petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 « ta dynamite et toi. » ft. Silk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: « ta dynamite et toi. » ft. Silk   Ven 18 Nov - 21:12

La lame de mon couteau se planta bien droite dans l’écorce de notre vieil arbre. Je m’entrainais au lancer, encore et encore. Si l’on s’approchait du tronc, on pouvait remarquer les petits trous formés par ma lame au fil du temps. Ca faisait des années que je m’entrainais et les trous se trouvaient tous concentré au même endroit, à force. Même si un Pacificateur passait par ici il ne serait pas assez intelligent pour savoir ce que je fichais, pour comprendre pourquoi il y avait ces trous, pour faire le lien entre le trou dans le mur en bois de la maison du chef des Pacificateurs et les trous dans ces arbres. Même si ils faisaient le lien, nous avions la chance d’avoir des Pacificateurs paresseux. Ils se ficheraient totalement du fait que je joue avec un couteau puisque pour eux une fille à demi-folle ne représentait aucun danger. Je me levai alors et tournai la tête vers la petite fenêtre sale de notre bâtisse. Ma mère raccommodait un de mes vieux pantalons, comme elle le faisait toujours. Je souris, elle aimait s’occuper de ses mains et dans notre district la chose la plus simple à faire était de coudre. Nous faisions tous ça, c’était surement un plus pour les Hunger Games, j’avais vu de nombreux tributs recevoir du fil et une aiguille en cadeau de la part de leur mentor pour se recoudre après une violente altercation. Nous étions doués pour ça comme les gens du Onze qui étaient naturellement doués pour trouver des plantes comestibles. Je finis par défaire mon regard de la fenêtre et me dirigeai lentement vers mon couteau, la faim me tiraillait l’estomac mais je commençais à avoir l’habitude, ma maigreur était cadavérique et seuls quelques muscles rendaient mes bras et mes jambes un peu plus grosses que celles des autres filles de mon âge et de ma condition. Je m’approchai de l’arbre et posai ma main sur le manche du couteau, doucement j’en caressai le bout de la lame qui dépassait encore avant de refermer d’un geste vif mes doigts autour du manche. Je posai l’autre main sur l’écorce du couteau et retirai l’arme d’un geste rapide. Je le rangeai dans une de mes bottes et décidai d’aller faire un tour dans les plaines immense de notre district. Peu de gens s’y rendaient, si bien que je pouvais y restée tranquille. Une fois arrivée dans la plaine, les herbes m’arrivant aux genoux, je fis de grands pas pour avancer, remarquant l’herbe tassée autour de moi. Un sourire illumina mon visage, la seule autre personne qui peuplait ces lieux à part moi se trouvait être mon frère. L’nique, désormais, que j’avais. Je le vis allongé dans l’herbe et m’approchai doucement de lui sans un mot. Je m’assis à coté de lui, me couchait même et posai ma tête sur son torse. « Maman couds, elle va bien ne t’inquiète pas. » il n’aimait pas la laisser seule, je le savais mais elle allait bien, elle ne ferait pas de crise et j’avais caché les couteaux, deux d’entre eux se trouvaient dans mes bottes. Je me demandais si un jour, j’en serais réduite moi aussi à devoir constamment avoir quelqu’un auprès de moi. Un fils ? Surement pas, faire des enfants en sachant que les Hunger Games pouvaient me les enlever ? Comme ils m’avaient pris mon frère ? Mes muscles se contractèrent et je posai une main sur le torse de Silk, à coté de ma tête. Une larme coula sur son t-shirt. « Silk… Ne me quitte pas. » je sentais la crise arriver, je ne voulais pas non, je devais lutter, j’étais plus forte que ça, je ne voulais pas être décrétée folle par le district. Je sentis ma main se crisper sur lui, respirant longuement, je tentais déjà de me calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « ta dynamite et toi. » ft. Silk   Sam 19 Nov - 15:36

Le travail à l'usiner d'uniformes des pacificateurs prenaient une grande partie de mon temps libre. Du matin au soir je restais enfermer là-bas pour pouvoir subvenir aux besoins de ma famille. Chaque jour se ressemblaient: Je me levais, me débarbouillais le visage rapidement, prenait un morceau de pain rassis et quittait la maison pour rejoindre l'usine. Je restais environ 10h à travailler puis je rentrais chez moi aux alentours de 17h. Je travaillais ainsi tous les jours sauf le Dimanche -jour du seigneur comme on dit même si je ne suis plus très sûr qu'il y ai un seigneur au dessus de nous. Aujourd'hui nous étions Dimanche. Malgré ce jour de repos, je n'avais pas pu m'empêcher de me lever tôt. L'habitude certainement... Alors à 8h j'étais sortis prendre l'air frais du matin. Depuis peu de temps, je m'étais mis à la chasse, du moins j'essaie, car ce n'est pas la petite somme d'argent que je ramène chaque jour qui peut nous aider sur le long terme. Ce qui était important avant tout c'était de faire des réserves. Comme ça si nous manquions de quelque chose un jour, nous aurions toujours de quoi manger. Armé d'un couteau et d'un sac sur l'épaule, j'étais partis faire un tour dans la forêt. Et bien évidemment au bout de deux heures de "chasse" j'étais revenu bredouille. Il faut vraiment que je m'entraîne sérieusement si je veux réussir à attraper ne serait-ce qu'un petit lapin. Quand j'étais plus petit, je voyais mon père partir à la chasse le Dimanche. Mais comme il consacrait beaucoup plus de temps à être à son travail qu'à être auprès de sa famille, il n'a jamais eu l'occasion de m'apprendre quelques techniques. Mais je ne perds pas espoir. Je suis sûr qu'un jour je m'en sortirais tout seul.
Je remontai le chemin par lequel j’étais arrivé, et au lieu de tourner à droite pour retourner chez moi, je tournai à gauche en direction des plaines. C’était un endroit dans lequel j’aimais me rendre. Quand on est là-bas, on a l’impression d’être libre comme l’air, d’être en harmonie avec la nature. Je me retrouve souvent dans les plaines surtout quand je suis déprimé -c’est-à-dire assez souvent en fait. Je marchai un petit peu, sentant l’herbe sous mes pieds, puis je décidai de m’asseoir. C’était tellement agréable d’avoir un endroit comme celui-ci au milieu de toute cette terreur qui règne à cause du Capitole. Je regardai au loin, sentant le vent caresser mon visage. Je pourrais rester toute ma vie ici à contempler les plaines si je le pouvais. Quand je me retrouvais seul comme aujourd’hui, je me mettais à réfléchir, à penser à toutes sortes de choses comme ma famille, les habitants des autres District, les Hunger Games. Et à chaque fois je me demande que serait ma vie si j’étais dans un des plus riches District ? Certainement mieux. J’ai déjà eu la chanson de n’avoir jamais été tiré au sort en tant que Tributs. Mais ma sœur ? Elle a seize ans et a donc des chances de se retrouver dans l’arène un jour. Si ce jour arrivait, qu’est-ce que je deviendrai ? Rien qu’en y pensant, je sentis une larme couler le long de ma joue. J’ai déjà perdu mon frère Nick dans les jeux, mon père à cause de son travail alors je ne veux pas perdre de nouveau quelqu’un. Je suis le dernier homme de la famille ce qui veut dire que je suis censée la protéger elle et ma mère.
Perdu dans mes pensées, j’entendis un bruit derrière moi. Je ne me retourna pas car je savais que c’était elle, Velvet. Elle vint s’asseoir près de moi et déposa sa tête sur mon torse.

« Maman couds, elle va bien ne t’inquiète pas. » me dit-elle. D’habitude on évitait de la laisser seule car nous savions qu’elle était très instable. Elle avait subit la mort de son fils puis celle de son mari l’avait complètement achevé. C’est tout juste si elle nous parlait, des fois elle nous sortait seulement des mots. Plus aucun sourire. Elle avait un si beau sourire pourtant. Elle pleurait tous les soirs sans exception. De ma chambre je l’entendais sangloter toute la nuit des fois. Et j’avais mal pour elle mais je savais qu’il valait mieux éviter d’aller la voir quand elle était comme ça. A plusieurs reprises elle a essayé de se tuer. Heureusement que nous étions là avec Velvet sinon elle serait déjà morte à l’heure qu’il est.
Je vis ma sœur pleurer. Elle aussi était « instable » mais personne ne peut lui en vouloir après tout ce qu’elle a vécu. D’ailleurs qui sur cette terre pouvait encore se sentir bien ? J’entourai mes bras autour d’elle pour la consoler, ce que je faisais assez souvent. Velvet prenait des crises d’hystéries à la maison et des fois je ne savais même pas comment je pouvais la calmer mais j’y parvenais.

« Silk… Ne me quitte pas. » lâcha-t-elle au bout d’un moment. Je la serrai encore un peu plus fort contre moi.
« Je suis là ne t’inquiète pas » lui répondis-je pour essayer de la rassurer. Et à nouveau je sentais les larmes montées mais j’essayais de me retenir. Ma sœur n’avait pas besoin de voir ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « ta dynamite et toi. » ft. Silk   Sam 19 Nov - 22:24

« Je suis là ne t’inquiète pas » je souris, j’aimais savoir que mon frère était là pour moi et j’avais tendance à me sentir tout de suite mieux à ses cotés. Ma main se décrispa sur lui et je relevai la tête pour le regarder. Ses yeux reflétaient la douleur qui était la sienne depuis la mort de notre frère, depuis la mort de papa, depuis qu’il devait s’occuper de ma mère et, bien malgré moi, de moi également. Je ne me supportais pas d’être un poids pour lui et je finis par me redresser, me retrouvant en position assise. Je tournai la tête vers lui alors que j’enroulai mes bras autour de mes jambes que j’avais ramenées doucement contre ma poitrine. « Je suis désolé d’être un poids pour toi. » dis-je si doucement que je ne savais même pas si il m’avait entendu. Je voulais le voir rejoindre les rebelles, je voulais partir du district huit avec lui et maman mais je savais qu’il refuserait. Il refusait toujours, il avait trop peur pour nous. S’il était seul, il le ferait, j’en étais certaine. J’avais envie de lui demander, cette question me taraudait depuis déjà si longtemps que seule l’appréhension d’une nouvelle dispute sur le sujet me gardais la bouche fermée. Un tas de pensées envahissaient mon esprit en cet instant. Les Hunger Games, la Moisson... Et si je devenais tribut ? Que ferait-il ? Deviendrait-il fou lui aussi ? Ma mère… Elle en mourrait. Elle appréhendait chaque Moisson plus que quiconque. Voir sa sœur mourir aux Jeux et, ensuite, son fils ainé… Je passai mes deux mains dans mes cheveux, reportant mon regard droit devant moi. Il fallait partir ! C’était le seul moyen pour ne pas faire parti des Jeux ! Finalement, j’osai poser la question fatidique, j’étais trop curieuse, je voulais savoir. « Si maman et moi on était pas là, tu rejoindrais les rebelles ? » demandais-je d’un ton presque détaché. Lorsque je n’étais pas en pleine crise je me révélais être une fille pleine de ressources, 16 ans et déjà cette mentalité. On n’avait pas d’enfance ici, dans les districts. Elle s’arrêtait lorsqu’on était assez grands pour comprendre l’horreur des Hunger Games. J’avais douze ans quand mon frère est mort. Lui qui avait toujours été un modèle pour Silk, je le savais car c’est toujours comme ça entre les frères. Et Silk à toujours été mon modèle, c’est lui qui m’a consolée quand Nick s’est pris cette balle entre les deux yeux. C’est lui qui était là à chacune de mes Moissons, lui qui sera encore là à la prochaine Moisson.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « ta dynamite et toi. » ft. Silk   Sam 26 Nov - 15:39

J’ai toujours été très proche de ma sœur. Encore plus après la mort de mon frère et de mon père. Elle a besoin de moi tout comme j’ai besoin d’elle. Alors dès qu’elle ne se sentait pas bien ou avait une crise, je la serrais très fort dans mes bras pour lui montrer qu’elle n’est pas seule, que je suis là pour elle. Car ce réconfort là, elle ne le trouvera jamais chez ma mère. Elle est bien trop différente de celle qu’elle était avant. Maintenant elle ne nous sert plus dans ses bras comme quand on était plus petits, elle est perdue dans le monde qu’elle s’est construit elle-même après tous les drames qu’elle a vécu dans sa vie. Mais je l’aime quand même car elle reste la personne qui m’a mis au monde. Velvet se redressa. J’en profitai pour essuyer mes larmes discrètement.
« Je suis désolé d’être un poids pour toi. » me dit-elle d’une petite voix. Jamais je ne l’avais considéré comme un poids pour moi. Je tournai la tête vers elle, fronçant les sourcils et lui répondit:
« Comment est-ce que tu peux dire une chose pareille Velvet ? Tu es ma sœur, tu es la personne la plus importante que j’aie. Tu n’es pas un poids. S’il te plaît ne dis pas ça… »
Je ne sais pas si elle se rendait vraiment compte à quel point elle m’était chère. Dès que je rentre de l’usine, j’ai qu’une envie: La retrouver et discuter avec elle parce qu’elle m’aide à décompresser après une rude journée et parce que j’ai besoin de ma sœur près de moi tout simplement.
« Si maman et moi on était pas là, tu rejoindrais les rebelles ? » me demanda-t-elle d’une voix un peu hésitante. Elle me parlait souvent des rebelles. Elle avait envie de les rejoindre, c’était clair. Et moi… moi je ne peux pas. J’arrachai une poignée d’herbe dans ma main et me décidai à lui répondre:
« Je croyais qu’on en avait déjà parlé » Je commençai à faire un nœud avec une brindille et continuai calmement: « Le fait est que toi et maman êtes là, alors la question ne se pose pas. C’est bien trop dangereux » Je savais qu’elle voulait savoir exactement le fond de ma pensée mais je ne lui révélerai pas car elle serait capable de faire une bêtise. Je décidai donc de changer de sujet. Inutile de s’attarder sur les rebelles.
« Comment tu t’en sors au lancer ? J’ai vu que tu avais pas mal abîmé le tronc de l’arbre vers la maison » Contrairement à moi, Velvet était relativement à l’aise dans le lancer de couteaux. Il faut dire qu’elle s’entraîne depuis pas mal de temps maintenant. J’imagine qu’il y a plein d’autres choses qu’elle sait faire. Et moi à côté je ne suis même pas foutu de ramener un lapin pour le dîner…
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: « ta dynamite et toi. » ft. Silk   Dim 18 Déc - 22:51

« Comment est-ce que tu peux dire une chose pareille Velvet ? Tu es ma sœur, tu es la personne la plus importante que j’aie. Tu n’es pas un poids. S’il te plaît ne dis pas ça… » Je hochai doucement la tête, pour lui je pouvais bien éviter de dire ça mais j’étais certaine que sans moi Silk ne serait plus ici, il serait en route pour le district treize. Ce qui serait mieux pour lui ainsi que pour Panem. « Je croyais qu’on en avait déjà parlé » je soupirai, oui nous en avions déjà parlé mais il ne semblait pas vouloir comprendre, notre mère ne vivait plus vraiment, c’est certain que je ne voulais pas l’abandonner, alors autant la faire venir avec nous, autant partir ensemble et tenter de fuir cet enfer qu’était notre vie. « Le fait est que toi et maman êtes là, alors la question ne se pose pas. C’est bien trop dangereux » je me tournai vivement vers lui et ajoutai « Cesse de t’inquiéter pour nous, maman ne vit plus qu’a moitié ! Qu’est ce que ça peut bien changer pour elle qu’elle vienne ou pas ? » Mais je savais que ce n’était pas seulement pour notre mère qu’il ne voulait pas bouger, c’était également à cause de moi et de mes crises de folies… « Comment tu t’en sors au lancer ? J’ai vu que tu avais pas mal abîmé le tronc de l’arbre vers la maison » je haussai les épaules, souriante. « Mieux que toi à la chasse. Je m’en sors suffisamment bien pour ne pas tuer quelqu’un qui me surprendrait mais pour l’empêcher de me suivre tout de même. » Dis-je en haussant les épaules. En gros, j’étais menaçante et cette idée me plaisait particulièrement, j’espérais aussi que comme ça Silk s’inquièterait moins de mon sort lors de la prochaine Moisson. Les jeux étaient désormais finis, dans quelques mois la gagnante défilerais dans Panem et, plus tard encore, mon nom se retrouverais quelques dizaines de fois dans l’urne du district huit. Le mien et celui de Zola, celui d’Adrayan… Heureusement, Silk était tiré d’affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « ta dynamite et toi. » ft. Silk   

Revenir en haut Aller en bas
 

« ta dynamite et toi. » ft. Silk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.