petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Jeu 24 Nov - 18:31


Les Hunger Games, voilà ce que j’étais condamnée à regarder pour le moment. Les Jeux de la Faim tendaient vers leur fin et voir les tributs lutter contre la mort chaque jour un peu plus devenait franchement insupportable. Je n’avais pas le souvenir de Jeux aussi longs, ils étaient encore une poignée de survivants. Nos tributs, eux, étaient morts. Je ne les connaissais pas mais lorsque j’avais assisté à leur mort devant mon poste de télévision je me suis sentie, comme toujours, incroyablement impuissante et inutile. Aujourd’hui encore un tribut d’un autre district était mort et, alors que le sceaux du Capitole marquait la fin de la transmission je me levai et me dirigeai vers la cuisine. Je sentis quelques secondes le regard de Silk posé sur moi, il savait ce que je faisais, il savait que j’étais excellente pour ça mais depuis la mort de mon père et surtout depuis ma première crise il appréhende chaque nuit mon départ. J’attrapai deux couteaux que je glissai dans mes bottes et pris le dernier que je glissai dans ma ceinture, précautionneusement afin d’éviter de m’empaler dessus à la première chute. Ainsi Silk pouvait aller dormir en paix en sachant que notre mère ne se blesserait pas avec. J’attrapai ma besace dans un placard vide et sortit doucement par la porte, sans prévenir ma famille qui savait de toute façon ce que je faisais. Un des pacificateurs n’était plus chez lui, apparemment il avait été envoyé au Capitole pour faute grave et j’imagine qu’il n’en reviendrait plus, autant profiter de la nourriture qu’il emmagasinait. Je me faufilai à pas de loup jusqu'à la bâtisse lorsque je perçus une silhouette se dessiner sur le sol. Je fronçai les sourcils avant de lever les yeux sur Adrayan que j’attrapai par le col, je le tirai violement vers moi si bien que nous tombâmes tout deux sur le sol. Je me mis à quatre pattes et lui fis signe de se taire, désignant d’un signe de tête le chef des pacificateurs qui se trouvait devant ma cible. « Fais un peu attention ! » le sermonnais-je, j’étais comme ça, je sermonnais tout le monde sur de simple bêtises. Simple bêtises qui pouvait à chaque fois causer de gros ennuis, ceci dit. Je reculai doucement, avant de finalement tourner le dos aux pacificateurs. « Flute ! Il faut qu’on entre dans cette maison ! » chuchotais-je rageusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Sam 10 Déc - 2:06

Je l’avais vu passer devant chez moi, j’avais tout de suite reconnu sa silhouette, et aussi, je me doutais de ce qu’elle avait planifié pour la soirée. Tout le monde était au courant de ce qui s’était passé avec ce pacificateur. Velvet avait dû y voir tout suite une belle opportunité. Moi aussi, mais pas nécessairement pour les mêmes raisons. Sortant à pas de loup de chez moi, refermant la porte doucement derrière moi, je me mis à la suivre jusqu’à sa petite cachette improvisé. Avant même que j’ai eu le temps de lui faire savoir que j’étais là, je sentis son regard se vriller sur ma petite personne. En un quart de seconde, Velvet m’agrippa par le col de mon chandail, si fort que nous en tombâmes sur le sol. Elle se releva presqu’aussitôt, se plaçant à quatre pattes pour continuer d’observer la scène qui se passait non loin de nous deux. « Fais un peu attention ! » me sermonna-t-elle en pointant le chef des pacificateurs, que l’on pouvait apercevoir d’ici. Je mis quelques secondes pour me remettre de cette chute, puis me positionnait en position accroupi à ses côtés en faisant attention de ne pas faire le moindre bruit. Velvet avait gentiment accepté de supporter ma présence durant ces petites expéditions, pas question que je me la mette à dos. Ces incursions lui rapportait autant à moi qu’à elle. Je la revis revenir doucement sur ses pas, puis finalement tourner le dos à ce qui semblait être son objectif de la soirée. Elle me faisait désormais face. « Flute ! Il faut qu’on entre dans cette maison ! » chuchota-t-elle, visiblement frustré de la tournure des évènements. Elle avait toujours cette tendance à s’emporter pour un rien, à force de la fréquenter, j’avais bien fini par m’en rendre compte. Elle était le feu, et moi l’eau, à toujours essayer de la contenir, pour ne pas qu’elle s’embrase. Posant une main sur son bras, ne sachant pas si ce contact allait la calmer et la frustrer davantage, je lui lançais un regard exaspéré. « Calme-toi, Vee. » Ce n’était pas en étant dans cet état d’esprit que nous allions trouver une solution, ça, c’était certain. Jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, j’essayais de voir les possibilités qui s’offrait à nous – il devait y en avoir. « On va trouver un moyen, on, enfin... tu en trouve toujours un… » tentais-je de lui faire comprendre, mais à moins de trouver la solution miracle, j’avais cette impression qu’elle ne me croirait pas.


Dernière édition par Adrayan Carew-Smyth le Lun 26 Déc - 2:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Dim 18 Déc - 22:38

Le jeune homme n’avait pas prononcé un seul mot alors que je l’avais tiré avec force de la vue des Pacificateurs. Il ne fallait pas qu’il se fasse prendre, nous savions tous ce que les Pacificateurs lui ferait si il se faisait prendre et je n’aurais probablement pas la force d’endurer ça, le voir… Non. C’était inacceptable. « Calme-toi, Vee. » dites à un lion en cage de se calmer et il tournera encore plus en rond. Je hausse un sourcil et recule, me rapprochant de ce fait de lui. Sa main sur moi avait le don de me calmer, je pris une longue respiration et hochai la tête. « ok, désolé, mais mon frère n’est pas doué à la chasse et … Ma mère a faim. » dis-je doucement, Silk et moi aussi bien sur mais ça je ne le lui dirais pas, même si il était assez intelligent pour le savoir tout seul. « On va trouver un moyen, on, enfin... tu en trouve toujours un… » il avait raison, un petit sourire apparu sur mes lèvres j’attrapai sa main qui était sur mon épaule et, me redressant sur mes jambes, je l’obligeai à me suivre derrière les maisons, cachés de la vue des Pacificateurs. « On va passer par derrière. » dis-je alors. Folie, c’était de la pure folie que de vouloir entrer alors que toute l’armada de Pacificateurs du district était présente. Un bruit de porte se fit alors entendre et je me figeai dans l’obscurité, poussant Adrayan contre un mur je me collais immédiatement à ses cotés. Je tirai silencieusement le couteau de ma ceinture et fit signe à mon partenaire de se taire. Ce n’était qu’une vieille femme qui faisait sortir son chat, je soupirai, espérant tout de même qu’elle ne nous voie pas : les vieilles femmes avaient le don pour engager la conversation au mauvais moment. Elle referma alors la porte arrière de sa maison et je repris ma route, Adrayan sur mes talons. Silencieux mais rapide, nous étions arrivés devant la porte arrière de la bâtisse en moins de temps que Silk mettait à attraper un lapin. Ce qui nous aurait laissé toute la nuit en fait. « Ok, j’espère qu’il n’est pas à l’intérieur, sinon on va se faire prendre à tous les coups. » dis-je en ouvrant la fenêtre à l’aide de mon couteau. C’est à ce moment précis que de la lumière apparu dans la pièce où je m’apprêtais à rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 19 Déc - 1:20

« Ok, désolé, mais mon frère n’est pas doué à la chasse et… ma mère a faim. » Son hésitation, je la repérais tout de suite. Elle faisait ça pour sa mère, oui, mais je savais qu’elle et son frère souffrait aussi, qu’ils avaient faim tout les deux. « Je comprends, t’as pas besoin de te justifier à chaque fois, tu sais. » lui fis-je savoir, d’un ton compatissant. Je plaignais leur condition, je me sentais si mal qu’ils aient à vivre ainsi alors que nous avions accès à tout – ou presque – chez moi. Mes parents se rendaient à peine compte de ce qui disparaissait dans nos réserves… Mais plus souvent qu’autrement, Velvet refusait mon aide. Je vis un léger sourire étiré son visage alors que je lui mentionnais qu’elle finissait toujours pas trouver une solution. Visiblement, c’était encore le cas. Je la vis se relever et j’en fis de même, alors qu’elle me trainait à l’arrière des maisons, loin de ces brutes de Pacificateurs. Bon, il ne l’était pas tous, mais la majorité d’entre eux, s’ils nous avaient vu là, n’aurait fait qu’une seule bouchée de nous. Brrr, ça faisait froid dans le dos. « On va passer par derrière. » m’annonça alors Velvet, et j’haussais les sourcils, pas très certain que ce soit la meilleure idée qui soit. J’aurais encore mieux préféré jouer les distractions le temps de la laisser s’introduire dans la maison et ressortir saine et sauve… Elle ne m’aurait pas laissé faire, bien sûr. Mais je n’eux même pas le temps de répliquer que je la sentis me plaquer contre le mur, alors que plus loin, une vieille femme faisait sortir son animal de compagnie. J’avais compris, avant même que ma complice ne me le fasse comprendre, que j’avais intérêt à ne pas dire quoique ce soit ou faire le moindre bruit. Heureusement, le risque fut rapidement écartée et nous pûmes continuer notre chemin jusqu’à l’arrière de la maison ciblée. « Ok, j’espère qu’il n’est pas à l’intérieur, sinon on va se faire prendre à tous les coups. » Bien sûr, c’était évident même : si l’on se faisait prendre, je n’imaginais même pas le sort que l’on nous réservait. En fait, je préférais ne pas y penser, sinon, il y a longtemps que j’aurais pris les jambes à mon cou et que je serais parti loin de là. Mais bon… il y avait Velvet. Et je ne pouvais pas l’abandonner. Je me tenais à ses côtés, accoté sur le mur, alors qu’elle s’afférait à ouvrir la fenêtre avec son couteau, quand une lueur filtra de la fenêtre. Il me fallut quelques secondes pour comprendre ce que cela signifiait. « Merde ! » fis-je entre mes dents, en attrapant Velvet par le bras, la tirant tout contre moi afin de l’éloigner de la vitre, où elle aurait très bien pu se faire. J’avais tout fait ça par réflexe, sans réfléchir une seule seconde. En fait, ma seule préoccupation avait été de la tirée d’affaire, de l’empêcher de se faire prendre. À croire que j’avais un certain instinct de survie… mais pas pour moi. Pour les autres. « Ça va? » demandais-je alors à Velvet, tout en scrutant les environs, tous mes sens en alerte.


Dernière édition par Adrayan Carew-Smyth le Lun 26 Déc - 2:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 19 Déc - 1:51

« Je comprends, t’as pas besoin de te justifier à chaque fois, tu sais. » dit-il alors que je venais encore de lui donner une raison pour mes actes de banditisme. Au moins il ne me jugeait pas, ce qui était agréable, tant qu’il n’avait pas à aller puiser dans les réserves de sa famille pour la mienne, ça allait. Il faudrait presque que je remporte les hunger games pour être sure que ma famille soit nourrie et protégée comme il le fallait… Devenir un monstre et abattre vingt trois personnes… Cette idée me donna un léger frisson tant elle m’horrifiait. J’avais alors emmené Adrayan jusqu'à la fenêtre que je m’affairais en ce moment même à ouvrir alors la pointe de mon couteau. Je n’avais même pas réalisé que la lumière s’était allumée que Adrayan m’attrapait déjà par le bras, m’attirant vers lui dans un geste protecteur qui le définissait bien. J’en avais assez d’être protégée par deux hommes, Silk et lui, c’était presque vexant. Mais je les aimais tous les deux, d’une manière différente certes mais j’avais besoin d’eux. Je réalisai alors que j’étais contre lui et que je ne bougeais pas, sa chaleur corporelle était agréable, le fait de sentir qu’il était là pour moi… « Ça va? » je hochai la tête, légèrement étourdie. « Je… Oui. Merci. » Dis-je en me reculant enfin, bien que je serais restée là encore quelques minutes si j’avais pu. Sauf qu’Adrayan et moi venions de deux mondes différent, il disait me comprendre, me soutenir, mais il ne savait pas ce que c’était de dormir le ventre creux. Je savais également qu’il n’avait pas la vie facile, pas quand on est fils de guérisseurs en passe de le devenir également, voir ces gens malades… Toute cette souffrance passer devant lui, devoir annoncer aux familles ce qu’il à du nous annoncer à nous. Je sentis mes genoux trembloter et finit par me mettre à genoux sur le sol. La lumière de la pièce que je m’apprêtais à voler s’éteignit alors mais je n’y fis pas vraiment attention. Finalement la même pensée qui m’était venue un peu plus tôt dans la soirée traversa mon esprit. « Je devrais gagner les hunger games. Ou partir. » Dis-je en haussant les épaules. Partir semblait être plus certain que de participer aux Hunger Games bien sur, mais Silk ne me laisserais jamais faire, il à bien trop peur pour moi. Et Adrayan, le ferait-il ? Je scrutai son visage en attente d’une réaction, peut importe laquelle. « Avec toi, ta famille… » Soufflais-je, la nuit mes plans me semblaient toujours plus géniaux, je me sentais plus puissante le soir tombé, j’avais tellement l’habitude de sortir la nuit, de risquer chaque soir quelques coups de fouets contre la vie de ma famille. Finalement, je tournai la tête vers la fenêtre et passai légèrement la tête au dessus de l’appuie de fenêtre. Mon regard parcouru la pièce qui semblait vide mais un trait de lumière passait sous l’une des portes. La maison était encore occupée. Il fallait attendre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 19 Déc - 22:54

Par chance, j’étais de nature vigilante! Sinon, on aurait tout simplement été cuit, et autant que possible, je voulais nous éviter ça. Force est d’admettre que ma principale tâche, ici, c’était de veiller sur elle. Le reste passait après. Et encore une fois, je l’avais tiré d’une situation qui aurait pu s’avérer catastrophique si j’avais mis quelques secondes de trop à réagir. Velvet semblait d’ailleurs légèrement secouée par ce qui venait de se produire, et il lui fallut un peu de temps avant qu’elle ne me réponde, alors qu’elle restait là, blottit dans mes bras. Elle hocha finalement la tête pour me faire savoir qu’elle allait bien. « Je… Oui. Merci. » ajouta-elle puis, voyant qu’elle cherchait à reculer, je relâchais mon emprise sur elle, la libérant de mes bras, que je laissais finalement retomber de chaque côté de mon corps. J’aurais pu la retenir si je l’aurai voulu, mais rien ne me laissait le droit de faire ça. Mon affection pour elle ne me donnait pas cette liberté.
Velvet s’accroupit au sol, et je suivi son mouvement, voulant rester à sa hauteur. La lumière au dessus de nous s’éteignit, et je relevais la tête en le remarquant, mais comme elle ne réagit pas, je restais sur ma position, agenouillé à même la terre ferme, baisant la tête au même instant où elle prenait la parole. « Je devrais gagner les Hunger Games. Ou partir. » Ça n’avait été qu’un murmure, mais j’étais suffisamment prêt d’elle pour avoir tout entendu. « Avoir toi, ta famille… » ajouta-t-elle. J’haussais les sourcils face à cette affirmation, sceptique, plus que jamais. Je ne croyais pas que participer à ces jeux s’avéraient la meilleure solution à son problème… Avec vingt-trois chances d’en sortir mort plutôt que vivant, c’était un risque qui n’en valait clairement pas la peine. On nous faisait miroiter, bien sûr, qu’une fois cette barbarie terminée, la vie était plus belle, mais soyons honnête, c’était loin d’être le cas! Les vainqueurs que j’avais pu rencontrer en sortait avec des séquelles, mais l’on n’en parlait jamais. Voyons, le Capitole n’avait pas à mentionner ce genre d’informations. Mais les gens savaient. Ils n’étaient pas idiots. L’argent, la gloire… est-ce que ça valait vraiment tout ces sacrifices? J’en doutais. Je préférais encore plus partir et risquer ma vie dans la nature que de mourir dans l’arène. « Si tu part, je viens avec toi. » lui fis-je savoir. C’était illogique de ma part… était-je réellement prêt à abandonner ma famille derrière moi? Ça valait mieux que de les forcer à rejoindre la rébellion alors qu’ils menaient une petite vie parfaite, baignant dans leur naïveté tranquille. « Mes parents s’en sortiront sans moi. Je ne veux pas les obliger à me suivre. Et mon frère… est assez grand pour décider par lui-même. » Je voulais le protéger, lui aussi, mais je ne le voyais pas se joindre aux forces rebelles. Ni même s’enfuir avec nous – il était tellement habituée à son confort qu’il n’aurait pas fait cent mètres dans la forêt. « Silk ne te laissera partir, tu le sais ça? » dus-je néanmoins lui faire savoir, car je connaissais son avis sur la question. Un avis divergent du mien, ce qui nous opposait l’un et l’autre plus que jamais.


Dernière édition par Adrayan Carew-Smyth le Lun 26 Déc - 2:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 19 Déc - 23:26

« Si tu pars, je viens avec toi. » je souris, je ne savais pas réellement si je pouvais compter sur lui ou pas, c’est vrai qu’il tentait de rassembler des renseignements aux sujet du Capitole mais je le voyais mal partir, vraiment. Pas sans moi en tout cas, je braverai l’autorité de mon frère pour partir. Enfin, je pense… Abandonner Silk me serait aussi difficile que de voir Adrayan partir sans moi. « Tu es sur ? » demandais-je tout de même, au cas ou tout ça pourrait se faire, au cas ou je pourrais reprendre la liberté dont j’ai tellement besoin, que nous avons tellement besoin. « Mes parents s’en sortiront sans moi. Je ne veux pas les obliger à me suivre. Et mon frère… est assez grand pour décider par lui-même. » Oui, son frère, j’étais certaine qu’il ne l’abandonnerait pas facilement bien que je ne savais pas réellement quel lien il entretenait avec lui, il restait son frère. Je commençais à me demander si il faisait ça pour moi où il si la cause rebelle était réellement aussi importante pour lui. Aurait-il seulement commencé à voler ces renseignements précieux si je n’étais pas entrée chez lui, ce soir-là où il m’a surpris à voler. La plupart des jeunes chez nous et des autres districts volent pour venir en aide à leurs familles, les tesserae ne sont pas suffisant, pas quand on travaille autant. Le capitole devrait faire attention, si tous ces larbins meurent, se tuent à la tâche comme mon père, ils n’auront plus personne pour leurs vêtements, leur nourriture… « Silk ne te laissera partir, tu le sais ça? » je soupirai. Il avait raison. « Je ne pourrai pas partir sans lui. » déclarais-je, ma mère elle… Je ne savais pas réellement, pourrais-je faire ça ? L’abandonner ? Elle vivait à peine, je sais que si elle tient le coup, c’est pour nous. Parce qu’on a déjà perdu trop de membres de notre famille. Nick et puis mon père. Le capitole, toujours et encore eux. Je m’assis alors sur le sol, jouant avec la lame de mon couteau entre mes deux doigts. Je finis par le ranger dans ma ceinture, sa place initiale et levai les yeux vers Adrayan. « Je ne veux pas non plus te voir partir sans moi… Je veux dire, tout seul ? Non je ne dis pas que tu t’en sortirais pas mais… » Finis-je en haussant les épaules, j’avais besoin de lui pour continuer à supporter ma vie. Ces nuits où nous partions voler étaient mes seuls moments de répits, mes seuls moments de bonheur et je n’avais d’ailleurs quasiment pas de crise en sa présence, il m’apaisait naturellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Dim 25 Déc - 23:36

« Tu es sur? » me demanda-t-elle alors que je lui affirmais mon intention de la suivre, si elle quittait le district. Bien sûr que j’en étais certain. « Oui. » lui confirmais-je. Et cette fois-ci, c’était plus fermement que je lui répondais, plus sûr de mon choix que je ne l’étais quelques minutes plus tôt. Rester ici et attendre que le triste sort s’acharne sur moi ou l’un de mes proches ou fuir et prendre la chance de devenir libre… pour de bon. La question ne se posait même pas. Cependant, je restais quelqu’un de très lucide et réaliste, et il m’avait fallut aborder un sujet plutôt corsé : son frère. « Je ne pourrai pas partir sans lui. » À bien y penser, c’était presque la même chose pour moi, maintenant que j’y pensais. J’adorais mon petit frère, et parce qu’il était trop naïf, il avait besoin que je veille sur lui, comme je le faisais avec Vee. Il serait surement un fardeau pour moi, mais je préférais ça à le laisser ici et courir le risque de le perdre pour de bon, à cause des jeux ou d’un autre coup du destin. Je jetais un coup d’œil à ma compagne de moment et je remarquais qu’elle s’était installée en position assise sur le sol. Je l’observais pendant temps jouer avec la lame de son couteau : je l’avais tant de fois vu faire que je ne m’inquiétais plus à ce sujet. Elle maniait les couteaux mieux que quiconque, elle ne courait donc aucun risque avec cette arme entre ces mains. S’en était presque devenu une extension de ces bras. « Je ne veux pas non plus te voir partir moi… Je veux dire, tout seul? Non je ne dis pas que tu t’en sortirais pas mais… » Elle haussa finalement les épaules et je décidais de me joindre à elle, me posant à même le sol à ses côtés. Je n’avais jamais eu l’intention de partir. Certes, l’idée m’avait traversé l’esprit, mais jamais je n’aurais oser passer à l’acte. Ça, c’était avant que Velvet ne s’introduise dans ma vie. Maintenant, bien que l’envie de joindre la rébellion ait fait son chemin dans mon esprit, la seule et unique raison qui expliquait mon désir de quitter ce district, c’était pour la protégée, elle. Rien d’autres. Mais de là à le lui dire… C’était, disons, plus compliqué. « Je ne pourrais pas te laisser derrière. » lui avouais-je néanmoins, car c’était la stricte vérité. Partir seul? Et puis quoi encore? « Je pourrais sans doute m’en sortir, seul, dans les bois… mais avec toi, j’aurais plus de chance de survivre. » Je m’arrêtais un moment, puis soupirais. « Et ça serait lâche, de t’abandonner ici… après tout ça. » J’avais déjà beaucoup qu'elle n'en aurait jamais, s’il fallait en plus que je retrouve ma liberté alors qu’elle était confiné ici, je ne sais pas si je m’en sortirais, mentalement parlant. J’imaginais déjà les remords m’envahir, me hanter jour et nuit. Non. Si elle restait, je restais, c’est tout.


Dernière édition par Adrayan Carew-Smyth le Lun 26 Déc - 2:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 26 Déc - 0:24

Oui, il en était certain, je souris, soulagée du ton qu’il avait pris. Tout son oui était sincère j’en étais persuadée et savoir que, quoi qu’il arrive, je ne serai jamais seule à fuir était plutôt réconfortant. « Je ne pourrais pas te laisser derrière. » ajouta-t-il alors que je venais tout juste de lui avouer que je ne pourrais pas partir sans lui, je passai mes dents sur ma lèvre inferieur, retenant un sourire rayonnant, c’était simple pourtant mais Adrayan avait une place particulière pour moi, il n’était pas un simple ami, du moins j’aurais aimé qu’il soit plus que ça. Sauf que nous n’étions pas du même lieu et que je n’étais qu’une petite crève-la-faim et voleuse, de surcroit. Bref, tout ça pour dire que je ne voulais pas qu’il sache ce que je pensais, enfin si j’aurais bien aimé mais… Voilà. « Je pourrais sans doute m’en sortir, seul, dans les bois… mais avec toi, j’aurais plus de chance de survivre. » Je lui tendis alors le couteau, le tenant par la lame. « Sauf si tu apprends à utiliser ça correctement. » déclarais-je, il fallait bien qu’il sache non ? Si il était emmené aux jeux et que, comme ma tante, il se faisait tué d’un lancer de couteau ? D’ailleurs je pensais de plus en plus à la possibilité que nous soyons à deux dans ces jeux, après tout pourquoi pas ? Rien n’empêcherait cela si ce n’est notre bonne étoile, celle qui nous a sauvés plusieurs fois de châtiments terribles en punition à nos vols incessants. « Et ça serait lâche, de t’abandonner ici… après tout ça. » finit-il par dire, je passai une main dans mes cheveux, haussant les épaules. « La vie n’est facile pour personne dans les districts.» dis-je tout simplement, dans un murmure, bien sur il ne savait pas ce que c’était de se priver de manger aussi souvent que moi mais il avait tout de même cette peur des jeux, cette appréhension de voir un membre de sa famille se faire violemment tuer. Ou de voir ce même membre devenir un monstre dans l’arène. Tout est possible dans les Hunger Games, il n’y a qu’une seule règle : survivre. Y pensé me fit froid dans le dos et un petit frisson, léger pourtant, secoua tout mon corps. J’étais frêle, physiquement je donnais l’impression d’une jeune fille faible qui ne ferait pas de mal à une mouche. Le caractère que j’avais contrastait avec mon apparence et je me disais souvent, les jours de Moisson, que ça pourrait m’aider aux Jeux. « Mais je ne veux pas que tu partes sans moi. Pas si je suis encore là, si je deviens un tribut… » Alors il fera ce qu’il voudra, bien sur il fait déjà ce qu’il mais c’était la seule chose que je lui demandais. Rester avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 26 Déc - 1:23

Mon intention de la suivre, si elle décidait de quitter le district, et ma conviction dans mes paroles réussirent à faire naître un sourire sur la bouche de Velvet, même si elle tenta de le cacher, par fierté peut-être. Elle était si jolie quand elle souriait, pourquoi s’en privait-elle? Sa situation actuelle l’empêchait-elle de profiter pleinement de ce genre de petits moments, au point où elle refusait de céder à la joie, ne serait-ce qu’un instant. Pitié, faite que ce ne soit pas le cas. Ces moments heureux étaient si rares, pourquoi s’en priver? Je lui mentionnais alors que j’avais peut-être une chance de m’en sortir, si l’idée me passait par la tête de partir d’ici en solitaire. Bien sûr, je n’imaginais pas faire la chose sans elle… Suffirait d’une embuscade ou d’un animal sauvage sur mes trousses pour que ma vie bascule et prenne fin abruptement. Le genre de risque que je n’étais pas prêt à courir. « Sauf si tu apprends à utiliser ça correctement. » me dit-elle d’un ton convaincu. Elle avait placé le couteau en ma direction, la lame entre ses doigts, alors qu’elle me tendait le manche, m’intimant de le prendre entre mes mains, ce que je fis, un peu à reculons. « Tu sais, je ne suis pas très à l’aise avec une arme dans les mains… » lui fis-je remarquer, tout en scrutant l’objet contondant qui se trouvait désormais entre les miennes. Je m’imaginais tellement mal… faire du mal à quelqu’un avec ces mains alors que j’avais passé ma vie à soigner les gens avec elle. Ce fut à mon tour d’avoir un frisson dans le dos, et d’un geste délicat, je lui redonnais le couteau, qui de toute façon, était bien mieux placer dans ces mains que dans les miennes. Elle haussa finalement les épaules, puis se passa une main dans les cheveux, alors que je lui mentionnais la lâcheté que l’abandonner ici serait. « La vie n’est facile pour personne dans les districts. » Elle l’avait dit d’une voix base, c’était tout juste un murmure. Je préférais garder le silence, mais je la scrutais d’un œil attentif, c’est pourquoi je remarquais le tremblement de son corps, faible, mais bel et bien présent. D’instinct, je décidais de passer mon bras autour d’elle, réconfortant. Je savais que dans ces silences, de sombres pensées lui traversaient parfois l’esprit, et sans trop savoir de quoi il en tenait, je voulais qu’elle sache que j’étais là, qu’elle n’était pas seule. « Mais je ne veux pas que tu partes sans moi. Pas si je suis encore là, si je deviens un tribut… » Elle ne continua pas sa phrase, mais même si elle l’aurait fait, je l’aurais arrêté d’un geste. Toujours cette fatalité de croire qu’elle serait pigé lors des prochains jeux, il fallait qu’elle arrête de toujours penser ainsi. « Tu ne seras pas tiré au sort, d’accord? » fis-je en la serrant plus fortement contre moi. « Je déteste que tu en parles comme si c’était chose faite, comme s’il n’y avait pas d’autres solutions… » En mon fort intérieur, ça me faisait si mal de l’imaginer là-bas. Le risque qu’elle ne me revienne pas, qu’elle meure sans que je puisse la revoir une dernière fois. Mon cœur se serrait à cette simple pensée. « Je ne te laisserai pas y aller seul, de toute façon. » Voilà, c’était dit. Il fallait qu’elle sache.


Dernière édition par Adrayan Carew-Smyth le Lun 26 Déc - 2:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 26 Déc - 1:40

« Tu sais, je ne suis pas très à l’aise avec une arme dans les mains… » Dit-il alors qu’il tenait l’arme dans ses mains, je comprenais pourquoi, il était guérisseur et pour lui la vie était certainement bien plus précieuse que pour moi. J’avais vu la tristesse de ses parents, ainsi que la sienne, lorsqu’ils nous ont annoncé que mon père ne survivrait probablement pas à la famine ajoutée au travail forcé. Ils devaient être si soulagés, aussi, quand ils réussissaient à sauver une malade, un enfant, une vieille femme, un père de famille… Je les admirais pour ça, ils faisaient un beau métier même si je n’aurais certainement pas pu faire ça, la vue du sang, tout simplement, me retourne l’estomac. « Je te suis donc indispensable. » décrétais-je en souriant, faisant bien sur référence à une escapade dans la foret, une escapade sans fin. Alors qu’un frisson me parcouru, je sentis son bras passé autour de moi et tout de suite la chaleur de son corps me réchauffa, je me calai un peu plus contre lui, sans même réfléchir à ce qu’il pourrait penser de mon geste, j’étais bien là et mon corps agissait sans que mon cerveau ai a faire quoi que ce soit. « Tu ne seras pas tiré au sort, d’accord? » dit-il, rassurant, me serrant encore plus contre lui, je hochai doucement la tête, j’aurais cru n’importe quoi de lui en cet instant, tant l’instant était parfait. « Je déteste que tu en parles comme si c’était chose faite, comme s’il n’y avait pas d’autres solutions… » Si j’étais piochée, il n’y aurait pas d’autre solutions c’était certain ! Je ne dis rien, me contentant de profiter de la chaleur de son corps en cette nuit d’été. « Je ne te laisserai pas y aller seul, de toute façon. » Je fis presque un bond en entendant ça mais sa prise était ferme et je restai donc à sa coté, je levai la tête vers lui et la secouai vivement. « Non ! » m’exclamais-je peut être un peu trop fort alors que nous étions sur le point de cambrioler une maison. « C’est hors de question, je ne veux pas t’avoir comme adversaire ! Je ne veux pas non plus que tu meurs et je… Je ne veux pas te perdre dans les Jeux… » Chuchotais-je, doucement. Si lui et moi devions nous retrouver dans les Jeux il était certain que l’un de nous allait mourir et si ce n’était pas lui, ça devrait être moi. Je serais capable de me sacrifier pour lui, mais il ne me laisserait jamais faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 26 Déc - 2:25

Elle dû voir mon malaise, car, dès que mes mains s’étaient posés sur l’arme, elles s’étaient mise à trembler. Je pouvais faire de points à froid, entendre une personne crier sa souffrance sans broncher, mais ça… non. C’était plus fort que moi. Voilà pourquoi je décidais qu’il valait mieux que je ne garde pas ce couteau très longtemps. Je le lui rendis d’ailleurs bien vite. « Je te suis donc indispensable. » affirma-t-elle en reprenant l’arme, un sourire prenant place sur ses lèvres. Elle n’avait pas idée oh combien elle m’était indispensable, mais je me gardais bien de le lui dire. J’optais plutôt pour un ton plus léger, accordant mon sourire au sien – qu’elle laissait enfin paraître. « Oui, on peut dire ça. » fis-je d’un ton moqueur, qui ne resta pas bien longtemps en place. En effet, le ton de la conversation changea du tout au tout, et une allure plus sérieux s’imposait. J’avais d’ailleurs pris soin de serrer la jeune fille tout contre moi, et je l’avais sentit se blottit dans le creux de mon bras, visiblement à l’aise face à mon geste. Ce qui me surprit tout autant que ça me fit plaisir. Je tentais de la rassurer, de lui faire savoir que le sort lui serait peut-être favorable, comme il l’avait été au courant des Moissons précédentes, et en m’écoutant parler, j’aurais presque pu y croire moi-aussi, même si je savais que ce n’était pas si simple que ça. Puis, je lui avais mon intention de la suivre dans les jeux si elle était tirée au sort, et je la sentis réagir fortement à mes côtés, alors qu’elle tournait sa tête vers moi, la secouant de droite à gauche. « Non ! » fit-elle d’une voix forte, et je jetais un coup d’œil autour de nous – pas qu’elle avait crié, mais s’en était tout près. Je reposais mon regard sur elle, après avoir vérifier que personne ne nous avait repéré. « C’est hors de question, je ne veux pas t’avoir comme adversaire ! Je ne veux pas non plus que tu meurs et je… Je ne veux pas te perdre dans les Jeux… » Sa voix s’était presque tue à la toute fin, mais pour l’essentiel, j’avais tout capté et je comprenais parfaitement ces craintes. Elle était justifiée. Mais j’avais aussi mes raisons d’agir de la sorte, et rien ni personne ne pourrait y changer quoique ce soit. « Je n’irais pas pour te faire compétition, Vee. Mais je préfère être à tes côtés jusqu’à la toute fin plutôt que d’assister à ça. Rester ici, sans pouvoir rien y faire, ça me tuerais. » lui fit-je savoir, cherchant à lui faire comprendre pourquoi j’agissais ainsi, posant ma main tout contre sa joue, d’un geste affectueux, se voulant rassurant. « Et avec chance, tu pourrais gagner… » Aucune mention sur le fait que j’aurais tout aussi bien pu être ce vainqueur. Ce n’était pas dans mes intentions. Si j’allais là-bas, c’était dans le seul but de la protéger. Je savais que j’y laisserais ma peau, je m’y étais même fait à l’idée. Si l’un de nous deux devait survivre, c’était bien elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 26 Déc - 2:44

« Je n’irais pas pour te faire compétition, Vee. Mais je préfère être à tes côtés jusqu’à la toute fin plutôt que d’assister à ça. Rester ici, sans pouvoir rien y faire, ça me tuerais. » dit-il en posant sa main sur ma joue, je ne savais trop comment réagir, mais le fait de savoir qu’il tenait suffisamment à moi pour risquer sa vie et, si je lisais entre les lignes, la donner pour moi me nouais l’estomac d’une sensation étrange. Mon regard chercha le sien alors qu’il ajoutait « Et avec chance, tu pourrais gagner… » je secouai encore doucement la tête, non, c’était hors de question, vivre sans lui, à quoi bon ? J’avais ma famille certes mais ce n’était pas la même chose, ce serait insupportable. On dit que les vainqueurs des Jeux ne reviennent pas indemnes, j’ai entendu des familles de vainqueurs dire ça, ils sont différents, meurtris sans doute. Traumatisés. Mais certains, la plupart, ont encore quelqu’un pour les aider. Si cette personne mourrait dans votre propre édition des Jeux, ce serait j’en étais sure encore pire que tout. « Je… » je passai mes dents sur ma lèvre inferieur, me demandant quoi dire de plus. « Je ne pourrais probablement pas continuer sans toi alors tais-toi. » dis-je. Mes yeux bleus perçant n’avaient pas quittés les siens une seule seconde, je finis par m’approcher de lui, doucement mais pas véritablement lentement et posai mes lèvres sur les siennes, délicatement. Je n’avais jamais embrassé d’homme avant, c’était donc mon tout premier baiser mais à l’inverse des autres filles du district, je me fichais un peu de l’instant même si pour moi il était parfait. L’instant, comparé à l’homme, est anodin finalement. Je finis par me reculer, ne sachant pas vraiment si j’avais bien fais ou non, mais le contact avec été d’une douceur sans nom, chaud et agréable, il ne me donnait qu’une envie : recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 26 Déc - 6:34

« Je… Je ne pourrais probablement pas continuer sans toi alors tais-toi. » D’accord, je voulais bien me taire. De toute façon, j’avais dit tout ce qui m’importait et il n’y avait rien à ajouter. Elle savait, maintenant. J’avais plaidé ma cause. Son regard bleuté était rivé dans le mien et sans vous y méprendre, je n’avais aucunement prévu la suite. Je connaissais les limites de notre relation, j’étais pleinement conscient de ces différends qui nous opposaient. Je me faisais un déplaisir de ne pas les dépasser. Mais jamais je n’aurais pu imaginer qu’à ce moment précis, c’est elle qui allait les franchir. Elle s’avança lentement vers moi, et je sentis ses lèvres se poser délicatement sur les miennes. Bon sens, savait-elle combien de fois j’avais pu rêver d’agir de la sorte? Combien de fois m’étais-je retenu? De peur de la blesser, elle, mais aussi moi. De me faire du mal. Je m’étais interdit toute attache, toute affection depuis… depuis sa mort. Et voilà que Velvet, en entrant dans ma vie, avait chamboulé mon existence.
Nos lèvres restèrent sceller pendant un cours instant, puis la jeune femme s’éloigna, me laissant sans voix pendant quelques secondes. J’étais incapable de parler, et de toute façon je préférais me taire, de peur de dire une connerie. Je ne voulais pas gâcher ce moment : il était pour moi de plus précieux. Sentant toujours Velvet dans mes bras, je refermais mon emprise sur elle, la blottissant tout contre moi. J’avais besoin de sentir sa présence à mes côtés, de savoir qu’elle était là et qu’elle ne disparaîtrait pas en un coup de baguette. Mes lèvres se posèrent délicatement à la hauteur de son front. « Je ne veux pas te perdre, d’accord? » lui dis-je alors, ayant enfin récupérer l’usage de ma parole.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   Lun 26 Déc - 11:48

Il ne semblait pas m’en vouloir d’avoir oser franchir cette limite dont nous ne serions pas revenus indemne, notre relation n’aurait plus jamais été la même après ça mais sentir qu’il me serait encore plus contre lui me soulageai, je posai alors doucement ma tête sur son épaule, oubliant complètement où nous nous trouvions. « Je ne veux pas te perdre, d’accord? » Je hochai positivement la tête. « Promis. » lâchais-je, de toute façon ça aurait été au dessus de mes forces et il aurait fallu que je sois morte pour qu’il me perde, bien que j’avais clairement compris qu’il ne laisserait pas la chose arrivée de toute façon. J’aurais pu rester là des heures si j’en avais eu l’opportunité mais un éclat brillant sur le sol me rappela ce qu’on était venu faire ici, j’avais laissé le couteau par terre – ce qui n’était pas l’idée du siècle – et la lumière de la lune s’y reflétait. Je le ramassai alors juste au moment où je sentis mon estomac se contracter sous l’effet de la faim intense qui me tiraillait depuis déjà des années. Je tournai la tête vers Adrayan, posai un baiser sur sa joue et me relevai. « Je pense qu’on peut entrer maintenant… » chuchotais-je en ouvrant complètement la fenêtre, la lumière avait disparu et la maison s’était faite complètement silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan   

Revenir en haut Aller en bas
 

« don’t know where it goes but it’s only mean I walk alone » ft. Adrayan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.