateur était prêt à agir. Il s’était tant renseigné sur sa douce qu’il en connaissait toute son histoire et où on l’a terrait, affligée par tant de maux.
Il rentra facilement avec sa cape. Finalement, déjouer le Capitole était bien facile. Il donna comme excuse d’être celui que l’on avait quémandé pour soigner la jeune Daphnée. Sa capuche le protégeait des regards et il s’engouffra dans les couloirs. Comment le Capitole pouvait-il être aussi mal protégé ?
Quelques minutes plus tard, il se retrouva devant la porte. Mais voilà, il n’avait pas les clé. Grimaçant, il trouva dans ses poches un vieux morceau de fer qui pourrait lui être indispensable pour l’ouvrir. Il introduisit le morceau dans la serrure qui céda après certaines tentatives infructueuses. Il poussa le panneau métallique qui le séparait de sa bien-aimée avec une bonne inspiration. L’heure était aux retrouvailles. Une fois entré, il se glissa dans la chambre et referma derrière lui.

Bonjour, je suis votre nouveau thérapeute. Lui dit-il avant d’enlever sa capuche, dévoilant son visage.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

AZURE&ALEXANDER → i've got to see you again.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.