petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 Hello girl • Siloë H. Firewild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Hello girl • Siloë H. Firewild   Lun 21 Nov - 21:20




« Matt & Siloë »




of course




    Il fait froid, assez froid. L’air est humide, un léger brouillard s’est installé en basse atmosphère sur l’ensemble du septième District du pays. Il est tôt. Ma montre digitale indique six heures du matin, je ne sais pas quelle mouche m’a piqué pour que je tombe si vite du lit. On m’a attribué une petite bicoque à la frontière de la forêt de l’Hôtel de Ville, je ne vais pas m’en plaindre, au moins il y a une télévision. Suivre les Jeux est pour moi une vraie passion depuis que je ne peux plus y participer. Enfin, depuis que j’ai décidé de les revisionner. Je pense qu’à la sortie des Hunger Games, lorsque vous avez gagné, bien que la joie fût là ainsi que la fierté, on ne s’en remet jamais. Je n’irai pas plus dans les détails, mais je revois juste, chaque nuit, mon ancienne petite amie se faire tuée par un Carrière, un Carrière comme moi.

    Enfin, maintenant ce n’est plus la même chose. Pacificateur, tout a changé. La loi, c’est mon domaine, ainsi que les punitions. Braconnages, vols, menaces, meurtres, et pleins d’autres choses font mon bonheur lorsque je dois m’en charger. Je ne dis pas que c’est moi qui les fais, non, juste que c’est moi qui corrige les coupables. Pour ma petite escapade dans le Sept, je n’ai emmené que le strict nécessaire, genre mon pistolet, mon canif, mes épées doubles et mon fouet. Je ne parle pas de ce qu’il y a à part ça, c’est le plus important.

    Je marche donc d’un pas lourd dans cette brume dissipée. Mon uniforme de Pacificateur me tient chaud. A l’intérieur de celui-ci repose tranquillement mon fouet et toutes mes jolies armes dont mes deux épées dont leur plat cogne contre mes cuisses. En passant une main dans mes cheveux, je repense à la journée d’hier. Une petite révolte, oh rien de grave, juste des rigolos protestant contre les Jeux, qu’ils sont drôles. Deux trois coups de feu et c’est vite réglé, sérieusement. Dix coups de fouet sur quelqu’un au hasard pour donner l’exemple et tout le monde la ferme, c’est aussi simple que ça.

    Face à moi, la forêt s’étend à perte de vue, mais avant de m’y engouffrer histoire de continuer ma ronde, je passe tranquillement dans la boulangerie la plus proche, déjà ouverte. D’un air calme et détendu, j’entre dans la petite pièce et m’avance jusqu’au comptoir. En faisant doucement craquer mes doigts en ayant repéré un petit pain chaud sortant à peine du four, je m’adresse à la boulangère en l’indiquant. Sans payer, je retourne alors à mon tricot. Et puis quoi encore ? Les pacificateurs devraient se mettre à payer les habitants de Panem désormais ? Hormis le Capitole bien sûr.

    En enfonçant mes doigts dans la mie bien épaisse de ce petit bijou, je tiens ma promesse en mettant un pied dans la forêt, pour pas trop longtemps non plus. Cette journée commence bien, enfin un bon point dans mon emploi du temps. Généralement, je commence toujours par des contrôles chez les habitants histoire de vérifier leur recensement aux tesserae ou à d’autres choses, comme tout simplement aux Jeux par rapport à l’âge des adolescents. Là, j’ai la chance de faire ce qu’il me plaît, chose qui devrait être journalière. M’étant enfoncé un peu plus loin dans la forêt, je m’arrête deux trois secondes. Fermant les yeux, je n’entends plus que le piaillement des oiseaux ici et là et le bruissement des feuilles engendré par le vent. Souriant légèrement, cet instant de repos me fait le plus grand bien. Jusqu’au moment où, j’entends autre chose, un craquement.

    Rouvrant immédiatement mes yeux, je remarque facilement une présence féminine qui marche dans ma direction opposée. Adossé contre un arbre, elle n’a pas dû me voir. Elle est grande, blonde, un vrai petit ange. Armée d’un arc, elle est en plein délit. Tout le monde sait que seuls nous, les Pacificateurs, peuvent être armés, ainsi que les membres du Capitole évidement. Mais cette demoiselle est sûrement en plein acte de braconnage, ou tout simplement de chasse, chose purement réprimée dans tous les Districts de Panem. Amusé, je décide alors de la suivre en marchant en même temps qu’elle, histoire qu’elle ne remarque pas ma présence. Bien en vue, je sais que si elle tourne légèrement sur le côté elle me remarquera.

    Mais elle ne pourra rien faire.

    Je continue alors ma route en suivant cette adolescente tout en surveillant ses pas. Au bout d’un moment, je n’en peux plus, la tentation est trop grande. Le fait de rester silencieux m’irrite. Je me stoppe alors net et ramasse une brindille à terre que je casse immédiatement entre mes doigts. J’en ris presque.

Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Hello girl • Siloë H. Firewild   Mar 22 Nov - 19:36

    '' Tu n'as pas coupé assez de bois, Siloë. Concentre toi, merde ! Je pense que si je divise ta paye par deux, tu sera plus efficace ''

    J'écarquille les yeux. Quoi ?! J'ai passé ma journée entière hier, sur ce tas de bois. Et il va servir à quoi, tout ce bois ? A chauffer les bâtisses du Capitole et à leur faire de jolis toits. C'est pitoyable. J'ai un morceau de bois dans la main. J'hésite. J'adorerai lui jeter à la figure, mais c'est impossible, tout bonnement. J'ai assez d'emmerdes comme ça. Quelques exemples ? Mes parents accueillent des enfants pour les expédier au district 13, ma maison est régulièrement assiégée par d'autres rebelles, et j'aime un pacificateur. Je prend l'argent d'un air mauvais, et donne au passage un violent coup de coude dans son abdomen, ce qui a pour effet de le plier en deux. Je tourne les talons pendant qu'il gémit, et retourne vers ma maison. Elle se situe un peu en reclus des autres, vers la forêt. J'entends encore l'autre qui hurle derrière mon dos. Si il pouvait savoir comme je m'en moque. Je souris, rejette mes cheveux en arrière et entre dans la petite bicoque.

    Chez nous, ce n'est pas vraiment beau. Rien à voir avec le luxe qu'ils ont au capitole. On dirait que les murs ont été plantés là au hasard, le plafond est troué et le toit a été mis de travers sur notre chaumière. Elle se sépare en deux endroits ; le salon, qui fait également office de cuisine/salle à manger/salle de bain, et la '' deuxième partie '', séparée de l'autre par un tissu gris et rapiécé parsemé de tâches. Ma '' chambre '', et celle de mes parents. Je soulève légèrement le voile et me dirige vers mon matelas. Non pas pour m'y allonger, comme si j'avais le temps. Je le soulève et prend l'arc en bois et le poignard. Je glisse les flèches dans mon carquois et je glisse le couteau dans ma poche. Je suis assez fière de l'arc, c'est moi qui l'ai fabriqué, sous les conseils de mon père et avec du bois piqué dans le lot pour le capitole. Le poignard ? Un silex aiguisé au bout d'un.. bout de bois.

    Je ressors et inspire une grand bouffée d'air. Il est tôt. A 5heure je dois être dans la scierie. C'est à 21h que j'en ressort, le plus fréquemment. Aujourd'hui, c'est le seul jour de la semaine durant lequel je ne vais pas à l'école. C'était moins dure, avant, quand j'allais encore à l'école. En fait, ça ne m'aura pas servi à grand chose. L'essentiel de ce que je dois savoir, je l'ai appris en vivant. Ce n'est pas à l'école qu'on apprend à tailler des armes, à braconner ou à chasser. Et pourtant, sans cela.. Je jette un regard à droite et à gauche, personne. Certains sont au courant de ce trafic, puisque je leur vend quelques morceaux après avoir découpé ma part. Mais à ce niveau là, même si il y a une certaine solidarité dans le district, je préfère éviter de faire du bruit. Surtout qu'en ce moment, c'est bourré de pacificateurs. Il en pleut. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé ce matin, je profitai en fait de mes quelques heures de sommeil. J'étouffe un bâillement, et me met en marche. Les lapins ne vont pas aller se jeter tout seul dans nos assiettes. Ce serait tellement plus facile..

    Seul le bruit de mes talons contre le sol me répond. Je pénètre dans la forêt, inspirant longuement l'odeur d'arbres qui règne partout dans le district. Si Miléna était toujours là, j'y aurai sans doute été avec elle. Peut être qu'elle se serait fait prendre aux jeux, qui sais.. Mais au moins, j'aurai su ce qu'elle était devenu. Je n'aurai pas hésité entre la mort, et l'évanouissement dans la nature. Il faut que je me calme. Je tends l'oreille et, une fois bien enfoncée dans la forêt, je ne bouge plus. Je ne sais pas combien de temps je suis restée comme ça. Un quart d'heure, une demi-heure ? Toujours est-il qu'un lapin finit par montrer le bout de son nez. Je me retourne, très lentement, sans bruit. Et je tire, abattant l'animal d'une seule flèche. Je récupère ma flèche, et glisse l'animal tout juste mort dans le creux d'un arbre. Je reviendrai le chercher après ma chasse. Un lapin ne suffira pas à nourrir une famille entière.

    Je reprend ma marche. Les animaux sortent, maintenant. Pour aller boire. Pour aller manger. J'entraperçois une biche, je bande mon arc, et puis je tire. Elle fait un bond en avant au dernière moment et ma flèche vient s'écraser dans un arbre. Je grimace. J'arrache la flèche de l'écorce de l'érable, et vérifie qu'elle n'est pas trop abimée. Soudain, j'entends un craquement. Une brindille, sur laquelle une bête trop peu discrète aura négligemment marché. Je me tourne à une vitesse fulgurante. Geste stupide, tout animal doté d'un tant soit peu de jugeote aurait fuit en voyant une masse faire un mouvement brusque. Mais la colère d'avoir raté ma proie m'aveugle. Elle aurait suffit à nous nourrir pendant deux jours ! Aucune source de nourriture ne doit être gaspillée, ici, au district 7.

    Mon arc est déjà bandé, une flèche encochée. Celle qui a été se planter dans l'arbre, précisément. Lorsque je le vois, je recule d'un pas, surprise, mais ne cille pas néanmoins, gardant ma flèche bien à sa place, visant son cœur. Il bouge, et je n'hésiterai pas à tirer. A le tirer comme un lapin. Il, c'est un pacificateur en uniforme. Il doit faire une vingtaine de centimètres de plus que moi, et d'après la bosse nettement dessinée sur son uniforme, il est armé. Quitte à me faire abattre, autant emmener un de ces connards avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
 

Hello girl • Siloë H. Firewild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.